N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Une histoire de famille (kira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyJeu 7 Juil 2016 - 16:19

- Amano, ne t'éloigne pas du village, si tu vas dans le désert, revient avant le lever du soleil, tu ne supporteras pas la chaleur et la soif.
- Oui maman.

Il avait reçu le sourire de sa mère ce jour là, douce comme elle l'avait toujours été envers lui, chaleureuse comme elle l'était avec chacun d'entre eux.


~ ~ ~ ~ ~

Sa mère lui manquait atrocement depuis toutes ces années, bien plus que son père, mais pas autant que ses frères et sœurs dont il espérait la survie. Ses yeux bleus passés se levèrent vers le soleil naissant du désert et une brise fit tomber sa capuche blanche sur ses épaules. Une cape blanche, un pantalon de la même couleur étaient ses vêtements ces derniers temps.
Les marches de nuit étaient particulièrement fraîches et agréables, mais lorsqu'il devait se mouvoir le jour, son corps avait encore bien du mal à supporter l'intensité de la chaleur environnante. À chacun de ses pas, ses pieds nus dans le sable lui laissaient la désagréable sensation de brûlure et pourtant, toutes les nuits, il observait et rien n'apparaissait.
Dans ces nombreuses pérégrinations ces dernières années, Amano avait appris l'existence d'une grotte qui recèlerait le passé des Kawaguchi. Il ne savait pas où elle se trouvait, ni si ce qu'on en disait été fondé, mais d'en apprendre un peu plus sur ses origines lui tenaient à cœur, même s'il n'avait qu'une hâte, retrouvé des membres proches ou éloignés de sa famille.

Les pieds dans le sable, il releva sa capuche pour protéger ses yeux du soleil et continua sa route, peu importe ce qui se dresserait devant lui, rien ni personne ne le fera renoncer à son objectif premier, pas même un ennemi surpuissant. Sa main gauche tenait fermement sa cape, pour ne pas laisser son esprit s'éloigner et tomber inconscient.
Ses traces s'effaçaient à mesure qu'il avançait, et lorsqu'il pensait tomber sur un point d'eau, le jeune homme se jeter dans un creux de dune aussi sec que tout ce qui l'entourait. Il n'avait pas pris assez de réserve et commençait à s'en vouloir jusqu'à apercevoir une ombre lointaine à l'horizon.

S'essuyant le visage du sable du désert, Amano se mit à courir à en perdre haleine vers ombre qu'il ne connaissait pas, vers cette oasis qu'il ne voyait pas. Le visage de sa mère lui apparu alors en songe. En secouant son visage, il resta à demi conscient tout en fonçant vers cet inconnu au risque de ne pas savoir s'arrêter et de lui rentrer dedans si cette personne ne l'entendait pas, ce qui était peu probablement, ou de finir la tête la première dans l'eau.
En repensant à sa famille, il chercha à se remémorer le visage de ses frères et sœurs en vain. Impossible de savoir à quoi ils ressemblaient et impossible de savoir après toutes ces années à quoi ils ressembleraient maintenant.

Trébuchant de lui même, Amano poussa un grand cri avant de finir par rouler dans le sable, entraînant un nuage de poussière à sa suite.
Heurtant ou non l'ombre qui l'avait inconsciemment guidée jusqu'ici, il finit sa course au bord de l'oasis, le bout des doigts effleurant la surface de l'eau.

Dans sa chute et sa roulade, sa cape s'était détachée et il portait plus que son pantalon où trônait fièrement l'insigne de sa patrie. Gémissant de douleur, le platine se trouvait incapable de bouger pour le moment et le nuage de sable et poussière qui l'avait suivi peinait à s'estomper.
Malgré la poussière, malgré sa faiblesse, ses yeux s'ouvrirent devant lui tout de même et sans savoir qu'il y avait du monde autour de lui, il murmura entre ses lèvres :

- Où suis-je ?

Ébahi de voir un tel environnement dans le désert, si paisible, et où la chaleur ne lui paraissait pas écrasante, il ne s'inquiétait même pas de savoir s'il avait bousculé quelqu'un ou non durant sa débandade, tellement épuisé que même avec la force de chakra qu'aurait du ressentir tout homme aux aguets, Amano resta sur place, tendant juste un peu plus la main pour sentir la douceur de l'eau du bout de ses doigts.





>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMar 16 Aoû 2016 - 12:11


J'aime à penser que le désert est l'un de ces rares endroits où l'agitation ambiante du monde ne vous poursuit pas, un havre de tranquillité. Mais malheureusement - et contre une certaine logique également - il n'en est rien. Les différents nomades, shinobis et autres commerçants qui traversent de long en large l'océan dorés me le rappellent constamment. Les scorpions géants et autres saloperies à plusieurs pattes se chargent également de rappeler aux imprudents que le désert est aussi dangereux qu'incandescent. La mort rôde partout, tout le temps. Elle peut surgir et frapper au détour de n'importe quelle dune ou après chacun de vos pas. La chaleur, la faune ou la guerre sont autant d'obstacles qui se dressent sur le chemin du voyageur. Et si vous voulez mon avis c'est précisément ce qui fait le charme de mon domaine.

Et puis il y a tout de même quelques îlots de calme au milieu de cet enfer sur terre. Les oasis par exemple. Les étrangers pensent sûrement qu'elles se ressemblent toutes. Mais il n'en est rien. Ho que non! Un oeil entraîné remarquera rapidement les différences qui les caractérisent ou les subtilités qui les rendent uniques. J'ai porté mon dévolu depuis quelques années déjà sur l'un de ces points d'eau en particulier. Tellement bien caché que je crois être le seul à le connaître. Ce n'est sûrement pas le cas mais comme ça flatte mon ego de penser ainsi, ben...

C'est donc confortablement installé contre le tronc d'un palmier que je savoure la fraîcheur de l'eau sur mes pieds. Une bouteille à moitié vide dans la main gauche, une cigarette à l'allure étrange dans la droite, je me laisse simplement porter par la vie. Cette vie qui, selon certains, serait un long fleuve tranquille! Il faut croire qu'ils n'ont jamais entendu parler du clan Kawaguchi ou de Kaze... Mes yeux se lèvent vers le ciel tandis qu'un soupire glisse entre mes lèvres. Il faut que j'arrête de penser à la gestion de la nation ou du conflit avec Konoha sous peine de m'énerver. Zen Kira, zen... Fume et pense à des trucs sympas!
*Tu es tellement imbibé de drogues que tu ne fais même plus attention à ton environnement...*
Qu'est-ce qu'il me veut encore avec son ton condescendant, celui-là? Le Bijuu ne se contente pas de squatter mon corps mais s'immisce également dans mes pensées. J'ai d'abord pensé que la solitude lui pesait et qu'il voulait la briser en papotant avec moi. Mais avec le recul je doute que le Tanuki puisse ressentir ce genre de sentiments. Alors j'en suis arrivé à une seconde conclusion: il aime simplement se foutre de ma gueule et me rappeler à quel point je suis insignifiant selon ses critères. Il saute sur la moindre occasion de me rabaisser. Mais pour être tout à fait honnête je ne suis pas en reste non plus.

Toujours est-il que je sais encore faire la différence entre un simple tacle et un véritable avertissement. Je me concentre et le sable s'agite pour me redresser sans que j'aie à fournir le moindre effort. Flemmard vous dites? Ouais! Et alors? Chaque calorie est importante dans le désert. On ne les crame pas sans raison valable! Chose qu'il faudrait sans doute apprendre à l'espèce d'efféminé qui dévale la pente avec un curieux mélange d'efficacité, d'acrobaties et de précision. Car le voyageur se dirige droit sur moi et risque de me percuter. Mais quoi qu'en dise Ichibi, mes réflexes sont toujours là! Du coup je modifie légèrement le dénivelé du sol de manière à écarter l'intrus de sa trajectoire.
"Peuh!"
Je reprends une longue rasade d'alcool et m'essuie sans grande classe le coin des lèvres d'un revers de la main avant de m'intéresser plus avant au jeune homme qui vient de perturber mon semblant de plénitude. Qu'est-ce que c'est que cette couleur de cheveux? On dirait Kibo! Ho putain! Et si c'était son frère caché. T'imagines ils sont plusieurs? L'angoiiiiiiiiisse! Je réalise tout à coup que je sais pas grand chose sur la généalogie du Kage. Bon après je ne m'y intéresse pas non plus particulièrement faut dire. Mais les hasards, j'y crois plus trop!
"T'es mort?"
Ce serait plus simple! Mais l'autre me brise mes espoirs en me demandant où il se trouve. Et voila, c'est bien ce que je pensais: un putain de touriste! Encore un de ces mecs qui croit pouvoir traverser le désert tranquillou et qui se rend compte après quelques minutes que l'eau, c'est la vie. Mais l'inconnu a eu de la chance dans son malheur. Il a tout de même réussi à... heu... trouver une oasis. Même s'il semble trop faible pour faire le dernier mètre qui sépare sa bouche du fluide salvateur. Ironie oblige!
"Je te rassure t'es pas encore en enfer! Quoique..."
Ça se discute! Bon... Il y a une sorte de loi tacite à Kaze qui consiste à porter assistance à une personne en danger dans le désert. C'est basé sur une connerie du genre "fais aux autres ce que tu voudrais qu'ils te fassent!" ou quelque chose comme ça. Faut dire que je tiens pas mal aux traditions. C'est elles qui ont fait - et feront - la force du clan. Mais je me considère au-dessus des lois. Pourquoi? Ho bah c'est simple: j'héberge un dieu. Donc j'en suis un moi-même! Et comme les dieux, justement, sont au-dessus de tout, bah... C'est un curieux dilemme moral qui se pose à moi. En fait il faut que je sache si c'est un étranger. S'il est du coin, je le sauve. Sinon je le laisse pourrir. Mais pour obtenir les réponses que je veux il va falloir que l'autre reprenne quelques forces. Il doit boire en tout cas! Alors bon, je me dévoue. Vous me connaissez...
"Ouvre la bouche! Histoire que je vise juste!"
Et bim! Un liquide doré et chaud quitte la partie de mon être dont je suis le plus fier. Le filet de pisse s'écrase sur le visage du jeune homme et je corrige immédiatement la trajectoire pour atteindre sa bouche. Pas de gaspillage! C'est sympa de se découvrir une fibre écolo! Les traditionnelles dernières gouttes viennent marquer mon territoire sur le sable à mes pieds puis je range mon engin de séduction massive à l'abris du soleil.
"Faudra attendre pour le deuxième verre!" que je lui explique avant de prendre une nouvelle gorgée d'alcool. "Je reconstitue le stock!"
Voilà pour les premiers soins. Ma bonté me perdra, je sais! Je commence ensuite ma fouille de l'individu à la recherches de papiers ou autre indice me permettant de deviner son identité mais aussi - et surtout - sa provenance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMar 16 Aoû 2016 - 22:21

Une voix se fit entendre, trop lointaine pour ses pensées qui s'évaporaient à mesure que sa gorge s'asséchait. Troublé, la question ne lui permis que de demander où il était. Sa bouche trop sèche refusait de laisser sortir de nouveaux mots.
Bien que la main du jeune Kawaguchi touchait l'eau, il ne s'était pas rendu compte que sa trajectoire avait été modifiée au grès de cet inconnu tout près de lui.

Peu à peu, la voix de son aîné se dissipa et ses yeux se fermèrent. Hors de question pour Amano d'abandonner si facilement, mais il était tellement fatigué après ses longues journées de recherches. Qu'est-ce qui lui avait prit de vouloir absolument trouver cet endroit ? Il avait tout de même une bonne étoile au dessus de sa tête puisqu'il n'était pas seul et surtout dans un Oasis.

Ni l'enfer, ni même l'ordre ne parvinrent à son cerveau, mais sa bouche entrouverte pour avoir parlé plus tôt suffirait aux moqueuses intentions du ninja fièrement debout.

Ca eut tout de même un effet pour le moins radical. Serait-ce le goût, la chaleur ou peut-être les mots amicaux du blond sur la fin qui le réveillèrent, mais Amano ouvrit grand les yeux et s'étira de toutes ses forces pour atteindre l'eau de l'oasis. Il n'avait pas hésité et craché tout ce qu'il avait pu avant de mener à ses lèvres de l'eau cueillit dans le creux de ses mains pour rincer tout ça et recracher sur le sable autant qu'il le pu.
Toussant fortement, il s'essuya du revers de son bras sa bouche et se retourna vers Kira, les yeux rageurs. Pourtant, le platine souffla et afficha un sourire moqueur.

- Merci pour le réveil, mais j'en reprendrais pas, trop chaud à mon goût.


Serrant le poing plus que les dents, il se redressa complètement pour faire face à ce petit farceur et continua d'une voix qui se voulait quelque peu irrité.

- Dis moi blondinet, quelle est la ville la plus proche d'ici ? C'est que vois-tu... j'ai une chose importante à trouver, je n'ai pas le temps de m'amuser avec toi.


Ses yeux, au moins aussi pâle que sa tignasse et sa peau, jusqu'à ses vêtements, lui donnaient un air vraiment étrange, limite cadavérique. Pourtant, ce même regard se plantait fièrement dans celui de son vis-à-vis, oubliant jusqu'à l'humiliation subit. Après tout, qui, hormis eux deux, ne saurait ce qu'il venait de se produire ?

Alors que le platine semblait calme, au fond de lui, son esprit bouillait, prêt à exploser, prêt à lui décocher une gauche ensablée. Son poing bien fermé tremblait de rage, mais son corps se tenait droit, sans bouger.
Mais cette fois, sa colère l'emporta sur son habituelle raison.
Amano bondit, prenant le soleil comme allié, venant se placer de sorte que son prochain bon le place dans son halo. Il n'était pas aussi vif que le serait un ninja parfaitement entraîné, mais il avait cette volonté de lui faire comprendre qu'il n'était pas un satané touriste et encore moins quelqu'un à prendre à la légère et à qui on pouvait faire impunément ce genre de blague douteuse.

Ramenant contre lui son bras gauche il n'hésita pas et dans un sourire, sur son second saut, le Kawaguchi arma son sable sur sa main gauche, la faisant d'abord doubler de volume. Il était prêt à le frapper, et dans ses yeux se lisait une pointe d'envie de meurtre. Tout en étant sérieux, Amano saurait retenir son coup s'il ne percevait, n'entendait, aucune réaction de cet énergumène.

Non mais, pour qui il se prenait à penser pouvoir pisser comme ça sur n'importe qui, sous prétexte, s'il avait saisit le sens du peu de mots qu'il avait perçu à cause de sa fatigue, de le sauver. Pourtant, dans les yeux de Kira, il aperçu quelque chose, d'infime, mais quelque chose qui lui fit froid dans le dos.
Etait-ce parce qu'il avait cette intensité que possédait sa mère, ou était-ce encore plus profond ? Un souffle, c'était comme s'il percevait tout au ralentit tant sa tête tournait.
Lorsque son coup fut prêt à être décoché, que sa main atteignit le triple de sa taille normale, il hurla son nom.

- AMANO !! AMANO KAWAGUCHI !!!... POUR TE SERVIR BLONDINET !!

Tout sourire, le dit Kawaguchi venait de se trouver une seconde raison de vivre, il en été persuadé. Cet air moqueur et supérieur du blond lui plaisait pour le moment. Ca lui donnait du mordant, ça lui permettait de sortir de ses gonds.
Spoiler:
 




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMer 17 Aoû 2016 - 12:43


Il faut croire que je suis plutôt doué pour les premiers soins. Mon intervention divine se solde par le réveil du mystérieux voyageur. De mon point de vue on peut séparer l'humanité en deux grandes catégories: ceux qui répondent à la provocation par la violence et ceux qui savent faire preuve de stoïcisme. Mais ceux qui répliquent par l'humour alors qu'ils viennent de se faire pisser dessus, je crois, sont plutôt rares. Il faut tout de même savoir faire preuve d'abnégation pour se comporter ainsi. L'inconnu est peut-être trop las - ou assez intelligent - pour réagir de manière sensée, allez savoir. Peut-être qu'il a vu ou vécu des choses si horribles qu'il ne prête même plus attention à son sort ou à sa fierté. Certains touchent tellement le fond qu'ils n'ont plus la force d'esquisser le moindre geste pour regagner la surface...
"Et en plus il fait le difficile..."
Je soupire. C'est trop chaud? Il aurait voulu des glaçons avec? Quelle ingrat! Je viens tout de même de lui sauver la vie, non? Ou, plutôt, je viens de lui donner l'énergie nécessaire pour franchir la distance qui le séparait encore de l'eau fraîche. Je ne suis pas un expert dans le domaine mais il me semble que ça reste une bonne action. Mais si je me fie au poing serré et tremblant de l'inconnu alors ce n'est pas vraiment la reconnaissance qui l'étouffe en ce moment. Ça m'apprendra à jouer au bon samaritain, tiens. Et le voilà qui m'appelle blondinet en plus...
"La ville la plus proche? Mouais..." je me caresse le menton tandis qu'un sourire amusé s'installe sur mes lèvres. "Tu vois le truc c'est que je ne suis pas sûr de vouloir te l'indiquer. D'autant plus que tu ne me poserais pas cette question si tu étais du coin. Ce qui doit faire de toi un étranger, donc. Et moi, les étrangers, je peux pas les encadrer! Spécialement en temps de guerre d'ailleurs..."
Petit sourire narquois pour appuyer mes propos. Hey! Ce type pourrait très bien être un agent infiltré de Konoha. On me la fait pas, à moi! Ce postulat tend d'ailleurs à se vérifier lorsque l'autre décide de m'attaquer en prenant comme allié le soleil pour m'éblouir. Pas con! Même plutôt malin! Je place la paume de ma main en parallèle avec le sol et un léger tourbillon de sable commence à se former. Il compte vraiment m'attaquer ici, dans le désert? La bonne blague...

Des lames de silicium se forment et n'attendent que mon ordre pour trancher en deux mon assaillant. Mais le cri que ce dernier pousse me fait douter et me pousse à l'hésitation. Lui, un Kawaguchi? Ce type incapable de survivre dans le désert? Non, ce n'est pas possible! Et pourtant le sable qui recouvre son poing constitue une évidence que je ne peux nier. Mes lames se transforment alors de manière à former mon habituelle armure protectrice. Je ne peux pas tuer cet Amano avant d'en savoir plus. Ce qui ne signifie pas pour autant que je vais le laisser me blesser en retour.

