N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez
 

 Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyJeu 6 Oct 2016 - 16:13

Tetsu no Kuni. Ses plaines. Ses montagnes. Sa culture. C’est étrange comme ce pays, pourtant allié du tiens, est différent. Rien que dans les us et coutumes, tu as eu du mal à te retrouver. Oui. Ta convalescence est pire que ce à quoi tu t’attendais, malgré les nombreux courriers échangés avec Shigeru. Bien sûr, il a proposé de venir t’aider, mais tu as gentiment décliné son offre. Tu le sais. A chaque fois que tu passes devant un miroir. A chaque fois que tes doigts passent sur ton visage et ressentent le cache-œil qui protège ton œil fragile. Borgne. Seul. Tu n’es plus que ça. Tu n’es plus toi-même. Impulsif. Les dégâts causés à ton cerveau t’ont rendu impulsif. Craintif également. Le moindre bruit te fait sursauter. L’anxiété est présente en permanence et même voir des gens combattre pour s’entraîner hérisse tous tes poils. Oui. Tu le ressens. Tu le souffres. Tu le sais. Récupèreras-tu ? Les médecins d’ici ne sont pas certains, mais te disent de rester optimiste. Comme si tu pouvais te le permettre putain ! La colère monte et redescend comme la marée avec la lune. Où est ton stoïcisme ? Où est ton calme ? Tu soupires calmement.

Cela fait quelques jours que tu te forces, progressivement, à aller vers l’avant. Tu ne peux rester cloitrer dans ton stress. C’en est pathologique et c’est douloureux à admettre, mais tu as besoin d’aide. Même maîtriser ton Chakra provoque en toi de violentes nausées et sursauts de rejet. Es-tu destiné à ne plus être Shinobi ? Tu secoues calmement la tête. Progressivement, tu en seras capable. Déjà ces quelques derniers jours, tu t’es procuré des feuilles de Chakra pour t’entrainer à faire appel à ton feu. Les flammes, elles t’apaisent. Leur danse, dans les bougies ou sur ces petites feuilles que tu enflammes, c’est comme le meilleur des médicaments. Un calme presque océanique que tu arrives à obtenir. Si bien que tu t’es motivé à vouloir plus. Malgré les difficultés. Malgré les faiblesses. Tu ne veux plus être le même qu’avant. Tu ne veux plus être le faible diplomate. Puissance. Tu as besoin de puissance. De pouvoir. De maîtrise. Un jour. Deux jours. Progressivement, tu y es arrivé. Alors que tu recherchais le calme et la sérénité, au plus profond de ton âme, une feuille a fini trempée.

Il n’y a rien de logique. Il n’y a rien de rationnel. Shigeru te réprimanderais certainement sur la chose, mais tu n’as guère envie de l’en informer. Pour toi, c’est un signe. Le premier depuis longtemps qui nourrit ne serait-ce qu’un peu ton orgueil. Tu peux y arriver. Tu peux tout réussir. Un jour, tu seras au sommet. Un jour tu arriveras à ce trône obscur que tu convoites tant. Et pour ce faire… Tu as besoin d’essayer. De lutter. De progresser. Qui de mieux pour t’y aider, sans trop attirer les regards et les remarques, que celle qui est ton hôte actuellement ? Tu es rouillé. Telle une petite grand-mère, tes articulations s’enraidissent et ton Chakra stagne. Pourtant, la puissance n’est qu’à quelques efforts de toi. Et elle va t’y aider. Tu t’en persuades. Alors que, dans ton Yukata, tu t’assieds calmement sur un rocher dans un terrain quelque peu dégagé. Où es-tu exactement ? Ta mémoire te joue des tours, tu es incapable de te souvenir du nom de la ville. Cela va régresser – c’est ce qu’ils disent. Secondaire au traumatisme. Vraiment ?

Toujours est-il, tu as demandé à la jeune brune de te rejoindre seule, afin de pouvoir parler et vous entraîner. Ta lettre, évasive au plus haut point, était clairement suffisante pour l’attirer ici. A partir de là, ce sera ta parole seule qui pourra la convaincre de t’aider à récupérer ton panache. Puisses-tu réussir, pauvre indolent.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyJeu 6 Oct 2016 - 18:21




Rukia traversa en silence le palais de Bukkeyashiki équipée de son armure rouge et or, malgré son équipement imposant elle semblait se déplacer avec une légèreté remarquable, sa main négligemment posée sur les manches de ses deux sabres, le sien et celui de son mentor. Secrètement elle espérait bientôt y ajouter celui du Daimyô et celui que lui avait dérobé Yanosa lors du combat à la frontière du pays. Mais pour l'instant, Rukia restait concentrée sur sa tâche du jour.

Une lettre signée de Daï lui était parvenue, tout les jours elle prenait des nouvelles de son état de santé qui semblait s'améliorer pourtant le Bakushô demandait à la voir, sur un terrain perdu dans les montagnes entourant la demeure du Bugyô. Le politicien était resté très vague sur les raisons de cette demande piquant alors la curiosité de la jeune femme, dans tout les cas la Katsuga ne pouvait pas ignorer cette requête, Daï était son meilleur agent de liaison avec Manzo et Kumo, elle ne pouvait pas négliger un atout de cette qualité.

Alors elle décida d'accepter la requête du Kumojin, mettant en pause la planification de son voyage à Kusa ou l'attaque sur le domaine des Tokugawa, qu'elle préparait depuis plusieurs semaines déjà.

Rukia se rendit alors sur le terrain à l'heure convenue sur le message, elle y retrouva le Bakushô, habillé d'un Yukata traditionnel de Tetsu et assis sur un rocher, l'endroit était désert. La Samouraï s'avança, observant le visage du shinobi, les hématomes s'étaient résorbés, il semblait avoir repris des couleurs, une bonne nouvelle pour les relations entre Kumo et la nation du Fer.

