N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyLun 26 Déc 2016 - 15:55

« En effet, c'est plutôt spacieux. » remarque l'architecte.
« N'est-ce pas ? Vous comprenez donc mon désir de faire usage de tout cet espace vide. »


En compagnie du professionnel avec qui il avait rendez-vous, Natsuki se tenait au milieu du dernier étage de son établissement. Toutes les palissades de jadis utilisées par l'ancien propriétaire avaient été enlevées, si bien qu'il ne restait plus qu'une très vaste salle vide, en dehors d'un bureau, d'une étagère, d'une pagode de deux mètres en argile et de trois fauteuils.


« Je vois à votre mobilier que vous désirez faire de cet étage un bureau. »
« Oui, mais pas uniquement. Cela ferait vraiment très vaste sinon, même en meublant à outrance. Et je ne fais pas partie de ces extravertis qui font installer un golf dans leur bureau, où je ne sais quel autre atelier de divertissement. Il y aura déjà de quoi faire avec les étages du bas. »
« D'autres projets qui me reviendront, j'imagine ? »
« Tout à fait. Vous m'avez apporté satisfaction jusqu'à présent, je ne vois pas pourquoi je changerai d'entreprise. Mais ce n'est pas pour tout de suite. Une chose après l'autre. Et la première, c'est celle-ci. »
« Si vous m'expliquiez donc à quoi vous songez pour cet étage. »
« Bien évidemment. »
répondit Natsuki en lui posant dans les mains les plans de l'étage qu'il avait une fois de plus élaboré lui-même. « C'est pourquoi vous êtes ici. »

L'homme aux cheveux sel et poivre étudia les plans qu'il déroula sur le bureau en se frottant distraitement le menton. Pour une fois, l'ensemble avait l'air plutôt simple.


« Je vois. Vous voulez donc grossièrement séparer l'étage en deux. Dans la zone libre ici, je devine qu'il s'agit du bureau. »
désigna-t-il en tapotant du doigt une large pièce sur le plan. « Les deux tiers restants par contre, cela ressemble à... à un logement, non ? »
« Oui, en effet. J'ai dans l'idée de venir habituer ici. »
« C'est plutôt rare, ma foi. »
« De ? »
« Je n'y connais pas grand chose en traditions ninjas mais, vous autres de clan, vous restez en général groupés dans vos quartiers respectifs, non ? »
« Ah, cela. Oui, cela se faisait beaucoup à l'époque, quand nous nous sommes installés pour fonder le Village. Forcément, chacun a planté sa tente aux côtés de ceux avec qui ils se sentaient le plus à l'aise. Et c'était la Famille, bien évidemment. Les tentes sont devenues des maisons, mais comme les emplacements n'ont pas changé, c'est ainsi que sont nés les quartiers claniques. Cela fait plus de quinze ans maintenant, l'on se mélange un peu plus. Même si en effet, c'est rare que l'on s'installe hors du quartier Nara, même pour les plus jeunes adultes. J'aurai pu y rester moi aussi, trouver une maison à mon nom plutôt que celui de mes parents là bas, mais je ne savais pas quoi faire d'autre de cet étage, en plus du bureau. Et puis, je sais que j'y serai bien. »
« Je vois. J'imagine que je n'ai pas besoin de vous poser la question de quand vous désirez voir commencer les travaux : je sais que la réponse sera '' au plus tôt ''. »


Et il ne disait pas cela par habitude de travailler avec Natsuki : c'était par habitude de travailler tout court. Les gens étaient plus ou moins tous les mêmes dans certains domaines. Il regarda encore les plans sur la table, tout en évaluant la quantité de travail que cela représentait, et où il pouvait la caser dans son emploi du temps des projets en cours et futurs. Il ne s'encombrait jamais d'un agenda pour cela, étant parfaitement capable de tout retenir à ce sujet. Une tête remarquablement bien construite, dont la mémoire pouvait se prétendre à la hauteur de celle de Natsuki.


« Je vous ferai parvenir le devis d'ici la fin de la semaine. S'il vous convient, nous serons en mesure de débuter les travaux dans deux mois. La tâche s'avèrera beaucoup plus simple pour un logement que pour les deux étages précédents, aussi avec déjà une bonne partie du réseau électrique et l'infrastructure en place, cela devrait être assez rapide. Je l'estime à environ deux semaines, en fonction des détails que nous verrons ensemble au fur et à mesure. Car bon, avouons-le, vos plans sont tout à fait respectables, et constituent une excellente base même, mais professionnellement parlant, il manque l'une chose ou l'autre pour les rendre réellement valides : je me chargerai de les compléter avec vous en temps voulu. Cela vous convient-il ? »
« Tout à fait. »
répondit Natsuki en lu offrant une main à serrer. « Pour une fois, la construction de cet étage n'est pas pressante au point de mettre l'avenir de l'établissement en jeu. J'ai déjà mes premières sources de revenus, et le bureau pour négocier les contrats est plus ou moins opérationnel, même s'il gagnerait à être optimisé. »
« Très bien. Je vous dis à la fin de cette semaine alors. »


Natsuki le raccompagna jusqu'à la sortie, puis le regarda s'éloigner en se disant qu'une nouvelle page pour le Septième Ciel était en train de s'écrire. Probablement pas la plus importante, mais cela restait une page plus proche de la fin de son projet.

Un projet qu'il n'avait plus vraiment avancé depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyMar 31 Jan 2017 - 12:40

Natsuki étudiait la pièce vidée pour l'occasion des travaux qui avaient eu lieu. Pour ceux qui avaient connu l'étage avant, l’immense pièce unique se voyait être d'un seul coup réduite à son tiers par un mur. Le tout n'en restait pas moins spacieux pour un bureau, surtout sans l'ameublement. Bien que rien n'était encore posé, il savait déjà où tout allait aller : il n'avait aucun mal pour se projeter. Tout était déjà soigneusement préparé dans son plan mental, de la disposition des meubles à la décoration, ainsi qu'à la nature du mobilier – lequel était déjà acheté, et reposait actuellement dans son classeur à sceaux.

Personne n'était encore là, aussi il en profita pour se déchausser, et savourer de ses pieds nus l'épaisse moquette vert feuille dont il avait fait recouvrir le sol. Il savait que c'était un mauvais choix dans le fond, car difficile à nettoyer, mais cet étage ne sera clairement pas le plus fréquenté : son bureau était réservé aux rendez-vous professionnels en lien avec la gestion des différentes activités du Septième Ciel. Aussi, il pouvait se le permettre : cela donnera naissance à une mission rang D hebdomadaire.

*************

Environ une demi-heure plus tard, le même bureau était méconnaissable. Natsuki avait terminé d'installer tout le nécessaire pour faire tourner son commerce. Le bureau principal, un imposant meuble en bois de poirier savant, dominait depuis le fond la pièce. Il était déjà armé de tout l'attirail requis pour la gestion de la paperasse, de la lampe à l'écrin à stylos, en passant par l'immense sous-main à l'effigie de son clan, le fauteuil en cuir sur roulettes, et quelques photos dans des cadres à pieds – ses parents et les survivants de son ancienne équipe Matsudaï 2.0, pour les curieux. Le bureau comptait un jumeau sur le côté pour permettre au futur secrétaire de travailler avec lui ou poursuivre en son absence.

Outre les diverses étagères à cloison pour entreposer ses dossiers, l'on pouvait voir une table basse en verre près de la baie vitrée, encadrée par deux par deux longs canapés en cuir noir sortis tout droit des tanneries Inuzuka. Avec la miniature de deux mètres en argile représentant l'ancien bâtiment avant ses travaux, et les figurines à l'intérieur qui donnaient un semblant de vie aux différents étages, le bureau dans son ensemble était d'allure sobre et professionnelle, avec juste ce qu'il fallait de décorations dans le ton pour offrir une impression de pièce dégagée sans surcharge.

Les travaux n'étaient pas terminés pour autant, car il y avait bien plus à voir sur cet étage que ce que le mur du fond laissait croire. Une porte dans le fond, calée juste avant le coin, donnait sur l'escalier de service – le seul accès existant au bureau, depuis le rez-de-chaussée. Le palier offrait toutefois l'accès à une autre porte, derrière laquelle se trouvait le nouveau logement de Natsuki.

Niveau imagination, il n'en avait guère fait preuve ici : l'appartement ressemblait trait pour trait à la maison du quartier Nara dans laquelle il vivait actuellement. Les pièces étaient simplement plus grandes, et comptaient deux chambres en plus. Sauf que pour le moment, l'endroit n'était guère très propre. Poussière, éclats et autres débris propres à un travail ouvrier minutieux jonchaient le sol à coté des piles de carrelages ou de parquets en attente d'être posés. Des outils divers et variés semblaient avoir été semés au hasard, mais Natsuki connaissait suffisamment l'entreprise avec laquelle il travaillait pour assurer toutes les rénovations de Septième Ciel pour savoir que le résultat sera au rendez-vous. Il ne s'attarda donc pas, et se contenta de déposer dans sa futur salle de bain ce que les ouvriers lui avaient demandé avant de partir en pause.

Il libéra donc du sceau son jacuzzi à installer, et s'en retourna à ses occupations.


******************

Cela faisait maintenant trois jours que sa nouvelle maison était terminée. Comme un grand, et parce que l'art du fuinjutsu permettait d'éviter de nombreux désagréments – comme porter à quatre un canapé dans les escaliers sur deux étages et se rendre compte à l'arrivée qu'il ne passe pas la porte – Natsuki avait opéré à son déménagement tout seul : les meubles lui tenaient tous sous le bras. Seulement, ce qui avait prit le plus de temps au final était '' l'idée du déménagement ''. Natsuki avait vécu beaucoup de changements dans sa vie, certains très lourds, et d'autres insignifiants. Changer de maison pour habiter dans une autre ne représentait vraiment pas grand chose dans le fond, surtout en comparaison du reste. Et pourtant, il avait mit un moment avant de enfin se décider à franchir le pas. Un peu comme si en déménageant, il laissait derrière lui une foule de souvenirs – une sensation curieuse, pour quelqu'un dont le métier pouvait le contraindre à rapidement devoir tout abandonner par devoir. Et puis, tout ne disparaissait pas vraiment : son ancienne maison restait celle de ses parents, même s'ils ne vivaient dedans que trois à quatre mois par an. Il continuera donc d'y passer de temps à autre pour aérer, ou même simplement les voir lorsqu'ils seront là. S'ils seront encore là...


******************

En définitif, Natsuki avait passé plus de temps à faire la cuisine et préparer les festivités pour la soirée qu'il n'en avait mit pour terminer d'installer toutes ses affaires et nouveaux achats pour la maison. Car nulle ne l'ignorait, l'on ne pouvait dignement déménager sans organiser une pendaison de crémaillère.

