N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 De passage. [Ft Ruri & LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
Yamada Tetsui
Informations
Grade : Jônin
Messages : 763
Rang : A

De passage. [Ft Ruri & LIBRE] Empty
Message(#) Sujet: De passage. [Ft Ruri & LIBRE] De passage. [Ft Ruri & LIBRE] EmptySam 4 Mar 2017 - 2:17

Notre séjour au village de Kumo terminé, il nous avait fallu dire au revoir avec de belles formules de politesse au moment du départ. Notre trio composé de Chikamatsu Ruri, Doku et moi même était resté là-bas le temps nécessaire et les discussions diplomatiques avaient eu lieu bien que j'aurais aimé parvenir à des résultats plus concrets. Ce qui n'était pas une évidence dans les affaires « politiques ». On parlait on parlait, on se faisait des promesses, puis on rentrait chez soi et il fallait parvenir à des résultats avec les moyens du bord et les personnes qui pouvaient prendre les décisions.
Sur le chemin du retour nous avions commencé par traverser Shimo no Kuni, continué en passant par Yu no Kuni et Ta no Kuni, Tetsu no Kuni ensuite, et nous parcourions actuellement le pays de Taki. Notre allure était soutenue, je ne voulais pas que le voyage dure plus longtemps qu'il ne le devait. Pour ça je minimisais les pauses sur notre route. On avait avec nous quelques réserves d'eau et de nourriture que l'on avait acheté au village de la Foudre. Aussi je portais sur moi un gros sachet de figues séchées que je m'enfilais de temps à autre quand je commençais à avoir un petit creux. Ces figues je les avais trouvé chez un épicier parmi tant d'autres produits...

Taki no Kuni paraissait être un pays fort accueillant. À vrai dire, j'appréciais toujours voyager et voir du pays. Ce que je ne connaissais pas m'intriguait et je prenais plaisir à le découvrir. Nous n'étions pourtant pas là pour ça, mais à mesure que j'avançais je me nourrissais des paysages présents et les imprégnais en mémoire comme autant de tableaux que j'aurai en tête à partir de maintenant. Mes 49 ans tout juste acquis me permettaient peut être d'apprécier ces choses si simples pleinement. D'ailleurs, je pensais, Taki, n'était-ce pas le pays du clan Mamoru qui manipulait les esprits ? C'était si beau en paysages y'avait pas à dire, je me méfiais cependant d'un tel clan. Simplement car je n'aimais pas l'idée que l'on puisse jouer avec des esprits.

« Profitez de ce que vous voyez les jeunes... » dis-je pour Ruri et Doku à mes côtés.

La fin d'après-midi commençait à se transformer en un début de soirée avec un super coucher de soleil assez rapidement.

« Je pense que l'on va devoir trouver un endroit où camper pour dormir et nous reposer cette nuit. Nous avons l'avantage d'être en territoire allié. Et si besoin, nous avons un laisser passer officiel signé et cacheté. »

Nous n'avions normalement pas de soucis à nous faire de ce côté là. Et si c'était le cas, je prendrais toute responsabilité pour au moins protéger Ruri et Doku qui n'étaient là que pour m'accompagner dans cette mission de laquelle nous revenions. Peut-être m'inquiétais-je un peu trop pour penser à tout ça. Mais on disait souvent qu'un chef d'équipe devait imaginer plusieurs situations possibles.
L'orée de la forêt San'Rin Takinoburo où nous nous trouvions, non loin du fleuve que l'on sentait déjà par la fraîcheur de l'endroit, ferait un coin parfait où s'installer. Plus au centre de la forêt se trouvait le Temple d'Ao, mais je préférais dormir à la belle étoile en pleine nature. Dans un sens, c'était ça le voyage. Secondo, au moins on pourrait se targuer de se démerder sans rien demander à personne. Même pas un lit et des murs !

« Bien, on va se mettre ici. »

L'endroit comportait un haut rocher creusé naturellement et toute la verdure possible pour se sentir soit en sécurité ou en stress. La forêt allait sans doute faire des bruits la nuit. Sous l'abri que le rocher nous offrait, on prit soin de faire un petit feu pour se réchauffer et s'installer confortablement. Ensuite, s'il nous fallait de l'eau pour plus tard, le fleuve n'était pas loin.

