N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Blayd
Informations
Messages : 47

Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Empty
Message(#) Sujet: Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] EmptyJeu 9 Fév 2012 - 18:02

Je déteste cet endroit. Il est sale, bruyant, et plein de gamins qui braillent après leurs parents. Après tout, le centre-ville est un des lieux les plus fréquentés de kirigakure no kuni. Ce village est nouveau, pourtant il est pleins de commerces et semble avoir toujours existé. C'est étrange comme sensation, surtout que je ne me suis installée ici que depuis quelques semaines. C'est la première fois que je traverse les petites ruelles qui séparent les boutiques des maisons. Loin de là les ruelles sombres et étroites que l'on peut imaginer, mais de grands passages emplis de lumière. Il est quatre heures, soit l'heure de pointe... Pourquoi est-ce que j'ai choisi de sortir à cette heure là?? Parfois je ne me comprends pas moi-même. Le pire, c'est qu'avec ma longue chevelure rouge je ne passe pas inaperçue. Puis il me vient une idée, je pourrais acheter une cape munie d'une capuche pour les cacher. Je fouille une à une toutes mes poches, rien. Pas un rond! Quelle poisse... Je ne supporterai pas les regards soutenus de la population plus longtemps. Ah! La mémoire me revient, il me semble avoir mit les quelques pièces qu'il me restait dans ma gourde, bien sûr vide. Quand je vous dit que je ne me comprend pas... Je n'ai pas énormément, à peine assez pour un repas. Voler ? Pourquoi pas. Avec toute cette foule ce serait chose facile... Il faut juste trouver le pigeon pour. D'ailleurs, pour en revenir à mes précédents propos, j'ai assez pour un repas non? Un restaurant! C'est parfait comme lieu, j'aurai le choix. Sur ma droite se trouve quelques restaurants, tous trop chers. C'est un quartier de riche ici ou quoi?? Enfin... Je vais finir par en trouver un.

Mon dieu.... Cela fait plus d'une heure que je suis à la recherche de ce putain de restaurant. Je vais être obligée de demander de "l'aide" ! L'horreur... Tant pis, je n'ai pas vraiment de choix secondaire. A un enfant? Non, ce serait bien trop humiliant, un homme aussi. Une personne âgée. Bingo ! Elle ne me déconsidérera pas, elle pensera juste que c'est pour la mettre en valeur. J'entre alors dans une petite boutique sur ma gauche, une épaisse fumée imprègne la pièce. Dans quoi je suis rentrée? Il fait vraiment sombre, et je distingue difficilement deux silhouettes dans le fond. Mon âme me dit fui, et mes jambes me disent court. Alors qu’est ce qui a bien pu m’amener vers ces ombres ? Je ne sais pas du tout, et je ne saurai probablement jamais. Une voix roque résonne dans la pièce silencieuse :

« Que voulez-vous mademoiselle ? »

C’est une femme, je peux l’affirmer avec conviction. La fumée qui m’entoure provient de plusieurs kiseru, et je pense que c’est à cause de ça que la voix que j’ai entendu était si grave. J’entrouvris les lèvres, sans trop savoir quoi répondre à cette simple question. Demander mon chemin ici ne serait pas une bonne initiative… Merde, je dis quoi moi maintenant ? Cette ambiance est oppressante, je ne peux pas me sauver ni rester, il faut que je parle. Enfin, il faut plutôt que je mente, comme je sais si bien le faire. Pourtant quelque chose m’en empêchait, comme si ma voix avait disparu. La seule chose qui bougeait chez moi, c’était mes jambes, je m’approchais chaque seconde un peu plus de cette femme. J’arrive enfin à voir son visage, elle est vraiment belle. J’ai l’impression de voir mon reflet, elle ne sourit pas, elle ne semble pas heureuse. Alors pourquoi elle se préoccupe de moi ?!