♦ Bonjour Daï, tu as demandé à me voir, je suis là. - lança Rukia.

La Katsuga avait aussi connaissance de l'acharnement du Kumojin à vouloir récupérer toutes ses capacités au combat, c'était peut-être la raison de sa présence ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyVen 7 Oct 2016 - 0:19

Tu relèves calmement la tête et fige ton œil unique sur la jeune fille. Ton sourire, bien que calme et discret, ne cache rien de la joie de la voir arriver, seule. Après tout, ce que tu t’apprêtes à dire ne sera probablement pas la plus partie de ton existence, n’est-ce pas ? Tout ton orgueil. Toute ton assurance. C’est tout faire voler en éclat pour admettre avoir besoin d’aide. De façon importante. Tu soupires calmement sans bouger de ton rocher. Tu risques encore de tanguer et de chuter, et tu n’as guère envie qu’elle voit ce spectacle déplorable.

« Ah Rukia ! Merci d’être venue. »

Même ton éclat de joie soudain, un certain émoussement affectif se fait entendre. Tel les vents, ton humeur change. Tantôt heureux, tantôt furieux, tantôt chagriné – tu n’arrives plus à retrouver ton équilibre. Reprends-toi ! Des gens t’attendent. Des gens espèrent te revoir bientôt. Quand. Quand feras-tu le bon choix ? Calmement, tu lèves ta main droite et la passe dans tes cheveux, l’arrêter sur ta nuque quelques instants. Enfin, tu te relèves sous le regard de la jeune fille, et t’inclines calmement.

« Je voulais te remercier, déjà, des soins dont tu fais preuve à mon égard. Rien ne t’y oblige après tout… Et je voulais également te demander un service, également. »

Oh, bien sûr, c’est un petit excès de politesse – tout à fait à sa place – que tu te permets. L’un comme l’autre, vous avez des intérêts intangibles à rester ensemble, dans l’ombre, pour vos projets mutuels. Et si tu es bien curieux de savoir comment la petite sauvage avance sur les siens, tu hésites à aborder le sujet. Ton impulsivité risquerait de faire ses marques et preuves, laissant une marque à pleines dents sur un endroit qui droit resté immaculé. Bruyamment, tu avales ta salive et te prépare à ton plaidoyer. Car après tout, il te faudra bien le faire – tu ne peux rester dans l’inertie de ta convalescence. Non. Tu as besoin d’une thérapie. D’un entraînement. D’une amélioration.

« Je… Ce n’est pas simple mais... »

Soudain, un oiseau croisse en passant dans le ciel, t’arrachant presque un sursaut. Tu le sens, n’est-ce pas ? Ton cœur battant à la chamade. Cette folie douce de l’imprévu. Du danger potentiel. De la démence qui te guette. Oui. Elle est là. Juste à côté de toi. Ou peut-être déjà dedans ? Tu refuses de t’y abandonner mais tout parle pour toi. L’entourage et le monde même semblent se léguer contre toi, tandis que tu fais un pas audacieux vers la Samourai, toujours en maintenant tes distances. Où est ton courage ? Perdu à Kusa, probablement…

« J’imagine que tu dois déjà être au courant… Psychologiquement comme physiquement, j’ai du mal depuis cet incident. Ce n’est pas une faiblesse que j’exprime volontiers, mais j’ai besoin… D’aide ? Oui. D’aide. J’ai besoin de… Je ne sais pas. De devenir plus puissant. C’est ce que je me suis dit. Honnêtement. Pourtant j’ai peur à la moindre mouche qui passe. Le moindre bruit. Le moindre cauchemar. Je pense que ça relève plus du stade médical désormais, mais toujours est-il que… Je n’oserai demander à personne d’autre dans ce pays de l’aide dans l’entraînement sinon à toi. Penses-tu que ce soit réalisable ? Que tu pourrais superviser mon entraînement ? Ne serait que quelques jours avant que je ne rentre à Kumo, mais dans cet état… Je risque de me faire dévorer vif sur place. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyVen 7 Oct 2016 - 1:34



Rukia observa son interlocuteur, il n'était plus le même homme qu'elle avait rencontré à Kumo, il avait perdu son assurance, son aplomb de politicien, tout avait disparu dans sa défaite et sa rencontre avec la mort. La Samouraï plongea son regard dans celui du shinobi, un regard lourd de sens qui mélangeait dégoût et pitié. C'était plus fort qu'elle, probablement à cause de son éducation, pourtant la jeune femme demeura stoïque et écouta les propos hésitants du Bakushô.

A plusieurs reprises elle envisagea de dégainer son sabre et de mettre fin aux tourments du Kumojin et au spectacle désolant qu'il offrait à la dame du Fer, mais elle sentait aussi sa volonté à s'en sortir, le fait qu'un homme aussi fier demande de l'aide prouvait sa détermination et Rukia ne pouvait pas rester insensible au comportement de Daï qui se rapprochait des valeurs d'honneur et de courage enseignées aux Samouraïs.

♦ Tu n'as pas besoin d'être entraîné. - répondit simplement Rukia d'un ton sec. - C'est surprenant de voir à quel point la défaite peut briser un homme tel que toi, fier et confiant en toutes circonstances. Moi aussi j'ai affronté le Guerrier Rouge, j'ai terminé inconsciente, les muscles déchirés, plusieurs os brisés et à moitié nue.... Pourtant je suis là, prête à l'affronter à la première occasion.

