N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Saibogu Okiko
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 408
Rang : B

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty
Message(#) Sujet: [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] EmptyVen 24 Juin 2016 - 18:14

Marutagoya est une ville portuaire se situant au Nord de Taki et c'est l'endroit où il se trouve tous les marchant maritime et même d'autres spécimens. Là-bas, le bateau d'Okiko y passe énormément de temps grâce à l'aide et l'autorisation de Nadeshiko. La jeune femme ne sait pas encore comment remercier sa meilleure amie de lui avoir donné ce privilège de stationner dans un port à durer indéterminé voire gratuit pour toujours. Grâce à cela, certains des marins de son navire étaient dans la capacité d'aller vivre à Taki et de fonder une famille, c'était plutôt sympa. Finalement, Okiko ne regretta aucunement sa rencontre avec Hoheinheim, il y avait quelques années. C'était des pirates, ils voyageaient dans les mers en quête de trésors et pillage ainsi que d'affrontement. Au final, la jeune femme avait une vie remplie d'actions et de danger, elle aimait plutôt ça le bougre. De plus, chaque personne dans l'équipage possédait une arme que la rousse avait créée de ses propres mains, au moins, tout le monde avait une bonne arme en main. Elle était douée avec la technique et surtout dans les armements, impossible de lui reprocher quoi ce soit. La Saibogu avait même pu restaurer son navire pour le rendre plus performant qu'avant avec de la technique nécessaire pour faire pleurer les navires ennemis. Pour le moment, la Takijin n'avait pas eu de réels soucis avec d'autres bateaux ennemis, personne ne semblait être si avancé que cela. Tant mieux, c'était mieux ainsi pour le moment, elle avait un avantage sur la plupart des pays avec un port. De plus, ça pouvait grandement servir à l'empire en cas d'attaque venant des océans.

Pour le moment, Okiko semblait mener une vie plutôt tranquille et cela faisait une semaine qu'elle était revenue de son voyage à travers le nord. Elle n'avait remarqué aucune activité anormale dans les mers du nord, à part le froid, il n'y avait rien d'anormal. La rousse avait signalé son retour à Hoheinheim depuis un messager de son navire, au moins, s'il avait besoin d'aide, elle était là en cas de besoin. Nadeshiko lui avait rendu visite avec Mikasa, Eren était resté au temple en compagnie de son père. La Saibogu aimait beaucoup les enfants en ayant l'âme d'une gosse et une mentalité presque immature lorsqu'elle n'était pas en mission ou en plein combat. Mikasa appréciait de jouer les petites pirates et à chaque fois, elle s'amusait avec le perroquet de la capitaine de la Miss Fortune même en compagnie d'Eren et de Saya. C'était incroyable à quel point, les gosses appréciaient ce genre de navire même si c'était militaire. En tout cas, Okiko ne regrettait pas du tout de les avoir, elle passait beaucoup de temps à s'amuser avec eux. Malheureusement, la jeune femme était toute seule dans son bateau enfin dans sa cabine personnelle alors qu'à l'extérieur, certains nettoyaient le bateau pour passer le temps. La vie semblait paisible à Taki surtout dans cette ville portuaire et beaucoup de civil appréciait la vue de la Miss Fortune, car elle était incroyable grande et magnifique. Okiko n'était pas déçue de son bateau, elle avait mis énormément de temps à le concevoir et à refaire ses plans pour en venir à bout. Il y avait de quoi la contempler avec admiration, elle tuerait quiconque oserait l'abîmer avec des attaques violentes.

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Maxresdefault

Dans sa cabine, Okiko avait des armes sur une longue table, c'était les siennes et il semblait être tous différents. La jeune femme prenait sa journée à les nettoyer avant de les sceller de nouveau. Il était très important d'entretenir ses armes que ce soit des flingues, sniper, fusil ou encore une épée. La jeune rousse n'aimerait pas avoir une mauvaise surprise si elle devait affronter quelqu'un en cas de problèmes techniques. La kunoichi ne connaissait pas beaucoup d'individu capable d'utiliser des armes comme elle, d'être douée en technologie et pouvoir fabriquer des choses incroyablement beau. La technologie s'était magnifique et pouvoir créer ses propres créations pour sa propre personne ou pour les partager, c'était un cadeau du ciel. La femme avait eu la chance d'avoir eu des parents bricoleurs et de lui avoir partagé leur passion, la pirate avait pu développer tout cela pour protéger ceux qu'elle aime. La vie était cruelle et rapide pour ce qui ne faisait pas attention et qui ne cherchait pas à se rendre meilleur, Okiko cherchait toujours à rendre ses armes plus fortes et à en inventer des plus dangereuses. La vie ne faisait pas de cadeau, la rousse avait vu de terribles choses durant ses voyages et il était hors de question de mourir si bêtement. Or, elle avait autre chose à penser qu'à cela et elle devait tout simplement profiter de la vie. La femme appréciait cette vie, elle avait des amis et une grande famille, c'était tout ce qui lui importait le plus. Soudain, la porte s'ouvrit, c'était son bras droit, Shigeru Alistair et c'était un ami de son père. Okiko lui faisait confiance et surtout dans son expertise dans le Fuuin Jutsu et dans la navigation du navire.

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] 67754627tf
Shigeru Alistair, bras droit de Okiko, pratique les arts ninjas.

« Taichô, quelqu'un souhaite vous voir. » Dit-il d'un air calme.