« Tu viens pour l’opium n’est-ce pas ? La première consommation est gratuite. »


La femme alluma un briquet, le plaçant devant son visage, désormais illuminé d’une couleur rougeâtre . Alors c’est ça, je suis dans une fumerie d’opium. Je n’en avais jamais fréquenté avant, quelle odeur étrange. Je me souviens de ce que c’est, lorsque j’étais jeune ma mère m’en avait parlé. Oh non pas sans raison, mon voisin était décédé suite à une consommation trop fréquente. J’avais alors demandé à ma mère de m’expliquer ce que c’était. A cette question, j’avais eu pour réponse :
«A l’interrieur de toi, il y a une boite dans laquelle vienne se rassembler tous tes soucis, plus cette boite est pleine plus tu es malheureux. Certaines personnes décident d’utiliser la clé qui laisse échapper ces problèmes. L’opium est une de ces petites clés, et le prix de cette clé est celui de la vie. »
A l’époque je ne comprenais pas vraiment ce que cela voulait dire, à présent je sais que l’opium est la clé de la lâcheté, celle qu’on utilise lorsqu’on est faible. Je ne veux pas de cette chose, je ne veux pas être faible. La fumée que j’ai respiré est déjà suffisante pour me donner des nausées, cette femme recrache ses bouffées sur moi, je toussote. La tête me tourne, je vais m’évanouir. Ma respiration prend un rythme irrégulier, il faut absolument que je résiste. Dans un élan de courage je prends la parole.

« Je ne veux pas fuir, je veux juste faire face. Vous devriez faire de même, chaque vie vaut la peine d’être vécue, ne la gâchez pas, c’est votre esprit qui part en fumée. »

Ma vision se précise, et je parviens à atteindre la sortie, refermant avec assurance la porte de la boutique derrière moi. Malheureusement c’est trop tard, je suis restée trop longtemps. Je me sens mal, très mal. Le pire dans tout ça c’est que je me fais encore plus remarqué. Mes jambes sont toutes engourdies, il faut que j’aille m’assoir quelque part. Je finis par prendre place sur un banc, il n’y a qu’une seule personne assise dessus, et je n’ai pas pris le temps de la détailler. Je ne peux m’arrêter de tousser, c’est une sensation juste désagréable, il faut que je me sorte de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 115

Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Empty
Message(#) Sujet: Re: Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] EmptyVen 10 Fév 2012 - 16:39

    La froid laissé place maintenant, petit à petit, à la chaleur ambiante qui pouvait régner au printemps. Dosan sortit de chez elle pour profiter des rayons de soleils venant caresser son épiderme, un léger zéphyr venait soulever quelques mèches de cheveux placées devant ses yeux jaunes. Aujourd'hui elle n'avait rien prévu, une journée tranquille en perspective, pas de missions barbantes, pas d’entraînement. Bref, elle allait pouvoir profiter d'un peu de temps de répits pour se ressourcer. Dosan se dirigea vers le centre ville, elle savait que là-bas elle trouverais de quoi s'occuper l'esprit, ne serait ce que en faisant les boutiques ; tandis qu'elle s'approchait de plus en plus du centre, elle constata rapidement et malgré elle qu'aujourd'hui beaucoup de personnes avaient décidé de faire la même chose qu'elle. Une fois arrivé à destination, une masse compacte lui faisait face, elle n'avait pas le choix, du moins elle n'avait plus le choix, si elle voulait voir les magasins elle allait devoir passer outre se mur de personnes.

