N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez
 

 L'enfant (et le) sociopathe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyJeu 18 Fév 2016 - 9:24

Raito marchait rapidement en direction de la prison de Kumo. Il venait tout juste d’avoir des informations très intéressantes pour sa mission avec Otoke. L’un des prisonniers aurait été en contact récemment avec l’homme qu’ils recherchaient. Il ne pouvait malheureusement pas en être sûr, puisque celui-ci, emprisonné récemment pour une série de meurtre, n’avait pas prononcé un seul mot depuis son arrivée au village. Il avait été évidemment interrogé, mais devant son mutisme et le fait qu’il y avait suffisament de preuve pour le condamner, personne n’avait insisté. Il ne savait pas s’il allait pouvoir obtenir quelque chose de lui, mais le jeune chuunin n’était pas du genre à ne pas essayer.

Arrivé à la prison, il se rendit directement au bureau des personnes en charge, personne n’avait été prévenu de son arrivée et comme il n’était pas là pour une mission officielle, ce n’était pas gagné d’avance.

- Bonjour, Dentô Raito, membre du département Renseignement et Espionnage, j’ai quelques questions à poser à l’un de vos prisonniers.

Son interlocuteur le regarda longuement avant de lui répondre, il semblait douter de ses paroles, sûrement perturbé par son jeune âge. Au bout de quelques secondes assez gênantes, il baissa les yeux sur ses papiers pour chercher quelque chose.

- Vous n’êtes pas sur la liste, si vous n’avez pas d’ordre de mission officiel, je ne pourrais pas accéder à votre requête.

- J’agis pour le compte de mon département, il ne s’agit pas d’une mission officielle, vous comprenez que je ne peux pas vous en dire plus.


- Cela ne me concerne pas, si vous voulez rencontrer un prisonnier, soit vous êtes sur la liste, soit vous avez un ordre de mission.

Raito commençait à comprendre qu’il avait affaire à un shinobi un peu trop zélé. Il était logique que de demander un motif, mais il n’avait pas encore précisé qu’il avait l’intention d’utiliser tous les moyens possibles pour le faire parler et on lui refusait déjà l’accès. Soudain, il se rappela d’un homme qu’il connaissait et qui pouvait l’aider. Il s’agissait d’un agent de l’Institut, enfin pas vraiment, mais il y était suffisament lié pour ne pas le lui refuser, de plus, il travaillait à la prison, ce qui devenait particulièrement intéressant.

- Excusez-moi, il y a bien un Ashiro qui travaille ici ?

- Vous devez parler de Esuki-sama ! C’est l’un de mes supérieurs, vous le connaissez ?

- Dites-lui que Raito cherche un fantôme, il comprendra.

L’homme ne semblait pas comprendre, mais c’était parfaitement volontaire, Raito savait que son contact n’allait pas l’aider si cela ne concernait pas cette mission spécifiquement. C’était un règle importante de l’Institut, n’utiliser son réseau que pour servir ses intérêts. Il pouvait faire des exceptions comme avec Fujita, puisqu’ils étaient assez proches, mais avec Ashiro c’était différent. Le gardien revint quelques minutes après, il semblait décontenancé, ce qui n’étonna pas vraiment Raito.

- Très bien, je n’ai pas vraiment compris pourquoi, mais le chef vous autorise, qui est-ce que vous désirez rencontrer ?

- Merci bien, ce sera le prisonnier numéro 3-141.

L’homme commença alors à chercher dans ses documents. Après quelques secondes, il leva les yeux, il semblait un peu perdu, il ne devait pas travailler ici depuis bien longtemps.

- Vous n’auriez pas son nom par hasard ?

- Je compte bien lui demander, mais il est arrivé récemment et n’aurait pas prononcé un seul mot depuis.


- Ah ! Je vois, le boucher ! Très bien, vous pouvez y aller.

