N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 3. Verdict [Purification]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyMar 6 Déc 2016 - 17:00


PURIFICATION : VERDICT

CONTEXTE

    Suite à la capture du Kazekage Matsuno Yamuro et des révélations qui ont suivi cette dernière, le village caché de la feuille a décidé de se lancer dans une expérimentation on ne peut plus courageuse et risquée – le libérer de ce qui contrôle son esprit.
    Matsuno Ema, la femme dévouée de ce dernier, a été invitée à titre personnel pour participer au projet. Cependant, une question persiste : Les Yamanaka du village seront-ils capables de conduire la tentative jusqu’au bout, ou bien une erreur de protocole aboutira-t-elle à la fuite de ce dernier ?



RÈGLES
    Ø Rappel du contexte : http://www.shinobinohattan.com/t20706-micro-event-purification
    Ø Ce groupe est restreint à la participation de @Aburame Mizuki, @Yamanaka Keiji, @Matsuno Ema et @Matsuno Yamuro.
    Ø Ordre : Mizuki, Yamuro, Ema (Keiji interviendra quand il le souhaitera)
    Ø Matsuno Yamuro a son Chakra de scellé tant que le Sceau est maintenu actif ICI. De plus, la salle est scellée pour empêcher toute sorte ICI. Si les deux parties de la protection venaient à être brisée, ce dernier aura la possibilité de fuir.
    Ø A chaque tour, un Dé de 10 sera lancé pour juger de la progression de Konoha. Le village doit réaliser 3 SUCCÈS aux dés afin que l’opération se termine.
    Règle des Dés:
     
    Ø Si soucis ou interrogation, contactez @Aburame Miko.
    Ø Petit aperçu visuel :
    Spoiler:
     





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyMar 6 Déc 2016 - 18:46


Le soleil se levait paresseusement sur le village. Debout devant la grande baie vitrée de mon bureau, je laissais la lumière orangée entrer dans mon bureau. Je n’avais pas dormi de la nuit, encore une fois. J’eus un petit sourire en regardant mon reflet dans la fenêtre : mes cheveux n’étaient même plus coiffés, et mes yeux étaient cernés comme jamais. Je regardai l’heure : la purification approchait. Me dirigeant vers une douche du palais, empoignant en passant des affaires de rechange. La vapeur emplit la pièce, alors que j’étais accoudée au mur, perdue dans mes pensées. Kibo… Le monde est cruel et remplit de dangers. Plus que jamais, je croyais en l’intuition des Konohajins : étrangement, j’espérais tellement que tout ça n’était qu’un mauvais sort. Cet homme, avec qui j’avais travaillé main dans la main, qui avait trouvé la confiance de son peuple, qui avait une femme et un enfant, comment pouvait-il devenir ce monstre au cœur noir que l’on connaissait ? Renié par les siens, exilé de son village et vendu à l’ennemi : la déchéance d’un homme qui, pourtant, continuait de se battre contre vents et marées contre une chimère. La mort de Miko l’obsédait tellement qu’il n’était plus que l’ombre de lui-même, à peine humain, comme une vulgaire bête conditionnée.

Est-ce là le lot des Ombres du Yuukan ? Les précédents Hokage ne sont pas morts paisiblement dans leurs sommeils, ou ne se sont pas accordés de retraite au soleil. Tous ont été victime d’abominables choses. Même à l’étranger : Hôritsu avait été assassiné ; Kioshi était devenu un paria ; Zanshi avait été assassinée ; sans compter le sort de certains Mizukage… Léger sourire. Comment on se souviendra d’Aburame Mizuki, Hachidaime Hokage ? Est-ce que je mourrais en protégeant mon village et ses habitants ? Deviendrais-je folle à lier, à mettre ceux que j’aime en danger dans le seul but d’accomplir une mission que je me serais donnée par hasard, sans examen et suivie par habitude ? Est-ce que les miens finiront par me tourner le dos et me trahir ? Les Kage ne restent jamais bien longtemps, au fond : peut-être que la fonction est bien trop grande et ambitieuse pour être portée par une seule personne.

Séchant mes cheveux, enfilant mes vêtements, attachant mes cheveux, je pris la direction de la prison où l’opération de sa vie allait avoir lieu. A mon arrivée, je rejoignis Matsuno Ema, que j’avais brièvement rencontré auparavant pour parler de ce qu’on allait faire subir à son mari. La Sunajin avait été traitée en invitée de marque, disposant de tous les conforts qu’elle aurait pu bénéficier en tant qu’alliée. Et tout avait été fait pour qu’elle et son enfant soient au mieux dans ce village qui devait leur être hostile. Je l’emmenai dans la salle où Kibo était, sans doute déjà pris en charge par les différents membres de l’ANBU qui le maintiendrait calme pendant la purification. Etreint, entouré de sceaux, Kibo était à genoux, les mains liées, le regard dans le vide. Jamais sa folie n’avait atteint un tel paroxysme : à vrai dire, les experts avaient jugé son état si inquiétant que le retour à la réalité devait se faire aujourd’hui, dernier délai. Les bras croisés, je fixai mon homologue, ne regardant pas sa femme à mes côtés, mais m’adressant à elle.

    - J’ignore ce qu’on trouvera. J’ignore si ça marchera. J’ignore également comment il réagira. Mais s’il a bien quelque chose au cerveau, s’il a bien été victime d’une quelconque technique de contrôle, la purification ne sera pas de tout repos.

Je tournai ma tête vers elle, le regard austère.

    - Comprenez bien, Ema, que ce que vous verrez, bien que s’apparentant à de la torture, n’en sera absolument pas. Vous êtes là pour que son cerveau reste en contact avec quelque chose qui le relie à sa vie normale, pour pas qu’il se braque en étant soumis à des douleurs au beau milieu d’ennemis. Il a besoin de voir que vous soutenez ce qui lui est infligé. J’espère pouvoir compter sur vous.

Je reposai mon regard sur la bête blessée qu’était Kibo, au milieu de tous ses ennemis. D’un hochement de tête, j’ordonnai le début de la purification. Les sceaux s’activèrent. Celui sur Kibo sauta. Et les Yamanaka débutèrent leur besogne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyMar 6 Déc 2016 - 22:47


« Torture »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le bruit de mes pas retentissait dans les couloirs de cette prison, alors que j’étais ligoté, scellé et accompagné afin de me transférer là où aura lieu ma « purification ». J’avais passé des jours dans une cellule sombre contemplant le va-et-vient de personnes pour me piquer, analyser le sceau sur ma nuque, le retirer, m’en mettre un nouveau, etc. Je ne comprenais pas pourquoi je n’étais pas encore mort, mais surtout, je ne voyais pas de quoi ils voulaient me guérir. Tout était limpide dans ma tête, mais pour eux, il y avait quelque chose qui clochait. Soit, je n’allais pas me plaindre de ne pas être mort, j’avais cet espoir de m’échapper et venir à bout d’Aburame Miko.

On me plaça au centre d’une salle où plusieurs membres de l’unité spéciale de Konoha étaient présents. Les mesures prisent n’étaient pas moindre, je pouvais lire le Fûin qui me tenait ferme et je ne pouvais rien faire en sa présence. Il y en avait même deux et mon seul espoir était que les ninjas qui le maintenait perdent leur concentration et que les sceaux se brisent. Il y avait une chance, car ces Shinobis avaient une lourde responsabilité sur les épaules et il suffisait qu’un seul du maillon lâche pour tout faire foirer. J’étais confiant, mais je devais rester attentif à la moindre faille pour me téléporter loin d’ici.

Tout le monde était en place depuis un moment, mais je ne comprenais pas ce que l’on attendait. La réponse tomba bien vite, en effet, je vis Ema rentrer avec Satomu. Mon sang ne fit qu’un tour, je m’étais montré calme jusqu’à présent, mais là, c’était trop, Miko avait réussi à ramener ma femme et mon fils à cette mascarade. Mon regard devint noir, je fixais mon épouse avant de prendre la parole d’un ton plat.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

      Tu fais quoi ici ?

La porte s’ouvrit à nouveau et Mizuki fit son entrée. Je ne comprenais pas le sens de cette mise en scène, mais l’Aburame et tous ses complices allaient me le payer cher. L’Hokage plongea son regard dans le mien tout en s’adressant à Ema, elle essayait de l’embobiner avec cette théorie de contrôle mentale, mais ce n’était qu’un piège.

      Ema ! Pars, c’est un piège ! Tu ne comprends pas qu’ils m’ont tenu en vie juste pour te faire venir et nous tuer tous !?

Ma femme s’était fait avoir et en plus, elle avait ramené Satomu. Il était hors de question que l’on s’en prenne à ma famille, qu’il me tue, mais jamais je ne leur permettrai de toucher à un seul des cheveux de mon épouse et de mon fils !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je tentais de déchainer ma puissance malgré les sceaux présents, mais au simple signal de l’Ombre de la Feuille, je me sentis opprimé et paralysé. La douleur était atroce, je hurlais, j’avais l’impression que l’on me perçait le crâne. Mes muscles se crispèrent, mes veines allaient exploser. Ma respiration devenait lourde et saccadée, ils étaient en train de me torturer devant ma famille, mais je n’allais pas craquer, je devais vivre et me venger !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyMar 6 Déc 2016 - 23:48

La petite aventure à Konoha commençait enfin, réellement, lorsqu'elle fut invitée à entrer dans la salle où son mari, qu'elle pensait mort, il fallait l'avouer, était enchaîné. La vision qu'elle perçut de lui brisa son cœur. Il ne ressemblait plus à rien, il était sale, anéanti, fou. Toute la grandeur d'autrefois avait disparu. Des frissons parcoururent son corps, alors qu'elle prit enfin conscience qu'amener Satomu avait été sa pire erreur. Quelle espèce de mère indigne aurait emmener son fils voir un tel spectacle. Il en serait traumatisé pour le reste de sa vie s'il voyait son père comme ça. Elle-même n'en revenait pas d'avoir agi avec autant d'égoïsme.

Rapidement, elle se positionna devant son fils, se retourna accroupie devant lui. Elle lui avait déjà expliqué plus tôt que ce qu'il allait voir était son papa malade, mais jamais elle n'aurait pu s'imaginer que ce serait dans de telles conditions. La dernière fois qu'elle avait pu le voir, il n'était pas dans un tel état. Des larmes silencieuses roulèrent sur ses joues alors qu'elle prenait Satomu dans ses bras, l'embrassant sur son front.