« Qui est-ce ? »

« Un certain Yôgan Seitô. »

« Bien, faites le venir dans ma cabine. »

L'homme sortit pour aller chercher ce garçon, Okiko était surpris de voir Seito la demander dans ce port. La rousse lui avait parler une fois voir deux fois, mais c'était tout, car après, elle était partie naviguer. C'était un garçon plutôt sympa si elle avait une bonne mémoire, elle avait rencontré tellement de personnes aussi, c'était dur de s'en rappeler. En tout cas, la femme continuait de nettoyer ses armes à feu en attendant la venue de ce Yôgan et savoir ce qu'il voulait. Une demande de rencard ? Oulà, elle n'était pas prête pour ça ? La Saibogu se faisait des films, enfin c'était quand même marrant de penser à cela.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gekei Ao
Informations
Grade : Genin
Messages : 777
Rang : C

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty
Message(#) Sujet: Re: [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] EmptySam 25 Juin 2016 - 18:34

Le soleil irradiait de ses puissants rayons. Partout, les gens baignaient dans une lumière bienveillante, qui annonçait les beaux jours. Le printemps était radieux. Pas la moindre tempête, ni cyclone à déplorer au Nord de Taki. Dans les rues de Marutagoya, les marchands, marins, et autres passants pouvaient se régaler de la richesse et de l'ambiance chaleureuse de leur ville sans se soucier de la météo. C'était à peine s'il ne fallait pas se protéger du soleil, tant il était fort. Le long des maisons, les commerçants faisaient étalage de leurs marchandises. On pouvait trouver aussi bien de précieuses étoffes que des épices rares, et réputées pour leur saveur exotique. Les produits de la mer étaient, bien évidemment, mis à l'honneur. Les pêcheurs et autres cultivateurs des eaux rivalisaient d'abondance dans leurs produits. On trouvait des poissons aux formes et couleurs plus étranges les unes que les autres, des coquillages, des crustacés aux motifs trop insolites pour être vrais, des algues à l'aspect peu ragoûtant ... Le tout au milieu de bâtiments tous plus hauts et richement ornés les uns que les autres.

Bien que Taki soit un pays frontalier avec Tetsu, placé sous la jurisprudence des Kumojins, la guerre qui avait éclaté entre les deux forces ne semblait pas affecter la vie quotidienne des habitants plus que cela. C'était tout juste si on en parlait encore, tant les conflits entre les deux armées se faisaient rares. Etait-ce une simple maneouvre de l'Empereur pour éviter de laisser la panique se propager dans tout le Shûkai ? Si c'était le cas, c'était réussi. C'était même à se demander si la guerre avait toujours lieu. Peut être même certains ignoraient-ils les causes de ce conflit ... C'était tout à fait probable, l'existence des gènes n'ayant pas fait l'objet d'une diffusion médiatique importante. Et puis, la plupart des civils n'étaient pas forcément familiarisés avec les concepts relatifs aux arts ninjas. Leur parler de gènes affectant les capacités de leurs porteurs serait suffisant pour endormir leur vigilance à ce propos.

C'est au milieu de cette foule joviale et enjouée qu'évoluait Seito. D'un pas tranquille, il régalait ses yeux des merveilles présentées par les marchands. Même s'il pouvait se vanter avoir réussi à redresser Itabei au rang de ville fréquentable, et même agréable à vivre, il ne pouvait pas rivaliser avec le luxe de Marutagoya. La ville était en même temps avantagée, de par sa proximité avec la mer et le commerce maritime qu'elle pouvait, de ce fait, entretenir. Itabei, à l'inverse, était située sur les terres, et devait se contenter de commerce interne. Ceci dit, être Shuhan d'une ville comme celle-ci ne lui aurait certainement pas plu. Il n'y avait pas le challenge d'Itabei, pas d'enjeu important. S'il fallait se contenter de maintenir une cité au niveau d'excellence où elle était déjà, quel intérêt à la diriger ? Seito préférait à la facilité les casse-têtes que lui avaient valu sa nomination à la tête de sa cité agricole.

L'année qui venait de s'écouler avait été pour lui toute particulière. Il n'avait pas passé beaucoup de temps chez lui, oh non ! Vadrouillant le plus clair de son temps sur les routes de Tsuchi, en compagnie de Yorurai Mikami, il s'était enrichi de la culture des différentes peuplades du Pays de la Pierre. Le voyage avait été instructif tant dans ce domaine-là que dans les arts du combat. Les deux hommes n'avaient en effet pas laissé derrière eux leurs talents de Shinobis, et avaient employé leurs nuits à l'entraînement. Noble dessein pour un soldat dévoué. C'était donc renforcé d'un sentiment de puissance certain que Seito avait fini par remettre les pieds à Itabei, après quelques mois d'absence. On lui avait certes reproché son manque de présence auprès des siens, mais lui savait que ses deux conseillers, tout aussi loyaux et fidèles à son égard qu'il l'était lui envers l'Empereur, pouvaient tout à fait tenir les rênes le temps d'une excursion. Et puis, il n'était pas revenu l'esprit vide. De nouveaux projets fourmillaient déjà dans son esprit, et il avait la ferme intention de les mettre à exécution.

Il longeait maintenant les quais. Des bateaux de différents types étaient installés dans le port. Certains étaient admirables, autant par leur forme originale que par leur voilure. Certains présentaient des étendards laissant présager que le capitaine appartenait à une compagnie étrangère au Shûkai. Les cités portuaires avaient cet avantage d'être des centres de rencontre des cultures. Véritables cités cosmopolites, des citoyens d'ethnies aussi diverses qu'éloignées pouvaient s'y rencontrer et franchir la barrière de la distance sans aucun problème. Pour cela, Seito appréciait les villes comme Marutagoya, qui se nourrissaient des différentes cultures qui y vivaient.

Un autre événement avait marqué son année. Comment pouvait-il l'oublier ? On l'avait choisi, lui, un soldat parmi tant d'autres, certainement plus talentueux que lui, pour être le porteur d'un gène. Une de ces armes biologiques qu'on avait récupérée sur le corps d'un certain "VIII". Seito n'avait pas fait de plus amples recherches sur son prédécesseur, porteur du gène. Il avait seulement compris qu'il s'agissait d'un individu recherché pour son appartenance à une organisation à l'origine de quelques événements d'ampleur internationale. On lui avait seulement expliqué qu'il obtiendrait, via ce gène, des capacités uniques qui influeraient sur son mode de combat. Quel autre choix avait-il que d'accepter cette offre singulière, quand on l'avait choisi parmi une foule d'autres ? Les regards de certains hauts-gradés devaient être rivés sur lui ... Il pensait que ses actions pour redresser Itabei n'avaient fait que rester dans l'ombre. Il semblerait que son investissement dans sa communauté ne soit pas passé si inaperçu que ça, finalement.