La Samouraï s'avança vers le shinobi, elle leva alors la main vers son visage et effleura son cache oeil du bout des doigts,

♦ La différence entre nous, c'est que dès mon plus jeune âge j'ai appris à être écrasée, battue et à toujours me relever, c'est une question d'honneur. Tu es quelqu'un de puissant, c'est psychologiquement que tu dois changer. Je pourrais, peut-être, t'initier aux doctrines des Samouraïs, t'apprendre à maîtriser tes émotions, à te canaliser...

Rukia laissa un silence pesant s'installer entre les deux soldats, son regard inquisiteur détaillant le visage du shinobi, elle voulait l'aider, pour entrer dans ses bonnes grâces et qu'il lui soit redevable, ce n'était pas le premier shinobi à qui elle devait inculquer les préceptes du Bushido, malheureusement Daï n'était ni un sabreur ni un adepte du combat rapproché, comment est-ce qu'elle allait pouvoir s'y prendre...

♦ Mais ce n'est pas un apprentissage qui peut se faire en quelques jours, et j'ai certaines obligations tu comprends ? Donc ce n'est pas possible pour le moment...

La Samouraï recula alors de quelques pas, d'un geste elle détacha sa ceinture et posa respectueusement ses sabres entre deux rochers. Rukia se trouvait maintenant à plusieurs mètres du Bakushô, elle se tourna vers lui et leva les bras à l'horizontale,

♦ Alors ? Je sais que tu t'entraînes depuis que tu peux tenir debout, tu veux voir si tu vas pouvoir récupérer toutes tes capacités, montre moi ce que sa donne. - demanda Rukia, une pointe de provocation dans la voix.

Si elle n'avait pas le temps de l'entraîner convenablement, elle pouvait au moins l'aider à reprendre confiance en lui et en ses capacités. La Samouraï savait qu'en se prouvant de quoi il est capable, Daï pourrait retrouver un certain équilibre psychologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyVen 7 Oct 2016 - 15:54

Brusquement, tu contractes tes muscles devant l’acerbité des premières paroles de la Samouraï. Peux-tu dire que tu ne t’y attendais pas ? Non. Certainement pas. Tu sais à quel point l’honneur est quelque chose d’important. Tu sais à quel point afficher des faiblesses, minimes soient-elles, entachent ce dernier pour un Samouraï. Alors non, tu ne peux lui en vouloir. Et malgré que ta logique tu hurles ces paroles, tu sens l’agacement et la colère monter en toi. Qu’en sait-elle, de ce que tu es ? Elle n’a vu que ce que tu as voulu lui montrer après tout. Elle n’est qu’une parmi d’autres. Qu’une… Garce. Elle a fini blessée de l’avoir affronté ? Qu’est-ce que cela t’importe ? Il y a plusieurs façons de mentir. Plusieurs façons de mourir également. Elle, ce n’a été que physique. Elle ne s’est pas réveillée avec une amnésie partielle de sa vie. Des troubles de la personnalité. Des troubles de la mémoire. Non. Ton problème n’est pas ta peur seule. C’est la sensation d’être mort et d’être devenu quelqu’un d’autre qui te marque, tel du fer à blanc chauffé, apposé contre ta peau nue.

Alors qu’elle s’avance vers toi, tu la sens, une fois de plus. Son odeur enivrante. La folie douce qui l’accompagne. Ta colère. D’un geste de la main, tu rêves de lui attraper la nuque et de la briser, sous un regard suppliant. Seule ta raison et ton éthique parvient à te faire hurler de quoi t’empêcher, résultant en une simple contraction de ton corps dès son contact. Pourras-tu récupérer cet œil un jour ? Tu soupires calmement alors qu’elle recule. Ses paroles font échos dans ton esprit, mais s’effacent telle une fade image à une vitesse difficilement estimable. Ta mémoire, toujours aussi fragile…

Alors qu’elle parle de combat, tu avales bruyamment ta salive. Es-tu prêt à le faire ? Réussiras-tu ? Le doute t’envahi à une vitesse folle et tels des ombres Nara, te paralyse efficacement. Comme un étau, comme des mains t’étranglant, tu te sens dans le malaise. Dans la profondeur. Calmement, tu plonges en l’espace de fractions de seconde dans la noirceur de ton âme, mais alors que tout te semble perdu tu repenses à Kumo. A ses habitants. A ton clan. A Shigeru. A… Tout ce que tu as à perdre en te laissant faire par tes démons. A tout ce que tu perdras si tu refuses de combattre. Tu clignes rapidement de ton œil et ajuste ta posture, hésitant. N’est-ce pas trop ? Tu secoues délicatement la tête et une esquisse de sourire – l’une des premières sincères depuis ta convalescence, s’affiche sur ton visage.

« C’est… Une idée audacieuse. Mais je pense que ça peut fonctionner. Après tout… »

Tu perds le fil de ta phrase et te retrouve incapable de la continuer, pris d’un remord rapide. Cherchant à perdre l’hésitation qui entrave tes mouvements, tu composes tes premiers Mudras et en quelques instants, un flot de flammes, serein et dansant comme l’effet anxiolytique qu’il a sur toi, sort de ta bouche pour se propulser vers la Samouraï. Ce qui te marque, plus que tout – c’est la facilité que tu as, presque déconcertante, à le faire. Comme si tu n’avais rien perdu. Comme si tu n’avais guère diminué. Est-ce ton esprit qui te joue des tours, ou t’en jouait-il avant ? D’un geste maladroit devant quelques faiblesses musculaires, tu te relèves et prend de la distance avec Rukia, recomposant une série de Mudra et faisant jaillir une pluie de feu. Tu es sans argile aujourd’hui, de toute façon – mais la vision de tout ce feu est-elle égale à la puissance que tu aimerais mettre dedans ? Lorsque tu t’arrêtes reprendre ton souffle, tu croises le regard de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyVen 7 Oct 2016 - 19:41




Sans surprises, le ninja se prêta au jeu de la Samouraï. La Katsuga observa l'instinct prendre le dessus chez son adversaire, il composa des signes rapidement et sans difficultés, on pourrait presque croire que c'était un homme en pleine possession de ses moyens qui faisait face à la Conseillère du Daimyô.

