N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia EmptyVen 23 Sep 2016 - 22:25

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia 5wfq4j
Le froid. Il te perturbe. Il te dérange. Pourquoi fait-il si froid ? Pourquoi est-ce tellement difficile d’ouvrir les yeux ? Tu ne te souviens donc de rien ? Non… Non. Doucement, image après image, la réalité te revient. Elle te cingle. Elle te frappe de toutes ses forces et t’obliger à t’incliner devant elle. A accepter l’aigreur de ce qui est et de ce qui a été. Tu bouges calmement les paupières et plie un doigt. Ton corps est faible et tu le sens. Et si tu le sens… C’est que tu es vivant. Un gémissement déplorable s’échappe de ton corps et d’un coup – elle te frappe. Insidieuse d’abord, puis s’intensifiant rapidement jusqu’à atteindre tous les seuils de ta résistance. La douleur. La pire de toutes. Celle que ne connaisse que les miraculés de ton espèce, ayant fui la mort. L’air rempli tes poumons et les battements de ton cœur accélèrent. L’homéostasie a été rompue, et ce au profit de ta vie. La conscience te regagne avec tellement de hargne – tu gémis une fois de plus, ta mâchoire se serre et les frissons de la mort s’accaparent déjà de toi.

Tu bouges les doigts. Discrètement. Un peu seulement. L’agitation. Autour de toi se trouve l’agitation. Pourquoi fait-il si froid ? Tu refuses. Tu veux lutter. Tu ne veux pas te laisser aller. D’un coup, ton corps s’agite. Un puissant spasme te traverse tandis que tu tentes désespérément de te relever, mais la lourdeur du poids de tes blessures te retient prisonnière de ton lit. Est-ce un lit ? Tu l’ignores. Une espèce de flou qui n’a rien à ton art envahi le monde autour de toi, et combien même tu el tente désespérément, tu n’arrives guère à ouvrir les yeux. Porter par la brise de la douce innocence stérile, tu ignores où tu es. Tu ignores la totalité de ton état – sinon une faiblesse extrême de ton corps. A tes tentatives médiocres de mimique, une solidité inhabituelle du visage te répond. Du sang séché ? Tu aimerais soupirer. Libérer la masse oppressant de la réalisation qui écrase tes poumons – pourtant tu n’y arrives pas. Respire. Respire. Concentre-toi sur ta respiration. Calme. Sereine. Qu’elle te maintienne en vie. Combien de sang as-tu perdu ? Par éclats. Par flash. Par retours. Tu revois le coup arriver sur toi sans aucune possibilité de faire quoi que ce soit. Tu revis la scène. Encore et encore. Tu reprends tes aises.

Doucement, tu commences à percevoir des voix autour de toi. Peu, mais toujours quelques-unes. Oui. Tu as échappé à la mort. T’en rends-tu compte ? La même qui a emporté ta femme sans te demander le moindre avis. La même qui t’a plongé dans ton chagrin. La même qui t’a plongé dans ta motivation. La mort. Seule et unique. Inexorable. Et pourtant tu lui échappes. Comme si le destin se moquait de toi. Doucement, tu bouges un doigt. Tu fronces un peu les sourcils. Pourquoi ne ressens-tu pas la moitié de ton visage ? Chaque déplacement est une douleur excruciante, mais tu ne peux t’en empêcher. Prouve-toi que tu vis ! Prouve-leurs que tu es vivant ! Amis ? Ennemis ? Tu ne le sais pas. Tu n’as pas la force de le découvrir. Arriveras-tu à bouger tes mains pour faire ne serait-ce qu’un mudra ? As-tu encore du Chakra ? Tu essayes une fois de plus de soupirer, mais seul un léger souffle s’échappe de ta bouche. Tu es en vie. Tu es en vie. Tu le sais. Ils le savent. Advienne ce qu’il adviendra. Ta langue sera peut-être adage suffisant pour ta survie ? Après tout… Tu sens le sommeil revenir. Pourquoi ? Pourquoi ?! Tu luttes. Encore. Toujours. Tu luttes pour préserver ta vie.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia EmptySam 24 Sep 2016 - 17:49



Tenue:
 

♦ Je vais le tuer... - grogna Rukia, allongée dans son lit.