Il s'arrêta devant un vaisseau tout à fait singulier, et ne put s'empêcher de siffloter d'admiration devant la ligne du bâtiment. Une coque de bois admirable, orné de motifs de métal ... Sans parler de tous ces dispositifs, à la fonction mystérieuse, qui s'amoncelaient sur les flancs du bateau. Il avait tous les éléments d'un navire de facture classique, mais y ajoutait quelques spécificités uniques. En tous cas, Seito ne les avait jamais vues sur aucun autre galion qu'il lui avait été donné d'observer.

Un homme se tenait prêt du bateau, en tenue de marin. Très logiquement, Seito déduit qu'il s'agissait d'un membre de l'équipage de ce fier vaisseau. Il s'approcha de l'individu, sans détacher son regard du bateau, décidément trop impressionnant pour qu'on puisse seulement en détourner les yeux, et lui demanda sur un ton curieux:

"Dites-moi, vous savez à qui appartient ce bateau ?

-C'est la Miss Fortune, le plus beau navire du port de Marutagoya ! Vous devez forcément connaître son capitaine, Saibogu Okiko !

-Je ne viens pas exactement d'ici, et c'est la première fois que je le remarque. Saibogu, vous dites ...?"

Seito resta pensif. Il avait déjà entendu, et lu, le nom de Saibogu. Il savait qui étaient ces gens. Originaires du Pays du Vent, ils étaient réputés à travers tout le Yuukan pour être des génies technologiques hors paire. Au Shûkai, où on ne trouvait pas leur pareil, on disait de leur inventions qu'elles avaient marqué une véritable révolution dans le monde. C'était à eux, en partie, que Kaze devait son fameux train, qui parcourait sans relâche le pays. Des génies de la technologie ... Seito se rappelait de quelque projet qu'il désirait mener à bien depuis longtemps, déjà, et qui n'était pas étranger à sa coéquipière, Takoyaki. Peut être ...

"Vous pensez que je pourrais la rencontrer ? Je suis Yôgan Seito."

Le matelot s'absenta quelques instants, pendant lesquels le Shuhan ne se lassa pas de contempler l'armature du vaisseau. Quand le marin revint à se rencontre, il l'invita à le suivre. Ils traversèrent le pont, parfaitement lustré, et Seito put apercevoir d'autres équipements plus mystérieux encore que ceux visibles de l'extérieur. Finalement, ils arrivèrent devant la cabine du capitaine, et Seito y entra. Il découvrit alors qui était Saibogu Okiko.

"Oh ! On s'est déjà vus, non ? Au Temple !"

Il tendit à la dame une main amicale, et lui afficha son plus beau sourire. Le monde était petit.

"Ravi de vous revoir, capitaine."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Saibogu Okiko
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 408
Rang : B

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty
Message(#) Sujet: Re: [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] EmptyJeu 30 Juin 2016 - 23:14

Dans son navire qui était unique dans le monde maritime, la jeune femme était en train de nettoyer ses armes et c'était une habitude qu'elle avait prise. Tout ce qu'elle pouvait savoir, c'était grâce à ses parents et maintenant qu'ils n'étaient plus là, elle devait se débrouiller seule. La jeune femme était devenue indépendante et débrouillarde, il se pouvait que de temps en temps, elle eût besoin d'un petit rappel pour se bouger. Heureusement, Shigeru était là pour cette tâche et sans lui, Okiko aurait bien eu du mal de temps en temps. La vie sur un bateau n'était pas aussi simple qu'on pouvait le croire et surtout le boulot de capitaine de navire, par chance, la sympathie de la Saibogu avait son effet. Exactement, elle prenait tout le monde pour un membre de sa famille, ceci l'aidait énormément à forger un lien positif et à unir tout le monde dans la bonne ambiance. Depuis le jour où elle était devenue capitaine de la Miss Fortune, la rousse n'avait jamais connu de problème majeur ou mineur, elle menait sa vie de pirate parfaitement bien avec son équipage. Aucun d'eux n'avait jamais essayé de la draguer ou tenter un harcèlement sexuel sur sa personne. En même temps, il ne valait mieux pas tenter sa chance, elle invoquer rapidement des armes et Shigeru était souvent là pour la protéger en cas de véritables soucis. Même étant ivre, Okiko restait tout de même dangereuse dans un affrontement et elle se battait plutôt bien avec ou sans arme.

Okiko a toujours été fasciné par la technologie et elle avait créé énormément de chose depuis qu'elle en était capable, particulièrement des armes pour le combat. De plus, elle avait pu créer la Miss Fortune de sa propre imagination, c'était une sorte de tradition dans sa famille. Elle en était très fière et pourtant, la Saibogu savait très bien qu'elle avait d'autres projets à réaliser. Cela allait demander pas mal de temps pour les terminer, elle le savait très bien. Cependant, la réalisation de son navire flottant sur la mer comme au ciel, lui avait appris ses faiblesses et à les améliorer pour travailler plus rapidement. Dans sa cabine, dans un placard secret, la jeune femme avait beaucoup de plan pour l'avenir et aussi, très utile pour aider Van dans ses projets pour Taki. Or, cela ne se fera pas gratuitement si c'est un projet de grande envergure et oui, elle devait tout de même vivre et nourrir ses matelots. La jeune kunoichi avait des responsabilités envers son équipage, mais également envers Taki et l'Empire. C'était une Shukaijin, même si ce n'était pas sa réelle préoccupation ni même une grande fidèle envers eux. L'océan et Taki étaient importants pour elle, car c'était sa famille, sa vie et elle ne pouvait pas les quitter. Nadeshiko, Takoyaki, Van, Shigeru, Akame, Eren, Mikasa ou encore Saya, ils comptaient tous pour elle et sa mission était de les protéger coûte que coûte. Pour le moment, elle vivait avec l'esprit saint et décontracté, elle s'occupait de ses tâches habituelles et là, elle avait la visite d'un certain Yôgan Seito. Elle l'avait déjà croisé au temple d'Ao et honnêtement, elle avait une très bonne mémoire même pour les prénoms.