Un moyen comme un autre d'oublier le temps d'un repas les soucis d'un quotidien pressant.

Spoiler:
 

Citation :
Et merci à la contribution de Aburame Miko, Aburame Mizuki et Hayashi Leika pour la renaissance de cet établissement. Vos noms seront retenus dans l'histoire, tout comme l'ont été ceux de ceux qui ont contribué à la création de l'Arrêt Au Porc de Chikin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Saibogu Yae
Informations
Grade : genin
Messages : 978
Rang : C

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyDim 19 Fév 2017 - 23:02

Traverser la moitié du village les bras encombrés par deux imposantes compositions florales n'étaient pas la meilleure idée que j'avais eue dernièrement, mais bon, heureusement que j'avais Ryokai pour m'aider. Il portait à bout de bras un immense arbre d'intérieur orné de différentes fleurs et moi un grand panier fleuri dont j'avais passé la semaine à faire la composition avec diverses plantes.

Finalement, notre périple ne tarda pas à toucher à sa fin et alors que le septième ciel était en vue, je m'arrêtais quelques secondes pour poser le panier à mes pieds et pousser un soupir de soulagement. Je balançais mes bras de haut en bas pour détendre mes muscles endoloris avant de m'adresser à mon compagnon :

"Pfiouuu ! J'espère qu'il sera content au moins parce que bon ! C'est pas de tout repos non plus !"

Une semaine de confection. Il avait plutôt intérêt à être content oui. J'avais choisi des plantes qui je pensais pouvais correspondre aux attentes du Nara tatoué, restait à savoir à présent si cela lui plairer vraiment. Moi pour le coup, je trouvais l'ensemble harmonieux et élégant. Nous verrons bien. Je tournais un regard épuisé vers Ryokai avant de lui lancer :

"La prochaine fois, tu me retiens d'accord ? Je me contente d'une fleur de lune simple et on en parle plus !"

Cette foutue manie d'avoir les yeux plus gros que le ventre en matière de cadeau. Je pense que cette fois-ci, je la retiendrais. Maintenant, il nous fallait gravir les nombreux étages par l'escalier de service pour accéder jusqu'à l'appartement du jeune homme. Une nouvelle épreuve d'endurance que Ryokai passa sans effort apparent. Ouais parfois le grade pouvait avoir des avantages. J'avais beau être endurante, je ne supportais pas la chose de la même façon et surtout cela commençait à faire lourd. Arrivait en haut de l'escalier cependant, je rigolais faiblement, m'appuyant sur mon copain pour lui voler un rapide baiser en chuchotant :

"Ça change un peu du sport habituel tout ça !"

Je lui fis un clin d'œil aguicheur avant d'aller frapper à la porte d'entrée du Nara.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyMer 22 Fév 2017 - 4:21



Aujourd’hui était une journée assez particulière. Ryokai alors vêtu de son kimono noir qu’il porte habituellement comme tenue de civil, tenait à bout de bras, le pot d’une plante assez grande qu’avait cultivé sa compagne tout au long de la semaine dernière. Elle était assez imposante pour le coup, on ne va pas se le caché, une fois de plus elle avait eu les yeux plus gros que le ventre. C’était un cadeau pour Natsuki qui venait de terminer son dernier projet en date. Les plantes en question, c’était pour la décoration de son nouvel établissement. Elles étaient très jolies, chacune avait un charme particulier, espérons qu’elles plaisent à la personne à qui elles étaient destinées. Ayant traversé une partie du village avec celle-ci, une chose est certaine, c’est qu’elle n’est pas un poids plume. Enfin la taille était plus handicapant que le poids en réalité, ayant une certaine endurance, le transport n’était pas non plus un challenge pour lui.


- Te retenir ? Ha ha ! J’ai déjà essayé, tu sais. Je me souviens encore de toutes ses plantes que tu as apportées chez moi au début de notre relation. Dit-il avec un sourire alors que la plante cachait une partie de son visage.


Cela lui avait fait très plaisir bien entendu. Cela avait apporté un peu de vie à l’endroit en plus de servir de décoration. Et puis c’était comme avoir une partie d’elle avec lui lorsqu’elle n’était pas là. Mais, c’est vrai que parfois, il est mieux de faire simple que se compliquer la tâche inutilement. Enfin, c’était une occupation très intéressante aussi en plus de l’aider à entretenir et améliorer ses capacités d’Hayashi. Finalement, la route reprit alors qu’ils étaient plus qu’à quelque mètre de la ligne d’arrivée. Il fallait à présent escalader chacune des marches pour attendre l’étage en question, une épreuve assez physique, mais qui n’avait pas tellement fatigué le jeune homme. Il en fallait beaucoup plus pour l’épuiser ! Étant le premier sur place, celui-ci reçut une petite récompense, rapide et discrète, mais agréable. Suite à cette remarque, il prit quelque couleur au niveau des joues.


- Oh, ce n’est pas moi qui te dirai le contraire.


Ses paroles étaient accompagnées d’un petit sourire des plus charmeurs, avant de reprendre un peu son sérieux lorsqu’elle frappa à la porte à plusieurs reprises. Espérons que le tatoué sois sur place et qu’ils n’ont pas fait tout ce chemin pour rien. Au pire. On aura qu’à dire que ça fait un très bon exercice d’endurance, même si, encore une fois,ce n’est pas vraiment un souci à ce niveau-là.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyVen 3 Mar 2017 - 0:01

La journée était enfin terminée, ne laissant à sa fin qu'un Natsuki courbaturé et avide d'un peu de repos. Pour beaucoup, il était seulement seize heures, mais pour lui, il était déjà seize heures. Il ne comprenait pas comment Mizuki parvenait à faire de tels marathons bureaucratiques si régulièrement. Lui avait commencé son travail d'Assistant au bureau la veille au matin à huit heures, et avait déjà saturé vers deux heures du matin. Comment Konoha pouvait-Il encore être Konoha d'ailleurs ? Avec toute cette paperasse qui passait, ce n'était pas possible que le Village soit encore caché par des arbres. Et surtout, la quantité de bêtises qu'il avait à contrôler... Il voyait bien l'estime que lui portait Mizuki : elle se gardait bien de lui déléguer ce genre de tâche ingrate d'habitude, quand ils travaillaient ensemble.

Il était temps que tout ceci change. Cela ne le dérangeait pas de faire des journées supplémentaires pour permettre à son Hokage de dormir un peu de temps en temps – même s'il avait dû se fâcher avec elle et faire appel à trois exemplaires de la Boite de Pandore pour la faire sortir de son bureau presque de force. Le problème, c'était la quantité de bêtises à traiter chaque jour, qui pouvait largement être exécutées par beaucoup moins compétent qu'elle. Il y avait toujours à faire en écartant cela – meeting politiques, lettres diplomatiques, surveillance de ses espions aviaires etc... - mais cela allègera tout de même la quantité à abattre. Hors de question que Mizuki continue de tuer sa santé de la sorte, et la sienne aussi : à ce rythme, elle allait finir comme la Miko qu'il avait vu à l'hôpital, l'âge en moins. A la première occasion qu'il aura quand Mizuki aura le dos tourné, il fera créer des postes au Palais et déléguera la paperasse inutile à ces derniers. Les compte rendu transiteront par lui, et son Hokage ne verra même pas la différence, la connaissant.

Et quel meilleur endroit pour réfléchir à tout cela que dans un bon bain chaud ? En attendant de trouver, c'est dans sa grande baignoire qu'il se glissa, laissant l'eau chaude envelopper son corps fatigué. Dans un soupir d'aise, il se détendit jusqu'à ce que seule sa tête reste encore émergée hors de la mousse parfumée. C'était presque parfait, le presque se corrigeant lorsqu'en tendant son pied, il activa le bain à bulle sur fonction douce. Les petites lumières sous-marines colorées étaient accessoires, voire inutiles, mais l'aspect gadget contribuait à son bonheur. La tête basculée en arrière sur le repose-nuque, les yeux clos, il savoura l'instant. Il pourrait même s'endormir s'il s'écoutait.

Puis la sonnette de sa porte résonna. Il avait fallu attendre près de dix ans et un déménagement pour qu'il se décide à en installer une fonctionnelle, et voilà qu'elle sonnait aujourd'hui, maintenant...


« Hum... »
se contenta-t-il de grogner sans conviction, ni même bouger.

Ce n'était sans doute pas important, et ils repasseront si c'était le cas, qui que ce soit. Il soupira, et retourna dans son petit monde. Avant d'y être arraché une seconde fois par une sonnerie de sonnette différente de la première.


« Je vous déteste tellement... »
geignit-il.

Sans motivation, il s'arracha hors de son bain, ouvrit la gaine, et enfila un peignoir serviette bleu nuit.


« Si c'est pour me vendre le Sain Évangile selon Ichibi, vous... »
commença-t-il agacé en ouvrant sa porte d'entrée à la volée. « ...Ryokai ? »

Il leva un sourcil en la direction du jeune homme, tandis que l'autre s’affaissa.


« Un arrangement floral avec des pieds ? »
demanda-t-il ensuite en inversant la position de ses sourcils.

Il se hissa sur la pointe de ses pieds nus, et remarqua la tête de Leika.


« Oh, bonjour Leika. »


La tension retomba d'un cran. Mais pas la fatigue.


« Qu'est-ce qui vous amène si tard ? C'est pour moi ? »


Il débarrassa Leika de l'immense arrangement qu'elle portait, et s'écarta de l'entrée pour qu'ils puissent passer.


« Venez, entrez. Excusez la tenue, je ne suis pas très présentable dans l'immédiat. Installez-vous dans le salon, je me change et j'arrive. Leika, tu connais le chemin, c'est la même maison que l'ancienne, juste un peu plus grande. »


Et mieux meublée. Plus luxueuse aussi. Il posa l'arrangement dans un coin, puis retourna dans sa salle de bain pour se sécher convenablement, avant d'enfiler une tenue correcte. Il rejoignit ensuite ses invités impromptus dans le salon, avec un service de boissons et d'apéritifs.


« Alors, comment se passe la vie de couple pour vous deux ? »
demanda-t-il en s'installant dans son fauteuil. « L'on ne s'est pas vue tous ensemble ainsi depuis une éternité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Saibogu Yae
Informations
Grade : genin
Messages : 978
Rang : C

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyDim 5 Mar 2017 - 12:31

L'habitant de la maison mit un certain temps à nous répondre et son apparition expliqua le pourquoi du comment. Il n'était vêtu que d'un peignoir et sa chevelure dégoulinait d'eau. Il ne m'avait pas encore aperçu à cause de l'imposante composition florale que je transportais, mais Ryokai étant avec moi, il ne fut pas difficile de deviner que j'étais là aussi :

"Bonsoir Natsuki ! Tu vas bien ?"

