N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Le lait, c'est sacré | Hakana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptySam 7 Jan 2017 - 5:41

Les journées au village de la Brume peuvent parfois être longues. Le soleil y est souvent caché sous un temps gris, survivre à une après-midi demande un effort herculéen si rien n’est prévu au cours de la journée. Le temps des âneries immatures est révolu, et ce, depuis fort longtemps. Pour un jeune adulte tel que Natsu, cette réalisation le frappe telle une gifle rang S en pleine figure. Travailler dans le but de remettre la nation sur pied et lui redonner sa gloire d’antan – si ce n’est plus – est une tâche qui demande beaucoup de temps. Néanmoins, même le plus ardu des travailleurs se mérite un congé ici et là. Il est important pour le corps de se reposer afin de refaire le plein d’énergie. Toutefois, le Lutin de Kiri n’est pas le type de personnage à rester chez lui les bras croisés à regarder la télévision tout en mangeant des croustilles comme un véritable américain. Rester coincer dans un espace restreint n’a rien d’amusant. Il doit donc prendre l’air.

Cependant, la problématique initiale reste la même. Il n’y a absolument rien à faire. Rien ne l’empêche de profiter d’un tour afin de constater la renaissance de son foyer, ou bien se remémorer d’une époque aujourd’hui passée, mais cela ne brisera pas cette monotonie éternelle. Que faire, dans ce cas ? Sortir à l’extérieur des murs de la cité et s’aventurer dans la nature et espérer trouver un endroit unique ? Un Genin pourrait prendre plaisir à faire cela, et il n’y a là aucun mal à ce désir, mais un Shinobi de la trempe de Natsu est déjà bien familiarisé avec l’environnement entourant sa mère patrie. S’entraîner ? La fougue de la jeunesse n’est plus présente chez ce vieux chien, ce dernier préférant dormir plutôt que faire de l’exercice physique. Un mode de pensée qui finira un jour par lui mordre le derrière, oui. Il est bel et bien conscient.

    Waaaaaaaah…


Mains dans les poches de son jean d’ébène, le Lutin ouvrit grand la mâchoire pour laisser échapper un énorme bâillement visible à tous. Impoli ? Certes, mais il s’en fiche. Et puis, ce bâillement a duré huit secondes. Le commun des mortels ne peuvent s’approcher de ce temps en temps normal ! Malgré ce signe évident de fatigue et d’ennui, Natsu a la flemme de s’installer dans un lit douillet et de succomber aux duperies de Morphée. Quoi donc pour guérir cette maladie qui semble incurable ? Que peut donc tuer cette ennuie mortelle ?

Vagabondant les ruelles de la Brume Sanglante, Natsu remarqua à un moment une affiche. Le nom de l’endroit ? Il ne retenu même pas le nom plus d’une seconde. C’est une auberge comme les milliers d’autres qui pullulent cette Terre. Le bâtiment ne possède rien de spécial non plus. À vrai dire, voilà un édifice plutôt miteux. Il ignore pourquoi cet endroit a attiré son attention, en fait. Néanmoins, il cessa sa marche et considéra. Pourquoi ne pas rentrer et voir ce que le destin peut bien lui apporter. Ce n’est pas comme s’il y allait perdre son temps. Et comme disait souvent une certaine bonne vieille femme : « ne jugeons pas un livre par sa couverture ».

Il entra à l’intérieur de l’auberge. Comme il s’y attendait, il n’y avait presque personne à l’intérieur. Bien sûr, qui va bien boire un verre au beau milieu de l’après-midi ? L’action se passe dès que l’étoile cède sa place à l’astre lunaire. Mais encore, Natsu n’est pas un amateur des soirées arrosées. Et c’est en s’assoyant au bar que la barmaid comprendra qu’elle ne fera pas affaire avec un client ordinaire.

    Un verre de lait, s’il-vous-plaît. 2%.


Un grand garçon de 18 ans qui demande encore du lait. Et à un bar, qui plus est. On aura tout vu. C’est avec le plus grand sérieux et un visage terne que l’homme aux oreilles pointues largua cette phrase à la personne en charge. Pourquoi du lait ? Parce que le lait contient bien du calcium, et une bonne quantité de calcium dans le corps est toujours bon. Pourquoi pas un verre d’alcool comme tout le monde ? Parce que c’est tout simplement dégueulasse, comme le dirait le bon vieux Shinichi. Bref. Le client demande, alors que le larbin se mette au travail et offre ce que son Seigneur désire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kaguya Hakana
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptySam 7 Jan 2017 - 20:39

Sur l’archipel de Mizu no kuni, vivaient deux sœurs, des jumelles identiques sur leur physique du moins. Toutes deux Kaguya de naissance s’évitaient comme la peste, pour cause, l’une avait fui pour une vie de civile sauvant ainsi sa vie, c’était Kahana. L’autre avait rejoint Kiri dans l’idée d’achever sa jumelle qui lui avait fait faux bond, il y avait déjà quelques années de cela, c’était Hakana. Une civile, une kunoishi donc, avec des vies bien différentes, et des localisations pas si éloignées au final. À se demander par quel miracle elles ne s’étaient jamais encore croisées. L’explication était simple, la civile ne quittait jamais son lieu de travail et la kunoishi ne fréquentait pas ce genre d’endroit, ni les personnes qui les faisaient vivre en général. Il y avait donc si peu de chance de faire le lien entre les deux Kaguya…

L’après-midi était toujours un moment de répit aux travailleurs de ce type d’endroit, enfin, à l’auberge où travaillait Kahana du moins. Loin d’être d’une grande renommée, c’était plutôt le contraire, les gens corrects évitaient de s’en approcher, il n’y avait jamais foule à cette période la journée. Un avantage pour s’avancer dans les tâches annexes quand on était discipliné, et ce n’était pas le cas de la Kaguya reconvertie en semblant de civile. Un client se présentait à son bar, le même où elle était accoudée tout en feuilletant son magazine, elle levait à peine le nez pour le regarder, patientant qu’il exprimait son choix, mais ce dernier lui faisait changer d’attitude. La barmaid se décidait enfin à le regarder en face quand il avait fini sa phrase.

-« Du lait ?... »

Au début, elle prenait ça pour une blague, à moins qu’il ne parlait dans un jargon qu’elle ne connaissait pas encore, après tout, les tournées du soir, ce n’était pas encore son rayon. Le plus énigmatique dans tout ça restait ce « 2% » sorti de nulle part. Pas le genre de subtilité que l’on apprenait chez elle. De haut en bas, elle fixait l’individu pour être sûre qu’il n’était pas en train de se payer sa tête, il n’avait pas vraiment l’air d’un enfant. Quel genre d’adulte buvait du lait en milieu de journée, dans un bar en prime… Celui d’une vieille auberge mal fréquentée en prime. Peut-être cherchait-il les histoires, mais il n’était pas à la bonne heure pour ça. Sans plus chercher à comprendre, puisque c’était son travail, la brunette s’en pour autant s’empressait, attrapait le seul lait de son stock, qu’importe son pourcentage, pour le verser dans un verre. Ce dernier était bien épais, crémeux à souhait, il servait à la cuisine d’ordinaire et d’expérience pour elle, ne goûtait pas très bon. Pour couronner le tout, il avait fait son temps dans leur placard, ça ne le rendait plus très frais. Mais elle n’avait rien d’autre que faire.

Son esprit de rapièce, sans scrupule la poussait à utiliser un filtre pour sortir la crème jaunie qui défigurait son aspect, il semblait ainsi plus fluide, peut-être trop même en fait. Bien qu’il sentait encore un peu fort, elle le coupait à l’eau enfin et pour enlever l’odeur de cailler, rien ne valait un peu de vinaigre. Une vieille technique qui passait souvent inaperçue au moment de la consommation, mais qui avait des répercussions sur la digestion en suivant. Qu’importe. Elle déposait la commande sur le bar dans la même attitude lasse qu’à son départ, avant de reprendre le feuilletage de son bouquin.