Le Bakushô déversa alors un flot de flammes puissantes et rapides, Rukia serra les poings, elle ne s'attendait pas à une attaque de cette envergure de la part d'un homme qui venait de frôler la mort. Le déluge ardent se rapprocha d'elle dangereusement, au dernier moment elle décida de réagir. Le poing fermé de la samouraï heurta le sol en libérant son aura, l'impact souleva la terre devant elle, à la manière d'un rempart naturel la pierre dévia les flammes du Kumojin qui s'estompèrent dans le ciel dans un nuage de poussière et de fumée.

♦ J'aurais peut-être du garder mes sabres finalement... - souffla Rukia avec un sourire.

Le regard sévère de la jeune femme se portait alors sur une pluie de feu masquée jusqu'à présent par la fumée, un enchaînement efficace et surprenant de la part d'une personne qui se disait inapte à combattre il y a seulement quelques minutes. Comme elle s'en doutait, Daï était bien plus capable que ce qu'il pensait.

Cette fois ci Rukia ne pouvait pas esquiver ou parer l'offensive du borgne, elle décida d'encaisser. La Katsuga inspira brièvement, son corps se gonfla d'énergie, une énergie pure et maîtrisée qui enveloppa la jeune femme dans un manteau inconstant doré. Les flammes se déversaient à présent sur Rukia qui resta impassible, l'attaque du Bakushô léchait la défense de la samouraï sans pouvoir la traverser.

♦ C'est plutôt impressionnant ! - lança Rukia à l'attention du ninja qui s'était éloigné.

Une chance pour Daï, le mentor de Rukia était borgne, elle était donc totalement disposée à lui apprendre à gérer ce nouvel handicap. Sans perdre une seconde Rukia contre-attaqua, disparaissant et ne laissant derrière elle qu'un panache de poussières en suspension après la brutale impulsion qu'elle venait de donner.

Pendant sa charge Rukia pressa deux doigts sur un fûin marqué sur son poignet, libérant un bô en bois de presque deux mètres. La samouraï se doutait bien qu'elle adoptait probablement la même façon d'agir que Yanosa lors de son affrontement contre le Bakushô, il allait être intéressant de voir la réaction de l'intéressé.

La frappe de la Katsuga n'était pas destinée à faire mal, elle feinta une attaque au niveau du visage de Daï et une fois son arme dans l'angle mort du borgne, son bâton changea de direction pour simplement le faucher gentillement au niveau des jambes, une façon de lui faire comprendre qu'il allait devoir entièrement changer sa façon d'anticiper les mouvements adverses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptySam 8 Oct 2016 - 0:17

Malgré l’émoussement dont tu fais preuve, la fureur du combat commence à t’envahir dès les premiers mudras et c’est une réelle déferlante de pusisance et folie qui commence à se déchainer – à peine tes deux attaques terminées, tu sens le Chakra récupérer la place qu’il a toujours eue dans ta vie, envahissant ton corps et ton esprit. Encore. Plus. Toujours. Encore. Plus. Plus. Plus. Tu le sens. Ça te démange presque de cracher tes poumons – ce n’est plus toi. Une fois de plus. Tu t’emportes. Tu te laisses aller. Tu perds toute cohérence. Tout sol sous tes pieds. Tu es seul. Seul dans ton esprit qui lutte de toutes ses forces, comme pour se défendre du monde extérieur. Comme si tu cherchais à punir. A renier. A…

Tu t’arrêtes et tout se fige. En l’espace d’une fraction de seconde, elle disparait et réapparait à tes côtés, et tu sais ce qu’il va se passer après. Ce qu’il va être. Ce que tu seras. En l’espace d’une fraction de seconde tu revois le visage du Yanosa face à toi et ton corps se pétrifie comme frappé par le pire des maléfices. Tout l’entrain, toute la force qui n’était tienne… Tout s’envole en éclat et te laisse en proie à ta faiblesse. Tu ramènes tes bras sur ton visage dans un mouvement de peur – la plus vraie et la plus dure. Tu refuses de regarder. Tu refuses de savoir. Tu acceptes tout bonnement la sentence telle qu’elle arrive. Et si tu es profondément soulagé de ne retrouver qu’écrouler au sol devant une frappe de la plus faible amplitude portée à ton nouvel angle mort… Tu le sais. La peur a pris le dessus sur l’instinct. Elle a pris le dessus sur toute ta personne. Sans la moindre grâce tu te relèves et essuie la poussière de ton corps, avant d’adresser une salutation de la tête à la Samouraï.

« Je… Merci. Assez pour aujourd’hui. Demain, à la même heure ? »

Sans t’attarder plus que ça, tu t’éloignes à petits pas d’elle – ne t’attendant guère à être interrompu. Cet affrontement, aussi court et intense soit-il, t’as permis d’entrevoir, de comprendre. La peur, elle est un élément de ta personne maintenant. Et ce n’est qu’à toi de la combattre. De cesser de l’appréhender. D’arrêter d’abandonner. Et la seule solution pour pouvoir voir cette dernière crouler sous ton poids, c’est d’en gagner. Ninjutsu. Sensorialité. Il faut que tu t’améliores dans les deux domaines et ce de façon significative. Et à défaut de choisir… Tu aimerais récupérer ton orgueil. Ton assurance. Ton pouvoir. Les fioritures du calme pourront se faire ultérieurement. Tu soupires lourdement. Es-tu stupide d’avoir pris ce temps pour comprendre ? Tu te trouves intelligent, non ? Tu as tort. Tellement tort. Pourquoi ne le réalises-tu pas ? Est-ce si compliqué pour toi ?