Bah oui, j'étais surprise de le voir en peignoir alors qu'il nous avait invités ? La suite me prouva d'ailleurs que je n'avais peut-être pas tort sur le fait qu'il y avait quelque chose qui cloché. Il semblait en effet avoir oublié la raison de notre venue ici :

"Euh oui … Tu nous as invités, tu ne te souviens pas ? Pour ta crémaillère !"

Je poussais un long soupir, dépitée de devoir repartir avec notre charme, mais Natsuki nous invita à rentrer. Ouf, au moins il nous laissait rentrer. Il m'avait même débarrassé de ma plante alors, pendant qu'il s'éclipsait en s'excusant pour aller s'habiller, j'aidais Ryokai à rentrer sans abîmer la plante :

"Merci mon cœur ! Viens !"

Nous déposions la plante à l'entrée dans un coin où elles ne dérangeraient pas vraiment si d'autres invitées venaient à pointer le bout de leur nez (c'est ton jamais, peut être trouveront-ils le temps de répondre à ce sympathique RP).
La maison de Natsuki était similaire à l'ancienne comme il me l'avait annoncé, mais plus grande en fait. Beaucoup plus grande. Je pris la main de Ryo et sûre de moi, je me dirigeais vers ce qui était le salon où nous allions pouvoir attendre notre hôte le temps qu'il passe une tenue plus décente. Cela ne dura pas longtemps et lorsqu'il nous rejoint, je l'accueillis avec un grand sourire avant de piquer immédiatement dans les biscuits apéritifs. Cette montée m'avait épuisée et j'avais faim. J'étais affamée même ! Lorsque Natsuki nous demanda comment nous allions, j'affichais un sourire timide avant de me tourner vers Ryo, pour le laisser répondre à cette question. Après tout, nous avions quelques choses à lui annoncer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyDim 5 Mar 2017 - 13:43

Des bulles flottèrent au-dessus de la tête de Natsuki, signe de la meilleure activité cérébrale que le lui permettaient ses synapses fatiguées. Est-ce qu'il avait invité du monde pour la crémaillère de son appartement ? Cela expliquerait peut-être pourquoi il y avait déjà autant de plats et d'apéritifs de préparés dans sa cuisine, ainsi qu'un double de lui-même qui lui avait lancé avec un regard noir un '' Não toque que, é hoje à noite para. '' lorsqu'il avait saisit le plateau d'apéritifs.

Et c'est alors que la lumière fut dans son esprit fatigué. Tout lui revint d'un coup, comme une avalanche qui déversa le cours des événements et de son organisation. Le léger redressement de tête avec l'éclaire de lucidité qui traversa ses yeux indiqua à ses invités qu'il venait de se remettre dans le contexte.


« Alors, dire que j'ai oublié serait peut-être erroné, dans la mesure où j'ai laissé quelqu'un travailler dans la cuisine. Mais... oui, j'avoue avoir un peu zappé. Quoi que, je peux jouer sur la mauvaise foi et la chronologie, et dire qu'il est que seize heures, et que vous êtes en avance. Mais bon, ce n'est pas mon genre, et dans le fond, l'important, c'est que vous soyez venu. Cela me touche. »


Du coup, il n'était pas à proprement dit en tenue de soirée, mais restait présentable avec son ensemble habituel, qui se résumait à un pantalon de tissu noir et un pull assorti par-dessus un juste-au-corps en résilles.


« Merci pour l'arrangement florale aussi. Je me disais justement que cela manquait de verdure ici. C'est toi qui les a fait pousser ? »


Question bête, c'était une Hayashi. C'était comme de demander à un Aburame si c'était ses asticots qu'il mettait au bout de sa ligne de pêche.


« Je vais la mettre à côté de notre photo d'équipe. »


Il en avait plusieurs sur un meuble du salon, retraçant les différentes équipes dont Natsuki s'était occupé, parfois avec juste des mises à jour dans le cadre, quand Matsudaï n'était pas complète et se contentait de recruter des ninja de passage – appelés aussi '' résidus de la société non motivés. ''.


« Il y a des recommandations particulières au niveau de l'arrosage pour les garder en vie longtemps ? »


La beauté des fleurs venaient de leur nature éphémère, mais ce n'était pas pour autant qu'il n'avait pas envie de les conserver longtemps, surtout lorsqu'il s'agissait d'un cadeau de son étudiante.


« Bien, nous disions donc. La vie de couple ? »


Leika affichait un sourire timide, et tournait son regard vers Ryokai, comme pour le pousser à prendre la parole. Immédiatement, les yeux du Nara tatoué tombèrent vers le ventre de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyJeu 16 Mar 2017 - 15:18



La venue du propriétaire se faisait attendre, visiblement ce n’était peut-être pas le moment le plus opportun pour avoir de la visite, même si celle-ci était prévue à l’origine. Après plusieurs tentatives sur la sonnette dans l’espoir d’attirer son attention et de ne pas avoir accompli tout ce chemin pour rien, elles finissent par porter leurs fruits. Alors qu’il n’était vêtu que d’un simple peignoir, celui-ci ouvrit la porte en croyant avoir à faire à des vendeurs ou je ne sais quoi encore. À en croire ses paroles et sa tenue, il ne devait pas s’attendre à avoir de la visite ou du moins, cela lui était complètement sorti de l’esprit. Ryokai fut aussi surpris que sa compagne, après tout cette invitation venait du Nara lui-même non ? À moins qu’il y eût erreur sur la date. Il s’excusa avant de disparaitre, histoire d’enfiler quelque chose de plus présentable.


- Voyons, tu n’as pas à me remercier pour si peu, tu sais. Dit-il en souriant.


Les plantes furent déposées au sol, non loin de la porte d’entrée, dans un endroit où elle ne risque pas de gêner le passage. C’est avec un air assez curieux, que le noble observa un peu la décoration de la maison avant de suivre la Hayashi, sa main dans la sienne jusqu’à arriver dans la pièce du salon. Une fois installé confortablement dans la pièce principale, il n’avait pas fallu très longtemps avant que Natsuki ne revienne avec quelques boissons et des apéritifs sous le coude. Ce n’était pas de refus, surtout après les efforts fournis en cours de route. Il laissa sa compagne se servir en premier avant de prendre à son tour de quoi se rafraîchir le gosier. Lorsque la question sur leur vie de couple se fit entendre, le noble se tourna instinctivement vers sa moitié, elle affichait un sourire. Était-ce le bon moment pour lui annoncer enfin la nouvelle ? Il n’y avait aucun signe qui semblait affirmer le contraire en tout cas.


- Oui, en effet cela faisait un moment que nous nous n’étions pas vus tous ensemble. De mémoire, la dernière rencontre en date était dans le bureau de Mizuki, mais il était préférable de ne pas remettre ce sujet sur la table, surtout aujourd’hui. – Oui, notre vie de couple. Eh bien, je dois dire que tout se passe très bien en ce moment, Leika vous là peut être déjà dit, mais nous avons à présent notre propre maison, dans le quartier Hyûga. Au début, cela n’a pas été très facile, surtout pour elle, mais les choses ont fini par s’améliorer. J’ai également pu faire la connaissance de ses parents et dans l’ensemble, ça c’est plutôt bien passé !


Ryokai fit une mini pause, buvant une gorgée de sa boisson sucrée, posant doucement sa main sur celle de sa fiancée avant de reprendre.


- Il y a quelque semaine, j’ai fini par prendre mon courage à deux mains. J’ai demandé Leika en mariage et elle a accepté ! Faisant ainsi de moi l’homme le plus heureux du monde. Vous savez Natsuki-sama, vous êtes la première personne au courant pour nos fiançailles, même nos propres parents ne sont pas encore au courant.


Il craignait d’ailleurs un peu la réaction de son père sur le sujet, sa mère en revanche, il ne devrait pas y avoir de soucis.


- Vous devez peut-être penser que ce n’est pas le moment idéal, avec tout ce qui se passe en ce moment. C’est d’ailleurs pour cela que je ne l’ai pas encore annoncé à Mizuki-sensei. Vous auriez en partie raison, c'est vrai que notre situation actuelle est loin d’être parfaite, mais avec un métier aussi dangereux ou le pire peut arriver chaque jour. Je ne pense pas qu'il y ait un moment '' idéal '', l'important, ce sont nos sentiments.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyVen 17 Mar 2017 - 0:27

Le regard de Natsuki mit un moment à remonter de ventre encore plat de son étudiante, tandis que Ryokaï lui parlait de la maison dans laquelle il vivait avec Leika désormais, de sa rencontre avec ses beau-parents pour ainsi dire, qui s'était d'ailleurs bien passée dans l'ensemble. Ce qui était une bonne chose, car Natsuki savait que les Familles avec le sang bleu avaient tendance à être très, très regardante sur les fréquentations de leurs descendances. Ils avaient déjà eu l'occasion de discuter de cela la dernière fois qu'ils étaient venu manger chez lui. Et en un sens, c'était dommage d'être si fermé, du sang neuf n'avait jamais fait de mal dans une famille. Surtout que les représentantes du beau sexe chez les Hyûga avaient un charme certain : Natsuki se souvenait dans ses jeunes années avoir eu un certain penchant affirmé pour ces dernières. Ah, innocente jeunesse, quand l'ignorance contribue encore au bonheur...

La vague de nostalgie légèrement amère sur les bords qui traversa l'échine du Nara tatoué tel un courant chaud ne l'empêcha toutefois pas de rester concentrer sur la discussion. Surtout que c'était une grande nouvelle que lui annonçait Ryokaï. Une grande nouvelle, et qui n'incluait pas un petit être dans le ventre de Leika. Un sourire radieux barra son visage.


« Oh ? Mais c'est fantastique ! Félicitation à vous deux. »


Enthousiaste, Natsuki se leva et les tira tous les deux vers lui pour les étreindre, chacun se retrouvant prit dans l'un de ses bras qu'il ne relâcha plus.


« Olala, qu'est-ce que vous allez raconter là, Ryokaï ? Pas le moment idéal ? Vous prêchez pour un convertis là. Avec le métier que nous avons, il n'y a qu'un seul moment idéal, et c'est exactement celui que vous me citez : celui quand deux êtres qui s'aiment décident de s'unir l'un à l'autre. »


Il relâcha son étreinte, mais ne libéra la pas le jeune couple pour autant, qui resta au bout de ses bras afin qu'il puisse les voir.