Pour appuyer ses propos, il m’indiqua sur un plan du site l’emplacement de sa cellule. J’avais réussi à passer la première étape, le plus dur restait à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyJeu 18 Fév 2016 - 11:22

Raito se dirigea sans perdre de temps rejoindre celui qui était surnommé le boucher. Son affaire avait été particulièrement simple pour les enquêteurs. L’individu, que l’on soupçonnait depuis des semaines de faire partie d’un réseau de criminel sans réussir à mettre la main dessus, avait exécuté tout un convoi de marchand avant de mettre le feu aux marchandises. Il avait ensuite éliminé violemment toutes les personnes qui s’étaient approchées de lui, et ce, jusqu’à l’intervention d’une équipe de Kumo où il s’était rendu sans la moindre résistance. Ce qui lui avait valu ce surnom était qu’il avait utilisé comme seule arme un grand couteau de boucher, avec lequel il avait découpé plus d’une vingtaine de personnes.

Le jeune Dentô n’avait pas plus d’information à son sujet, il fut donc plutôt surpris lorsqu’il arriva devant sa cellule. Il correspondait parfaitement à l’image que l’on pouvait se faire d’un homme comme cela, un peu trop d’ailleurs. L’homme était immense et imposant, il devait faire 50 centimètres et 100 kilos de plus de que lui. Il était assis sur un lit au confort rudimentaire. Il semblait intrigué par l’arrivée du garçon et lui adressait un grand sourire malsain.

Raito appela alors un garde qui passait par là pour lui demander d’ouvrir la porte. Il n’avait pas l’intention de discuter à travers les barreaux de la cellule. Le garde hésita un court moment, regardant le jeune garçon et l’homme imposant l’un après l’autre, puis il décida que ce n’était pas ses affaires et ouvrit la porte.

- Vous voulez l’attacher ?

- Ce ne sera pas nécessaire, il est inoffensif.

Surpris, il n’insista pas et referma la porte derrière Raito. Il décida néanmoins de rester à proximité, les sceaux présents dans la prison empêchaient l’utilisation du chakra, mais cela n’empêchait pas certains désagréments d’arriver. Le chuunin s’en moquait, il savait qu’il ne risquait rien. Regardant fixement l’individu qui l’observait toujours avec un sourire malsain, il sortit de sa poche la photo de l’homme qu’il recherchait et la lui montra.

- Bonjour, je sais que vous l’avez rencontré. Dîtes-moi ce que vous savez sur lui.

L’homme regarda alors la photo avec intérêt, lorsqu’il se rendit compte de l’identité de l’homme en question, son visage changea brièvement d’expression, c’était subtile, mais suffisant pour Raito. Il n’avait désormais plus de doutes, il avait reconnu l’homme sur la photo. Malheureusement, il ne semblait pas vraiment prêt à discuter. Pour Raito, la politesse était terminée, il lui avait laissé une chance, c’était désormais trop tard.

- D’après ce que l’on m’a dit, tu n’as pas prononcé un seul mot. Soit tu n’as pas l’intention de me parler, soit tu es sourd-muet. Entre nous, ça m’arrange, j’aurais eu du mal à justifier ce que je vais te faire si tu m’avais tout dévoilé directement.

Il avait déjà prévu que cela allait se passer comme cela, il savait aussi qu’il ne pouvait pas le torturer dans sa cellule, les sceaux bloquant le chakra étaient bien trop restrictifs à cet art. Il pouvait le faire sans technique, mais l’efficacité était réduite, de plus, l’utilisation d’outils rendait un résultat bien moins propre.

- On va bien voir si tu restes silencieux jusqu’à demain.

Plongeant la main dans sa sacoche, Raito en sortit une aiguille qu’il lança contre le prisonnier. Celui-ci fut surpris par cet acte et essaya sans succès de l’éviter. L’aiguille s’enfonça légèrement dans son bras. Son sourire disparut alors instantanément, il pensa immédiatement à du poison. Il avait d’ailleurs parfaitement raison. Au bout d’une dizaine de seconde d’attente stressante, les premiers effets se firent sentir. Le produit agissait sur le système nerveux, paralysant les membres et provoquant une vive douleur dans tout le corps. Le prisonnier fit preuve d’une grande résistance en réussissant à supporter la douleur sans crier, mais c’était exactement l’objectif de Raito.