L'Hokage arriva aux côtés de la Kunoichi, qui à nouveau debout, faisait face à son mari, laissant Satomu dans l'ignorance, le dos tourné à la scène. Bien que complètement entourée d'ennemis, la jeune Matsuno n'avait plus réellement de raison de s'inquiéter. Ils avaient pu tuer la famille depuis bien longtemps et rien n'avait été fait. Les paroles de l'Aburame avaient été respecté et ainsi son honneur était sauf. Quant au reste de Konoha, bien que le village soir considéré comme ennemi, Ema fut stupéfaite de tant d'honneur et de respect, malgré tout. Bien sûr, sa haine subsistait : Tetsui n'avait toujours pas quitté son esprit. Pour autant, aujourd'hui était un jour différent.

- J’ignore ce qu’on trouvera. J’ignore si ça marchera. J’ignore également comment il réagira. Mais s’il a bien quelque chose au cerveau, s’il a bien été victime d’une quelconque technique de contrôle, la purification ne sera pas de tout repos. Comprenez bien, Ema, que ce que vous verrez, bien que s’apparentant à de la torture, n’en sera absolument pas. Vous êtes là pour que son cerveau reste en contact avec quelque chose qui le relie à sa vie normale, pour pas qu’il se braque en étant soumis à des douleurs au beau milieu d’ennemis. Il a besoin de voir que vous soutenez ce qui lui est infligé. J’espère pouvoir compter sur vous.

- Vous n'avez pas failli à votre parole Hokage. Je ferai mon possible pour vous aider dans cette tâche.


Bien que des larmes coulaient sur ses joues, Ema était dure, d'une froideur sans pareille. Elle respectait les Konohajins, bien qu'à contre-coeur. Toujours est-il que sa moitié était là, devant elle, en vie, comme promis. Il était impossible pour Ema de ne rien ressentir face à cette preuve d'honneur Shinobi, son humilité était entière face à l'Aburame.

- Tu fais quoi ici ? Ema ! Pars, c’est un piège ! Tu ne comprends pas qu’ils m’ont tenu en vie juste pour te faire venir et nous tuer tous !?

Ema baissa le regard. Cette idée était possible, mais de toute manière, il était trop tard pour reculer. Elle s'était elle-même rendue à Konoha en sachant que cela pouvait être un piège bien cruel. La Kunoichi tomba sur ses genoux, retenant son enfant qu'elle posa délicatement devant elle, le regardant dans les yeux.

- Mon chéri, tu te souviens de ce que maman t'as dit avant d'entrer ... ?

Satomu regarda sa maman un instant, apeuré, puis fronça les sourcils, se rappelant des paroles prononcées. Il ferma les yeux, s'assis au sol et se boucha les oreilles, chantant une comptine que son père lui chantait souvent au coucher.

- Parfois la nuit, j’ai peur un peu, j’entends des bruits, je ferme les yeux. Et puis je compte, 1, 2, 3, 4... Est-ce un fantôme ou un mille-patte ? Parfois la nuit, j'ai peur un peu, j'entends des bruits, et je ferme les yeux. Et puis je compte, 1, 2, 3,... C'est papa qui est avec moi ! Parfois la nuit, j'ai peur un peu, j'entends des bruits, et je ferme les yeux. Et 1, et 2, et je vais mieux ! Parfois la nuit j'ai peur un peu, j'entends des bruits, je ferme les yeux. Et puis je compte, jusqu'à 1 c'est tout, car Papa protège Satomu !

Protégeant son fils de ses bras, alors qu'il chantait, Ema regardait son mari dans les yeux, le suppliant de revenir à lui de son regard désespéré. La douce vois de Satomu ne devint qu'un bruit sourd, après que l'Hokage ait ordonné le début de la purification. La douce mélodie arrivait cependant jusqu'aux oreilles d'Ema, qui toujours entrain de serrer son fils contre elle, espérait que le souvenir de son fils et lui entrain de fredonner cet air pouvait aider Kibō à se rappeler, à faire confiance...Même si cela ne servait à rien pour son mari, au moins son fils n'entendait rien et se concentrait sur les paroles de la chanson.

Les hurlements de démence de Yamuro remplit d'horreur sa femme, qui posa ses mains au-dessus de celle de son fils pour amplifier le geste visant à arrêter les sons.

- Kibō ! Fais-moi confiance. hurla-t-elle à son encontre. FAIS-MOI CONFIANCE ! Regarde moi, ne me quitte pas des yeux. REGARDE MOI !

Il fallait qu'il se concentre sur quelque chose. Ema devait être cette chose. Son esprit devait se calmer malgré la douleur qu'il ressentait. Il fallait qu'il s'ouvre pour que les Yamanakas puissent faire leur oeuvre, afin de rétablir cet homme qu'elle aimait de tout son cœur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyMer 7 Déc 2016 - 17:19

J’ai une pression de malade. Un évènement qui n'a pas dû échapper à ta perspicacité (car je te sens très perspicace) : je n’ai taclé personne à mon dernier récit de vie, chose qui m’a été reprochée par des Hokage en manque d’attention dont la vie est si morose qu’ils préfèrent reprocher à des gens épanouis, heureux et pleins de vie (t’inquiètes, on a mis Inspecteur Gadget, Columbo et Détective Conan sur le coup pour trouver qui sont ces fameux gens) de ne pas être drôles (alors que franchement, juste se moquer suffit, on n’est pas obligé de lire la vie de la Kage la plus géniale de France et de Navarre). Mais bon. Il fait froid (parce qu’on n’est plus en été), les feuilles craquent sous nos pieds quand on marche dans les rues (parce qu’on n’est toujours plus en été) et les vieux craquent d’un peu partout, alors évitons de les contrarier en plus de tout. Mesdames et messieurs, je vais vous présenter mon nouvel ouvrage : « Les Dynasties Hokagiennes pour les nuls, tome 1 ». Parce que oui, rappelez-vous de mon dernier extrait de biographie, je m’inquiétais de la pérennité de mon œuvre vu la pérennité de celles de mes prédécesseurs. Alors pose tes fesses confortablement sur ton fauteuil (ou ta chaise si t’as franchement pas de chance) et laisse-moi te narrer l’histoire incroyable et fabuleuse des Hokage de Konoha.

A l’origine : Hayashi Miyu, Shodaime Hokage, instigatrice de la création de notre beau village qu’est Konoha. La jeune femme, belle et intelligente, s’est pointée auprès de dizaines de personnes responsables de clans ninjas et a annoncé fièrement : « Bon les mecs, j’ai pas de pétrole mais j’ai plein d’idée, ça vous dit ou pas qu’on se fasse un village qu’on cache derrière des arbres ? ». Se remémorant avec nostalgie l’époque bénie où ces jeunes gourgandins pouvaient s’adonner au cache-cache parce qu’ils avaient huit ans et qu’ils n’étaient pas chefs de clan, ils décidèrent que ouais, franchement, ce serait plutôt cool d’oublier toutes les guerres qu’on s’est livré au temps jadis pour tous vivre ensemble et faire des barbecues l’été ! Alors, avec leurs petites mimines et sous l’impulsion d’une jeune Hokage, ils construisirent un immense village (mais je suis persuadée qu’ils ont pas monté d’aptitude, avec le recul je sais pas si on peut utiliser Konoha en fait, c’est peut-être illégal. Bref). Mais après avoir eu cette brillante idée qui a dû lui couter quand même beaucoup d’efforts et d’énergie, elle s’est dit que bon, pourquoi pas se faire tringler puis quitter le village – parce que bon, le village est cool et c’est son idée, mais pas au point d’y élever un gosse, oh, hein, bon, on n’est pas fous non plus. Du coup pif paf pouf, elle disparut du village.

Sans doute encore sous le choc (personne ne ferait ça consciemment), ils nommèrent Iwasaki Nami – au fond ils auraient déjà dû se douter qu’il y avait un truc qui clochait au vu de son nom, mais bon. Alors oui, elle était belle, elle respirait la classe et semblait plutôt puissante. Mais c’est le genre de meuf à qui la Vierge Marie est apparue pour lui dire « Prend ton clairon, sonne l’olifant, pense à Clovis, pense à Jeanne d’Arc, pense au grand Charles, pense à Tonton, lève-toi et guide ton peuple vers un nouvel âge d’or ! ». Dès lors, elle avait une Mission, elle avait une Destinée, son épée était de feu, son bouclier d'argent, sa chevelure parfumée flottait aux quatre vents sacrés… et elle s’est mangée un mandat d’environ deux jours et demi, madame décidant elle aussi de tomber malade. Bon elle a pas eu le même genre de virus que Miyu, mais quand même…

Ce qui nous emmène au Sandaime Hokage : Masao Nikkou, que je connais pas trop parce qu’au fond je crois que tout le monde s’en fout un peu de ce type. Ce qu’on retiendra – outre le fait que Nara Natsuki semble lui vouer une haine profonde, ça devait être son senseï ou son ex du coup (je penche plus pour une des deux solutions) – c’est que ce type a vendu Konoha à Suna (ahaha, putain qu’est-ce qu’on pouvait aller loin dans nos blagues avant) et qu’il prévoyait de pousser son pouvoir Nara jusqu’à ce que les ombres le possèdent totalement (ouais, je sais. D4RK MA GUEULE – parce qu’en fait Masao voulait dire « Nara » en Malgache, mais personne ne le savait sauf lui (et peut-être Natsuki, les confidences au coin du terrain d’entraînement ou de l’oreiller en fonction de votre choix). Ce qui est dommage quand même parce que trimer dix ans pour se constituer un capital sympathie qu’on nique en dix secondes en fraternisant avec des Sunajins, c’est limite. Mais finalement lui non plus n’est pas resté, se disant que bon, quand même, je viens de donner mon village, I did the fucking job.

Alors là mesdames et messieurs, c’est important (ça va commencer). Jusque là, on ne peut pas dire que Konoha a eu les Hokage les plus resplendissants que le monde ait porté (alors qu’à côté visiblement Kumo et Kiri croulaient sous la prestance de leurs Ombres), mais là, on tombe sur du lourd, sur du puissant, sur du mec tellement charismatique que franchement, quand tu le vois, si tu devais voter pour lui, t’aurais grave envie de lui mettre ton bulletin dans l’urne. Shiaijin Suguato, Yondaime Hokage, l’homme fou, l’homme scientifique, l’homme aux scolopendres, l’homme aux clones, l’homme, tout simplement. Sérieusement ce type était classe, inspirait le respect. Bon ok, il était un peu trop maquillé (genre tu voulais pas trop lui faire la bise quoi, sauf si t’étais à la bourre et que t’étais sortie de chez toi coiffée comme un dessous de bras et que t’es pas maquillée, du coup c’est une alternative séduisante d’en récupérer sur le visage de cet homme, mais bon). Il réforma le village, lui rendit son indépendance et fut l’instigateur de la Volonté du Feu. Il finit par disparaître aussi (son seul défaut, snif snof) mais on ne peut nier que cet homme est à l’origine de ce qu’est devenu Konoha.