-« Après ton verre on sera fermé. »

Elle voulait simplement s’en débarrasser, ce n’était pas le genre de client qui rapportait de l’argent de toute façon. Et ici, ce qui ne rapportait rien n’avait rien à y faire. Et en parlant de client, ironiquement, à quelques lieux de là, sa jumelle escortait un vieillard et ses achats, elle aussi était pressée de l’expédier. L’homme d’un certain âge qui tenait absolument à ouvrir la marche, peinait à mettre un pied devant l’autre et ses raccourcis n’en étaient jamais, doublé cela à une incontinence et ils passaient leur temps à chercher des coins pour qu’il soulage sa vessie. C’était une sale journée pour la Kunoishi et elle semblait interminable. Au moins, elle ne pouvait pas être pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyDim 8 Jan 2017 - 2:41

La serveuse décida enfin de lever son nez de son bouquin, fixant son client de ses deux prunelles saphir. Elle répéta les mots utilisés par notre protagoniste sous forme de question afin d’être certaine d’avoir bien entendu. Natsu ne dit point mot, plaquant son regard obscur sur la barmaid. De marbre, il fit bien comprendre à la jeune fille, cette dernière croyant à une farce, qu’il était tout à fait sérieux. Un verre de lait, de préférence deux pourcents. S’il ne reste que du un pourcent, alors ça fera l’affaire. Le deux pourcents a meilleur goût, après tout. C’est également le lait le plus apprécié en général. Il n’y a donc aucune excuse pour cet établissement de ne pas en avoir.

La demoiselle se redressa et se dirigea vers la cuisine, se décidant enfin d’accomplir son devoir. Quelle jeune fille irrespectueuse ! Dans son métier, il est de connaissance générale que l’on doit fermer sa gueule, ne laisser aucune émotion transparaître et d’exécuter aussitôt son boulot. « Le client est roi », comme dirait la bonne vieille grand-mère qui habite à côté de chez lui. C’est plutôt son pognon qui est maître dans ce cas-ci, mais passons. Pendant qu’il attendait, le Lutin en profita pour examiner son environnement. Effectivement, cette auberge n’a rien de gracieux. Un endroit où la pénombre est maîtresse. Dans un recoin de la place, un seul homme, plutôt colosse, sirotait tranquillement son breuvage. Mise à part de cela, rien qui ne vaut la peine d’être soulevé.

Le temps s’allongeait. L’elfe commençait à taper du doigt sur le comptoir, la patience courte. Verser du lait dans un verre n’est pourtant pas si compliqué. Pourquoi diable cette fille prend-t-elle autant de temps ? Au même moment où cette question se forma dans son esprit, la silhouette de la brunette réapparue, la boisson en main. Finalement ! Avec la même attitude que plus tôt, elle déposa le breuvage face au client avant de replonger son nez dans son magazine, puis spécifia que l’auberge fermera lorsque son verre sera achevé. Cette pouffiasse, souffla le Lutin dans sa barbe. Qu’importe, il a désormais ce qu’il désire le plus au monde. Le lait ! Ce liquide si… Si… Le jeune homme approcha ses narines du verre et renifla un bon coup. Sa réaction fut immédiate, il retira son visage le plus loin possible de cette abomination. Quelle odeur nauséabonde ! Le lait frais n’émane pourtant pas une telle odeur. Et puis, en l’observant de près, même sa texture n’est pas appétissante. Il n’y a plus qu’une explication possible.

    Hey, ton lait est périmé.


En exprimant sa complainte, Natsu comprit aussitôt son erreur. Derrière cette attitude nonchalante se cache en fait une vipère de la pire race. Nul besoin de lui faire remarquer que le liquide a dépassé sa date d’expiration depuis belle lurette puisqu’elle l’a probablement servit en connaissance de cause. Sait-elle qu’il serait amplement facile pour le Lutin de faire une plainte auprès du propriétaire pour tentative d’empoisonnement alimentaire et de lui faire perdre son emploi ? Ou pire, faire fermer l’établissement définitivement ? Un citoyen ordinaire avec une tête sur les épaules aurait sûrement agit ainsi. Toutefois, une telle démarche demande bien trop d’efforts de la part du jeune homme à la crinière de jais. Démarche judiciaire est synonyme de paperasse. Non, écrire est bien trop crevant pour un flemmard tel que Natsu. Hélas, une idée de génie traversa son esprit le temps d’un éclair.

    L’ami, approche.


Il interpella l’homme prit dans l’embarras de la solitude. Ce dernier se leva tant bien que mal et vacilla jusqu’au comptoir. Sous les effets de l’alcool si tôt en après-midi ? Soit. Certains humains vivent une vie plutôt médiocre. Sa destination atteinte, le Lutin lui présenta le verre.

    Je t’offre ce verre de scotch. Cadeau, mon frère.


Du scotch ? C’était pourtant toujours du lait à l’intérieur de cette coupe. Du moins, aux yeux de la brunette, le breuvage à l’intérieur du verre était toujours ce vulgaire lait. Pourtant, il ne suffit que d’un simple Genjutsu pour berner l’intoxiqué. Ce qu’il percevait n’était nul autre qu’un verre de scotch. Il empoigna la coupe, remercia avec gratitude notre héros et engloutit d’une traite son contenu. Le liquide désormais ingurgité, la suite des événements défilèrent rapidement. Illico, un fracas retentit dans la salle. L’homme échappa le verre et saisit son abdomen. Visiblement en peine, les spectateurs entendirent un son inquiétant provenant de son estomac. Le costaud fusa vers la salle de bain publique. Aussitôt la porte ouverte, l’on entendit le terrible son d’un homme qui vomit, et ce, continuellement. A-t-il atteint la cuvette ? Seul Dieu le sait. Espérons que la jeune demoiselle n’aura pas à laver le plancher.

    Tu vois ? Je t'avais bien dit qu’il était périmé.


C’est sur un sourire amusé jumelé d’un air enfantin que Natsu réitéra son constat de plus tôt. Mains joints sur le comptoir, il était plutôt satisfait de ce petit tour de manège. Voilà un bon moyen pour tuer l’ennui. Il sait très bien que ce moment ne durera pas, alors autant savourer chaque instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kaguya Hakana
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyDim 8 Jan 2017 - 3:27


Une fois de plus il la dérangeait, ils étaient tous casse-pieds en général les gars qui prenaient place ici, mais au moins, une fois servi, la Kaguya avait la paix. Bon, contrairement à tous les poivrots à qui elle avait affaire, celui-ci avait un bon flair, en plus de quelques neurones connectés entre eux. Pour seule réponse à son accusation, la barmaid haussait ses épaules, comme si elle en avait quelque chose à faire de sa remarque, bien sûr qu’elle savait que son lait était mauvais, on ne gagnait pas à tous les coups, au moins, peut-être que ça le ferait dégager. Mais non… Avec toute la peine du monde, l’impulsive nature Kaguya sur la balance, la brunette se retenait de lui suggérait de retourner chez sa mère pour lui en extraire un plus frais, de lait. C’était trop tôt pour la bagarre et elle ne devait pas se faire remarquer, sans quoi, on allait la virer encore…

Suspicieuse, elle levait quand même le nez de son bouquin finalement quand il appelait le vigile de l’endroit, un bon à rien qui vivait aux frais de la princesse, qu’on se le dise. Et c’était avec un intérêt certain, qu’un coude posait sur le comptoir, elle observait cette scène aussi étrange qu’amusante. Gugus, de son vrai nom Kigu, avalait cette mixture immonde d’une seule traite et pour ça, le gamin sur son comptoir n’avait eu qu’à lui dire que c’était son alcool préféré. Leur gardien devait quand même être sacrément imbibé. La tête soudaine de la barmaid était équivoque, comme si elle devinait déjà la suite, les conséquences ne tardaient à montrer le bout de leur nez. Même l’odeur finissait par arriver jusqu’à eux par le biais des courants d’air. Silencieuse, elle qui allait devoir nettoyer ça et donc loin d’être ravie, prenait un instant pour plonger son regard dans celui du farceur du jour. Finalement, face à ce minois si fier de lui, il ne lui venait qu’une seule solution à l’esprit.