« Olala. Si je m'y attendais à celle-là. »


La fatigue de son corps fut balayée d'un simple revers par la nouvelle, alors qu'il posa un regard affectueux sur son étudiante.


« Félicitation Leika. Je t'avais bien dit que tu trouveras le bonheur un jour. »


Natsuki les serra encore une fois contre lui, plus brièvement cette fois-ci, avant de les relâcher totalement.


« Je suis d'autant plus touché d'être le premier au courant – et accessoirement, le seul avant un moment, de ce que j'en comprend. »
poursuivit-il en reprenant sa place. « Du coup, comment est-ce que vous prévoyez tout le reste ? Ni Leika ni vous n'allez faire cela en catimini j'imagine. Mais passons le passage délicat des annonces à vos familles et dites moi : comment allez-vous organiser tout cela ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Saibogu Yae
Informations
Grade : genin
Messages : 978
Rang : C

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyVen 17 Mar 2017 - 17:28

Je souriais aux anges alors que Ryokai annonçait à Natsuki nos fiançailles. Ça me faisait plaisir qu'il soit le premier au courant et c'était une certaine façon l'occasion d'avoir un avis neutre sur cette décision. La réaction du Nara tatoué ne se fit d'ailleurs pas prier et bientôt, nous étions embarqués dans une étreinte plus qu'enthousiaste alors que ce dernier nous félicitait.

"Merci Natsuki !"

J'étais vraiment contente qu'il le prenne aussi bien et prenant une allure fière, je lui montrais la superbe bague que Ryokai avait fait confectionner pour moi. Je ne la portais pas souvent encore pour l'instant, les choses n'étant pas vraiment officielle et surtout mes beaux parents n'étant pas encore au courant. J'aurais vraiment été mal à l'aise si ma belle-mère apercevait une bague portant les symboles claniques des Hayashi et des Hyuga. Elle aurait immédiatement compris la situation et nous n'étions pas encore prêts pour cela.

Soupirant, je restais à la fois entre Ryokai et Natsuki dont j'avais remarqué les regards insistants sur mon ventre. Aussitôt, une pensée mutine me traversa l'esprit du genre : hé non sensei, votre idiote d'élève n'est pas encore suffisamment bête pour tomber enceinte comme ça sans rien prévoir !

Non, non, cela arriverait quand nous l'aurions décidé et pour l'instant, c'était juste un projet en attente de réalisation. Mais d'abord, nous devions franchir les étapes une à une. La maison, s'était fait, les animaux, aussi, le mariage ? C'était en préparation désormais. Bébé pourrait bientôt se faire sa place dans ce petit univers.

Restait malgré tout à l'organiser ce mariage et c'est là que les choses allaient se corser :

"Hum … Je ne sais pas encore … Je ne t'ai pas dit, mais j'ai été convoqué par mon clan pour faire face à mes erreurs de jeunesse. Je suis mise à l'épreuve et lorsque je leur ai posé la question… Ils m'ont fait comprendre que me marier avec Ryokai serait une façon de compromettre ma réintégration au clan. C'est pour cela que nous avons retardé l'annonce à nos familles. Je connais ma mère et je commence à connaître celle de Ryo."

Mon regard croisa ce dernier avec bienveillance. Malgré tout, cela restait un point noir à l'horizon. Nous ne pourrions pas nous marier avant un an minimum, ça faisait quand même huit mois irl à attendre minimum et c'était beaucoup.

"Le clan Hayashi possède en plus des traditions très strictes au niveau des mariages. La moindre transgression à ces dernières serait un immense affront. Ma racine serait brûlée dans l'heure, mes enfants incapables d'être reconnu comme membre de ce clan. La question est compliquée et je vous avoue que l'idée de se marier en catimini me traverse de plus en plus l'esprit, car elle serait en soit… Beaucoup plus simple."

J'étais un peu triste d'imaginer cette idée-là, car un mariage était avant toute chose un moment de bonheur et de partage. Je n'avais pas envie de le faire loin de ma famille proche ou encore de celle de Ryokai. N'y même de mes amis, aussi peu nombreux soient-ils. Je fis la grimace et je me tournais vers Ryo. Natsuki pourrait peut-être nous aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyLun 20 Mar 2017 - 0:57



Ce fut un énorme soulagement de voir une réaction avec autant d’enthousiasme devant cette merveilleuse nouvelle. Il était la première personne à être mis dans la confidence, au vu de la situation actuelle, ils avaient décidé de ne pas l’annoncer à leur famille le temps qu’elle puisse réintégrer son clan dans les meilleures conditions possibles. Cela n’avait pas été facile de l’apprendre, il aurait bien souhaité que cela se fasse au prochain printemps, mais ce n’était pas possible.


Le plus compliqué dans l’histoire, c’était de garder le secret, la tentation fut parfois grande lorsque sa mère se trouvait dans les parages, surtout qu’elle n’avait rien contre. Elle en serait ravie même, avoir des petits enfants n’était pas pour lui déplaire, elle en avait fait une obsession depuis quelque temps. C’était même un peu gênant parfois. Pourquoi ne pas l’annoncer uniquement à elle me dirait-vous ? La vérité, c’est qu’elle n’est pas le genre de personne à garder un secret bien longtemps, surtout quand il s’agit de l’avenir de son enfant.


La surprise pouvait se lire sur le visage du Hyûga, celui-ci devait s’attendre à écouter l’un des sermons dont seule Mizuki avait parfois le secret. Surtout après ce qu’il s’était passé dans le bureau de cette dernière. Visiblement, sa méfiance n’avait pas raison d’être ici. Il fut plus que ravis d’entendre que le Nara était d’accord avec ce qu’il venait d’affirmer. Il n’y avait pas de moment idéal pour ça, seul les sentiments de chacun avait de l’importance, ce n’était pas l’avis de tout le monde cela dit. Il prit la main de Leika, serrant doucement celle-ci entre ses doigts.


- C’est vrai que l’idée m'a également déjà traversé l’esprit, mais au fond, je ne pense pas que celle-ci soit bonne, surtout vis-à-vis de toi chérie. Je n’ai pas envie de me cacher et je ne souhaite pas non plus que cela te cause des soucis à terme ! Ton clan à accepter de te donner une chance de le réintégrer, il ne faut pas que cela gâche tous les efforts que tu as fournis jusqu’à aujourd’hui. J’aurais tellement voulu qu’il en soit autrement, mais nous n’avons pas vraiment le choix.


Il fit un soupir, léger, reflétant sa déception du moment. Oui, celui-ci était déçu, il avait tout calculé pourtant avant de se lancer, nous étions à l’approche du printemps, parfais pour respecter la tradition Hayashi, mais c’était sans prendre l’entêtement du conseil en compte. Son attention se porta ensuite vers le tatoué.


- Oui, vous êtes le premier, et ce, pendant un moment, je pense. Nous ne voulons pas que cela s’ébruite à cause des raisons que Leika vient de vous dévoiler ! Non, je ne souhaite pas faire cela dans le secret le plus absolu, c’est un moment très important dans la vie d’un couple, il faut en profiter et non le cacher à la vue de tous. Et puis cela n’a rien de romantique.


Ryokai se pencha légèrement vers l’avant, attrapant son verre pour y boire quelque gorgée, cette discussion lui donnait soif ! Il continua ensuite.


- Pour l’organisation, c’est encore un peu flou, mais ne nous souhaitons pas organiser un trop grand mariage, la famille et les personnes dont nous sommes proches seront nos seuls invités. Ce qui est déjà pas mal cela dit ! Pour l’endroit où cela se déroulera, la question est encore en suspens. Dans un lieu qui représente beaucoup pour nous deux serait vraiment l’idéal à mes yeux.


Enfin, ce n’est pas le temps qui manque pour prendre cette décision ! Une année entière tout de même. Son bras passa derrière elle, agrippant son épaule pour l’inciter à se rapprocher un peu de lui.


- Non, mais écouter nous ! Nous ne sommes pas venus vous déranger avec tous nos soucis à l’origine, nous étions venus surtout pour vous féliciter de la fin de vos travaux ! Cela a dû être un gros investissement non ? Heureusement que nous avons les Hayashi parmi nous, sinon ce genre de chantier peut parfois durer des mois avec les méthodes basiques, surtout si l’entrepreneur n’est pas des plus fiable.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyVen 31 Mar 2017 - 0:11

« Hum, je vois. » répondit Natsuki aux propos de Leika. « Après, mon avis sur le mariage est ce qu'il est, mais cela est aussi important que superficiel dans un couple à mes yeux. Cela est un moment important, solennel, qui sous la forme d'une bague passée au doigt témoigne de l'attachement de deux êtres l'un envers l'autre. Mais en regardant différemment, qu'est-ce que cela apporte de plus dans la vie d'un couple qui s'aime déjà avec passion et qui a l'opportunité de se le témoigner chaque jour que Kyubi fait ? L'essentiel ne se résume-t-il pas à exister dans le regard de l'autre, et vivre au rythme d'un cœur dont les battements nous sont consacrés ? »

En haussant les sourcils, Natsuki afficha une grimace mi-amusée mi embêtée devant les traditions Hayashi.


« Je connais aussi en superficie quelles sont les traditions Hyûga sur le sujet, mais sans vouloir manquer de respect à vos Familles respectives, j'ai vraiment du mal avec vos systèmes guindés. Je veux dire, je viens aussi d'un clan, je sais ce qu'est le respect de la hiérarchie et de l'Histoire de son sang, mais entre les règles établit par des dirigeants qui ont un citronnier centenaire dans le fondement d'un côté, et quelque chose du même acabit dans l'autre clan, je me demande comment vous faîtes pour être véritablement heureux avec ce mode de vie - '' vous '' désignant tous vos représentants respectifs. Toutefois, en tant qu'être humain, que Nara ou qu'Assistant du Hokage, je n'ai ni le droit ni le devoir d'intervenir dans les affaires internes des clans – sauf si ces dernières débordent au point d'impacter le reste du Village, bien entendu. Vous comprenez aisément pourquoi, j'imagine. »


Les vies communautaires ne sont pas toujours faciles, mais leurs règles maintiennent un certain équilibre, aussi précaire ou chaotique qu'il soit. Ces mêmes règles qui assurent le même équilibre entre les différentes communautés d'un Village aussi cosmopolite que Konoha.

Mais s'il y a des bases bancales dans les clans, il y a des endroits qui ont des fondations solides : c'était le cas de l'établissement Septième Ciel de Natsuki.