- A demain !

Raito récupéra alors l’aiguille au sol tandis que le prisonnier, incapable de bouger, luttait pour ne pas crier. Il appela alors le garde pour lui demander de sortir. Il en avait fini pour cette journée, il allait revenir le lendemain, il l’annonça alors à l’homme à l’entrée qu’il souhaitait l’interroger cette fois-ci dans une salle sans sceau de chakra. Puis, il rentra chez lui, il allait passer une meilleure nuit que le prisonnier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyLun 22 Fév 2016 - 10:26

Le lendemain, Raito partit en direction de la prison dès l’aube, il savait que s’il attendait trop, les gardes allaient finir par se rendre compte qu’il avait empoisonné le prisonnier. Il avait demandé à l’interroger en dehors de sa cellule, s’il ne pouvait utiliser son chakra pour lui soutirer des informations, il risquait d’avoir plus de difficulté. Lorsqu’il arriva à la prison, il se rendit directement voir l’agent avec lequel il avait parlé la veille. Il ne savait pas encore si tout allait bien se passer pour l’organisation de ce qu’il avait demandé. Après tout, il avait déjà eu du mal à entrer dans la cellule, alors réussir à faire déplacer le prisonnier sans autorisation officielle n’était pas garantit.

- Bonjour ! C’est encore moi, je viens voir le même prisonnier qu’hier.

- Bonjour, j’ai discuté de votre demande pour le prisonnier à Esuki-sama et il m’a dit que vous aviez carte blanche. Je ne vous cache pas que je ne saisis pas vraiment pourquoi, mais je ne vais pas discuter ses ordres. Demandez à un des gardes de vous l’emmener en salle d’interrogatoire, ils sont au courant.

- Très bien, je vous remercie ! Bonne journée !

Raito était ravie d’apprendre que ses relations étaient aussi utiles. Il se dirigea donc en direction de la cellule du "Boucher".

Lorsqu’il arriva au niveau de sa cellule, il le vit allongé, très pâle. Ce n’était pas vraiment étonnant, le poison faisait toujours effet et il provoquait une douleur intense et constante. Puis, le prisonnier se rendit compte qu’il avait à nouveau de la visite et lorsqu’il vit le visage de Raito, une expression de rage apparut sur le sien. Il tenta alors de se lever, mais ses membres étaient encore paralysés, il ne pouvait pas faire grand chose.

Un garde vit alors le jeune chuunin et s’approcha.

- Vous êtes là ! Très bien, on ne va pas perdre de temps, je vais le transporter tout de suite.

Raito n’avait pas envie qu’on puisse se rendre compte qu’il l’avait empoisonné et il savait que le garde n’allait pas tarder à le remarquer en essayant de transporter un homme paralysé.

- Attendez, je vais vous aider, il ne faudrait pas qu’il se débatte.


- Comme vous voulez…

Le chuunin avait une solution, si le poison faisait effet rapidement, c’était également le cas de l’antidote, alors lorsque le garde ouvrit la porte de la cellule, il se dirigea directement vers le prisonnier pour le lui administrer. Quelques secondes après, l’homme recommençait à bouger ses jambes. Il ne semblait toujours pas d’humeur à parler, c’était une bonne chose pour Raito pour le moment, mais si le poison n’avait délié sa langue, il allait devoir utiliser des méthodes plus radicales.

Le garde enchaina alors le prisonnier avant de lui apposer un sceau pour lui empêcher d’utiliser son chakra. Si cela n’était pas nécessaire dans sa cellule puisqu’il était impossible d’y utiliser du chakra, s’il devait être déplacé d’en un autre endroit, cela devenait obligatoire. L’homme eut un peu de mal à marcher au début, ce que le garde prit pour un acte de désobéissance, mais il reprit rapidement l’usage correct de ses jambes. Il fut ainsi conduit dans une salle spéciale pour ce genre d’activité. Le garde l’enchaîna sur un siège au milieu de la pièce.

- Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas à demander, je sais que les tortionnaires ne manquent pas d’imagination pour leur méthode.

- Merci, mais ce ne sera pas nécessaire, je n’ai pas l’intention d’intenter à son intégrité physique.

Le prisonnier fut alors surpris de cette réponse et sûrement rassuré, le garde aussi d’ailleurs, mais ils ne savaient pas que Raito était un spécialiste du Genjutsu et que c’était parfaitement suffisant pour faire parler à peu près n’importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyJeu 25 Fév 2016 - 22:48


Deux semaines s'étaient écoulée depuis le début de l'entrainement avec le Dento. En se réveillant ce jour la, Yui savait qu'elle était prête pour la suite, sa blessure au ventre s'était complètement guérie grâce à l'intervention de Satomi Hakushi, membre du conseil des Hakushi qui veillait sur la genin à la demande de son grand père, par chance elle était une excellente kunoichi et un grand médecin. Elle approuvait aussi le choix de Yui qui souhaitait s'endurcir et s'était chargée d’accélérer sa guérison pour qu'elle puisse reprendre au plus vite.

La jeune Hakushi était donc en pleine forme, elle s'habilla de son kimono bleu habituel qu'elle utilisait en mission et en combat puis elle quitta son appartement avec comme idée de retrouver Raito pour lui annoncer qu'elle était prête. Alors qu'elle traversait les rues du village en direction du département du chunin, Yui ne pouvait s'empêcher de penser à Satomi, pour elle c'était un modèle de puissance et d'honneur, secrètement elle espérait s'élever à son niveau voir plus et avoir la même réputation serait le rêve de n'importe quel Hakushi.

Il devait être quatorze heures quand Yui arriva aux portes du bâtiment qui abritait le département Renseignement et Espionnage, elle savait qu'elle y trouverait Raito. La Hakushi entra et se dirigea vers le premier visage adulte qu'elle croisa pour demander où se trouvait le Dento, l'homme s'immobilisa quelques secondes avec un air pensif.

» Hum... Tu es Hakushi Yui n'est-ce pas ? Raito t'a laissé un message je crois. Reste ici. - dit le ninja avant de tourner les talons et de disparaître dans les couloirs. Quelques minutes après il réapparut avec un papier entre les doigts - Voila, ce message t'es adressé directement.

La kunoichi remercia le shinobi avec un sourire et quelques mots respectueux et quitta les lieux. Une fois à l'extérieur et à l'abri des regards, la genin ouvrit le papier pour y découvrir le message de Raito. Ce dernier lui demandait de le rejoindre à la prison du village, un endroit que Yui n'avait encore jamais vu, ce qu'elle considérait être une chance mais aujourd’hui elle devait s'y rendre pour la suite de son entraînement.

Sans hésiter, la Hakushi se mit en route vers la falaise où était située la prison de Kumo. Une fois arrivée au pied de l'édifice, l'adolescente prit quelques secondes pour souffler et se préparer mentalement, avec une légère appréhension elle passa les portes de la prison. Comme elle s'y entendait, l'endroit était sinistre, elle s'approcha du garde en poste à l'entrée, il prit la parole en voyant la genin s'approcher.

» Ce n'est pas un endroit pour toi ici gamine. Pars !

Le visage de la kunoichi se ferma, elle avait horreur d'être traitée comme une enfant,

» Je suis Hakushi Yui, un kunoichi du village - dit elle d'une voix froide - Je suis ici à la demande du chunin Dento Raito, où est-ce que je peux le trouver ?

» Oh je vois... - répondit le garde visiblement confus - Je.. Il est en plein interrogatoire, je vais te faire guider jusqu'à la salle.