-« Et quoi ? Il faut que j’aille traire une vache pour t’en sortir du frais et te satisfaire… Une réclamation de service. Attends. MONAAAA !» Hurlait-elle presque pour finir en appelant quelqu’un, un sourire mesquin sur sa petite mine angélique laissait entendre que le tour n’était pas fini. De là, la propriétaire à la poitrine généreuse (très), tout autant que ses formes d’ailleurs, se pointait avec un peu de difficulté à passer la porte. « QUOI ?! » Demandait-elle de sa grosse voix, agitant ainsi ses lèvres épaisses trop maquillées. « Le petit gars il trouve ton lait pas frais, alors il suggère qu’une grosse vache se ramène pour lui en sortir, et il semble te demander. Donc j’en conclus que je dois te traire. »

La gérante qui comprenait toujours tout le plus susceptible possible, en même temps il y avait de quoi, devenait aussi rouge que son rouge à lèvres. Dans toute sa masse, elle se déplaçait en faisant le tour des cuisines pour accéder au comptoir et la peste de Kaguya se ravissait déjà. Elle avait déjà un peu marre de ce coin pourri, il était temps de changer pour elle. D’une main, elle soulevait son magazine devant elle comme pour l’emporter et il ne fallait pas plus de quelques secondes de plus pour qu’une volée d’un liquide blanchâtre, un lait périmé, tapissait le comptoir où leur client était posé. Lui aussi ? C’était difficile à dire tout de suite, la Kaguya avait utilisé son bouquin en bouclier contre la projection, ça lui obstruait la vue. Pourtant, c’était bien elle que la femme outrée visait.Quant à la propriétaire des lieux, on l’entendait hurler de dehors que personne n’avait le droit de la traiter ainsi, certainement pas un petit avorton et une petite merdeuse du genre de la Kaguya. Elle était hystérique.

Le minois bien moins angélique de la Kaguya en avait profité pour disparaître en longeant le comptoir et filant par la porte de derrière (et la recette du jour), laissant au lutin le soin de se démerder de cette affaire. Elle avait beau être civile par choix dans la vie, elle n’en restait pas moins une initiée du taijutsu depuis sa plus tendre enfance. Et la fuite, c’était ce qu’elle savait faire de mieux depuis toujours. À un croisement près durant son escape, elle aurait même pu tomber nez à nez avec sa jumelle et envenimer encore plus son quota d’ennuis. Mais non, l’autre Kaguya peinait à faire avancer son client vers un lieu où il pourrait se soulager. Ils arrivaient proches de la rue principale où se tenaient l’auberge et son chahut.

-« Bon allez encore un effort, on y est presque.. » Elle ferait mieux de passer son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyMar 10 Jan 2017 - 2:05

Lorsque la brunette annonça qu’elle servira finalement du lait frais, le rictus du Lutin s’étira. Ce dernier est un garçon plutôt naïf par moment, le sarcasme de la demoiselle vola six pieds au-dessus de sa tête. Il en déduisit que cette « Mona » n’est nul autre qu’une vache domestique et que cette serveuse allait traire puis traiter le lait pour ensuite servir ce délicieux breuvage. Si elle prend la peine de faire autant d’efforts, elle se méritera un énorme pourboire ! La réalité le frappa cependant telle une gifle lorsqu’une énergumène – il n’y a pas un meilleur nom pour désigner cette femme – apparu tant bien que mal dans le cadre de porte. Illico, le sourire du jeune homme s’affaissa lorsqu’il vit la « vache » rentrer dans la salle. Natsu déglutit, son appétit soudainement coupé. À ce point, il ne se faisait plus d’illusions. Toutefois, il était curieux de voir ce qu’a en tête cette femme. Coude appuyé sur le comptoir, il observa la scène.

Évidemment, immature comme il est, Natsu ricana aux propos de la jouvencelle. Cette femme est-elle sa patronne ? La femme du propriétaire ? La pétasse du quartier ? Il ne le saura probablement jamais. Quoi qu’il en soit, la nouvelle venue n’aima pas la remarque et devint aussi rouge qu’un poivron, à un tel point qu’il devint impossible de différencier son rouge à lèvres de son visage. Susceptible ? Oui. Sa réaction mérita cependant une certaine interrogation de la part du Lutin qui arqua un sourcil lorsqu’il vit la dénommée Mona s’enfuir à toute vitesse en direction de la cuisine. Va-t-elle s’armer d’une culière de bois ? De couteaux ? Non, bien pire : un carton de lait. Exactement le même lait périmé qu’a tenté de lui faire avaler l’adolescente. Cette dernière a d’ailleurs bien anticipé la suite des événements, se protégeant à l’aide de son magazine. La femme balança le liquide en direction de sa collègue de travail – du moins, c’est ce qu’on en déduit, mais la précision du lancer tellement mauvaise qu’il est difficile de l’affirmer.

    ¿ Qué ?


Tous les poils sur l’épiderme de l’elfe s’hérissèrent. Un carton de lait est normalement inoffensif. Le contenu de celui-ci est cependant comparable à celle d’une bombe puante. Il s’agit d’un artifice artisanal dangereux. Heureusement, Natsu est un Shinobi. Un ninja qui a misé sa vie sur le terrain de multiples fois, que ce soit lors de guerres ou de conquêtes. Ce lait est bien plus lent qu’un shuriken ou un kunaï. C’est avec l’agilité d’un félin que le Lutin se jeta sur la droite et roula sur le sol, la menace évitée. Ce ne fut pas aussi classe qu’il l’imaginait, mais c’est le résultat qui importe. L’hystérique sortit de l’édifice en hurlant son mécontentement. Tranquillement, l’homme vêtu de noir se releva en douce. Son regard de charbon survola la salle. Bien sûr, la brunette a disparu. Et cela ne sert à rien d’invoquer une salamandre afin de la traquer si cette dernière ne connaît pas sa signature d’énergie.

    Mince.


Afin d’éviter un face-à-face avec la monstruosité à l’extérieur, Natsu emprunta une sortie différente. Il souleva une fenêtre, appuya ses mains sur le solage et sauta à l’extérieur. En quelques secondes, il se retrouva sur la ruelle principale à une distance sécuritaire de la vache criarde. Hors de danger, il plongea ses mains dans les poches de son jean et se dirigea du côté opposé du vacarme. Dommage que cette peste ce soit enfui. Il lui aurait bien infligé une illusion digne des pires atrocités afin de la faire payer… Quoi que, en parlant du loup. Il aperçut le même visage même pas dix secondes après sa fuite. Il pointa son index vers la fautive et beugla à son tour.

    Hah !! Tu croyais pouvoir t’échapper, vipère ? Ce n’est pas en changeant tes vêtements que tu vas me semer. J’ai frôlé l’empoisonnement alimentaire, tu sais ? En garde, femme ! Je vais te donner moi-même la fessée.


Si c’est nécessaire, le Lutin est même prêt à invoquer la salamandre la plus imposante de son arsenal au beau milieu du visage afin d’infliger une bonne leçon à cette pisseuse à deux francs. Ce n'est clairement pas l'idée la plus brillante... D'un autre côté, les Lutins n'ont jamais fait preuve de modération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kaguya Hakana
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyMar 10 Jan 2017 - 19:43

La Kaguya la plus fautive de l’histoire, Kahana se retournait une fois assez éloignée, rien derrière, c’était parfait et aussi le moment de changer de ville. Entre ses mains se tenait son butin, elle était plutôt fière d’elle en retournant retrouver sa mère d’adoption, jusqu’à qu’elle la renvoie combler les dettes à nouveau. Elle s’en sortait plus qu’à bon compte, sans même soupçonner que c’était son ennemie jurée qui allait lui sauver la mise. D'ailleurs, en parlant de sa jumelle, elle qui peinait déjà à traîner le boulet de sa mission, devait faire face à un nouveau contre temps. Elle relevait le nez en entendait une voix s’élevait, tout ça pour découvrir qu’on la désignait en la pointant du doigt. Alors ça déjà ce n’était pas très poli ! Oui, oui, bon d’accord qu’elle n’en avait absolument rien à faire, mais on lui avait tellement rabâché à l’orphelinat que…

- " C’est à moi que tu parles là… ? " Questionnait-elle finalement d’un ton étrangement calme.

- " Oh un ami à toi gamine ? " Le vieillard qu’elle soutenait, avait lâché une caisse dans le même temps assassinant ses narines… " C’est pour le voir à lui que tu refusais de prendre mon raccourci c’est ça ! "

En mission ou pas, les nerfs de la Kaguya étaient prêts à lâcher en même temps qu’elle avait poussé son vieux sur le côté. Sans ménagement bien sûr. Il s’écroulait sur des sacs en tulle épais de céréales, une chance, car en aucun cas, sa gardienne n’en avait eu l’idée pour le ménager dans sa chute. Le marchand et propriétaire des sacs se plaignait avant même que le vieil homme réalisait sa chute, la fille ne les écoutait plus, son poing serré en mit en avant, son compteur n’avait fait qu’un tour à l’entente du mot fessé. Comment osait-il interpeller une honnête shinobi, oui, oui, pour lui faire ce genre de proposition malsaine. Qu’importe qui était cet espèce de taré, dire à un Kaguya qu’on le défiait, pouvait suffire à le faire entrer dans une bagarre. Cette fois n’échappait pas à la règle et les réprimandes de son client n’y changerait rien, pire encore quand elle lui suggérait de la fermer et rester bien tranquille, là...