    Elle se faufila du mieux qu'elle pouvait, se faisant de temps en temps bousculer ou marcher sur les pieds, une grimace venait se coller sur son visage lorsqu'elle frôlait les gens, de peur qu'un autre vienne lui écraser ses orteils. Le bruit ambiant ne lui permettait pas de comprendre les conversations autour d'elle, elle attrapait des morceaux en vol et si elle les collait ensemble cela n'avait aucun sens " Madame Koru... veut frapper... une seiche... qui danse... le ninjutsu... parce qu'elle adore les sardines... congelées "... En effet cela n'avait aucun sens. Elle préféra s'isoler intérieurement, échappant ainsi à toute interpellation possible et inimaginable, de plus peut-être arriverait-elle à faire abstraction de ce qu'il se passe autour d'elle. Au bout de quelques minutes de bataille acharné elle finit par atterrir près de magasin, ils vendaient de quoi faire de la calligraphie : magnifique, et bien qu'elle n'y connaisse strictement rien elle se faisait un réel plaisir de regarder ces gens écrire avec une grâce inimaginable. Cela pourrait paraître simple au premier coup d'oeil mais elle savait, elle qui avait déjà essayé, que ce n'était absolument pas le cas et que cet art demande une dextérité et une concentration hors du commun : il pourrait s'agir d'un excellent exercice de concentration et d'adresse, car après tout les arts ninjas ne font que s'inspirer du monde dans lequel il vit, et tout comme le " pinceau " marque la feuille, l'épée marque l'homme, tout comme l'encre laisse une trace, le ninja laisse toujours une marque de son passage après un combat. On pourrait retrouver cette similitude dans bien d'autres domaines, mais aujourd'hui il n'était pas question de s'embrouiller l'esprit avec des réflexions : Dosan veut se détendre et elle y arrivera.
    Un peu plus loin un magasin proposait diverses armes de jets, elle décida de s'y rendre afin de contempler ce qu'elle pourrait éventuellement s'acheter pour ses futures missions. Arf. Voilà qu'elle pense à nouveau aux missions, elle qui s'y refusait. Tant pis, il semblerait qu'elle ne puisse s'en empêcher : après tout c'est la voie qu'elle décida de prendre, non pas par dépit, mais par choix ; un choix fait en conséquence de ses préférences et de ses goûts. La jeune Jisetsu regarder d'un oeil attentif les diverses armes, certaines semblaient folles par leur aspect et elle avait du mal à imaginer comment les utiliser, d'autres plus simples et basiques lui étaient familières. Elle n'acheta rien, préférant garder son argent pour se payer quelque chose à boire qu'elle siroterait dehors tranquillement.

    Après avoir prit une sorte de sirop étrange elle alla s’asseoir sur un banc, seule, isoler plu ou moins de la foule compacte qu'elle pouvait encore attendre geindre au loin, dans un soupir elle avala une gorgée de son breuvage au goût étrange. Tout à coup, sortant de nulle part, tombant du ciel comme une cheveux sur la soupe, une femme aux cheveux rouge vint la rejoindre sur la banc : elle semblait étrange, ne pouvant s'empêcher de tousser, craignant qu'elle vomisse la jeune fille aux yeux jaune la regarder du coin de l'oeil tout en sirotant. Elle n'osait pas lui dire quoique se soit, il pouvait s'agir d'une folle... ou tout simplement quelqu'un ayant besoin d'aide. Etant dans un bon jour, la jeune fille aux cheveux bleus lui dit d'un ton calme avec une légère pointe d'inquiétude :

    - Dosan : " Tu vas bien ? Qu'est ce qui t'arrives ? ". Elle lui tend son sirop. " Tient boit un coup pour que ça passe non ? "

    Elle la regardait, un peu surprise et intrigué tout de même. Elle espérait que sa quinte de toux lui passe le plus rapidement possible, Dosan ne voulait pas devoir amener un cadavre à la morgue : c'est son jour de repos et de tranquillité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Blayd
Informations
Messages : 47

Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Empty
Message(#) Sujet: Re: Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] EmptyLun 20 Fév 2012 - 14:49