Rentré dans ce qui te sert de quartiers, tu refuses de te laisser abattre. Tu refuses. Encore et toujours. A quoi te sert cette lutte ! Pour qui combats-tu ? N’avais-tu pas dit que tu parlerais avec lui si seulement il t’était donné de survivre ? Tu secoues la tête, refusant de te perdre dans ces pensées. Calmement assis sur le sol de ta chambre, tu cherches à concentrer et déconcentrer ton Chakra, recherchant cette même sensation que lors de ces quelques techniques échangées avec la Samouraï. Tu y arriveras. Tu dois y arriver. N’accepte aucune défaite ! Travaille, toujours et encore.

Lorsque la nuit te porte conseille et tu te réveilles, tu attends avec presque hâte que la journée passe jusqu’à retrouver la jeune femme. Toujours dans un Yukata, tu attends de pied ferme désormais, prêt à en découdre une fois de plus. Si seulement tes efforts de la veille pouvaient demeurer. Si seulement tu pouvais ne pas perdre tes moyens une fois de plus. Si seulement tu pouvais… Soupirant calmement, tu adresses un sourire à la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptySam 8 Oct 2016 - 1:17



La samouraï ne tirait aucune fierté à voir le Bakushô tomber au sol, elle afficha un regard froid et vide tandis que le ninja se relevait en demandant à remettre ça le lendemain. Rukia n'insista pas et pourtant elle avait déjà beaucoup à lui dire, sur son réflexe de défense instinctif mais hasardeux ou la puissance de ses attaques, mais peut-être devait prendre le temps de réfléchir sur ses capacités, de réaliser qu'il était loin d'être aussi affaibli que ce qu'il croyait.

La Katsuga se contenta d'hocher la tête à son tour, elle observa le kumojin se retirer avant d'aller récupérer ses sabres et repartir vaquer à ses occupations. Le reste de la journée se déroula paisiblement, la jeune femme assuma ses responsabilités au sein du gouvernement du Fer à travers diverses tâches et se coucha le soir satisfaite de sa journée.

Comme la veille à la même heure, Rukia se rendit au lieu de son rendez-vous avec Daï à l'écart du palais, elle y retrouva un homme avec un peu plus d'assurance, du moins c'est l'impression qu'il dégageait. En voyant le sourire se dessiner sur le visage du shinobi, Rukia se félicita intérieurement de ne pas s'être trompée sur cet homme, il voulait vraiment s'en sortir.

Encore une fois, la Conseillère détacha ses sabres et les posa dans un coin avant de faire apparaître un bô d'entraînement. Elle s'adressa brièvement au Bakushô,

♦ Ne te laisse plus surprendre par la vitesse, ta défense doit être instinctive et pour ça tu dois t'entraîner encore et encore. Cette fois je te préviens, je vais alterner mes coups, dans ton axe puis dans ton angle mort, un combattant aguerri remarquera cet angle d'attaque en voyant ce cache oeil, tu dois apprendre à le gérer. Ne te fatigue pas à contre-attaquer, anticipe simplement mes assauts.

Travailler son angle mort et ses réflexes, voilà comment Daï allait pouvoir se défendre contre ses prochains adversaires adeptes de la vitesse et du corps à corps.

Maintenant qu'il était prévenu, Rukia laissa quelques secondes s'écouler puis elle s’éclipsa encore un fois dans un tourbillon de poussière. Une fois au niveau du kumojin elle diminua la cadence et enchaîna une longue série de frappes, volontairement elle laissait apparaître dans ses mouvements des éléments qui pourraient avertir Daï sur l'attaque à suivre, il ne lui restait plus qu'à les voir, les lire et anticiper.

En cas d'échec, Rukia comptait arrêter sa frappe avant de toucher sa cible mais ses assauts allaient êtres de plus en plus rapides et fourbes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptySam 8 Oct 2016 - 22:13

Sans perdre de temps, elle t’annonce la couleur de la journée d’aujourd’hui et ton sourire devient fade. Encore ? Toujours de la vitesse. Si elle a visiblement bien compris que c’était le cheval de bataille qui te bloquait pour déployer la totalité de ton potentiel, tu n’apprécies guère cette approche. Traumatisme sur traumatisme. Essaye-t-elle de faire une thérapie par le choc ? Tu soupires doucement et t’apprête à te… Qu’elle a déjà disparu de ton regard, ne te laissant pas même le loisir d’anticiper. Non ! La peur commence à déjà à enraidir ton corps mais tu te refuses à te laisser faire. Combattre. Tu dois combattre. Es-tu toujours le même Chûnin, figé à ses capacités qui refuse d’avancer ? Non. Tu as appris. Tu as progressé. Ne serait-ce que le Suiton qui est tiens désormais. Et ce dernier, c’est bien la seule chose qu’il te reste pour arriver à quoi que ce soit de concret. Secouant brièvement la tête, tu te prépares à réagir – et déjà tu la vois ralentir sa cadence en bout de course et tenter de t’asséner le premier coup que tu esquives, tant bien que mal, en moyennant ton Chakra. Coup de chance ou de talent ?

