N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Diplôme [Personnage Secondaire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
Gekei Ao
Informations
Grade : Genin
Messages : 777
Rang : C

Diplôme [Personnage Secondaire] Empty
Message(#) Sujet: Diplôme [Personnage Secondaire] Diplôme [Personnage Secondaire] EmptyMer 5 Oct 2016 - 19:58

Neuf heures et demi sonnaient précisément à la petite horloge posée sur le bureau de Seito quand il revêtit sa veste de soie verte. Il jeta un oeil distrait sur le cadran, mais se rendit vite compte de son ridicule. Durant les dernières minutes, il n'avait pas arrêté de jeter ce genre de regards nerveux aux aiguilles. Il lui semblait qu'elles ralentissaient leur course dans le seul but de le voir languir de l'heure. Dans les moments importants, où l'on attend l'important, Seito avait remarqué qu'on était toujours plus attentif aux temps, et que celui-ci, en cruel concept, se faisait un plaisir, semblait-il, de passer lentement, longuement. Le moment avait cependant fini par venir, et il fallait maintenant partir. Seito se leva de son fauteuil, remit en ordre une pile de feuilles, prit un papier roulé et le glissa dans une poche de son manteau. Ceci fait, il quitta le bureau en empruntant les escaliers qui descendaient directement au rez-de-chaussée de la Tour.

Ce jour marquait en effet un grand événement, à l'échelle d'Itabei, du moins. C'était la cérémonie de remise des diplômes pour les élèves du service militaire, et, pour l'occasion, toute la ville s'était revêtue de ses habits les plus festifs pour célébrer le succès de ces jeunes. Pour autant qu'il en savait, Seito avait de quoi être fier des jeunes du service. Les échos qu'il en avait eus ne lui faisaient que l'éloge des capacités surprenantes, pour de si jeunes apprenants, dont pouvaient faire montre les jeunes. Et Seito avait d'ailleurs pu le constater par lui-même, puisqu'il s'était, à quelques reprises, rendu au dojo pour y assister à des entraînements. Quel plaisir plus grand y a-t-il pour un dirigeant que de contempler son oeuvre en plein travail ? Dans le cas de Seito, il s'agissait du service militaire. Ces élèves, en un sens, étaient le fruit de son labeur. C'était cependant certainement s'attribuer plus de mérite qu'il n'en n'avait véritablement.

La dojo étant trop petit pour accueillir à la fois les élèves, leurs familles et les curieux venus assister à la cérémonie, il avait été décidé, comme pour les précédentes, qu'elle se déroulerait au pied de la Tour. Une estrade avait été montée la veille à cette occasion. Seito se chargerait lui-même de donner aux jeunes leur certificat ainsi qu'une médaille, pas vraiment officielle, mais qui plaisait toujours. Sur celle-ci était gravé le symbole de la ville: un boeuf portant un soleil sur son dos. C'était un insigne que Seito avait découvert en prenant ses fonctions, et qui lui avait suffisamment plu pour qu'il le conserve tel quel.

Lorsque Seito sortit de la Tour, une foule importante était déjà massée sur la place principale. Son apparition fut saluée par une exclamation générale. Il salua d'un geste de la main son peuple, avant d'aller s'asseoir au bas de l'estrade. Son discours était prévu pour dix heures, qui était également l'heure de commencement de la cérémonie. A côté du pupitre prévu à son effet, il aperçut deux tas couverts d'un drap de velours vert. Ce devait être les certificats et les médailles, documents considérés comme précieux non pas par leur matière, mais plutôt pour leur valeur symbolique. Aussi devaient-ils être gardés secrets jusqu'à la dernière minute, où ils seraient révélés aux yeux de tous.

Au premier rang, assis au bas de l'estrade, la petite cinquantaine de jeunes de la promotion qui s'achevait attendaient nerveusement les dix heures, eux aussi. Ils s'agitaient sur leurs chaises, quelques-uns se chamaillaient, d'autres rajustaient leur tenue. Ils étaient tous affublés de la tenue traditionnelle des soldats d'Itabei, qui avait été jugée la plus pertinente pour ce genre de cérémonie. Il s'agissait d'un ample pantalon blanc, ceint à la taille par un tissu noir, et d'une tunique moulante tout aussi blanche. Comme couvre-chef, ils avaient laissé libre cours à leur imagination. Certains se distinguaient par un certain effort de style -Seito remarqua un superbe bonnet de lin brodé de fil doré-, d'autres avaient préféré la simplicité et n'avaient pas de chapeau du tout.