Le Godaime, Daiki, est cependant une énigme, un mystère à résoudre. Alors que, après la disparition du regretté Sugu’, le peuple acclamait ses favoris, ce fut une force divine (qu’on appellera solennellement « Tom’he Ahé Sonsta Ff’ » (c’est de l’hébreu)) qui décida de mettre l’Hayashi à la tête du village (peut-être que c’était la raison pour laquelle Daiki était si religieux, au fond). Bon, finalement il était pas si mauvais (disons qu’il était moins bien que le quatrième mais forcément mieux que les trois autres). Mais lui aussi finit tragiquement, dans la fièvre et le sang, dans les murs des prisons, dans les frissons du cœur, dans les mots des chansons, dans les cages d'ascenseur ou les caves des bas-fonds, dans l'angoisse et la peur frissonnant d'émotion (je te survivraiiiiiiiiiiii ♫). Il s’est fait tuer par un furyou (le plus BADASS de tous, le plus INCROYABLE, le plus INSUBMERSIBLE (??) : Meteora !!! (tu sens l’ironie ou pas ?)), pif pouf.

Bon comme on arrive à une époque contemporaine, je vais moins en faire. On retiendra juste que le Rokudaime, Onpu, était cool, était simple, était à l’écoute et dégueulait de puissance. Pour vous donner une idée de l’INSUBMERSABILITE (??????) de Meteora, alors que le Myakudou crachait des techniques par paquet de douze, qu’il maîtrisait l’Onkyôton et avait un pacte solide avec des chauve-souris, il l’a battu en… se griffant le visage. Oui. Juste comme ça. Bon après Onpu est devenu amnésique (moi aussi j’aurais voulu oublier plein de choses : Meteora, Nami, la compagnie Créole…) et a préféré quitter le village, mais il aura tenu plus que les autres, ce qui est bien quand on pense au fait qu’on était déjà le sixième Hokage.

La septième, Miko. On s’en fout.

Et la huitième : moi. J’ai déjà égalé les records de longévité (et non, rien à voir avec le fait qu’on a fermé les yeux sur un an d’histoire, chut) et j’espère continuer. Mais pour ça je devais faire en sorte de purifier notre principal ennemi (oui parce que quand même, les cours d’histoire c’est grave bien mais n’oublions pas que comme dirait xX-BGdu93-Xx sur son skyblog : « Il n’est pas bon de vivre dans le passé en oubliant le présent » (ou un truc dans le genre (et oui, ce texte a trop de parenthèse))).

    - Continuez. Ne vous laissez pas distraire par ses cris et ses plaintes. Si vous rencontre autant de blocage, c’est qu’il y a forcément quelque chose à bloquer, et c’est une bonne nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyJeu 8 Déc 2016 - 9:08

« Échec »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Entre deux hurlements, je pus apercevoir mon fils assis avec les oreilles bouchés en train de marmonner quelque chose. Un bourdonnement absurde retentissait dans mon crane et mise à part en lisant sur les lèvres de Satomu, je ne pouvais guère comprendre ses paroles. La sueur coulait le long de mon visage, je luttais contre la torture des Konohajins, mais j’essayais tant bien que mal de comprendre ce que disait mon fils. Finalement, je réussis à assimiler le mouvement de ses lèvres pour interpréter ses mots, il chantait la chanson que je lui chantais avant qu’il ne s’endorme afin d’éviter qu’il ait peur du noir ou des possibles monstres sous son lit.

La technique s’intensifia, je sentais qu’ils tentaient de pénétrer dans mon esprit, mais il était hors de question que je les laisse faire. Cette théorie du contrôle mentale était en réalité une excuse pour me soutirer des informations concernant Suna, je venais de lire clair dans leur jeu et inutile de chercher la personne responsable. Aburame Miko ne pouvait être que la seule à avoir des idées aussi malsaine et créer toute cette mise en scène. J’entendis la voix d’Ema me demandant de lui faire confiance, mais confiance de quoi ? Je devais tout faire pour ne pas succomber devant elle et mon enfant. J’allais montrer à ces Hijins de quoi j’étais capable.

Je me concentrais et hurlais pour contrer cette pénétration mentale. Je devais les bloquer avant qu’ils n’aient la moindre information. Je n’avais pas de Chakra à disposition, mais je pouvais compter sur ma force mentale qui n’était pas à sous-estimer. Le combat était intense et je ne savais pas combien de temps j’allais tenir à ce rythme, mais je devais me montrer fort face à mon épouse et mon fils. Je n’étais pas un Kage pour rien, j’avais vécu des épreuves bien pires que ça !

Le mal était insoutenable, mais peu à peu il se dissipa, comme si leur tentative venait d’échouer. C’était la première et je me doutais bien qu’ils n’allaient pas s’arrêter là, mais si j’avais réussi à repousser une fois leur technique, je pouvais sans autre continuer de le faire. Mon corps et mon mental céderont tôt ou tard, mais j’osais espérer que l’un deux se relâche avant moi et puisse m’offrir une possibilité de fuite.

      Loupé

Annonçais-je à mon homologue avec un léger sourire aux lèvres avant que cette dernière n’ordonne à ses subalternes de continuez à me torturer l’esprit. Je partis à nouveau dans une salve de cris les uns plus horrible que les autres, mais je n’allais pas abandonner, pas devant Satomu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyJeu 8 Déc 2016 - 22:31

Il ne comprenait pas. Cela se lisait sur son visage, malgré la douleur apparente. Il ne savait pas pour quelles raisons Ema lui demandait de lui faire confiance. Il devait se dire qu'elle était folle, c'était sans doute le cas d'ailleurs.

De plus, si Ema suivait les paroles de l'Hokage à ses côtés, les Yamanakas avaient du mal à pénétrer l'esprit du Matsuno. Sans doute que son mari devait se battre comme un sauvage pour ne pas se laisser faire. Il fallait qu'Ema lui montre que son fils et elle-même étaient hors de danger et qu'en aucun cas ils étaient des otages de Konoha, bien que pour la peine, elle n'en était pas réellement sûre elle-même.

Sans attendre plus longtemps, la Kunoichi posa sa main sur la tête de son fils et lui posa un baiser sur son front. Plus tôt, avant d'entrer, Ema avait dit à son fils qu'elle irait sans doute s'approcher de papa pour l'aider, car il aurait besoin de son aide, mais que lui, devait rester assis là où il était et continué à chanter des chansons que papa lui avait apprises. Son enfant ouvrit tout de même les yeux, pour voir sa mère s'en aller vers son père qui avait l'air vraiment très malade.

Satomu croisa le regard de son père, qui le fit sourire. D'un geste assuré, le petit bambin leva la main très haut et bougea sa petite main frénétiquement pour saluer son papa, puis remis ses mains très vite sur ses oreilles, au cas où maman se retournerait pour le gronder d'avoir désobéi. Les quelques secondes ne lui firent heureusement pas prendre conscience de la scène, au contraire, il recommençait une chanson tout à fait joyeuse, car il avait pu voir son papa et même le saluer sans que maman s'en aperçoive.

Ema, quant à elle, était à bout de forces mentales, voyant le triste état dans lequel était son mari. Il était sale, faible, les yeux exorbités par la folie, souffrant de douleur à cause de ses brutes de Yamanakas, qui pourtant, ne faisaient que leur boulot, alors qu'ils auraient pu simplement se débarrasser de lui. Elle était morte de peur en l'approchant. Elle ne savait pas comment il allait réagir, mais elle devait lui parler, afin qu'il lui fasse confiance.

Elle profita d'un moment de pause pour prendre le visage en sueur de son mari entre ses mains après s'être agenouillée devant lui. Malgré tous les événements passés et présents, son regard était toujours empreint d'amour et d'un respect immense. Il était au plus bas, mais pour Ema, l'homme qu'elle aimait était terré quelque part, et elle ne désespérait plus. Ils avaient une chance d'être à nouveau réunis, il ne fallait pas passer à côté.

Kibō... Fais mon confiance. Dit-elle en caressant ses joues de ses pouces. Ne les combats pas plus que nécessaire. Protège ce que tu penses doit être protégé, mais laisse-les t'aider. Laisse-moi t'aider. Je te fais la promesse d'aller tuer Miko moi-même si tu essayes. Je suis de ton côté et je l'ai toujours été. Fais-moi confiance.

Une nouvelle charge amena son mari à hurler de douleur, faisant reculer d'un bond Ema, qui tomba au sol, terrifiée, les larmes aux yeux. Voir son mari de faire torturer était la chose la plus éprouvante qu'elle avait eu à vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyVen 9 Déc 2016 - 20:42

A toi, mon étoile. On n’est pas en très bons termes actuellement – il faut dire que je crois en toi que les veilles d’évènements importants, alors je comprends que tu veuilles faire un break de temps en temps parce que je ne suis pas celle qui le mérite vraiment. T’as sans doute des personnes bien plus importantes à protéger, vénale que tu es. Bref. Temps maussade de Kumogakure jusqu'au Golfe de Nami, nuageux, parfois accompagné d'averses, nous perdrons six minutes de soleil et nous fêterons les Fulbert – car oui, dans le monde, il y a des gens qui s'appellent Fulbert, et si toi aussi tu t’appelles Fulbert, l’article 12 paragraphe 7 alinéa 4 du petit b du grand I (oui je suis aussi calée en droits qu’en médecine, j’ai tous les talents) t’autorises à porter plainte contre tes parents. Quoi qu'il se passe, la présentatrice météo – elle – garde le sourire, même quand elle nous explique que oui bande de singes, demain il pleuvra, sortez les maillots de bain. Elle est toujours heureuse. Elle voit la vie en rose. Elle ne s'est jamais cramé 4 phalanges avec son fer à lisser (mais moi non plus, hein, on est dans un monde où on peut créer des trucs de malade mais où le micro-onde et le fer à lisser sont des pures spéculations de ma part). Alors moi aussi, je veux faire ma présentatrice météo (et attention, hein, n’y voyez en aucun cas l’occasion pour moi de meubler quoique ce soit, hein. Peu de chance en fait, je suis pas Suédoise (mais il s’en est fallu d’un rien)). Bon en vrai il me faut plus qu’un anticyclone sur la façade sud de Tsuchi pour faire péter le champomy, mais bon. Chacun sa croix (comme dirait Jésus AHAHAHAHAHAHAHAHA hum).