- " HANNN ! Petite avortonne comment ose tu ! N’espère pas toucher un sou ! J’en toucherais deux mots à Kiri ! "
Pas le genre de mots ou de conséquences qui suffisaient à lui couper l’élan. Puisque le brun voulait la bagarre, il l’aurait, en appui, la Kunoichi allait charger sans plus de réflexion que cela, mais voilà que…

- " AUX VOLEURS !!!! C’EST EUX !!! " Meuglait la vache, euh, l’aubergiste dépouillée de sa recette, elle aussi en pointant le doigt vers leur direction. Décidément, à Mizu no kuni on manquait d’éducation. Hakana était bien forcée de regarder dans leur direction et à nouveau… " C’est elle !!! Et celui-là son complice, il fait diversion pendant qu’elle filait ! Attrapez-les ! " Un coup de sifflet retentissait, puis plusieurs et là les proportions n’étaient plus les mêmes, même pour une inconsciente comme elle. La Kaguya lançait un regard suspicieux vers l’inconnu provocateur.

- " Sur quel genre de taré je suis encore tombé… Pourquoi tu me mêles à tes embrouilles toi ! C’est quoi ton problème au juste ?!! "

- " Mauvaise graine je le savais ! Brigand ! Avorton ! À moi, on m’agresse ! Ils veulent me voler aussi !" En rajoutait pour une couche le vieillard et le marchand criait à son tour le même refrain en attrapant son bras. Mauvaise idée.

D’un coup de poing de sa main libre, la Kaguya l’assommait, le laissant retomber au sol avec un joli jet de sang sortant de son nez en guise de bonus pour l’avoir touché. C’était si ridicule comme situation, que la Kaguya aurait pu se pincer pour être sûre d’être éveillée. Elle agitait bien ses mains frénétiquement devant elle pour démontrer la confusion dans l’affaire, bon ok, elle avait bien un peu bousculé deux civils, mais rien n’aurait semblé pouvoir y faire grand-chose pour sauver sa cause. Regardant autour, elle ne voyait pas vraiment de solution, ni la cause de tout ce bordel, si ce n’était ce gars. Aussi… Vu qu’ils étaient un peu trop nombreux pour tous leur casser la figure. Oui quand même, était-il vraiment raisonnable de s’attirer encore plus d’ennuis. Il lui restait qu’une option, prendre ses jambes à son cou, dans un premier temps.

- " On réglera ça plus tard, tu veux. "

Et sans plus attendre, à pas de course, elle s’éloignait de là, sa course s’arrêtait dans un lieu désert pour laisser place à un concert de jurons. Aujourd’hui rien ne semblait vouloir aller pour la Kaguya. Il ne manquait plus que ça, d’autant plus qu’elle n’avait presque rien fait au final, c’était ce gars qui avait débarqué de nulle part, lui apportant toutes ses histoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptySam 14 Jan 2017 - 23:55

Suite à un instant de silence, la peste, accompagnée d’un vieil homme, demanda calmement si le Kirijin lui adressait la parole. Oh non, pas du tout mademoiselle. L’individu en question qui beugle comme un imbécile dans votre direction et qui vous pointe de son index s’adresse en fait au boulanger à l’autre extrémité de la cité. Même si quelques kilomètres les séparent, le vent réussira à transporter le son de sa voix jusqu’à lui et lui transmettre son aimable message, non ? Mais quelle idiote ! Ou bien feigne-t-elle la stupidité afin de faire flancher les nerfs du jeune homme ? Dans tous les cas, une certaine veine d’impatience sur son front s’est bombée de sang suite à cette interrogation. Si elle croît que ce manège réussira à berner le grand Natsu, elle se fourre le doigt profondément dans l’œil. Ce n’est pas en changeant ses vêtements et en prenant un vieillard par le bras qu’elle se sauvera de la furie du Lutin. Un quidam aurait peut-être mordu à l’hameçon, mais notre protagoniste n’est pas sot pour autant ! À vrai dire, si la fille est intelligente, elle aurait plutôt opté pour une métamorphose. À moins d’être totalement novice dans les arts ninja.

Fracassant soudainement ce moment de quiétude, la brunette poussa brusquement l’ancêtre, ce dernier tomba sur le sol accompagné de ses nombreux sacs d’épicerie. Natsu haussa haut les sourcils, ses perles d’ébène fixant la victime et l’agresseur à de nombreuses victimes. Il murmura « la vache » dans sa barbe – et il ne parlait pas de la patronne de plus tôt ! Il doit le reconnaître : même lui n’aurait jamais osé lever la main sur un aîné sans aucune raison valable. Et pourtant, au cours de sa piètre existence, Natsu a fait beaucoup de conneries. Ce qu’a fait la jouvencelle est passible d’une infraction. Ce geste sera vu comme un assaut criminel et, si le système judiciaire du village n’est pas totalement merdique, elle pourrait être poursuivit en cour.

Évidemment, le vieil homme n’apprécia point l’acte de sa… Fille ? Petite-fille ? Nièce ? Petite amie ? Il évoqua même de l’argent impliqué, donc l’on peut se douter du genre de service qu’offre cette adolescente. Qu’importe. La larronne, une mine énervée sur le visage, adopta une position de combat. Une Kunoichi ? Intéressant. Sans crier gare, elle chargea sur notre héros. Ce dernier se positionna également, mais se sachant désavantager en combat rapproché et ne pouvant jeter des jutsus en plein centre-ville, il se sentait cuit jusqu’à l’os. Heureusement, le bon Dieu veille sur lui ! Un hurlement d’outre-tombe retentit derrière lui. Une voix l’accusant de vol, de complicité. Une voix qu’il reconnut aussitôt. Quelle est donc cette ânerie ? Voilà il y a longtemps que Natsu a laissé la profession de l’escroquerie. Lui, un honorable Lutin, volé une taverne miteuse ? Il faut être dupe pour penser ainsi. Le vieillard s’y mit également, mais son manège ne dura pas longtemps alors que la brune le frappa à la tête pour le faire taire. La bousculade de plus tôt n’était pas suffisante, elle devait maintenant le frapper en pleine figure.

    Bon bah maintenant, cette affaire va clairement en cour, haha.


Natsu gratta nonchalamment le derrière de sa tête, cherchant une solution pour se tirer hors de ce bordel. À vrai dire, il n’a qu’à arracher le butin de ses mains et le remettre à l’énergumène en charge de l’auberge. Non seulement, il s’en sort en héros, mais également de cet événement ridicule. Cependant, la fautive courut dans la direction opposée du trouble. Le devoir de semer ses poursuivants ainsi que poursuivre la véritable criminelle. Pour cela, une solution bien simple. Le Lutin matérialisa une dizaine de clones immatériels afin de faire diversion. L’original bondit sur le toit le plus près et chercha la silhouette traversant la ruelle en courant. Une fois la cible localisée, il ne la lâcha pas d’une semelle. Elle finit dans un pâté de maison désert pour ventiler sa frustration. L’elfe déglutit. Il ignorait que les jeunes de ce jour étaient à ce point mal éduqué. Les feux de la guerre ont laissé leur trace. Bon, il est l’heure d’interrompre ce cirque. Natsu bondit du sol jusqu’au sol, à dix pieds (trois mètres en non-américain) de sa cible. Il se garda tout de même une petite distance, une simple mesure de sécurité au cas où si elle décide de se jeter sur lui une nouvelle fois. Pour les mauvaises raisons, entendons-nous.

    Tu essais de m’empoisonner et tu voles le butin de ta patronne ? Ma foi, j’admire ton audace. Toutefois, tu as tenté de tuer le mauvais gars.