Bien évidemment, le regard de Seito se dirigea très vite vers Ineko. Elle était assis au centre du rang, et semblait impassible. Un instant, elle croisa le regard de Seito. Il lui sourit doucement, comme il avait l'habitude de le faire. Elle essaya certainement de répondre par un sourire du même acabit, mais cette tentative échoua assez misérablement, et elle ne produisit qu'une sorte de rictus. Elle se rendit compte de son ridicule, et son visage s'empourpra.

Si Seito avait une raison d'être anxieux aujourd'hui, c'était certainement Ineko. Avec la fin de son service militaire, il lui proposerait à nouveau la même chose qu'il lui avait demandée quelques mois auparavant, à savoir devenir son assistante. La chose deviendrait officielle, en quelque sorte. C'était comme si elle avait été en période d'essai jusque-là, et que celle-ci arrivait à terme. Seito renouvelait avec joie sa demande. Il avait été très satisfait des prouesses d'Ineko quand elle avait eu l'occasion de les montrer, et si elle avait montré quelque défaut qui mérite d'être corrigé, il n'y avait cependant rien d'anormal compte tenu de son jeune âge et de son manque d'expérience dans les domaines du militaire et de l'administration, puisqu'il s'agissait des deux disciplines qu'elle avait pu aborder au contact de Seito.

Quelques rangs plus loin, Seito distingua la figure fermée du père Ukita et le visage replet de la mère. Comme beaucoup d'autres parents, ils avaient sacrifié la journée pour assister à cet événement. C'était, pour une famille de paysans, un acte assez fort d'abandonner pour un jour entier les charrues et les bêtes pour s'adonner à une activité extérieure à l'agriculture. Il s'agissait, somme toute, d'un sacrifice, ni plus ni moins. Seito était conscient de ça, et c'était d'ailleurs un des motifs qui avait favorisé le choix de cette date pour la remise des diplômes. Il s'agissait, non pas de "tester" l'attachement filial des habitants d'Itabei, mais de le mettre en valeur sous le symbole de la jeunesse s'épanouissant de la cité. Seito, qui croyait en le pouvoir des jeunes générations, avait lourdement insisté sur ce point, qu'il voyait comme un symbole essentiel.

Un des professeurs s'approcha de lui et, après s'être incliné, lui exposa le plan de la matinée:

"Il sera bientôt dix heures, Shuhan. Une fois votre discours terminé, vous serez chargé de remettre les certificats et les médailles, comme convenu. Ensuite, vous êtes invité à dire un dernier mot à nos élèves. Est-ce que ce déroulement vous satisfait.

-Parfaitement.

-Dans ce cas, bonne chance, monsieur."

A nouveau, l'homme s'inclina bien bas et retourna à la place qui lui était dévolue.

Seito sortit son discours de sa poche, et hésita un instant. L'anxiété avait complètement disparu. Il se sentait très léger, et heureux, face à cette foule joyeuse de son peuple rassemblée pour célébrer leurs enfants. Il roula en boule le papier, et le jeta par-dessus son épaule. Puis il se leva, et d'un pas décidé monta les quelques marches de l'estrade. Le silence se fit alors qu'il marchait en direction du pupitre. Quand il y arriva, toutes les oreilles étaient prêtes à l'écouter. Il prit une inspiration, jeta un dernier regard en direction d'Ineko, et commença son allocution:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gekei Ao
Informations
Grade : Genin
Messages : 777
Rang : C

Diplôme [Personnage Secondaire] Empty
Message(#) Sujet: Re: Diplôme [Personnage Secondaire] Diplôme [Personnage Secondaire] EmptyJeu 6 Oct 2016 - 18:34

"Mes chers compatriotes, chers parents, chers enfants,

"Il s'impose de vous saluer d'abord, je pense. Cependant, permettez-moi de passer légèrement sur ces formalités, pour une fois. Car, si ces rituels du quotidien sont l'usage, et si nous y sommes très bien habitués, je pense qu'il est d'autant plus important de ne pas nous attarder dessus, surtout en une journée exceptionnelle comme celle-ci. L'événement que célèbre Itabei, le glas qui retentit aujourd'hui dans toutes les rues, jusqu'aux maisons les plus éloignées de nos remparts, c'est celui du succès de la jeunesse.

