N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Retravailler les infrastructures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Chroniqueur
Informations
Messages : 1508

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyMer 13 Juil 2016 - 18:57


RETRAVAILLER LES INFRASTRUCTURES

CONTEXTE

    Pour qu’un établissement soit fonctionnel, il doit avoir une infrastructure fonctionnelle. Afin d’améliorer les services donnés par l’hôpital, que cela soit du domaine de la santé ou du domaine de la recherche, la direction a décidé de retravailler l’infrastructure du bâtiment, nécessitant notamment sous les chambres réconfortantes des patients des salles insonorisées, sécurisées, des locaux pour aménager le matériel médical et de quoi mener des expériences dans le plus grand secret.


RÈGLES
    Ø Rappel du contexte : http://www.shinobinohattan.com/t19514-developpement-aptitudes-defense-et-hopital-konoha#155996
    Ø Aucun ordre de poste, aucun délai, aucune restriction : soyez justes au taquet pour finir l'amélioration le plus rapidement possible !
    Ø Pour valider ce RP, il faut que MINIMUM six RPs soient postés. Peu importe qui, peu importe combien : votre personnage peut être assigné à plusieurs objectifs au fil des jours. À noter que si les six RPs ont été postés et que vous voulez participer quand même, rien ne vous empêche de poster. Plus il y en a, mieux c’est !
    Ø Si soucis ou interrogation, contactez @Hayashi Kihran ou @Aburame Mizuki.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyLun 18 Juil 2016 - 20:03

L'hôpital de Konoha possédait une grande renommé de part son savoir faire et son personnel compétent mais il était capable d'être plus optimisé encore et pour cela il lui fallait une infrastructure adaptée.
Bons nombres de pièces avaient été créées en sous sol sans pour autant être aménagées de façon fonctionnelles. J'étais donc chargée de rassembler des ouvriers pour en faire la réfection et de moi même aider aux transports de matériels en vu de son stockage.

J'avais rassemblé des artisans qui travaillaient déjà en cette heure matinale. Cela prendrait du temps pour atteindre l'objectif fixé mais puisque cela n'empêchait pas le bon fonctionnement de l'hôpital ce n'était pas important.

Un laboratoire devait également y être intégré et cela dans le plus grand secret pour y mener des expériences dont les résultats resteraient entre ses murs hormis la communication avec les grandes instances bien évidemment.

Ce dernier point ne me plaisait pas vraiment car j'imaginais déjà des tests pratiqués sur cobayes mais tant que cela restait sur des prisonniers cela ne me dérangeait pas. Il nous fallait progresser dans nos moyens et nous devions en passer par là pour assurer l'expansion du village et de son institution médical.

J’enchaînais les missions depuis quelques temps et aider le village tout en restant sur place me convenait tout autant : a dire vrai je préférais même cela. L'important était d'apporter ma contribution à ma patrie.

Cela faisait quelques heures déjà que je m'activais à déplacer du matériel au sous sol dans une salle de façon temporaire, le temps que les travaux d’aménagement du reste soit terminé pour qu'ils puissent être placés ailleurs. En attendant, cela faisait gagner de la place aux étages supérieurs.

J'étais rarement venue dans l'hôpital et étais surprise par son envergure. D'extérieur il était déjà assez impressionnant mais l'intérieur l'était tout autant. Je croisais beaucoup de personnels soignants que je saluais respectueusement ainsi que du personnel à l'entretien pour lesquels je faisais de même. J'avais un profond respect pour les personnes soignants des gens ou sauvant des vies mais j'en avais tout autant pour ceux qui faisaient le ménage... Il n'y avait qu'à voir l'état de mon appartement... Si j'avais les moyens, je ne me ferais pas prier pour en engager un parce que je détestais le faire... Ce n'était pas sale mais plutôt bordélique... Le genre qui prend un vêtement et qui en change en cours de journée tout en balançant l'ancien sur le dossier du canapé ou sur une chaise... Par naturel ou par flémingite aigüe... Même le meilleur des médecins d'ici ne saurait me guérir de ça...

Poursuivant mes allers et retours en imbriquant parfaitement les divers matériels pour gagner un maximum de place me laissant l'impression de jouer à un jeu, je faisais ensuite le tours des ouvriers que j'avais commissionné pour vérifier leur travail. Je ne jouais pas l'inspectrice des travaux finie – et d'ailleurs je n'y connaissais rien pour le faire – mais j'observais tout de même pour être certaine qu'il ne bâclerait pas leur main d’œuvre ! Les travaux étaient importants et devaient tenir sur le long terme et non pas pour tout re-déménager d'ici quelques années afin de tout recommencer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Shigo
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyLun 18 Juil 2016 - 23:17

    Et parmi ces ouvriers volontaires, on pouvait retrouver notre jeune Yamanaka. Pourquoi cela ? Pour deux raisons. La première est qu’il donnera l’impression de s’impliquer pour le village, d’être intéressé par son sort et solidaire de sa patrie. Pour un ancien soldat de l’armée de Makka, ça pouvait lui faciliter son intégration et une meilleure perspective de carrière, avec un salaire plus grand et de nouvelles possibilités.

    Mais à la réalité, il n’agissait que pour son propre intérêt. D’abord pour la fausse image de lui-même qu’il donnera aux autorités du village, et ensuite pour connaître plus en avant l’hôpital. L’hôpital, mais surtout son contenu, son plan et ses accès. On parlait de laboratoires souterrains sans que le grand public ne connaisse les projets qui y seront élaborés. Et si l’une des expériences intéresserait le Yamanaka ? Connaître l’itinéraire exact à emprunter pour s’y rendre pouvait être fort utile.

    C’est ainsi qu’on le trouva au sein des ouvriers déménageurs. Fort d’un physique taillé pour les combats, il n’avait pas grand-chose à envier aux autres adultes et remplissait la même charge de travail que n’importe qui.