« J'ai toute confiance en l'entreprise en laquelle j'ai fait appel pour rénover les différents étages et sous-sols de mon établissement. Ce sont eux qui ont construit la structure initiale ici, lorsque le propriétaire était un Akimichi, et je travaille moi-même avec eux depuis que nous avons fait retirer les visages sculptés dans la pierre du Mont Hokage – qui maintenant s'appelle le Mont rien du tout. Ils sont arrangeants sur les planning, honnêtes sur les tarifs, et efficaces, je n'ai rien à redire. Ce qui m'a coûté le plus d'investissement, en réalité, c'est la partie restaurant. Je l'ai faite sur mes fonds, avec emprunt à la banque jusqu'à mes quatre-vingt dix ans à un taux abominable – ce que je méritais, vu que je l'ai fait sur un coup de tête. Heureusement que j'ai eu un peu d'aide dans ce projet. Après, pour le reste, j'utilise à chaque fois les bénéfices pour l'étage suivant. C'est pour cela qu'il y a autant de temps entre deux rénovations. Cela, et le fait que je prépare minutieusement mes projets pour chacun. »


Il avait parcouru le continent déjà plusieurs fois pour retrouver certaines personnes rencontrées dans sa jeunesse et qu'il voulait absolument en employés.


« Par contre, je ne saurai pas dire s'ils comptent des utilisateurs de ninjutsu dans leur entreprise. Mais, c'est toujours quelque chose que j'ai trouvé fantastique. Je veux dire, autant se servir du chakra ou de ses dons claniques pour des tâches personnelles du quotidien – genre attraper un objet éloigné pour ne pas avoir à se lever du canapé – c'est ridicule et dégradant pour l'enseignement que nous avons tous reçu, autant faire usage de ces capacités pour la collectivité, c'est... fantastique. Cela rappelle que nous, les shinobis, savons utiliser notre pouvoir autrement que pour faire la guerre. Je ne cours pas après l'image de marque de la profession, mais je mentirai en disant que je n'ai pas de la peine quand j'entends quelqu'un me dire que nous ne sommes que des soldats, uniquement bons pour tuer. »


Natsuki afficha une grimace peinée.


« Le ninjutsu permet d'accomplir tant de choses, c'est dommage de le limiter à l'art de la guerre. Prenons les Hyô par exemple, facile, beaucoup gagnent leur vie en tant qu'artistes plutôt que soldats – même s'ils font plutôt les deux, comme tous fils de clan. Des utilisateurs du vent ou de l'eau travaillent dans les champs et le moulin pour aider les agriculteurs, etc... C'est tout bête, mais voir ce genre de choses me fait chaud au cœur. »


Natsuki s'immobilisa d'un coup, humant l'air.


« En parlant de chaleur, je crois que le plat est prêt. J'espère que vous aimez le hachis parmentier, je l'ai fait selon une recette du Pays du Fer. »


Il les conduisit dans la grande salle à manger, où une table dressée les attendait. Natsuki² assura le service avec les accompagnements.


« Se sente. Você é como faminto ? Um pequeno ? Muitos ? »
« Et du coup, quel est la suite du programme pour vous ? »
demanda Natsuki pour relancer la conversation. « Toi Leika, c'est de te réinsérée dans la vie de ton clan pour changer le regard que portent tes pairs sur toi, et vous Ryokai ? J'ai cru comprendre que vous envisagiez de prendre la direction de votre clan. Vous n'êtes pas encore un peu jeune pour cela ? Je ne remets pas en question uniquement votre savoir-faire et votre expérience dans cette question. J'entends par là que c'est un gros engagement, chronophage qui plus est. De sacrées chaines à porter en plus du reste, lorsque l'on a encore une jeunesse à vivre. »

Une occasion que tout le monde n'avait pas eu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Saibogu Yae
Informations
Grade : genin
Messages : 978
Rang : C

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyDim 2 Avr 2017 - 2:30

"Tu as raison Natsuki, mais je pense que le mariage est aussi pour nous une façon de montrer à nos parents que nous sommes sincères dans notre relation. Et puis c'est également une occasion de faire la fête ce qui en soit est plutôt sympa non ? Et puis bon, il y a d'autre avantage un peu plus officiel qui vont avec ça. Le carnet de famille par exemple qui assurera une stabilité pour nos futurs enfants, non-contents que cela nous permettra également des avantages que nous n'avons pas en étant juste en concubinage."

Le genre de chose dont nous n'avions pas forcément envie de parler autour de cette discussion, soit disant passant. Je souriais poliment donc à l'intention de mon sensei pour le remercier dans tous les cas de nous faire un peu la conversation. Cela restait malgré tout toujours aussi agréable de pouvoir discuter avec lui, mais je remarquais en autre l'absence d'autre convive :

"Personne n'a pris la peine de venir à votre petite fête ? Je trouve ça dommage cela aurait fait tellement de bien à @Aburame Mizuki de se détendre un peu. Vous connaissant, je suis sûre que vous avez également invitez notre Daimyo @Aburame Miko."

En fait, connaissant Natsuki, j'étais certaine qu'il avait invité beaucoup d'autres personnes. Me venant à l'esprit, il y avait notamment @Akimichi Rin avec qui il était désormais assez proche compte tenu que c'était lui qui suivait son dossier médical. Mais peut-être aussi @Rakuzan Satochi qui au fond restait malgré tout son élève. Peut-être avait-il également pris la peine d'inviter mon cousin @Hayashi Kihran et sa compagne @Riba Yell, il me semblait qu'il entretenait de bonne relation ensemble. Bien sûr, compte tenu de l'état Yell, il était possible que ces derniers aient juste décliné l'invitation.

Je remerciais par ailleurs Ryokai de bien vouloir détourner la conversation et j'en profitais d'ailleurs pour m'éclipser afin d'aller chercher ma composition florale pour la déposer dans un coin de la pièce, à un endroit où elle serait mise à son avantage et ou elle pourrait également faire profiter les convives de son odeur et de sa beauté. Je fis un autre aller-retour pour aller chercher la plante que je disposais dans la cuisine, proche d'une fenêtre afin qu'elle puisse bénéficier d'un peu de soleil avant de revenir vers mon amoureux et mon professeur :

"Ne vous inquiétez pas, j'ai fait en sorte qu'elle ne vous demande pas trop d'entretien."

Je lui fis un clin d'œil avant de me réinsérer comme-ci de rien n'était dans la conversation qui tournait à présent sur nos projets futurs. Je me servais une énorme part de Hachi Parmentier pendant que les garçons continuaient leurs discussions. D'une part parce que j'avais sacrément la dalle et d'une autre parce que ça sentait quand même vachement bon tout ça. Engloutissant une énorme bouchée de ce plat, je pris quelques secondes avant de répondre à Natsuki pour éviter de faire profiter à tous de ma bouche pleine de purée avant de simplement approuver d'un hochement de tête les paroles de Natsuki.

"C'est trop bon !"
Ronronnais-je de plaisir avant de me concentrer sur le reste du contenu de mon assiette pendant que Ryo continuait à discuter avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptySam 15 Avr 2017 - 2:43



La curiosité était parfois un vilain défaut, une qualité qui se retourne parfois contre nous, mais celui-ci désirait réellement connaitre les détails de cette entreprise. Le jeune homme avait déjà pensé à faire quelque chose de similaire un jour, faire de l’un des vieux bâtiments de son quartier une école pour l’apprentissage du Kenjutsu. Il en avait largement les moyens avec son héritage familial qui s’élève à plusieurs chiffres, mais c’était une ambition assez risquée vis-à-vis de son clan. L’avis des nobles était déjà suffisamment partagé sur son cas. Il avait fini par mettre cette idée dans le coin de sa tête sans y repenser jusqu’à aujourd’hui. Je vous rassure tout de suite, ce n’était que de la simple curiosité, il n’avait pas spécialement remis cette idée saugrenue sur la table des négociations. Surtout qu’il avait déjà d’autre chose en cours de préparation, mais se renseigner sur le sujet n’était nullement un crime n’est-ce pas ? Natsuki avait fait appel à une entreprise en qui il avait toute confiance. Toutes ses économies avaient été dépensées dans son projet.


- Jusqu’à vos nonante ans, vous dites ? Bon sang, je n’en reviens pas ! Votre restaurant a demandé autant d’argent pour que vous deviez le rembourser sur une si longue période ? Pourtant avec votre poste de bras-droit de l’Hokage, vous devriez avoir une paye beaucoup plus importante que nous non ? Du moins assez pour pouvoir rembourser votre prêt bancaire sur une plus courte période. Au moins, je suis ravi de savoir que Leika vous a donné un coup de main pour que celui-ci puisse voir le jour ! Avec de la chance, les profits que vous allez faire au sein de votre établissement seront rapidement rentables. En tout cas, je vous le souhaite Natsuki-sama.


La gorge très assoiffée, une nouvelle fois, celui-ci approcha doucement son verre des lèvres avant d’en boire quelque goutte. Pendant qu’ils se faisaient la conversation, la Hayashi avait profité de l’occasion pour disparaitre un instant, visiblement parti cherché quelque chose. Les manières d’utiliser le chakra étaient assez diversifiées, mais en grande partie, celle-ci était destinée au combat ou au métier de shinobi. Le Ninjutsu en revanche avait en effet d’autre utilité ! À de nombreuses reprises, le Hyûga avait lourdement jalousé le pouvoir héréditaire de sa compagne. Capable de créer la vie elle-même alors que son propre pouvoir à lui n’était utile que pour l’affrontement ou encore l’espionnage.


- Oui, vous avez raison, c’est gratifiant de voir ce genre d’activité que certain son capable de faire avec le chakra. Parfois, je suis assez jaloux de ce que peux faire Leika avec son pouvoir héréditaire, nous en avons eu encore la preuve aujourd’hui avec ce que nous vous avons apporté tout à l’heure.


Une forte odeur se fit présente dans la pièce, le repas était semble-t-il prêt ! En attendant, Leika avait fini par revenir après avoir déposé ses compositions florales dans certaines pièces de la maison. Le plat qu’avait préparé le manipulateur d’ombre avait l’air d’être délicieux, en tout cas à l’odeur, celui-ci devait être très appétissant ! Direction la cuisine où la table était déjà été dressée. Ryo s’était installé juste à côté de sa fiancée fixant le plat avec beaucoup de gourmandise. Après s’être servi une part sur son assiette, celui-ci approcha sa fourchette piquée dans le plat vers sa bouche. C’était délicieux ! La prochaine question avait quelque peu surpris l’épéiste.