Il faisait maintenant nuit, et nous devions manger en puisant dans les vivres que nous transportions avec nous. Chacun sortit ce qu'il avait sur un grand tissu posé sur le sol pour servir de nappe.

« Bon appétit ! »

Je me servais déjà un peu de riz et des légumes marinés qu'on avait transportés dans un bocal. Puis je mettais le tout à réchauffer non loin du feu. En attendant je grignotais quelques noix de cajou et regardais mes deux coéquipiers.

« Vous avez été parfaits à Kumo. Ruri, que penses-tu de ce qu'il s'y est passé ? Nous n'avons pas pu vraiment en parler, as-tu des commentaires ou des remarques à faire ? C'est le moment. » lui demandais-je avec sympathie.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gekei Ao
Informations
Grade : Genin
Messages : 777
Rang : C

De passage. [Ft Ruri & LIBRE] Empty
Message(#) Sujet: Re: De passage. [Ft Ruri & LIBRE] De passage. [Ft Ruri & LIBRE] EmptyDim 5 Mar 2017 - 19:16

Shirahime avait établi son camp de base à Reisui, au coeur même de Taki no Kuni. Elle devait bientôt partir vers Yuki pour recherche sa partenaire sur laquelle elle ne pouvait pas encore mettre de visage mais seulement un nom, Takoyaki, et profitait de ce temps de latence pour se familiariser avec le pays. Finalement, quoiqu'elle soit une native de Taki, elle n'avait jamais vraiment eu l'occasion de visiter les terres des Cascades plus loin qu'Itabei et ses alentours, avant de devenir une Kunoïchi. Sa liberté de mouvement récemment acquise lui plaisait grandement. Elle aimait ce sentiment de pouvoir aller partout, de découvrir tous les horizons sans autre contrainte que celle de remplir, de temps à autres, sa tâche de soldate du Shûkai. Le reste du temps, elle pouvait l'occuper à vaquer à ses occupations, qui consistaient, à Reisui, à se familiariser avec cette cité qu'elle trouvait des plus intéressantes. Elle était riche, mais souffrait également d'une cruelle différence sociale. Son mode de fonctionnement était fascinant, non pas parce qu'il était parfait, mais bien au contraire parce qu'il était plein de failles. Elle n'arrêtait pas d'imaginer comment elle parviendrait à les combler si elle arrivait à mettre la main sur l'anneau du Shuhan de Reisui, qui symbolisait son autorité sur sa ville. Elle connaissait l'histoire de Yôgan Seito et celle de Mamoru Kaya, tous deux élèves de Hoheinheim et qui avaient réussi à s'attirer suffisamment de ses faveurs pour qu'il leur confie à chacun la charge d'une cité. Maintenant qu'elle aussi était élève du Seigneur de Guerre, peut être aurait-elle droit au même privilège ? Ce serait toujours un pas de plus vers le pouvoir qu'elle recherchait tant.

Mais ce soir-là, alors que le soleil disparaissait définitivement derrière les cimes des plus hauts arbres, elle avait d'autres préoccupations à l'esprit que l'ascension glorieuse à laquelle elle se prédestinait. Elle se sentait l'âme tranquille, comme dans ces moments de lyrisme où l'on recherche sans comprendre pourquoi la compagnie de la nature et de la sérénité. Elle quitta l'auberge qui lui servait de refuge, s'enveloppa dans un manteau et sortit de l'enceinte des remparts de Reisui. Elle avait dans ses poches de quoi manger, un peu. Elle se dirigea droit vers la forêt, un milieu qui l'avait attirée dès son arrivée dans les parages. Il s'y dégageait une sorte de tranquillité profonde, un calme olympien. Immanquablement, elle se sentait proche de cet environnement, si propice à la méditation.