    Alors qu’un couple transportait une table d’opération, Shigo opta plutôt pour les cartons contenant les matériaux d’isolation. La table et ce matériel devait-il se rendre dans la même pièce ? On en déduisait très vite l’objectif.

    Le Yamanaka prit de l’avance sur le couple portant un poids de plus d’une centaine de kilogrammes et avançant aussi vite qu’une fourmi amputée d’une patte, deux potentiellement, ou les trois d’un canard. Le couple prenant pas mal de place, ils allaient ralentir la circulation dans les couloirs souterrains. Donc, une fois son carton déposé à destination, le Yamanaka avait le loisir de visiter un peu avant d’emprunter le chemin du retour pour continuer à apporter le reste du matériel.

    Le grand déménagement de l’hôpital. A quand la crémaillère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyLun 25 Juil 2016 - 23:40

Je poursuivais ma tâche si passionnante avec une certaine hâte que cela soit terminée. Non pas que je n'aimais pas faire quinze mille aller et retour entre différents étages tout en jouant les déménageuses – sexy – mais bon...

Toujours était-il que je gardais ma motivation malgré tout car il fallait bien que cela soit fait et coordonner pour le bien de l'organisation de l'hôpital et de son extension via son nouveau laboratoire secret par exemple. C'était une mission garantissant l’accroissement du village car elle y contribuait entièrement. C'était suffisant pour me re-booster et à continuer malgré la redondance de la chose... 
Cela me permettait aussi de ne pas être directement liée aux activités en rapport avec les tensions que connaissaient le village envers Suna depuis les actes odieux dont avait fait preuve le nouveau Kazekage et que je n'arrivais toujours pas a expliquer l'ayant pourtant côtoyé et même dîner chez lui sur invitation de sa compagne ! Que c'était-il passé dans son esprit ? Pourquoi vouloir faire de ses alliés ses ennemis ? Je ne pouvais lui pardonner et les hautes instances de Suna baissait dans mon estime alors même que je n'avais plus de nouvelles de Tetsui depuis plusieurs mois... Que pensait-il de tout cela ? Lui qui avait horreur des décisions politiques ? Je l'imaginais atterré et consterné par les actions de son sensei et compagnon de sa meilleure amie... J'aimerais pouvoir le retrouver et avoir de ses nouvelles mais alors que la guerre s'annonçait entre nos deux villages - chose que nous avions craint sans jamais oser l'imaginer - j'avais d'autres priorités et celles là concernaient ma patrie...

Je m'extirpais de ma rêverie et retournais dans les locaux en attente d'aménagement pour déposer un énième carton de matériel, j'apercevais un drôle d'énergumène s'enfoncer dans les couloirs pour le moment vide. Il portait un masque des plus étrange tant il ressemblait à un véritable crâne et semblait vraiment des plus louches... De suite sur mes gardes, je m'approchais un peu avant de lui adresser la parole alors qu'il se trouvait encore à plusieurs mètres devant moi :

« Eh ! Vous là ! Qu'est-ce que vous fabriquez ? Il n'y a rien à voir par là, c'est de l'autre côté qu'à lieu le transfert de matériel. »

Certains artisans éparpillés sur les lieux, se détournèrent un instant pour observer la scène et l'homme aux airs perdus et faussement menaçant.
La tension était palpable mais je gardais tout de même mon sang froid sans penser à mal. Après tout, un homme d'apparence lambda pourrait tout aussi bien vouloir du tord à la structure alors je ne devais pas me faire avoir par des a priori, surtout pas moi alors que j'y avais été moi même sujette étant une élémentaire d'eau...

« Vous cherchez quelque chose ? »

Demandais-je, un peu plus détendue après cette introspection envers moi même. Après tout, peut être était-il simplement perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Shigo
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyMar 26 Juil 2016 - 18:15

    Le Yamanaka ne put visiter bien longtemps avant d’être interrompu. Il tente bien quelques pas supplémentaire, agissant comme si la question ne lui était pas adressée, mais ça ne fonctionna pas. Il avait eu à peine le temps d’observer deux salles où on venait d’installer le matériel nécessaire à l’insonorisation des murs. Les pièces étaient vides, hormis une table d’opération dans la première et quelques robinets dans la seconde. Les expériences humaines au début et chimique dans l’autre ? Simple hypothèse pour le moment, il faudra attendre la fin des emménagements pour en être certain.

    Avec le grand déménagement, on en avait profité pour fouiller le débarras de l’hôpital, réquisitionnant des meubles en bon état mais surtout d’anciens instruments remis aux goûts du jour avec les dernières connaissances de la médecine. Tout comme certaines maladies apparaissent selon les époques, les procédés médicaux d’antan peuvent revenir à la mode en fonction des derniers écrits sur le sujet.

    Le visage du jeune homme étant dissimulé par son masque, il n’avait que faire des traits qu’il arborait lorsqu’il se retourna enfin vers la demoiselle. Elle faisait partie de ceux qui aident au nouvel emménagement. C’était un peu la déléguée en charge par ici. Une femme au pouvoir… Comme à Konoha, comme dans le pays, comme dans celui de la Cendre jadis. La supériorité physique des hommes semblait bien loin. Ce dogme régnait peut-être quelques décennies ou siècles auparavant, avant l’avènement du chakra et de sa maîtrise, mais il était aujourd’hui révolu.

    « Je recherche les toilettes. »

    Excuse classique du stagiaire se perdant le premier jour de son travail si l’on omettait le fait qu’il se trouve dans les sous-sols d’un hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyDim 7 Aoû 2016 - 23:15

Lorsqu'il se retourna pour m'observer à travers son masque, je pouvais presque voir un air d'étonnement sur son visage malgré tout comme pour appuyer son ignorance ou pour parfaitement jouer la comédie...