La Conseillère profitait d'un moment de calme dans son après midi pour se reposer, ces derniers jours n'étaient pas de tout repos entre son poste de Conseillère et son armée à gérer. Pourtant, alors que Rukia se laissait gagner par un sommeil salvateur, une personne vint tambouriner à sa porte, la martelant de coups et l’appelant à travers l'épaisse couche de bois. Le jeune femme se leva, s'habilla d'un simple kimono de soie rouge et or ainsi que d'une ceinture de corde où était attaché un sabre de haute facture.

La Katsuga ouvrit légèrement la porte, découvrant un samouraï qui s'empressa de s'adresser à elle,

♦ Madame, des soldats de Kumo sont arrivés en urgence, un de leurs hommes est gravement blessé, je ne veux pas déranger le Daimyô pour ça donc c'est vers vous que je me tourne, je les ai redirigés vers l'aile de soins.

La Samouraï soupira, elle se doutait de ce qui se passait, c'était la suite logique des événements qui s'étaient déroulés à la frontière du pays du Fer. En hâte, Rukia traversa les couloirs du palais, son long kimono flottant derrière elle. Le visage impassible et la posture fière, la Conseillère arriva rapidement dans l'aile du palais dédiée aux soins médicaux.

Sur place elle découvrit trois hommes, dont deux qu'elle pouvait facilement reconnaître. C'était Daï qui se retrouvait allongé sur le lit, le visage tuméfié et presque déformé par un violent impact au niveau de la tempe, à son chevet se trouvait un sbire de Kumo et surtout le Raikage lui même.

Lorsque les yeux de la Samouraï se posèrent sur Manzo, cette dernière s'inclina respectueusement, la dernière fois qu'elle avait vu cette homme c'était lors d'un discours où un prisonnier avait été puni en publique à la surprise générale.

♦ Raikage-sama. - souffla Rukia, après s'être redressée elle se tourna vers ses hommes. - Réunissez nos meilleurs médecins et je veux qu'on s'occupe de cet homme immédiatement, c'est une priorité.

La Katsuga s'approcha du lit où était étendu Daï, du bout des doigts elle attrapa la pointe du menton du Bakushô et lui tourna délicatement le visage pour mieux observer sa blessure. La force appliquée sur ce coup devait être stupéfiante, la jeune femme leva alors les yeux vers Manzo, une main toujours posée sur le manche de son katana.

♦ C'est l'oeuvre de Yanosa n'est-ce pas ? - demanda Rukia l'air grave. - Que s'est-il passé ?

La Conseillère était probablement la mieux placée pour reconnaître ce genre de blessures, après son propre combat contre cet homme, il avait laissé son corps d'un piteux état et marqué par un sceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gogyou Jotaro
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 2094
Rang : S

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia EmptyMer 28 Sep 2016 - 17:22

Tout était cauchemardesque. Le Nanadaime savait que cette situation était une possibilité, mais il n'aurait jamais cru qu'elle se produirait. A-t-il sous-estimé ses hommes ? Surestimés, l'Empire ? Il ne savait plus vraiment quoi penser à l'heure actuelle. Des centaines de questions et d'informations parcouraient son cerveau qui était en ébullition a force de réfléchir. Néanmoins, l'heure n'était pas à la réflexion, mais bien à l'action. Le trio de Kumojin s'était envolé haut, très haut pour ne pas être perçu par les senseurs des différents pays qu'ils allaient traverser. Le but premier était d'atteindre Tetsu no Kuni le plus rapidement possible, tout en stabilisant le Bakushô. Quel scénario presque incroyable ! Un Kage Kadoria sauvant la vie d'un Bakushô, son père ne l'aurait jamais cru s'il lui racontait cette histoire. Le plus dur était passé pour l'Ombre, mais il observait attentivement le médecin qui était près de Dai. Il continuait sans relâche de soigner le manipulateur d'argile qui restait tout de même dans un état critique. La plaque de terre offrait une certaine stabilité permettant au doc de s'en sortir dans ses différentes interventions. La sueur perlait à grosses gouttes sur son visage, mais rien ne l'arrêtait. L'ordre du Kage avait été très clair et il ne voulait pas décevoir l'homme fort de Kumo. Quant à ce dernier, il se sentait anormalement faible. Il avait consommé une grande quantité de chakra en un très court laps de temps, et même s'il utilise quotidiennement l'Hiraishin, le fait de traverser une aussi grande distance l'a fatigué au plus haut point. Il essayait tant bien que mal de ne pas le montrer, mais ce genre de fatigue physique est difficilement camouflable.