J'envoie mon poing à la rencontre de celui de mon adversaire et le choc soulève le sable autours de nous. Mon armure se craquelle et je la reforme aussitôt avant de pencher la tête sur le côté en observant le Kawaguchi. Je connais tous les membres de mon clan. C'est ainsi au sein d'une communauté fermée sur elle-même. Mais lui je ne le connais pas du tout. Son nom comme son physique me sont étrangers. Un bâtard? Comme Tsukiko? Si c'est le cas alors il vaudrait peut-être mieux que je m'en débarrasse avant qu'il ait le temps de contaminer le clan à la manière de ma cousine.
"Les Kawaguchi ne se battent pas entre eux! Nous avons bien assez d'ennemis comme ça!" d'un autre côté nous ne sommes pas non plus sensés nous pisser dessus... "Tu sais qui je suis au moins?"
Et voilà, mon ego revient à la charge. J'ai un peu de peine à accepter l'idée que quelqu'un puisse ignorer mon identité. J'avais pourtant imaginé que ma réputation me précédait bien au-delà des frontières de Kaze. On dirait bien que je me suis trompé. C'est... vexant!
"Visiblement non..." je soupire d'irritation. "Kawaguchi Kira! Maître absolu du désert!"
Rien que ça! Ichibi ne partage évidemment pas mon avis et me le fait bien sentir au travers d'une vive douleur dans le torse. Quitte à être vexé, qu'il le soit aussi! Nous partageons tout après tout, non? C'est un curieux mélange de douleur et d'amusement qui déforme mes traits pendant quelques secondes. Puis je crois les bras et toise le fameux Amano.
"Je ne peux pas nier que tu sois un Kawaguchi! Et ça m'emmerde un peu dans la mesure où notre clan est sensé commander au désert, non le subir. Tu donnes une bien piètre image des nôtres!"
C'te honte! Heureusement que je l'ai trouvé en premier, avant un potentiel Yamada qui se serait sans doute fait une joie de rapporter l'histoire du fameux Kawaguchi qui a failli se faire tuer par le désert... J'imagine que c'est ce qui s'appelle avoir de la chance dans son malheur.
"Et pour ne rien arranger je n'ai jamais entendu parler de toi..." t'es qui bordel? "Je n'irais pas jusqu'à dire que je suis d'un naturel suspicieux mais j'ai un peu de peine avec les coïncidences. Combien de chances y'a-il qu'un Kawaguchi inconnu au bataillon se pointe dans cet oasis précisément au moment où je m'y trouve? Je ne suis pas un génie des maths mais je suppose que la probabilité que ça arrive flirte avec le zéro!"
Qu'on ne me dise pas que c'est le destin ou une connerie du genre. M'enfin cet Amano doit avoir compris où je veux en venir: il va devoir me convaincre! Et si j'étais lui je m'appliquerais à fournir des explications crédibles. Je me concentre et le sable jaillit dans notre direction avant d'enfermer Amano dans une pyramide de sable. J'esquisse quelques mouvements du doigt dans le vide et taille dans mon jutsu afin d'en libérer le visage du jeune homme. Pour parler, il faut respirer. Hé ouais!
"Tu aimes jouer? Moi j'adore ça! C'est sûrement un vestige de mon âme d'enfant ou quelque chose du genre." bref osef, non? "Alors, donc, on va jouer! Tu vas me parler de toi et me raconter en détail ton histoire. Et moi, dès que je sens que tu essaies de me la faire à l'envers, je te broie une partie du corps. D'accord?"
Les règles sont plutôt simples non? J'érige un trône de sable sur lequel je m'installe avec toute la modestie dont je sais faire preuve et reprends une gorgée d'alcool avant de rallumer ma pseudo cigarette.
"Quand tu veux! N'hésite pas à aller dans les détails! J'aime bien ça, moi, les détails!"
J'en raffole, même!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMer 17 Aoû 2016 - 19:15

Si seulement il s'était entraîné avec beaucoup plus de rigueur. Plus il l'entendait parler, plus sa voix résonnait dans sa tête et trouvait un écho de colère. Oui, cet homme en face de lui, son aîné, l'irritait au point de le voir sortir les armes le premier. Et ça, depuis ce jour là, avec sa sœur, ça ne lui était plus arrivé mais il ne s'en souvenait pas encore. Ce n'était pas assez sanglant pour qu'il s'en rappel de cet incident. Leur pauvre maison.
Il n'avait pas eu envie de lui dire à quel point il l'énervait, et même, Kira l'avait pris pour un étranger, lui, enfant du sable. Quelle ironie.

En parlant de sable, celui autour d'eux se leva et obéit au ninja au cheveux rayonnant comme le soleil. Un murmure traversa les lèvres du platine, sans qu'il ne s'en rende compte.

- Un enfant du sable...

Et cette pensée ne fit qu'un tour au moment où son poing de sable fut balayé comme pour rire. Le choc, Amano le sentit traverser ses muscles jusqu'à son épaule et lui tira un rictus douloureux. Sitôt après, ses pieds touchèrent de nouveau le sable chaud, mais l'attitude de son sauveur changea.
Sa pensée fut confirmée par les paroles que prononça Kira. Les yeux bleus passés s'illuminèrent une seconde. Non, on ne se battait pas entre membre d'une même famille, mais encore fallait-il savoir. Lui qui n'avait vécu qu'auprès de ses parents, puis de sa sœur pour enfin partir à leur mort, il n'avait pas eu le temps de tous les connaître, il n'avait pas voulu enregistrer tout ça.

Tournant ses yeux sur le côté et vers le bas, le cadet des deux hommes se sentait étrange. Il venait de trouver ce qu'il cherchait depuis tant de temps. Une personne de son clan, un homme avec une façon agaçante d'agir, de parler, mais qui ne rebutait pas Amano.
La question sur sa personne, il ne bougea pas, sentant la douleur commencer tout juste à quitter ses muscles. Il était sûr d'une chose, s'il était vivant, c'était bien parce qu'il était un enfant du sable, après tout ce temps passé dans le désert à errer.
Sa réponse fut claire et sans surprise, ou presque. Levant un sourcil sur le « Maître absolu du désert » il manqua de rire en se mordant la langue. Le respect était une chose qu'il tentait d'avoir, un maximum, quant il jugeait qu'il pouvait en tirer parti.

La voix de Kira ne se stoppa pas, et bien pendue et tranchante, elle le roua de reproches qui, aux yeux du platine ne trouvèrent aucune accroche. Il n'avait pas subit le désert, sauf aujourd'hui. Il avait juste été trop présomptueux.

Plus ça allait, plus Amano sentait que le peu de crédibilité qu'il avait en temps qu'homme s'effritait sous les mots de son probable cousin, ou quelque chose de ce genre. Son regard se ferma, comme pour chercher comment convaincre le blond qu'il était bien un Kawaguchi, autre qu'avec le sable qu'il maniait.
Alors que sa réflexion allait bon train, il sentit le sable effleurer sa peau pour finalement l'emprisonner. Il avait cessé de respirer en le sentant sur son visage, mais lorsque la lumière de l'extérieur et sa chaleur frappèrent de nouveau sa tête, il reprit une grande goulée d'air puis planta ses yeux dans ceux de son vis-à-vis.

Un flash lui apparu, comme un souvenir qu'on déterrait. Le sable qui le recouvrait été, contre lui, plutôt froid, mais surtout, la prison été semblable à ce jour là.
Une mine triste traversa son visage qu'il tenta de balayer en serrant les dents. Il avait horreur des jeux, surtout où il perdait.
Mais de le voir se faire une assise confortable pour l'écouter le fit sourire.

- Kira Kawaguchi hein...


C'était pour se donner un peu de temps et rassembler ses quelques rares souvenirs. Puis sa voix changea légèrement, elle qui est d'ordinaire emprunte de la plus grande des assurances mua, incertaine et presque parfois, tremblante.

- Je suis né avant la guerre, mon père est un Kawaguchi, ma mère une ninja dont je ne me souviens pas le nom de sa famille. Je ne suis ni l'aîné, ni le cadet de ma famille, mais cette couleur de peau et de cheveux, je la dois à ma mère. Je n'ai pas de souvenirs très précis mais...

Il leva les yeux au ciel, comme pour à tout prix éviter de trouver ceux de Kira.

- Ca, je l'ai déjà vécu. J'étais tout jeune, et c'était avant la guerre. Père avait eu du temps pour nous et avait voulu superviser notre entraînement cette année là. L'un après l'autre on s'est retrouvé face à lui, mais je n'ai jamais voulu lever la main contre mon père, c'est alors... qu'il m'a enfermé lui aussi dans une prison de sable, mais sans m'en dégager le visage pour que je respire. Je me souviens juste l'avoir entendu dire que si je trouvais pas de solution, il me laisserait mourir, il n'avait nul envie d'avoir un faible dans ses rangs...

En fermant les yeux, il se rappela de la sensation d'étouffement, puis de la voix de sa sœur aînée qui s'était approchée après le départ de leur père. Une minute s'était déjà écoulée ce jour là, un sourire traversa les lèvres d'Amano.

- C'est grâce à ma sœur que je suis encore là, par deux fois. Ce jour là, elle m'a encouragé et m'a assuré que, comme elle, le sable m'obéirait, qu'il était notre essence et petit à petit, j'ai finit par me sortir de là. Je ne sais plus comment, mais je suis sûr que mon corps s'en rappellerait s'il le fallait. Après ça, j'ai juste en mémoire le sourire éclatant de ma sœur aînée.

Avec de la peine, il reporta son attention sur Kira et ses émotions semblèrent un peu plus intense, ses yeux brillaient.

- Je... j'avais douze ans quand ça a commencé... les morts, la guerre...


Serrant fortement ses dents à s'en faire mal, Amano prit une grande inspiration. Son cœur battait fort, et il avait horreur de reparler de cet instant, mais ça l'avait tellement marqué, ça avait déclenché sa vie de nomade d'aujourd'hui.

- Ma sœur, celle-la même a qui je devais de m'être sortit de la prison de sable, m'avait à sa charge avec quelques enfants du coin aussi. Je ne suis pas resté les bras croisé, j'ai tenté de l'aider avec le peu que je savais faire. J'ai tout fait... j'ai tout tenté... mais...

Maudissant ses sentiments, il lui parlait à cœur ouvert, trop troublé par cette prison de sable, par ce ressentit, par sa sœur qui avait toujours veillé sur lui. Une larme perla, de rage et de désespoir.

- Je n'ai pas pu la sauver ! J'étais là et... tout ce qu'elle a su faire c'est se sacrifier pour nous en nous souriant. Elle était tout ce que j'avais après maman... et... après sa mort, son sort pour nous protéger, nous les enfants, est resté actif et ce fut plus tard des adultes qui vinrent nous récupérer et nous protéger à leur tour.

Ses yeux voyaient encore et encore la scène, le sang qui coulait de la blessure de sa sœur, puis son sourire et ce mur tout autour d'eux.

- J'ai tout perdu ce jour là, mes parents, ma sœur aînée et la trace des autres membres de ma famille, je ne sais même pas si mes autres frères ou sœurs sont encore en vie... mais je les cherche depuis ce jour, parcourant le désert de long en large...

L'hésitation dans sa voix s'effrita bien que son cœur ne ralentissait pas.

- Et je n'ai pas de honte à t'apparaître ainsi... pour aujourd'hui, ça fait plus d'une semaine que je parcours le désert à la recherche d'un lieu et je n'ai juste pas été assez prudent dans la quantité d'eau transportée. Mais... je te dois la vie, c'est ton ombre je crois, que j'ai vue... qui m'a fait atterrir ici. Et pour satisfaire ta curiosité...

Une nouvelle fois, il inspira et son cœur se calma, et ses sentiments s'évaporèrent.

- Je recherche les ruines de notre clan. J'ai envie de savoir, de tout savoir et je voudrais surtout être assez fort pour tous vous protéger.

Il insista sur les deux derniers mots, même s'il savait Kira plus fort que lui, sa volonté ne changerait pas. La route sera longue et douloureuse, mais il voulait avancer et faire ce que sa sœur avait fait pour lui, pour son clan.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyJeu 18 Aoû 2016 - 13:02


J'écoute Amano m'exposer son histoire d'un air distrait. Mais si mon regard se pose sur le scorpion noirâtre qui gambade à mes pieds mon attention est évidemment focalisée sur mon probable cousin. Poli que je suis, je le laisse s'exprimer sans tenter de le couper. Je me contente de tapoter impatiemment des doigts pour lui faire comprendre que mon temps est précieux. Mais je l'ai bien cherché après tout: n'est-ce pas moi qui ai insisté pour que son récit soit parsemés de détails? Fort heureusement je peux compter sur ma bouteille - ou sur celles encore dans mon sac - pour alléger quelque peu ce fardeau...

Pourtant l'histoire d'Amano n'est pas sans intérêt. Il y a même un peu d'action! Et des morts, évidemment. La faucheuse marque de son empreinte nombre d'habitants de Kaze. Et les Kawaguchi n'ont jamais fait exception à la règle. Quoi qu'il en soit les familles qui ont été épargnées par les guerres ou l'instabilité doivent se compter sur les doigts d'une seule main. Loin de la compassion, donc, c'est plutôt l'irritation qui se manifeste. Et lorque mon cousin termine son récit je ne me prive évidemment pas d'exprimer mon avis sur la question.
"Pathétique..." je soupire. "Pour résumer, donc, ta soeur s'est sacrifiée pour te protéger. Et elle serait peut-être encore vivante si seulement tu avais eu les couilles d'affronter ton père. En te privant de l'entraînement qu'il pouvait te dispenser, tu es devenu un poids mort pour les tiens. Et il n'a visiblement pas fallu longtemps avant qu'ils en paient le prix..."
Vous pardonnerez mon manque de compassion mais je ne m'embarrasse plus de ce genre de sentiments. C'est le pragmatisme qui vous fait avancer, non l'altruisme. Si la soeur d'Amano l'avait compris elle serait encore de ce monde...
"Je me demande ce qui m'irrite le plus: le fait que tu aies causé la mort de membres de notre clan ou que tu bafoues leurs mémoires en te mettant inutilement en danger comme tu viens de le faire!" son état ne peut qu'accentuer mes propos. "Quoi qu'il en soit tu as une dette envers les nôtres! Et crois-moi, je vais m'assurer que tu t'en acquittes!"
Le clan a besoin de toutes ses forces pour faire face à l'avenir. Mais il ne peut pas s'embarrasser de gêneurs comme Amano. Conclusion? Ce dernier doit s'endurcir! Les faibles ne peuvent être tolérés. Il s'agit d'une question de survie en des temps comme ceux d'aujourd'hui. Je ne souhaite pas tuer le jeune homme dans la mesure où il partage mon sang. Mais mérite-t'il de vivre pour autant?
"Je vais t'amener à la capitale où tu rencontreras Tsukiko, notre cheffe de clan. Elle décidera de ton sort. Mais rassure-toi: elle n'est pas du genre à se débarrasser des gens comme... et bien, comme toi!" dommage! "Mais avant que tu songes à te reposer ou à un lit bien douillet nous allons devoir régler certaines affaires en suspens!"
Mon esprit ô combien supérieur a déjà dressé notre futur emploi du temps. Il semblerait que je n'honorerai pas le palais de ma présence avant quelque temps...
"Puisque tu veux voir les ruines nous allons y faire un saut rapide. Les gardiens des lieux s'assureront que tu es assez... pur pour pouvoir les arpenter. Dans le cas contraire ils se contenteront sûrement de te mettre en pièces. Vois ça comme une sorte de test, d'accord?" ce sera amusant! "Ensuite nous traquerons les meurtriers de ta frangine et nous abreuverons le désert de leur sang et de leurs cris. Il faut bien que quelqu'un les venge, non? Et puisque tu en es visiblement incapable je n'ai pas d'autres choix que de me dévouer..."
Il n'y a pas de prescriptions pour le meurtre d'un Kawaguchi. Nous répondons à la mort par la mort, point. Et même si la réalité est un peu plus subtile, la mienne ne tolère que cette vérité. Pour peu que les coupables foulent encore le sol de Kaze et soient en vie, nous les retrouverons. Ho que oui! Mais chaque chose en son temps.
"Mais avant tout il va falloir que tu songes à te libérer de cette prison!" j'effectue un mudra. "Et n'oublie pas: ta soeur ne sera pas là pour t'aider cette fois-ci..."
Le sable s'agite à nouveau et recouvre son visage, reformant une pyramide parfaite. J'accentue alors peu à peu la pression du silicium sur le jeune homme. Je le crois capable de se libérer avant d'étouffer ou d'être broyé. Mais peut-être que je me trompe, allez savoir. Nous verrons bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyVen 19 Aoû 2016 - 23:27

Aussi tranchantes que des lames de vent, les paroles de Kira arrivèrent aux oreilles du cadet des Kawaguchi. Un poids mort pour sa famille, il espérait bien que non. Mais aucune larme ne vint se nicher dans le creux de ses yeux suite à cette remarque. Elle l'avait fait, non seulement pour lui mais aussi pour les autres enfants. Lui, d'aussi loin qu'il se souvienne, ses mains avaient toujours été hourdées du sang de ses ennemis durant cette guerre.
Le sang qu'il sentait hélas bien trop souvent toutes les nuits sur ses mains. Mais il avait fait une promesse au sable et au soleil, il les protégerait tous quitte à y laisser sa vie. Il protégerait le futur de leur pays lorsqu'il serait temps. Son air changea sous les menaces de son aîné qui se faisait de plus en plus dur.
Visiblement, leur clan lui tenait à cœur, tellement qu'il en était révolté par l'altruisme de la sœur d'Amano ce fameux jour. Puis il fit mention de la bêtise du platine, risquer sa vie bêtement. C'était un peu vrai et pourtant, c'était aussi une manière de renforcer son corps. Au fond de lui, tout au fond, il savait que souffrir ainsi lui donnerait plus d'endurance.

S'il avait pu se défaire de cette prison où il s'était laissé enfermé comme un débutant, Amano aurait fui cette discussion. Il aimait surmonter les problèmes, mais avait plutôt horreur de faire face à un jugement. Malgré tout, il ne manqua pas un mot de son supérieur tout en voulant occulter la partie sur la rencontre avec la cheffe du clan et l'aller simple à la capital. Il n'aimait pas beaucoup y passer, mais s'y sentait obliger lors de mission qu'il ne refuserait jamais.

Pas une fois, sur toutes les incisions que lui procurèrent les mots de Kira, Amano ne parla. Il l'écoutait studieusement, enfermant avec précaution les différentes intonations dans sa voix, ses mots et tout ce qui découlait de lui.
Continuant d'écouter le monologue du blond, le genin manqua un battement de cœur et une respiration. Il avait bien parlé des Ruines, celles là même qu'il cherchait ? Lui savait où elles se trouvaient ? Il l'y conduirait ?
Bien que fermés, les yeux d'Amano luisaient de bonheur et son visage, détendu, le laissa transparaître.

Grâce à cette révélation, et puisque la prison n'était pour le moment là que pour le retenir, il tenta de bouger légèrement les doigts. Sable froid et compact. Il le savait. Il fallait se dégager au moins une main pour avoir la deuxième et mettre à mal ce piège.
Tout en refusant l'idée de verser du sang sur une histoire passée où les criminels sont probablement déjà enterré, une fois encore, le platine ne pipa mot. Mais quelque chose changea. Le mouvement, le bruissement du sable, et les derniers mots de Kira avant que le noir et le manque d'air ne le gagne.
C'était son ultime épreuve. Quelque chose qu'il devait réussir. Et il le ferait.

Deux minutes au grand maximum sans bouger, une tout au plus en se débattant. Il avait donc à peu près soixante secondes pour se sortir de là, sans compter sur le broiement de son corps. Le sable était aussi son élément. Il avait mis du temps à le comprendre et à l'accepter.
Avec beaucoup de mal, il ouvrit la bouche et avala une bonne bouchée de sable. Répétant l'opération jusqu'à pouvoir bouger la tête, il avait entre temps cherché à s'abaisser, voulant ainsi créer, l'espace d'une courte seconde, un mouvement de sable pour combler le vide, juste de quoi pouvoir rapprocher ses mains et créer ses mudras.
Sans doute aurait-il une bonne indigestion, mais qu'importe. Il ne perdrait pas ce défit, c'était hors de question, et il sentait que son aîné n'avait pas glissé toute sa puissance dans sa technique.

Au fond de lui, il se répéta les mots de sa sœur : Un Kawaguchi n'abandonne jamais. Bien que la pression l'étouffait, bien que le sable arrache sa peau à chacun de ses micros mouvements, il ne relâcha pas ses efforts et enfin, son armure de sable le couvrit, utilisant une partie de celui de sa prison. Il bénéficiait d'un peu de temps encore pour ne pas succomber.
Ainsi, il reprit son entreprise et avala encore un peu sable. S'il avait ouvert ses yeux, ces derniers auraient criés : le sable est moi ne faisons qu'un. Sans ébranler l'extérieur de la structure, il en vidait le contenu. Lorsqu'il eu plus d'espace, il profita de ces quelques précieuses secondes pour invoquer à la fois sa main de sable et son bouclier de terre. La main gauche prête à frapper, la droite prête à protéger. Mais il fit tout autre chose et posta son bras droit contre le mur encore bien épais de sa prison et frappa avec sa main ensablée. Il n'avait recouvert que d'une fine pellicule de sable sa main gauche, car il n'aurait pas pu frapper sans ça, mais son coup fit voler son bouclier au travers de sa prison, défaisant sa structure mais fracturant par la même ses os.
Serrant les dents à la douleur, il ne su pas de suite s'il avait réussis ou non. Son estomac lui faisait mal, il n'avait jamais autant avalé de sable, et son bras le faisait aussi souffrir. Ajouté à cela le manque d'oxygène, sa tête tournait atrocement.