Tssss, quelle ironie. Je ne pouvais pas m'arrêter de tousser, ma gorge commençait à me gratter, c'était violent. Je ne m'y connais pas vraiment en drogue, c'est le moins que l'on puisse dire, mais ça, c'était pas normal! Je dois absolument trouver un moyen de faire disparaître cette toux, sinon on va me repérer, ça craint. En plus, je ne connais pas vraiment les effets de ce que j'ai respire,r si ça se trouve je peux en mourir.
Alors que j'étais plongée dans mes pensées, quelque chose, ou plutôt quelqu'un, intervint. C'était cette personne qui depuis tout à l'heure se trouvait juste à côté de moi. Je n'y avais pas vraiment fait attention, à vrai dire sa présence était des plus discrètes. Ma vision était plus claire que jamais, mes oreilles sourdes et mes lèvres complètement engourdies. La jeune fille avait une peau noire, cela faisait un très joli contraste avec sa chevelure bleu. Elle murmura quelque chose, inaudible pour moi, puis me tendit un petit gobelet. J'en suis sure, son intention n'est pas mauvaise. Pourtant, même persuadée de ça, je ne peux m'empêcher d'hésiter à le prendre. La raison est simple : je ne veux pas de sa pitié. Je tourne la tête, désormais de profil à la jeune fille, et pose ma main devant la bouche pour ne pas la "contaminer". Même si la drogue n'a pas les mêmes propriétés de virus que le sida, c'est un automatisme implacable.

Ça y est, je comprends. La petite fille aux cheveux bleus ne m’intéresse plus, mon esprit est recentré sur tout autre chose. Cette femme était plutôt silencieuse, et son offre trop commerciale pour être vrai. Elle fait partie de sa bande, et elle va me tuer. Est-ce dû encore une fois à cette bouffée délirante? Je n'en es pas l’impression, ma certitude est sans faille. Si elle ne veut pas de problèmes, cette demoiselle ferait bien de fuir et vite. Lui dire gentiment n’entraînerait que des demandes d'explications et des longueurs, et je n'ai pas de temps supplémentaire cette fois, je n'ai pas le choix. Un peu prise de court, je décidai de sortir une dague accrochée sur ma hanche, et je la plaça très rapidement sous sa gorge.

-"Barre toi ou j'te défonce."

Je soutenais mon regard, tant bien que mal, tentant d'être la plus crédible possible. Je n'arrivai pas très bien à contenir ma toux... Et très sincèrement, j'ai des doutes quant au fait qu'elle ait peur d'une fille malade. Mais il est déjà trop tard, elle nous observe, il faut que je fasse quelque chose, sinon on est fichues toutes les deux. Des centaines d'ébauches dans ma tête se dessinent, tellement que je ne sais plus laquelle choisir. Je sens un souffle lent mais régulier, une chaleur corporelle élevée, un battement de coeur si fort que je n'entends même plus le mien. Quelle sensation étrange, je ne sais même plus qui je suis... Cette femmeà la fumerie existe-t-elle vraiment? J'en suis sure, elle est derrière moi, prête à nous égorger.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
avatar
Informations
Messages : 115

Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Empty
Message(#) Sujet: Re: Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] EmptyLun 5 Mar 2012 - 15:34

    Le proverbe dit " Aide toi et le ciel t'aidera ", oui il est vrais parfois, cependant il arrive que dans certaines situations, certains moments bien particuliers dans notre vie, que l'aide vienne d'un personne et non pas d'une puissance divine supérieure. Dosan avait mal choisit son jour pour apporter son aide à la première personne qu'elle croise, et malheureusement pour cette fille aux quintes de toux c'était tombé sur elle. Cette douce idée d'unification qu'avait tenté de lui être inculquée quelques temps auparavant faisait choix blanc, la réconfortant dans son idée. Pourtant cette femme aux airs malades ne c'était pas contentée d'un simple " non merci laissez-moi ", mais avait plutôt adoptée une attitude agressive et démesurée par rapport à la situation : était-elle folle ? Très probablement d'après ce qu'elle pouvait en juger, et très rapidement la folie devint plus menaçante, plus dangereuse, et c'est avec une dague sous la gorge que la conversation continuait ou qu'elle allait se finir pour la jeune fille aux cheveux bleus. Qu'on refuse son aide, ma fois, c'est quelque chose de compréhensible, mais la menacer de mort pour lui avoir tendu un gobelet c'était trop, surtout sans aucune raisons apparentes : elle ne s'était pas montrée menaçante, hautaine, désagréable etc. Bref elle ne comprenait pas ce qui avait bien pu mettre cette femme dans un tel état. Pourtant ce n'est pas aussi facilement que Dosan comptait se laisser faire, d'autant plus par quelqu'un qui semblait bien plus apte à aller à l'hôpital plutôt qu'à disputer un combat. Ses yeux devinrent d'un jaune étincelant, elle fixa pendant quelques secondes l'étrangère et s'écarta extrêmement rapidement de cette dernière, elle se trouvait maintenant à une dizaines de mètres avec un kunai dans la main : elle l'avait menacé et maintenant elle allait devoir répondre de ses actes. Elle voyait bien que la femme en face d'elle n'était pas en mesure de combattre, son état ne lui permettait pas mais Dosan n'en n'avait que faire, les yeux dans les yeux la jeune ninja lui répondu :