Son excuse semblait aussi surréaliste qu'improbable... Chercher les toilettes ? Franchement ? Dans un sous sol pas encore aménagé ? De qui se foutait-il ?
Je gardais mon calme et faisais l'air de rien mais il était certains qu'il resterait dans ma ligne de mire pour ne pas le perdre de vue ne serait-ce qu'une seconde tant il semblait suspect. J'en informerais le personnel.

« Et vous pensiez en trouver dans un lieu en pleine réfection alors qu'il y en a à chaque étage de l'hôpital ? »

Que dirait-il à propos de tout cela ? J'avais hâte d'entendre son argumentation foireuse....
Mais je n'avais pas de temps à perdre et ce n'était pas un dissident qui allait me faire baisser ma cadence. Après un mudra, je créais donc un clone de moi même et annonçais la couleur :

« Mon double va vous y accompagner à l'étage pour vous montrer où elles se trouvent. Je retourne à la tâche et vous y attends. Il reste encore du boulot ! »

Ou bien il allait coopérer pour ne pas paraître plus suspect encore, ou alors il se débarrasserait de mon clone pour confirmer cette suspicion... Pour ma part et comme annoncé je reprenais mon train train et remontais à l'étage pour poursuivre le transfert de matériel. Une livraison venait également d'être faite et j'aidais au déchargement des cartons qui étaient en rapport avec le laboratoire secret qui prendrait place dans les sous sols. La sécurité en serait bien gardé et les contenant convenablement emballés ne laissaient rien filtré de leur contenus. Nous n'étions d'ailleurs pas tenu de les déballer sous peine de représailles. Cela m'intriguait mais n'était pas mes affaires alors je me contentais de les transporter : les autres déménageurs du jour n'étaient d'ailleurs sans doute pas au courant qu'il s'agissait de matériel pour cette fonction pour la plupart.

L'insonorisation des nouvelles ailes étaient en cours tout comme l'installation de la plomberie et de l'électricité sur lesquelles les artisans travaillaient en harmonie. Les plaquistes ne pouvaient pas intervenir tant que l'isolation n'était pas faite et que la plomberie n'était pas installée afin d'être dissimulées dans les murs. Les électriciens pouvaient travaillés après la pose de ses derniers et y faire leur découpe pour faire traverser les gaines des fils mais cela étaient plus contraignants que de l'avoir prédéterminé... Je ne m'y connaissais pas vraiment mais tout cela avait l'air bien complexe... Il était préférable qu'ils prennent un peu plus de temps pour être certains de leur travail plutôt de les pousser à se précipité pour occuper les lieux plus rapidement et se retrouver avec des fuites d'eaux ou un système électrique défaillant... Je faisais confiance au maître d’œuvre cela dit qui avait déjà orchestré les travaux pour le reste du bâtiment.

Nous avions déjà bien avancé depuis le début de la matinée au niveau du déménagement de matériels ! Tout ne pourrait être rangés que lorsque les pièces seraient vraiment « viables » pour le moment il s'agissait plus de stockage que d'aménagement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Shigo
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyLun 8 Aoû 2016 - 9:30

    « L’étage existait déjà avant, nous ne faisons que l’aménager. Il n’est donc pas impossible que des toilettes attendent quelque part. Et me trouvant ici, c’est plus rapide que de remonter… »

    En effet, les fondations étaient déjà présentes, bien que ne servant à pas grand-chose jusqu’alors. Peut-être un lieu de stockage, ou une planque pour se réfugier un jour ? A présent, ce sera un plateau technique où des connaissances pointues viendront s’entremêler afin d’en créer de nouvelles. Les Furyous n’existaient plus, mais sans nul doute que des résidus de leur sang continueront à être analysé ici afin d’en tirer un certain pouvoir. Du sang impur. Celui du Yamanaka l’était également, à un autre degré.

    Un clone pour accompagnateur ? Quelle délicate intention, bien que Shigo en devina la véritable raison. Une technique d’un certain niveau, et d’un niveau certain, sans être de la haute volée. Intermédiaire, comme son grade, mais au-dessus du Yamanaka. Sauf qu’ici, les chefs ne tuaient pas les soldats pour une simple provocation.

    Alors qu’ils montaient, le flux continuaient d’aller en contre-sens, apportant sans cesse de nouveaux cartons dont certains semblaient bien lourds.

    « Je suppose qu’un groupe plus restreint devra déballer tout ça. Sans doute des personnes dont les hauts dirigeants auront cité le nom ? Mais vous êtes la responsable directe ici et à présent. Allez-vous laisser le secret entier, au risque de passer à côté de futurs abominations qui se dérouleront sous vos pieds, ou bien participerez-vous au déballage pour vous donner bonne conscience ? »

    Il ne l’avait pas dit, mais sa demande était clair : il voulait y participer également. Voir ces fameux instruments, ces outils secrets. Allait-on torturer pour la science ou travailler avec l’éthique ?

    « Peut-être même étudieront-ils votre phénomène ici, mais sans pour autant demander l’accord de jeunes personnes comme vous, Vague Flamboyante… »

    D’un geste anodin, le Yamanaka replaça une mèche de la demoiselle. Un acte bienveillant, généralement, mais l’homme souhaitait surtout savoir s’il allait toucher un cheveu ou de l’eau, comme en témoignait les rumeurs la concernant. Un élémentaire d’eau, ce n’était pas tous les jours qu’on en voyait. Pas tous les jours qu’on en étudiait non plus d’ailleurs. Sauf ici peut-être, bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyVen 12 Aoû 2016 - 20:04

Pendant ce temps là, mon clone accompagnait l'étrange individu à l'étage pour lui indiquer là où il pourrait soulager sa vessie sans pour autant croire un instant à cette excuse. La méfiance était de mise et elle ne faisait que se renforcer en l'écoutant parler... Il cherchait visiblement à savoir qui aurait le privilège de déballer les cartons à destination du futur laboratoire secret et plus encore aimerait y participer tout en argumentant en son sens en parlant de la possibilité que Konoha se servent de ce lieu pour y faire des expériences dont l'éthique serait somme toute relative.