Quelques gouttes de sang abreuvèrent le sable de l'oasis. Il n'osait pas ouvrir les yeux.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyLun 22 Aoû 2016 - 15:54


Qu'est-ce qu'il attend pour se libérer? Je fais les cent pas autours de la structure de sable qui comprime encore Amano. Ai-je placé la barre trop haut? Et que faire maintenant que je suis fasse à un dilemme que je n'avais pas vraiment envisagé? Le laisser crever pour faire le type qui n'a qu'une seule parole - et qui se tient! - ou assassiner l'un de mes frères de clan? La réponse, je la connais déjà. Mais ça ne m'empêche pas d'envisager l'autre option quelques longues secondes. Après tout personne ne saura ce qu'il se passe ici. Et qui s'inquiétera de la disparition d'un jeune homme inconnu au bataillon? L'idée de donner un petit coup pouce à la sélection naturelle est séduisante...
*Tu vas le laisser mourir?*
*Pourquoi pas?*

J'arpente le sable face à la pyramide sombre. Les yeux du Bijuu luisent dans l'obscurité alors qu'il me suit du regard. Il est plutôt mal placé pour s'aventurer sur le terrain de la moral. Ses conseils ou ses avis sonnent aussi faux que l'empathie dont il fait parfois preuve à mon égard. Et je crois qu'il voit dans la situation actuelle une occasion de s'amuser, d'assister à un spectacle qui lui fera oublier quelques instants sa condition.
*La décision ne m'appartient plus vraiment de toute façon! C'est entre lui et le Désert! S'il n'est pas capable de soumettre le sable dans une situation aussi critique c'est qu'il ne mérite tout simplement pas de porter le nom du clan!*
*Et donc de vivre?*
*C'est l'idée, ouais...*

Son ricanement fait trembler le sol et provoque quelques avalanches de silicium. Shukaku apprécie la simple perspective de la mort d'autrui. Mais il ne comprend pas les vraies raisons qui me poussent à agir ainsi. Il se contente d'effleurer la surface de mes propos sans se soucier de mes motivations. Il les juge sûrement trop... primitives. Ça tombe bien: je ne comptais de toute façon pas en débattre avec lui. Il ne saisirait sûrement pas que je n'agis pas contre Amano mais bien pour les Kawaguchi.

J'émerge de mon introspection et observe à nouveau la surface lisse de ma prison de silicium. Mon cousin est encore à l'intérieur et je commence nerveusement à tourner autours de la prison. Si j'avais davantage exploité la sensorialité je pourrais au moins m'assurer que le jeune homme est vivant. Mais là, à part croiser les doigts, je ne peux pas faire grand chose sinon observer. Le plaisir de Shukaku s'accentue au fur et à mesure que les secondes s'égrainent. J'en viens finalement à envisager la façon dont je vais faire disparaître le corps...

Mais le sable s'agite imperceptiblement. Quelques grains chutent au sol puis un creux se forme sur la surface de la pyramide. Finalement cette dernière toute entière s'effondre en soulevant un nuage de silicium que j'écarte d'un revers de la main. Une silhouette se dessine alors au milieu des restes de ma prison. Le mélange de soulagement et de satisfaction que j'éprouve se traduit par un sourire tandis que je m'approche d'Amano. Sourire que j'efface rapidement. J'ai une réputation à préserver, m'voyez?
"T'es vivant?" je le pousse du pied pour m'en assurer. "On dirait bien que oui!"
Parfait! Il y a du potentiel finalement! Même si je n'ai pas exploité le tombeau du désert à fond, il n'empêche que le jeune homme a réussi à s'en défaire. Et ce n'est pas donné à tout le monde! Ho que non! Je sais à présent qu'il mérite de vivre. Et que le diamant brute qu'il est mérite d'être taillé. Il lui faudra un bon professeur. Pas l'un de ces vieillards qui prônent tolérance et ouverture d'esprit. Mais pour l'heure c'est surtout de repos dont il a besoin.
"Allez, debout!" je forme un nuage de sable qui le soulève du sol. "Ce n'est pas parce que tu as failli crever que tu as gagné le droit de glander!"
Quoi? Il ne s'attendait tout de même pas à des félicitations? Mon regard se pose sur le sang qui noircit le sable puis sur la main d'Amano. Fracturée? On dirait bien si je me fie à sa jolie couleur bleue et à son volume croissant.
"La douleur t'aidera à rester éveillé!" elle est bénéfique, oui oui oui! "Et puis ce qui ne tue pas rend plus fort!"
Non mais en vrai ça fait super mal une main fracturée! Le truc c'est qu'il ne faut jamais montrer à l'autre que tu subis! Et puis de toute façon ce n'est pas en se plaignant que la souffrance disparaît! Quitte à ce qu'Amano ait mal, que ce soit en silence. Quoi qu'il en soit j'espère qu'il a compris qu'il ne doit pas s'attendre à ce qu'on fasse un détour pour soigner sa paluche.
"Allez hop, en route!"
Je ne suis pas un chien non plus! Du coup je lui verse un peu d'eau de ma propre gourde - s'il-vous-plaît! - sur le visage et le reste dans la bouche. J'ai déjà entendu pas mal de personnes dire qu'on se sent bien lorsque l'on aide son prochain. Bah franchement je ne peux pas dire que je ressente un plaisir particulier. Ca me fait chier, en fait! Maintenant je vais devoir remplir ma gourde à nouveau. Dans l'eau de l'oasis. Eau désormais partiellement contaminée - sur les bords en tout cas, oui oui! - par le sang, la sueur et la bave d'Amano. Je sais bien qu'on peut pas attraper des maladies comme ça et tout et tout. Il n'empêche que c'est dégueulasse!

Je remplis néanmoins ma besogne - question de survie! - avant d'ériger un autre nuage de sable pour mon divin fessier. Et nous voici à survoler le désert en profitant d'un léger vent et d'un coucher de soleil majestueux. Comment qu'il est beau mon pays! Forcément, l'autre, il doit avoir un peu de peine à profiter du spectacle. Mais il est toujours en vie, c'est déjà ça! Quitte à ce qu'il savoure quelque chose, ce soit le simple fait d'être encore de ce monde...

<=====<>=====>

La lune a remplacé l'astre solaire dans les cieux lorsque nous arrivons finalement à destination. Une simple dune au pied de laquelle trois pierres ont été disposées de manière aléatoires. Du moins, c'est ce que n'importe qui pourrait penser. Ce n'est pas par hasard que les ruines étaient si dures à trouver avant que Tsukiko décide de les livrer en pâture au peuple tout entier. Si elle voulait partager, elle n'avait qu'à offrir son palais à la gueuserie. Mais ça, forcément, ça lui est pas venu à l'esprit. Il est tellement plus facile de donner ce qui ne vous appartient pas...
"Debout!" je tape trois-quatre fois dans mes mains. "On est arrivés!"
Je jette un vague regard aux blessures d'Amano, l'air de rien. Je soulève ensuite le sable qui nous entoure en deux pans rappelant de grandes portes. Un escalier de pierre se dévoile alors sous nos yeux, nous invitant à l'emprunter. J'observe à nouveau mon cousin pour observer sa réaction. C'est cool, hein?
"Ho et évites de foutre du sang partout! Les ruines sont déjà assez salopées comme ça!" on en parle du train? "Et ça risque d'attirer un Ketsueki ou un truc du genre!"
Je marque un temps d'arrêt et plisse les yeux. C'est pas con, ça! Je pourrais utiliser Amano comme appât. Avec un peu de chance un des jeunes Ketsueki serait attiré et... couic! Idée à creuser! Mais pour l'heure, mon cousin - fusse-t'il éloigné et avoir une coupe de cheveux étrange! - a bien gagné le droit de visiter l'objet de son intérêt. Nous descendons dons la rangée d'escaliers puis une autre et une autre encore. Nous nous enfonçons profondément sous terre et je croise les bras pour capturer un peu de chaleur. C'est que ça caille, ici!

Nous arrivons finalement dans l'un des tunnels secondaires des ruines. Les torches s'allument sur notre passage, dévoilant les multiples sculptures et reliefs des murs. Et des pattes.... Je relève les yeux pour observer la paire de fennecs qui nous font face et nous dévorent du regard.
"Voici les fameux gardiens! Enfin, une partie d'entre eux!" je montre les deux invocations d'un vague geste de la main. "Tu pourras toujours compter sur eux pour te bousiller une séance de méditation. Ils ne peuvent pas s'empêcher de surveiller tout ce qu'ils croisent!"
"Il s'agit là de notre devoir, Kira! C'est grâce aux miens et à leurs sacrifices que..."
"Les ruines sont encore debout! Je sais, je sais! , Celle-là, je l'entends à chaque fois que vous tentez de vous donner de l'importance..."
Ce n'est pas vraiment une histoire d'amour entre les Gardiens et moi. Si l'on excepte les crasses que je leur fais, c'est surtout notre vision des choses qui nous différencie. Ils se considèrent comme une part entière des ruines. Moi, comme des squatteurs. Les siècles de loyauté au clan ne me font pas oublier un point essentiel: tout utiles qu'ils soient, ce n'est pas du sang Kawaguchi qui coule dans leurs veines.
"Bref! J'ai besoin d'une confirmation!" je pousse Amano en avant d'un coup de paume. "Le reconnaissez-vous comme l'un de vos maîtres?"
L'instant de vérité... Les deux fennecs s'avancent sans la moindre animosité vers Amano et commencent à humer l'air. Je ne sais pas vraiment comment ils procèdent pour s'assurer qu'une personne est bien un Kawaguchi mais il n'empêche que c'est efficace. Je m'éloigne d'un pas ou deux histoire de ne pas fausser leur petite enquête - n'allez pas comprendre par là que je pue! - et penche la tête sur le côté, curieux. Je suis pratiquement sûr que le jeune homme a suffisamment de sang pur. Reste à voir si les gardiens sont de mon avis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMar 23 Aoû 2016 - 15:18

Combien de secondes s'écoulèrent alors que le sable autour de lui s'était écroulé ? Il ne savait pas bien, mais la grande goulée d'air qu'il avait pu prendre, la voix de Kira qu'il avait pu entendre, et cette façon bien à lui de s'assurer de son état de vivant, lui avait, malgré la douleur, tiré un sourire amusé. C'était étrange, mais ce blond là, il voulait vraiment apprendre à le connaître. Quelque chose en lui le fascinait. Peut-être son détachement, ou sa façon de faire progresser les autres en les mettant au pied du mur. Quoi qu'il en soit, il ferait ses armes à ses côtés, c'était décidé, et avec ou sans son consentement.

Quelque chose le souleva, et c'est à ce moment qu'il ouvrit son regard pastel sur Kira, empli de fierté. Les mots le firent peu à peu recouvrer complètement ses esprits et il passa outre son mal de ventre pour observer sa main. Il y était peut-être aller un peu fort.

- Je compte pas mourir avant d'avoir accomplit ma mission.

Malgré ses mots, la douleur dans sa main le lançait atrocement. Se laissant bichonner pendant quelques secondes par Kira, il ne pu s'empêcher de le trouver un peu différent des premières secondes où ils s'étaient rencontrés. Peut-être parce qu'il venait de lui prouver sa force, sa volonté de vivre, ou simplement parce qu'il s'était calmé.
Sans savoir ce qui pouvait bien se passer dans la tête de l'aîné des Kawaguchi, Amano apprécia la fraîcheur de leur sur son visage qui le retira toute trace de sable. Devait-il le remercier ? Non, pas pour le moment. Se serait accepter qu'il avait une dette envers cet homme, et bien qu'il s'agisse de la réalité, il le remercierait plus tard, au moment opportun.

Se laissant porter par le sable, il chercha de sa main valide une bande seine dans sa sacoche à sa ceinture et vint serrer fortement ce tissus autour de sa main, allant jusqu'à bloquer les doigts pour éviter de faux mouvements et d'aggraver sa situation.
L'air frais sur son visage le détendit, oubliant presque la douleur lancinante de ses blessures. Du sable à perte de vue, par moment luisant sous le soleil. Sans parler pendant tout le trajet, il profita du temps qu'il lui était accordé pour se reposer un peu et se demander où ils se dirigeaient. Avec les précautions de son aîné, le platine s'octroya le droit de fermer quelques minutes ses yeux.

Quand la fraîcheur le titilla, ce fut le son émis par les claquement des mains de Kira qui le sortirent complètement de sa torpeur. Ouvrant difficilement un œil, Amano observa les lieux sans rien trouver d'original jusqu'à ce que son guide ne fasse un petit tour de passe passe et que le sable se divise, laissant apparaître un passage.
Jetant un regard à son guide du jour, le platine suivit son mouvement et emprunta l'escalier. Plus ils descendaient, plus la fraîcheur du lieu se faisait sentir, laissant un frisson parcourir le corps du jeune ninja. Il n'avait pas peur du froid, il avait prit l'habitude de supporter autant la rudesse de la chaleur du soleil en plein jour que l'étrange fraîcheur des nuits du désert.
C'est en venant frotter lentement sa main qu'il leva les yeux vers les animaux gardiens des ruines. Ils devaient juger si oui ou non Amano était digne de connaître les secrets de sa famille.

- Kira... quant on sortira d'ici... j'aurais une faveur à te demander.


Son ton était quelque peu solennel alors qu'il se laissa approcher par les gardiens et sentit la main de celui qu'il venait d'interpeller le pousser vers eux.
Humblement, Amano ferma les yeux et ne sembla pas bouger, laissant les maître des lieux le juger. Il n'avait rien à cacher, pas même le clan de sa mère qui lui été inconnu. Pour autant qu'il sache, son père la considéré énormément et ne partait jamais sans elle en mission. Ils formaient un duo. Un duo dont il ne se rappelait rien ou presque.
Le platine ne voulait plus souffrir de ces souvenirs, se rappeler de sa famille et de leur mort. Il en avait tellement souffert cette année là qu'il s'était enfui pour parcourir le pays du vent. Bien sur, il n'avouerait jamais cette petite part de faiblesse, bien qu'il connaisse ses limites.

Amano sentait que les fennecs sondaient son âme. Comment ? Parce que quelques souvenirs bien enfouis remontaient imperceptiblement. Dans l'un d'eux, il pu voir parfaitement le visage de sa mère, son sourire, ses longs et soyeux cheveux platines, sa peau d'un rose très pâle et ses magnifiques yeux jaunes fauves. Il revoyait aussi son père la serrer dans ses bras, et le regard noir de ce dernier, ainsi des cheveux blonds comme les blés et une peau hâlée.
Le jeune Kawaguchi tendit ses mains vers les gardiens et l'un d'eux mordit sa main valide, laissant quelques fines gouttes de sang abreuver sa gueule.
Il revit alors sa mère, peu avant sa mort. Ses yeux étaient toujours jaune, mais beaucoup plus pâle. Comme si elle perdait la vue petit à petit. Lui, d'aussi loin qu'il se souvienne, ses yeux avaient toujours étés d'un bleu pâle, presque translucide.

- Kawaguchi Amano est mon nom, gardiens. Si par le sang de ma mère vous ne me jugez pas digne, qu'il en soit ainsi.

Et pourtant, les deux fennecs semblèrent se reculer pour les laisser passer. Peut-être que le gamin n'était pas un pur sang Kawaguchi, mais son cœur l'était plus intensément que certain. C'était ce qu'ils avaient pu lire en lui. Sa famille, son clan, était tout pour le jeune homme.
En les voyant faire, Amano releva son visage et se tourna vers Kira.

- Je jure que je ne te décevrais pas.

Pourquoi avait-il eu besoin de lui dire ça maintenant ? Peut-être parce qu'il jugeait que le blond avait fait preuve de patience à son égard et il l'avait tout de même conduit jusqu'ici. Il devrait se montrer à la hauteur de ses attentes, d'une manière ou d'une autre.
Puis il se retourna vers les gardiens et avec respect s'inclina devant eux.

- Merci mille fois. Je ne vous décevrais pas non plus.

Son cœur hurlait, il voulait tellement savoir et être capable de protéger les siens. Sa main fracturée le relança et lui tira une grimace, mais il fit un pas en avant.

- Allons-y.

Un sourire sur ses lèvres et Amano attendit que son guide passe devant pour suivre son sillage.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMar 23 Aoû 2016 - 17:21


Bon et bien la sentence est tombée: Amano est l'un des nôtres! Je suis partagé entre la satisfaction et une certaine irritation. Je pose le regard sur les deux gardiens à la recherche d'une quelconque trace de doute. Mais les fennecs semblent suffisamment sûrs d'eux pour m'ôter mes propres interrogations. Je décoche donc un petit signe de tête au jeune homme. Une façon de lui souhaiter la bienvenue dans le clan. J'espère qu'il ne s'attendait pas à un câlin ou quelque chose dans le genre parce que ce n'est pas vraiment le genre de la maison. Il reste encore un long chemin à parcourir à mon cousin pour être véritablement digne du nom qu'il porte. Si l'on hérite de son sang, le respect et l'estime doivent être gagnés...

Mais il semble néanmoins en bonne voie! Il va même jusqu'à me promettre qu'il ne me décevra pas. Ce qui, évidemment, m'arrache un sourire goguenard. Tout le monde me déçoit tôt ou tard. Ça n'a jamais été qu'une question de temps... Voilà ce qui arrive lorsque l'on place la barre trop haut. Suis-je trop exigeant avec mon entourage? Ou est-ce mon entourage qui n'est pas assez exigeant avec lui-même? Toujours est-il que je ne me fais pas d'illusions: Amano n'arrivera jamais à me contenter.
"Commence déjà par ne pas te décevoir toi-même!" la base! "Et ne fais pas de promesses que tu ne pourras pas tenir..."
Et surtout, surtout... Arrête de parler avec autant de respect à ces putains de fennecs! Ce ne sont pas tes égaux mais tes serviteurs! Et puis ne t'incline pas non plus devant eux bordel! Mais... pourquoi tu fais ça? Je reste en retrait jusqu'à ce que le platine manifeste son envie de poursuivre la visite. Je lui désigne le couloir qui s'étend devant nous d'un signe de tête avant de reprendre place sur mon nuage de sable. C'est parti!
"Tu m'as parlé d'une faveur tout à l'heure?" Je sens les emmerdes arriver! "J'te préviens tout de suite: si tu veux m'emprunter des ryos tu peux aller te faire foutre chez les kumojins! C'est à peine si j'arrive à maintenir mon train de vie depuis que je ne suis plus payé par Suna!"
J'ai beau vivre dans un palais, y'a des dépenses. Connaissez-vous le prix moyen d'une pute à Odaichi? Non? Ben ça douille! Et vu ma consommation de... services du genre disons qu'il m'arrive de racler les fonds de tiroir. Sans parler de la boisson, de la drogue et tout ce qui rend ma vie si merveilleuse! Alors oui, je suis fauché! Il faut dire aussi que Tsukiko a rapidement révoqué mon accès au trésor national ou clanique. Parait que je suis un gouffre financier, m'voyez? Foutaises! Calomnies!
"Viens, on va jouer à un jeu sympa! Ça s'appelle "détruire les projets de Tsukiko et purifier nos ruines"!" je lui montre la voix ferrée qui s'étale maintenant devant nous. "Ça, c'est le chemin que la machine Saibogu suit. Tu vois ce que c'est un Saibogu au moins?"
Me dites pas qu'il va falloir que je fasse toute son éducation en plus? Dans le doute je n'attends même pas sa réponse avant de lui délivrer une explication aussi juste qu'objective:
"Les Saibogu c'est... un peu comme un cancer tu vois? On se demande pourquoi ça existe et comment l'éradiquer!" la comparaison est plutôt bonne je trouve! "Ils adorent construire plein de trucs moches qui polluent et font du bruit! Et en plus ils se prennent pour les rois du monde! Le futur, qu'ils disent..."
Un rictus assombrit mon visage. Putain mais comment des gens peuvent-ils être aussi arrogants? C'est abusé quand même! Déjà, de un, il n'y a qu'un seul futur: le mien! Et de deux, s'il doit y avoir un roi du monde, ce sera moi! Comme si ces inventeurs dégénérés pouvaient contester ma suprématie... C'est à se demander comment ils passent encore les portes avec leurs grosses têtes enflées!
"Bref! Le Saibogu, ça se bute à vue!" de préférence en lui infligeant une petite tonne de souffrances. "Pareil pour le Yamada ou le Ketsueki! Les premiers accentuent le réchauffement climatique et les seconds sucent tout ce qui passe à leur portée! Dis-toi que c'est de la sélection naturelle si ça te pose un problème de conscience! Ou alors que c'est un service à rendre à ta patrie. T'as quand même pas envie que ces trucs prolifèrent?"
Mais je m'égare là non? J'aimerais bien continuer à cracher ma haine sur les clans que je juge inférieurs au mien - tous, donc! - mais j'en aurais pour des mois. Voir des années! Et puis nous avons toujours notre petit jeu à faire Amano et moi. Je ne peux qu'espérer qu'il suivra mes précieux conseils...
"Bon, donc... Revenons à nos chameaux! Tu vois ces espèces de gros clous sur les planches en bois, là?" je lui montre les traverses. "Ça, si ça disparaît, ça fout la merde tu comprends? Genre les tiges en métal se déplacent et ça provoque un accident! Mais bon pour ça il faut en retirer pas mal quand même..."
Je me frotte les mains d'excitation sans vraiment m'en rendre en compte. S'il y a bien un truc que j'apprécie sur cette planète c'est encore de foutre la merde! Mais je ne me contente pas de céder à mes petits désirs. Ho que non! Je fais également mon devoir de Kawaguchi avec ma petite guérilla visant à purifier les ruines des hérésies Saibogu. Deux en un! Voir trois en un! Parce que bon, Tsukiko qui apprend que son train a eu des problèmes ça vaut tout l'or du monde...
"Je te montre!"
Un geste de la main et le sable se dirige vers l'un des clous. Il l'entoure avant de l'extraire avec une simplicité étonnante. Une tentacule de silicium vient ensuite déposer l'objet en métal dans la paume de ma main. Je l'exhibe fièrement avant de voir une ombre se dessiner sur le mur, derrière Amano. Ha oui je les avais oubliés ceux-là. Le danger approchant, je saisis la main blessée d'Amano dans laquelle je dépose sans grand ménagement le clou.
"On change de jeu!" que je lui annonce gaiement. "Maintenant ça s'appelle "comment expliquer aux gardiens qu'on sabote le train de Tsukiko"! Tu verras, c'est sportif!"
Ce sont bien les deux fennecs qui viennent d'apparaître au détour d'un couloir. Et leur regard, posé sur le métal dans les mains de mon cousin, oscille entre la colère et la surprise. De mon côté je lève les mains et feints l'innocence. C'est pas crédible, ok. Les gardiens me connaissent suffisamment pour savoir que je ne suis pas blanc dans cette histoire. Seulement, hé, ce n'est pas moi qui tient le clou présentement. Et ce n'est donc pas à moi de fournir des explications!
"Tssss, Amano! Je suis déçu..." air outré puissance mille. "Les gardiens viennent à peine de t'accorder l'accès aux lieux que tu commences déjà à les détériorer!"
Y'a plus de jeunesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMer 24 Aoû 2016 - 22:59