- Oh, je ne savais pas que vous étiez au courant pour cela. Eh bien oui, j’aimerais prendre la place de chef de clan ! Notre chef actuel commence à se faire vieux, il serait bien que quelqu’un le remplace. Hum, vous n’avez pas entièrement tort, je suis encore assez jeune pour le poste. C’est certainement l’une des choses que les autres vont utiliser contre moi, mais de mon point de vue, un visage jeune sur le trône ne ferait pas de mal ! Pour ce qui est du poids sur mes épaules. Mizuki-sensei est juste un peu plus âgé que moi et pourtant, elle dirige le village. Je suis sûr que parmi le village, certain ont pensé qu’elle était trop jeune pour le poste, qu’elle n’était pas capable d’endosser un rôle aussi important pour de si jeune épaule. Pourtant, elle se débrouille très bien jusqu’à aujourd’hui. Je ne partage pas toujours ses décisions, mais j’ai beaucoup de respect pour elle. Alors si elle est capable de diriger un village tout entier, je devrais être capable de diriger mon clan sur la bonne voie. Ça ne sera pas facile, j’en suis parfaitement conscient, mais je me donnerais à fond pour n’avoir aucun regret à l’avenir !


Chose qu’il n’avait pas fait étant plus jeune. Il ferma un instant les yeux, soupirant en voyant le travail qui l’attendait une fois la machine en marche.


- Je sais que cela me demandera beaucoup de temps, surtout que nous avons d’autre projet en tête. N’est-ce pas ? Dit-il en tournant la tête vers sa compagne, la main sur son ventre. – Mais, je reste convaincu que c’est la meilleure chose à faire, pour notre avenir et celui de mon clan. Sinon votre recette est vraiment délicieuse, vous dites qu'elle vient du pays du fer, c’est bien cela ? J’ai rarement l’occasion de goûter la cuisine d’autre pays, mais c’est vraiment délicieux ! Vous devez en connaitre d’autre, je présume ? Au vu de votre expérience, vous avez déjà du beaucoup voyager au travers d’autres régions. Personnellement, le plus loin où je me suis rendu, c’est à la frontière du pays du sable. Une mission avec Hokage-sama alors qu’elle devait négocier la paix avec Suna. Les termes qu’elle avait demandés à l’époque étaient assez étranges quand j’y repense. Un stock assez important de céréales Captain Ukulele. On en avait besoin selon elle, mais je n’ai jamais su trop pourquoi…



Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyJeu 20 Avr 2017 - 0:58

Natsuki gratta sa joue avec un rictus sur le coin des lèvres.

« Si si, j'ai invité tout ce beau monde, mais nous sommes tous tenu par des obligations plus grandes qu'une petite soirée entre amis. Miko a sûrement des buissons à tailler et des ruches à faire butiner, Mizuki doit actuellement enfin prendre une nuit de sommeil plus longue que deux heures, Kihran a bien assez à gérer avec sa femme enceinte jusqu'aux yeux – et je doute qu'avec le coup de fatigue de la grossesse elle ai envie de se déplacer où que ce soit. »


Satochi était si occupé qu'ils n'arrivaient même pas à s'organiser le combat que le jeune Rakuzan voulait avoir pour se confronter à son ancien mentor, et le fait que le joueur était dans un autre pays du monde – un continent même – à étudier un truc sans doute compliqué n'aidait pas. Rin était mort – ou plutôt, il le sera dans le futur si l'on se réfère à aujourd'hui, mais peu importait -, et Iji n'avait même pas de vrai tag vu qu'il n'était plus vraiment un personnage.


« Après tu sais, les invitations que je lance à chaque fois, c'est surtout pour la forme : je sais très bien qu'à part toi de temps en temps, personne n'y répond. Pour cela que pour l'ouverture du prochain sous-sol, je n'organiserai rien de spécial, pour les raisons qui seront citées à ce moment là. »


Et qui ont même été déjà citées, si l'on se focalise sur la chronologie des post plutôt que de la narration. Et puisque l'on parlait affaires et argent, cela faisait une bonne transition pour revenir sur le prêt qu'avait dû faire Natsuki, et qui étonnait Ryokaï.


« J'exagère un peu sur la durée, mais l'idée n'est pas loin. Après, il faut aussi savoir que j'ai fait ce prêt à la banque deux ans avant de devenir le Bras-Droit d Hokage. Et pour un besoin de conserver les caricatures classiques, je dis toujours que je suis mal payé, surtout par rapport à tout ce que je fais - c'est comme les Kage qui prétendent qu'ils ont toujours plein de paperasses à faire et que ça déborde de leur bureau : ils n'en ont que parce qu'ils le veulent. Et pour les intérêts, entre ma capacité d'endettement maximale assez basse et mon métier qui induit une espérance de vie assez courte – et donc une impossibilité de rembourser post décès – forcément, cela finit par faire une sacrée somme à rembourser sur très longtemps. »


Heureusement...


« Heureusement les banques de notre Seigneur du Feu sont impénétrables, mais trouvent quand même solution à tout. C'est pourquoi j'ai dû aussi signer un papier qui permettait de rembourser sans réduire les intérêts mon emprunt directement sur les bénéfices de mon établissement s'ils dépassent un certain seuil. La banque est cupide, mais pas cruelle après tout... »


Et d'intérêt sur l'argent à intérêt sur les arts claniques, il n'y avait qu'un pas.


« Il n'y a de jalousie que dans ce que l'on refuse de faire des efforts pour l'acquérir. Vous enviez le pouvoir des Hayashi pour leur capacité à créer la vie, mais ne vous êtes-vous jamais dit que celui des Hyûga à largement de quoi la prolonger ? Votre capacités à voir le réseau du chakra dans le corps et d'agir dessus pour le décupler ou le supprimer n'a pas que des applications militaires : l’acuponcture n'est-elle pas une version accessible à tous de ce vous-même vous seriez capable de faire si vous vous en accordiez le temps ? Les hôpitaux et leur patientèle gagneraient beaucoup à disposer de médecins aux Yeux Blancs. »


Natsuki fit passer la salade.


« Vous savez, même le feu, élément destructeur par référence, peut avoir des applications autres que causer mort et souffrance. Il suffit de chercher un peu plus loin que les idées établit. Et à cela je vous donnerai le même conseil que m'a glissé notre Daimyo jadis : ne vous laissez pas freiner par des arbitres invisibles. Les frontières de ce que vous pouvez faire, c'est vous qui les décidez. »


C'était ainsi que Natsuki avait décidé des siennes : après les avoir explosé. Un peu comme le record de jeunesse pour diriger un Village de Mizuki.


« Je ne suis pas persuadé que citer notre Hokage soit vraiment un bon exemple, surtout si c'est juste pour me donner son âge et sa capacité à diriger Konoha : car ce n'est pas le point que j'ai cherché à soulever. En effet oui, elle dirige merveilleusement bien notre Village, mais dans quelles conditions ? J'ai dû la jeter hors de son bureau hier et entamer 30 heures de bureautique non stop pour la remplacer afin qu'elle accepte enfin de dormir plus de deux heures. Les 90 heures de travail par semaine, c'est un rêve qu'elle caresse mais qu'elle est très loin d'arriver à atteindre : elle est très largement au-dessus. Alors bien évidemment, être chef de son clan de représente pas la même envergure de travail, et à quand bien même il suffit de bien s'organiser – je suis un exemple vivant de la solution au problème -, mais réfléchissez y bien. Surtout qu'à ce que je sache, vous n'avez jamais dirigé vraiment d'équipe shinobi, vous ignorez donc le poids que cela représente : un poids négligeable en comparaison à celui d'une Famille, j'imagine. Mais je ne cherche pas à vous décourager, loin de là, seulement à vous amener sur une réflexion qui normalement devrait conforter vos certitudes plutôt que de semer le doute. Entendez seulement que mon expérience de la vie a fait qu'à force de fréquenter des gens qui se croyaient capable d'être ce qu'ils n'étaient pas, j'ai prit le vilain défaut de tester où se trouve leur limite, et s'ils ne confondent pas leurs fantasmes avec la réalité. »


Mais bien qu'il soit mené sur un ton léger et avec un visage souriant, ce n'était pas peut-être pas un sujet fantastique à amener à table dans une soirée détente.


« Permettez-moi de vous poser une question à tous les deux là. Cela fait deux fois que je vois des signes qui me laissent songeur. Leika, tu es enceinte ? »


Entre les mouvements de tête et sourires timides qui évoquaient autre chose tout à l'heure – mais peut-être pas que – et c'est histoire de projet énoncée avec une main sur le ventre de la jeune femme, Natsuki commençait à avoir de sérieux doutes. La grossesse étaient une sacrée aventure, et si comme pour le mariage, il n'y avait peut-être jamais de bons moments, il y en avait où s'en était peut-être de très mauvais. Et puisque l'on parlait d'aventures.


« '' Celui qui voyage témoigne autant d'intérêt pour l'endroit qu'il visite que de désintérêt pour celui qu'il quitte. '' »
cita Natsuki. « Je suis assez d'accord avec ce dicton, sauf lorsque l'on a déjà explorer tout ce qu'il y avait à voir dans le lieu où l'on se trouve. Voyager juste pour voyager n'a que très peu de sens, surtout si l'on est encore loin d'avoir pu pleinement profiter de sa propre région. »

Mais le plus long voyage de Ryokaï l'avait amené aux frontières du Pays du Vent, lorsque Mizuki avait négocier – comprendre '' imposer '' - la paix avec Suna. Des négociations qui s'étaient aboutit avec deux exigences, dont l'un des deux qui fut aborder à table. Détourner la conversation serait difficile, vu que pour avoir vécu plusieurs mois avec lui, Leika connaissait son péché mignon du petit déjeuner – ainsi que du goûté, quand il avait le temps de le prendre. Le mieux était encore d'assumer.


« Hum... C'est... »
hésita Natsuki. « Les céréales Captain Ukulélé sont une marque produite uniquement au Pays du Vent. En conséquence de quoi, lorsqu'une guerre nous oppose à eux, les échanges commerciaux cessent, tout naturellement. Et au cas où Leika ne vous a jamais fait d'allusion à ce sujet, sachez que je suis assez amateur de ces céréales. De fait, les croisades contre le Sable sont pour moi des périodes de grande tristesse, car je vois mes réserves fondre comme peau de chagrin. J'ai été très surprit de lire dans le rapport des négociations – car vous pensez bien que notre Hokage ne m'a pas pipé le moindre mot à ce sujet – qu'elle avait demandé cela à Suna. J'y vois donc là un magnifique cadeau de sa part, à moins que '' on en a besoin '' signifie pour elle '' j'en ai assez de voir sa tête de déprimé tout le temps. ''. L'un dans l'autre, je suis persuadé d'être le principal concerné par cette demande inhabituelle. Mais peut-être que je m'emballe, et qu'elle a simplement misé dans les négociations quelque chose qu'elle pouvait retirer de la balance au besoin sans que cela ne la gène de trop. »

Une chose était sûre en tout cas : Mizuki s'était offert la fidélité de Natsuki jusqu'à la mort.