« Vous semblez bien suspicieux envers votre propre village. »

Me contentais-je de répondre tout en l'observant d'un hochement de sourcil.

«  Peu importe ce qui pourra être fait pour améliorer la puissance du village tant que cela conserve une certaine éthique. Vous parlez de cobayes mais qui s'en souciera s'il s'agit de prisonniers ? »

Certainement pas moi. Autant qu'ils puissent nous être utile que de séjourner aux frais de la princesse dans nos geôles en attendant la fin de leur peine. Je n'allais pas plaindre des ennemis de Hi no Kuni.

Le reste de son discours me faisait étirer un sourire. Il savait comment on me surnommait au sein du village.

« Vous connaissez l'identité que l'on me donne alors que je ne sais absolument rien de vous. Ne serait-il pas temps de rééquilibrer les choses ? »

Lorsque il avait parler de « mon phénomène » il était assuré qu'il voulait dire « les gogyou ».

« Si le village a besoin de faire une batterie de tests sur moi pour que cela leur soit utile sans pour autant avoir des airs de séance de torture, il suffit de le demander. Je n'irais pas à l'encontre des progrès que peut accomplir le village et serais même ravie d'y participer. »

Lorsqu'il approcha sa main de la chevelure bleuté mon double, ce dernier s'en saisissait pour l'en empêcher d'un geste réflexe. Je ne lui faisais pas confiance et il n'était pas question qu'il pose le moindre petit doigt sur moi. Sitôt le message passé, je me contentais de le relâcher sans rien ajouter de plus que ce frein parfaitement compréhensible. Qu'il cherche à jouer les Don Juan ne fonctionnerait pas avec moi : il allait devoir trouver autre chose pour estomper la méfiance que je portais à son égard.

Arrivés finalement à hauteur des toilettes du premier étage je me stoppais pour le lui indiquer :

« Nous sommes arrivés. »

Qu'allait-il faire maintenant que nous étions devant le fait accompli de son mensonge ? Dirait-il la vérité ou bien continuerait-il a s'enfoncer un peu plus ? Il me tardait de le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Shigo
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyDim 21 Aoû 2016 - 20:48

    « Des prisonniers ? Cette notion varie selon le maître en place. N’avez-vous pas entendu parler des purges initiées par notre nouvelle Ombre ? Parmi ces prisonniers, il y aura des habitants de ce pays, voire de ce village. Les grands de ce monde ont le pouvoir de déclarer coupable le plus abominable criminel mais aussi le nourrisson innocent.
    Ne vous méprenez pas, j’étais déjà suspicieux envers ma propre mère et mon ancienne maîtresse. Ce n’est pas pour témoigner de la naïveté à présent. »


    Sous son masque, le Yamanaka arbora un sourire lorsque Yell stoppa sa main. Elle pouvait parler, elle qui se montrait tout aussi suspicieuse envers ses propres camarades. Pourquoi faire confiance à ceux ayant le pouvoir alors qu’elle se méfie de ceux ne pouvant rien faire ?

    Tant pis, le jeune homme ne pourra observer le contact d’une Goggyou active pour l’instant. Sur l’île de la Cendre, il n’avait jamais tenté de toucher Makka. Et entre de l’eau et des flammes, le choix était vite fait.

    « Pour des séances avec ou sans air de torture, il faudrait d’abord en avoir une garantie. Une fois là en bas, dans ce bunker coupé du reste du village, qui ira vérifier et vous aider en cas de besoin ? »

    Au moins, Makka avait le mérite d’être transparente. On savait pertinemment à quoi s’en tenir avec elle.

    « Pardonnez-moi de ne pas avoir votre réputation, Vague Flamboyante. Je me nomme Yamanaka Shigo. Et à présent, si vous voulez bien m’excuser… »

    Le jeune homme qui n’en avait pas le besoin se rendit aux sanitaires. Il vida une partie de sa gourde dans la cuvette, tira du papier et la chasse avant de se laver les mains et de revenir auprès du clone une minute plus tard.

    « Alors, qu’en pensez-vous ? »

    De ses propos tantôt, non de la durée mise pour… Voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyLun 29 Aoû 2016 - 22:10

Cet homme était aussi étrange que sa manière de penser... Je n'étais pas du genre à juger les gens sur leurs apparences et convictions mais lui battait tous les records. J'en venais presque à me demander s'il figurait sur une sorte de liste de potentiels traîtres ou ancien traître ayant purgé une peine à l'entendre avoir si peu de confiance en nos dirigeants...

« S'ils sont prisonniers, qu'ils soient originaires du pays ou non cela ne change rien : ils le sont bien pour une raison. Je n'irais pas les plaindre. »

Bien évidemment certains d'entre eux étaient potentiellement des innocents accusés à tords et d'autres n'étaient condamnés que pour des affronts mineurs et sortiraient d'ici peu mais en l’occurrence je ne parlais pas de ceux-là.

« Un voleur n'aurait pas a subir ce genre d'expériences mais un grand criminel... Personne n'irait le plaindre si les choses tournaient mal. J'ai confiance en celle que l'on appelle désormais Hokage car je la connais suffisamment en tant que mentor pour savoir qu'elle agira de la bonne manière. »

Comme elle me l'avait elle même appris : il n'y avait pas toujours des choix juste mais il fallait faire en sorte de prendre celui qui le paraissait davantage. Il fallait toujours faire un choix qu'importe la situation. Ils étaient rarement simple à faire mais il le fallait quand même.

Cet homme exprimait librement sa méfiance envers sa propre mère ce qui me faisait me demander quelle genre de vie il avait connue. Bien que d'apparence bizarre, il m'intriguait et me fascinait d'une certaine manière même si j'en restais dénuée de toute confiance.