C'est l'oeil agacé qu'il garda la remarque du blond pour lui. Il relancera le sujet et était bien certain de lui faire comprendre qu'il n'abandonnerait jamais, et ça, peu importe les difficultés qu'il rencontrerait. Pour autant, au signe de tête, il s'engagea dans le couloir désignait, marchant avec l'agréable sensation de fraîcheur à même ses pieds.
Mais quelque chose le fit ralentir et même, son rire éclata. Il ne pouvait pas le retenir, cette fois c'en était trop. Posant sa main contre son ventre pour tenter de se calmer, Amano répondit à Kira, toujours amusé.

- Non, ne t'en fais pas, je n'ai pas besoin d'argent, je me suffis du peu que j'ai. C'est quelque chose de complètement différent mais, comme je te l'ai dis, je te la demanderais une fois à l'extérieur. Je n'en démordrais pas.

D'un regard sérieux qui dénotait complètement avec son sourire amusé, le platine continua la route jusqu'à la première salle ou plutôt, le premier endroit qui intéressa Kira. Alors qu'il lui parlait du clan Saibogu, de la machine ainsi que de Tsukiko, le jeune Kawaguchi observa attentivement les rails.
Ecoutant les paroles de son aîné avec respect, Amano se demandait ce qu'il pouvait avoir contre ces inventeurs. Néanmoins, il devait lui accorder une chose. Et cette chose le faisait sourire. Ils n'avaient pas la même manière de résoudre les problèmes, de changer les choses, mais ils avaient pour l'heure la même envie.
Toujours en écoutant le venin que crachait Kira sur les autres clans et cette construction, le platine s'avança vers la voie ferrée.

Mais avant qu'il n'ai eu le temps de s'approcher plus et de constater l'oeuvre matérielle, sa main fut saisit par celle du blond et il reçu le bout de métal dans son creux alors que son immature camarade lui proposait de changer de jeu, si tenté que le premier en fut un.
Les yeux pastels se tournèrent vers les gardiens auxquels il adressa un sourire.

- Je ne suis pas là pour saboter le travail de mes camarades du pays du vent, néanmoins, je suis contre le fait que le train passe dans ces ruines. A côté tout au plus... mais... ces ruines, ces souvenirs, de les laisser à la vue de tous et par la même de nos ennemis c'est quelque chose que je conçois pas. Aussi, je voulais juste déplacer les rails.

Avec un soupçon de mensonge et une grande part de vérité, Amano pencha légèrement son visage sur le côté. Il n'avait pas parler de Kira, après tout, lui aussi était Kawaguchi, alors les quelques grains de sable dans sa main pouvait être les siens. Mais surtout, il ne comprenait pas. Si un Kawaguchi devait passer un test pour pénétrer ces lieux et si un train y passer, c'était le monde à l'envers.
Intérieurement il enrageait de cette situation.

Sous le regard méfiant des gardiens, le platine ne se démonta pas et même, son regard montra une volonté forte.

- Comprenez nous, Gardiens. Les ruines de notre clan sont une chose sacrée. De voir que d'autres clans y ont apporté des modifications, et malgré eux, les ont peut-être détérioré, ça m'attriste autant que ça me révulse. Je ne déferais pas le travail d'un de mes supérieurs, mais il est fort probable que ma voix s'élève contre, avec ou sans votre accord.

Serrant son poing, il s'avança vers les deux fennecs, croisant leurs regards sans peur aucune. Il ne comptait pas remettre le clou à sa place de suite, mais il faudra qu'il ai une petite discussion avec Kira lorsque ces deux là ne seront plus dans les parages, c'est à dire dehors.
Il avait de bien drôle de manière de s'amuser.
Sans savoir la pensée des deux Fennecs, ceux-ci ne montrèrent pas les crocs, contrairement à la peur première du jeune Kawaguchi, mais ils ne bougèrent pas, attendant certainement qu'ils remettent ce qu'ils avaient enlever.

- Une dernière fois, ce n'est pas nous qui détériorons ce lieu, mais cette machine. C'est étonnant que vous l'ayez laissé passé...

Un peu provocateur, le platine détendait ses muscles à mesure qu'il s'approchait des deux gardiens, venant poser ses mains à plat contre le haut d'une de leurs épaules, étant entre les deux, le clou maintenant dans sa bouche. Il n'avait pas peur, s'ils voulaient le tuer, ils l'auraient fait au premier coup, à ses premiers pas. Il savait qu'ils n'étaient pas pour, mais il savait aussi qu'ils comprenaient un peu et qu'il n'avait pas tout à fait tord.
Pour autant, l'un des deux grogna. Etait-ce la main contre lui, le fait qu'il ne veuille pas replacer ce clou ou encore une arrivée extérieure ? Amano n'en savait rien, mais il avait confiance. S'ils étaient gardiens de leur clan, ils ne tueraient pas l'un des leurs. Il ne broncha pas. Advienne que pourra.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyJeu 25 Aoû 2016 - 7:14


La réaction d'Amano me surprend au plus haut point, je l'avoue. Elle est bien loin de ce que j'avais imaginé. Le jeune homme vient de gagner quelque points d'estime que je ne me savais même pas disposé à lui accorder. Mais son comportement a aussi le don de m'irriter. Certains diront que je suis un éternel insatisfait. Ou un psychorigide. Mais j'aime bien quand les choses se déroulent de manière à satisfaire mes petits désirs. Alors même si l'aplomb de mon cousin m'enchante il n'en reste pas moins que j'espérais qu'il s'illustre autrement...
*Je voulais qu'il se fasse dessus ou qu'il se répande en excuses, moi...*
Shukaku réplique à ma déception par un rire gras qui se manifeste sous la forme d'un bourdonnement désagréable dans ma poitrine. Mais quitte à retenir quelque chose de l'échange entre Amano et les fennecs, que ce soit la fierté dont il fait preuve en parlant des ruines et de notre héritage. Je reconnais en lui un Kawaguchi. Et pas de n'importe quelle espèce s'il-vous-plaît. Il fait incontestablement parti de la race de ceux qui sont prêts à se battre pour leurs idéaux. Peu importe le nombre ou la force de l'adversaire. Et c'est un trait de caractère qui se fait bien trop rare à mon goût au sein du clan pour être négligé.

Mais le courage ne doit pas se transformer en témérité. Mon cousin flirte avec le danger et si j'imagine fort bien le sentiment grisant qui doit l'habiter en cet instant je n'oublie pas non plus qu'il dépasse dangereusement les bornes. Car si les gardiens ont évidemment leur propre opinion au sujet de l'occupation des ruines, il n'en reste pas moins que leur obéissance va à Tsukiko, la cheffe de clan. Et cette dernière a décidé que l'abomination Saibogu passerait sur notre sol sacré. Peu importe l'avis que les fennecs peuvent avoir sur le sujet. Ce qui importe c'est qu'ils sont prêts à se battre pour défendre les lubies de la bâtarde...

Je n'hésite donc que brièvement avant de m'élancer en avant pour me porter à hauteur du trio. Une barrière de sable s'élève comme un mur protecteur entre les crocs de l'un des animaux tandis que je ma place face au second, écartant au passage le platine de la zone. Mon intervention a eu le mérite de calmer les invocations. Mais je sais que ce ne sera pas nécessairement suffisant.
"C'est bon, on arrête là! Temps mort!" me voici propulsé dans le rôle de médiateur. C'te blague... "Si un combat devait avoir lieu ici il y aurait davantage de dommages qu'un simple clou. Et - arrêtez-moi si je me trompe! - votre travail consiste précisément à protéger ces ruines non?"
J'espère qu'ils ont compris le problème qui se pose à eux parce que je ne suis pas vraiment d'humeur à leur expliquer ce que ça implique. Si je dois me battre, je défonce tout. Point. Et ils le savent très bien. L'argument n'est pas seulement crédible: il tombe à point nommé. Ainsi donc les deux fennecs reculent sans nous quitter de leurs regards étranges. Mais leurs oreilles aplaties et leurs crocs parfaitement visibles sont des indicateurs plutôt fiables: la tension est à peine apaisée.
"Alors on va partir chacun de notre côté. Vous allez rangez vos griffes et on va gentiment poursuivre notre visite dans la paix et l'harmonie." sigh! "Ou alors vous continuez à nous regarder avec vos pseudo-airs de prédateurs et on se charge de vous rappeler pourquoi vous avez prêté serment aux Kawaguchi et non l'inverse..."
S'ils ont besoin qu'on leur rappelle qui est l'espèce dominante sur cette planète, je me dévoue. Ca fait un certain temps que j'aimerais bien les remettre à leur place, ceux-là. Seulement les dommages qui pourraient être infligés aux ruines m'ont toujours modéré dans mes ardeurs. Maintenant si ce sont eux qui lancent les hostilités... Et bien je suppose que l'on peut parler de légitime défense et faire ce qui est nécessaire pour survivre. Toutes sacrées qu'elles soient, ces ruines n'auront jamais la même valeur que ma vie...
"Ouais, c'est bien ce que je pensais!" Victoire pour le peuple! "Va pour la manière douce!"
J'abaisse mon sable tandis que le duo de gardiens achève de se retirer, disparaissant au détour d'un couloir. Ils n'iront pas bien loin. Il est illusoire d'espérer échapper à leur vigilance. Il semblerait donc que nous n'ayons plus grand chose à faire ici. Toutefois j'aimerais encore montrer quelque chose à Amano avant que nous regagnions la douce chaleur de la surface. Et si possible avant que j'attrape un rhume ou une autre saloperie du genre. Je l'invite une nouvelle fois à me suivre dans les méandres des ruines.
"T'as des couilles!" je hausse les épaules. "Y'a encore du travail à faire niveau jugeote mais... ouais, t'as des couilles!"
Et ça, c'est bien! Très bien même! N'empêche que ça m'arrache toujours autant la gueule de faire un compliment à quelqu'un. Même lorsqu'il est mérité. Nous avançons encore quelques minutes, accompagnés par les bruits de pattes des gardiens qui nous suivent à la trace. Puis je marque une pause devant l'entrée d'une vaste grotte mise en valeur par des poignées de lucioles. Leur éclat procure à l'endroit une dimension spirituelle déjà soulignée par un silence religieux.
"La grotte aux Lucioles!" que je lui explique. "Chaque statue symbolise l'un de nos ancêtres, proche ou éloigné. Et la plupart du temps il s'agit de leurs restes momifiés dans le sable. J'ai toujours trouvé un peu ça glauque même si c'est rassurant de se dire qu'à notre mort nous reposerons parmi les nôtres. Tous les nôtres..."
Je jette un regard à la tombe de mon père, quelques mètres plus loin. Puis j'observe la réaction d'Amano. Est-ce qu'il trouve en ces lieux une forme de réconfort? Ou l'endroit lui rappelle-t'il que ses proches ne gisent pas ici, qu'ils sont en quelque sorte exclus? À vrai dire je me fous de ce qu'il peut ressentir. Je tiens surtout à lui donner conscience de la longue histoire du clan. À lui insuffler la fierté que chaque Kawaguchi devrait ressentir en arpentant le désert.
"Un jour nous rejoindrons nos ancêtres et d'autres viendront à leur tour honorer nos mémoires." je lui décoche un regard sombre. "C'est ainsi qu'il doit en être et ainsi qu'il en sera. Tes proches ne font pas exception à cette règle. Une fois que nous leur aurons rendu justice nous reviendrons ici. Et tu érigeras des statues pour perpétuer leurs souvenirs. Mais pas avant..."
Une manière de lui mettre la pression. Je n'ai pas vraiment le droit de lui refuser ce privilège. Mais il ne le sait pas, pas vrai? Je veux qu'il se rappelle de sa faiblesse jusqu'à ce qu'il puisse venger les siens. La souffrance et la rancoeur sont de puissantes motivations. Je laisse à Amano quelques minutes pour découvrir l'endroit et s'imprégner de son essence. Puis je l'invite à nouveau à me suivre. Finalement nous émergeons à l'air libre sous la clarté de la lune. Merde, j'avais oublié qu'il faisait nuit. Va falloir attendre pour un peu de chaleur...
"Bon! Voilà ce qui va se passer! Nous allons nous rendre à l'endroit ou ta soeur a péri. En chemin tu m'expliqueras comment l'attaque s'est déroulée en n'omettant aucun détail. Des noms, des visages, des vêtements particuliers... Tout ce dont tu te souviens, je veux le savoir! Et peut-être - je dis bien peut-être - que ça suffira à nous mettre sur une piste digne d'être exploitée!" on va éviter les faux espoirs. "Une fois que nous aurons effacé cette dette de sang et seulement alors tu seras autorisé à me demander une faveur!"
Je crée deux nuages de sable et m'installe sur l'un d'eux. Il est volontairement plus grand histoire de flatter mon ego. Y'a pas de petits profits! Et si Amano y voit là matière à rouspéter il n'a qu'à me suivre à pied. Tiens, d'ailleurs... Je change d'avis et dissous la monture de mon cousin. S'il veut voler, qu'il le fasse par ses propres moyens. S'il en est incapable alors il pourra profiter de la course qui l'attend pour entraîner son endurance. Dans les deux cas, ce n'est pas mon problème. Je veux bien rendre service hein? Mais de là à faire la nounou...
"Ha et il faudra aussi qu'on parle de tes cheveux..."
Mais chaque chose en son temps. Pour l'heure il s'agit de faire justice. Il sera temps de parler esthétique un peu plus tard. J'attends donc que mon cousin veuille bien m'indiquer une direction et ainsi la première étape des recherches. Recherches qui seront - je le crains! - certainement longues et fastidieuses. Mais qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour sa famille?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyJeu 25 Aoû 2016 - 22:21

Tout autour de lui, plus vite qu'il ne l'aurait cru, un voile de sable apparu pour calmer les bêtes et sa propre ardeur. Il était calme, mais il ne pouvait pas en dire autant des deux gardiens qu'il avait approché, touché pour leur ouvrir son cœur pourquoi pas, à eux qui sondait les âmes.
Tiré en arrière par son aîné, Amano l'observa une seconde de haut en bas. Il n'aurait pas pensé ça de lui, à le voir perdre son temps pour calmer le jeu. Mais les mots qu'il prononça lui ressemblait bien. Et peu à peu les animaux courbèrent l'échine, juste de quoi tempérer la situation bien qu'ils semblaient encore vouloir croquer un bout de celui qui tenait le clou.

Tout Kawaguchi qu'il était, il garda la tête haute, jugeant à son tour des capacités de ces invocations gardiennes. Il avait du respect pour chaque être vivant, mais il savait aussi ce qu'il était, un humain, et en tant que tel, il avait les capacités de leur être supérieur s'il s'en donnait la peine.
Laissant leurs ombres se faufiler un peu plus loin en arrière d'eux, Amano reporta son attention sur le blond à ses côtés qui l'invita à le suivre dans une autre partie des ruines. Il tâcherait de se souvenir de leur position dans le désert, ne serait-ce que pour prier pour leurs ancêtres.
A mesure qu'ils avançaient, les mots résonnèrent. Le message ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd. Mais il ne jugeait pas ça de la même manière. Lui aurait juste voulu faire comprendre ses intentions aux deux Fennecs, et tout ce qu'il avait gagné était leur mépris.
Il reviendrait, il le jura intérieurement.

La lueur tamisée qui s'offrit alors à leurs yeux détendit le cœur du platine qui s'abreuva sans étancher sa soif, des paroles de son guide. Le tombeau de leur clan. Ses yeux cherchèrent un trait connu, et il s'avança entre les statues avant de le voir au loin. Un lourd pincement au cœur le saisit en voyant un visage de sable paisible. Il n'avait connu de lui que sévérité et hurlement à son encontre.
Un éclair traversa ses souvenirs et il posa lentement son index et son majeur droit sur sa tempe, les yeux clos, sans pour autant ignorer les mots de Kira. Sans savoir retenir la perle d'eau salé qui coula le long de sa joue, ses yeux tombèrent sur le regard sombre du fils du désert auquel il répondit.

- Il ne manque que ma sœur à leurs côtés. Il n'y a qu'à elle qu'il faut rendre justice. Mes parents sont en paix maintenant. Et nos ancêtres aussi je l'espère.

Sans venir sécher la trace que laissa la larme contre sa peau, Amano lui offrit un sourire distrait, quasiment absent avant de s'incliner devant lui et ainsi devant tous les morts. Mais de nouveau, il se tourna vers la statue de son père, pensant y trouver sa mère à ses côtés, ce qui fut vérifié. Serrant son poing gauche, le jeune homme inspira profondément et son regard brilla d'une volonté que seule sa mère et sa sœur lui connaissait. Un murmure sortit d'entre ses lèvres avant qu'il ne rejoigne son cousin.

- Je vous promet de vous ramener ma sœur et de leur faire regretter sa mort.


Un bref signe de tête puis il tourna vivement le dos à ces deux statues, revenant à quelques petits mètres de Kira pour de nouveau suivre ses pas. Cette fois ils retrouvèrent le sable du désert et son immensité dans la nuit.
Une fois encore, ce fut le plus âgé des Kawaguchi qui prit la parole, expliquant ce qui allait se passer désormais : trouver les assassins de sa sœur. Il devait fouiller son esprit. Le lieu, il le connaissait par cœur, il y était repassé dans l'espoir de retrouve un frère ou une sœur, mais rien. Aucune trace de personne.