Donc moi, ce dont j’ai besoin pour être joyeuse, c’est simple : j'aime quand je noie la monotonie de ma journée à travers la vitre de mon bureau et que sans prévenir, MA chanson passe à la radio (oui, pas de fer à lisser, mais la radio aucun souci). Tu sais, la chanson qui te colle un sourire niais ou qui fait des petits piquants dans la gorge, c'est aléatoire. C'est assez pour illuminer ma journée et presque assez pour couvrir le souvenir de cette pintade qui me pique mon bonheur en se demandant si oui ou non sa star préférée aime la tartiflette. J'aime quand j'ouvre ma boite aux lettres et que je trouve des vrais courriers. Parce que régulièrement, je reçois des pubs de « enlargeyourpenis ». J'ai envoyé plein de réponses pour leur expliquer que je n’avais pas grand-chose à agrandir là dans l'immédiat mais bon… manifestement ils s'en branlent (AHAHAHAHA hum²). J'aime quand on m’annonce de la neige en dessous de 400 mètres d’altitude, quand le crépitement de la pluie me réveille le matin, quand je relis certaines histoires qu’on m’a raconté étant enfant, quand j'entends le générique de fin de dessins-animés qui ont bercé mon enfance et de manière plus triviale, j'aime écouter le téléachat à 6h du matin et m'émerveiller devant « cette FABULEUSE planche à pain 3 en 1 qui fait aussi lecteur blue-ray et sosie officiel de David Pujadas ». Donc comme je le disais, à toi, mon étoile : je t’emmerde. Parce que même me laisser entrer dans la tête d’un mec entravé et qui est malade, tu me le refuses. Je devais vraiment être une personne affreuse dans une autre vie – genre Louis XVI, Hitler ou Régine (le karma a décidé de la tuer avant la biologie, il y a prescription).

Soupirant, en croisant les bras, j’eus un léger rictus en entendant Kibo dire « Loupé » : comme si ça allait nous arrêter. Tournant la tête, je regardai le jeune garçon se boucher les oreilles et fermer les yeux. M’avançant vers lui, je le pris dans mes bras pendant que le Nandaime me regardait, supposant qu’Ema me laisserait faire – de toute façon, si je voulais faire du mal à Satomu, c’est sûrement pas son refus qui m’en empêcherait.

    - Tu sais bonhomme que tu es très courageux ? Beaucoup de petits champions comme toi ne seraient pas venus. Et tu sais qu’on fait ça pour ton papa, n’est-ce pas ? Te retourner et ne pas le regarder, ça ne va pas beaucoup l’aider… Tu veux pas le regarder et lui faire comprendre… heu…

« Qu’il peut lutter autant qu’il veut, j’ai son bien le plus précieux dans mes bras, donc que si j’étais lui j’arrêterais de me la jouer grand seigneur du mal et que je me laisserais faire » ? Je suis pas un monstre, non plus, ça va.

    - … que tu es là pour lui et que tu l’aimes ?

Léger sourire envers Kibo qui devait me voir porter son fils et qui devrait baisser sa garde au vu de ma proximité avec son cher et tendre enfant. Drama. More drama please.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyVen 9 Déc 2016 - 23:41

« Une autre »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La nouvelle tentative fut bien plus coriace que la première. Ema s’était même rapproché de moi laissant Satomu seul vers Mizuki. Que voulait-elle, n’avait-elle pas meilleur temps de s’occuper de notre enfant ou de tout simplement fuir d’ici ? Je ne comprenais pas comment réfléchissait mon épouse, mais elle m’était en danger la vie de mon fils et s’était inacceptable.

Je continuais de hurler, j’avais envie de m’arracher les cheveux ou tout simplement la tête, mais mes mains étaient enchainées. Mes mouvements étaient très limités, je pouvais bouger la tête, mais rien de plus. A la limite, je pouvais cracher sur les personnes autour de moi, mais était-ce une bonne idée ? Sachant que l’on pouvait s’en prendre à ma femme et mon fils si jamais j’irritais les Konohajins de part mes actions ?

Je sentis soudainement les mains d’Ema se posa sur mon visage. Je ne l’avais pas vu venir aussi vite, j’étais tellement concentré à rejeter ceux qui tentaient de violer mon esprit que j’oubliais tout ce qui se passait autour de moi. Je plongeais mes pupilles de glace dans son regard, je devais me laisser faire ? Jamais ! Ne connaissait-elle pas son mari ? Elle savait pertinemment que j’allais me battre jusqu’à la mort pour mes convictions.

      Au lieu de venir me dire de la merde, tu ferais mieux de t’occuper de notre fils et partir au plus vite, sin…

Mon regard se figea sur une scène qui provenait tout droit d’un cauchemar. Mon fils était dans les bras de l’Hokage et cette dernière me riait en pleine face.

      Retire notre fils des bras de cette salope !

La douleur fut telle que mes hurlements firent tomber Ema à la renverse. Non, je n’allais pas perdre, surtout après ces provocations de bas étage, comment pouvait-elle utiliser mon fils de la sorte, mon estime pour Mizuki tomba bien bas. Je n’allais plus piper mot désormais, j’allais uniquement continuer à me battre et montrer que j’étais plus fort qu’eux.

La souffrance diminua, signe d’un nouvel échec de leur part. Je relevais la tête pour fixer l’Ombre du Feu, mon regard était rempli de haine, mais également de détermination. Jusqu’à présent je ne voulais éliminer qu’une seule personne, cependant, une autre venait de s’ajouter à ma liste et comme par hasard il s’agissait aussi d’une Aburame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 14:18

Comme elle l'escomptait, Kibō n'en avait que faire de ses paroles. C'était le même lot quotidien qu'elle devait se farcir depuis quelques mois maintenant. Son irrespect envers sa femme était si grand et pourtant Ema prenait sur elle. De toute manière, que pouvait-elle bien faire. Une scène de ménage devant le comité Konohajin ? Plutôt se taire et ravaler sa fierté. Après tout, elle avait l'habitude maintenant, même si l'envie de lui envoyer une claque dans la face la démangeait.

Elle se remit sur ses pieds, se sentant ridicule d'avoir eu peur des cris de son mari. Mais encore une fois, le voir ainsi la terrorisait intérieurement. Revenant près de lui, elle remarqua qu'il s'était soudainement calmée, mais pas dans le bon sens. Son regard était emplie d'une haine décuplée par ce quoi son regard était captivé.

Ses paroles fusèrent comme un couteau transperçant son cœur. En se retournant, Ema put voir que Satomu était dans ses bras, dans les bras de celle qui avait certainement fait exécuter ou même exéctuer elle-même son meilleur ami. Les mains de l'ennemi tenait la personne la plus précieuse aux yeux d'Ema. Comment avait-elle pu seulement oser le porter, comment avait-elle eu cette audace éhontée ?

Se retenant de foncer droit sur l'Hokage, Ema prit la mâchoire de son mari avec force, le faisant taire comme jamais. Sa poigne était dure, trahissant la colère qui la rongeait intérieurement.

Maintenant tu vas la fermer. Laisse-toi faire qu'on en finisse bordel. J'en ai marre de te voir dans cet état pathétique. Je déteste ce pays, je déteste ces gens, je veux rentrer et en vie de préférence. La seule pensée de savoir que NOTRE enfant est dans ses bras me répugne. Alors tu vas arrêter de jouer ton gros dur, parce que comme tu peux le voir à présent, on est pas à notre avantage. Alors ferme-la et reste tranquille.

De toute façon, Arashi et Tetsui ont déjà donné toutes les informations à Konoha, tu n'as vraiment rien à protéger à présent. Et si tu continues de faire ton malin, tu vas tous nous tuer.


Ses ongles entraient dans la peau de son mari, tellement la rage la consumait. Son regard était empreint d'une haine viscérale, qu'elle contrôlait du mieux qu'elle pouvait. Même si leur Daimyo avait été assez clément pour permettre à Kibō de guérir, elle n'en haïssait pas moins tous ces hommes et cette Mizuki qui avait osé toucher son enfant. Son visage était rouge de colère, son poing libre déchirait sa chair. Ce n'était plus une humiliation, c'était pire à présent.

Lâchant le visage de son homme et se relevant, Ema s'en retourna vers l'Hokage duquel elle reprit son fils qui était terrorisé. Elle aurait voulu lui rétorquer quelque chose, mais elle comme Mizuki savait qu'en ce cas précis, la Matsuno devait également la fermer et rester sage.

Reprenant son fils dans ses bras, elle pressa Satomu tout contre elle, caressant les cheveux de son fils pour le rassurer et embrassa son crâne.

Maman est là mon ange.

Son regard était toujours plein de haine, mais il était focalisé sur Kibō afin de ne pas attiser la colère des Konohajins contre la famille.

Votre enfant sera protégé hein... C'est ça. L'honneur ne vaut que sur le papier, saleté d'Aburame.

Ema espérait réellement que son mari puisse comprendre l'enjeu, car les choses venaient de se corser terriblement et la patience d'Ema touchait presque à sa fin. Cela lui avait coûté cher de ne pas avoir remis l'Hokage à sa place...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 14:54

Ah tiens, c’est plutôt marrant. Alors que je voulais énerver le Kibo, c’est finalement sa femme qui sembla le plus affectée de mon rapprochement avec son cher en tendre enfant. S’énervant violemment contre son mari, revenant verte de rage (mais silencieuse), elle reprit son bébé de mes bras et je m’empêchai de lui sortir quelque chose de cinglant, la situation n’étant visiblement pas propice à l’ironie ou à l’humour (elle semblait imperméable à tout ça de toute façon, alors que je suis carrément marrante, même en situation de crise). Lui affichant un immense sourire quand elle croisa mon regard, je me tournai vers les Yamanaka qui continuaient à trifouiller l’esprit du Kazekage déchu pendant que ce dernier hurlait.

    - Hokage-Sama, ça ne donne rien ! Il devient juste de plus en plus réfractaire et de plus en plus véhément.
    - Tant de jolis mots pour dire que vous êtes en train de toucher à quelque chose qui est effectivement un problème. Combien de vos… « patients » sont devenus fous de rage quand vous les avez sondés, hein ? Continuez, vous touchez au but.

Soupirant, un peu lasse de regarder le vide se produire devant moi – j’étais pas vraiment adepte de la torture, je vous rappelle que j’ai même pas regardé une seconde de la torture de Tetsui – je croisai les bras, une main jouant avec mes cheveux. Autour de moi, les ANBU continuaient de s’agiter. Avec le recul, c’était quand même un comble que tant de personnes se tuent à la tâche pour tenter de sauver le mec qui nous a plongés dans une guerre. En plus, franchement, Kibo était-il si puissant pour que tout ce dispositif soit mis en place ?