Elle s'avança au milieu des bois pendant un long moment, sans vraiment voir le temps passer. Son esprit ne vagabondait pas entre diverses pensées, ni ne se laissait corrompre par les plaisirs de la nature qui l'environnaient. Il était plutôt en suspens. Le ciel était déjà sombre, parsemé de quelques étoiles en pointillés. Elle discernait nettement la silhouette des arbres et de leurs feuillages grâce à la clarté que renvoyait la lune. Il n'y avait pas un nuage. L'air était frais, mais d'une fraîcheur apaisante, pas agressive. Les quelques bruits naturels de la nuit retentissaient. Oiseaux nocturnes, animaux solitaires s'en donnaient à coeur joie pour offrir la meilleure des symphonies possible à celui de leurs spectateurs qui savait tendre l'oreille suffisamment bien pour profiter pleinement du spectacle. Les branchettes craquaient sous ses pieds. Elle sentait l'humus s'écraser sous ses semelles, comme si elle marchait sur un matelas moelleux. L'air embaumait les senteurs de la terre, de l'écorce et des feuillages. Vraiment, c'était une promenade des plus appréciables.

Sans doute était-ce parce qu'elle était bien lunée, mais Shirahime ne fut pas contrariée en entendant l'écho de voix humaines non loin d'elle, doublé du crépitement d'un feu. En tournant le regard, elle put voir la lueur rougeâtre d'un foyer transparaître entre les troncs. Intriguée, elle se dirigea vers cette lumière, sans la moindre appréhension. Elle ne pensait pas qu'il pouvait s'agir de brigands locaux, parce qu'ils savaient généralement la forêt surveillée. Et quand bien même ç'aurait été le cas, elle estimait être à même de se défendre elle-même contre la pègre de bas-étage qui pensait semer le trouble dans les bois. Elle avait, au contraire, le secret espoir de découvrir des voyageurs d'une lointaine contrée racontant les récits merveilleux de leurs escapades. Sans doute était-elle encline aux histoires fantastiques, finalement. Et elle ne fut pas déçue, en s'approchant un peu plus, d'entendre parler de Kumo. Même si elle n'éprouvait pas une sympathie particulière pour cette autre faction, du fait de la tension portée à son paroxysme qui régnait entre le Shûkai et son voisin proche, elle aimait à entendre parler d'un pays étranger. Après tout, il devait bien receler autant de merveilles que l'Empire n'en comptait dans ses nombreux pays annexes, non ?

Elle s'approcha un peu plus, jusqu'à être visible par les voyageurs. Elle signala sa présence en marchant délibérément sur une branche qui se cassa dans un bruit sec sous son poids.

"Pardonnez-moi d'interrompre votre repas, voyageurs. Je n'ai pas pu m'empêcher d'entendre un bout de votre conversation, et j'en ai déduit que vous venez de loin. Peut être avez-vous besoin d'une aide quelconque sur les terres du Shûkai ? Auquel cas je me ferai un plaisir de vous servir au mieux."

Son bandeau de Kunoïchi entourait son bras gauche. Elle était facilement identifiable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Chikamatsu Ruri
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 343
Rang : A

De passage. [Ft Ruri & LIBRE] Empty
Message(#) Sujet: Re: De passage. [Ft Ruri & LIBRE] De passage. [Ft Ruri & LIBRE] EmptyJeu 9 Mar 2017 - 17:32

L'heure du départ avait sonné. Il était temps pour nous de retourner à Suna et j'étais très impatiente, même si je n'en montrais rien. Et même si la raison de cette impatience portait un nom... j'étais contente de "rentrer à la maison" et sentir à nouveau la chaleur cuisante de notre beau pays. Les montagnes de Kaminari no Kuni étaient certes accueillantes, mais surtout très froides, particulièrement en hiver. J'avais beau avoir emporté les vêtements les plus chauds que j'avais pu trouver à Suna, j'avais quand même été obligée d'acheter un manteau à Kumo.

Après les adieux aux Kumojins ainsi que les remerciements à Snow pour son hospitalité, nous avions repris notre route pour le chemin du retour. Nous nous trouvions à la moitié du chemin, dans les forêts de Taki no Kuni. Je pouvais m'estimer vraiment chanceuse ; à seulement vingt ans, j'avais déjà traversé plus de la moitié des pays du Yuukan. Même si c'était seulement de passage, ces voyages m'avaient permis de découvrir des paysages magnifiques et variés.