Coincé comme un rat, il n’y a pas d’issus pour cette jeune fille. Mains sur les hanches, sourire mesquin aux lèvres, il pût finalement regarder de haut en bas la fautive de bien près. Jaugeant la criminelle, il perdit son sourire et fronça les sourcils. Sa main frotta son menton, enfoui d’une profonde réflexion. L’observant désormais de plus près, il décela quelques différences mineures entre la serveuse et cette coureuse de jupon. Ne nous méprenons pas, il s’agit bel et bien de la même face et du même gabarit… Mais même le doppelgänger le plus fidèle d’un quidam aura une ou deux différences. Dans ce cas-ci, il y a une différence ici et là. Par exemple, le langage du corps ou encore l’aura que dégage l’individu. Des indices qui sont loin d’être crédible, mais le Lutin a appris avec le temps de faire confiance à son instinct. Et là, la petite voix dans sa tête lui dit qu’il s’est fait jouer comme un novice.

    Dis… Tu n’as pas une sœur jumelle, par hasard ? Genre, une fille qui te ressemble comme deux gouttes d’eau et qui travaille dans une auberge ?


Cette fille, arborant les couleurs du clan Kaguya, est similaire, mais ce n’est pas elle. À moins d’être une experte pour jouer sur la psychologie des autres, ce dont doute fortement Natsu. À bien y penser, même leur attitude est différente. L’une était plus amorphe alors que celle-ci est plus émotive et réagit bien plus aux commentaires. Si c’est le cas… Ce sera dur de traquer cette fouteuse de trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kaguya Hakana
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyDim 15 Jan 2017 - 0:35


Le répit avait été de courte durée, à peine le temps pour elle de lâcher quelques insultes et reprendre son souffle, que déjà, le son de cette voix insupportable refaisait surface. La brunette se retournait, très agacée…

-« Encore toi ! »

Voilà que maintenant, il lui rajoutait un vol sur le dos, non pas content de l’enquiquiner avec une histoire de denrée périmée, avait-elle l’air d’une marchande, franchement ? Voilà qu’il rajoutait couche sur couche, avec toujours plus, tentative de meurtre aussi et se sera tout ? Il manquait plus qu’il ne plaignait de viol et le panel était complet…

-« Espèce de taré. » Commençait-elle exaspérée en seule réponse, tandis qu’elle suivait ce regard qui la détailler de haut en bas. « Bon c’est bon, toi tu m’as tapé sur le système pour la fois de trop. »

Les conséquences et les actes devenaient superflus, comme trop souvent, c’était là tout son défaut, contrairement à sa sœur sur qui tout glissait… Hakana était prête à faire des bons à la moindre occasion. Un détail qui lui sauverait peut-être même la mise, alors qu’on lui avait toujours dit qu’il causerait sa perte. Comme quoi, restait fidèle à soi-même avait du bon, quoi que l’on pouvait en dire. La Kaguya s’apprêtait à venir le taper sans plus de sommation, mais avant, toutefois, elle pouvait apercevoir ce petit sourire si méprisant pour elle qui s’effaçait. Quoi encore ? Ses sourcils se fronçaient, mais elle n’en avait plus rien à faire, sa charge allait s’entamer, d’ailleurs, elle avançait déjà quand… Elle se freinait toute seule, la face décomposée, s’il se jouait d’elle et ses faiblesses, elle jurait de l’empaler… A quelques centimètres et avec le plaisir d’un face à face, plaisir, façon de parler, la jumelle ne pouvait s’empêcher de le faire approfondir ce qu’il venait de lui dire.

-« Quoi ?!... Comment tu sais ça toi ? » L’information ne faisait qu’un tour dans son esprit et elle agrippait le veston du gars pour le rapprocher, elle avait beau être grande, il avait toujours un peu plus d’une tête d’avance. Pas grande importance de toute si ce n’était de lui faire lever le museau pour aboyer. « Quelle auberge ? Tu l’as vu, tu la connais ? Tu sais où elle est ?! Parle ! Allez ! »

La brunette le secourait presque dans son excitation, la lueur de son regard avait changé, comme son attitude, loin d’être simplement sorti de ses gonds comme quelques minutes avant, son sérieux l’avait regagné, ses yeux pétillaient de rage. Et le tout n’allait pas en s’arrangeant alors que tous s’assemblait dans sa tête. Cette salope, même ici, elle arrivait à foutre le bordel et lui coller sur le dos sa merde pour s’en sortir à bon compte. La pensée faisait que la Kaguya repoussait le gars, presque folle de rage elle pivotait sur un côté pour se reprendre, ses poings serrés, mais pas plus que ses dents. Kahana ne pouvait pas être bien loin, toute l’agitation semblait récente.

-« Je crois que tu t’es trompé de fille, berné comme un abruti ! Si ça se trouve, cette conasse savait que j’étais là et elle l’a fait exprès.»

La colère trop grande faisait que son poing percutait le mur d’une habitation, sans pour autant réussir à la soulager pour autant. Il fallait sa double, aujourd’hui plus que jamais ! Mais c’était ce qu’elle se disait à chaque fois qu’elle retrouvait sa trace après tout.

-« Je ne sais pas ce qu’elle t’a fait à toi aussi, mais ce n’est pas mon problème ! Si tu n’as pas d’utilité là-dedans, lâche-moi la grappe ! Je dois rattraper cette fille !»


Sur quoi, d’un bond, elle rejoignait les toits d’où le brun était tombé. C’était un bon emplacement pour mener une traque, mais la brune avait semblé omettre un détail, à l’instar de Kahana, c’était elle aussi qui était traquée pour tout le quartier ou presque. En contrebas, elle apercevait les gardes qui l’obligeaient à se baisser et stopper son avancé un instant. Mais la Kaguya ne pouvait pas abandonner une si belle occasion de retrouver sa sœur, elles n’avaient jamais été aussi proches l’une de l’autre, du moins, Hakana ne l’avait jamais su si c’était le cas. Durant l’attente, une autre réflexion tardive la frappait…

-« Mais comment il a fini par nous différencier celui-là ?... » Marmonait-elle, sur son toit. Même leur mère n'avait jamais été capable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyDim 15 Jan 2017 - 16:45

    Parce que vos caractères sont diamétralement opposés, rétorqua-t-il d’un ton plat. L’une est nonchalante alors que l’autre, et bien, elle s’allume aussi facilement qu’une bougie.


C’est la réponse qu’il procura à la brunette, le Lutin également accroupi derrière elle afin d’éviter de se faire repérer par l’armada de gardes recherchant le duo pour une fausse accusation de cambriolage. Sérieux, quelle bande de larves. Ce sont des Shinobis formés et pourtant, ils ne pensent pas à adopter un point de vue en hauteur afin de retrouver leurs cibles. Michiki, que fais-tu donc de tes larbins ?

Natsu ne se considère pas comme un être intelligent – loin de là, en réalité. S’il compare son quotient intellectuel à celui de Shinobis qu’il a connu au cours de sa vie comme le Sandaime Mizukage ou encore le dernier chef des Épéistes, Yuuki Setsuna, son cerveau fait piètre performance. Cependant, si un sauvage ne peut compter sur sa vivacité d’esprit, il doit donc faire confiance à ses instincts. Et il a tapé direct dans le mille. Lorsqu’il partagea son hypothèse avec la Kaguya, son expression transitionna de la colère à la stupéfaction à la vitesse de l’éclair. Empoignant les pans de son manteau et le secouant d’avant en arrière, l’adolescente commença à délirer, posant des questions comme où se trouve la fille en question. Clairement pas dans le coin, hein ? On en serait pas ici si le Kirijin savait où se terre la véritable fautive de l’histoire. Elle exigea que le garçon parle, mais même s’il le voulait, la nausée qu’il commença à se former dans son estomac l’en empêcha.

Puis, elle défoula sa colère sur notre pauvre héros. Natsu resta de marbre face aux insultes et aux démonstrations de force de la jouvencelle, mais en vérité, une sueur froide dégoulinait le long de son échine dorsale. Il n’osait pas riposter. Si cette fille appartient véritablement au clan de ces manipulateurs d’os, alors la dernière chose qu’il désire est un fémur pointu logé dans son abdomen. Étant avant tout une lopette préférant combattre ses adversaires à distance en utilisant de multiples fourberies, il n’est clairement pas en position pour se défendre.

Comédie à part, la brune semblait déterminée de retrouver son doppelgänger et bondit sur la toiture du bâtiment le plus proche. Le Lutin ignore quelle est l’histoire entre ces deux filles et franchement, cela n’est clairement pas de ses affaires. Toutefois, le double a tenté d’empoisonner le grand Natsu ! Voilà une chose qui ne peut être pardonné.