"Vous n'êtes pas sans ignorer, bien sûr, que nous fêtons aujourd'hui la fin d'un nouveau cycle du service militaire. Voilà maintenant deux ans que les jeunes de notre cité y sont convoqués, et au terme de cette période, très courte, encore, je pense pouvoir tirer des conclusions point trop hâtives. A la lumière de celles-ci, je peux dire que je suis satisfait, pleinement, du travail qu'entreprennent nos professeurs compétents aux côtés d'élèves non moins doués, et dotés de capacités rares. Le Shûkai peut être fier de sa jeunesse, qui saura apporte un sang frais et nouveau aux corps de son armée, peut être, mais surtout dans tous les domaines où elle s'implantera. Qu'il s'agisse du commerce, de la santé, de la recherche scientifique, de l'agriculture, de la culture, des relations avec l'étranger, ou même de l'administration, tous les champs de compétences et toutes les disciplines seront bientôt revigorés de ce sang neuf, plein de promesses qu'il saura tenir, j'en suis certain.

"Alors, je défie tous ceux qui osent répudier la province, tous ceux qui prétendent que notre éloignement de la capitale a fini par ternir notre efficacité, tous ceux qui jettent la pierre aux villes moins importantes, sous prétextes qu'elles sont arriérées, sous prétexte qu'elles sont pleines de lambins tout juste bons à produire de la nourriture que ces mêmes individus seront heureux de consommer, je défie tous ces hommes-là de venir aujourd'hui cracher leur venin de mensonges et de présupposés sur notre cité, quand elle resplendit de mille feux devant les prouesses de ses enfants !"

Ce dernier passage sembla plaire particulièrement, puisqu'il fut salué d'une salve d'applaudissements et de cris de joie dans l'assemblée.

"Trêve de chauvinisme. Vous n'êtes pas venus ici aujourd'hui pour entendre les louanges de votre cité, que vous connaissez déjà trop bien pour y participer activement. Non, il s'agit ce matin de donner la part belle à nos jeunes, qui ont su s'illustrer dans leur acharnement, dans leur assiduité dans leurs exercices, dans leur dévotion, enfin, à la cause de leur cité. Si je peux aujourd'hui affirmer une chose, je pense qu'il ne serait pas trop risqué de dire qu'Itabei est bien défendue. Et, chose plus honorable encore, s'il en est, elle a su élever ses enfants pour qu'ils deviennent les gardiens de ses portes, les yeux bienveillants de ses rues, les contreforts de ses remparts.

"Alors, maintenant, je m'adresse à vous, nos diplômés. Gardez en mémoire ces mots, car j'ai bon espoir qu'ils vous seront d'un certain soutien dans vos projets à venir. Il y a un peu plus de deux ans, j'ai eu vent de l'arrivée au Shûkai d'un individu lambda, somme toute assez banal, si ce n'est qu'il venait d'une contrée étrangère, d'un clan étranger, et donc qu'il apportait des connaissances et un pouvoir tout à fait inédits à l'Empire. Ce garçon a suivi une voie des plus singulières, sans jamais lâcher de vue son objectif: devenir plus fort, pour protéger la nation qui avait su l'accueillir. Il a gravi peu à peu les échelons, au fil des rencontres plus prestigieuses les unes que les autres. Il a vu la gloire, en a touché la surface du bout des doigts, avant de voir l'horreur. Il a assisté à l'attaque du Shozaichi et a réalisé toute la difficulté du métier de soldat. Il a vu la misère et s'est résolu à en colmater la brèche. Aujourd'hui, qui sait ce qu'il est devenu, et qui sait ce qu'il deviendra encore. Cependant, si vous ne pouvez connaître son nom, rappelez-vous au moins son histoire, car il me semble qu'il s'agit là d'un assez bel exemple de persévérance.

"Ne vous reposez pas sur vos lauriers ! Bien au contraire, sachez apprécier vos talents, ceux que vous avez développés, et apprenez comment les utiliser dans le quotidien, sans pour autant en abuser. Apprenez à distinguer les situations critiques, et à adapter vos compétences en fonction de cela. Utilisez vos pouvoirs, car on peut bien parler de pouvoirs, maintenant, pour le bien de votre entourage. Vous avez déjà été utiles à la communauté, pendant la mise en place des fondations de la bibliothèque. N'en avez-vous pas tiré un certain plaisir ? C'est l'écho de toute une cité reconnaissante, qui a alors tambouriné dans votre poitrine et vous a autant satisfaits. Alors, ne laissez pas ces talents se rouiller. Croyez-moi, vous n'en retirerez rien de bon.