« Je sais que Mizuki-sama ne fera rien allant à mon encontre même si j'acceptais de participer a des recherches pour le bien du village. Je lui fais confiance, contrairement a vous... »

Exprimais-je la ma méfiance à son égard ou celle que lui même semblait éprouver pour les dirigeant de notre nation ? Je lui laissais libre interprétation de mes propos qui associaient plutôt les deux qu'ils ne les dissociaient.

Bien que je ne le montrais pas, j'étais un peu perdue au fond de moi même... Je n'avais jamais côtoyé de Konohajin qui m'avait mise sur mes gardes et je me sentais à la fois honteuse d'avoir de la suspicion pour l'un des miens et interrogatrice sur le fait que je devrais davantage être sur la réserve avec mes alliés parmi lesquels se trouvaient peut-être d'autres spécimens du genre...

L'inconnu étrange révéla finalement son identité : Yamanaka Shigo. Peut-être mentait-il, rien ne m'étonnerait venant de lui désormais mais je m'en contentais pour poser un nom à son visage, bien que celui-ci m'était caché par son masque. L'idée qu'il était un Yamanaka me renfrognait bien plus... Un dissident capable de fouiller dans les esprits des gens ? Voilà qui serait bien problématique... Etant une élémentaire je me demandais s'il arriverait a voir aussi limpidement que les autres dans ma tête mais me ravisais en me disant finalement que je ne tenais pas vraiment à le savoir...

« Ma réputation ? »

Je me mettais a sourire en faisant rouler mes yeux au plafond.

« Certains m'appellent effectivement comme vous tenez à le faire mais appelez moi Yell, cela sera moins gênant. »

Ce surnom... Il me caractérisait assez bien dans un sens mais je n'avais pas une importance si élevée dans le village pour que l'on m'appelle ainsi... Ce n'était pas comme si je m'étais vraiment fait une réputation.

Sitôt arrivés à notre destination, il s'empressa de s'y rendre pour semble-t-il véritablement soulager sa vessie ou bien utiliser un subterfuge pour me le faire croire mais qu'importe. Je me moquais bien de son besoin ou non, a vrai dire j'avais cru comprendre avec le trajet que ce qui le poussait a la curiosité dans le sous sol était véritablement les possibles expériences que le village projetait de faire. Craignait-il de faire parti des cobayes ou était-ce une simple curiosité ? J'aurais bien aimé le savoir mais lorsqu'il revenait vers moi, je ne pus m'empêcher de le questionner sur son apparat :

« Pourquoi tenez vous à cacher votre visage ? Vous savez, il n'y a pas de honte à être défiguré par les affrontement. »

Ce n'était pas moi qu'une « gueule cassée » allait choquer. C'était même, à mon sens, une certaine marque de respect pour la personne ayant combattu pour sa nation au péril de sa vie.

« Peut-être est-ce justement là votre souhait mais ce masque... On ne peut pas dire qu'il pousse à la conversation avec vous. »

Eternel solitaire ou masquage des cicatrices de sa vie ? J'avais à cœur de le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Shigo
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyLun 29 Aoû 2016 - 23:52

    « Cacher mon visage ? »

    Une question importante. Il lui aurait bien dit qu’elle ne le comprendrait pas, mais peut-être était-ce parce que lui-même n’était pas sûr de saisir l’essence de la réponse. Pour dissimuler l’abominable cicatrice de son visage ? Car le voir donnait envie à sa mère de le tuer ? Pour que personne ne puisse voir ses larmes, du temps où elles coulaient encore ? Simplement par habitude ? Le crâne qu’il portait comme une seconde peau avait également une signification particulière. Il s’agissait évidemment d’un véritable crâne. Humain, cela va sans dire.

    « Permettez d’abord que je corrige votre allégation : faire montre d’une blessure n’est peut-être pas une honte, mais c’est une erreur. Elle démontre que vous êtes faillible, et surtout que quelqu’un a déjà pu vous atteindre. Alors pourquoi pas autrui ? Et certes, mon masque ne pousse pas à la conversation, mais en ai-je jamais demandé une ? N’est-ce pas vous qui vouliez m’accompagner, bien généreusement ?
    Quant à la raison de son port, je vous répondrais que tout le monde en porte un, de masque. Seulement, j’ai le mérite de le montrer ostensiblement. Yell, vous me montrez un visage méfiant envers ma personne. Ce caractère sera-t-il le même dans un jour, une semaine, un mois ? Le personnage serait-il le même en compagnie d’un autre quidam ? Vous portez un masque tout autant que moi. La différence est que je dévoile mon choix de visage. »


    A présent, ils avaient tout le chemin du retour pour poursuivre leur discussion pendant que le transport du matériel continuait un peu plus bas.

    « La criminalité, commença-t-il de sa voix toujours aussi froide, est une notion bien subjective. Pour Makka, vous étiez les criminels, non elle. Et si elle avait vaincu, l’histoire l’aurait retenu ainsi. Le plus fort dicte les règles, toujours. Gardez ça en mémoire quand vous songerez aux prisonniers. »

    Le va-nu-pieds poursuivit la route sans tenter de toucher au clone cette fois. Il ne démontrait aucune hostilité, à l’aise dans cette discussion. Malgré la position de la demoiselle, elle argumentait son avis, se justifiait, prouvant ainsi que ce n’était pas quelque chose de naturellement acquis. Le Yamanaka pourrait donc lui implanter la graine du doute ?

    « La confiance est affaire de point de vue, elle aussi. Une personne malhonnête le restera quoiqu’il arrive, mais honnêtement, le quidam honnête ne pourra que basculer dans la malhonnêteté un jour. Et quand ce jour viendra, votre confiance vous pèsera soudainement. Ou lors de sa trahison, ou lors de sa mort. Alors la confiance n’est qu’un futile encombrement… Quand ce jour viendra, vous pensez à moi. A moins de vous poser les bonnes questions dès aujourd’hui. »

    Prochain tournant, les escaliers. Dans quelques marches, le clone ne sera plus d’aucune utilité et rapportera toutes ces informations à son propriétaire.