    - Hokage-Sama, vous aviez raison !
    - Je vous en prie, dites-moi quelque chose que je ne sais pas.

Machinalement, presque automatiquement, cette réponse me vint. A vrai dire, je m’étais perdue dans mes pensées, levant légèrement la tête, j’arquai un sourcil. En lieu et place de la bête blessée qui se débattait depuis un petit moment maintenant, Kibo était calme, absent, silencieux, le regard perdu dans le vide. Je plissai légèrement les yeux en m’approchant.

    - Oh, dommage, on a raté ? Il est mort ?

Léger sourire, tournant mes yeux vers sa femme.

    - Heu, non. On a atteint une zone effectivement… « endommagée ». Enfin, le terme est mal choisi : disons plutôt qu’elle est artificiellement endommagée. En d’autres termes, le cerveau de Matsuno Yamuro est bel et bien soumis à une technique… incroyablement puissante. Une technique Yamanaka à n’en pas douter, mais d’une intensité comme on en a jamais vu.
    - Vous pouvez faire sauter cet artifice ?
    - On continue d’essayer.

Acquiesçant légèrement de la tête, je retournai à ma place tandis que la léthargie de Kibo venait de cesser et qu’il reprit son débat. Au moins, on connaissait désormais le problème, ce qui semblait être une réussite. Quant à savoir ce qui avait pu se produire pour que, tout à coup, le verrouillage saute… C’était peut-être le fait d’insister, les mots d’Ema ou mon action envers Satomu… Faisant mine de réfléchir en tapotant mon doigt sur ma joue, je me tournai vers son épouse.

    - Bon, on refait la même chose ? Je câline Sumato – ou peu importe son nom – et vous allez refaire la petite scène comedia del arte que vous avez faite ? Ca a l’air efficace.

Mon regard se posa sur l’enfant, puis j’eus un petit rictus avant de tourner mon attention vers Kibo. On touchait au but, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 15:19

« Suis-je fou ? »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jamais je n’avais vu Ema aussi touché par mon état. Pendant tout ce temps, elle avait emmagasiné mon comportement détestable et aujourd’hui, elle se lâcha – enfin – pour tout me balancer à la gueule. Elle alla même à me blesser au visage, comme l’avait fait le Chaton de Miko à croire que mon visage ne demandait que ça… Ses paroles étaient sèches et directes, je l’écoutais malgré le bourdonnement constant que j’avais dans la tête.

Tetsui ? Avait-il été capturé par Konoha également, voilà une nouvelle que j’ignorais, à vrai dire, j’ignorais énormément de chose depuis que j’attentais à la vie de l’Aburame, je n’avais que ça en tête, le reste m’importait peu. Ma femme me quitta, allant retrouver notre fils et l’enlever des bras de l’Hokage qui se jouait de nous. Je ne la pensais pas aussi tordu, pourquoi ne me tuait-elle pas directement au lieu de faire tout ce cinéma ?

La troisième tentative des Konohajins fut toujours aussi douloureuse et puissante. J’avais même l’impression qu’ils avaient mis les bouchés doubles ou était-ce moi qui commençait à fatiguer ? Je tentais tant bien que mal de me défendre, mais là, s’en était trop. Je sentis cette force pénétrer dans mon crane, dans mon esprit et là, c’était comme si je ne ressentais plus rien. Mon regard était vide, mon expression morte, je pouvais penser, mais pas bouger quoi que ce soit, mes cils ne bâtèrent même plus.

J’avais les idées brouillés, mon envie de tuer Miko disparaissait puis revenait sans cesse. Que se passait-il ? Soudainement, je repris possession de mon corps et je pris une immense bouchée d’air, comme si j’avais arrêté de respirer. La douleur était intense et mes cris reprennent également. Que venait-il de se passer, étais-je réellement atteint par une technique ? Le doute s’installa. À moins que ce rituel avait pour but de m’ôter cette envie de tuer la Daimyo de Hi. Je ne savais plus quoi penser, comment avais-je pu en arriver là, où avais-je merdé ? Tant de questions sans réponse et je ne savais même pas si un jour j’allais trouvé la vérité à toute cette histoire qui me rongeait de l’intérieur.

La douleur diminua et je tentais de me calmer pour reposer mon esprit. Je divaguais, j’étais confus et ce n’était pas le moment d’émettre une quelconque hypothèse. Je devais me défendre, voilà tout ce que je devais faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 15:59

Les cris retentissaient encore. Ema tentait de cacher son enfant dans ses bras pour atténuer ses cris. Elle était absolument focaliser sur son fils. Elle le regardait dans les yeux, lui parlait de tout et n'importe quoi. Du beau temps de Suna, de ses grands-parents, de son papa, des petits papillons qu'ils pourchassaient, de ce qu'ils allaient manger ensuite. Une conversation rien qu'entre eux deux. Ema avait fait le nécessaire pour que son mari se débrouille et comprenne la situation. Elle ne pouvait rien faire de plus qu'attendre que les Konohajins fassent ce qu'on leur avait ordonné.

Un peu d'espoir retentait lorsqu'Ema prit connaissance de la discussions de Mizuki. Il semblait qu'ils avaient enfin pu mettre le doigt sur quelque chose. Par contre, la petite "boutade" qui suivit énerva Ema au plus haut point. Heureusement qu'entre temps elle s'était calmée en parlant avec son fils.

Ema regarda Mizuki avec autant de neutralité que possible et lui sourit.

Je vois que vous avez enfin trouver son soucis. Il était temps.

Son regard se dispersa alors sur son mari. Comprenait-il à présent ? En tout cas, si il ne comprenait toujours pas, les Yamanakas étaient assez efficaces pour trouver le problème et son mari reprendrait vite ses esprits. Pour autant, est-ce que Konoha les laisserait partir si Kibō guérissait ? Cela était encore à voir.

Les événements présents étaient déjà bien pesants pour encore se rajouter une couche d'ennui avec la suite. Au moins, si les choses tournaient mal, Ema pouvait se conforter avec l'idée que rien ne serait fait à Satomu et qu'Ogami, bien que la confiance avait été ébranlé, avait promis à Ema de s'occuper de son fils si elle venait à disparaître. Même si elle avait peur, elle était tout de même apaisée, du moins un peu.

Les cris de son mari étaient plus violents que jamais, mais c'était le prix à payer. En tout cas, si les Konohajins mettaient autant de temps à trouver le problème, c'est qu'eux-même n'étaient pas à l'origine de ce subterfuge. Etait-ce Jiseyama ? Ou bien les Konohajins jouaient un double jeu ? Cela semblait illogique, mais avec la guerre, la Matsuno devenait paranoïaque il semblait.

La Kunoichi restait concentrée sur son mari, tout en protégeant de ses bras son enfant. De son bras, elle entourait l'oreille de son fils qui n'était pas contre sa poitrine, ce faisant, les bruits les plus forts devenaient moindre. Tout en se faisant, elle le berçait, embrassant le crâne de son enfant qui ne comprenait plus rien. Il n'était plus serein, plus confiant, et cela se comprenait. Mizuki l'avait pris dans ses bras, lui avait parlé de choses qu'il ne comprenait pas encore dans sa totalité, et il pouvait sentir les battement affolés du cœur de sa maman qui n'était pas aussi calme de que d'habitude...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 16:30

J’arquai un sourcil en entendant la remarque d’Ema, tournant la tête vers la Kazejin. « Il était temps » ? Vraiment ?

    - Oh c’est rien, on fait ce genre de trucs très souvent. Sauver des gens en deux jours, je veux dire. En général on le fait plus tôt dans l’année, mais bon : l’entourage des malades est souvent plus réactif aux souffrances de l’être aimé. Je vous rejoins, Ema. Il était temps, en effet. Temps que vous réagissiez. Même si pour ça, il a fallu qu’on vous fasse réagir. Ici, au Pays du Feu, pourtant en guerre à cause de vous avec votre propre nation, pendant que vous vous morfondiez sur votre sort, maudissant Kyûbi ou je ne sais quelle puissance suprême de vous infliger un tel supplice. Epouse, mère de famille, kunoïchi émérite de son village mais incapable d’une part de protéger les siens, et incapable d’être reconnaissante envers ceux qui le sont.

Un dernier regard noir envers elle, et je retournai mon attention vers Kibo qui continuait à se débattre malgré la preuve évidente du problème qui le rongeait. Quelque chose avait stimulé son cerveau quelques minutes plus tôt, mais quoi ? Soupirant, et laissant Ema à son triste sort, je m’avançai vers lui, m’abaissant à son niveau, le fixant dans les yeux.

    - Ecoute-moi bien. Si ça ne tenait qu’à moi, on ne dépenserait pas autant d’énergie à sauver ce qui peut l’être de ce que tu es devenu. Je ne vais pas te sortir le même laïus que ta femme à propos de ton fils. Ma mission est claire, Kibo : je dois te guérir. Aucun ordre ne me provient directement sur Ema ou sur Setoumu. Si pour te faire réagir, je dois les sacrifier, alors ainsi soit-il. Tu es à l’origine de beaucoup de souffrance au sein de mon pays, alors crois moi que je n’hésiterais pas une seule seconde si j’en étais obligée. Aucun de vous trois ne possède de chakra. Vous êtes entourés de l’élite de Konoha. Le pire là-dedans, c’est que ta femme et ton fils ne mourraient pas dignement. Ils seront humiliés. Pose-toi la question de savoir si la mort de Miko est plus importante pour toi que la vie d’Ema et de ton fils.

Me relevant et retournant à ma place, je gardai l’air austère et sévère que j’avais arboré pour lui parler. Je savais que la Matsuno avait entendu la conversation que je venais d’avoir, et je n’en avais cure : la pauvre chouquette semblait aux abois depuis que j’avais osé touché à son fils. Peu importait : jamais je ne toucherais à ces deux-là. L’important était qu’ils le croient, rien de plus.

    - Vous êtes SÛRE qu’un nouveau câlin ne réglerait pas le problème ?