Il n’y a en toi rien de l’orgueilleux que tu étais. Plus de fierté. Plus d’honneur. Une vulgaire coquille déplacée par le gré des vents. A plusieurs reprises, tu réussis à composer un ou deux Mudras et bloquer le coup avec un petit jet d’eau, travaillant ton Ninjutsu de justesse absolue. Souvent, elle arrête son coup avant de te frapper. Toute l’assurance, tout cette rage brutale à tout ravager d’hier… Il n’en est rien. Tu consumes et consommes le peu de courage et de confiance en toi que tu arrives à établir dans l’instant même. Tes mouvements sont hésitants, traversés par la peur, la honte, le chagrin. Et pourtant, même toi tu le remarques. Ton angle mort est ton plus grand défaut. Tu ne le connais pas. Tu ne l’as jamais connu. Neuf et dégoutant, tout comme le nouveau toi. N’est-il pas la marque de ta prison ? Tu tournes la tête, trop souvent certainement, pour voir ce qu’il s’y produit.

Calmement, doucement, tranquillement. De moins en moins de ses coups ne s’arrêtent avant de t’atteindre, provoquant de rapides changements de rythme. Tels des saccades dans cette danse que vous dansez tous les deux, tu ressens chacun de ces changements. Ils te déstabilisent. Font renaître la peur et disparaître l’homme en toi. Pourtant, peu à peu, tu les sens te reconstruire. Telle une montagne. Tel un bâtiment dont les fondations auraient été ébranlées. Brique après brique. Coup après coup. Tu récupères ce petit quelque chose. Cette étincelle. Cette flamme du combat. Même ton handicap nouveau, tu commences à t’y faire. C’est presque un avantage même – la majorité de ses coups y sont portés, et le schéma est grossièrement le même. Ce n’est pas une histoire de vue. Pas une histoire d’ouïe. Pas une histoire de goût. C’est ton contrôle sur ton propre Chakra et ta réactivité avec ce dernier qui te permet de réagir. Quand le moment est opportun.

Prenant recul sur ton pied droit, tu le sens rapidement faiblir et t’écroules en arrière devant la Samouraï qui te toise avec son sévère regard, mais tu secoues la tête. Non. Aujourd’hui tu ne renonceras pas. Rapidement, tu te relèves et reprend une position de combat, signalant à ton entraîneuse que la suite peut reprendre. Et déjà, à chaque coup – arrêté ou esquivé, tu sens ta confiance se refaire. Ton corps se dégourdir. Ta rage d’antan revenir. Et si tu restes déplorable comme le pire des pires – as-tu seulement réussi à comprendre un tiers des mouvements de la jeune femme – tu sais que c’est une bonne voie. Après tout… Rukia sait certainement ce qu’elle fait.

« Lorsque mes défauts seront comblés… Aide-moi à acquérir la puissance suffisante pour amener Yanosa à Kumo, en tant que vaincu. »

Si tu te crampes encore en prononçant le nom de ton détraqueur… Tu sais que tu avances alors que tu termines cette journée d’entraînement là-dessus. Rentrant chez toi, tu continues à l’instar de la veille à travailler ton Chakra, remarquant agréablement la facilité quelque peu plus grande que tu as à le manier maintenant que l’un des murs que tu avais créés pour te protéger s’écroule doucement, te laissant voir que cette protection n’était qu’une prison et rien d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyDim 9 Oct 2016 - 8:50



Rukia pouvait lire les sentiments qui traversaient l'esprit du Bakushô, à travers son visage, à travers ses gestes, un coup effrayé et fier l'instant d'après quand il voit qu'il a réussi à esquiver une attaque. Les mouvements de Daï étaient de plus en plus fluides pour le grand bonheur de la samouraï, même si il avait toujours du mal à gérer son angle mort il commençait à reprendre confiance.

L'entraînement du jour dura plusieurs heures, harassé par la fatigue le shinobi chuta au sol et pourtant il se releva et demanda à continuer. Rukia se plia à cette volonté, poussant son adversaire à se dépasser pour qu'il puisse réaliser l'étendue de ses capacités. Après un nombre d'échanges incalculable, la séance se termina sur les quelques mots du politicien qui formulait le souhait de pouvoir affronter Yanosa encore une fois pour le ramener au village des Nuages, la Conseillère esquissa un léger sourire,

♦ La liste de ses ennemis doit être longue, j'espère que tu pourras réaliser ton souhait mais sache que je compte aussi m'occuper de lui, il a quelque chose qui m'appartient et que je dois récupérer. Quand le moment sera venu, c'est peut-être moi qui le livrera à vos portes.

La Katsuga marqua une courte pause dans sa réponse, profitant de cet instant pour lever les yeux vers la cime des montagne autour du terrain et savourer la splendeur du décor, un paysage unique et propre à la nation du Fer.

♦ Tu as beaucoup progressé aujourd'hui, nous continuerons ce genre d'entraînement jusqu'à ce que tu sois capable de prédire mes mouvements à ma vitesse maximale. Repose toi bien, on se retrouve ici demain.

Sur ces paroles la jeune femme se retira après avoir salué d'un hochement du corps son adversaire, récupérant ses sabres sur le chemin du retour vers le palais où l'attendait une tonne de travail. Ces petits entraînements avec Daï étaient pour elle un moyen de se détacher de sa condition de conseillère du Daimyô, ce qu'elle appréciait particulièrement.

****

Les entraînements s'enchaînaient, le Bakushô progressait de plus en plus vite au fur et à mesure qu'il se remettait de ses blessures. L'heure de sa rencontre quotidienne avec Daï étant arrivée, la jeune femme se rendit sur le terrain d'entraînement, marqué par les nombreuses séances entre les deux combattants.