Heureusement pour l'escouade, le vol se passa correctement. Dai revenait peu à peu à lui et il n'y avait eu aucun obstacle ou interférence. Le maître de la gravité descendit en piqué afin d'obtenir une vision globale de leur position. Au vu des terres, ils étaient presque à la frontière de Tetsu no Kuni. N'ayant pas une minute à perdre, Manzo puisa dans ses réserves afin de prolonger sa déformation de la gravité pour voler directement vers le Palais du Daimyô. Après quelques dizaines de minutes supplémentaires, le trio se posa en douceur devant les portes du Palais où les gardes furent un peu intimidés et étonnés de voir trois hommes arriver. Un peu essoufflée, la septième Ombre de Kumo prit la parole.

« Toutes mes excuses pour cette visite surprenante et pour ne pas avoir eu l'occasion de m'annoncer. Moi, Kadoria Manzo, Nanadaime Raïkage, requiers votre aide. Vous devez impérativement aider cet homme qui est au bord de la mort. »

Un garde s'empressa d'ouvrir la porte et de guider les trois hommes vers l'aile dédiée aux soins médicaux. Le trio activa le pas pour soigner au plus vite le Bakushô. L'autre garde transmit alors la requête d'aller quérir quelqu'un au plus vite pour annoncer la venue des Kumojins. Rapidement, Dai fut placé sur un lit et le médecin Kumojin continua ses soins en attendant l'arrivée de l'équipe médicale Tetsujin. Le manipulateur de la gravité, lui, se tenait à l'écart, plus en retrait. Une jeune kunoichi fit alors son apparition dans la salle. Katsuga Rukia. Conseillère du Daimyô. Arrivant au niveau du dirigeant de Kumo, elle s'inclina respectueusement en guise de salutation. Elle s'occupa très vite de donner des ordres pendant que Manzo se remémorait les divers rapports qu'il avait entendus. C'était cette femme qui avait tenu tête à Yanosa lors d'un duel quand il s'est montré à la frontière de Tetsu. Sortant le Kadoria de ses pensées, la conseillère lui demanda si c'était l'œuvre de Yanosa et bien entendu, ce qu'il s'était passé.

« C'est, en effet, l'œuvre de cet homme que l'on nomme Seigneur de Guerre. Après son altercation avec vous, j'ai voulu montrer à lui et son Empire qu'on ne peut défier un allié sans en subir les conséquences. Une équipe de trois Kumojins a été envoyée secrètement à Kusa pour endommager au mieux le pays. Néanmoins, le trio a rencontré des problèmes. Yanosa et une femme aux cheveux roses se sont interposés. La bataille a été rude et je n'ai pu sauver que deux des trois Kumojins envoyés à Kusa. Je vous remercie vous et Tetsu de nous accueillir et de soigner cet homme. Au vu de sa condition, il m'est impossible de le ramener avec moi à Kumo et de ce fait, j'aimerais qu'il reste à vos côtés, le temps que sa santé lui permettre de revenir dans son village. Je vais m'entretenir avec votre Daimyô si celui-ci est disponible. Je vous confie Bakushô Dai et vous remercie encore. »

Alors que l'homme s'apprêtait à partir, il sortit de sa manche la petite grenouille de Daï et la tendit à Rukia.