« J'en mange depuis tout petit, et c'était l'une des rares choses qui passaient pendant les périodes les plus affaiblissantes de mon cancer. L'on peut donc dire qu'elles sont mon péché mignon. Vous devez en avoir vous aussi j'imagine. Et si vous me les disiez ? Cela me permettrait de peut-être parvenir à vous en préparer pour la prochaine fois que vous venez – ou que je serai invité chez vous. »


Message subtile à faire passer ?


« Et s'il vous faut un traiteur pour le mariage, n'hésitez pas. Je peux mettre la partie Restaurant du Septième Ciel à votre service. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Saibogu Yae
Informations
Grade : genin
Messages : 978
Rang : C

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptySam 22 Avr 2017 - 15:34

Je savais très bien que Natsuki essayait de défendre ses amis en évoquant des raisons diverses et variées que je trouvais malgré tout assez peu convaincante. La bouche pleine de purée, je détournais la tête d'un air dédaigneux. Il avait beau essayer de trouver des justifications, je n'étais pas d'accord avec le fait que des rûches ou tout autre soucis soit aussi important. Mizuki à la rigueur, je pouvais comprendre par contre. C'est vrai qu'on ne la voyait plus trop se promener dans le village. La dernière fois que nous nous étions croisés remonté à notre retour de voyage improvisé. Mouais, bon ok. Je retournais à mon assiette, laissant les garçons continuer leur discussion sans pour autant m'empêcher une petite remarque :

"Ça me semble quand même être la politesse la plus basique de répondre, même négativement, à une invitation ! Surtout que là, c'était ta crémaillère !"

Mais bon, nous n'avions pas tous les mêmes principes. J'avais beau passer pour une sale gosse, ma mère avait été très stricte à ce niveau là de mon éducation. Politesse, politesse. Je soupirais et je portais à ma bouche un verre d'eau tout en les écoutants.

Le flot de leur parole était intéressants, mais le sujet l'était d'autant plus et alors que Natsuki essayait de faire comprendre à Ryokai qu'il devait développer ses propres aptitudes et les utiliser, plutôt que de se complaire dans la jalousie qu'il pouvait parfois éprouver dans les miens, je ressentis une soudaine pointe de jalousie moi aussi. Le sujet évoquait était parfaitement le bon, car, depuis que j'avais commencé à apprendre la médecine, j'avais aussi découvert un intérêt à la médecine alternative. L'acuponcture, l'étude des plantes, etc … J'avais d'ailleurs acheter plusieurs dizaines de bouquins sur le sujet, bouquin qui parfois manquait de précisions et n'aidaient pas forcément à la pratique. Je n'avais tout simplement jamais demandé à Ryokai de m'aider à préciser cet art en utilisant tout simplement son byakugan pour cela.

Ma main frappa ma tempe dans un geste d'agacement alors que je me mordais la lèvre :

"Je suis vraiment trop bête" Murmurais-je plus pour moi-même qu'autre chose.

Il allait falloir que je revoie cela rapidement, mais pour l'heure, j'avais d'autre chose en tête et la discussion commençait à devenir animée. L'évocation de notre hokage avait eut pour effet de ramener à un flot de paroles concernant sa façon de travailler et les conditions de ce travail. J'avais un avis assez tranché sur la question en écoutant Natsuki, mais je ne pouvais pas vraiment me permettre de l'exprimer sans risque de blesser l'un des deux hommes présents, aussi, je me contentais juste de baisser la tête et de rester attentive aux échanges. Enfin jusqu'à ce que cela tourne autour de ma propre personne :

"Mais non !" M'exclamais-le légèrement vexé avant de détourner les yeux. "Si j'étais vraiment enceinte, je te l'aurais dit !"

Je fis la moue. Sous-entendait-il que j'avais grossi ? Ou bien que je mangeais trop ? Je laissais retomber ma fourchette et je repoussais mon assiette pour montrer que j'avais suffisamment mangé pour le reste du repas. Je me passerais donc de dessert en signe de protestation quant aux allusions du Nara tatouée.
Je me rappelais aussi très bien de la dernière période hivernale, période où j'étais passé par une fenêtre parce que justement, je ne possédais pas les fameux céréales de l'homme face à moi. Je soupirais bruyamment face à sa question :

"Je le garde pour moi, car si je me mets à en manger, vous allez encore croire que je suis enceinte !"

Vrai ou faux ? Ce n'était pas la première fois que le Natsuki croyait à une éventuelle grossesse en me voyant. Hors ce n'était pas encore au programme :

"Ne nous emballons pas Natsuki ! On n'en a même pas encore parlé à mes parents et puis nous attendons surtout de voir comment ça se passe avec le clan Hayashi et la fin de mes épreuves pour ça…"

Mon regard c'était tourné vers Ryo car nous devions effectivement commencer à en parler à nos parents. Il serait temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hyûga Tatsuya
Informations
Grade : Jônin
Messages : 572
Rang : A

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyLun 24 Avr 2017 - 14:08



La médecine n’était pas vraiment un domaine qui lui faisait de l’œil, sans mauvais jeux de mots. Il ne pouvait cependant pas nier que sa pupille blanche avait des dispositions particulaires pour ce genre de travail, mais c’était loin d’égaler la créativité des Hayashi. Ryokai n’avait pu s’empêcher de faire une grimace à la simple idée de devenir médecin. La vue du sang était déjà une épreuve pour lui alors prendre place sur une table d’opération était largement au-dessus de ses capacités. Non, ce n’était vraiment pas pour lui la médecine, au pire Leika pouvait toujours lui apprendre les bases rudimentaires, ça en revanche, c’est toujours utile sur le terrain.


- C’est fort possible, mais c’est une opportunité de carrière qui ne m’intéresse nullement Natsuki-sama et une grande partie des membres de mon clan seront certainement du même avis. Vous savez, la haute noblesse est parfois assez sensible et voir le corps humain sous toutes les coutures n’est pas vraiment une perspective alléchante. Au pire, quelque observation est largement tolérable, mais y travailler chaque jour serais un peu le parcours du combattant. Bon, c’est un mauvais exemple, surtout que vous parliez de l’acuponcture qui n’a aucun point commun avec ce que je viens de dire à l’exception que cela fait partie du domaine médical, mais c’était surtout pour vous faire comprendre mon avis sur le sujet.


Le Hyûga avait pris comme exemple l’Hokage du village, car c’était la seule qu’il avait à l’esprit sur le moment et que c’était un moyen de justifier sa décision de manière indirecte. Oui, il n’avait que très rarement dirigé une équipe et il n’avait pas spécialement connaissance de la responsabilité que cela impliquait, du moins pas sous toutes ses formes. Mais si nous devions reculez à chaque ambition personnelle en ce convaincant qu’on n’a pas spécialement toute les cartes en main pour le faire de façon optimale. Nous n’irions pas très loin, il fallait parfois prendre des risques au pire d’en subir les échecs, mais au moins les regrets seront moindres.


Depuis son nouveau poste de Kage, enfin pas si nouveau que ça aujourd’hui, il est vrai qu’elle avait beaucoup moins de temps libre. Elle en était en partie responsable, mais cela faisait aussi partie du métier comme certain diront. En tant qu’élève de son équipe, Ryokai fut l’un des premiers à le remarquer. Enfin, ce n'était pas difficile à comprendre non plus, suffisait parfois d’observer les cernes sous ses yeux à cause de la fatigue. Natsuki ne cherchait pas à le démotiver, juste à lui faire réfléchir pour voir si cette décision était la bonne. Pour le Hyûga, ce n’était pas qu’une décision. C’était son destin, un devoir même. Le clan de l’œil blanc avait besoin d’un capitaine à l’esprit ouvert, mais celui-ci avait encore du temps avant de prendre la décision finale et lancer la machine.


- Je sais que vous ne pensez pas en mal en me disant cela, mais je reste sur mes positions ! Dans le pire des scénarios, je n’aurai qu’à m’en prendre à moi, mais au moins je n’aurais pas de regret pour avoir abandonné sans avoir au moins essayer !


Ryo était assez sensible sur le sujet, beaucoup de nobles ont déjà essayé de l’en dissuader et cela avait déjà marché lorsqu’il était plus jeune sans aucune expérience. Aujourd’hui, c’est différent, même s’il lui reste encore tant de choses à apprendre. La vie est un éternel apprentissage de toute manière. Natsuki pensait une nouvelle fois que Leika avait une petite graine dans le ventre. En voyant la réaction de celle-ci, Ryokai ne pouvait se retenir d’en rire à pleines dents. En tout cas, cela avait eu pour effet de lui couper l’appétit. Ahh ! Il avait enfin la réponse à cette fameuse question qu’il se pose depuis des mois. Cette demande était donc destinée au tatoué, bien qu’il n’en n’ait pas fait la demande directement.


- Ah, je comprends mieux à présent ! C’est votre petit péché mignon, votre refuge en quelque sorte. La guerre en soi n’a déjà rien de très joyeux, mais dans ses conditions cela est encore plus difficile pour vous. Je vous remercie pour avoir éclairé ma lanterne sur ce détail et pardonnez ma curiosité si celle-ci était déplacée. Je me suis toujours posé la question et Takeo-sama était aussi surpris que moi ce jour-là et non Leika n’y a jamais fait allusion. À moins que je me trompe, chérie ?


Il avait une excellente mémoire de base, mais on n’est jamais à l’abri d’un oubli. Son assiette était complétement vide, l’estomac lui bien remplis à ras bord. Un délice vraiment.


- Pour en revenir sur Mizuki-sensei. Son état vous parait-il préoccupant ? Le manque de sommeil peut être un problème à la longue et au vu de ce que vous venez de m’avouer, celle-ci passe encore plus de temps dans son bureau que je ne l’aurais cru. Notre équipe n’est plus la même depuis, malgré que Yell et moi soyons assez compressibles sur le sujet. Nous ne sommes plus des genin après tout, même si entretenir les liens à son importance. Enfin, il serait dommage qu’elle tombe malade à cause du surmenage !


Surtout que les précédentes rencontres n’avaient pas été particulièrement propices à ce genre de chose.


- En parlant d’équipe, Leika est toujours le seul membre de votre team ? Vous m’aviez déjà parlé de votre malédiction qui frappe vos élèves, mais en la regardant. Je me dis qu’elle est peut-être parvenue à briser la chaîne maudite ? Enfin, personnellement, je suis assez sceptique sur ce genre de croyance, à mes yeux, c’était juste de la malchance, mais ce n’est que mon avis bien sûr.