Le soleil se couchait, laissant le ciel marqué de tout un camaïeu de couleurs allant du rouge au violet, en passant par l'orange et le rose. Il était temps pour nous de monter le camp. Nous avions trouvé un rocher creusé naturellement par l'érosion, nous offrant un début de grotte où se protéger. Ce serait très utile si la pluie décidait de nous tremper cette nuit ou si un animal sauvage tentait de nous voler nos provisions.

Le feu étant prêt, il nous restait seulement à faire réchauffer un peu des vivres que nous transportions avec nous et à s'en repaître. Du riz, les légumes marinés et de la viande séchée composaient la plupart de nos repas de voyage. Des fruits séchés ou secs nous servaient de dessert. Nous n'avions pas à nous plaindre, au moins nous n'étions pas obligés de chasser ou de passer des heures à décortiquer des scorpions pour les faire griller.

Nuzuro engagea la conversation et demanda mon ressentit sur cette première mission diplomatique. Nous n'avions pas eu le loisir - ou l'idée - d'en discuter plus sérieusement et je ne savais pas vraiment ce dont j'étais autorisée à parler, ce dont je devais garder pour moi et ce que je devais oublier. Je sortis mon carnet et coucha quelques mots sur le papier, tout ceci à la lueur des flammes, avant de le tendre à Nuzuro.

« C'était une expérience enrichissante. C'est toujours intéressant de découvrir de nouveaux paysages. Connaître les moeurs des habitants de Kumo est une bonne chose si nous venons effectivement à être alliés. Apprendre les ficelles de la diplomatie est aussi quelques chose d'intéressant, même si je ne comprends pas vraiment la politique. »

J'entrepris d'écrire un nouveau message plus sérieux, notamment sur ce que j'avais entendu dans le bureau de Snow, cette fameuse "organisation"... Je me doutais que le projet était plus que secret même sans en savoir les détails. Mais soudain, mon radar mental m'indiqua une présence se dirigeant vers nous. Je jetais instantanément le petit papier dans les flammes, puis indiqua une direction à mes coéquipiers.

J'avais l'habitude de lancer quelquefois des détections de bas niveau. Même si nous étions dans un pays allié comme l'avait fait remarquer le Kobashiru, la prudence était toujours de mise. Me concentrant un peu plus, je levai un doigt, signifiant une personne. Le pouce vers le bas signifiait un chakra relativement faible, certainement un Genin.
Ce langage des signes n'avait plus besoin d'explications pour mes camarades, nous ayant déjà servi pas mal de fois. Il ne nous restait plus qu'à attendre que notre invité ne se montre s'il le souhaitait, ce qui ne tarda pas trop.

C'était une jeune femme, une Kunoïchi. Elle s'approcha sans crainte et sans hostilité de notre camp. Son bandeau de shinobi était facilement visible à la lueur du feu, de même que nos bandeaux de Suna étaient aisément visibles ; du moins le mien, que je portais autour du cou. Elle nous proposa son aide et je laissais bien entendu le soin à notre chef de groupe de lui répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Tetsui
Informations
Grade : Jônin
Messages : 763
Rang : A

De passage. [Ft Ruri & LIBRE] Empty
Message(#) Sujet: Re: De passage. [Ft Ruri & LIBRE] De passage. [Ft Ruri & LIBRE] EmptyDim 12 Mar 2017 - 22:11