    Désolé, mais je ne compte pas te lâcher d’une semelle. Tu sembles avoir des comptes à régler avec elle. C’est également mon cas. Si tu peux me mener à elle, alors j’y gagne.


Il usa d’une mine pensive pendant un moment, repensant à ce qu’il venait de dire.

    En fait, non. Tu ne sers à rien, à vrai dire. Si j’en crois ton hystérie d’il y a une minute, tu ignores complètement où elle se trouve et tu n’as aucun moyen de le savoir. Et de mon côté, j’ai les moyens de la retrouver.


Sur ces mots, il se releva et sauta sur le prochain toit. Son intention est de retourner sur les lieux du crime. Là-bas, il sera apte de retrouver la trace de la jumelle… Mais pourquoi donc n’a-t-il pas pensé à cela plus tôt ? Bref. Ceci dit, si l’autre brunette souhaite le suivre, libre à elle. Tant qu’elle ne devient pas une nuisance.

De retour à l’origine de cet incident, une fois la porte de la taverne franchie…

    Han ! Ils sont de retours ! AUX VOLEU–


    Ferme-là, tu veux ?!


Aussitôt dit, la vache dénommée Mona tomba dans les pommes, tronche première sur le comptoir de son bar. Comment est-ce possible ? Par la magie du Genjutsu, bien sûr. Certes, introduire une honnête citoyenne dans un faux monde parallèle n’est guère la meilleure chose à entreprendre et n’aide pas à prouver leur innocence dans cette histoire, mais il s’agit de la démarche la plus rapide afin d’accomplir leur objectif. Et puis, de cette façon, personne ne se dresse dans leur chemin. Cela fait, le Kirijin vétéran analysa d’un bref coup d’œil les alentours avant de mordre son pouce et d’apposer sa main sur le sol. S’ensuit une explosion de fumée grisâtre. Une fois dispersée, là où il ne s’y trouvait rien au sol quelques secondes plus tôt se trouve désormais une petite salamandre bleutée ne dépassant pas une longueur de trente centimètres.

    Il y a longtemps, Shinichi-sama.


    Shini– ?! C’est Natsu, bordel ! Cesse de faire le con, Supai. J’ai besoin de tes services. Tu dois retrouver la piste d’une fille qui était là il y a moins de dix minutes. Elle doit s'être faufilée en utilisant une sortie à l’arrière.


    Oui, oui. Je m’occupe de ça. Donnez-moi un peu de temps, il y a une odeur de lait périmé qui empeste la salle et ça embrouille les fragrances.


L’amphibien commença à renifler le sol à ses pattes avant de se diriger vers la cuisine, le maître le suivant de près. L’animal s’arrêta près d’une porte près d’un four et se retourna vers l’invocateur.

    Je crois avoir le parfum de la personne que vous recherchez. Je conseil que l’on se dépêche avant que l’odeur se disperse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kaguya Hakana
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyDim 15 Jan 2017 - 23:43


Ne servir à rien ?! La Kaguya s’offusquait qu’à peine, après tout, elle pensait la même chose de lui, mais cela avant de le voir choisir sa direction d’un pas assuré, surtout qu’il prétendait savoir où la débusquait. Bah voyons pensait la brune, si ça avait été le cas, ne devrait-il pas déjà l’avoir être les pattes, plutôt qu’être venu foutre sa journée à elle, en l’air. Elle soupirait agacée tout en le suivant à la trace, à pas de chat et avec facilité, après tout elle était d’une bonne agilité, mais le trouble fait n’avait pas à se plaindre de ses capacités à esquiver les problèmes. Un entrainement passé ? Qu’importe, ils les conduisaient dans une auberge miteuse, plus précisément à l’arrière même, Hakana n’aurait tellement été étonné de trouver sa jumelle dans ce genre d’endroit, contrairement à elle, elle avait toujours préféré la facilité, qu’importe le prix à payer.

Peut-être était-elle la plus maligne des deux, car en tout cas, ça semblait lui donner la belle vie, vu que tous les problèmes finissaient toujours par retomber sur la mauvaise jumelle. La double Kaguya était comme un fantôme qui apparaissait à sa guise et ne semblait plus exister quand ça l’arrangeait. Le « ils » qu’utilisait la femme la confortait dans l’idée que sa sœur était bien passée par ici, mais avant de pouvoir lui faire passer le moindre interrogatoire, voilà qu’il l’assommait sans même la toucher. La Kunoichi se rendait méfiante à son égard, quel genre de talent pouvait donner ce résultat ? Un qu’elle n’était pas sûre de vouloir se frotter.

-« Ne penses-tu pas qu’on aurait pu lui demander si elle avait des détails personnels sur sa vie… Comme où elle habite par exemple… »

Rétorquait-elle un ton cynique. Elle l’aurait presque traité d’abrutit en suivant si son invocation ne lui avait pas coupé l’élan, d’un sourcil arqué la brunette examinait l’espèce de lézard, à quoi était-il censé servir celui-là au juste… Déjà, à lui donner le nom de son inconnu, Shini quelque chose, ou en fait non, plutôt Natsu. Natsu et ses salamandres, d’ailleurs, la bête s’exécutait face à la requête de son maître, relevant une odeur désagréable, c’était donc ça pensait la brune en observant un comptoir, ainsi qu’un bout de sol souillé. Sa sœur n’y avait pas été avec le dos de la cuillère si elle était à l’origine de tout ça et pendant que le lézard inspectait la cuisine, elle faisait de même avec la salle toute proche, mais ça avait été une mauvaise idée…

-« Hakana ! Garce ! » Grognait un homme de bonne corpulence, le teint pali, il dégageait une horrible odeur en sortant des toilettes, à tout y regarder de plus près, il marchait étrangement et l’investigation amenait les yeux de la brune sur une auréole fâcheuse. Elle déglutissait de dégout… Tout en réalisant. Ne venait-il pas de l’appeler par son nom… Oui son nom à elle !
-« Hakana ?... Tu connais mon nom toi ?! » Une remarque bien stupide, très vite le lien se faisait dans sa tête, ainsi que l’explication de ses vagues d’ennuis qui venaient frapper à sa porte régulièrement.

Non contente d’avoir fui lors de leur initiation, les condamnant toutes deux à l’exile, il avait en plus fallu qu’elle usurpait son identité. Il était clair que la brunette ne ferait plus que la tuer, elle allait plutôt vraiment la massacrer. Il menaçait de lui donner une correction et c’était bien plus l’idée qu’il l’approcherait tout dégelasse qu’il était qui effrayer la fille en fait.

-« Je ne suis pas celle que tu recherches. » Essayait-elle en vain de lui expliquer, mais rien à faire, son poing avait déjà filé vers elle pour la corriger. Elle avait l’air chétif vraiment ? Ce n’était pas une prédisposition à la bagarre d’un civil qui pourrait suffire, avec violence face à l’odeur, la brune l’esquive pour lui taper dans les riens en suivant. Et inévitablement, il s’écroulait douloureusement au sol. « Je te dis que je suis pas celle que tu cherches, pourquoi tu t’entêtes et tu viens m’agresser franchement. » Elle secouait la tête, pas plus perturbait que cela de ce qu’elle venait faire. Les gémissements du gars n’y changeaient rien. « Bon sinon, elle était ici depuis longtemps votre fugitive… ? » A la tête de la Kaguya, il pouvait vite comprendre qu’elle pourrait être capable de lui faire plus mal que ça sans effort de sa part.
-« Deux, trois jours tout au plus, on lui louait une chambre qui était retenue sur son salaire… » répondait-il après réflexion. « Et elle avait des bagages ? » intéressait davantage la Kaguya. « Je l’ai pas vu arriver avec quoi que ce soit. » Et ça n'avait choqué personne fallait-il croire...

Elle se retenait de lui mettre un coup de pied pour son inutilité, ou plutôt, c’était quand la salamandre annonçait sa piste qu’elle y renonçait. L’évidence était que sa sœur n’avait certainement pas eu dans l’idée de s’éterniser ici, si ça se trouvait, c’était son plan depuis le début de les dévaliser et en se faisant passer pour elle, en bonus. Sale garce. Elle rejoignait le brun et son invocation sans plus tardait leur ouvrant la porte arrière pour suivre les traces de sa sœur.