« Permettez-moi de vous offrir ceci. C'est un petit animal qui a sur lui différents sceaux. Si jamais les choses tournent mal à Tetsu, je viendrais vous assister dans votre combat. »

L'homme plongea sa main dans la poche de son long manteau pour y attraper son paquet de cigarettes. Il commençait doucement à se diriger dehors pour s'accorder une brève pause avant de reprendre son rôle de Nanadaime Raïkage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia EmptyJeu 29 Sep 2016 - 18:30



Rukia était heureuse de pouvoir rencontrer le Raikage malgré les circonstances, elle avait tant de choses à lui dire mais pour l'instant d'autres questions lui brûlaient les lèvres, la jeune femme attrapa la grenouille couverte de sceaux en s'inclinant en guise de remerciements, grâce à sa maîtrise du Fûinjutsu elle pouvait facilement reconnaître le sceau du Hiraishin qui lui avait montré Shirudo, les autres étaient encore un mystère.

La Conseillère n'apprécia pas que Manzo formule le souhait de rencontrer le Daimyô mais elle ne laissa rien paraître, elle espérait même pouvoir être présente lors de cette discussion car elle pourrait trouver des motifs de rencontre à présenter sur son faux message qu'elle réservait à Musashi pour plus tard. La Samouraï regarda une dernière fois le kumojin allongé sur le lit alors qu'autour plusieurs médecins se préparaient à faire tout leur possible pour le sauver, puis elle suivit le Raikage hors de la pièce.

♦ Raikage, je suis très reconnaissante de voir la rapidité avec laquelle Kumo a réagi à la présence de l'Onshi à nos frontières, voilà qui me prouve que vous êtes un allié de confiance et sachez que vous pouvez tout autant compter sur nous pour vous porter notre aide, je suis navrée d'apprendre la perte de vos hommes, l'Empire paiera le prix fort pour cela, il est évident que nous nous occuperons de Daï, j'ai fait sa connaissance quand j'étais en garnison à Kumo, c'est un homme bien et il aura droit aux meilleurs soins possibles. J'aimerais savoir ce qu'il s'est passé à Kusa, avec plus de... Précisions si vous le voulez bien. - demanda calmement la Conseillère.

En effet, la Katsuga devait savoir dans quel état était Yanosa, peut-être qu'aujourd'hui l'occasion de partir le rencontrer se présentait à elle, il était affaibli voir gravement blessé, des conditions favorables pour lui proposer un marché qui serait plus à son propre avantage. Mais pour l'instant elle devait aussi s'occuper convenablement de l'Ombre de la Foudre, la personne la plus importante de Kaminari à ses yeux.

♦ Je suis tout à fait capable de vous mener à notre Bugyô, Raikage-sama, je pense qu'il trouvera un moyen de vous recevoir immédiatement, sinon je m'occuperais personnellement de prendre toutes vos requêtes et questions pour lui transmettre. - dit-elle en s'inclinant à nouveau.

Rukia se mit alors en route, marchant à vive allure à travers les couloirs du palais de Bukkeyashiki. Il ne fallut que quelques minutes pour guider le Kage jusqu'aux portes du bureau du Daimyô, devant étaient postés deux imposants samouraïs à l'armure noire qui s'inclinèrent en voyant la Conseillère arriver.

♦ Nous devons voir le Daimyô sur le champs. - réclama Rukia d'un ton ferme et autoritaire.

Il ne restait plus qu'à savoir si oui ou non le chef de Tetsu était apte à recevoir le Kage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia EmptyDim 2 Oct 2016 - 23:02

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia 5wfq4j
Quelque chose te pique. Une autre chose t’irrite calmement. Doucement, tu tentes d’ouvrir tes yeux… Non. Ton œil. L’un refuse de s’ouvrir malgré tous les efforts que tu sembles y placer. Respire. Respire. Respire ! D’un coup sec, tu inspires profondément et, au même instant, ta conscience émerge. Mal. Tu as terriblement mal. Le grognement que tu pousses en t’asseyant d’un coup fait sursauter la totalité des médecins à ton entourage. Où es-tu ? Ce n’est pas Kaminari. Ce n’est pas l’hôpital de Shigeru. Alors ? Tu tournes la tête vers la droite, mais bien trop rapidement – ton monde entier commence à tourner et tu es pris d’un violent vertige, t’obligeant à user de tes deux bras pour te soutenir. Cette sensation est horrible. Désagréable au possible. Cruelle. Ton corps, tu as l’impression qu’il ne t’appartient plus. Que ce n’est plus ce qui était. Que ce n’est plus ce qui devrait être. Malgré les rotations dans ton crâne, tu arrives à arracher à un médecin que vous vous trouvez à Tetsu. Fermant les yeux brièvement, tu détectes et le Raikage et Rukia. Au moins, tes capacités ne semblent pas être trop atteintes – et ce malgré un œil qui dysfonctionne.