    « Donc, vous avez le choix entre vérifier sans que cela ne porte préjudice à quiconque, ou lui faire aveuglément confiance pour vous en mordre les doigts plus tard. Oh, et pour que vous ne soyez pas la seule à poser une question indiscrète : pourquoi votre surnom serait-il gênant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyMar 30 Aoû 2016 - 23:41

Comme j'aurais dû m'en douter, le port de son masque semblait être un sujet sensible pour le Yamanaka à voir comment il argumentait à son propos en reprenant mes propres paroles pour y apporter sa vision des choses. Certes, être blessé n'avait rien de glorieux mais cela avait au moins le mérite de témoigner de votre implication dans des batailles. Certains en seraient exempts parce qu'ils en auraient que peu fait et d'autres n'en auront pas une seule malgré leurs nombreuses batailles mais l'on ne pouvait pas vraiment blâmer le porteur de marques qui constituaient aussi celui qu'il était et les obstacles qu'il avait dû affronter tout au long de sa vie. Je respectais les balafres sans que cela ne me choque en les voyant. Mon regard s'y poserait sans doute quelques instants sans réelle insistance mais je n'en porterais pas le moindre jugement pour autant : je n'étais pas de ce genre là.

Il ne semblait pas non plus enclin à converser avec quiconque comme il le laissait comprendre en réponse à ma remarque et philosophait sur le port de masque de chacun.

« Je suis en effet venue vers vous de moi même mais je pense que ce masque est pour beaucoup dans la réserve de chacun pour entretenir une conversation avec vous. Loin de moi l'idée que vous l'ôtiez, je pense qu'au contraire chacun est libre d'être comme il en a envie sans se préoccuper des autres mais il ne doit pas aider à mettre à l'aise en votre présence. »

Peut-être que cela était justement un moyen pour qu'on le laisse tranquille, entre autre ?

« Je suis d'accord avec vous. Tout le monde porte un masque car chacun possède son jardin secret. Je ne pense en revanche pas que vous montriez le votre comme vous le dites. Vous en dévoiler un, matériellement, mais votre visage n'est pas visible et même si vous retiriez ce masque pour me le montrer il y en aurait toujours un que je ne pourrais voir car je ne vous connais pas. »

Nous n'étions pas des livres ouverts.

« Je n'ai aucune idée de vos craintes, vos doutes, vos objectifs, vos rêves ou même tout ce par quoi vous êtes passé. Il m'est impossible de savoir la part de vous même que vous cachez même sous votre masque apparent. Vous n'avez donc pas le mérite de montrer le votre car vous en disposez de deux. En un sens vous en possédez deux. Une barrière supplémentaire à celle de tout à chacun pour camoufler plus encore qui vous êtes vraiment... »

S'était-il forgé une carapace pour que personne ne l'atteigne de cette façon ? Je ne pouvais pas le savoir mais c'était possible.
Le voilà qu'il parlait de Makka désormais... L'avait-il côtoyé ou la prenait-il en exemple du fait de ma nature commune d'élémentaire avec elle ?

« Pour Makka nous étions les criminels ? Et pour Makka, qu'étiez vous donc ? »

Puisqu'il semblait tenir à nous dissocier.
Nous continuons notre marche dans les allées de l'hôpital parmi la vie qui s'y trouvaient entre le personnel, les patients et les visiteurs. Tout le monde était affairé à sa tâche ou concentré sur autre chose si bien que personne ne prêtait vraiment attention à notre présence même si j'avais vu plusieurs tête se tourner dans notre direction, principalement pour observer Shigo et son allure si peu engageante. Le poids des regards... Je l'avais moi même connu autrefois du fait de ce que j'étais. Si cela m'avait beaucoup blessée par le passé ce n'était plus le cas aujourd'hui. Je ne savais pas si le Yamanaka en avait quelque chose à faire mais il ne semblait même pas y prêter attention comme s'il était lui même habituer à créer cet effet. La différence entre nous était que sa marginalité était voulu par lui même alors que j'avais subi la mienne...

Notre échange de perceptions s'attardait maintenant sur la confiance. Là encore il différait de moi. Il clamait ne pas vouloir s'encombrer alors que ma vision était tout autre.

« Il vaut mieux savoir à qui on l'accorde, bien entendu, mais je ne partage pas votre point de vue. La confiance est nécessaire pour le travail en équipe et pour la cohésion. Savoir que l'on peut confier sa vie entre les mains de quelqu'un d'autre nous prouve non seulement que nous comptons pour certains et aussi que nous ne sommes pas seuls. Sans confiance il n'existe ni amitié ni amour seulement son contraire qui oblige à une vie morne de solitude. »

J'avais l'impression que ses paroles sur le sujet résultaient d'une certaine rancœur passé. Peut-être avait-il fait confiance par le passé mais que celle-ci avait été bafouée. C'était pour cela qu'il fallait savoir à qui on pouvait l'accorder.

« Peut-être avez vous connu des personnes qui vous ont trahi mais pour autant tout le monde n'est pas comme elles. Certaines peuvent vous apprécier et vous accorder une aide précieuse chaque fois que vous en avez besoin et vous savez le leur rendre : elles sont rares mais elles existent. »

Je souriais légèrement en évoquant cela, pensant bien évidemment a Kihran.
Pour moi, il n'y avait pas de vie heureuse sans confiance justement accordée.
Le couloir défilait encore jusqu'à nous laisser devant les escaliers que nous commencions à descendre.

« Ma plus grande confiance ne va qu'envers une unique personne et cela depuis bien des années. Il n'y a aucune raison que celle-ci me trahisse : je lui fais justement entièrement confiance pour ça. »

A moins qu'il ne quitte le village sans raison du jour au lendemain, je ne voyais vraiment pas ce que Kihran pourrait faire pour détruire la confiance que je lui portais...

