N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez
 

 Soucis de famille[Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
Tadewashi S. Rinkyu
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Soucis de famille[Solo] Empty
Message(#) Sujet: Soucis de famille[Solo] Soucis de famille[Solo] EmptyDim 12 Mar 2017 - 7:48

-Rinkyu... Rinkyu

Mes pas se précipitèrent dans la direction de la chambre de mon paternel, souffrant dont les seules forces lui permettaient uniquement d'appeler son fils, dernier être sur terre sur qui il aurait pu compter. Une fois arrivé sur les lieux, j’ouvris la porte et m’insérai dans ce lieu sombre et ténébreux. La luminosité de la pièce était faible et cela était fait exprès car une forte luminosité fragiliserait sa vision. De même, à moins de demeurer sur un lit totalement moelleux, ses os allaient lui faire encore plus souffrir qu’ils ne le faisaient déjà. En gros, il était mal, et se devait d’apprécier sa cellule du mieux qu’il le pouvait. Fort heureusement, la pièce était propre et rangée, comme l’intégralité de la maison d’ailleurs. Toutefois, les travaux que je faisais au sein du village afin de subvenir aux besoins de mon paternel étaient de plus en plus nombreux me rendant difficilement disponible pour lui venir en aide. Mais ce jour-ci, était différent.

Ce jour de congé, j’allais être là pour lui, comme avant. Il y avait là une bassine d’eau tiède que je gardais à proximité juste au cas où une situation pareille se présenterait. Père souffrait. Toutes ses articulations lui faisaient comprendre quel malheur il avait eu de naître Kaguya. Mais étant son descendant, je ne pouvais rien faire d’autre que d’assister cet être que j’aimais grandement. Après avoir trempé un tissu humide dans de l’eau tiède, j’extirpai ce dernier de l’eau avant de le presser solidement contre la peau de mon père, pour masser avec fermeté et douceur les os de ce dernier. À chaque contact avec sa peau, malgré sa grande résistance, il souffrait beaucoup trop, à la limite du supportable.

Mon cœur battait vite, en réalité même, il battait très fort. Le sentiment qu’on développait face à cette situation était bien plus complexe qu’une simple colère ou encore une déception. C’était un sentiment d’impuissance. Je n’étais pas capable de venir en aide à mon père, de façon efficace et au sein du village, aucune personne ne semblait le pouvoir. Je fus obligé de me reposer grandement sur les conseils des pharmaciens qui avaient pour habitude de me donner des antidouleurs pour diminuer les maux de la chair de ma chair. Cela ne soignait rien, mais par contre assurait une mort plus douce. Si personne n’avait osé me le dire en face, j’avais bien eu le temps de le découvrir par moi-même quand la dose de ses médicaments devait être de plus en plus importante.

Au cours de mon massage, les mains qui tenaient le bout de tissu devenaient de plus en plus tremblantes, si bien même, que je ne pouvais plus cacher ma frustration à mon géniteur malade. Père l’avait compris, j’arrivais difficilement à tenir le coup, mais je n’avais pas vraiment le choix. Connaître que votre seule famille périra ne vous aide aucunement à faire votre deuil tant que ce dernier n’a pas relâché son dernier souffle. Intérieurement, je criais à l’aide et extérieurement, mon visage était de marbre. Je ne voulais pas qu’il meure, je ne le voulais absolument pas.

-Fils… ne t’inquiète pas, tu fais bien plus que tu ne le dois. Une fois que cette charge ne te sera plus supportable, tu pourras me laisser mourir, dans la terre de nos ancêtres. Tu as une vie toi aussi, et elle ne sera pas éternellement liée à la mienne et j’en ai bien conscience. Je suis fier de toi, mon enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Tadewashi S. Rinkyu
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Soucis de famille[Solo] Empty
Message(#) Sujet: Re: Soucis de famille[Solo] Soucis de famille[Solo] EmptyMer 15 Mar 2017 - 20:39

Ambiance


Lutter contre ses propres sentiments, ses propres craintes, ses propres remords et ses propres convictions, c’était une chose difficile. Mais comment pouvait-on réagir autrement quand le centre de son monde, la personne sans laquelle l'on n'est plus qu’un individu lambda, souffrait le martyre, souffrait d’une douleur inexprimable ? Un mal par lequel même les cris devenaient des douces mélodies. Mes yeux qui retenaient de force les larmes de douleur, mais aussi de craintes, étaient bien enfouis en moi pour ne rien laisser paraître. Mon être tout entier s’était convaincu, de force, contre son gré, d’une vérité incertaine : père pouvait survivre, il fallait juste trouver un parfait médicament.

Dans ce monde où seule la cruauté primait, où Kiri ne détenait aucun centre médical proprement dit, le seul moyen d'avoir les soins adéquats était d'aller les chercher en dehors du village. À Konoha certainement. Et pour le moment, je n’étais pas encore assez gradé pour y aller, pour sortir en toute sécurité avec à mes côtés mon géniteur. De ce fait, je ne pouvais qu’acheter encore et encore des médicaments sans être certain de leur efficacité. Résister à l’abandon était atrocement difficile, mais le simple fait d’y songer était inhumain de ma part et je le savais. C’était indigne du Kaguya que j'étais.