Les avis de Doku et de Ruri comptaient. Vraiment, ils ne valaient pas moins que celui d'un autre. Pendant ce séjour diplomatique à Kumo ils avaient été avec moi presque tout le temps. Peut-être avaient-ils fait aussi leurs propres rencontres avec des kumojins. Ils avaient donc pu tâter nos possibles alliés, et se faire une idée de cette expérience qu'ils avaient vécu. Du moins je l'espérais. Oui, j'espérais franchement qu'ils faisaient marcher leur cervelle pour avoir un avis qui leur était propre, car c'était mieux qu'être une passoire. À mon humble avis, qui je pense était partagé par plusieurs autres sensei, tuteurs et shinobis gradés.
Ruri fut la première à partager son ressenti sur un bout de papier qu'elle me passa. Et que je passais ensuite à Doku après l'avoir lu. Elle avait une approche axée sur la découverte, l'enrichissement et l'apprentissage. Qu'elle se nourrisse de toutes ces expériences était pour moi une bonne chose. Doku réagissait lui aussi de la bonne manière en nous partageant ses retours de manière brève. Du moins fut-il stoppé, ainsi que nous tous, par l'approche peu discrète d'une personne. Ruri l'avait senti par le biais d'une détection de faible niveau. Elle indiquait donc la direction du nouvel arrivant, précisa qu'il n'était qu'un, ainsi que son chakra plutôt faible par un pouce vers le bas. D'un coup de tête bref et affirmé je pris note de ces informations, ne m'alarmant pas plus que ça. Il s'agissait à coup sûr d'un allié. Mais avant d'en être sûr, un peu de méfiance était de mise.

Cette personne se montrait volontairement en approchant et en marchant sur une branche d'arbre au sol. Le craquement attira notre attention. Je remarquais déjà son bandeau du Shukaï, qui en faisait une alliée. Elle avait dû voir les nôtres elle aussi, le mien étant positionné au centre de ma ceinture de kimono. La jeune femme s'annonçait en demandant pardon de nous interrompre dans notre repas auprès du feu. Elle avait entendu le début de notre conversation, ou une bribe, et en déduisait que nous venions de loin comme de bons voyageurs. Elle proposa son aide, au plaisir de nous servir au mieux. D'emblée je ne pouvais m'empêcher de penser que ces shukaïjins étaient des gens bien élevés, habitués aux formules de politesse, au service et au respect. Non ? Peut-être n'était-ce alors qu'une impression, mais on ne pouvait qu'être d'accord avec le fait qu'un Empire est quand même différent d'un village ninja. Les composants n'étaient pas les mêmes.
Aussi, répondis-je sur un ton amical à cette shukaïjin :

« Bonjour, ma foi nous n'avons pas vraiment besoin d'aide, nous avons su trouver notre chemin jusqu'à maintenant. Nous rentrons chez nous à Suna, comme vous pouvez le voir nous somme sunajins. D'ailleurs, j'ai le laisser-passer avec moi si vous voulez procéder à une vérification. »

Une à deux secondes passèrent et j'enchaînais de manière légère :

« Nous ne sommes pas dangereux, et... Taki no Kuni est un beau pays ! »

Puis je me rendis compte que je ne m'étais toujours pas présenté, et qu'elle non plus. Ce à quoi je remédiais tout de suite :

« Tiens, nous ne nous sommes pas présentés ! Je me nomme Kobashiru Nuzuro. Et avec moi, Ruri et Doku. »

Après ça, je laissais le soin à la shukaïjin de poursuivre la discussion. Peut-être fallait-il qu'elle procède à une quelconque procédure sur ordre de sa hiérarchie. Notre repas était pour le moment mis en pause.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gekei Ao
Informations
Grade : Genin
Messages : 777
Rang : C

De passage. [Ft Ruri & LIBRE] Empty
Message(#) Sujet: Re: De passage. [Ft Ruri & LIBRE] De passage. [Ft Ruri & LIBRE] EmptyMer 22 Mar 2017 - 18:21