Je fus un peu surprise lorsqu'il me questionna sur la gêne liée à mon pseudonyme mais lui répondait malgré tout :

« Mmh... Non pas qu'il est gênant mais je ne pense simplement pas le mérité. Ce n'est pas comme si j'avais fait des choses significatives pour le village pour mériter d'avoir une réputation... Je n'ai pas une liste de hauts faits aussi fournis que Natsuki-senpai. »

La voilà la raison. C'était flatteur de m'être fait remarquée et surnommée la « Vague Flamboyante » mais je trouvais cela un peu pompeux et prétentieux : quelque chose qui ne me ressemblait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Shigo
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyMer 31 Aoû 2016 - 11:12

    « S’il met mal à l’aise, c’est qu’il remplit bien sa fonction. »

    Sinon il aurait opté pour un masque licorne, et non un crâne humain. Il dissuade les autres de s’en prendre à lui. La Goggyou semblait elle aussi avoir l’intellect des mots. Ce n’était donc pas une barbare ayant gravi les échelons par la seule force de ses bras. Le Yamanaka porterait donc deux masques ? Qu’à cela ne tienne, cela lui convenait parfaitement. Double sécurité.

    « La nature de mes masques semble bien vous intéresser on dirait ? »

    De la suspicion ou de la curiosité ? Shigo ne pouvait pas s’empêcher de s’interroger. Peut-être était-il une étrangeté pour elle, et donc une occasion de sortir un peu de son quotidien. L’événement de la journée ? Une bête de foire ? Une énigme ? Qu’était-il pour elle ? Son intérêt ira-t-il en grandissant quant à la prochaine réponse ? Sa méfiance probablement.

    « Je servais Makka, dit-il de but en blanc en observant la réaction de Yell. J’étais soldat dans son armée, donc j’étais un criminel pour vous, pas pour elle. Et pourtant me voilà, arborant vos couleurs depuis huit ans. Que dois-je faire ? Me rendre dans l’une de ces pièces que l’on aménage pour ne plus jamais en ressortir ? Vous manquerais-je ne serait-ce qu’un peu ou m’oublierez-vous dans ces oubliettes camouflées ? »

    Il n’était pas un criminel pour elle, mais demeurait un insecte dans son armée, de la chair à canon. Malgré tout, il avait grandi en prenant Konoha pour son ennemi. Et tout en naissant et vivant là-bas, il portait le nom de Yamanaka. Se rappellera-t-elle, huit ans plus tôt, le bâtard ramené de la grande guerre où l’ensemble des villages cachés s’étaient alliés ?

    Il avait servi une Goggyou, et à présent une autre le supervisait. Douce ironie.

    « La confiance… Nous sommes en désaccord dès que vous avez parlé de confier sa vie à d’autres. C’est le premier pas vers l’imprudence. Vous baissez votre garde et votre méfiance, vous vous fiez trop à l’autre, vous disant qu’il rattrapera le coup si besoin, et finalement vous trépassez par manque d’attention.
    La trahison ? Tout le monde passe par là, qu’il le veuille ou non. La confiance se retournera toujours tôt ou tard contre vous. Soit votre ami vous vendra, vous poignardera ou vous décevra, soit il mourra un jour. Sa disparition vous affectera, vous devrez apprendre à agir seul à nouveau. Au final, dans les deux cas, il n’y a que le malheur en bout de chemin.
    Vous dites que sans confiance, sans amitié et sans amour, il n’y a qu’une vie morne de solitude, et je vous réponds que justement : il y a une vie. En faut-il davantage au risque de la perdre ? Je ne pense pas.
    Natsuki Nara, que vous devez connaître pour avoir cité son nom, nous a présenté un très bel exemple. A l’épisode de Suna, il est allé enquêter seul l’origine des tremblements de terre. Il aurait pu amener des coéquipiers, des camarades, des amis, mais il y est allé seul, ne confiant sa vie qu’à lui-même. Un monstre démoniaque lui fit alors face. A-t-il fui ? A-t-il appelé des renforts ? Il a combattu, et il a survécu. Sa force et sa survie viennent-elle de l’amitié ou de l’amour ? Je n’en vois nulle trace dans ce récit.
    Quant à votre surnom, il ne sert pas à vous plaire ni à vous convenir. Comme tout sobriquet réputé, il est là pour avertir les autres. Il nait d’histoires répétées, déformées et exagérées. Il nait de la peur et de la croyance des gens. Il les tient en respect et vous offre le respect. Voilà à quoi servent les surnoms. Si vous voulez une récompense plus personnelle, demandez un trophée.

    Bon, je crois que le moment est venu pour que vous rapportiez le tout à votre originelle. J’espère que la ballade vous a plu. Prévenez-moi pour la phase de vérification des contenants, au cas où… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyDim 4 Sep 2016 - 14:36

C'était bel et bien ce qu'il voulait : faire fuir. Ne laisser personne s'approcher de lui avec ce masque n'y incitant pas, être tranquille. Cela devait marcher, irréfutablement. Pourtant ma curiosité naturelle me poussait au contraire a braver les interdits... Cela m'intriguait au point de faire une analyse de lui même sans vraiment le connaître. Peut-être étais-je dans le faux et n'avais-je pas à m'en mêler : il vivait ainsi en le supportant très bien, mais je ne pouvais m'empêcher de trouver triste les personnes se coupant volontairement du monde, vivant dans le leur sans se préoccuper de tout ce qu'il y avait autour. Peut-être devrais-je un jour l'emmener au sein de la forêt pour lui ouvrir les yeux sur ce que le monde avait à nous apporter et à quel point il était riche... ? Un jour peut-être.

Oui peut-être... J'arquais un sourcil à l'entente de sa relation avec Makka... Ainsi donc il l'a servait autrefois ? Et pourtant il avait été gracié et séjournait désormais à Konoha. Ce n'était pas un fait qu'il avait pu cacher et qu'il n'aurait pas pris le risque de me révéler si tel était le cas : a moins qu'il pensait modifier ma mémoire dans l'instant pour me faire oublier cette information pour le moins déroutante.