Si la mort était douloureuse pour le futur défunt, la personne qui restait dans le monde des vivants, subissant l’absence de cet être cher, était celui qui subissait la plus grande perte. Le navire de l’au-delà était violent une fois qu’il avait emporté son passager qui patientait depuis longtemps sur le quai. Mais le son de sa sirène était plus effrayant quand on savait que ce navire arrivait à grand pas. Ma mâchoire se serra à de multiples reprises lors de l’exécution de ma tâche. Premièrement parce que j’étais en colère. Je m’en voulais de ne rien pouvoir faire, du fait que nous fûmes destinés à une vie aussi incertaine, où nos chances de survivre étaient très faibles. J’étais en colère de ne pas être plus gradé, plus malin, de ne pas avoir la capacité médicinale nécessaire pour guérir complètement cette malédiction Kaguyuenne. Mais en plus de cette colère silencieuse, j’étais aussi effrayé. Je craignais la solitude, la perte de mon unique raison de vivre, la disparition de ce qui était pour moi la seule force, le seul moteur de mon existence. M’arrêtant dans mon exercice sans réellement m’en rendre compte, les paroles de mon géniteur se répétèrent en boucle dans mon esprit.

-Père, vos paroles m’honorent, peut-être même un peu trop. Mon devoir est de pourvoir à votre bien-être, à votre sécurité. Le village est important, le clan lui est sacré et la famille une priorité. Ne sont-ce pas là les paroles que vous m’avez enseignées ? Ne sont-ce pas là les propos que vous me contraigniez à répéter en boucle quand j’étais incapable de répondre à vos attentes ? Me demander de vous abandonner reviendrait à perdre le sens des priorités. Je peux m’y résoudre.

Ses paroles bien que douces aux oreilles étaient chargées d’un profond désespoir que je pouvais aisément ressentir avec une pareille proximité. Une fois de plus, il se mit à gémir et je fus contraint de me remettre au travail, massant considérablement ses ossements qui lui faisaient souffrir. Il avait déjà accepté sa mort, du moins à en juger par ses paroles. Ce qu’il ignorait c’était que chaque fois que je partais affronter mes journées remplies de travail, j’observais les cernes sur son visage et le sang sur ses lèvres. Ces derniers en disaient long sur l'ardeur de certaines de ses nuits. Certains soirs, père faisait mine de ne pas souffrir, endurant mille et un supplice dans le seul but de me laisser me reposer, récupérer de ma dure journée de labeur. Je ne pouvais pas l’abandonner, connaissant de tels détails, connaissant à quel point, il tenait à moi.

-Cher enfant… la situation est bien plus complexe et tu le sais. L’entêtement est une vertu pour les sots.


Dernière édition par Kaguya Rinkyu le Jeu 16 Mar 2017 - 7:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Tadewashi S. Rinkyu
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Soucis de famille[Solo] Empty
Message(#) Sujet: Re: Soucis de famille[Solo] Soucis de famille[Solo] EmptyJeu 16 Mar 2017 - 0:38

L’état de mon père semblait s’améliorer au rythme de l’application manuelle de mes soins. Passant avec une fine pression la serviette au niveau de ses bras et de ses jambes, les douleurs dans cette zone là s’en allaient decrescendo. Ses muscles étaient bien trop faibles, les nutriments certainement absorbés rapidement par les os. L’alimentation était une chose primordiale pour père et il était vrai que je ne lui avais pas encore apporté de quoi se nourrir ou bien de quoi se remplir la panse en général depuis quelques heures. Ce n’était pour le moment que les soins corporels extérieurs dont je m’occupais dans l’optique d’abaisser la grande douleur qui fit que mon paternel ne put que m’appeler en dernier secours.

Il m’était difficilement imaginable de savoir ce qu’il pouvait parfois endurer seul en journée quand je m’éclipsais pour aller travailler. Combien de fois lui arrivait-il de crier mon nom sans que je ne sois à proximité pour lui venir en aide ? Combien de fois agissais-je de travers ne m’occupant que partiellement de la chair de ma chair ? Il fallait reconnaître que les méthodes de père étaient peu orthodoxes. Le contrôle de soi, la parfaite capacité de décider ou bien à faire des choix même s’ils s’avéraient difficiles, était une chose qu’il m’avait inculquée. Certains étaient dépourvus de maturité, effectuant des choix parfois qui allaient à l’encontre de tout ce qu’ils devaient faire créant à l’aboutissement de leurs actions des choses qui ne devaient pas être. Si un choix devait être posé, ça devait respecter un certain nombre de critères, du moins selon mon géniteur.