D'un signe de main, le garde appela une autre personne et lui chuchota à l'oreille. La seconde personne hocha la tête et se tourna vers la genin,

» Suivez-moi s'il vous plaît.

Sans perdre de temps Yui emboîta le pas de son guide et elle s'aventura dans les couloirs de la prison. Alors qu'elle s'enfonçait de plus en plus dans la structure construite à flanc de falaise, la genin remarquait des sceaux posés à intervalle régulières sur les murs, en réfléchissant un peu elle comprit à quoi ils servaient, discrètement elle essaya de former une feuille de papier dans sa main mais ce fut un échec, une fois dans la prison on ne pouvait plus utiliser de chakra et c'était surement à cause de ces sceaux.

» On y est - dit le guide en s'arrêtant devant une porte. - Le chunin est à l'intérieur avec un prisonnier, je vous laisse pour la suite.

Yui se retrouvait alors seule dans le couloir, elle observa l'homme disparaître dans l'ombre et elle se tourna vers la porte avant de frapper dessus à trois reprises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptySam 27 Fév 2016 - 11:30

Raito se retrouva donc seul avec le prisonnier. Il avait déjà interroger de nombreuses personnes et il savait que cela n’allait pas être facile avec lui. S’il avait réussit à tenir toute la nuit sous l’effet du poison sans prononcer un seul mot et sans crier, il était très résistant. Cependant, la douleur physique et la douleur mentale étaient différentes, résister à la deuxième était souvent bien plus compliqué. Avant de se mettre à la tâche, il vérifia quand même qu’il ne pouvait pas obtenir des informations juste en lui parlant.

- Bon, je suis désolé d’avoir ce poison, mais c’était nécessaire pour que vous compreniez qu’il est dans votre intérêt de me parler.

Face à un interlocuteur qui souhaitait rester silencieux et qui lui souriait sadiquement, Raito ne perdit pas son sang-froid. Si torturer un homme ne le dérangeait pas, il préférait ne pas utiliser de chakra inutilement.

- Vous savez qui est l’homme sur la photo, logiquement, vous devriez savoir qui m’a chargé de cette mission. Dans la possibilité que ce ne soit pas le cas, je me dois de vous prévenir, vous allez me dire ce que je veux savoir. Il y a seulement deux possibilités pour vous actuellement, soit vous parlez tout de suite et je vous renvois directement dans votre cellule, soit vous attendez que je vous brise pour le faire. Entre nous, je préfèrerai que vous teniez votre langue pour le moment, j’ai quelques techniques à expérimenter.

Comme il s’y attendait, le prisonnier ne réagit pas, refusant toujours de parler. Cependant, il avait noté un changement subtil dans son expression faciale au moment où il lui parla de ses supérieurs. Il était fort probable que le criminel connaissait l’Institut. Il savait donc que Raito était sérieux, mais il ne se rendait pas compte à quel point, ce qui était plutôt dommage pour lui.

Raito commença par utiliser une technique de Genjutsu qu’il appréciait particulièrement. Une boule de lumière jaillit de ses mains avant de disparaître. Au même moment, le prisonnier ferma les yeux en entrant dans l’illusion. Le jeune Dentô n’avait plus grand chose à faire à part maintenir la technique, l’illusion se créait grâce aux souvenirs de sa cibles.

Au bout de quelques secondes bien silencieuses, quelqu’un frappa à la porte. Après une courte réflexion pour savoir qui cela pouvait bien être. Il avait laissé un message à son département pour Yui, mais il ignorait si elle était rétablie ou non. Cela pouvait aussi être un garde venu vérifier que tout allait bien. Il n’avait qu’un seul moyen d’en être sûr.

- Entrez !

Il vit alors que sa première hypothèse était la bonne, Yui avait bien reçu son message et elle était venu à la prison. La seconde partie de son entraînement allait pouvoir commencer. Raito s’était demandé si ce n’était pas un peu trop pour un deuxième entraînement, mais il savait que Yui en était capable. La seule chose qui le dérangeait un peu était de l’impliquer dans cette mission.