« J'ignore votre histoire mais le village vous a accueilli et visiblement gracié en cela qu'importe vos erreurs passées vous avez obtenu une chance de vous racheter. Ce n'est pas a moi de juger si vous êtes mon ennemi ou non. Quoi qu'il en soit vous n'êtes pas un prisonnier et si expériences il y avait vous n'y auriez donc pas votre place puisque vous servez aujourd'hui Konoha. »

Malgré tout cela j'avais une question qui sonnait sans doute idiote mais qui était en réalité existentielle pour moi étant une élémentaire :

« Comment était-elle ? Aussi ardente de tempérament que son élément ? »

Tous les gogyou que j'avais rencontré a l'heure actuelle a savoir trois en m'incluant, possédait des traits de caractère en corrélation avec l'élément qu'ils incarnaient. Cela n'était pas dû au hasard, nous étions réellement une part même de cet élément et l'étions envers et contre tout même sous notre « forme humaine ».
Pour autant, ce n'était pas parce que nous étions des élémentaires que nous étions pareil. Nous appartenions à une « race » distincte sans pour autant être similaire ni même partageant le même point de vu. Je ne lui ressemblais en rien.

Mais voilà que le sujet revenait sur la confiance. Décidément nous ne possédions pas la même définition du terme mais lui n'en possédait pas du tout. Il ne savait visiblement pas ce que c'était que de se reposer sur quelqu'un d'autre : ce n'était pas un trait de faiblesse, encore fallait-il a qui la confier.

« Faire confiance à quelqu'un ne veut pas dire se reposer sur lui. J'assure ma sécurité comme si j'étais seule, il est juste là pour m'aider en cas de difficulté, quelque chose que je n'aurais su franchir seule. Une garantie supplémentaire à sa sécurité qui est réciproque. Sans confiance il n'y a pas une vie mais une survie sans connaissance du bonheur ou de l'épanouissement que peuvent apporter l'amitié ou même l'amour : une vie de solitude en somme à lutter seul contre tous et surtout soi même. Je préfère mourir en ayant connu toutes ces choses qu'en étant passée a côté. »

Il était un soldat. Un exécutant sans sentiment.

« Nara Natsuki est un éminent et puissant shinobi. Il a jugé bon d'y aller sans renfort mais cela ne signifie pas qu'il n'accorde pas sa confiance à autrui. Il a su se débrouiller seul face à une situation qui en aurait effrayé plus d'un alors qu'il a gardé son sang froid et en cela c'est un grand ninja mais ce n'est pas par absence de confiance qu'il s'est opposé au démon seul. »

Je ne connaissais pas la raison réelle mais je savais qu'il avait souvent eu a effectuer des missions en coopération et sans une once de confiance celle-ci était impossible.

« J'ai moi même combattu et vaincu seule certaines fois. Je n'ai pas toujours besoin de l'appui de mes alliés mais je sais que je peux y compter tout comme ils le peuvent. Il s'agit de l'entraide. »

Il semblait étranger à cette notion.
J'arquais un sourcil à son explication de mon surnom :

« Je ne demande aucune récompense. Je n’œuvre pas dans le but de la reconnaissance mais pour mon pays. Nous n'avons rien à nous prouver l'un l'autre : l'utilisation d'un surnom est donc futile, mon prénom me suffit. »

L'escalier touchait à sa fin et nous arrivions au lieu initial où s’affairait bon nombre de gens pour l’aménager, tout comme mon originale. J'esquissais un sourire à ses dernières paroles et le clone disparaissait dans un nuage de fumée tandis que les informations de cette conversation m'était immédiatement transmises. Je me retournais avec la pile de carton que je transportais dans la direction du Yamanaka et étirais un fin sourire avant de me retourner pour continuer ma tâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Shigo
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 705
Rang : A+

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures EmptyDim 4 Sep 2016 - 17:19

    Parce que les hautes instances l’avaient déclaré innocent, Yell ne se posait pas plus de question que cela ? Ca avait été l’inverse, un Konohajin accepté sur l’île de la Cendre, il aurait été cuisiné par chaque passant jusqu’à être trop cuit pour pouvoir servir de nouveau.

    A la plaidoirie de la demoiselle sur les bons sentiments et les liens sociaux, le Yamanaka se demanda si elle n’était pas amoureuse elle-même. Après tout, pour défendre si hautement ses couleurs, elle devait s’y connaître un minimum… Mais ils étaient encore une fois en désaccord, et sans doute ne se mettront-ils jamais, en accord. Pour elle, sans amour ou amitié il n’y avait que de la survie. Possible. Mais avec, Shigo serait mort depuis bien longtemps. Valait-il mieux une longue survie ou une trop courte vie ? Mais il faudra surseoir à la poursuite de ce débat.

    Pareillement pour Natsuki Nara. Si son acte n’était pas dicté par l’absence de confiance, il n’en était pas un gage pour autant.

    Le seul point que le Yamanaka concéda fut le dernier : rien à prouver l’un l’autre.

    « Très bien, Yell. »

    L’utilisation des prénoms. Cependant, Shigo ne baissera pas sa méfiance des siens pour autant. Sa question sur Makka lui arracha néanmoins un sourire masqué. Si elle était fidèle à son élément ? Elle l’était à son surnom en tout cas. De toutes les interrogations qu’elle aurait pu formuler la concernant, elle s’intéressait à son tempérament ?

    « Et bien, nous pourrons en discuter, si nous faisons tous deux parties des installateurs, ou bien si vous m’offrez un verre, un jour… »

    Le clone disparu, l’original sourit. Etait-ce bon ou mauvais signe ? La promesse d’une discussion à venir ? En attendant, il leur restait de nombreux cartons à ranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Retravailler les infrastructures Empty
Message(#) Sujet: Re: Retravailler les infrastructures Retravailler les infrastructures Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Retravailler les infrastructures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Hôpital-