De ce fait, il n’hésitait jamais, même dans les situations les plus critiques à ressortir une des nombreuses citations dont il avait seul le secret. M’étant déjà habitué à ses méthodes, je finis par retenir quelques-unes d’entre elles, comme celle sur la famille, le village et le clan par exemple. Seulement, pour lui, la situation était plus complexe que cela et il n’avait pas tout à fait tort. Cependant, bien que faire abstraction de la raison fut une chose qu’il avait en horreur, je ne pouvais pas associer cette situation à une situation particulièrement logique. Le bon sens aurait voulu que j’abandonne mon père à son seul destin. Et si possible même, que de mes propres mains, j’accélérai le processus. Mais qui ôterai la vie à la personne qui l’a protégé, entraîné et enseigné depuis autant de temps d’un geste froid et dépourvus de sentiments ? Plusieurs Kaguyas auraient très certainement répondu à l’appel, mais je n’en faisais pas partie. Porter atteinte à la chair de ma chair, ça m’était tout bonnement impossible.

-Si prendre soin de vous et ne pas vouloir votre mort est sottise, alors considérez-moi comme tel. Sur cette terre, vous êtes ma dernière famille et je ne compte pas observer les bras croisés votre souffrance que vous essayez tant bien que mal de dissimuler. Je n’aurai de cesse de veiller sur vous, vous avez ma parole.

Un sourire se dessina sur son visage, après quoi, ce fut une violente toux qui suivit cette légère satisfaction qui illumina son visage.

-Cesse. Tes actions n’ont nul besoin de continuer. Donne-moi un antidouleur et permet-moi de me reposer un peu…

-Bien père…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Tadewashi S. Rinkyu
Informations
Grade : Genin
Messages : 165
Rang : B

Soucis de famille[Solo] Empty
Message(#) Sujet: Re: Soucis de famille[Solo] Soucis de famille[Solo] EmptyJeu 16 Mar 2017 - 1:46

Ambiance


Sa demande avait été la plus claire possible. Il voulait ses médicaments et se reposer par la suite. M’avait-il assez vu pour la journée ? Était-il contrarié par mes propos ? Difficile de le dire. Quoi qu’il en soit, je fis selon ses exigences, sortant du tiroir de son chevet des antidouleurs sous forme de comprimés. Deux d’entre ces petites choses étaient largement suffisantes pour assurer une passibilité totale à mon géniteur, du moins pour un temps. C’est donc avec une tasse de thé que je fis boire les remèdes au patient malade. L’ancien guerrier se fondit encore plus dans son lit, attendant patiemment le soulagement qu’allaient lui procurer les médicaments qu’il venait tout juste de prendre.

Et même si cela lui faisait un grand bien, j’avais horreur d’utiliser de tels moyens pour venir à bout des souffrances dont le vieux Kaguya était victime. Ces médicaments n’avaient aucune fonction curative, mais étaient plutôt remplies de fonctions adoucissantes. C’était difficile d’observer père se reposer aussi paisiblement alors que la maladie rongeait son être tout entier. Avec le temps, ça aurait été le nombre d’antidouleurs qu’il lui aurait fallu prendre pour venir à bout de toutes ces douleurs. Cela allait tenir jusqu’au jour où, ces méthodes perdront véritablement de leur efficace et que, bien que le nombre de comprimés soit grand, la douleur se fasse toute de même ressentir. Je me redressai à la fin de l’administration, observant alors mon père qui avait déjà les yeux fermés. Et le regard marbre que j’arborai continuellement laissa place à une bien grande et indescriptible tristesse. Père avait bien raison sur certains points. Tout ceci était bien au-delà de ce que je ne pouvais supporter. Mais je n’avais pas le droit de lâcher, jamais, en aucun moment, en aucun instant.

-Que votre repos soit paisible, père…

Déposant les ustensiles sur la table de sa chambre, je pris le large, fermant la porte derrière moi. Voulant me diriger vers le salon, j’avançai d’un pas très lent, prenant appui avec ma main sur le mur qui séparait la chambre du mari de mère, du couloir.

Un pas.

Mon regard vide observait le sol, et je remémorai tout ce qu’il venait de se passer et tout ce qui allait suivre à l’avenir. C’était difficile, très difficile de maintenir un être cher mourant, en vie. Quand lui-même avait déjà perdu espoir de guérison, il devenait encore plus complexe d’essayer de tenir le coup. Sa voix quand il me parlait, était chargé de désespoir et le dans le fond de ses yeux, je pouvais voir ses cris silencieux, ceux-là même qu’il mettait sous silence pour ne pas me mettre encore plus mal à l’aise que je ne l’étais déjà.

Deux pas.

Mon corps alourdi par la fatigue, mais aussi par l’impuissance, je me mis dos au mur, avant de me laisser glisser lentement jusqu’à ce que je sois totalement assis à même le sol. J’allais assister mon père, jusqu’à son dernier souffle. J’en avais fait la promesse. Si la cause était noble, elle n’était pas moins très douloureuse pour autant et je l’avais compris. Une larme ruissela le long de ma joue, après quoi, je me recroquevillai coinçant ma tête sur mes genoux…

À ce moment-là, je n’étais plus le noble Kaguya impitoyable et sans sentiments.
J’étais plutôt un enfant effrayé, déboussolé et complètement anéanti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Soucis de famille[Solo] Empty
Message(#) Sujet: Re: Soucis de famille[Solo] Soucis de famille[Solo] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Soucis de famille[Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-