-« Si tu veux mon avis, elle avait déjà un plan de fuite bien précis, il va falloir faire vite pour lui remettre la main dessus, nous autre Kaguya, nous sommes entraînés à ça dès nos premiers pas. »


Disparaître après le carnage, sans laisser de trace pouvant mener jusqu’au campement des familles… Ce n’était pas pour les arranger tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyJeu 19 Jan 2017 - 3:03

Pendant que la cacophonie éclata dans la pièce principale – les insultes et les coups volant de gauche à droite – Natsu écouta attentivement l’amphibien expliquer la situation. Certes, il a peut-être capté l’odeur de la véritable fautive, mais la trace peut disparaître d’un moment à l’autre. Il faut donc agir rapidement… Du moins, c’est ce qu’il aimerait faire, mais il semble que la brunette l’ait suivit finalement. Il n’est pas dans l’obligation de l’attendre, elle ne sera d’aucune aide pour rattraper sa cible. Toutefois, vu son caractère explosif et l’amertume qu’elle semble porter envers sa sœurette chérie, il serait intéressant que les deux se croisent et voir à quel point la situation peut dégénérer. Le Lutin, un fouteur de trouble ? Rien qu’un peu. Ne mentez pas : vous voulez tous savourer ce spectacle également, voir des querelles de jeunes gamines faire surface pour les raisons les plus stupides qui existent sur cette sombre Terre. Un peu de farine dans le séchoir à cheveux ou encore un produit oxydant dans le maquillage. Ah, que des âneries. Alors autant prendre son mal en patience et attendre un tantinet la princesse du jour. Surmonter cette épreuve sera certainement récompensé par une scène théâtrale.

Hakuna de son prénom, si l’on croit la vraie victime de l’empoisonnement alimentaire, rejoignit notre héros dans la cuisine et lui ouvrit la porte, tel le ferait un larbin à son maître. Plus sérieusement, elle recommanda de se dépêcher avant que sa jumelle s’échappe, ce à quoi les membres du clan Kaguya sont entraînés depuis tout jeune. L’elfe adopta la position d’un philosophe penseur pendant trois secondes. L’on pourrait supposer qu’il élabore un plan afin de mettre la main sur la criminelle d’une manière efficace, mais il n’en est rien. À vrai dire, il doutait de l’information de sa camarade. Ces gens n’ont-ils pas la réputation d’être des guerriers sanguinaires, ne reculant devant rien afin d’arracher quelques organes ici et là ? Bon, à quoi bon soupçonner ? Si cette information est vraie, alors ces manipulateurs des os ne sont que des trouillards qui ne réussissent même pas à dépasser la barrière des quarante ans pour l’écrasante majorité. Peut-être que le stress de vivre dans un environnement si angoissant et la peur de ne pouvoir de sauver sa peau le moment venu est un lien causal direct avec cette espérance de vie si misérable ? Ils sont fous, ces Kaguya.

    Hm. Affirmatif. Supai, montre la voie.


Sans émettre de commentaire, la salamandre bleutée sauta sur le pavé enneigé puis longea la ruelle avoisinante. C’est donc par ici qu’est passé la serveuse. Le trio parcourut quelques chemins avant d’atteindre un certain pâté de maison. L’urodèle stoppa devant un logement en particulier. Est-ce le refuge du dragon ? Son ancien repaire, semble-t-il, puisque le reptile confirma les soupçons de l’adolescente.

    Son odeur mène jusqu’à cette maison. Elle était ici récemment. Toutefois, elle a quitté il y a peu. Son odorat mène ailleurs.


    Bien reçu. Bougeons-nous, moussaillons ! Notre cible n’est plus très loin !


Sur un pas de course, l’humaine, le Lutin et l’animal tracèrent un certain nombre de détour avant d’arriver sur la voie principale de la cité du Brouillard. Comme l’avait laissé sous-entendre la bestiole lui collant les semelles, cette fille a un plan précis en tête. Et puisque cette équipe de feu se dirige vers l’entrée de l’un des longs tunnels, il n’y a plus qu’une seule explication possible : la voleuse tente de s’enfuir avec le butin ! Quoi que, l’argent, il s’en balance. C’est tout autre chose qui l’intéresse.

    D’ailleurs, tu ne m’as toujours pas dit ton problème avec elle. Elle a déchiré ta poupée préférée ? Elle a mis du chewing-gum dans tes cheveux ?


Des suppositions idiotes, mais Natsu n’espère pas une histoire palpitante non plus. Il anticipe la routine – dans le pire des cas, un récit sur un grand amour désormais brisé à jamais. C’est un cas récurrent chez les jumelles identiques. Et en parlant du loup, au beau milieu de la rue capitale de Kiri : la même silhouette qu’il a connu au bar, des bagages sur le dos.

    Oh ? Mais que vois-je ?! Ne serait-ce pas la mademoiselle qui ME DOIT ENCORE UN VERRE DE LAIT ?!


Dans un univers parallèle, l’on verrait certainement le Kirijin en version chibi beugler comme un enfant, les poings levés vers les airs. Ou plutôt, c’est ce à quoi ressemble la scène actuelle… Et oui, après tant de temps et tant d’efforts, l’unique motivation de Natsu n’était nul autre que son verre de lait qu’il n’a toujours pu savourer. Miséricorde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kaguya Hakana
Informations
Grade : Genin
Messages : 46
Rang : C

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyLun 30 Jan 2017 - 10:13

Le petit lézard se révélait plus efficace que n’importe quel coéquipier ou indic que la Kaguya avait pu avoir jusque-là, son excitation montait de plus en plus, effaçant bientôt la rage qui la consumait. Elle lui courait derrière depuis si longtemps, tellement qu’il lui était difficile de croire que cette simple rencontre allait suffire à les rassembler et surtout clore l’histoire. L’une des deux devaient mourir, la plus faible, et si cela devait être Hakana, il en serait ainsi, la mort était mieux que de ne plus exister au sein de leur clan. Bien sûr, sa jumelle ne pouvait pas partager cette pensée, tout ce qu’elle voulait été sa survie, loin d’eux au final, un choix qui ne pouvait être simplement le sien.

Un faux désespoir devant l’ancienne planque de la double et très vite tout s’enchaînait vers la sortie de la ville, chemin inévitable pour la fuyarde bien imprudente. Pas le temps de répondre à l’interrogation pertinente du jeune homme concernant leur querelle, car le trio s’empressait et soudain, le regard de la kunoichi s’illuminait. Dans un premier temps, sans se montrer, elle restait dans le dos du lutin assez grand pour la cacher en partie, assez pour que Kahana ne la reconnaissait pas tout de suite. Cette dernière qui marchait tranquillement se retournait sous le meuglement d’une voix familière, insouciante, il lui rirait presque au nez, mais avant, face à la tentation, qu’une seule réponse pour leur retrouvailles, elle le trouvait collant pour tout dire.

-« Mais qu’est-ce qu’il m’emmerde avec son lait lui… Retourne téter ta mère si tu en veux du frais et viens plus me faire chier ! » Lui hurlait littéralement la coupable qui n’avait aucun remord, dans tout son charme et sa délicatesse...

Le brun lui s’agitait contre tout bon sens et face à la raison qui le faisait poursuivre sa sœur, Hakana ne pouvait pas s’empêcher de sourire, toujours dans son dos, elle se décidait à lui avouer la cause de sa traque. La Kaguya le dépassait sur sa gauche, tout en laissant glisser vers ses oreilles la sentence, à sa vue, les insultes et autres grands gestes de sa jumelle s’étouffaient dans sa stupeur.

-« Je dois l’achever, elle a fui sa mort à notre rite initiatique, c’est impardonnable. »

L’autre brune, si expressive jusque là et si bruyante, s’échapper sans demander son reste, avec élan, elle espérait qu’une providence la laissait fuir encore, chose qui paraissait impossible sans en découdre. Sans trop de difficulté, un écart de niveau s’étant creusé au fil des années, l’une poursuivant son entrainement, l’autre se terrant, la kunoichi n’avait donc pas de mal à la rattraper, d’un tacle elle envoyait son reflet embrasser la poussière. La scène aussi plaisante avait-elle été dans son imaginaire, n’avait plus son même effet, sous l’adrénaline, la Kaguya ne la considérait même plus, alors que frénétiquement, elle attrapait sa sœur pour la frapper.