Certes, cet événement n’était pas pour toute suite, mais c’était aimable de sa part de se proposer pour la restauration.


- Je pense qu’il l’a déjà compris ça chérie, il nous propose juste son aide pour le jour J. C’est très gentil Natsuki-sama, ça sera, avec plaisir, bien entendu, mais je ne voudrais pas vous déranger non plus.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Nara Natsuki
Informations
Grade : Bras Droit de l'Hokage
Messages : 1736
Rang : SSS

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyMar 25 Avr 2017 - 14:20

Natsuki roula des yeux en soupirant.

« Tu as l'art et la manière pour entendre ce que je ne dis pas toi. Je ne dis pas que tu t'empâtes ou que tu manges beaucoup – au contraire, c'est important vu notre métier - , mais vous n'arrêtez pas de m'envoyer des faux signes tous les deux. Et des petites annonces que tu introduits par un silence et un regard rougissant vers Ryokaï, et d'autres projets en tête que vous m'abordez sans détail avec une main sur le ventre de la demoiselle, forcément, vous voulez que je comprenne quoi avec des signaux mixtes ? »


C'était comme dire à quelqu'un que l'on l'aimait, mais le repousser avec véhémence dès qu'il s'approche.


« Enfin, boude dans ton coin si tu veux, cela fera plus de dessert pour nous. C'est dommage, c'est l'un de tes préférés que j'ai préparé... »
précisa Natsuki en affichant la fausse grimace de l'homme embêté par une mauvaise nouvelle.

Et la parenthèse se referma, ramenant la discussion sur le sujet de Ryokaï.


« Votre détermination est tout à votre honneur, Ryokaï. Ce n'est pas une question de se laisser freiner ou d'abandonner devant ce qui seront des difficultés. L'important, comme vous le soulignez, c'est de savoir dans quoi vous vous engagez, et d'être prêt à les traverser. Sachez toutefois que l'abandon est très difficile, car il conclut souvent un échec, et tous les deux ont des conséquences lourdes à porter. Des conséquences qui marquent bien souvent le temps et l'Histoire. En définitif cependant, même si chacun peut vous donner un avis différent, encourageant ou négatif, seul vous êtes capable de dire si vous vous sentez prêt ou non. »


Prêt pour le poste, prêt pour ses difficultés, prêt pour ses contraintes, prêt pour ses conséquences. Prêt pour tout le bien auquel il pourra conduire, ou tous les désastres qu'il pourra provoquer. Natsuki connaissait son sujet là-dessus, comme l'évoquait Ryokaï.


« Oui, Leika est toujours la seule membre active de Matsudaï 3.1 actuellement. Mais vous savez, le coup de la malédiction qui frappe mes étudiants, c'est surtout pour rire de tout cela. Car si je devais être réaliste, ladite malédiction, ce n'est pas les autres qu'elle concerne, mais moi. Moi, qui écope de tous les diplômés de l'Académie qui ne sont pas fait pour être shinobi, mais qui ne se rendent compte que c'est éprouvant et dangereux qu'après coup, et qui décrochent pour se lancer dans autre chose après m'avoir fait perdre du temps et de l'énergie. Non pas que c'est dommage pour eux, vu que ceux qui insistent malgré tout finissent par se faire tuer, quand ils ne sont pas simplement handicapé à vie. Non, en définitif, la vraie malédiction, c'est que sur cent oisillons gradés, il y a dix pingouins, et je m'en ramasse successivement sept d'entre eux. »


Il fallait bien trouver une explication à la véritable malédiction, celle qui frappait avec acharnement le joueur – et ceux qui s'approchaient d'un peu trop près de lui.


« Donc oui, c'est juste que de la malchance, probablement. C'est ce que j'ai fini par me dire. heureusement que j'ai eu des étudiants comme Satochi ou Leika, car croyez-moi, au bout d'un moment, c'est très difficile moralement de devoir assumer des échecs répétitifs et successifs. L'on finit par se remettre beaucoup en question, à se demander si ce n'est pas nous qui faisons mal, qui conduisons des générations à échouer dans leur projet, leurs espoirs, leurs rêves. Si ce n'est pas à cause de nous, car nous avons mal fait, qu'ils meurent, soient amputés, handicapés. Et comme vous le savez sûrement, ce n'est jamais qu'une seule personne qui souffre des conséquences : chacun a de la famille qui devra vivre avec cela aussi. Affronter leur regard et leur détresse quand vous annoncez la nouvelle n'est jamais évident... »


Il y eu un moment de silence gênant, que Natsuki finit par rompre en frappant dans ses mains.


« Vous avez vraiment le chic pour me lancer sur des sujets qui plombent l'ambiance vous. »
annonça-t-il en roulant des sourcils alors que son regard passa de l'un à l'autre. « J'espère que cela ne vous a pas trop coupé l'appétit du coup, Natsuki² va nous débarrasser et nous apporter le dessert. Je n'ai pas de prévu de fromage pour le soir, je sais que ce n'est pas trop dans les habitudes gastronomiques des asiatiques. »

Alors que c'est plutôt bon, si l'on dépasse le stade de l'odeur particulière de la plupart.


« Vous parliez de Mizuki tout à l'heure, et de son état. Je pense que je peux vous répondre oui, je m'en soucie. Ce n'est certainement pas pour la gloire ou le salaire que je me suis battu pour la jeter hors de son bureau et faire le marathon bureaucratique à sa place. J'ai aussi mit deux gardes devant l'entrée de sa chambre, qui ont pour ordre d'abattre à vue tout ceux qui tenteraient de la déranger. Ce n'est malheureusement qu'une goutte dans l'océan, et ce n'est pas ainsi que les choses s'arrangeront sur le long terme : car j'ai beau me démener sur mon poste d'assistant, ce n'est pas encore assez, tout simplement parce qu'elle déteste déléguer. Mais je travaille sur l'affaire. »


Il afficha un sourire conspirateur.


« Petit à petit et à son insu, elle va se retrouver avec un peu moins de paperasse. Alors certes, cela risque de l'affaiblir, car il est bien connu que les Hokage deviennent plus forts en restant assit dans leur bureau à faire des dossiers, mais je veux bien courir ce risque. Ce serait toutefois pas mal si quelqu'un pouvait aussi la prendre un peu en soin sur le reste autour – sommeil, alimentation etc... Je veux dire, elle est médecin, elle devrait savoir ce qui est bon pour elle, mais chacun sait que le cordonnier est toujours le plus mal chaussé, et elle a un peu trop tendance à faire passer tout le monde avant elle. Une qualité essentielle pour être Hokage, je ne le lui cache pas, mais il y a des limites. Et ce n'est pas les repas froids que je lui prépare le matin qui vont tout arranger. Alala, ce n'est pas facile de protéger quelqu'un de lui-même... »


Natsuki² arriva avec le dessert à déterminer par Leika.


« Alors sûre, tu ne veux pas ta part ? »
questionna Natsuki avec un sourire amusé. « Il est encore tout frais/chaud, comme tu les aimes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Saibogu Yae
Informations
Grade : genin
Messages : 978
Rang : C

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. EmptyJeu 27 Avr 2017 - 17:16

Tel un bébé, je ne réagissais que mentalement à sa remarque, me retenant à grand-peine de lui tirer la langue. Ce geste aurait été hautement puéril de ma part, mais au fond, j'étais encore une enfant, alors je lui tirais volontairement la langue avant de reprendre ma bouderie tout en écoutant malgré tout le jeu de conversation qui se déroulait entre les deux hommes. Je restais silencieuse durant toute la durée de cette dernière. Légèrement pensive, sans rien ajouter de plus jusqu'à ce que l'un des sujets éveille mon esprit. Voilà plusieurs fois qu'il parlait de l'état de santé de Mizuki.

Je me montrais, du coup, un peu plus attentive à ce qu'il disait, car, je ne pouvais pas être juge dans cette histoire, je n'avais pas vu la jeune femme depuis un moment et la dernière fois, elle était resté assise à son bureau, notre position étant peu enviable, je n'avais pas pris la peine de l'examiner sous toutes les coutures :

"Tu m'as l'air assez inquiet…. Son état est-il si préoccupant que ça ?"

Si l'on en croyait le dicton, effectivement, le cordonnier était toujours le plus mal chaussé, mais le médecin était surtout le plus mal soigné.

"Mizuki est une forte tête… Si elle n'a pas conscience de son état de santé, elle continuera jusqu'à ne plus pouvoir tenir physiquement. Tu as remarqué des choses particulières au niveau de son physique Natsuki ? Peut-être une sensibilité plus importante à tous les microbes qui traînent ? Des toux récurrentes ? Elle a maigri ?"

J'avais presque fini mon mémoire et mon apprentissage de la médecine touchait à sa fin, si bien que je me tournais à présent vers l'apprentissage des médecines alternatives et douces. Mais dans tout ça, outre le fait que je ne portais pas notre kage dans mon cœur, c'était surtout à Ryo et Natsuki que je pensais. Chacun d'eux à sa façon était proche d'elle. C'était une amie pour l'un, un maître pour l'autre. Je soupirais plus pour moi-même qu'autre chose, incapable de peser le pour et le contre vis-à-vis de mes propres sentiments à son encontre.
Tout cela avait permis à Natsuki² de faire place nette sur la table pour nous apporter un plat énorme de crumble pomme. L'odeur ne me laissa pas indifférente bien entendu et dire que j'étais insensible à ce dernier avec la bave qui dégoulinait du coin de mes lèvres aurait été une belle traitrise. Je finis par baragouiner un petit :

"Moui …"

Impossible de résister à l'appel de la bouffe (surtout quand la joueuse est au régime !), je mangeais ce dessert avec appétit, contente que Natsuki est assimilé aussi facilement la recette. Bon, c'est vrai qu'elle n'était pas compliquée non plus. À quantité équivalente de beurre, de farine et de sucre, il n'y avait pas grand-chose à retenir de tout cela. Enfin, cela me permit de continuer à manger mon assiette pour poursuivre ma réflexion avant de finalement proposer, le plus simplement du monde à Natsuki :

"Tu veux que je passe la voir dans la semaine ? Je pourrais lui établir un bilan de santé… Mes études ne sont pas encore validées, mais je ne pense pas que mon diplôme me sera refusé et ça permettrait d'avoir déjà une idée sur son état de santé ? Qu'en penses-tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty
Message(#) Sujet: Re: Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Travaux de rénovation, partie 8 : L'étage de la direction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Centre Ville :: Le Septième Ciel-