Le voilà qui entra dans la soute de la capitaine, Seito n'avait pas trop changé depuis la dernière fois selon de ce qu'elle se rappeler. Par contre, il semblait surpris de la voir ou plutôt de croire qu'elle était la capitaine de ce navire. Okiko savait bien qu'un prénom était difficile à retenir, mais avec un tel corps, n'importe qui aurait pu retenir l'identité de la Saibogu. Enfin soit, la jeune rouquine n'allait pas en faire tout un plat, cela lui était déjà arrivé d'oublier un nom par mégarde. En tout cas, la Kunoichi se demandait ce que pouvait bien vouloir le jeune homme, il ne devait pas être venu pour rien. Discuter ? Elle en doutait un peu, la preuve, il ne savait pas que c'était elle, la capitaine de la Miss Fortune. Apparemment, il a dû entendre le nom Saibogu et il avait eu envie de venir discuter sur quelque chose. Bien sûr, le garçon devait vouloir obtenir quelque chose pour lui-même et rien d'autre. D'un sourire, elle lui répondit.

« Oui, on s'est déjà vu et je suis même un peu déçue que tu ne te souviens pas de mon nom, Yôgan Seito. »

Toujours de façon taquin, elle avait fait sa petite remarque, mais rien de bien méchant et c'était tout simplement pour rire. En tout cas, il ne semblait pas mal le prendre et c'était bien ainsi, ils allaient pouvoir discuter calmement. Seito lui tendit amicalement la main en effectuant son plus beau sourire. Que cherchait-il exactement ? À la séduire ? Pauvre garçon, Okiko était certes un peu enfantin par moments, mais loin d'être une fille facile. La jeune femme lui adressa un sourire et s'avança vers son bureau, il était clair qu'il était venu pour quelque chose. La rousse n'était pas stupide et elle avait l'habitude depuis tout ce temps, elle était connue comme une brillante scientifique et créatrice de toute chose avec sa technique. Elle s'essaya sur son bureau et d'un geste de la main, elle fit signe au jeune homme de s'asseoir.

« Je suis ravi de te revoir, Seito. Assis-toi, je t'en prie. Avant de commencer à discuter, as-tu envie de boire quelque chose ? Alcool ? un jus de fruit ? Ce que tu veux ! » Dit-elle en ricanant. « Sinon quoi de beau ? Tu m'as l'air d'être devenu un peu plus différent de la dernière fois qu'on s'est croisé au temple, mon cher Yôgan. »

Elle mit à croire les bras sous sa poitrine généreuse et fixa Seito en étant prête à l'écouter. À un moment ou un autre, la fameuse conversation allait devoir avoir lieu, autant commencer calmement en racontant un peu sa vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gekei Ao
Informations
Grade : Genin
Messages : 777
Rang : C

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty
Message(#) Sujet: Re: [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] EmptyVen 1 Juil 2016 - 15:19

Seito, sur invitation de la jeune femme, s'assit en face d'elle. Plus il l'observait, plus il se souvenait d'elle. Son nom seul n'avait pas suffi à faire resurgir des méandres de sa mémoire tous les détails la concernant qu'il avait pu avoir à sa connaissance. Cependant, ils lui revenaient par vagues, maintenant qu'il était face au capitaine. Il se souvenait l'avoir rencontré, à plusieurs reprises, dans les couloirs du Temple. D'après ce qu'elle lui avait dit, elle était une amie ... A moins que ce ne soit une parente ? En tous cas, elle était liée de près ou de loin à l'épouse de Hoheinheim. C'était pour lui rendre visite qu'elle était plusieurs fois passée par le Temple, et c'était comme ça qu'ils avaient eu l'occasion de se rencontrer.

"Oh, je me souviens très bien de votre nom ! Mais ce serait tricher que dire qu'il m'est revenu tout seul ... En vérité, c'est votre matelot posté devant votre bateau, au port, qui me l'a dit. Mais maintenant que je vous ai devant moi, en chair et en os, je me souviens vous avoir croisée à plusieurs reprises au Temple."

A l'époque, il ne se doutait cependant pas qu'elle était une femme naviguant sur les océans. Elle avait certainement dû évoquer le fait qu'elle dirige un navire, et un équipage, cependant Seito l'imaginait plus ... disons conventionnelle. Il s'était figurée qu'elle était capitaine d'un bateau de marchandises, et pas d'un vaisseau de guerre, ou d'exploration, comme celui-ci. En dépit de sa fière ligne, le Miss Fortune était en effet assez menaçant. Il ne pouvait décemment pas s'agir d'un bateau conçu pour le transport de marchandises.

"Si vous me le proposez, j'accepterais volontiers un verre d'eau."

Il ne se souvenait pas avoir jamais été très familier avec la dame, aussi fut-il un brin étonné de voir qu'elle le tutoyait. Lui, cependant, ne pouvait se résoudre à lui rendre la pareille avant qu'elle ne l'y ait invité. Il se contenterai d'un poli vouvoiement pour l'instant, qui lui convenait très bien.

"J'ai eu le temps de changer, depuis notre derrière rencontre. Ca doit faire ... Un an, plus sans doute. Je ne sais pas si j'était déjà Shuhan quand on s'est vus pour la dernière fois. Hoheinheim a décidé de me confier la ville d'Itabei, plus au Sud d'ici. Oh, elle n'est pas aussi luxueuse et riche que Marutagoya, mais elle a un potentiel certain. Il suffit de trouver les clefs pour la redresser, voilà tout ... Mais bon, je suis assez content du travail que j'ai accompli là-bas, jusqu'à maintenant. Espérons que ça durera."