La Conseillère y retrouva son acolyte, toujours habillé d'un yukata de Tetsu. Cette fois ci Rukia s'approcha en gardant ses sabres à la ceinture, pour s'adapter aux besoins du shinobi, l'entraînement allait évoluer.

♦ Bonjour Daï, voilà plusieurs jours que je n'ai plus rien à t'apprendre sur l'anticipation au combat et la gestion de ton angle mort. Se sera à toi de te perfectionner en combat réel et je n'ai pas de doutes sur tes capacités à t'en sortir contre nimporte quel adversaire aussi rapide qu'il soit. Au cours de nos séances, j'ai remarqué que ton Ninjutsu se renforçait également et c'est sur ce domaine que l'on va travailler dès maintenant.

La samouraï se recula pour se retrouver à une vingtaine de mètres du Bakushô, la jeune femme dégaina ses sabres dont les lames semblaient animées par une lueur dorée et fluctuante.

♦ Maintenant c'est toi qui va attaquer, je vais me contenter de parer tes techniques ! Aller, montre moi ce que tu as dans le ventre ! - railla la Conseillère en se mettant en garde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyDim 9 Oct 2016 - 15:01

Doucement et jour après jour, tu te reconstruis. Imparfait, certes – tes peines, anxiétés et attaques de paniques demeurant. Pourtant, quelque chose te dit, avec toute la force de ta conviction, que récupérer et devenir plus fort n’est pas les éliminer, seulement apprendre à vivre avec. Il y a quelque d’amer au niveau de ta bouche et de tes entrailles à cette idée. Comme si une charogne établissait son domicile en toi, et attendait gentiment d’y être hébergée. Refuse. Lutte. Deviens le charognard qui la fera fuir. Ta force, retrouve là en combattant tes faiblesses – et pour ce faire, suis les enseignements de la Samouraï. Tu es en conscient, de toi-même – tes progrès sont faramineux. Le canard boiteux, plein d’aigreur et ne sachant contrôler sa crainte que tu étais il y a quelques jours de cela… Au prix de tes efforts et de ton entraînement, tu l’as enterré. A l’instar de tant d’autres de tes vices de jeunesse, tu lui as permis de reposer calmement au fond d’un boîte, à attendre gentiment. Shigeru serait fier de toi.

Jour après jour, les petits duels ont continués. Rapidement, ils sont devenus ta raison de vivre – tu te raccrochais à eux pour ne pas succomber à tes craintes, avec succès. Et progressivement également, tu en as perdu l’utilité. Les problèmes que te posait ta nouvelle anatomie ou ton nouvel état mental ont commencé à se résoudre, calmement, au sein du feu du combat. Aussi, aujourd’hui, toujours vêtu de ton Yukata… Tu espères sincèrement que la jeune femme estime qu’il est temps que tu développes ton pouvoir. Ton sourire n’est même pas feint lorsque vos conclusions se rejoignent mutuellement. Inclinant ta tête bien bas, tu regardes la jeune femme dégainer ses sabres et s’éloigner de toi – comme si la distance devait faire pâlir ton Ninjutsu. Une fraction de seconde, tu fermes les yeux.

Aisément, tu sens ton Chakra couler le long de ton corps, jusqu’aux points les plus distants et les plus discrets. Feu. Eau. Qu’importe. Tu composes tes premiers Mudras et crache un fin filet de flammes. Mais ça ne te suffit pas. Tu veux plus. Plus fort. Plus fou. Inspirant profondément, tu recomposes tes séries de signes et crache, désormais, un réel enfer sur la jeune femme – bien conscient qu’elle s’en sortira sans soucis. Plus de feu. Plus de force. Plus de Chakra. Encore et toujours, alors que tes flammes commencent à se terminer et tes poumons appellent à l’air, tu t’arrêtes brusquement et respire de toutes tes forces. Oui. Tu as des facilités à le faire. Si au début il t’était difficile de faire la moindre chose, le fruit de tes efforts et du travail sur la maîtrise de ton corps te permet plus. Jamais satisfait. Tu composes rapidement d’autres signes et déjà, une légère pluie commence à s’abattre sur le terrain, vous trempant tous les deux sous ton sourire.

« C’est tellement plus simple… Maintenant. La discipline et le contrôle – si je ne l’expérimentais pas moi-même sur mon corps, je pense que je n’y aurais pas cru. »

Et pourtant, tu te perds rapidement et la folie de ton envie de pouvoir te frappe de nouveau. Ah, cette douce sensation ! Combien de temps s’est-il écoulé sans que tu ne le ressentes ? Ton orgueil amer. Ta force basanée. Ce semblant d’assurance que même tes craintes ne sauront plus arrêter. Une fois de plus, tu composes tes animaux et chante flammes et océans sur la jeune fille, transformant le terrain autour de vous en réelle spectacle de danse où ces deux éléments s’affrontent. Le contrôle. Toujours le contrôle. Même dans le chaos de tes pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyLun 10 Oct 2016 - 15:41



Les phalanges serrées sur les manches de ses katanas, la Samouraï se préparait à affronter le ninjutsu du Bakushô, au fil des entraînements elle avait remarqué que sa puissance ne cessait d'augmenter et elle se demandait même si elle allait pouvoir tenir si Daï déchaînait tout son potentiel sur elle.

Les yeux perçants de la jeune femme se posèrent sur les mains du shinobi qui commenca à composer ses premiers signes pour ensuite cracher une gerbe de flammes que la jeune femme n'eut aucun mal à dévier à l'aide d'un sabre. Arquant un sourcil la samouraï se demanda si elle n'avait pas surestimé le politicien, peut-être qu'il essayait de se contenir par peur de la blesser. Alors que Rukia s'apprêtait à provoquer verbalement son adversaire, ce dernier composa de nouveaux signes avant de libérer un torrent enflammé sur le terrain d'entraînement.