    - Dosan : " C'est une drôle de manière de remercier quelqu'un qui te propose son aide... Mais ne crois pas que tu m'impressionnes, vu comme tu tousses je doute sincèrement que tu puisses réellement te battre. "

    Cette femme n'avait pas peur d'elle, ça se voyait, mais elle semblait étrangement redouter quelque chose d'autre : elle pouvait voir ses yeux qui scrutaient derrière elle comme si quelqu'un s'approchait, comme si quelqu'un lui voulait du mal. Mais qui ? Il n'y avait personne ! Cet état était dû à quelque chose, il ne s'agissait pas d'une technique ninja sinon la jeune Jisetsu aurait affectée elle aussi, peut-être alors avait-elle prit des stupéfiants ? Car non loin d'elles il y a avait un une fumerie d'opium, ce n'était pas officiel mais tout le monde le savait et faisait comme si... Tout s'expliquait alors : le comportement de cette femme, sa toux, la dague... elle était victime d’hallucinations à cause de l'opium inhalé.

    - Dosan : " Tu devrais prendre l'opium comme ennemi plutôt que de me menacer moi, c'est lui qui t'a mit dans cet état... Espèce de droguée ! "

    Son ton se voulait sévère, pas menaçant mais plutôt affligé de faire un tel constat. La jeune ninja rangea son kunai, se tenant toujours à une bonne distance au cas où. Là elle attendait des excuses bien méritées...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Blayd
Informations
Messages : 47

Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Empty
Message(#) Sujet: Re: Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] EmptyDim 11 Mar 2012 - 12:47

Elle s'est barrée. A vrai dire, je m'en fous complet. Il vaut mieux pour elle qu'elle soit loin de moi, parce que c'est sur que cette femme à fait de moi sa proie. Je ne sais rien faire, j'ai tout oublié... Toutes les techniques que j'ai appris en cours avec les autres ploucs, je n'en ai plus le moindre souvenir. C'est le brouillard total dans ma tête, tout ce que je sais clairement, c'est que ma tueuse est collée à mon dos, prête à sortir son arme. Pour moi c'était simple et dangereux, pour elle j'étais complètement folle et suicidaire. Je vais vous raconter la même scène deux fois, de manière différente. Pourquoi? Parce que je ne vois pas comme elle, ma vie n'est pas la même selon elle ou selon moi.
Je peux être seule et accompagnée, muette et en train de parler, assise et debout. Son petit corps frêle au loin ne m'aurait jamais laissé deviner qu'elle puisse faire preuve d'autant de rapidité. Je suis quand même con quand je m'y mets. Je m'attire juste des ennuis supplémentaires en faisant ça pas vrai? Deux ennemis plutôt qu'un, c'est pas malin. Mais ma pensée s'arrêta là, car les longs cheveux de la femme me tombaient désormais sur les épaules, elle est tout proche maintenant. Mon souffle se calma étrangement, comme si je voulais ne pas lui montrer la moindre trace de peur ou d'angoisse. Un peu trop tard pour y songer? Sans doute. Mes yeux laissent une transparence totale sur ma confiance en moi, je vais la buter. Je me relevai du banc, tournant sur moi même pour faire face à mon agresseur. Je la voyais enfin, je n'avais pas pu la décrire tout à l'heure, maintenant j'aurais même pu voir le moindre grain de beauté sur son visage. Mon nez collait le sien, on aurait pas pu être plus rapprochées. Un sourire tout à fait sadique ornait ses jolies lèvres rouges, naturellement à mon avis. Elle attrapa ma main, entrelaça ses doigts avec les miens, et se rapprocha pour m’embrasser. Mais à ce moment précis, mon autre main repoussa son buste violemment, je cherchai à m’en éloigner le plus possible. Quelle est cette sensation ? Je sens qu’il va se produire un truc pas très bon pour moi sous peu. Je serrai le poing, prête à la mettre K.O en un coup. Cela dit, quelque chose m’arrêta net. Un espèce de mur transparent se mit à vibrer devant moi, la séparant complètement, elle était inaccessible. Mon premier réflexe fut celui d’essayer de traverser le mur, mais il me lança un décharge qui m’envoya au sol. Le choc me fit cogner la tête contre le sol. Par instinct, je fermai les yeux, lorsque je les rouvris, elle n’était plus là. Je me relevai d’un bond, et passa ma main à travers le mur désormais totalement inexistant.