Il ponctua sa phrase d'une gorgée d'eau fraîche.

"Inutile de vous retourner la question. De ce que j'ai pu en voir, votre bateau est le fleuron de la flotte de la ville. Vous devez faire pâlir de jalousie les autres marins, avec tout votre arsenal, non ?"

Il n'allait pas évoquer tout de suite sa requête. Il préférait d'abord s'assurer d'être en bons termes avec Saibogu Okiko avant de lui demander quoi que ce soit.

"Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer, en passant sur le pont, tous ces appareils dont vous avez orné votre vaisseau. Je n'en n'ai jamais vu de semblables, sur aucun navire que ce soit. La plupart me sont d'ailleurs complètement étranger, et je n'ai pas pu deviner la fonction de tous. J'imagine cependant qu'ils sont très utiles, et de facture exceptionnelle. Est-ce que je me tromperais en supposant qu'ils sont de votre main ?"

Il y allait sur la flatterie. C'était un procédé comme les autres pour se mettre quelqu'un dans la poche, après tout. Et, même s'il rechignait à en faire usage, en temps normaux, il devait avouer être assez sincère dans ses propos. Il avait véritablement été impressionné par l'attirail technologique visiblement redoutable dont était paré le Mis Fortune.

Si Saibogu Okiko avait pu mettre au point des machines comme celles-ci, elle pourrait certainement répondre à ses attentes. Il ne s'agissait, après tout, que de respirer sous l'eau ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Saibogu Okiko
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 408
Rang : B

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty
Message(#) Sujet: Re: [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] EmptyLun 4 Juil 2016 - 18:17

Assise sur son bureau, la jeune femme avait convié Seito à la rejoindre afin d'être posé et décontracté pour discuter. Okiko ne savait pas trop pourquoi il était là, mais lorsqu'on rendait visite à une Saibogu, ce n'était pas pour parler du beau temps. Il était clair et net que le jeune homme voulait obtenir quelque chose des mains de la pirate, mais avant de débuter une discussion sérieuse, il fallait se détendre. La capitaine du navire n'était pas trop adepte du sérieux à tout bout de champs, elle était un peu enfantine dans sa tête, mais elle savait être adulte quand il le fallait. Là, le Yôgan était quelqu'un qui ne semblait pas méchant ni même chiant, elle l'avait déjà rencontré de temps en temps au temple. La rousse n'avait pas trop d'informations à propos de lui, elle ne lui avait juste parlé qu'un peu et assez pour retenir son identité. En général, Okiko allait au temple, c'était pour rendre visite à ses deux amies, Nadeshiko et Akame ainsi qu'à leurs enfants pour s'amuser. C'était l'un de ses passe-temps favori quand elle était à Taki avec la remit en neuf de la Miss Fortune. Aujourd'hui, elle allait pouvoir se reposer quelques minutes en discutant avec le jeune homme et savoir ce qu'il cherche vraiment.

En tout cas, une chose était sûre et certaines, ce n'était pas un menteur et un prétentieux. Il semblait être quelqu'un d'honnête et de sincère, le genre d'homme que la rousse aimait bien. Pour le moment, il ne semblait pas être quelqu'un de mauvais et que la pistolero puisse haïr rapidement. Le nom de la Saibogu lui était revenu grâce à l'aide d'un matelot sur le navire, il devait sans doute parler de Shigeru. Et lorsqu'il a vu la rousse, il s'était souvenu d'elle et de ses visites au temple. Au moins, il s'en souvenait grâce à ça, c'était le principal et il ne se vantait pas de s'être rappelé comme par magie. La jeune femme proposait de boire quelques choses pour se détendre et parler calmement comme si c'était de bons vieux amis. La jeune kunoichi n'était pas quelqu'un d'embêter et de sévère, elle aimait être détendue et pouvoir parler sans être sous tension. Seito voulait un verre d'eau, il était plutôt sérieux en ne prenant pas d'alcool celui-là. En tout cas, c'était son choix, il ne devait peut-être pas boire en service, dommage pour lui. La Saibogu servit un verre d'eau au jeune homme, dire qu'elle pensait qu'il n'y avait que Takoyaki qui buvait que de l'eau. La jeune pirate n'aimait pas être vouvoyée ni même le faire sauf envers des individus très haut placé dans un pays, Kage ou Daimyô. Elle tutoyait librement Seito alors que ce dernier vouvoyait la rouquine, chose qui allait bientôt changer. Il devait sans doute attendre à ce qu'elle le lui demande de stopper, comme le fait la plupart des personnes. Après tout, Okiko n'était pas habitué à le faire et se montre très courtois en ayant vécu dans un monde tout autre.

La kunoichi demandait ce qu'il devenait depuis quelque temps, la jeune femme n'était pas revenu à Taki depuis un moment et il semblerait que pas mal de chose avait changé. La pirate voulait obtenir quelques informations vis-à-vis du jeune homme, il allait sans dire des choses intéressantes. Pendant ce temps-là, la femme se servit un bon verre de rhum venant tout droit d'un des petits îlots de Mizu. La femme avait l'habitude de voyager partout autour du globe dès qu'elle en avait l'occasion et particulièrement près de Mizu no Kuni. Là-bas, il y avait la tombe de ses parents et elle y allait de temps en temps pour s'y recueillir dans le plus grand des respects. Elle n'a jamais été embêtée ni même interrompue dans son moment de solitude. Cependant, il fallait revenir à Seito qui racontait pas mal de chose passionnante sur sa personne. Okiko avait senti un changement sur lui depuis leur dernière rencontre et effectivement, elle n'avait pas eu tort sur ce propos. D'après lui, Van avait fait de lui, le Shuhan d'Itabei dont il devait diriger, c'était un petit village au sud de la ville portuaire. C'était tout de même intéressant et il cherchait à redresser Itabei par ses propres moyens comme un grand. Hoheinheim savait envers qui il pouvait faire confiance, il était rusé comme homme, ce Van. Okiko comprenait pourquoi Nadeshiko était tombé sous son charme, dire qu'elle avait eu du mal à l'aimer. La Saibogu avait bien fait de le suivre, il y avait quelques années.