Je posai mon regard sur mini-Yamuro. Je donnerais tout pour échapper à ces moments ubuesques (non, je ne sais pas que que « ubuesque » veut dire) : actuellement, entre la maman pleurnicharde, le bébé relou et le papa ténébreux, j’ai juste envie de me pendre avec les lacets de mes tongs. Franchement c’est un peu inquiétant de se dire que notre avenir dépend en partie d’un enfant déséquilibré par ses parents tout à fait sains (ce sera la meilleure blague de la purification) qui doit sans doute manger ses chocolats sans enlever le papier alu. Vivement le Kazekagennat de l’an 32 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Bakushô Kei
Informations
Grade : Chûnin d'Iwa
Messages : 1234
Rang : A

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 16:38



Une nouvelle mission, et cette fois ci elle serait de la plus grande importance, classée X, enfin secret défense quoi. On ne faisait pas une mission pour l’industrie du porn sunajin. Ou presque. On essayent de sauver leur ancien kazekage, pas tellement ancien que ça car depuis y a un régent mais c'est le gars qui fait la guerre au village de Konoha. Mais si vous savez, ce type là, un mec aux cheveux blancs, d'abord il est sortit avec une fille de Kiri là et ils ont fait des choses pas très catholiques à grands coups de métaphores très bien cherchées (tu la sens mon épée de Damoclès chérie ?). Bon vu que ça avait pas l'air de trop collés, et que y a eu des histoires il est allé avec une autre, sa pote ou son élève on sait pas trop (et heureusement). Sauf que le mec il s'arrête pas, il reprend Damoclès et fait un bébé.

Cependant le soucis n'est pas là, monsieur peut faire ses affaires, son bébé par ci, madame par là mais tant que tout ça reste chez lui. Mais non ! En plus de déclarer une guerre (champion...) il n'arrive même pas à la gagner (il est beau Damoclès) et se fait enlever par un mec (random bonjour) qui le vend à ses ennemis. Et vous vous dites peut être que c'est bon, c'est finit, ils vont le tuer. Tututu trop facile, ils vont le soigner. Et voilà pourquoi aujourd'hui Yamanaka Keiji se trouvait là, ouai dans une sorte de grande pièce avec plusieurs couches de protection surveillés par des anbu (comme lui hein, mais il a pas le droit à l'uniforme lui).

C'était pas tout, dans ce beau bordel organisé, la sublime Hokage avait eu l'idée d'amener la femme et le gosse (pardon les quebecois) de ce Kibo donc. Le gars était complètement prisonnier et allait se faire siphonner le cerveau mais c'est toujours sympa pour une bonne discussion en famille. M'enfin chacun son délire, ça fera de bon souvenir à se raconter pour les repas de famille du dimanche entre les engueulades sur l'ados de la famille puis la politique de la culture du capybara en eau douce.

Voilà donc où se trouvait Keiji, dans le cerveau d'un mec complètement fou et défoncé, qui attendait en gueulant comme pas possible (TA GUEULE PUTAIN) devant sa femme et son fiils. Bonjour l'image, au moins l'Hokage veillait au grain.

Le deuxième Yamanaka qui était là était aussi un élément important du clan, Ito, Keiji l'avait croisé quelque fois et lui avait rarement adressé la parole, et de toute façon il n'était aps là pour ça actuellement. La tâche était simple et il se divisait le travail en deux, analysant chacun leur tour des portions de l'esprit du sunajin, tout en prenant soin de faire sauter les barrières psychiques qui s'adressaient devant eux. Ce gars là s'était un peu adonné à l'art des kai durant sa vie, et avait subit des illusions plus ou moins importantes, certaines en laissaient des traces.

Le plus intéressant était de voir à quel point les deux Yamanaka pouvaient voyager dans son esprit et avoir accès à tout, de sa jeunesse à aujourd'hui, Keiji pouvait très bien voir comment se symbolisait sa haine pour Aburame Miko, le daimyo de Hi. On pouvait apercevoir des représentations ci et là de Miko, mort, d’innombrables façons ainsi que la tête de Miko sur celle d'autres grands méchants tel que Hitler, Mao, Winnie.

L'autre Yamanaka menait les opérations, il était le supérieur du chunin et ses capacités avaient depuis longtemps été acclamées et respectées par les anciens du clan. Le duo s'attaqua d'abord à un premier endroit qui semblait suspect alors qu'à la surface des cris retentissaient, sûrement le kage mais Keiiji devait rester concentrer sur sa tache. Malheureusement ce premier essai fut un échec (merci les dés hein).

Le deuxième ne fut cependant pas non plus le bon et échoua à son tour. Putain mais quelle malchance, rng de merde avec forumactif, Miko aurait pu juste le tuer et voilà, on a même pas de double pi alors qu'on farm autour de cet évent, si ça c'est pas triste.

C'est alors qu'on trouva, et putain ils allaient sûrement encore en chier sec et dur. Le gars qui avait fait ça n'était pas un amateur et c'était un Yamanaka. Un déserteur du village ? En tout cas il était fort, il allait falloir mettre les bouchées doubles pour briser ce truc.

Le deuxième fit signe qu'il remonta pour avertir la kage qui expliqua qu'il fallait continuer de le faire avec que leur cible devenait de plus en plus folle et prit par la rage. Il était certains que cela allait prendre du temps, mais il fallait trouver la bonne méthode. Et le premier essai ne fut pas le bon (les dés en avaient décidé ainsi).

- Hokage, la première tentative sur la technique a échouée. Ce type de genjutsu, j'ai rarement vu ça. Le mec qui a fait ça est fort mais on va continuer à chercher, il y a toujours des failles, on doit juste faire sauter une cinquantaine de protections. 


A première vue, c'était ce qui les attendaient tout le deux dans ce cerveau, même si ils pouvaient aussi s'attendre à des pièges ou autrs vu l'intensité et la puissance de cette technique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 17:20

« Rage »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je parvins à contrer l’énième tentative. Si je me concentrais uniquement sur la protection de mon esprit, alors j’étais capable de contrer leur pénétration. Malgré mon envie de me focaliser à comment me défendre de ce rituel, je ne pouvais m’empêcher de penser à ce qui venait de m’arriver, j’étais redevenu « moi » l’espace d’un instant. Comment pouvais-je soudainement oublier de tuer cette femme alors qu’elle représentait les malheurs de ce monde ?

C’était au tour de Mizuki de s’approcher de moi, à quoi jouaient-ils de venir me parler chacun leur tour, Satomu sera le prochain ? Mon homologue se mit à ma hauteur avant de m’expliquer qu’elle devait me soigner. Je m’efforçais d’écouter ses paroles malgré le mal de tête constant, je ne parvenais pas à entendre chaque mot prononcé par l’Hokage, mais j’étais néanmoins capable de comprendre son discours.

La rouquine me menaçait, elle osait utiliser ma famille pour me mettre dos au mur et pourtant, j’étais prêt à les sacrifier. Si. Non. Ma cervelle allait exploser. Je n’arrivais plus à placer les priorités, je ne pouvais discerner le bien du mal. Devais-je sauver Ema et Satomu ou ce monde ? La mort de la Daimyo de Hi était nécessaire ?

      Aburame Miko doit mourr… non, ne touche pas à Ema et mon fils…

Mon corps se mit à trembler, comme si mon comportement changeait d’une seconde à l’autre.

      Si, ce sacrifice est nécessaire pour sauver ce monde…

Ajoutais-je sans réellement contrôler mes mots. Je parlais tout seul, je luttais entre celui qui devait tuer Miko et celui qui voulait sauver sa famille. Que devais-je faire, jamais pendant tout ce temps j’avais été aussi incertain quant à mes actions. Jamais je n’avais eu de problème à faire un choix, je devais à tout prix tuer cette Kunoichi et pourtant, maintenant j’hésitais. Que m’avaient-ils fait ? Ils avaient touché quelque chose dans mon esprit, mais je craignais le pire, je sentais la rage monter en moi, je devenais fou.

Je croyais ne plus avoir de force et pourtant, une énergie soudaine s’empara de mon corps pour me permettre de me débattre. Je me secouais dans tous les sens, relâchant des cris inhumains. Mes yeux ressortaient, tout comme mes veines le long de mon cou. Étais-je en train de me transformer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 17:25

Ema ne s'attendait pas à une remarque de l'Hokage, pourtant cette dernière s'en donna à coeur joie. Ces paroles étaient comme le vent de Kaze, violent et invasif, mais tous les Sunajins s’en foutaient.

La Kunoichi ne fit que sourire face à l'Hokage. Bien, elle avait réussit à la mettre hors d'elle. C'était une chose qui réchauffa le coeur d'Ema. Si les chefs de Konoha n'avaient pas été aussi stupide, ils auraient discuter du comportement de Kibō avant de se lancer à corps perdu dans une guerre. Ils étaient tous à blâmer également et l'Hokage en premier lieu. Comme les autres subordonnés, tel qu'Ema, seuls les ordres des hautes instances comptaient, fous ou non. C'était autour de Kibō de se faire enguirlander par l'Aburame. Il en avait rien à faire d'Ema, alors d'elle...

La Kunoichi haussa les sourcils, hautaine et peu impressionnée au possible.
Pourtant, ce qui suivit l'effraya un instant. Elle disait faire du mal à Satomu si les choses continuaient ? Cela ne pouvait être que du bluff. Même l'Hokage devait suivre les ordres du Daimyo.

Suivant du regard la Mizuki, Ema resta neutre. L'Hokage essayait également de jouer les durs devant Kibō afin qu'il prenne conscience de son état actuel. Les deux femmes étaient... dans le même camp ? Cela paraissait vraiment très stupide, mais c'était pourtant le cas.

Je vous ai presque cru. chuchota-t-elle, hautaine et souriante, cachant sa bouche derrière son enfant au cas où Yamuro aurait l'idée de lire sur ses lèvres. Ils étaient intouchables, du moins pour le moment. L'Hokage désirait à nouveau prendre Satomu des bras d'Ema, mais une fois avait été déjà de trop.

Non, la même chose ne fonctionnera pas deux fois. De toute manière, comme il a pu le dire, notre sacrifice est nécessaire pour sauver le monde. Votre Miko lui est plus importante que sa propre famille.

Même si elle assumait dire de telles paroles, Ema en avait mal au cœur. Comment son propre mari pouvait-il dire des choses aussi horribles, avec son fils dans la même pièce qui plus est.

Sinon dites à vos Shinobis d'essayer comme si leur vie en dépendait. Je ne crois pas qu'ils essayent vraiment là, après tout, pourquoi sauveraient-ils le Kage de la nation ennemie.

Elle ne mesurait pas ses paroles. Même si les paroles restaient réelles. Ema était toujours énervée, à la limite de l'exaspération. Pourquoi les chefs d'état se donnaient tout le temps autant d'importance. Même elle devait répondre du Daimyo.

La Kunoichi ne désirait même plus regarder ce qui était censé être son mari. D'avoir dit haut et fort de telles paroles... Ema en était dégoûtée. Comment pouvait-elle seulement supporter ce genre de commentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 18:32

    - Vous pouvez « presque » me croire, Ema. Peu importe ce que Miko vous a promis à vous, c’est sans doute très différent de ce qu’elle m’a ordonné à moi. Et même dans le cas où vous serez éventuellement sujette à une trahison de la part de Konoha, qu’importe : qui le saura ?