- Le lieu, c'est assez facile. Il se trouve au sud-est de Suna. Et... mes cheveux, j'y tiens comme à la prunelle de mes yeux. Tu y touche, t'es mort.

Alors qu'il avait commencé d'une voix des plus calmes, la colère était nettement présente sur la fin de ses mots. Ils avaient la couleur de ceux de sa mère, il savait aussi qu'il était l'un des rares de ses frères et sœurs à avoir hérité de la couleur de cheveux de cette dernière et il en était fier. Ca représentait tant pour lui, et même son père avait été heureux de l'apprendre.
Voyant Kira se poser sur son habituel nuage de sable, Amano regarda celui qu'il avait fait pour lui disparaître et souri. Ce qu'il aimait c'était courir dans les dunes. Il tiendra le rythme.

Il lui faudra du temps pour se rappeler malgré tout. Le visage de sa sœur hantait trop souvent ses nuits mais il devait passer outre aujourd'hui et se souvenir du reste. De ces hommes là, du cri qu'avait poussé sa mère avant, de l'ordre cinglant de son père et du nom qu'ils avaient prononcés. C'est en serrant les dents qu'enfin le nom du clan de sa mère revint dans sa mémoire et l'histoire qu'elle lui avait compté sur elle également.

- Il faut tout d'abord que tu saches, que ma mère était la dernière descendante de son clan, les Gokan, et qu'ils avaient une particularité bien à eux, outre le physique un peu blafard.


Amano avant entamé la course vers l'emplacement du village où s'était établit son père et sa mère, puis leur famille. Il avait une bonne allure puisqu'il se concentrait sur sa course et ses souvenirs, non pas sur les bruits alentours. Il courrait comme il le faisait rarement, en oubliant de rester attentif aux potentiels ennemis qui sillonneraient le désert.

- Selon les dires de ma mère, les plus expérimentés d'entre eux pouvaient abandonner délibérément un de leur cinq sens pour en sublimer un. La plupart du temps ils abandonnaient le goût et cherchaient à perfectionner le toucher. Mais dans de rares cas, certains ont choisit de ne plus voir pour mieux entendre. Ma mère faisait partit de ceux-là. Elle avait choisi de perfectionner son ouïe à tel point qu'elle savait reconnaître une personne au premier mot qu'il prononçait, ou à sa façon de marcher. La dernière fois que je l'ai vue, c'était le soir de l'attaque, ses yeux étaient blanc comme la neige, mais elle avait crié à mon père que ceux qui avait massacré son clan étaient venu finir le travail, ayant eu vent de sa survit. Il s'agit des Gōin'na, un clan basé uniquement sur la force brute. Ils étaient venu en nombre. On les reconnaît... assez facilement.

Entre chaque phrase, il prenait une grande goulée d'air et se souvenait du sang sur le sol, du hurlement sa mère en voyant le corps de son père transpercé de toute part malgré son sable. Il se souvenait de les voir se sacrifier et se battre à la fois contre les démons et contre les Gōin'na, laissant le temps à leurs enfants de fuir, bien que certains étaient encore trop jeunes.
Il se rappela la main de sa sœur le poussant pour continuer de courir vers la sortie du village et tenter de rejoindre des forces alliées, les Kawaguchi. Autant son père s'était légèrement éloigné du groupe, autant il avait suivit tout ce qu'il se passait au sein de son clan et avait répondu présent à chaque fois qu'ils avaient eu besoin de lui. Ca, le jeune Amano l'ignorait.

- Ils ont tous les cheveux noirs, la peau basanée et recouvert d'un même tatouage de couleur rouge signifiant la mort sur leur épaule gauche.

Il traça le kanji dans l'air pour lui montrer l'exactitude du tatouage.
Serrant son poing une fois qu'il eu finit, il se rappela ce tatouage et le regard mauvais, pervers même, des hommes qui s'étaient approchés de sa sœur cette fois où elle ferma le dôme sur eux sous un cri négatif d'Amano. Il avait tapé de toutes ses forces contre cette protection, de rage, de peur, emplie d'une volonté de vengeance. Les bruits furent atroce, mais il en avait fait abstraction, il ne s'était soucié que de sa sœur en ces instants. Elle et ses beaux yeux jaunes comme leur mère et sa belle chevelure brune aux reflets de feu. Il se souvenait bien plus de sa voix, de ses rires et de ses moments de complicité que de ses habitudes vestimentaires, et pourtant, sans doute grâce à Kira, il se trouvait la force de faire face à ses tristes souvenirs.
Cet homme au caractère bien trempé, celui-la même qu'il désirait suivre.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyVen 26 Aoû 2016 - 5:34


Il ne me faut que peu de temps avant de regretter d'avoir demandé à Amano de n'omettre aucun détail... Non bon alors évidemment, je suis intéressé par ce qui peut nous aider dans notre nouvelle enquête. Mais la couleur des yeux de sa mère, les talents de son pseudo-clan inférieur ou l'histoire des Gokan en général, j'en ai - disons-le! - rien à foutre. C'est donc en observant les étoiles défiler dans le ciel et couché sur mon nuage que je l'écoute distraitement me parler de ses souvenirs. Je ne peux par contre pas réprimer un bâillement qui exprime merveilleusement bien mon état d'esprit.
*Je me demandais... Tu perçois constamment le monde extérieur à travers moi? Où tu peux choisir de l'ignorer?*
*Pourquoi cette question?*
*J'aime bien me dire que tu dois subir les mêmes trucs que moi. Que quand Tsukiko m'engueule, tu l'entends aussi. Ce genre de trucs!*
*Je l'entends aussi...*

Son ton blasé m'arrache un splendide sourire tandis que je suis saisi d'une pointe de compassion pour le Tanuki. Moi au moins j'ai l'occasion de m'exprimer ou de réagir. Lui, il est condamné à subir. Et franchement je n'aimerais pas être à sa place. Tout puissant qu'il est il n'en reste pas moins un animal en cage qui n'aspire qu'à retrouver la liberté. Mais je retrouve bien vite la raison et me rappelle qu'il n'est pas l'un de ces petits chiots affectueux dont la seule obsession est de contenter leurs maîtres...

La suite des explications d'Amano m'extirpe de mon introspection et je retiens le nom qu'il vient de prononcer: Gōin'na. Voilà qui explique bien des choses... J'aurais déjà dû m'en douter lorsque mon cousin m'a indiqué le sud-est. Je stop mon nuage et me tourne vers lui, l'air désabusé. Il connaissait le nom des coupables? Je me rends alors compte qu'il ne m'a jamais dit le contraire et que j'ai un peu trop vite supposé qu'il aurait fait justice lui-même avec cet élément en main. Mais visiblement je me suis trompé...
"Je vois..." quelle merde! "Les Gōin'na sont réputés pour leur agressivité. À l'époque ils ont refusé de rejoindre Suna et ont farouchement préservé leur indépendance. À tel point qu'ils se montrent particulièrement cruels envers ceux qui profanent ce qu'ils estiment être leur territoire. Territoire qui - bien évidemment - appartient de droit aux Kawaguchi!"
Inutile de le préciser je suppose? La zone ou ces demeurés vivent est éloignée des voies commerciales qui traversent le désert. C'est d'ailleurs pour ça que personne n'a encore jugé bon de les remettre au pas. Ils sont une gêne, rien de plus. Et une gêne dont on peut fort bien s'accommoder vu le peu d'influence qu'ils ont. Maintenant, s'ils ont tué une Kawaguchi...
"Quand j'étais gamin je me souviens que mon grand-père s'inquiétait à leur sujet. Il y avait eu quelques escarmouches entre nos veilleurs et des éclaireurs Gōin'na. Mais finalement les choses se sont tassées et le clan ayant bien d'autres chats à fouetter, le problème a été plutôt vite oublié." je soupire. "Mais il semble évident à présent que les conséquences de notre laxisme ont été sous-estimées..."
C'est bien souvent aux jeunes de payer pour les erreurs des générations précédentes. Force est de constater qu'une fois encore ce postulat se vérifie. Triste... Mais à défaut de pouvoir ressusciter les morts nous pouvons au moins les venger. Et ce n'est déjà pas si mal tout compte fait!
"Les demi-mesures n'apportent que des semi-solutions." je tourne à nouveau le regard vers mon cousin. "Alors on va les exterminer. Tous! Jusqu'au dernier! J'espère que tu as le courage de faire ce qui doit être fait. Si ce n'est pas le cas tu peux tout aussi bien m'attendre ici et perdre la seule opportunité qu'il te reste de venger ta soeur. Spectateur ou acteur, le choix te revient!"
Mais qu'il n'essaie pas d'interférer! Peut-être que ce n'est pas ce que sa frangine aurait voulu, peut-être qu'elle préférait le pardon à la vengeance. Mais il n'est pas question de volonté ici. Juste de justice. Ou tout du moins de la justice que je conçois. Ce soir nous ne nous contenterons pas d'honorer la mémoire d'une Kawaguchi en tuant ses meurtriers. Nous envoyons également un message à l'ensemble de Kaze: les crimes à l'encontre de notre clan seront sévèrement châtiés. Tsukiko n'approuverait sûrement pas. Mais elle n'est pas là...
"Que tu le saches: les Gōin'na ne sont pas versés dans les arts shinobis mais ce sont d'excellents guerriers. Ils connaissent parfaitement le désert ou les moyens de s'y cacher. Et il est fort probable qu'ils remarquent notre présence avant que nous nous remarquions la leur. Nous serons les proies, non les chasseurs. Et c'est exactement ce que nous désirons, vu?"
Autant les laisser venir à nous...

<=====<>=====>

Nous sommes arrivés à destination. Le soleil ne se lèvera pas avant une heure ou deux mais ses tentacules lumineuses éclairent déjà l'horizon. Je n'en suis pas certain mais je crois que nous avons pénétré sur le territoire des Gōin'na depuis peu. Toujours est-il que rien ne laisse supposer leur présence dans les environs. Et que nous avons besoin d'eau. Une oasis est proche et il s'agit de la dernière avant bien des heures de marche. Nous y ferons donc une halte afin de nous y désaltérer et profiter d'un repos très relatif. Fermer l’œil ici, ça revient à mourir.
"Le point d'eau sera sûrement surveillé. Les Gōin'na savent que les voyageurs suffisamment stupides pour passer dans le coin doivent y faire une halte. C'est l'endroit rêvé pour une embuscade!" je lui décoche un sourire. "Et nous, on va se jeter en plein dedans!"
Si ce n'est pas à notre arrivée, ce sera pendant que nous nous installons. Mais nos ennemis ne manqueront pas de nous tomber dessus à la première occasion. Pourtant lorsque nous arrivons en vue de l'oasis - puis à ses abords - personne ne nous assaille. Je hausse les épaules, un brin déçu. Puis je dissous mon nuage et retrouve le plancher des dromadaires. C'est alors que je sens une pression au niveau de mon genoux. Je baisse le regard et découvre une lame figée dans mon armure de sable. Et en remontant le bras qui la tient, un regard un brin stupéfait posé sur moi. Je ne sais pas qui de nous deux est le plus surpris...

Mais je suis celui qui réagit le premier: mon poing s'abat sur le crâne de mon adversaire et le sable se charge de le déchiqueter. D'autres Gōin'na apparaissent à leur tour en projetant du silicium, quittant ainsi les trous dans lesquels ils se terraient. Je n'ai pas pensé à préciser à Amano qu'il fallait en garder un vivant. Mais je suppose que ça va de soi, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptySam 27 Aoû 2016 - 1:49

Lorsque le nuage ne bougea plus, le désert se tue. Stoppant par la même sa course, le platine se tourna vers son aîné qui jura. Se laissant aller sous les mots de Kira, le Genin prit le temps de sa parole pour défaire le bandage qu'il s'était fait à sa main blessée. Elle le faisait encore souffrir, mais il était passé au dessus depuis un moment déjà. Il bougeait encore légèrement les doigts alors, il n'allait pas en perdre l'usage, il ne fallait donc pas s'alarmer. Mais la couleur et la bosse qu'elle revêtait ne l'encouragèrent pas à rester serein.
Sans se douter que son propre clan avait déjà eu à faire à ces fauteurs de trouble, Amano sortit un kunai de sa sacoche arrière et se fit une petite entaille sur la bosse de sa main, laissant son sang couler un peu avant de vite refaire le bandage. Il n'était pas doué pour les soins, mais de voir que la taille de la boursouflure avait diminué de moitié le confortait dans son action.
Puis les mots retentirent encore et encore. Inlassablement, dès qu'il le pouvait, Kira abaissé les autres clans. Un hochement de tête, il répliqua.

- Je ne cherche pas à fuir. Je me sens prêt à regarder devant moi et non plus derrière.

Mais il y avait un « mais ». Pourquoi tuer des innocents, pourquoi ne pas chercher à rassembler tout le monde plutôt qu'à les diviser ? C'est en serrant son poing de sa main valide qu'Amano prit la peine de retenir les indications de son compagnon. S'ils n'étaient pas versé dans l'art du ninja, il n'était pas moins de redoutable combattant pour avoir réussis à tuer sa sœur, même s'ils y étaient allé à plusieurs.
Mais de savoir qu'il fallait accepter l'idée d'être les proies, le fit frémir malgré lui.

C'est maladroitement qu'il recommença la marche, écoutant le moindre son suspect. Il manqua plusieurs fois de trébucher, tomber, mais il avait tout de même de bons réflexe, sans doute devait-il remerciait sa condition de shinobi ou ses origines.
Suivre le blond sur son nuage de sable n'était pas une tâche ardue en soit, mais avec la fatigue cumulée de ses précédentes recherches, avec sa main blessée où une tache de sang commençait à se former sur le bandage blanc, et le peu d'eau qu'il avait bu, ça ne rendait pas la chose aisée.

Pendant leur longue route, il sentait la chaleur du désert remonter petit à petit, passant d'une dur fraîcheur à une tendre tiédeur d'un matin naissant.

Ses mains contre ses hanches, Amano reprit un peu son souffle avant de donner une importance aux paroles de son cousin. Se jeter dans la gueule du loup, rien que ça ! Il ne voulait pas non plus crier haut et fort qu'ils étaient là. Mais qu'avait-il en tête bon sang !

Sans mettre en doute le savoir de son aîné, le platine inclina son visage, à peine, et s'empressa de le suivre. Les bruits de leur pas lui était familier et rentrait comme une musique d'ambiance qui fut perturbé par un bruissement de sable différent. Il ne vit pas l'homme agripper la jambe de Kira mais il entendit le bruit du poing contre un corps alors que lui-même sautait pour éviter de se faire attraper. Combien étaient-ils ?

Bloquant sa respiration, il écouta. Celui qui avait cherché à avoir Kira, celui qui avait tenté de l'attraper, celui qui venait de faire gémir sa lame contre la pierre plus loin et d'autre encore sans doute autre que ceux qui se montrèrent en lançant le sable.
Est-ce que son aîné l'avait entendu lui aussi, cette lame criant contre la roche son envie de sang ? Il prit son Kunai dont il s'était servit pour se faire saigner la main et le lança contre la roche pour attirer l'attention de son partenaire avant de retomber lourdement sur le sable, les coudes en arrière de lui au cas où un petit malin se cacherait prêt à le débusquer.
Un hoquet de surprise s'échappa de ses lèvres en voyant une lame briller à quelques millimètres à peine de l'une de ses jambes. Sans doute ses coudes avaient touché son ennemi et avait dévié la lame de justesse.
En se redressant rapidement, Amano donna un coup de pied pour faire voler l'arme un peu plus loin et obliger son ennemi à se montrer. Le nuage léger de sable le rassura et il constitua son armure rapidement avant d'entendre un râle dans son dos. En se baissant, le platine évita un coup puissant qui lui aurait sans doute fracturé plusieurs côtes.
C'était grisant.

Le Genin poussa un long cri plein d'entrain, de rage de vaincre et malgré ses mots, de besoin de vengeance.

Son dernier kunai en main, il se rua sur celui qui avait voulu l'attaquer par surprise et qui s'était stoppé après avoir entendu son rugissement. Le gratifiant d'une balafre au visage, Amano laissa une partie de sa haine éclater au grand jour.
Atteignant la gorge de l'homme, il continua et bondit comme un félin sur sa prochaine proie. Il cherchait à atteindre le guerrier derrière le rocher. Mal lui en prit.

Enfin à son niveau, par une suite d'esquives ou d'attaques au kunai, le jeune Kawaguchi tomba nez à nez avec un homme de bien trois tête de plus que lui et dont la musculature n'était pas en reste. Il supportait d'une main un lourd sabre qu'il s'empressa d'abattre sur Amano, laissant son armure de sable voler en éclat et dessinant un trait de feu sur son torse.
Le Gōin'na l'avait repoussé de bien cinq mètre rien qu'avec cette attaque. Le platine s'était bien réceptionné cela dit, accroupit, une main sur le sable et le regard figé sur cette montagne. Les autres à côtés ce n'était rien, d'ailleurs, ceux qui le pouvait encore prirent la poudre d'escampette. Si ce n'était pas leur chef, c'était au moins un homme particulièrement fort.

Bien sûr qu'il aurait aimé prouver à cet autre manieur de sable qu'il était assez fort pour le battre, mais il devait composer avec son handicap à la main et sa fatigue. Bien vite, Amano reforma tout de même son armure de sable, laissant une goutte de sueur perler de son front. Il ne l'appellerait pas à l'aide, c'était hors de question, mais il ne pourrait pas gagner seul.

Formant à la hâte un fouet de sable, il le fit claquer pour garder cette montagne à distance de lui alors qu'il allait pour se rapprocher.
Amano vacilla mais ne s'écroula pas. Il ne devait pas, pas avant d'avoir retrouver le corps de sa sœur ou au moins de l'avoir vengé, même si ça ne la ramènera pas.

Soudainement, le platine sourit et hurla pour que son homologue l'entende.

- Eh Kira ! Je t'ai trouvé un adversaire à peu près à ta hauteur !
- KAWAGUCHIIIIIIIIIIIII !! VERMINE !

Hurla alors l'homme titanesque. Il connaissait leur nom et leur force, bien sûr. Il connaissait les manieurs de sable. Il avait participé à la traque de la dernière des Gokan et s'était heurté au père d'Amano.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptySam 27 Aoû 2016 - 7:21


Il est rare que je me sente autant vivant que lorsque je tue. C'est peut-être étrange dit comme ça mais ce n'est que la vérité. C'est également lors de ces instants privilégiés que Shukaku et moi sommes sur la même longueur d'onde. Ce qui est suffisamment rare pour être souligné. Guidé par ses instincts tout comme je le suis, le Shukaku savoure chaque goutte de sang versé. Son excitation se traduit par des frissons qui se répercutent le long de mon échine. À moins que ce ne soit que l'expression du plaisir que je ressens en cet instant?

Les secondes s'égrainent et les coups s'enchaînent tandis que la mort commence à rôder autours de nous. Le désert s'abreuve du fluide vital et absorbe les cris des mourants. Fort heureusement je ne suis pas du nombre. Les Gōin'na ont beau être des guerriers courageux, ils ne font pas le poids face à notre maîtrise du sunaton. Du moins la mienne. Car le cri d'Amano m'extirpe de la douce folie sanguinaire dans laquelle je suis en train de m'enliser. J'extirpe alors de mon rêve éveillé et cherche du regard le platine. Mais c'est bien sur le colosse qui fait face à ce dernier que mes yeux finissent pas se poser. Je hausse ensuite un sourcil lorsque la montagne nous traite de vermine!
"Attends l'Gōin'na!" Wouh pinaise! "J'finis de noyer ton pote et je viens t'inculquer deux-trois notions de respect!"
Oui car pour le coup je suis obligé de maintenir mon pied sur la tête du guerrier que je prive d'oxygène. Je pourrais le maintenir sous l'eau avec du sable, c'est vrai. Mais c'est nettement plus jouissif de le faire à l'ancienne. Et puis c'est tout aussi efficace. Et tant pis si ça doit exposer quelques instants supplémentaires Amano à la furie de l'espèce de consanguin. Il survivra!