« Très intéressant et tout ça en un an, je suis sous le charme. »

La rousse but alors une gorgée de son rhum et entendit que Seito avait repris aussitôt la parole. Il cherchait à flatter Okiko en la complimentant sur la Miss Fortune, mais il n'avait pas tort. La plupart des marins jalousaient sur l'envergure et la beauté de son navire, il y avait de quoi. Pour le moment, la Saibogu n'avait croisé aucun autre navire ressemblant au sien et c'était mieux ainsi même si elle aurait aimé rencontrer d'autres Saibogu pour papoter technologie. Ce n'était pas trop grave, le monde était petit, elle allait surement en croiser un en cours de route. La femme lui sourit avec le sourire.

« Tu as tout à fait raison, ils sont bien jaloux de cette merveille, ma fifille ! »

N'empêche, c'était un beau parleur et elle devait être habituée à se faire complimenter sur ces inventions. Il était tout de même très impressionné par la structure et ce qui pouvait orner la Miss Fortune, Okiko s'étonnait elle-même parfois en le regardant au loin. Si cela avait été fait de sa main, ce n'était pas totalement vrai, il y avait une part de ses parents dedans qu'elle n'avait pas osé s'en défaire par respect et amour. De plus, leur débute de transformation de navire était correcte, la rousse avait tout terminé 90% du navire à sa manière et avec ses propres plans. En soi, elle était vraiment fière du boulot qu'elle avait terminé à la place de ses parents partis trop tôt. Sinon à part ça, Seito savait utiliser la flatterie pour arriver à ses fins, la Saibogu n'était pas naïve à ce point et elle avait déjà eu affaire à d'autres dans le passé. Cependant, le Yôgan était différent, il semblait vraiment sincère dans ses propos et la pirate aimait l'entendre parler. La femme sourit et but son verre de rhum avant de claquer son verre contre le table en ricanant.

« Toi, tu sais parler aux femmes. Effectivement, il a été fait de mes mains, enfin 90% du navire a été fait, le reste a été débuté par mes parents avant qu'ils ne meurent. J'ai achevé une oeuvre des plus magnifiques. » Elle plongea son regard dans celui de Seito. « Tu sais, j'aime quand on me flatte et je pense que tu as besoin de quelque chose venant de moi. Je ne pense pas que tu sois venu pour me parler que de mes créations, mon chou. »

Okiko prit son verre et la bouteille de rhum avant d'aller s'asseoir sur les jambes de Seito, elle se resservit à boire et lui sourit. La rousse lui fit un clin d'oeil avant de boire tranquillement. Elle n'était pas dupe même si elle était un peu ivre, le rhum était fort et elle n'était pas endurante avec celui-là. Shigeru lui avait même déconseillé d'en boire toute seule ou même accompagner, elle ne tenait pas cet alcool. Or, la rouquine n'écoutait pas toujours ce genre de conseil et elle faisait mine de les oublier pour mieux s'amuser avec ses amis. Passant ses bras autour de la nuque de Seito, elle approcha son visage du sien, tout en gardant son sourire, blottissant sa poitrine contre le torse de Shuhan d'Itabei. Il y avait de quoi intimider le garçon sauf s'il n'était pas du genre à se sentir gêner dans ce genre de situation plutôt ambiguë. Ses yeux bleu ciel fixaient les yeux de Seitô.

« Alors mon grand, que veux-tu que je te crées ou fasses ? Ne sois pas timide, je sais tout faire ! » Ricane-t-elle. « Ah oui, tutoie moi, Seito-kun. Je n'aime pas être vouvoyé, je ne te suis pas supérieur et ça fait trop sérieux. Et, tu es sûr que tu veux que de l'eau ? » Elle en profita pour mettre son chapeau de pirate sur la tête de Seito. « Quelle classe, beau gosse ! » Dit-elle en tirant la langue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gekei Ao
Informations
Grade : Genin
Messages : 777
Rang : C

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty
Message(#) Sujet: Re: [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] EmptyMer 6 Juil 2016 - 15:52

Seito savait très bien pourquoi il buvait de l'eau, et pas de l'alcool. Il avait une très basse tolérance à tout ce qui était un brin capiteux. Un seul verre suffisait à le plonger dans un état second. La plupart du temps, il était plongé dans une sorte de mélancolie de laquelle il ne décollait pas avant d'avoir complètement cuvé. Il ne lui était encore jamais arrivé de rentrer dans une colère noire sous l'effet de la boisson, mais il redoutait que ce jour arrive. Si c'était le cas, il pourrait devenir violent, qui sait ? Et quand on s'appelait Yôgan, mieux valait éviter ce genre de situation ... Les dommages collatéraux seraient trop importants, si quelqu'un ne l'arrêtait pas rapidement. Aussi, connaissant les conséquences fort dommageables qui pourraient découler d'une trop forte consommation d'alcool de la part de Seito, on comprendra qu'il ne s'adonne que très rarement aux spiritueux en tous genres.

L'ivresse facile semblait être également un défaut de la Saibogu. Alors que Seito sirotait gentiment une gorgée d'eau claire, elle coulait une bouteille d'un liquide ambré -du rhum ?- sous les yeux pleins d'appréhension du Shuhan. Plus elle buvait, plus ses paroles et ses gestes se faisaient déliés. A tel point qu'au bout de quelques instants seulement, Seito fut persuadé qu'elle avait perdu une partie de ses facultés intellectuelles. Il en eut la preuve d'autant plus claire quand la jeune femme vint s'asseoir sans préavis sur ses genoux. Elle était lancée dans son speech, et il n'osa pas l'interrompre sinon par des gestes embarrassés. Devant l'indifférence manifeste de la marine, il se résigna cependant. Lorsqu'elle eu fini de parler, sembla-t-il, il ôta le chapeau de pirate de sa tête, pour le reposer sur le chef de son interlocutrice. Il éloigna légèrement sa tête, une rumeur alcoolisée lui parvenant déjà aux narines.