Dead men tell no tales – ou, comme on dit chez nous, « la vengeance de Salazar » (heu… bon ok, admettons). La seule chose qui m’empêchait de tuer Ema et son fils, c’était mes propres convictions, pas ce que ma Daimyo m’avait dit. Puisque jamais elle ne m’a ordonné de les garder en vie, sa seule demande était de trouver ce qu’avec Kibo et de le soigner. Bien sûr, elle me connaissait mieux que quiconque, elle savait que je ne leur ferais pas de mal – mais dans les faits, je ne désobéirai à personne en tuant deux de mes ennemis.

La mascarade continua, et visiblement Ema prenait confiance en elle, continuant des remarques acerbes et complètement déplacées au vu de la situation actuelle : peu importe ce qu’elle disait, peu importe ce qu’elle faisait : elle n’avait rien su faire face à la folie de Kibo. Mais elle osait se pavaner alors que son fils était à cinq mètres de moi et qu’ils étaient tous les trois sans défense. Mais alors que j’allais encore lui quémander le silence, il s’imposa à moi. Les Yamanaka eurent encore une fois la main heureuse puisque, l’espace d’un instant, Kibo sembla être transposé, comme il le fut un peu plus tôt.


    - Bah oui, pourquoi se casser la tête à faire tout ça après tout. On remballe tout et on va manger un truc ? Regardez-mieux votre mari, Ema : mes shinobis font du mieux qu’ils peuvent et ça fonctionne. On n’est pas à Suna, ici, ce que je demande à mes hommes, ils le font sans comploter pour un putsch dans mon dos. Et encore moins par mes élèves.

Bon même si mes deux élèves s’étaient trompés de villages et s’étaient retrouvés au beau milieu de Walnut Grove – Kihran irait bientôt couper du bois en mettant un joli chapeau de fermier et une brindille dans la bouche – au moins ils m’étaient fidèles. Je m’avançai vers le Kazekage, léthargique une nouvelle fois. Deux fois, ça avait fonctionné : et deux fois, il avait baissé sa garde à la suite de mes interventions sur sa famille – la première fois, j’avais Satomu dans les bras ; la deuxième fois, je venais de la menacer. Les deux évènements avaient des degrés crescendo, et les deux réactions s’étaient avérées à chaque fois plus prometteuses. Mais il revenait à lui, et je pouvais déceler dans son regard une haine encore plus viscérale que les fois d’avant, comme si toucher à cette étrange technique l’amplifiait. Je plissai les yeux, tournant ma tête vers Satomu et Ema.

Un soupir.
Un silence.

    - Resserrez votre emprise sur le Kazekage. Il va tout faire pour se libérer de ses chaînes. Quant à vous, continuez votre ouvrage.
    - Oui, Hokage-Sama !

La scène était surréaliste. En quelques minutes, l’ambiance au sein de cette salle avait changé du tout au tout.
Kibo avait sombré dans une folie irréversible et se trouvait à genoux dans mon dos.
Les barrières retenant Kibo s’étaient amplifiées et dégageaient maintenant une lueur bleutée qui donnait à la salle des airs mystiques.
Satomu et Ema me faisaient face, impuissants.
Les regards de tous les ANBU présents se focalisaient sur moi.
Mes yeux lançaient des regards noirs à la famille du Kazekage.
Et en un instant, le revirement.

Levant mes bras, une nuée d’insectes prit possession de la salle et se dirigea vers Ema et Satomu, violemment, bruyamment. Le rapprochement l’avait fait flancher une fois. La menace l’avait affaibli. Kibo n’était plus que l’ombre de lui-même, et pourtant, tout au fond de lui, cette infime partie de ce qu’il était avant continuait de subsister. Cette infime partie qui se battait pour les deux personnes qu’il aimait. Cette infime partie à qui il fallait donner la force de combattre contre elle-même. S’il fallait pour ça l’effrayer au point d’attaquer Ema et Satomu, alors ainsi soit-il.

Couvrant le bruit du chakra qu’on déversait, de la respiration haletante de mes hommes, du bourdonnement de mes insectes et des cris des différentes protagonistes, j’haussai la voix pour qu’on puisse m’entendre.

    - Dernière chance, Kibo. Ou ta famille te rejoindra six pieds sous terre.

Les insectes entourèrent Ema et Satomu et les emprisonnèrent – rien de plus, mais aux yeux de tous, la scène avait dû être bien plus violente. Allez Kibo, reviens-nous. Il est grand temps d’arrêter de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 19:04

« Qui suis-je ? »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mon corps se figea et ma tête tomba en arrière, mon regard était tourné contre le plafond, mais était vide. Les Konohajins avaient réussi à pénétrer à nouveau dans mon esprit. Je vagabondais entre la vie et la mort, je ne contrôlais plus que mes pensées et même ces dernières ne semblaient pas être miennes ou pour le moins pas toutes. J’avais déclenché une guerre ? Je commençais à prendre compte cette question, que je ne m’étais jamais posé auparavant ou que mon esprit m’interdisait de me poser…

Pourquoi devais-je tuer Aburame Miko ?

Un filet de bave longea ma mâchoire, puis mon cou. J’étais comme paralysé pendant que les ninjas de la Feuille trafiquaient dans ma tête.

Elle n’avait rien fait de mal, si ? Je me remémorais mes accusations et elles me paraissaient absurdes. Comment avais-je pu la rendre coupable de tous les malheurs de ce monde ? Mes preuves ne tenaient pas debout et pourtant, j’avais encore ce léger sentiment que sa mort allait nous libérer, mais de quoi ?

À nouveau, je revins à moi en reprenant une immense bouchée d’air. Je sentis ma bave couler le long de mon visage et je pris la peine de m’essuyer sur mon épaule. Ma respiration commençait à se faire de plus en plus intense, ma haine était incontrôlable et mon envie de tuer ne se limitait plus aux deux Aburame, j’en avais après le monde entier. Je voulais tout simplement exploser et tout emmener avec moi.

Si mes yeux pouvaient cracher des flammes, j’aurais déjà carbonisé Mizuki tellement je la fixais avec agressivité. Cependant, elle se montra toujours aussi fourbe et déloyal en profitant de la présence de ma famille. Une horde d’insecte pris place dans la salle avant d’entourer mes deux êtres les plus chers au monde. J’avais envie de l’insulter, de lui cracher dessus, mais je n’y parvenais pas, mon corps ne voulait pas. J’étais prêt à tout pour tuer Miko, je le savais, mais non, mon corps n’était plus d’accord.

L’ancien moi, Kibō et non Yamuro, refaisait surface ou du moins son attitude. Je luttais, je ne savais plus qui j’étais, Yamuro ou Kibō ? Depuis quand étais-je prêt à sacrifier des vies pour mes rêves et qui plus est, celles de ma famille ?

Je hurlais de rage, de confusion et de détresse, je voulais qu’on m’aide, je n’en pouvais plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 19:07

C'est vrai que vos gens n'ont que peu d'honneur...

La Kunoichi n'en avait pas fini, mais elle se tut pour la sécurité de son enfant. Elle n'était pas en mesure de s'imposer dans l'immédiat...

Ema était tout autant sur la défense que l'Hokage. La tension était à son apogée. La Matsuno ferait mieux de se taire, en soit, elle avait raison l'Aburame.

Touché.

Répondit Ema. Elle ne se sentait pas concernée. Pour sa part, Ema avait fait le nécessaire pour aider et supporter Kibō. Les actions d'Ogami, elle les condamnait tout autant que l'Hokage en ce moment même.

Pourtant, si vous perdiez la tête tout comme mon mari devant nous, je ne suis pas sûre que votre place serait encore sécurisée.

Il semblait que les Shinobis de la feuille avaient à nouveau réussi, voyant son mari à nouveau complètement parti dans les vapes. Cet état était déchirant pour la jeune femme. Lui qui était si puissant, être réduit à néant comme ça...

L'Hokage devenait de plus en plus sévère et dangereuse à minutes que les secondes passaient. Est-ce qu'Ema avait franchi la limite ? En tout cas ça semblait marcher, sachant qu'à chaque fois qu'elle et Satomu étaient menacé, les Yamakas arrivaient à franchir la barrière mentale de Kibō.

Néanmoins, la jeune mère ne s'attendait pas à une telle réaction de la part du Kage. La nuée d'insectes de l'Aburame gronda violemment contre elle et son fils. Les bourdonnements étaient odieux quasiment insupportables. Toutes ces bestioles horribles fonçaient sur eux, sous les yeux apeurés de la mère qui n'eut qu'un seul réflexe : protéger son fils. Se retournant à genoux, Ema s'enroula autour de Satomu, tentant de le protéger du mieux qu'elle pouvait, tout en sachant que de toute manière, les insectes allaient pouvoir disposer d'eux deux très facilement. Quel puissant pouvoir...

La voix de l'Hokage retentit, laissant une dernière chance à Kibō s'abdiquer... C'était donc une ruse ? Est-ce qu'Ema devait hurler et bluffer ? Ou est-ce que l'Hokage était réellement entrain de menacer la famille ? Peut-être un peu des deux...

Mamaaaaaaaaa !

Serrant son fils encore plus contre ses bras, elle réalisa que cela n'avait pas d'importance. Ils ne sortiraient pas d'ici vivants... Pourquoi le feraient-ils. Ils deviendraient captifs de Konoha...

Je suis là Satomu. Maman est là... répétait-elle à l'oreille de son fils, l'enveloppant et le rassurant autant qu'elle pouvait. Même elle n'y croyait plus. Quelle stupide idée d'avoir amené la seule personne au monde, innocente et pure de toutes méchanceté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptySam 10 Déc 2016 - 19:48

« Kibō »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le vide. Je me sentais vide. Mon corps s’était à nouveau immobilisé, mais mon esprit semblait apaisé. Je me sentais bien, étais-je mort ? Aucune idée, mais jamais je n’avais éprouvé une telle sensation de soulagement. Non, je n’étais pas mort, je voyais encore le plafond de cette salle. Que m’était-il arrivé, j’avais l’impression de n’avoir vécu qu’un mauvais cauchemar pendant tout ce temps. Il me suffisait de fermer les yeux et les rouvrir pour me retrouver dans mon lit à Suna, les rayons du soleil me frapper la peau et ma femme à mes côtés.

Je repris le contrôle de mon corps et malheureusement, ce n’était que la triste réalité. J’avais déclenché une guerre et mis en danger les peuples de Kaze et de Hi. Une nouvelle bouchée d’air, mais elle avait une saveur différente, elle était pure. Je redressais ma tête, les yeux fermés. Mon crâne me faisait mal, ça tournait et même vite. Mes joues se gonflèrent et je me mis à vomir de l’eau. J’avais pris la peine de détourner ma tête pour tout cracher sur le côté.