"Je vous ennuie, je le sens, mais croyez-moi: je touche au mot de la fin. S'il est d'usage de vous mettre en garde, il s'agit aussi de vous féliciter, mais plus encore de vous remercier. Aussi, à tout le monde ici, je demande de remercier comme il se doit notre jeunesse de la protection bienveillante qu'elle nous offrira dans les années à venir. Puisse-t-elle grandir et s'épanouir plus brillante encore."

Seito s'inclina profondément devant le rang des jeunes diplômés, et il fut bientôt imité par l'ensemble de la foule rassemblée sur la place principale. Etrange spectacle que celui-ci. Etrange, mais non dénué d'une certaine aura impressionnante.

"Trêve de formalités. Nous attendons tous une remise de diplômes, je crois ? Inutile de vous faire languir plus longtemps, dans ce cas. Pour entamer cette cérémonie, j'appelle le major de la promotion, désigné suivant le conseil de ses professeurs: Ashikaga Tomoeru."

Un jeune homme monta sur l'estrade, acclamé par ses camarades et par la foule. Seito souleva les draps de velours qui recouvraient les récompenses, et se saisit d'un rouleau de papier scellé du cachet de la ville. Il le tendit au jeune homme, le gratifiant d'une tape sur l'épaule, plus fraternelle qu'autre chose. Puis, non sans une certaine solennité, il accrocha la médaille de bronze à la poitrine, et ce geste symbolique fut suivi d'une nouvelle vague d'applaudissements.

Les suivants défilèrent les uns après les autres devant le Shuhan, recevant diplôme et médaille d'une main tremblante, pour la plupart, quand elle n'était pas déjà humide des larges épongées à la va-vite. Une main, seulement, resta impassible au recevoir de ses récompenses. Quand Ineko se présenta devant lui, Seito la gratifia d'un clin-d'oeil complice, auquel elle répondit par un sourire non pas emprunt de timidité, comme à son habitude, mais d'une fierté noble.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gekei Ao
Informations
Grade : Genin
Messages : 777
Rang : C

Diplôme [Personnage Secondaire] Empty
Message(#) Sujet: Re: Diplôme [Personnage Secondaire] Diplôme [Personnage Secondaire] EmptySam 8 Oct 2016 - 14:49

La cérémonie se conclut sur une nouvelle ovation générale, alors que tous les diplômés de se tenaient sur l'estrade. Seito considérait l'opération comme un succès. Visiblement, un certain engouement avait résulté de son discours. Avec le ton qu'il y avait mis -il craignait d'ailleurs d'en avoir trop fait- il pouvait être certain d'avoir gagné des places dans le coeur de ses concitoyens. Ce n'était cependant pas le but qu'il visait. Il laissait la démagogie aux autres. Lui avait cherché à être sincère, et à simplement rendre à ces jeunes, qui avaient suivi un enseignement militaire somme toute basique, mais néanmoins éprouvant, avec une exemplarité remarquable, les honneurs qui leur étaient dus. Il n'y avait pas une parole qu'il avait prononcée qu'il ne pensait pas, et dont il n'avait pas la conviction intime.

Bientôt, la foule se dispersa dans les rues de la ville, bruyante, encore retentissante des échos de cette fête. Seito retourna, quant à lui, à l'intérieur de la Tour. Dans son bureau, il se laissa tomber sur son fauteuil, après avoir enlevé son manteau de soie verte. Ses yeux se fixèrent tout naturellement sur le cadran de la petite horloge posée devant lui. Il fronça les sourcils. D'un geste sec, il fit tinter la sonnette également posée sur son bureau. Aussitôt, un messager apparut sur la dernière marche des escaliers.

"Il n'y a eu aucun message pour moi ?

-Aucun, monsieur.

-Pas même un rendez-vous pris, ni quoi que ce soit de ce genre ?

-Non, monsieur.

-Ah. Bon, merci."

D'un geste de la main, il congédia le messager.