"Hem ... Eh bien, vous ... Enfin tu pourrais me rendre un service."

Etait-il allé trop loin dans la flatterie ? Avait-il poussé trop en avant ses compliments ? Il doutait d'avoir le pouvoir de faire tomber sous son charme une femme avec de simples flagorneries. L'alcool avait sans doute beaucoup aidé à plonger la capitaine dans cet état de débauche assez avancé. Mieux valait y aller prudemment, maintenant, et la prendre avec des pincettes. Mesurer les compliments, c'était ce qu'il fallait faire. A moins que ...

Peut être s'offenserait-elle si elle voyait que Seito se soustrayait à ses avances -dont la subtilité n'était plus à prouver- ? Et dans ce cas, elle aurait toutes les raisons du monde de refuser de lui accorder ce qu'il demandait. D'autant plus que, dans l'état dans lequel elle s'était elle-même embourbée, elle risquait d'avoir du mal à manipuler les outils nécessaires au bricolage que Seito comptait lui demander. Bah, après tout, que risquait-il à rentrer dans son jeu ? Il n'en n'avait que plus de chances de ressortir gagnant. Lui était en pleine possession de ses moyens, après tout.

"J'ai besoin de tes talents pour me bricoler un petit quelque chose. Oh, trois fois rien à côté des monstres sur ton bateau ! Je n'ai besoin que d'une seule chose, et je ne vois que toi pour m'aider à l'obtenir. Il me faut ..."

Il susurra les derniers mots à l'oreille de la marine:

"Respirer sous l'eau ..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Saibogu Okiko
Informations
Grade : Taïchou
Messages : 408
Rang : B

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty
Message(#) Sujet: Re: [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] EmptyVen 8 Juil 2016 - 17:02

Il n'aurait fallu que quelques verres de rhum pour que la rousse soit sous l'emprise de l'alcool, mais pas totalement non plus. La jeune femme avait un coup dans le nez, or elle restait tout de même un peu lucide. De plus, lorsqu'elle était ivre, la capitaine aimait taquiner les gens, les provoquer ou les tester pour voir quel genre d'individu ils sont vraiment. Effectivement, une si belle femme sous l'effet de l'alcool était si facile à atteindre et facile à obtenir quelques choses comme des actes indécents ou autres. Du coup, lorsqu'elle voyait ce que faisait la personne envers elle durant ce moment, elle le stoppa pour le corriger ou elle le félicita pour ne pas avoir succombé à ses envies passagères. Tout du moins, Seito semblait être le genre d'homme à ne pas profiter d'une femme, c'était tout de même rassurant de savoir cela. Elle l'avait certes croisé quelques fois au temple quand elle rendait visite à ses amies, mais ce n'était pas pour autant qu'elle le connaissait vraiment. Il était inutile de perdre son temps à imaginer beaucoup de trucs, il semblait être quelqu'un de sérieux. Pas d'alcool, que de l'eau, il ne profitait pas d'Okiko, c'était un homme bon. Plutôt beau et mignon, la rousse aimerait bien le connaître un peu plus. Cependant, le Yogan semblait être venu pour quelque chose que seule la Saibogu pouvait faire et elle avait hâte de savoir quoi.

Seito avait besoin de ses services, il avait besoin d'elle pour lui fabriquer quelque chose ou de lui faire traverser la mer pour aller quelque part. La jeune femme ne savait pas quoi exactement, le jeune homme n'avait pas encore exprimé sa requête, mais rien ne pouvait résister aux doigts de fée de la rouquine. En tout cas, elle allait devoir faire quelque chose et en espérant que ce soit intéressant à faire. La jeune femme aimait construire énormément d'objets et inventer des trucs, c'était son dada et la Miss Fortune pouvait tout simplement le prouver. La femme allait écouter attentivement ce qu'il allait dire, elle était excitée à l'idée de faire quelque chose. Le voilà qu'il parle, il avait besoin des talents de bricoleur, déjà, il manquait déjà des points dans la joie de la Taicho du navire. Or, ce n'était pas quelque chose d'aussi compliqué que ce qu'elle avait déjà pu faire, il avait pris exemple sur le navire. Faut dire, cela ne la dérangeait pas, au contraire, que ce soit petit ou grand, ça lui allait parfaitement. En tout cas, il n'avait besoin que d'un truc et seul elle pour le faire, c'était amusant. En lui susurrant à l'oreille, Seito voulait quelque chose pour respirer sous l'eau. Le garçon voulait visiter les fonds des mers et en faire de l'exploration ou c'était pour une utilisation toute autre. La jeune femme n'en savait pas plus, mais rien que lui avoir susurré à l'oreille avait rendu la femme heureuse. Pour la peine, elle resta sur ses genoux et lui déposa un baiser sur la joue.

« J'ai déjà un masque pour respirer sous l'eau, je peux t'en construire un facilement et rapidement, sans problème. Cependant, je ne fais rien gratuitement, mais pour toi, j'ai envie de faire une exception. »

La femme appréciait bien le jeune homme, de plus, elle semblait être intéressée par ce dernier. Habituellement, Okiko faisait toujours en sorte de ne pas trop s'intéresser aux hommes ou aux femmes, mais qu'à sa vie de pirate et de kunoichi. Cependant, elle avait envie d'autres aventures et à entendre parler certaines de ces équipières sur le navire, ça pouvait être bien de ne pas être seule. Bien sûr, elle n'avait pas envie d'être chiante ou collante, mais la rouquine ne savait pas comment s'y prendre dans ce genre de choses. Elle regarda le jeune homme dans les yeux, la Saibogu ne le connaissait pas trop, mais sa personnalité et son physique lui plaisaient bien pour le moment de ce qu'elle avait pu apercevoir. Elle prit son chapeau de pirate que Seito avait remis sur la tête de la femme, et elle le jeta un peu plus loin dans la pièce. Il faisait un peu trop chaud pour le porter, sans doute à cause de l'alcool. Maintenant qu'elle savait ce qu'il voulait exactement, elle pourra s'en occuper dans la soirée afin de le lui rendre plus rapidement afin de le revoir. Cependant, elle ne voulait pas que leur discussion se termine tout de suite, elle voulait parler encore un peu.