J'attends donc l'apparition d'un essaim de bulles à la surface de l'eau et laisse quelques longues secondes s'écouler avant de retirer enfin mon pied du cadavre. Une bonne chose de faite! À l'autre affreux maintenant! Je me place d'un bond entre mon cousin et lui puis me redresse en le dévisageant. Qu'il est laid! Un truc comme ça, moi, je l'abandonne à la naissance! Mais il semble évident que mes éventuels enfants auront pour eux la beauté de leur génial paternel!

L'autre me charge sans réelle stratégie et décoche le premier coup. Un pas sur le côté sauvegarde ma splendide dentition. Un autre, mes chances d'avoir la descendance dont je parlais quelques instants plus tôt. Je laisse l'autre se fatiguer peu à peu et me contente d'éviter ses assauts. Si ses coups sont puissants, ils sont également lents. Bien trop lent pour espérer surpasser les réflexes que j'ai acquis grâce à mes entraînement au taijutsu. S'il veut me toucher il faudra qu'il se lève bien plus tôt.

Mais comme toute bonne chose a une fin je me décide finalement à profiter de l'une des nombreuses ouverture que le géant m'offre. Mon poing s'écrase dans ses côtes à de multiples reprises, les fracturant. Je me glisse ensuite dans son dos avant d'écraser mon talon à l'arrière de son genoux. Le Gōin'na tombe alors à genoux et l'affrontement trouve son épilogue lorsque deux tentacules de sable perforent ses épaules et le soulèvent dans les airs.
"Et ça croit régner sur le désert..."
Laissez-moi rire! J'observe avec un destin évident le captif et le sang qui coule le long de son corps puis en goutte sur le sable avant de me souvenir d'Amano. Mon regard s'attarde sur son bras tuméfié - tiens, il n'a pas perdu en volume? - puis cherche d'éventuelles blessures. Mais il semblerait que mon cousin se soit remarquablement débrouillé. Pas mal...
"Après l'effort, le réconfort!" je glisse une lame en sable dans sa main valide. "Bute-le!"
Vous croyez que je fais ça par bonté d'âme? Que c'est par altruisme que je me prive du plaisir de faire davantage souffrir ce Gōin'na? Et bien non! Je me demande simplement si Amano est capable de tuer de sang-froid un ennemi désarmé, à sa merci. Il est aisé d'ôter la vie d'autrui lorsque l'on est plongé dans le feu de l'action. Bien moins lorsqu'il s'agit d'une exécution. Mais c'est comme tout, on s'y habitue vite. L'humain n'est-il pas réputé pour sa formidable capacité d'adaption?

Je décoche un sourire enjoué au platine avant de m'avancer vers un Gōin'na en train de ramper loin de l'oasis. Un mouvement de la main plus tard et le sable semble aspiré dans ma direction, amenant à mes pieds le fuyard. Pendant qu'Amano s'amuse je vais tenter de savoir où le gros du clan se trouve. Le tout en gardant évidemment un oeil attentif sur mon cousin. De quel sable est-il fait?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptySam 27 Aoû 2016 - 21:53

Ca lui donna une seconde de répit lorsqu'il invectiva Kira et que son ennemi mugit contre son clan. Une seconde pour se redresser tant bien que mal et serrer de toutes ses forces son précieux Kunai. En attendant son cousin, le platine effectua une suite d'esquives toutes plus improbables les unes que les autres avant de ressentir la fatigue dans ses muscles qui commencèrent malgré lui à se tétaniser. Maudissant sa fatigue, Amano se détendit devant le soulèvement de quelques grains de sable et l'apparition de son partenaire devant lui.
Observant le maître à l'oeuvre, le cadet se laissa tomber les fesses les premières sur le sable pour reprendre sa respiration convenablement. Le Gōin'na avait de puissantes attaques, mais le prince du désert avait de meilleurs réflexes et c'est confiant qu'il clos son regard en écoutant les mouvements. Il se souvint une fois encore du cri de sa mère et saisit une poignée de sable avant que les bruits ne s'étouffent.

Ca avait été si court qu'il comprit seulement maintenant le fossé qui le séparait de cet homme qu'il voulait suivre. Le sang qui coulait des plaies de son ennemi était d'un rouge profond, du même rouge que celui qui avait abreuvé le sol à cette époque là.
Debout bien droit, ses yeux pâles se plantèrent une seconde sur son camarade qui lui donna une lame de sable au creux de sa main. Restant quelques secondes à l'observer, il laissa résonner les derniers mots de Kira dans son esprit.
Sur sa mine déconfite se figea un petit sourire en coin, alors qu'il fit quelques pas vers l'homme blessé. La lame de sable alla s'écraser à ses pieds. Amano avait les yeux rivés sur son ennemi qui lui rappela :

- Je vais t'creuver, comme ta chienne de mère et comme ton couard de père ! Je te f'rais hurler pitié comme eux, bâtard de Kawaguchi et de Gokan. Clans maudits !


Le Gōin'na cracha du sang mais il avait un air de défit planté sur son visage et dans ses yeux sombres.
Il venait de toucher la faiblesse du jeune genin, mais ce dont il ne se rendait pas compte, était que ses mots eurent finit de motiver le platine à l'achever sans autre sorte de procès. Reculant, toujours les yeux rivés sur son ennemi qui ne tarda pas à répliquer :

- Vas-y, fui comme ton abrutit d'père... fui tant qu'tu peux encore...

Amano saisit son kunai qu'il avait laissé où il s'était reposé quelques secondes, toujours sans quitter le Gōin'na des yeux, puis, le serrant si fort que ses phalanges blanchirent, il s'élança, aussi vite que ses muscles le pouvaient vers sa cible, venant planter cette lame aiguisé dans le genou qu'il avait encore de saint.
Le retirant bien vite, ses yeux luisirent de haine, mais il était parfaitement calme et maître de ses mouvements. Sa prochaine attaque se dirigea au ventre de ce dernier, et il lui cracha froidement.

- Ça, c'est pour ma sœur.

Tout en descendant la lame, puisant dans des forces qu'il ne se connaissait pas, jusqu'à lui ôter tout moyen de reproduction. Le colosse hurla de tout son souffle. Mais le platine n'en n'eut pas finit et continua de le mutiler, le rendant aveugle en lui murmurant à l'oreille :

- Ça c'est pour ma mère.

Son ennemi ne pouvait plus rien et passerait bien vite de vie à trépas de pars le sang qu'il perdait. Mais le Kawaguchi n'en n'avait pas finit. Avant qu'il ne plante sa lame dans son cœur, il lui hurla :

- Ça ! C'EST POUR MON PÈRE ET MON CLAN !!

Sur son dernier mot, la lame du kunai se planta dans le cœur du Gōin'na qui ne se relèverait plus jamais.
Les dents serrés, Amano laissa son arme dans le cœur de l'homme avant de s'agenouiller sur le sable en inspirant lentement.

- Je ne laisserais personne insulter ma famille, mon clan est ma famille. Tenez-le pour dit membres des Gōin'na.

Tranchant avec sa fougue, sa voix était d'un calme impressionnant et son regard s'était apaisé lors du dernier souffle de la montagne. Sa main blessée saisit une poignée du sable de cet oasis rougit par le sang de ce clan, puis il tourna les yeux vers l'étendue d'eau. Son corps refusait de bouger davantage, mais il avait soif.
Serrant les dents, le cadet des deux Kawaguchi présent apprécia la brise chaude qui passa autour d'eux avant d'observer les corps qui jonchaient le sol. Sans avoir de remords, il éprouvait une sorte de tristesse pour eux. Ils s'étaient opposés à plus fort qu'eux, dommage.

Arrivant après des pas hésitant au bord de l'eau qui rougissait près du sable, il plongea une main dedans et se jeta un peu d'eau au visage. Elle n'était pas assez fraîche mais lui ferait le plus grand bien. Quelques pas de plus et il puisa de l'eau saine pour en remplir sa gourde qu'il bu d'une traite, et renouvela l'opération une seconde fois avant de la remplir pour de bon.

S'éloignant du point d'eau, Amano se laissa couler contre un rocher sur le sable, la main sur son torse où le sang avait déjà coagulé. A côté de sa main, ce n'était rien, mais ça restait un brin gênant. Il attendit Kira. Il s'endormit de suite.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMar 30 Aoû 2016 - 20:05


Je l'avoue: je ne m'attendais pas à autant de zèle de la part d'Amano. En réalité j'étais pratiquement certain qu'il n'oserait pas tuer son interlocuteur, que son désir de vengeance n'outrepasserait pas les frontières de la moralité. Et pourtant je ne peux que constater l'évidence alors que le sang du Gōin'na noircit le sable. Je suis agréablement surpris par la prestation de mon cousin et c'est suffisamment rare pour que ce soit souligné. C'est donc un signe de tête approbateur que je décoche au platine avant de reporter mon attention sur le survivant qui rampe à mes pieds.
"On va devoir parler, toi et moi!" je l'agrippe par les cheveux pour relever sa tête. "Mais notre discussion n'aura rien de très plaisant. Enfin... pour toi!"
La torture est un art particulièrement difficile à maîtriser. Connaître les limites du corps humain et ses faiblesses demande un apprentissage constant et une bonne dose d'abnégation. Néanmoins c'est l'un des moyens les plus efficaces pour obtenir des informations. Certains usent de la psychologie pour parvenir à obtenir ce qu'ils désirent. De mon côté j'ai toujours eu un faible pour la douleur. Je soulève un simple grain de sable du sol et le fait léviter dans ma paume.
"Est-ce que tu as une vague idée des dégâts que peut provoquer un seul grain de sable sur un organisme?" aucune réponse? "Et bien pour être tout à fait honnête avec toi: moi non plus! Mais nous allons le découvrir ensemble!"
Le grain en question entame une longue course autours de la victime à terre avant de le traverser à de multiples reprises. Les plaies, minuscules, ne charrient pas de sang. Mais les cris du Gōin'na me confortent dans l'idée que le résultat est là. Je répète ce petit jeu à de multiples reprises. Par plaisir plus que par nécessité. Et c'est donc quelques longues secondes plus tard que j'accorde un peu de répit au survivant.
"Où se trouve le reste de ton clan? Parle!" je soupire: aucune réponse si ce n'est un air de défi. "Tu vas me dire ce que je veux savoir. Tu en es conscient au moins? Ton courage et ta fidélité envers les tiens t'honore. Mais pourquoi retarder l'échéance? Pourquoi souffrir inutilement?"
Je ne cherche pas vraiment à comprendre. Je me contente de lui rappeler l'évidence. Le grain traverse à nouveau son corps avant de rester figé dans son corps. Je m'emploie alors à le faire remonter dans son organisme en me limitant aux extrémités de son corps. Il s'agit de le garder en vie jusqu'à ce qu'il se décide à partager les informations dont nous avons besoin. Mais fort heureusement il est tout à fait possible de faire souffrir quelqu'un sans mettre ses jours en danger.
"Alors?"
Toujours pas de réponse. Il est coriace celui-là! Le processus se répète donc jusqu'à ce que le Gōin'na revienne à de meilleurs dispositions. Il était temps! L'homme vient donc de gagner un délai qu'il met à profit pour indiquer l'emplacement de sa tribu-clan. Je le remercie d'un signe de tête puis l'achève en lui écrasant mon talon sur la trachée.
"Merci!"
C'est alors que je remarque Amano couché sur le sol. Je fronce les sourcils en m'en approchant, touchant de mes doigts ensanglantés sa carotide pour m'assurer qu'il est vivant. Ce qui est le cas. Un soupire de soulagement plus tard et je le fais glisser jusqu'à l'ombre d'un palmier. Il est vrai que je ne l'ai pas ménagé. Il était à moitié mort lorsque je l'ai rencontré et le voici à présent en train d'arpenter le désert à la recherche de sa vengeance. Il a besoin de repos. Et c'est sans doute pour ça que je ne m'amuse pas à le balancer dans l'oasis et que je prends place à ses côtés pour le veiller.
*Qu'est-ce que tu comptes faire de lui?*
*Comment ça?*
*Et bien... Tu peux dire ce que tu veux mais je sens bien ton intérêt pour ce Kawaguchi! Je n'arrive juste pas à l'expliquer!*
*Beaucoup de choses t'échappent, pas vrai?* je m'autorise un sourire. *Amano est un diamant brut. Il est l'un des rares à avoir grandi loin du clan et à ce titre il n'a pas été façonné par notre culture ou nos lois. Et encore moins notre.. moral. Il n'est pas trop tard pour lui indiquer la bonne voie à suivre.*
*Je vois...*
*Ho que non! Tu es loin de saisir ce que ça signifie!*

Je suis gratifié d'une vive douleur dans le torse. J'y porte mes mains dans l'espoir de l'atténuer même si je sais que ça ne changera rien dans le fond. Ma "punition" infligée, Shukaku se mure à nouveau dans le silence. Jusqu'à la prochaine fois...

<=====<>=====>

Lorsque Amano se réveille la nuit est déjà tombée. Je tourne un regard curieux dans sa direction avant de lui faire signe de s'approcher et l'inviter à s'installer en face de moi. Il peut alors découvrir la viande séchée que j'ai déballée ainsi que le thé que je suis en train de préparer. Un estomac vide est rarement gage de survie. Et la vengeance ne doit pas nous faire perdre de vue l'essentiel: la bouffe, c'est trop cool!
"Sers-toi! Le chameau est un peu trop sec mais il fera l'affaire. Pour le reste je ne suis pas un grand spécialiste du thé mais je crois que je ne m'en suis pas trop mal tiré!" je goutte un peu du thé en question avant de le recracher. "Ouais non oublie! C'est dégueulasse en fait! J'ai abusé sur les épices..."
L'avantage avec l'alcool c'est qu'il est déjà tout prêt! Vous n'avez qu'à le boire et vous envoler vers un monde dénué de soucis. Le thé, en revanche... et bien c'est tout un art! Et puisqu'il semble évident que je ne peux pas être exceptionnel dans tous les domaines et bien je reconnais volontiers que je ne suis pas fait pour ça! Mais rassurez-vous: je m'accommode fort bien de cette évidence...
"Nous passerons la nuit ici et reprendrons la route à l'aube. Nous sommes encore loin du camp principal mais j'ai bon espoir que nous l'atteindrons vers midi! Ensuite il s'agira de régler une bonne fois pour toute ce problème!" en théorie. "Par contre il va falloir que tu te concentres davantage. Des gros balèzes comme celui qui t'as pris en grippe, on risque d'en rencontrer beaucoup! Et je ne serai pas toujours là pour te sauver les fesses, l'asticot!"
J'engloutis un peu de viande puis m'allonge sur le sable, un bras en guise de support pour ma tête. Une clope termine rapidement vissée au coin de mes lèvres. J'en tire quelques longues bouffées et l'agrémente d'une gorgée d'alcool qui m'arrache une vague grimace.
"Je vais t'apprendre l'un de mes jutsus!" cadeau! "Ça augmentera tes chances de survie! Et les miennes par la même occasion..." plus il sera puissant et plus il sera utile. Logique! "Mais avant ça j'aimerais savoir: quels sont tes projets pour l'avenir? Tu voulais retrouver le clan et c'est chose faite. Et maintenant?"
Il est essentiel qu'il se trouve un autre but. Nous, les humains, sommes guidés par nos objectifs. Sans eux nous dépérissons. Nous stagnons. Et il est évidemment hors de question que je laisse une telle chose se produire avec mon cousin. D'une façon ou d'une autre, je trouverai un moyen de le faire progresser au-delà de la vengeance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMer 31 Aoû 2016 - 9:38

~~~~~~~~~~~~~~~~

Il n'était pas bien vieux en ce temps là, pas assez tout du moins pour comprendre la façon dont le traitait toujours son père. Mais il y avait toujours eu sa mère et sa sœur. Elles avaient toutes deux un tel sourire qu'il était difficile de ne pas partager leur bonheur. Aujourd'hui elles allaient cueillir des plantes médicinal pour une femme malade du village ainsi que de quoi agrémenter le thé et Amano avait pour devoir de les escorter et de porter tout ce qu'elles auraient besoin, à l'aller comme au retour, ordre de leur paternel.
Le petit homme s'exécuta, il ne discutait jamais les ordres, sauf quand il fallait se battre.

- Maman, pourquoi tu t'occupe toujours des blessés ou des malades dans le village, y'a d'autre médecin pourtant ?
- Amano, mon petit ange, apprend que la vie de tous est ce qu'il y a le plus important au monde. Même la vie de ton ennemi, tu ne dois jamais la négliger. Accorde lui toujours l'honneur qu'il mérite et s'il en est digne, ton pardon. Mais, à ton ennemi, ne tend ta main qu'une fois, et à ton ami, donne lui toujours de quoi s'appuyer pour se relever. Et à ton professeur, fait lui toujours honneur, même en lui faisant face.


Le jeune Kawaguchi, aux cheveux en ces temps coupés courts, n'avait rien compris à ces mots, mais années après années, elles avaient trouvés une certaine résonance en lui.
Ce jour là, tout se passa sans encombre et Amano revenait accompagné des deux femmes chargé comme un baudet. Il avait accompagné sa mère, mais la patiente mourut sans qu'on ne sache expliquer pourquoi.
Ce soir là, leur père, qui était partit avec deux de ses fils, était rentré seul.

- Où sont-ils ?
- Nos ennemis les ont capturés, ils savent que tu es vivante. Ils ne vont plus tarder à passer à l'offensive.
- Il faut placer nos enfants en sécurité, ils n'ont rien à voir avec ça. Contacte ton clan, dis lui que nos enfants ont besoin de leur protection.
- Il n'est plus temps. Tu sais ce qui arrive, ils ne seront en sécurité nul part, sauf peut-être avec nous, dans notre petite guerre intestine. Tu sais bien que Suna va avoir besoin de moi, je ne pourrais pas être sur les deux fronts en même temps. Mais j'ai confiance en toi, ma douce, tu sauras les protéger. Rien n'est plus fort qu'une mère.


Le couple observa alors Amano, seul enfant à avoir entendu cette conversation. Un claquement retentit, et le petit homme se coucha avec la joue bien rouge.


~~~~~~~~~~~~~~~~


Un sursaut le réveilla, comme pour répondre à la claque de ses souvenirs.
Le genin passa sa main sur son visage pour mieux se sentir éveillé, puis sur sa joue distraitement, et tourna les yeux vers Kira avant de se rendre compte que, non seulement il avait été bougé, protégé, mais qu'en plus il faisait nuit. Il perçu à peine le mouvement de main de son aîné. Son corps était un peu engourdit, il avait trop dormit ou avait trop présumé de ses forces plus tôt.
S'appuyant sur ses poings pour se relever, ses jambes tremblèrent quelques secondes avant qu'il ne se lève enfin et ne puisse faire les quelques pas qui le séparaient du blond. S'asseyant en face, le jeune homme se sentit encore un peu transporté par son sommeil avant d'entendre ses paroles. Le thé.
Secouant sa tête après l'avoir vu cracher, il ne pu s'empêcher de sourire franchement.

- Merci.

Fut prononcé le plus simplement et le plus sincèrement du monde alors qu'il vint saisir le thé de Kira avant que celui-ci ne décide de le jeter.

- Tu as surtout dû trop l'infuser si tu le trouve infecte. Trop d'épices ça t'aurais juste donner l'impression de boire du feu ou de la lave.


Il goûta à son tour ce fameux thé et un nouveau morceau de ses souvenirs lui revint.

- Tu sais quoi, tu es aussi doué que ma sœur l'était.

Un rire s'échappa de la gorge d'Amano qui insista pour finir ce thé. Il n'était pas à proprement parlé, buvable, par son amertume et sa bonne dose d'épices, mais ça avait le mérite de donner un coup de fouet au platine qui, tout en prenant un morceau de viande si aimablement donné par Kira, l'écouta avec toujours autant d'attention. Il arriva à baisser la tête, se perdant dans la couleur de la boisson chaude puis la releva en entendant le bruit mat du corps se glisser sur le sol.
Il écouta la suite aussi, qui le laissa pensif un instant. Une technique de cet homme, et ses motivations maintenant qu'il a trouvé la trace de son clan et un moyen de venger sa famille proche. Passant ses bras derrières lui, il se laissa partir un peu en arrière et observa les étoiles, l'air absent, avant de lui répondre sur un ton plat :

- Je ne manquais pas de concentration, je te rappel juste que ça faisais plusieurs jours que je sillonnais le désert non stop quand on s'est croisé, et depuis ce moment, j'ai pas eu de répit et je me suis même brisé la main pour sortir de ta maudite prison de sable. Alors, t'en fais pas, en pleine possession de mes moyens, et si ça en vaut vraiment la peine, je sais me sortir les tripes.