Il était frustré. Il pensait qu'Ineko viendrait directement le voir après la cérémonie. Il avait compté sans le facteur de ses parents. Bien évidemment, elle privilégierait sa famille à lui, dans des circonstances si personnelles. Il s'en voulait en fait plus d'avoir été suffisamment égoïste pour avoir estimé qu'il représentait un intérêt surclassant la famille dans les priorités d'Ineko plutôt que de n'avoir pas demandé à son assistante de le rejoindre après la cérémonie. En un sens, d'ailleurs, il était préférable qu'il ne l'ait pas fait. Mais maintenant, il était tout à fait incertain du moment où il pourrait s'entretenir avec la jeune fille. Il ne lui restait plus qu'à attendre dans son bureau qu'elle se présente pour le voir.

Il n'avait rien d'autre à faire, de toute façon, que de vaquer à ses occupations habituelles, qui consistaient principalement à travailler dans son bureau, sans le quitter, sinon pour aller s'aérer sur le toit-terrasse de la Tour. Il se plongea dans une pile de documents posée sur son bureau. Il s'agissait de comptes à valider, de taxes et d'aides à verser. Seito chaussa ses lunettes en demi-lune, et se plongea dans le travail. De cette manière, il arrivait, assez efficacement, il faut le dire, à s'échapper de l'emprise du temps. Son esprit était complètement absorbé par la tâche et il semblait oublier un instant qu'il dérivait lui aussi à travers les heures. Comme si ses pensées s'envolaient ...

Vers trois heures, cependant, il fut tiré de cette transe bureaucratique. Le même messager que le matin se présenta au haut des escaliers. Seito ne leva pas même le nez, et se contenta de dire d'une voix neutre:

"Faites-la monter."

Et en effet, un instant plus tard, Ineko se présentait à lui. Il se tira, cette fois, de son occupation, et leva les yeux vers la jeune fille. Elle avait l'air heureuse, épanouie. Ses cheveux roux flamboyaient avec plus d'ardeur que d'habitude, ses yeux pétillaient de malice et d'esprit.

"Vous n'êtes pas major de votre promotion ?

-Mes professeurs m'ont reproché mes absences. Trop de vagabondages avec le Shuhan, à leur sens.

-Pas étonnant. Vous vous êtes bien baladée pendant les derniers mois."

Ils sourirent. Ils retrouvaient la complicité qui leur était maintenant habituelle dans leurs échanges, et que Seito appréciait tant.

"Bon, il est maintenant temps d'entériner quelques petits détails. A propos de votre fonction ici, à la Tour.

-Mes voeux n'ont pas changés. Je souhaite toujours autant travailler à vos côtés.

-Eh bien, je rougirais presque. Mais, prenez un instant, je vous prie, pour réfléchir plus en détail à tout ceci. Vous avez maintenant un diplôme qui vous offre quelque position mineure dans l'administration de la ville, dans son fonctionnement. Vous avez voyagé avec moi, vous m'avez suivi en mission. Vous savez à quels dangers vous serez exposée, et je ne pourrai pas toujours être là pour assurer vos arrières. Je le dis pour vous: êtes-vous certaine de vouloir persévérer dans cette voie ?

-Avez-vous peur de ne pas pouvoir me faire confiance ?

-Non, aucunement. J'ai toute confiance. Cependant, je m'inquiète. Pour vous.

-Eh bien dans ce cas, ne vous inquiétez pas ! Je suis tout à fait apte à prendre soin de moi. Je sais prendre les bonnes décisions quand il le faut, et je pense être suffisamment vive d'esprit pour juger de quand il le faut.

-Alors, tout est dit."

Seito tendit la main à Ineko. Celle-ci sourit, et la serra d'une poigne volontaire.

"Félicitations, mademoiselle Ukita. Vous venez de prendre du grade. Ce n'est certes pas la meilleure situation dont on pourrait rêver, mais vous êtes probablement la meilleure dont cette situation puisse rêver. Alors, bonne chance, mais surtout bon courage. Le pire est encore à venir et ... J'aurai besoin de vous pour des affaires de la plus haute importance. Une crise attend le Shûkai, elle est même peut être déjà là. Nous aurons besoin de tout le monde pour y faire face, vous comprise.

-A votre service, monsieur !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Diplôme [Personnage Secondaire] Empty
Message(#) Sujet: Re: Diplôme [Personnage Secondaire] Diplôme [Personnage Secondaire] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Diplôme [Personnage Secondaire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Taki no Kuni-