-« Idiote ! Pourquoi tu me traques encore, c’est fini tout ça, nous sommes libres ! tu crois vraiment que ça changera quelque chose pour eux ?!! Ils n’en avaient déjà rien à faire de nos nous ou nos vies ! Hakana ! » s’époumonait en vain Kahana.

Dans un premier temps, son double se protégeait, bien plus qu’elle ne se défendait, mais vu que ses mots n’arrivaient pas à atteindre sa sœur, Kahana s’était bien vu contrainte de défendre sa vie. Avec quelques restes, elle se rendait d’un coup de boule pour tenter de s’extraire, mais ça ne lui offrait qu’un court répit. L’autre brunette, plus furieuse qu’à la base revenait à la charge qu’avec plus de hargne, l’insolente jumelle la repoussait tant bien que mal pour altérer l’étranglement dont elle était victime, avant de se résoudre. Un ultime coup de poing la sonnait un peu et comme dans leurs souvenirs d’enfance, à travers la paume de sa sœur, elle voyait naitre ce pic osseux visant son cœur. Hakana ne semblait pas hésiter, ni avoir de remord, son aveuglement s’était fait au fil des années, c’était une endoctrine puissante. Elle relevait le bras avant de planter, un sourire ravi d’être à nouveau en position de force.

-« Tu pensais vraiment pouvoir fuir et te cacher toute ta vie ? » Perdait-elle du temps à demander dans son arrogance. Son interlocutrice profitait du moment et du déséquilibre pour la pousser avec ses pieds, se roulant au sol, elle tentait de ramper, pour essayer de se relever et s’enfuir. Evidemment, son assassine lui avait déjà rattrapé les chevilles depuis lesquels elle la ramenait vers elle. La voleuse criait à l’aide, sans trop d’espoir pour autant, gardant sa fougue pour repousser sa mort, mais sa jumelle semblait bien déterminée, plusieurs giclés de sang en attestaient, son pic osseux, ayant transpercé les mains ou bras de sa sœur durant sa défense de son torse. De plus loin, ça avait tout l’air d’un crépé de chignon entre fille des plus féroces, les cris, les insultes, les coups et les roulades au sol. Le sang rajoutait plus de sérieux dans leur hystérie, quant au lutin, il leur était complétement sorti de l’esprit, comme Kiri en fait, elles étaient dans leur bulle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seiei Kira
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1109
Rang : S

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana EmptyDim 5 Fév 2017 - 18:03

Au final, sa coéquipière de traque dévoila enfin son grand plan. Cette dernière glissa ses intentions à l’oreille de son compagnon. À ces mots, le Chûnin haussa un sourcil. Achever cette fille ? Fuir sa mort ? Un rituel ? Les grandes lignes se dessinent enfin. Avec déception, ceci dit. Le Lutin imageait bien une histoire de cœur brisé ou encore une ânerie que seule la gente féminine peut réussir à engendrer. Il ne sait guère quel genre de rituel dont mentionne la dénommée Hakana. D’ailleurs, il ne prit pas la brunette au sérieux malgré la gravité de ses propos. Il tourna la tête et s’apprêta à éclairer sa gorge, demandé plus de détails qui puissent mettre la lumière sur cette déclaration décevante. Néanmoins, son élan stoppa net. Il distingua une lueur frénétique dans les prunelles céruléennes de sa partenaire. Un trait commun que plusieurs Kirijins d’antan partageaient, valant au village le surnom bien mérité « la Brume Sanglante ». Bien qu’il y a longtemps qu’il n’a pas été témoin d’un tel phénomène, tout ceci lui est bien trop familier.

Déstabilisé, Natsu cessa sa course, laissant Hakana le devancer et foncer à grande vitesse vers son sosie. Cloué sur place, ne sachant s’il doit intervenir – si elle compte vraiment tenir parole – il resta en retrait afin d’observer le spectacle qui allait se dérouler sous ses yeux. Pourquoi ? Peut-être pour voir à quel point la Kaguya est sérieuse. Voir à quel point la situation peut dégénérer. Et puis, il n’a pas sa place dans ces histoires de famille. Souvent, les filles aiment bien exagérer, non ?

Un souhait qui n’eut aucun effet. La Kunoichi chargea sa double et la rua de multiples coups. La serveuse resta sur la défensive. Rapidement, l’écart entre les habilités de chacune était visible comme eau sur roche. Ce n’est pas un combat à force égal, ce n’est rien d’autre qu’un règlement de compte, et ce, sans scrupule. Le Lutin en resta horrifié pendant un moment, tout comme la foule attestant à la scène malgré eux. Cependant, il ne reste pas cloué sur place pour les mêmes raisons que la meute. Son cerveau n'arrive pas à traiter l’information qu’il reçoit. Selon lui, tous les Kirijins entre ces murs sont frères et sœurs. Pourquoi donc une Kirijin voudrait tuer une autre Kirijin ? Il ne comprend pas. Cette question résonna en écho dans son esprit, concentré à moitié sur le massacre à plusieurs mètres de sa position. Ce n’est qu’en voyant la première giclée de ce fluide incarnat que Natsu retourna à la réalité.

    Suffit !


D’un bond utilisant toute la force résidant dans ses mollets, il courut à une grande vitesse vers les deux combattantes – ou plutôt, la Kunoichi et la civile. Hakana attrapa sa victime, cette dernière baignant dans son propre sang. Totalement hystérique, elle était prête à l’achever à l’aide de son pic osseux. Si personne ne l’arrête, elle tuera véritablement sa jumelle… Mais avant qu’elle puisse porter le coup de grâce, quelque chose attrapa les chevilles de l’assaillante. Cette chose grisée s’enroula sur elle tel un serpent. Bientôt, ce fut son corps complet qui fut prisonnier, laissant uniquement la tête libre. Ses pieds quittèrent le sol. Hakana lévitait à deux mètres du sol. Si elle souhaitait tourner la tête, elle verrait que cette chose est une queue appartenant à une énorme salamandre grise, je nomme Mikkai. Cet animal n’est nul autre qu’une invocation supplémentaire dans l’arsenal de Natsu ainsi qu’un puissant allié. Hakana peut bien se débattre comme un fauve, elle ne pourra jamais se libérer de l’étreinte de l’amphibien.

Sans un mot, le Lutin passa à côté de sa prisonnière et s’agenouilla près de la jumelle gisant au sol. Plusieurs hémorragies externes sont notables. Nul besoin d’un médecin pour constater qu’elle est mal en point. Elle a reçu toute une raclée. Le regard du jeune homme s’adoucit, tel un père regardant sa fille. Bien que demi-consciente, sa vie ne sera pas en danger si elle reçoit les précautions nécessaires dans la prochaine demi-heure.

    Ne bouge pas. Un médecin arrivera bientôt pour traiter tes blessures. Supai, s’il-te-plaît.


Le minuscule reptile répondit à la commande de son maître, s’éclipsant pour trouver un adepte de l’art des soins dans les parages. Natsu accorda un dernier regard à la blessée avant de se relever.

    Toi.


Il tourna les talons en direction de la fautrice, ses perles de charbon la fixant sévèrement. L’énervement est bel et bien visible sur son visage. Il y a longtemps que le Lutin n’a ressenti une telle colère. D’un pas lent, il s’approcha de l’agresseuse.

    J’ignore quelle est cette histoire de rituel. Encore une connerie du clan Kaguya, j’imagine. Toutefois, cela ne change en rien le fait que nous sommes tous Kirijin. Dans ce village, nous sommes une famille unie. Kiri est mon village – ma famille. Quiconque en voulant à l’un de mes confrères devient automatiquement mon ennemi et devra me passer sur le corps, Kirijin ou non.


Suffisamment près de la Kaguya, Mikkai abaissa sa queue. Son visage était tout prêt de celui de la jouvencelle. En le voyant, une nausée naquit dans son estomac. Ce sentiment le fit grincer des dents. Il ouvrit de nouveau la bouche. Et le timbre qui en ressortit fut déplaisant.

    La prochaine fois que tu lèves la main sur l’un des nôtres avec l’intention de tuer, je t’achèverai moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Le lait, c'est sacré | Hakana Empty
Message(#) Sujet: Re: Le lait, c'est sacré | Hakana Le lait, c'est sacré | Hakana Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le lait, c'est sacré | Hakana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-