A la fin de sa première intervention, Amano se redressa et s'étira de tout son long, laissant quelques vertèbres craquer au passage. Cette fois, son intonation était différente, plus enjoué, plus habituelle de sa part.

- Pour la technique, ce serait avec plaisir. Et pour mon but, il n'a pas vraiment changer. Je voudrais être capable de protéger le clan tout entier. C'est ma famille, il n'y a rien de plus important que ce sentiment d'appartenance. Mais, avant de pouvoir être capable de réaliser ça, j'ai un autre projet. Réussir un jour à te surpasser, Kawaguchi Kira.

Insistant avec respect sur le nom et prénom du blond, il termina le thé tiède, fit une moue un peu étrange et testa son corps par quelques rotations des bras premièrement, lentes, puis quelques étirements du haut du corps, avant de jeter un œil à sa main. Elle avait une drôle de couleur mais semblait être stable. Quand il bougeait les doigts, la douleur était atroce mais dans un combat c'était supportable. Son poignet, son bras en revanche n'était pas trop endommagé, juste quelques traces de contusions qui partiraient rapidement. Il avait pas trop mal jaugé sa force.

- Kira... repose-toi... j'ai bien dormis, laisse moi veiller un peu. Tout dieu du désert que tu sois, ton corps a ses limites.


Que connaissait-il lui, du fait qu'il gardait Shukaku en lui ? Rien, alors comment pouvait-il lui dire de ne surtout pas dormir ?

S'éloignant un peu, il se tourna vers l'eau qui brillait calmement sous les reflets de la lune, puis s'assit en tailleur. Fermant son esprit, Amano écoutait simplement les bruits. Le vent, si léger soit-il, chahutant les grains de sable du désert, les quelques animaux du coin aussi. Tout cela l'emplissait de calme et lui permettait de se retrouver. Il aurait aimé juste contempler les étoiles mais, s'il faisait cela, il ne pourrait pas entendre. Il était ainsi fait, à mettre son attention sur une seule chose à la fois.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyJeu 1 Sep 2016 - 6:47


Un rire moqueur s'échappe de ma gorge lorsque Amano tente de justifier sa piètre prestation de tout à l'heure. La critique n'est jamais aisée à accepter mais elle a le mérite d'aider à progresser. Et s'il est vrai que mon cousin a certaines... circonstances atténuantes à faire valoir il n'en reste pas moins qu'il n'était pas à la hauteur de son adversaire. Tuer ou être tué. Tout se résume à cette simple évidence. Et force est de constater qu'aujourd'hui le platine aurait rejoint le camp des morts. Si je n'avais pas été là...
*Et bien il ne se serait sûrement pas lancé à la recherche des Gōin'na!*
*Ce que tu m'irrites quand tu as raison...*

Oui, c'est vrai! C'est en partie ma faute... Vu la différence de niveau entre Amano et moi je devrais peut-être considérer que je suis responsable de sa vie. Mais puisque je l'ai déjà sauvé une fois je crois que j'ai le droit de me permettre une certaine liberté. Disons que c'est une façon pour lui de rembourser la dette qu'il a envers moi. Et en bonus il gagne même le droit de se venger. Ne suis-je pas d'une bonté extrême?
"J'ai dit que tu n'étais pas assez concentré alors... tu n'étais pas assez concentré!" Non mais ho! "La prochaine fois que tu essaies de te trouver des excuses je te donnerai des raisons valables de te plaindre!"
Une menace? Ouais, parfaitement! Y'a pas mal de trucs qui m'énervent mais alors les Kawaguchi qui invoquent leur état physique pour justifier leur faiblesse ont particulièrement le don de m'irriter. Blessé ou non, poussé dans ses derniers retranchement ou non, un maître du désert est toujours supérieur à ses adversaires. Spécialement lorsqu'il s'agit de primitifs tels que les Gōin'na. Je jette un regard noir à mon cousin pour appuyer mes propos avant de porter une nouvelle bouteille d'alcool à mes lèvres.

Quelques secondes plus tard l'audace de mon cousin a au moins le mérite de m'arracher un rire sincère. Et moqueur. Il compte atteindre le niveau d'un dieu? Je suis amusé par cette douce utopie. Mais également flatté qu'il me prenne en exemple. Du coup j'hésite un peu entre le ramener sur terre de façon brutale ou à l'encourager dans son délire. Après tout c'est une bonne chose d'avoir des objectifs. Et puis ça l'encouragera à devenir plus fort...
"Toi? Me surpasser?" j'opte pour la mise à terre! "J'en ai entendu pas mal des conneries mais alors celle-là elle est pas mal! T'es à peine capable de tenir tête à un Gōin'na et tu te fixes des objectifs aussi ambitieux? Baka! Commence déjà par ressembler à un Kawaguchi et on en reparle..."
Peut-être qu'en titillant un peu sa fierté j'arriverai à le conforter dans l'idée qu'il peut atteindre son but. Ou qu'il le doit. Histoire d'effacer le sourire cynique que je lui adresse ou encore d'honorer la mémoire de ses proches disparus. C'est une méthode d'éducation comme une autre après tout. Et elle a le mérite de ne pas m'obliger à faire dans le social...
"Et puis pour ta gouverne sache que je ne dors pas. Semblable au sable de ce désert, je ne sommeille jamais. Toujours en mouvement, constamment à la recherche de proies à engloutir dans les méandres du temps..." Ce serait pas un peu l'alcool qui commence à parler là? "Bref... T'as saisi le concept!"
En soit j'aimerais bien lui expliquer qu'une espèce de gros clébard squatte mon torse et me refile des insomnies monstrueuses mais je ne crois pas que ce soit le bon moment. Y'en a-t'il un d'ailleurs? Les rares personnes qui sont au courant de ma... condition me considèrent comme une sorte d'arme aussi dangereuse pour ceux qui la subissent que ceux qui la manient. J'aime bien cette idée. Mais la peur d'être rejeté par le clan est bien présente. Shukaku est pour l'heure une faiblesse. Mais je trouverai bien un moyen de l'exploiter et d'en faire un avantage. En attendant le silence est sûrement de rigueur...

Je me redresse et fait tomber le sable qui me recouvre d'un claquement de doigt avant de m'écarter un peu du point d'eau. Pour l'heure il s'agit de donner à Amano les moyens de m'être utile. Et une petite correction histoire de lui rappeler le gouffre qui nous sépare. Autant joindre l'utile à l'agréable après tout hein? Je désigne donc l'espace en face de moi, invitant ainsi mon cousin a bien vouloir me rejoindre. Je place ensuite ma paume au dessus du silicium qui répond à mon appel et remonte le long de mon corps puis de mon bras.
"Savoir encaisser les coups, c'est bien. Mais les éviter c'est encore mieux! Tu ne peux pas te reposer sur ton armure pour te protéger. Et si tu dois y avoir recours c'est que ton adversaire t'a pris de vitesse. Or la capacité à anticiper les actions d'un opposant décide bien souvent de l'issue d'un combat." le sable achève sa course au bout de mon poing et durcit à sa surface. "Ce premier cours sera donc intitulé: si tu n'esquives pas tu t'en prends plein la gueule!"
Je m'élance vers le platine en amplifiant légèrement ma vitesse pour lui compliquer la tâche. Non, ce n'est pas de la triche! C'est de l'éducation! Il va peut-être en chier un peu mais la crainte de recevoir un coup le motivera à se concentrer sur mes mouvements pour éviter d'être touché. Et s'il n'y arrive pas et bien il apprendra au moins l'humilité! Me surpasser... Tsss...
clik:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyJeu 1 Sep 2016 - 23:31

Pourquoi se sentait-il si touché par les mots de cet homme là ? Pourquoi lui plus qu'un autre arrivait à le faire sortir ainsi de ses gongs, lui d'ordinaire si paisible ? Sans trouver de réponses à ces questions, Amano braqua ses yeux pâles sur le blond. Il n'y avait pas à dire, il l'énervait tellement qu'il lui donnait envie d'avancer pour lui prouver qu'il avait tord.
Le chemin le plus escarpé, telle était sa voie.

Contre toute attente, pour répondre à l'explication du maître, il rit de bon cœur. Avait-il raison ou tord, seul l'avenir le lui dira. Les yeux noirs que lui lança Kira firent redoubler son rire sans qu'il ne puisse l'expliquer lui-même. Était-ce un moyen de contourner l'affrontement, ou simplement une façon de lui faire comprendre qu'il approuvait légèrement ses dires ? Mais en le voyant reporter un peu d'alcool à sa bouche, le platine se détendit.
La résonance du rire de son aîné lui donna la bouffé d'air dont il avait besoin en ce jour. Se rappeler des bons comme des mauvais moment avait le don de le mettre dans un état semi léthargique qu'il détestait. Mais affronter son passé était une étape sans doute nécessaire pour aller de l'avant sans plus jamais se retourner. Avancer et se rappeler des quelques conseils.

Tendant l'oreille, les mots atteignirent une nouvelle fois son esprit et son âme au plus profond. Son regard changea, semblable et pourtant si différent de celui qu'il avait eu lorsqu'il avait donné la mort à la montagne de muscles.

- Je te le jure... Kira... un jour j'y arriverais.

Sans se démonter bien au contraire, sa main saisit une poignée de sable et laissa les grains s'envoler entre ses doigts. Lorsqu'il en resta qu'une infime partie dans la paume de sa main, il la referma et reporta son attention sur son aîné.
Il avait bien entendu qu'il ne dormait pas, et comptait bien un jour comprendre pourquoi, mais l'heure n'était pas aux questions personnelles visiblement, car il lui avait dit ça d'un air si vague qu'il se doutait qu'il y avait anguille sous roche. Avec de la patience, et à force de persévérance, Amano avait bon espoir de connaître celui qu'il voulait suivre. Pourquoi, c'était encore une question à laquelle il n'était pas sûr d'avoir une réponse concrète.
Le voyant se redresser et lui montrer un endroit en particulier, le platine osa soupirer avant de s'approcher et de voir le sable s'enrouler autour de lui. Arquant un sourcil, c'est en ayant les explications orales qu'il se mit en garde.

L'esquive, par moment, il y arrivait, mais toujours de justesse, chaque mouvement le frôlant ou touchant ses vêtements. Cette fois, il devrait faire mieux.

En voyant Kira bondir tel un fauve sur lui, ses yeux eurent grand peine à le garder en champ et en voulant reculer pour se donner le temps de comprendre, il s'empêtra de lui-même, lui rendant tout mouvement des jambes impossible. Tombant en arrière, il n'eut pas le temps de sentir son corps se pencher que le coup atteignit sa cible de plein fouet, extirpant l'air de ses poumons et provoquant de belles contusions, ce qui donna pour résultat un Amano étalé de tout son long par terre quelques mètres plus loin.

Lorsqu'il sentit le sable sous ses mains, il arqua ses bras et se redressa d'un bon, passant l'une d'elle sur son ventre tout de même.

- Encore une fois !

Lui lança-t-il. Tout dans son attitude inspirait la détermination. Cette fois pourtant, il ferma ses yeux. C'était son plus gros défaut, essayer de voir alors qu'il avait toujours eu beaucoup de peine à rester attentif à ce qui l'entourait. Il aimait prendre le temps de rêvasser, mais tout observer sans omettre un détail le fatiguait. Alors qu'écouter c'était tellement plus intense. Sentir le moindre Son vibrer dans ton son corps.

- Je t'en supplie, encore une fois, avec la même puissance... et si j'arrive à comprendre un peu, augmente la. Je voudrais contrer ta puissance, pas juste une partie. Fais moi cette faveur.


C'est en inclinant légèrement son visage et son corps qu'il lui fit cette requête, le regard toujours clos. Il était ainsi lorsqu'il se battait sérieusement. C'est ainsi que sa mère le lui avait enseigné. Mais elle n'avait pas eu le temps de lui apprendre tout ce qu'il avait besoin de savoir. Il faudrait qu'il fasse ses armes seul de ce côté là, et la force de Kira l'obligerait à aller chercher ses dernières forces.

Ses mains comme ses bras retombèrent le long de son corps et il calma sa respiration trop bruyante. Bien sûr, son corps avait besoin d'oxygène, surtout après ce qu'il venait d'expulser par le coup de poing. Mais tout autour de lui, pour pouvoir percevoir ce mouvement, pour entendre ce geste, il avait besoin de se concentrer. Amano pouvait se permettre de prendre un peu de temps, là, avec lui, ils ne faisaient pas un combat à mort, même s'il devait prendre des coups pour parvenir à ses fins. Dans un combat réel il n'aurait que très peu de seconde pour se caler sur les mouvements de l'adversaire.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyMer 7 Sep 2016 - 6:59


L'obstination d'Amano est tout à son honneur. Hoj'espérais bien qu'il ne tomberait pas à genoux dès le premier coup reçu mais je ne m'attendais à une telle détermination dans le regard. La persévérance est un terreau duquel s'élèvent les plus remarquables shinobis. C'est un pré-requis nécessaire. La technique de mon cousin laisse à désirer mais je suis confiant dans le fait qu'il l'améliorera avec le temps. Tout ce qu'il lui faut, dans le fond, c'est un petit coup de pouce. Ou un gros coup de poing.
"Si ça peut te rassurer sache qu'il n'a jamais été dans mes intentions de retenir mes coups! Ce ne serait pas productif! Et encore moins amusant..." le fun avant tout! "Néanmoins j'apprécie ton enthousiasme!"
Il est néanmoins vrai que j'opte pour des attaques décelables. Histoire de lui laisser une chance. Mais au-delà de ça je ne vois pourquoi je lui ferais la faveur de le ménager. D'ailleurs ça n'en serait pas une, de faveur! Je contribuerais simplement à le conforter dans sa médiocrité. Chose que je ne peux évidemment pas tolérer! Ce n'est qu'en lui faisant prendre pleinement conscience de notre écart de niveau qu'il mesurera l'ampleur de la tâche qui l'attend. Et s'il persiste à vouloir me surpasser alors je finirai peut-être pas le prendre au sérieux. Pour l'instant, à mes yeux, ce n'est rien de plus qu'un doux utopiste qui se dresse devant moi. Et certainement pas un guerrier pouvant prétendre rivaliser avec ma divine personne!
"D'un autre côté... À ce rythme il est probable que je te casse quelque chose! Et il se trouve que je n'ai pas spécialement envie de me trimbaler un infirme pour chasser le Gōin'na. Dilemme, dilemme..." ouais c'est un soucis ça! "Bon! On va improviser! Le but, finalement, ce n'est pas de te briser les os mais de t'infliger une douleur suffisante pour que tu retiennes bien mon enseignement! Du coup..."
Du coup on va se la jouer plus relax! Du moins en ce qui me concerne! Amano va tout autant courir - si ce n'est plus - que tout à l'heure. Car finalement je peux très bien tabasser mon cousin sans m'approcher de lui. Il me suffit simplement de me rabattre sur le ninjutsu. Ce que je fais. Tout d'abord en élevant un trône de sable sur lequel je me laisse tomber sans grande délicatesse. Puis en créant une dizaine de tentacules de silicium qui s'élèvent dans les cieux sombres en formant un cercle autours du platine. Une onzième vient saisir ma bouteille et docilement la porter à mes lèvres. J'aurai besoin de mes deux mains!
"Dix tentacules, dix adversaires potentiels!" c'est mathématique! "Je vais taper moins fort! Mais plus souvent et de toutes les directions! Et parce que j'adore rajouter des règles en voici une: si tu détruis l'une d'elles j'en ferai pousser deux autres! Un peu comme avec l'hydre des légendes sauf que la mienne est bien plus cool!"

Si j'arriverai en maîtriser autant? Je n'ai jamais essayé. Principalement parce que je n'en ai jamais eu l'utilité à vrai dire. Disons que ce sera un exercice pour moi aussi! J'effectue un premier mudra et l'une des tentacules s'abat sur mon cousin tandis qu'une deuxième l'attaque de flanc. Dans un premier temps l'enchaînement de mes attaques se veut prévisible, mes outils frappant l'un à la suite de l'autre. Mais je ne me prive pas du plaisir de modifier l'harmonie de l'exercice et une première arme cueille le platine sur la cuisse et déchire ses vêtements.
"L'entrainement n'est rien sans l'instinct! Tu dois t'en remettre à lui lorsque tu n'as pas le temps d'analyser correctement la technique de l'adversaire. Tes réflexes ne doivent pas être bridés par ta concentration!" une seconde tentacule le touche! "Ta garde! Si tu n'as pas le temps d'esquiver pare le coup adverse en y opposant tes bras ou tes jambes! Il vaut mieux sacrifier un membre que de perdre l'usage d'un organe vital!"
Le déluge de coups s'enchaînent et les rares pauses se comptent en seconde. Je tiens à pousser Amano dans ses retranchements. Qu'il devienne une bête acculée qui se découvre des capacités dont elle n'avait jamais eu conscience. C'est en poussant à bout les gens qu'on obtient le meilleur d'eux-même! Ou un kunaï dans le coeur... C'est selon! Une nouvelle heure rythmée par les coups et le sang s'écoule. Puis je décide de corser un peu les choses lorsque le platine parvient à dévier la majorité de mes attaques.
"Il est également possible que tu viennes à perdre l'un de tes sens pendant un affrontement. Les techniques shinobis s'attaquant à la vision sont répandues et tu devras y faire face un jour ou l'autre!" une petite boule de sable se forme dans ma main. "Quand ça arrive il est... courant de paniquer! Tout le monde est passé par là une fois ou l'autre malgré ce qu'il te dira. Mais la perte d'un sens n'est pas seulement une fatalité. Car elle développe ceux qui restent! Fies-toi à ton ouïe ou à ton odorat. Au toucher s'il le faut! Mais trouves de la force dans la faiblesse!"
La sphère que je viens de créer file vers mon cousin et explose peu avant l'impact en projetant des éclats de silicium. De quoi lui brouiller suffisamment son champ de vision et le forcer à trouver de nouvelles parades à mes tentacules. Ces dernières ne se privent d'ailleurs pas de la lézarder et de frapper à de multiples reprises comme le dard d'un scorpion. Quelques secondes plus tard je lève les yeux au ciel quand je suis forcé de dévier une tentacule qui aurait égorgé mon cadet.
"C'est largement insuffisant!"
Mais c'est encourageant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyJeu 8 Sep 2016 - 20:40

A sa demande, il ne reçut que l'approbation de son professeur. Oui, il pouvait bien le nommer ainsi puisque ce dernier comptait lui enseigner quelque chose, et puis, au fond, tout au fond de lui, c'était aussi ce qu'il désirait de lui, c'était ça, la faveur qu'il voulait lui demander, devenir l'élève de Kawaguchi Kira, ce blond à la force surprenante et au tempérament de feu. Cet homme même qui venait probablement de lui fissurer quelques côtes et qui restait droit, fier et si sur de lui.
Sans le quitter des yeux lorsqu'il parlait, il ne pouvait s'empêcher de redouter le pire quant à la suite des événements, plus encore lorsque l'aîné parla d'une autre manière de faire, car il ne voulait pas de poids mort lors de l'attaque contre les Gōin'na. Laissant une de ses jambes légèrement vers l'arrière de son corps, Amano guetta le changement qui s'opéra assez rapidement.
De longues langues de sables vinrent s'abattre sur lui une à une, dans un rythme pré-établit dans un premier temps, puis d'une toute autre manière lorsque le platine semblait avoir compris de quoi il en retournait.
A chaque coup qu'il prenait, sa volonté de faire mieux encore se renforçait à tel point que les dernières paroles de son professeur ne l'atteignirent pas. Ses conseils passèrent dans son esprit sans vouloir s'y arrêter et alors que son corps se recouvrait d'ecchymoses, le platine plia son bras protecteur devant lui en pressentant l'arrivé d'une des nombreuses tentacules de sable. Elle trouva sa course contre son avant bras, le même où sa main était encore assez mal en point. Serrant ses doigts, sous l'impact il avait à peine bougé.
Instinct de survit ou non, le jeune homme se tourna à la suite de cette attaque, réceptionnant d'un coup de pieds la langue de sable qui voulait l'atteindre. Mais la troisième le cueillit en plein ventre en lui tirant un petit grommellement de douleur. Le genou gauche plié, le cadet Kawaguchi se redressa bien vite et d'un bon en évitant de justesse l'un de ces bras de sable, mais son saut en fut troublé et il se réceptionna mal, manquant de, non seulement se tordre la cheville, mais en plus de se prendre de plein fouet l'attaque suivante.
Sa tête ne pensait plus, son corps agissait. Il en oublia presque de se concentrer sur les bruits, il les percevait malgré lui. Roulant sur le côté pour éviter l'écrasement, alors qu'il reprenait juste ses esprits, une nouvelle salve se jeta sur lui.