Shirahime remarqua, au terme d'une observation plus approfondie du groupe des voyageurs, qu'ils portaient en effet tous le bandeau caractéristique de Suna. Voilà qui était certainement rassurant quant à leurs intentions. Elle n'était pas sans ignorer les relations qu'entretenait le Shûkai et le Village du Sable, et cela ne pouvait que la réjouir. Après tout, il était toujours bon de trouver des émissaires alliés sur ses terres. Elle était d'autant plus curieuse de découvrir quels motifs pouvaient bien conduire leurs pas jusqu'aux terres impériales. Peut être étaient-ils porteurs d'une bonne nouvelle dont le Kazekage -elle ne savait pas trop où en étaient les choses du côté du dirigeant du village, de qui il s'agissait exactement- voulait informer le Kamui par le biais de ses émissaires fidèles uniquement ? Peut être même que cette information avait à voir avec la guerre qui se déroulait toujours entre Suna et Konoha ? Elle semblait plus violente, à l'heure actuelle, que celle qui opposait le Shûkai et Kumo, et Shirahime était curieuse de savoir à quoi ressemblaient les conditions de vie d'un peuple plongé dans un conflit véritable, qui devait certainement occuper tous les esprits sans leur laisser de répit.

Ce ne fut que quand l'homme qui se présenta sous le nom de Kobashiru Nuzuro lui eut tendu ses papiers de laisser-passer qu'elle reprit conscience de sa condition de soldate. Bien évidemment, elle s'était laissée emporter par son imagination et son enthousiasme de découvrir des visages de pays lointains et avait oublié toutes les règles qui incombaient à sa charge. Une faute d'autant plus négligente qu'elle était commise en temps de guerre, dans un des pays frontaliers de l'ennemi. Elle se maudit intérieurement, et attrapa les papiers qu'on lui tendait. Elle les examina rapidement. Elle n'avait aucun doute sur le bien-fondé des paroles de ces visiteurs. Les papiers étaient en règle, et elle les rendit à leurs propriétaires.

"C'est mon plaisir de pouvoir vous accueillir sur les terres de l'Empire. Même si vous ne comptez pas rester, à ce que j'ai compris ? Je conçois que votre patrie puisse vous manquer, mais ne peux que vous recommander de visiter un peu le pays avant de retrouver les vôtres. Taki est, comme vous l'avez dit vous-même, un pays formidable, regorgeant d'attraits. Peut être avez-vous entendu parler de la Bibliothèque d'Itabei, qui est en voie de complétion ? Elle fera la fierté du Shûkai quand elle sera terminée, c'est certain. Oui, Taki, et a fortiori tout l'Empire, est une terre de merveilles. Et je ne le dis pas seulement parce que j'y suis née."

Non, Shirahime n'avait pas vraiment l'esprit chauvin, ni particulièrement patriotique. Simplement, elle avait bien compris combien il était important de se faire bien voir par d'autres Shinobis, d'autant plus que ceux-là venaient d'un pays allié. Les informations qu'ils glaneraient sur leur chemin, de même que leurs impressions, seraient nécessairement rapportées à leurs supérieurs. Alors, en se montrant courtoise, aimable, et avenante avec eux, elle avait au moins l'impression d'agir en faveur du Shûkai. Dans des temps de trouble comme ceux qui ravageaient le Yuukan, il était essentiel de s'entourer d'alliés fidèles et de consolider les alliances déjà formées.

"Mais peut être avez-vous déjà eu l'occasion de visiter le pays ? Si vous êtes sur le chemin du retour, je suppose que vous avez déjà pu profiter de l'hospitalité du Shûkai. A moins que vous ne vous soyez rendu dans un autre pays ? Loin de moi l'idée de vouloir paraître intrusive, croyez-le bien. Je comprendrais tout à fait un refus de répondre à ces questions. Je sais le secret qui peu planer autour de certaines informations, et ne souhaite pas m'immiscer plus loin qu'il ne sied. J'en oublie d'ailleurs mes convenances."

Elle avait volontairement tu le fait qu'elle ait entendu le nom de Kumo prononcé dans la conversation, avant qu'elle ne se montre. Elle s'inclina devant les trois visiteurs, de ces révérences purement diplomatiques.

"Je suis Tsubame Shirahime, Heishi du Shûkai. Au nom de l'Empire et du Seigneur de Guerre de Taki, je vous souhaite la bienvenue sur nos terres."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

De passage. [Ft Ruri & LIBRE] Empty
Message(#) Sujet: Re: De passage. [Ft Ruri & LIBRE] De passage. [Ft Ruri & LIBRE] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

De passage. [Ft Ruri & LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Taki no Kuni-