Péniblement, tu te lèves en repoussant avec hargnes les médecins qui s’opposent à tes mouvements. Qu’ils aillent tous se faire enfler à Shimo. Les informations que tu as, tu crois qu’elles sont essentielles. Tu veux croire que c’est le cas… Non. Quoi qu’il advienne, il faut que tu fasses ton rapport. Où sont les deux autres ? Tu ne les détectes pas. Morts ? Non. Tu refuses d’y croire. Es-tu le seul rapatrié derrière une victoire ? Les pensées s’enchaînent dans ton esprit, et tu es incapable de pense de façon cohérente ou logique. Quelle est l’étendue exacte des dégâts ? Tu aimerais secouer la tête, mais tu sais que ça signera une perte de connaissance. Faible. Actuellement, tu demeures faible. En prenant appui sur tes deux bras, tu tentes de te lever. Calmement. Encore un peu. Encore… Brusquement sur la fin de ton geste, tu te repousses du lit sur lequel tu étais allongé et titubes sur quelques pas avant de récupérer un semblant de stabilité, seulement pour te sentir tomber. Est-ce déjà la fin ?

Non ! Alors que ton corps commence à s’affaisser, récupérant encore difficilement des blessures que tu as subies et qui mériteraient encore d’être soignées, deux médecins te rattrapent et te portent presque. Levant la tête, tu essayes de ton seul œil valide à trouver la direction de ton trajet : le lit.

« Non… Je dois… Parler au Raikage… »

D’un mouvement de la tête, ils se regardent, semblent acquiescer tous les deux. Oui ! Ton succès. L’un des maigres. Ils t’aideront à rattraper l’Ombre de la Foudre pour que tu transmettes tes informations, après quoi… Tu retourneras aux soins. Doucement. Pas après pas. Ton corps semble se réhabituer à une vitesse folle. La durée de ton inconscience n’a pas été longue donc, certainement. C’est déjà ça. Tu soupires. Tu souffres. Tu respires. Jusqu’où ? Jusqu’à quand ? C’est l’absence d’informations sur cet affrontement qui a pêché. C’est l’absence de ce petit quelque chose. Visiblement, le Raikage avait raison… Tu es plus un politicien qu’un combattant. Et dans le feu de ton impulsion et e ta détermination, tu sais qu’il faudra que tu prennes des avants belliqueux pour ne jamais finir dans cette situation à nouveau. Peut-être que Hak accepterait de… Tu soupires une fois de plus. Pourquoi est-ce que quelque chose pulse tellement fort dans ton crâne ? C’est à avoir envie de s’arracher la tête pour que cela s’arrête. Brusquement, tu t’emportes et envoie valser les deux médecins qui te rattrapent aussitôt. Dès que tu clignes des yeux, tu revoies Kusa. Le sang. La mort. Tes mains tremblent et ton corps s’affiche frêle, pourtant tu avances dans ta conviction, jusqu’à croiser la jeune femme et l’ombre devant de grandes portes – on t’indique que c’est celles du Daimyo.