Mais ma pensée s’arrêta la, car mes yeux s’écarquillèrent annonçant une peur soudaine. Je ne bougeai pas, et malgré mon calme légendaire et ma respiration totalement normale, on sentait un stress omniprésent dans chacun de mes regards. Je me suis relevée, regardant droit devant moi. J’ai avancé lentement portant un sourire des plus sadiques sur le visage. Mon teint pâle rougissait, et une légère brise faisait voler ma longue chevelure soyeuse. Puis je levai ma main, la plaçant en alignement avec mon buste, puis me poussai avec. Sous la pression je reculai du coup sec, toussotant un peu à cause de la force que j’avais employée pour compresser mes poumons. Mon autre main elle, se resserra e j’envoyai mon poing droit devant, qui s’arrêta brusquement, sans la moindre raison. Mon bras tremblait, à cause de l’énervement sans doute. D’une impulsion du pied droit, je me projetai en avant. Tout à coup, je tombai à terre, ma tête en contact avec le goudron qui recouvrait le sol. Etais-ce du goudron ? Maintenant que j’y repense, je ne sais plus, c’était peut-être un peu plus moelleux que ça. Mes yeux se ferment, puis la panique, l’angoisse me prend à la gorge. Je ne sais plus ce que je dois faire. Ou est-elle passée ? Je ne crois pas qu’il faille que je la suive, ce serait idiot que de courir après une mort certaine non ? Dans ce cas j’abandonne, à sa prochaine apparition, je l’aurais c’est sur. Une fois cette terreur passée, mon esprit se recentra sur la scène actuelle. Je me suis appuyée sur le sol graveleux, agitant ma main devant, comme pour m’assurer que ce mur existait. Mais bizarrement, il n’y avait pas la moindre trace de cette protection, je suis vraiment perturbée. Pourquoi ? J’aurais le temps d’y réfléchir plus tard après tout, je devais d’abord des explications à cette gentille jeune fille, qui n’y était pour rien. Je remis correctement ma veste, époussetant les parties de mon armure couvertes de poussières. Un long soupir s’échappa de ma bouche entre-ouverte et j’allai vers cette fille. Je frottai le derrière de mon crâne avec ma main droite, confuse. Je détournai les yeux, m’adressant finalement à elle :

« Bonjour mademoiselle. Je m’excuse sincèrement pour ce qu’il vient de se passer. Mon tort est évident, et je vous pardonne également vos agressions orales. Je vous suis redevable non ? Que puis-je pour vous ? »

J’étais vraiment désolée pour le coup, et si les mots n’ont pas la moindre valeur pour certaines personnes, les gestes sont plus appréciés. Après tout, je n’avais pas la moindre chose de prévue aujourd’hui, alors pourquoi pas lui rendre ce qu’il lui est dû ? J’avais désormais la tête légèrement penchée sur le côté, attendant une quelconque réponse de sa part. Comment allait-elle prendre mes propos ? Pas mal j’espère, mon but n’est pas mauvais. Alors finalement, vas-tu savoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Empty
Message(#) Sujet: Re: Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu sais quoi? La drogue ça tue. [PV Jisetsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-