Ses yeux se tournèrent volontairement sur son Sensei du moment et il lui fit même un signe avant d'effectuer un nouveau saut. Son appui fut faible mais juste. Il ne subirait pas éternellement le désert, il le dompterait et il se battrait non plus contre lui mais avec lui. Avant d'y parvenir, il avait besoin d'entraînement de ce genre.
Pas après pas, contre ou esquive devinrent plus assurés. La mesure que donnait Kira devenait lentement une mélodie qu'il arrivait à percevoir. Faire de sa faiblesse sa force. Il ne savait pas bien voir, il savait écouter.
Regardant dans le vague les langues de sable, il parvenait enfin à s'en défaire. Les coups avaient par endroit atteint profondément son corps, si bien que son sang avait coulé légèrement. C'était douloureux, par endroit presque insupportable, mais l'idée de baisser les bras, d'abandonner parce que la douleur le submergeait était inconcevable. Il se battrait tant qu'il lui restera une goutte de sang dans les veines, il se relèvera et se dressera face à ses adversaires.

La voix du maître de combat s'éleva encore, cette fois il l'entendit clairement. Perdre un sens, et il parlait de la vue. Un sourire se figea instinctivement à son visage. Il n'eut cependant pas le loisir de fermer les yeux que du sable s'y logea. Ce fut plus la douleur que le fait de ne plus voir qui agaça le shinobi.
Serrant les dents, une des tentacules le cueillit dans le dos. Amano n'avait rien sentit, mais il se releva, comme à chaque fois.

Venant poser une main contre son abdomen, le platine serra davantage encore les dents sous la douleur que ça lui provoqua. A côté, ce que lui avait fait subir la montagne de muscles des Gōin'na n'était rien. Une estafilade était à côté de ça une partie de plaisir.
Oubliant un instant de se rappeler de ce qu'il s'était passé et oubliant même jusqu'à sa douleur, Amano parvint in-extremis a percevoir le bruit d'une tentacule qui s'abattait sur lui. Il esquiva cette dernière, mais hélas pour lui, une deuxième l'avait prit en tenaille et celle-ci le piqua sur son flanc droit.

Pestant contre lui même, il se redressa bien vite pour s'écarter d'une nouvelle attaque et finir dans les bras de deux autres des extensions sableuses qui marquèrent ses bras. L'élève comprenait bien que Kira ne cherchait pas à le tuer, mais la dureté de ces attaques montrait à quel point il était sérieux quant au résultat qu'il attendait de lui.
Sa conscience se perdit une seconde et ses jambes fléchirent sous son poids, évitant inconsciemment une bras de sable au niveau de sa tête. Il se retrouva face contre le sable du désert et une pensée le raviva. Ce qu'il avait fait l'autre jour pour se dégager de la pyramide, jamais auparavant il n'aurait songé être capable d'une telle action, lui qu'on a toujours protégé.
Poussant sur ses mains et cambrant son dos, ses pieds interceptèrent deux tentacules avant qu'il ne retombe de nouveau de tout son long sur le sable. Son corps ne suivait plus, tous les impacts se voyaient de plus en plus sur son corps et son bras gauche tremblait. Une nouvelle fois, son esprit força son corps à se mouvoir, mais c'était trop lent et la voix retentit. Il ne savait pas ce qu'il venait de se passer, que Kira l'avait épargné, mais ses bras cédèrent sous son poids et avec grand peine, il se tourna sur le dos, cherchant à respirer le plus calmement possible pour ne pas souffrir en faisant travailler ses muscles.

- Kira... sama... je te jure que j'y arriverais...

Sa voix était à peine audible, il ne forçait plus, il ne pouvait plus. Etendu là, contre le sable frais, il s'accorda quelques secondes de plus avant de se redresser vivement, faisant fi de ses douleurs. Sa vue était toujours irritée, aussi ne chercha-t-il pas à marcher vers la position supposé du blond, mais il plaça une main en garde devant lui.

- J'ai commencé à l'entendre...

Murmura-t-il avant de relever son visage, yeux clos, vers la position exacte où se trouvait Kira.
Cette main qu'il avait devant lui alors que l'autre reposait le long de son corps tremblait légèrement. Mais il semblait tout aussi sur de lui que lorsqu'il s'était reçu le premier coup dans l'estomac.

- Je peux encore tenir la danse. Mais... si c'est pour éviter d'avoir un poids mort pour tuer ceux qui ont massacré ma famille... rassure-toi. Je ne compte pas mourir maintenant, et la douleur ne me fera pas renoncer.


Ses tremblements cessèrent à mesure qu'il parlait. Il avait toujours aussi mal, son corps avait du mal à lui répondre, mais il voulait essayer encore une fois, comprendre ce qui lui faisait défaut et surtout, être attentif tout en laissant agir son instinct. Il avait besoin d'aide, et cet homme était en mesure de la lui apporter. Il fallait saisir sa chance quant elle se présentait.

Et si Kira ne continuait pas, et s'il refusait, alors il irait à sa rencontre pour le forcer à se battre ou du moins à ne pas l'ignorer en l'attaquant. Et s'il acceptait, il trouverait le moyen de faire bouger son corps à sa vitesse normale et plus s'il pouvait, malgré les blessures.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyVen 9 Sep 2016 - 14:27


L'entrainement se poursuit à un rythme effréné. Je ne laisse aucun temps mort à Amano. Volontairement. Mais si mon cousin se vide peu à peu de ses forces en esquivant les attaques multiples, sa détermination reste intacte. Je peux la percevoir dans la lueur qui illumine son regard. Je m'autorise un sourire malgré moi. Je ne souhaite pas qu'il y voit une forme de reconnaissance ou d'encouragement. Je tiens à ce qu'il ait cette impression désagréable que rien n'arrivera jamais à me contenter, qu'il va devoir déployer des efforts supplémentaires pour ne serait-ce qu'attirer un début d'approbation.

Pour autant je ne suis pas certain de suivre la meilleure méthode d'enseignement. Tout ceci est relativement nouveau pour moi. J'ai bien dispensé quelques leçons de taïjutsu à Tsukiko mais cette dernière est au moins mon égal. Amano, lui... D'une certaine façon je suis en train d'improviser, d'innover. Mais les fruits de cet entraînement ne seront récoltés que bien plus tard. Et ce sera à ce moment que nous nous rendrons compte si nous avons suivi la bonne voie. En attendant que faire sinon espérer?
"Je me fous complètement de tes promessses Amano..." difficile d'être plus clair. "Les paroles sont vides de sens si elles ne sont pas confirmées par les actes!"
Les promesses n'engagent en rien. Combien d'entres elles ne sont pas tenues? Certains adorent promettre la lune aux autres. Y arrivent-ils pour autant? J'aimerais croire mon cousin mais s'il veut me prouver ce qu'il avance alors qu'il atteigne l'objectif ambitieux qu'il s'est fixé. Ce n'est qu'à ce moment-là, à l'instant ou ses actes s'accorderont à ses mots, que je daignerai reconnaître son mérite. Et son exploit! Mais pour l'heure je n'ai guère de raisons de considérer sérieusement ses propos.

Quelques instants plus tard un nouveau sourire satisfait s'affiche sur mes lèvres lorsque le platine m'annonce avoir entendu l'une de mes tentacules frapper. Chose confirmée par la parade qu'il a opposée à mon attaque. Je suis surpris. En bien! J'ai déjà vu d'autres frères de clan mettre plus de temps à se familiariser avec un environnement aussi compliqué que celui-ci. Le potentiel est bien là, attendant d'être exploité. Qui sait le niveau que pourrait avoir Amano aujourd'hui si seulement il avait été formé plus assidûment à la maîtrise du Sunaton?
"C'est un bon début!"
Mon sourire va en s'accentuant lorsque mon cousin m'affirme qu'il ne sera pas un poids mort. Vraiment? Jusqu'à maintenant il ne m'a guère donné de raisons de le croire. Le désir de vengeance ne fait pas tout! Et si cette dernière est une puissante motivation elle ne saurait suffire seule à obtenir ce que l'on désire.
"Là encore ce ne sont que des mots!"
J'espère lui donner l'envie de me donner tort. Car finalement la fierté est également utile lorsqu'il s'agit de se surpasser. Peut-être arriverai-je à l'écorcher suffisamment pour lui donner une motivation supplémentaire. Et s'il me hait, tant mieux! Et s'il me craint, c'est parfait! Les sentiments négatifs ont cette merveilleuse particularité de vous forcer à avancer. Peut-être même plus vite que dans l'amitié ou le respect mutuel. Je ne gagnerai rien à le ménager. J'en suis convaincu!
"Continuons!"
Je réitère mes assauts de longues minutes durant. Et ce n'est que lorsque j'arrive à la subtile frontière entre l'épuisement et le danger que je relâche mon emprise sur les tentacules. Amano fait peine à voir et ses vêtements sont déchirés de toute part. Le sang qui luit sur sa peau atteste de la rigueur imposée et du prix de l'échec. Néanmoins les résultats sont satisfaisants. Car si le platine est dans un état lamentable, il est toujours debout! Et sa motivation semble intacte. J'écrase donc ma cigarette sur l'un des accoudoirs de mon trône avant de me relever.
"Nous allons réussir à faire quelque chose de toi!" et je le pense! "Mais pour l'heure il te faut du repos! Interdiction de soigner tes plaies jusqu'à ce que nous rejoignions la capitale. La douleur t'aidera à te rappeler ce qu'il en coûte de baisser sa garde!"
Et puis l'odeur de sang pourrait bien aider les hyènes traqueuses des Gōin'na. S'il y a bien quelque chose de plus amusant que de traquer l'ennemi c'est encore de l'inviter à vous tomber dessus. Ce qui représente un gain de temps considérable. L'idée de passer les prochaines semaines dans le désert n'est pas pour me déplaire. Malheureusement le temps est un luxe que je n'ai guère l'occasion de me permettre depuis quelques semaines déjà...
"Ha et Amano!" je marque une pause, lui laissant l'occasion de se retourner vers moi. "C'était pas trop mal!"
Ce compliment lâché du bout des lèvres aura peut-être le mérite de le conforter dans son désir de se surpasser. S'il est normal de frapper un chien qui n'obéit pas, il est également sensé de le caresser lorsqu'il répond à vos attentes. Même s'il s'agit de vos attentes les plus faibles...

<=====<>=====>

Ma veille se passe sans réelles encombres. Un groupe de voyageurs imprudent s'est rapidement ressourcé aux abords de l'oasis avant de poursuivre leur route. J'aurais peut-être dû les avertir du danger qu'ils encourent à voyager sur ce territoire reculé. Mais il est difficile d'imaginer de meilleurs appâts. Je me suis donc contenté d'un léger signe de tête forcé pour les saluer puis d'un second à leur départ.

Lorsque Amano ouvre les yeux c'est pour croiser mon regard. Je lui laisse quelques instants pour recouvrer ses esprits puis lui balance les restes d'un lézard cuit que je viens de dévorer. Il ne reste sur la carcasse que les parties les moins nobles de l'animal. Je me suis évidemment réservé la meilleure part. N'est-ce pas normal? Après tout c'est encore moi qui l'ai chassé! Et puis j'aurais tort de me priver de lui rappeler aussi... subtilement nos positions respectives dans la hiérarchie. Hiérarchie que par ailleurs j'ai moi-même et arbitrairement établie.
"Le soleil est déjà haut dans le ciel! Mange en vitesse puis nous poursuivrons la traque!" que je lui indique. "Exceptionnellement tu prendras la tête de notre petit duo. C'est à toi de prendre les décisions adéquates pour mener ta vengeance à terme. Je t'ai mis le pied à l'étrier. À toi de faire le reste!"
J'imagine qu'il est inutile de lui signaler que "j'obéirai" tant que cela me convient. Tandis que le platine se réveille j'en profite pour piquer une tête dans l'eau tiède de l'oasis. Je me laisse ensuite flotter sur le dos quelques minutes avant de prendre une nouvelle fois la parole:
"Je crois qu'il est temps maintenant de me parler de cette faveur que tu voulais me demander! Je ne compte pas laisser la curiosité me dévorer plus longtemps!" c'est irritant! "Parle sans détour, quoi que tu aies à me demander!"
Et il a plutôt intérêt à me répondre. Je ne vais certainement pas le laisser profiter de mon désir d'en savoir plus plus longtemps. Après tout le mystère lui permet de garder une certaine emprise sur moi. C'est une réalité dont j'aimerais me défaire au plus vite. Je prends appuis sur le fond de l'oasis et l'invite d'un regard à m'exposer la nature de sa requête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Kawaguchi Amano
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 781
Rang : A

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) EmptyDim 11 Sep 2016 - 16:44

Même s'il apprenait à le connaître, ses mots lui faisaient toujours aussi mal, comme une lame affûtée que l'on planterait dans votre cœur et que l'on s'amuserait à bouger pour vous tourmenter davantage avant la mort. Mais au delà de lui faire perdre tout espoir, ça le regonflait à bloc.
Amano n'avait pas besoin de compassion, il n'avait pas besoin qu'on s’apitoie sur son sort, bien au contraire. Tous les obstacles qu'on pouvait mettre devant sa route était une épreuve de plus à surmonter pour arriver à ses fins et le rendre bien plus fort.

Ses yeux le brûlaient un peu plus à chaque seconde, mais il n'avait pas le temps de passer un peu d'eau pour les soulager, et ce n'était pas ce qui lui manquait le plus.
Lorsqu'il fit part de sa volonté et qu'une fois encore Kira lui rabâcha que les mots n'étaient rien comparé aux actes, la séance se poursuivit.

Le sang, à certains endroits secs, tirait sa peau, à d'autre encore frais laissait le sable s’immiscer dans son corps et au delà d'une simple irritation, devenait réellement gênant et douloureux à chaque gestes. Mais il écoutait, ce bruissement, ce crépitement. Sans savoir les visualiser parfaitement, il avait réussit à définir une zone a peu près correcte de leur emplacement, et la suivante fut bloquée, et celle d'après esquivée. Une troisième trouva un bras de justesse et une quatrième eu raison de lui. A terre il reprit. Il les aurait toutes. La douleur sur ses bras l'obligea à s'en servir un minimum, et ses jambes répondirent à l'appel, venant heurter par leur extrémité les coups portés par les langues des sables.
Une minute dans une vie ne représente pas grand chose, mais une minute dans un intense balais de perceptions et d'esquives était tout autre. Se battant contre la faiblesse de son corps, son ouïe s'affina de plus en plus et il parvint à les esquiver toute une fois avant de se faire avoir sur la deuxième salve réservé par son professeur.
Cherchant ses appuis, son bras gauche ne le portait plus et il eu grand peine à plier le droit pour élever son corps et ses pieds en parade avant que l'une des tentacules ne le fauche. Bien qu'il l'avait perçu, il n'avait pas su réagir à temps et s'écroula encore face contre terre.
Au bord de l'épuisement, tant physique que morale, le platine était dans un état lamentable mais il était parvenu à se redresser en évitant une attaque de justesse qui lui valu un jolie trait de feu sur une joue. Vacillant, Amano aurait pu demander grâce, mais il n'était pas mort, et tant qu'il vivrait, il se battra pour ses idéaux.
Une dernière fois, il concentra son chakra cette fois pour augmenter sa perception. Et même si son corps était lourd, son esprit fusait. Il pensait à l'avance et ça lui permettait de mouvoir même lentement son corps sans en subir les conséquences.
Cette fois il y était, enfin presque. Sa concentration ne dura que quelques secondes et alors que de nouveau, l'un des bras de sable aurait du le tuer, le silicium retrouva sa place d'origine autour de l'oasis.

Sans savoir comme il tenait encore debout, son regard se posa sur Kira. Il ne voyait que des contours flous, mais il était certain que c'était lui et un sourire se posta sur son visage épuisé et couvert de poussière et de son propre sang.
Pour une fois, la prise de parole du professeur n'était pas si cinglante que d'ordinaire. Il avait gagné du repos, et un peu avant de s'allonger pour se reposer, un compliment. Sans avoir la force de parler, il avait juste tourné ses yeux sur le blond et en se calant plus ou moins bien, ne se fit pas prier pour se reposer.


En ouvrant les yeux le lendemain matin, tout son corps lui était douloureux, et plus particulièrement ses muscles que ses plaies. Encore un peu flou, ce fut le visage du blond qui fut la première chose de visible de bon matin. Cherchant à étirer un bras après l'autre, il réceptionna le peu de nourriture que son aîné eu la bonté d'âme de lui donner. Sa gorge lui était un peu sèche. C'est qu'il en avait respirer des litres de sable l'autre soir.
Grignotant rapidement puis avalant une gorgée d'eau, le platine se leva vivement en laissant une grimace apparaître sur son visage suite aux douleurs provoquées par ce simple mouvement.

Renouant sa tignasse, le Amano écouta les nouvelles indications du jour. Il mènera la danse ? C'était tout sauf dans ses habitudes de prendre des décisions, mais il tenterait de se montrer à la hauteur de la tâche et de ne pas trop ennuyer son bienfaiteur.
Trouver leur repère avec exactitude, venger la mort de sa sœur et par la même sauver l'honneur de leur clan. En prenant de l'eau de sa gourde il se l'appliqua dans les yeux pour retirer toute trace du sable en écoutant la demande de Kira. Il voulait enfin savoir la faveur qu'il souhaitait lui formuler. Souriant, amusé, le platine posa son regard bleu passé sur son aîné et hocha la tête négativement.

- Tu m'as dis que ne voulais rien savoir avant que j'ai accompli ma vengeance.

Mais en se laissant happer par son regard, il haussa les épaules.

- Puisque tu es si curieux, suis moi...

Attachant soigneusement sa gourde à sa ceinture, il commença à se diriger vers la position supposée du clan Gōin'na. Lorsqu'il fut sûr que Kira était assez proche de lui pour l'entendre, il reprit.

- J'aimerais que tu me fasse la faveur de devenir mon maître. J'ai beaucoup de lacune, et j'ai la certitude qu'à tes côtés, non seulement je les comblerais, mais mieux encore, que je serais capable de tout. Ce sentiment, j'en ai eu la confirmation hier soir.

Il ne s'étala pas plus, ce n'était pas nécessaire. Pourtant il continuait d'avancer droit vers leur objectif et, malgré toutes ses blessures, à bonne allure.

- J'ai pas de plan... alors, je propose de faire une entrée fracassante !

Laissa-t-il entendre en donnant l'impression de prendre les choses à la légère. Mais de se faire repérer n'était-ce pas le meilleur moyen d'en finir au plus vite ? Une question lui traversa malgré lui l'esprit. Qu'allait-il faire des femmes et des enfants ? Ils étaient de ce clan, et s'il les laissait en vie, plus tard, comme lui, ils voudront se venger.
Serrant ses poings dans sa courses, tendant ses muscles et rouvrant une petite plaie qui laissa filer du sang, Amano prit une décision qui le suivra pour le restant de ses jours et qu'il tâchera de suivre à la lettre : aucun prisonnier, aucun survivant.
Rien que l'idée lui soulevait le cœur, mais il ne pouvait pas prendre le risque que les enfants de maintenant viennent se venger et tuer les futurs jeunes Kawaguchi.




>>theme<< >>battle<< >>meditation<< >>Farewell<<
Membre de la TeamBoulette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Une histoire de famille (kira) Empty
Message(#) Sujet: Re: Une histoire de famille (kira) Une histoire de famille (kira) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une histoire de famille (kira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Oasis d'Eden-