« Je… Raikage-sama ! J’aimerai… Comment vont les autres ? Que s’est-il pass…é ? Je… J’aimerai faire mon rapport. Avant que les soins ne soient amenés à continuer. C’est… Urgent. »

A tes côtés, les deux médecins semblent secouer la tête mais tu n’en as que faire. Il faut que tu prennes des devants maintenant pour éviter ce genre de drame. Si seulement vous pouviez aller vous asseoir quelque part que tes putains de jambes de merde arrêtent de trembler avant que tu ne t’emportes et décide de les exploser avec tes dons claniques ! Il le faut. Il faut que tu tiennes. Il faut que tu… Tu inspires calmement, attendant la réponse de l’ombre. D’où te vient cette impulsivité ? Tu te le demandes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gogyou Jotaro
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 2094
Rang : S

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia EmptyMar 11 Oct 2016 - 15:34

Lentement, l'homme fort de Kumo se dirigeait vers la sortie du palais pour prendre une grande bouffée d'air, ainsi qu'une bonne cigarette avant de reprendre ses activités de Kage. La journée avait été longue et rude pour Manzo. Son chakra avait grandement diminué en l'espace de quelques minutes et son corps était faible suite aux nombreux Hiraishin effectués. Le repos allait être nécessaire pour l'homme qui transforme la mort en vie. Cependant, cette pause n'avait pas lieu d'être, car la conseillère du Daimyô venait tout juste de rejoindre le Kadoria. Une voix suave et déterminée interpella donc le leader des nuages. Des remerciements, une promesse de vengeance, une alliance solide et la prise en charge de Daï. C'était un résumé concis, mais clair. La jeune demoiselle voulait savoir avec précision les événements de Kusa pour une raison qui échappait au Raïkage. Celui-ci hésita un court instant, avant de finalement prendre la parole.

« Je suis reconnaissant aussi pour ce que vous faites pour mes hommes et pour mon village. Néanmoins, je dois vous avouer que je vous ai tout dit sur ce qu'il s'est passé à Kusa. Je suis moi-même arrivé après la bataille, ramassant mes hommes avant qu'un ultime coup leur soit asséné. Je n'avais que très peu de temps devant moi si je voulais sauver mes hommes. Cependant, de ce que j'ai pu voir et analyser, le duo Kusajin n'était pas dans le meilleur état possible. Le Seigneur de Guerre semblait se maintenir debout par la simple force de sa volonté et la jeune demoiselle se tenait près des renforts Kusajins qui l'épaulaient. Je n'ai qu'entr'aperçu quelques dégâts sur des bâtiments voisins de la zone de combat de l'impérial seigneur de guerre, mais ce sont-là, les limites de ma connaissance. Nous allons devoir patienter jusqu'au réveil d'Otoke ou de Daï pour en savoir plus. »

Beaucoup de mystères entourent cette attaque de Kusa. Qui est cette jeune femme aux cheveux roses ? Serait-ce une Jisetsu comme le laisse penser le dernier message de Kamikaze ? Comment est-il mort ? Sans cadavre, le nécromant ne peut analyser les circonstances entourant sa mort. Est-elle si puissante que ça cette Jisetsu ? Le Nanadaime réfléchissait longuement sur tout cela. Il n'avait pas su anticiper qu'un protagoniste aussi puissant puisse faire pencher la balance du côté de l'Empire. Serrant son poing, le Raïkage s'en voulait. C'était son rôle de calculer tous les facteurs pouvant modifier l'équation que représente cette guerre. Quoi qu'on en dise, la bataille de Kusa est un échec pour Kumo, un échec qu'il faudra assumer, seul.

De nouveau, la voix de la conseillère sortit le maître de la gravité de ses pensées. Elle indiqua à l'Ombre de la foudre qu'elle nous escortera jusqu'au Daimyô et si celui-ci ne peut recevoir Manzo, elle s'occupera de transmettre les informations. Par un simple signe de main, le manipulateur de la gravité accepta et se laissa guider par Rukia. Après quelques minutes, le duo était devant le bureau du Daimyô, mais après un salut respectueux des gardes, ces derniers prirent la parole.

« Raikage-sama, Rukia-sama, nous sommes désolés, mais le Daimyô est actuellement en train de régler une tâche urgente et personne ne doit le déranger d’après ses ordres. »

L’homme fort de Kumo se tourna vers Rukia.