Cette fois-ci c'était plus sérieux, Rukia se mit en position et fit tourbilloner ses armes devant elle, grâce à la vitesse du mouvement et la traînée d'énergie que déversait ses lames, une sorte bouclier lumineux semblait apparaître devant elle. L'avalanche ardente déferla sur la Katsuga qui resta immobile, les flammes déviées sur les côtés continuaient leur route à une dizaine de mètres plus loin jusqu'à lécher la paroi de la montagne qui entourait la zone.

Une fois la tempête de feu passée, le reste ne se fit pas attendre. Le Bakushô enchaîna les techniques, alternant entre Katon et Suiton ou même les deux simultanément. Ce fut une véritable entraînement pour la Conseillère, elle aussi dû repousser ses limites pour parer et esquiver les assauts de Daï, la séance dura plusieurs heures durant lesquelles le ciel ne cessait de s'illuminer d'une lueur orange à chaque attaque enflammée du kumojin, profitant d'un moment de pause où les deux combattants reprenaient leur souffle, Rukia se redressa et rangea ses sabres avant de s'approcher du shinobi.

♦ Bien Daï, nous allons nous arrêter là, les gardes du palais pourraient nous repérer avec la nuit qui tombe. Ecoute, je pense qu'il s'agit là de notre dernière séance d'entraînement, je peux sentir que tu as regagné confiance en toi, tu n'es même pas totalement remis et je suis sûre que tu as beaucoup plus de puissance en réserve mais c'est à toi de t'entraîner pour y avoir accès.

La Conseillère s'inclina légèrement,

♦ Je n'ai donc plus rien à t'apporter, j'imagine que tu vas rentrer à Kumo, une escorte sera chargée de t'accompagner jusqu'à destination. Je vais devoir m'absenter un moment donc je ne serais pas là pour ton départ mais sache que tout est prêt. Au revoir Daï, j'espère qu'on se croisera à nouveau.

Sur ces quelques paroles, Rukia adressa un sourire à son camarade et se retira, les choses sérieuses allaient commencer pour elle, à sa prochaine rencontre avec Daï, elle sera Daimyô de Tetsu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia EmptyLun 10 Oct 2016 - 17:11

Encore et encore, tu composes signe sur signe, animal sur animal. L’enchainement est souple, calme, serein. De toute la folie qui attaque ton esprit, qui te demande de tout détruire, de ne rien laissé, tu ne fais rien percevoir. Quel sérieux aurais-tu à hurler à plein poumon ? Non. Tu luttes calmement contre ce parasite ravageur qui veut faire de toi le pire des monstres, te contentant de travailler ton Chakra. La maîtrise, tu l’as. C’est seulement la libération au bon moment et la combinaison avec tes affinités que tu recherches, et bien plus intuitivement que la compensation de ton angle mort – elle vient à toi. Telle une offrande. Telle la promesse que tu pourras redevenir comme avant. Telle… Une nouvelle chance dans ta vie. Voilà ce que c’est pour toi.

Tu souris délicatement aux paroles de la Conseillère – croire qu’elle a fait des progrès plus importants que toi en ces quelques temps où vous ne vous êtes point revu t’effraye quelque peu. Tu vois son caractère. Sa façon de penser. Sa façon d’agir. Elle sera un danger pour toi, dans le futur. Un danger ou une alliée. Cela t’effraie, presque autant que le souvenir de Yanosa. La nuit, tu te réveilles encore parfois en sursaut, des sueurs froides perlant ton corps. Tu secoues la tête et te contente de sourire à ses remarques. Oui, tu as gagné en puissance – ne serait-ce qu’un peu, tu le ressens toi-même déjà. Réussiras-tu un jour à surmonter tes craintes ? A vaincre tes faiblesses ? A triompher du Shukai tout entier peut-être ? Tu soupires calmement, affichant un sourire fier. Ce même sourire pompeux, délicat et à la fois presque insolent que tu avais tant tendance à afficher avant que toute cette histoire ne se déroule.

Oui. Tu gères mieux ton Chakra. Ta puissance. Ton Ninjutsu. Créer une rafale de flammes ou un océan ne te semble guère impossible, et tu te sens complet dans cette approche chaotique de ta nouvelle vie. Demain, tu rentreras à Kumo. Demain… Alors qu’elle te fait ses adieux, tu lui adresses un sourire de plus.

« Je suis certain que nos routes nous amènerons encore à nous croiser, Rukia. Et ce jour-là, je ne serais plus le spectacle pitoyable que j’ai été dernièrement. A bientôt… »

Sur ces quelques paroles, tu rentres dans ta chambre et prépare tes affaires, prenant un dernier bain chaud et profitant d’un dernier soir de repos avant le retour dans la jungle Kumojine. Quelques dernières heures de répit avant de reprendre ton train de vie. Seras-tu seulement capable de reprendre la course là où tu l’avais quittée ? Naturellement, tes pensées voguent à ton clan. C’est un grand chantier qui t’y attends encore, mais tu es devenu plus fort. Tu te le répètes à voix basse dans ton bain. Tu es plus fort. Tu es plus fort. Tu sauras relever le défi.

******

Au matin, tu salues amicalement ton escorte avant de les prévenir que tu n’auras guère besoin d’eux. Habillé de ta tenue habituelle, le bandeau des Nuages fièrement à ta ceinture, tu utilises le peu qu’il te reste d’argile après Kusa pour fabriquer ton oiseau et, d’un geste convaincu, tu le fais décoller. Kumo – tu seras bientôt de retour chez toi.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Dresser une lionne en cage ft. Katsuga Rukia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Tetsu no Kuni-