J’étais lamentable. Quel beau bordel j’avais foutu. Je ne connaissais pas les conséquences réelles de mes actes, mon esprit était tellement focalisé sur Aburame Miko, que je ne savais même pas si des innocents avaient péri pour cette guerre inutile, mais je me doutais bien que mort il y avait eu. Je venais de réaliser mon pire cauchemar, au lieu de répandre la paix, j’avais répandu la haine et le désespoir. Que devais-je dire à présent à toutes ces personnes qui devait m’en vouloir ? « Ce n’était pas moi ? » Quand bien même je n’étais pas maître de mes actions, j’étais celui qui avait causé tout ça.

      Je mérite la mort.

Annonçais-je relevant la tête face à mon homologue, qui venait de me sauver avec l’aide des siens. Je devais des excuses à tout le monde, mais celles-ci n’allaient pas ressusciter les personnes mortes. Pourquoi m’avait-il soigné ? Cette question demeurait sans réponse pour moi, le plus simple aurait été de me tuer.

      Pourquoi m’avoir soigné Mizuki ?

Je n’en revenais pas, mettre toutes ces personnes en péril, avoir entacher l’image et la réputation de Kaze et de Suna alors que je suis leur Kazekage. On me voyait comme un espoir pour la paix, mais désormais, on me traitera comme un fou et tueur d’espoir.

Comment, quand, où et qui m’avait jeté ce sort ? Tout le monde me disait que cela avait commencé après la bataille de Suna. La corporation, le Kaihô-Sha ? Quoi qu’il en soit, depuis que je porte le prénom de Yamuro, je n’avais que fait de répandre les ténèbres autour de moi, plus jamais je n’allais utiliser ce prénom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyDim 11 Déc 2016 - 13:01


Il fallut quelques temps pour que tout se renverse de nouveau. Comme je l’avais prévu, cette dernière mise en scène fut suffisante. Un nouveau silence, ses yeux injectés de sang, son dernier cri, son dernier souffle… et ce qu’il était devenu s’en alla aussi rapidement qu’il était venu. Calme, serein, les yeux perdus dans une tristesse absolue, je revis devant moi l’homme que j’avais connu auparavant, blessé et épuisé par des mois de lutte intestine au sein de son propre corps.

    - Vous pouvez arrêter. Il ne partira pas.

Les insectes me revinrent, libérant Ema et Satomu. Les ANBU stoppèrent leurs canalisations, et un calme plat s’installa, presque angoissant. Le calme après la tempête, cette fois-ci. Je m’approchai de lui, écoutant ces interrogations. La dernière fois qu’il m’avait vu, je n’étais qu’une enfant qui souriait niaisement, gardant le sérieux pour les champs de bataille. J’avais grandi, j’avais mûri : et aujourd’hui, aucun sourire moqueur ne prenait place sur mes lèvres. Le comprenais-je ? Peut-être. Être une Ombre était une malédiction, je l’avais compris assez rapidement. Kibo n’était qu’une victime de plus. Je m’agenouillai à sa hauteur.

    - Tu ne veux voir en moi qu’une mépriseuse d’homme, Kibo, c’est me faire injure. Malgré ce qu’on peut croire, je suis honnête. Je crois en la vertu et à la grandeur humaine comme un martyr croit à son Dieu. Tu voulais que je te tue ? Pourquoi ?

Je me relevai, l’incitant à faire de même, pour qu’on se fasse face. Il semblait misérable malgré son statut d’Ombre du Vent : mais c’est ce qui me touche la plus : il était resté humain.

    - Je ne suis pas plus stupide que j’en ai l’air. Je ne te le cache pas, si je n’avais pas eu pour ordre de ne pas te tuer, on ne se parlerait pas actuellement. En tant que Kage, toi plus que quiconque peut comprendre cette volonté de protéger ton peuple contre son ennemi. En tant que personne, j’ai rapidement vu que tu souffrais. Tu n’étais que l’ombre de toi-même, et pourtant…

Je tournai la tête vers Ema et Satomu, toujours l’air grave et sans sourire, mais ayant perdu l’air dangereux que j’avais arboré pour stresser le Kazekage.

    - … et pourtant j’ai vite compris que ces deux personnes étaient le seul fil qui rattachait ton cœur à quelques fibres de ton cœur d'autrefois. Ta famille, c'est tout ce qu’il te restait de ta vertu : tu glissais depuis longtemps sur un rocher taillé à pic et ils étaient le seul brin d'herbe où tu as pu cramponner tes ongles. C’est ce que j’ai vu, et c’est ce qui m’a convaincu d’au moins essayer de te guérir. Mais aussi…

Je soupirai, croisant les bras. Kibo avait agi, certes contre son gré, mais pour ce qu’il pensait être juste. C’était ma politique, mon idéologie et mes valeurs : et pourtant, ça avait créé tellement de malheur, à ceux qu’il aime, à son peuple et au monde entier.

    - … c’est parce que je te vois telle que je pourrais être que j’ai fait ça.

Tournant les talons, je me dirigeai vers la sortie, croisant au passage Ema et Satomu pour qui je n’eus aucun regard. Je m’arrêtai sur le seuil de la porte, leur tournant le dos. Mettant la main sur l’encadrement, je tournai la tête.

    - Tu séjourneras dans une chambre d’hôpital quelques temps, à Konoha. Une fois qu’on se sera assuré que tout est rentré dans l’ordre, tu pourras repartir. Ne faites rien de stupide en attendant. Et tu n’oublieras pas de remercier Miko et Satochi.

Sortant de la prison, je me dirigeai non pas vers mon palais mais vers les cascades proches du village. Je m’assis sur un rocher mouillé, les jambes pliées, le menton sur les genoux, le regard perdu sur la surface de l’eau. Soupirant, je me laissai tomber en arrière, sombrant dans les profondeurs du lac, les yeux grands ouverts, admirant les quelques rayons du soleil qui transperçaient les ténèbres des profondeurs. Etait-ce donc le lot de chaque Kage ? On ne peut pas rester immobile devant l'océan et regarder dans les eaux la réflexion de notre propre lumière. Non, nous, pendant ce temps-là, nous plongeons, nous nous enfonçons dans cette mer houleuse et nous en parcourons toutes les profondeurs. Pendant que ceux que nous protégeons admirent la surface, nous voyons les débris des naufrages, les ossements et les léviathans. Lourdes responsabilités pour les épaules d’une seule personne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] EmptyDim 11 Déc 2016 - 19:42

Les cris de son enfant retentissaient, il avait peur comme jamais auparavant. Tout comme Ema, qui ne savait plus sur quel pied danser. Elle n'entendait plus rien autour d'elle, ne voyait plus rien, à part cette myriade d'insectes qui créait un nuage noir autour d'eux. C'était irréel. La Kunoichi ne pouvait rien faire, privée de chakra. Mais quelques instants plus tard, le nuage se dissipa, découvrant une Ema crispée autour de son fils qui pleurait, ne comprenant rien. Il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte de la situation malgré ses réflexes de soldat. Elle n'avait jamais eu aussi peur de toute sa vie. En même temps, elle avait une frousse bleue des insectes, alors un nuage d'insectes lancé contre son fils et elle, les entourant dangereusement...

Seules les paroles de Kibō, lorsque prononcées, réveillèrent Ema de sa position défensive et protectrice. Sa voix semblait changée, et il n'hurlait plus. La Kunoichi leva sa tête, laissant son fils faire de même. Ema se leva doucement et se retourna, encore légèrement tremblotante de part les événements qu'elle venait d'expérimenter. Elle avait été à la merci de son ennemi. C'était un concept qu'elle n'avait encore jamais expérimenté et elle ne le voulait plus jamais. Ses mains tenant toujours son enfant, Ema fut choquée de la vision qu'elle avait devant elle. Des Shinobis exténués, son mari calmée et Mizuki proche de lui, totalement changée. Son aspect était toujours dur et froid, mais elle n'était plus... dangereuse.

Les questions que posaient Kibō n'atteignaient pas la jeune Matsuno qui n'avait pas encore percuté. Son mari était revenu des décérébrés. L'Hokage avait bluffé de bout en bout. Elle était vraiment exceptionnelle...

Son regard croisa celui de Mizuki en qui elle avait vu une personne méprisante, ayant fait exécuter son meilleur ami. Pourtant, Ema comprenait que ce n'était pas par envie, mais par devoir. Être Kage devait vraiment être l'enfer. Pourtant, cette haine qui régnait dans son âme ne put s'agenouiller devant l'aide apportée pour Kibō. Elle et Konoha étaient toujours responsable de la mort de son meilleur ami. Ses sentiments étaient confus, elle était confuse, elle ne savait plus. Avait-elle su un jour...

N'ayant que peu suivi la conversation, plongée dans ses pensées, Ema n'intervint qu'au moment où elle voyait le chef du village s'en aller en direction de la sortie.

« Hokage ! »
Son cœur battait fort dans sa poitrine.
« Merci. Merci pour votre aide. » finit-elle, se baissant respectueusement et humblement devant l'Aburame.

Elle ne put en dire plus, faire plus, à cause de Tetsui, de son état de choc et parce qu'elle ne savait pas quoi faire de plus. Elle aurait voulu se jeter dans ses bras, la remercier, la serrer fort pour lui montrer à quel point elle était reconnaissante, mais quelque chose l'en empêchait. Peut-être était-ce pour le mieux. Ils étaient toujours ennemis après tout...

Des larmes de stress roulaient alors sur son visage, alors que Mizuki était sorti. Seuls Kibō et quelques Shinobis restaient, certains exténués, d'autres délivrant son mari. Elle les remercia, ne sachant que faire d'autre. Elle laissa Satomu s'échapper dans les bras de son père, puis se courba devant les Shinobis ayant aidé à la purification. Elle ne savait pas comment réagir autrement.

Épuisée, elle tomba à terre, sur ses genoux et cacha son visage dans ses mains, se retenant du mieux qu'elle pouvait de pleurer et hurler. C'était fini ? Elle pouvait arrêter de jouer les dures alors qu'elle n'avait pas du tout l'étoffe d'une Kunoichi de l'envergure de Mizuki ? Pouvait-elle se laisser aller et compter sur son mari à nouveau ?

Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle ne savait pas. Elle avait tant de choses à apprendre encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

3. Verdict [Purification] Empty
Message(#) Sujet: Re: 3. Verdict [Purification] 3. Verdict [Purification] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

3. Verdict [Purification]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Prison-