« Ainsi soit-il. Ma visite n'était rien d'autre qu'une visite de courtoisie dans tous les cas. Je voulais saluer le Daimyô, lui expliquer la situation et le remercier pour son aide. Je compte sur vous Rukia pour transmettre ce message, comme vous me l'avez proposé tout à l'heure. Je vais donc me retirer, car je ne peux laisser Kumo sans son Ombre pendant très longtemps. Je vous remercie encore pour le soutien de votre peuple jeune conseillère. »

Alors que le Raïkage s'apprêtait à se téléporter, une voix qu'il connaissait l'interpella. Se retournant, il vit Bakushô Daï soutenu par deux médecins. Ce dernier demanda des nouvelles de ses homologues et il voulait rapidement faire son rapport, car c'était urgent.

« Ne fais pas trop d'effort, il y a quelques heures, tu étais sur le point de mourir. Tu dois te ménager Daï. Nous allons discuter de tout cela dans la pièce où tu étais allongé. Tu seras plus à même de me faire ton rapport qu'ici en tenant à peine debout. »

D'un pas décidé, Manzo s'approcha de Daï pour lui poser le même sceau qu'auparavant afin d'alléger son poids pour que les médecins le transportent plus facilement. Une fois que le Bakushô était allongé, le Kadoria prit la parole.

« Otoke est actuellement à l'hôpital de Kumo entre les mains des meilleurs médecins. Je suppose que Shigeru doit le soigner à l'heure où nous parlons. Je suis arrivé à temps grâce à mon Hiraishin pour le ramener à Kumo et croiser, par la même occasion, Oterashi Yanosa. Celui-ci était en mauvais état, mais je ne disposais pas du temps nécessaire pour vous sauver et l'affronter. Pour ce qui est de Kamikaze… Lorsque je suis arrivé, il ne restait qu'un parchemin par terre, ses vêtements et aucune trace de son chakra dans les environs. Il est, malheureusement, tombé au combat… »

Marquant une brève pause, l'Ombre reprit.

« Ne me fais pas un rapport détaillé, tu dois vite te faire soigner, alors va droit au but et nous verrons les détails quand tu iras mieux. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia EmptyMar 11 Oct 2016 - 16:03



L'absence du Daimyô était une soulagement pour la samouraï, il n'y avait pas pire moment pour que les deux hommes se voient, vu la nature du plan de Rukia pour tendre un piège au leader du Fer, cette rencontre aurait pu poser de nombreux problèmes. Alors que la jeune femme s'apprêtait à répondre au Raikage, elle vit apparaître Daï au détour d'un couloir, soutenu par deux médecins.

Le Bakushô voulait s'entretenir immédiatement avec son supérieur qui ne déclina pas sa requête et l'invita à retrouver son lit pour poursuivre cette discussion. En silence, la Conseillère emboîta le pas de l'Ombre de la Foudre jusqu'à l'aile médicale et se plaça dans un coin de la pièce, la posture droite et son regard perçant posé sur la victime de Yanosa.

Rukia aussi voulait entendre le rapport du shinobi, il devait en savoir beaucoup plus que Manzo et ses informations pourraient êtres précieuses. Sans dire un mot elle écouta ce que Daï avait à raconter, ne perdant pas une miette des informations qu'il avait à offrir, les détails du combat et l'état de Yanosa, voilà ce qui l'intéressait au plus haut point.

Une fois le rapport de Daï terminé, Rukia s'approcha du jeune homme et de son Kage toujours à son chevet.

♦ Ne vous inquiétez pas Manzo-sama, je vais personnellement suivre l'évolution des traitements de votre ninja. - Le regard de Rukia dévia sur le politicien. - Daï, reposez-vous maintenant, vous avez fait votre devoir.