« Seito, as-tu quelqu'un dans ta vie ? Et pour le paiement, invite moi au restaurant dans ta ville et ça sera bon. » Dit-elle en ricanant. « Comme ça, je pourrais en profiter pour te donner le masque d'oxygène quand je l'aurais fini.»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gekei Ao
Informations
Grade : Genin
Messages : 777
Rang : C

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty
Message(#) Sujet: Re: [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] EmptyVen 8 Juil 2016 - 18:02

Seito fut ravi d'apprendre qu'il pourrait être satisfait. La capitaine possédait déjà un masque lui permettant de respirer sous l'eau, il lui serait sans doute aisé de reproduire ce premier modèle pour en fabriquer un nouveau, quitte à, pourquoi pas, l'améliorer un peu ... Si elle avait été capable de créer cette technologie en premier lieu, elle pouvait tout à fait être à même d'en faire quelque chose de plus efficace encore. Même si Seito ignorait bien ce qu'on pouvait ajouter à un dispositif permettant de respirer sous l'eau. Il ne savait d'ailleurs rien du fonctionnement de l'engin. Peut être qu'il fallait une source d'énergie particulière, un carburant ? Il était aussi calé en technologie qu'en natation synchronisée, et il n'avait jamais fait de natation synchronisée. Peut être la machine ne fonctionnait-elle qu'un temps ? Elle devait avoir une sorte de batterie, qui lui offrait un fonctionnement à durée limitée, ou quelque chose comme ça ... Si c'était le cas, ça en limiterait grandement le temps d'utilisation.

Seito comptait faire usage de ce petit bijou d'ingéniosité afin d'améliorer ses capacités physiques. Il en avait déjà parlé avec Takoyaki, sa coéquipière, et c'était ensemble que leur était venue l'idée de s'entraîner sous l'eau. Comme l'avait très justement évoqué la fille poulpe, la mer est un environnement tout à fait différent de la terre. Les mouvements y sont plus lents, et nécessitent des efforts inexistants à la surface. Bouger sous l'eau, et s'y exercer, c'était comme s'entraîner sur une planète à la gravité intensifiée. Chacun des gestes comptait, et il fallait faire attention à chaque muscle qu'on bougeait. Ainsi, on éliminait vite le superflu, pour ne garder que les mouvements véritablement utiles. Enfin, c'était la théorie. Seito n'avait pas encore eu l'occasion de mettre en pratique ses idées, puisqu'il faisait face à un problème idiot, mais néanmoins de taille: il n'avait pas de branchies, ou de système respiratoire adapté à un environnement aqueux, à l'inverse de son équipière. Depuis le jour où ils avaient eu cette idée, Seito attendait donc de trouver une personne capable de réaliser son souhait. Et, même s'il avait d'abord consulté l'Ingénieure en chef d'Itabei, Suishô Yanyan, celle-ci lui avait avoué que ce genre de commande dépassait ses compétences.

Enfin, le problème était réglé. C'était tout comme, en tout cas. Saibogu Okiko acceptait la requête de Seito, et même semblait s'y adonner avec plaisir. Le Shuhan souhaitait cependant payer l'inventrice en bonne et due forme. Il allait proposer une rémunération plus traditionnelle, quand elle reprit la parole pour aborder un sujet plus intime.

D'abord, Seito ne comprit pas de quoi elle voulait parler en lui demandant s'il avait quelqu'un dans la vie.

"C'est à dire ? Un animal, ce genre de choses ?"

Très vite, cependant, ses idées se mirent en place d'elles-mêmes et il se sentit bien bête.

"Oh ! Ca ... Ce genre de quelqu'un-là ..."

Son enthousiasme avait baissé en flèche, et il affichait maintenant une mine soucieuse. Il poussa un long soupir. Son regard se perdait maintenant dans un lointain souvenir, celui d'une nuit dans le Shozaichi en ruine. Il n'avait pas repensé à elle depuis qu'il avait appris qu'elle était morte. Il avait été trop surchargé de travail pour ça. Mais, maintenant que son visage lui revenait en mémoire et que la saveur de leurs rencontres refaisait surface, il était pris d'un soudain élan de tristesse. Et, étrangement, il avait envie de parler.

"Eh bien, il fut un temps où j'avais quelqu'un. Ou quelqu'un m'avait, je ne sais plus. C'est finalement assez récent, et pourtant j'ai l'impression que ça fait une éternité. J'étais déjà au Shûkai, un tout jeune soldat, prêt à défendre l'Empire sans se poser de questions. J'avais tout à découvrir, du monde comme des gens. Je suis allé en voyage à Yuki no Kuni, une fois. C'est là que je l'ai rencontrée. Elle était connue, et tenait une place important au sein du Shûkai. Elle s'appelait Yuki, Samui Yuki. Elle est morte, il y a un peu plus d'un an. Mais je n'ai pas le temps d'aimer. J'aime déjà ma ville, et j'y consacre tous mes efforts."

Il lança un sourire triste à la capitaine.

"Merci d'accepter ma requête. Je te paierai en bonne et due forme, que tu le veuille ou non. Mais arrêtons de parler de moi ... J'ai peur d'avoir déjà suffisamment plombé l'ambiance. Racontez-moi plutôt les turpitudes d'une vie de marin. Vous avez dû en voir des choses, sur votre navire. Tous ces horizons, tous ces pays ... Et on se cantonne encore derrière des frontières ..."

Le coeur n'y était décidément plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty
Message(#) Sujet: Re: [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] [Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[Marutagoya] La respiration sous l'eau, c'est la vie ! [Pv : Yôgan Seito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Taki no Kuni-