Sur ces mots, Rukai s'inclina devant le Raikage et adressa un dernier sourire au Bakushô, avant de quitter la pièce elle demanda à ce qu''un rapport détaillé et quotidien sur l'état de la victime lui soit envoyé, elle rappela que le jeune homme était une priorité et annonça à tous qu'elle se retirait dans ses appartements, et que tous pourraient la joindre là-bas en cas de problèmes.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Sun
Informations
Grade : Genin
Messages : 918
Rang : C

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia EmptyMer 12 Oct 2016 - 0:24

Mort ? Proche de la… Ces paroles résonnent, creuses, dans ton esprit. Est-ce là où tu étais pendant tout ce temps – entre les deux mondes ? De glaciaux frissons parcourent ton dos, te faisant réaliser avec brutalité l’amertume du bilan. Si tu es réduit à cet état… Tu avales ta salive, manquant de t’étouffer avec cette dernière, récupérer de justesse par l’un des médecins. Chaud. Quelque chose de chaud. Ton sang. Le sens-tu couler des blessures à ton visage, rouvertes devant tes efforts ? Tu es irresponsable. Intarissable. Intransigeant. Ton état, fébrile et faible, ne te laisse guère trop tergiverser et lorsque le Raikage applique sa main sur toi, ton cœur se fige. Léger. Tout est si léger… Est-ce ta mort qui viens t’emporter ? A-t-il choisi de te sédater de la pire des façons ? Il n’y a aucun rationnel derrière ta réflexion, et la confusion et la crainte de retourner dans l’entre-deux te paralyse presque. Ta respiration s’accélère et son souffle saccade, marquant d’importants pauses. Sans attendre, tel l’objet inerte que tu es en train de devenir, les médecins te raccompagnent dans ton lit à la demande du Raikage.

Allongé, tu sembles récupérer quelque peu tes moyens, la crise d’angoisse tellement improbable au simple contact humain passant avec accalmie. Les paroles du Raikage. La mort de Kamikaze et les dégâts d’Otoke… Le bilan est-il tellement lourd ? Et si tu étais le coupable ? Une fois de plus, une sensation de malaise et de panique t’envahie ! Après tout, tu es celui qui a… Tu clignes des yeux à trois reprises, comme pour te forcer à réfléchir. La peur. Ça doit faire depuis la mort de ta femme que tu ne l’as pas ressentie aussi forte. Cette amertume et aigreur combinée qui te fais tout remettre en question. Qui te laisse entendre que la solution de facilité serait la mort, finalement. La douleur de devoir vivre avec la conscience plus lourde encore… La faiblesse. Tu n’es qu’un faible. Tu le réalises enfin. Tel un parasite, la sensation s’étend en toi. Faible. Faible. Il faut que tu progresses, pauvre con ! Si seulement tu pouvais bouger pour arriver à quoi que ce soit… Tu inspires calmement.

« Le palais il… Etait déjà détruit de longue… Date. Nous avons récupéré des infor… des données sur le pays et… Pris la décision d’attaquer un autre point central. Mais nous l’avons ressenti… Il… Yanosa… Il… Hiraishin. Ca ne peut être que… Ca. Il est rentré en un coup d’éclair… Nous… Il a contre-attaqué à mon explosion et… Senseur. C’est un senseur. »

Si tu essayes de placer de l’ordre dans ton récit, tu sais pertinemment que tu n’y arrives guères. Parler te fatigue excessivement. Une fois de plus tu essayes d’inspirer, mais les médecins semblent s’agiter autour de toi et tu choisis le silence. Tu feras un rapport plus détaillé sur les évènements de Kusa ultérieurement… Même dans cet état, tu sais que Kamikaze étant mort, c’est à toi que revient cette tâche. Otoke n’a… Il ne le fera jamais. Devant ton silence nouveau, Rukia s’approche pour t’accorder quelques paroles douces, et les médecins signalent rapidement qu’il serait préférable que tu demeures à Tetsu quelques jours, le temps de récupérer ne serait-ce qu’un peu. Tetsu. C’est donc là que tu te trouves. Tu secoues délicatement la tête. Avais-tu déjà oublié ?! Pourquoi es-tu si léger ? Est-ce la mort qui vient ? Brusquement, tu essayes de t’agiter sans succès… Lourdes. Tes paupières semblent lourdes. Il ne te faut que quelques instants pour t’endormir, devant les propos rassurants des médecins qui assurent que cela ne te fera que du bien. Objet. Chose. Ce n’est même pas à toi qu’ils parlent. Ce n’est même pas…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty
Message(#) Sujet: Re: Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Respirer un air de neuf ft. Kadoria Manzo, Katsuga Rukia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Tetsu no Kuni-