- Salut Yui ! Je suis content que tu ailles mieux, je te présente le boucher.

Raito n’allait pas lui expliquer en détail les raisons de cet interrogatoire, mais en décrivant un peu le prisonnier, il espérait la motiver à lui faire du mal.

- Il a attaqué un convoi de marchandise, tuant civils et gardes sans distinction avec uniquement un grand couteau de boucher. Il a déjà plus d’une vingtaine de morts à son actif et tout laisse à penser que ce n’était pas la première fois. Le problème que j’ai, c’est qu’il connait un homme que je recherche, mais depuis son arrestation, il n’a pas prononcé un seul mot. Il va donc falloir qu’on le force à nous donner ces informations. Je me suis dit que c’était un art que l’académie n’enseigne pas et que c’était bien pour toi de le découvrir maintenant plutôt qu’en situation d’urgence. Tu vas d'abord me montrer comment tu t'y prends et je t'apprendrais quelques méthodes après.

Raito stoppa alors son Genjutsu, ce qui eut pour effet de réveiller le prisonnier qui transpirait désormais à grosse goutte, il ne semblait pas avoir apprécié son illusion.

- Désolé, je t’avais dis que je toucherai pas à ton intégrité physique, mais cela m’étonnerait que ma camarade utilise le Genjutsu pour te faire parler.

Le prisonnier fixa alors la jeune fille dans les yeux, il retrouva alors le sourire qu’il venait juste de perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyDim 28 Fév 2016 - 23:59



Yui resta immobile, le visage fermé et le regard vide. Elle écoutait attentivement les paroles du Chunin qui lui présentait les actes criminels de la personne attachée en face d'elle. C'était un monstre, son surnom était bien mérité, ce genre d'êtres cruel et mauvais avait le don d'attiser la colère chez la kunoichi mais elle resta stoïque, attendant que Raito finisse de lui expliquer la situation.

La kunoichi comprit alors pourquoi elle était là, elle devait trouver le moyen de faire parler cet assassin pour savoir si oui ou non il avait d'autres informations concernant des crimes précédents ou tout autres renseignements susceptibles d'intéresser Kumo. Les yeux de la genin se baissèrent vers le sol de pierre de la salle d’interrogatoire. La torture... Voila ce qu'il s’apprêtait à faire et elle savait qu'elle ne devait pas refuser, elle savait que Satomi aussi avait recours à ce moyen pour essayer de remonter jusqu'au chef du mouvement séparatiste des Hakushi.

Lorsque ses yeux remontèrent pour se poser sur le criminel, ils étaient vides et indifférents, Yui venait de laisser ses émotions de coté pour pouvoir se montrer d'une cruauté égale à celle de cette homme. Bien que c'était la première fois pour elle, quelques idées germaient dans son esprit.

Alors que l'homme la fixait avec un sourire que Yui comptait bien faire disparaître, il s'exclama en la voyant s'approcher.

» Tu veux quoi toi ? Les petites comme toi je me fais un plaisir de les changer en femmes... Si tu vois ce que je veux dire... - dit l'homme en ricanant.

Il venait de toucher un point sensible chez la kunoichi qui elle même avait déjà été confrontée à des violeurs. D'un geste vif, la main de la genin se plaque contre le front moite de sa victime, lui penchant alors la tête en arrière. Dans l'esprit de Yui tout avait disparu, comme si elle était dans le néant, elle et le criminel éclairé par un halo de lumière. Alors que d'une main elle essayait de conserver la tête du boucher en arrière, son autre main où s'était formée une boule de papier se posa contre ses lèvres. L'homme qui riait à gorge déployée comme pour se moquer de l'adolescente ne put empêcher la boule blanche et froissée de rentrer dans sa bouche. Elle était brûlante, son seul intérêt était de le faire taire et de le faire souffrir par la même occasion.

Après quelques secondes l'homme ouvrit la bouche pour cracher des cendres, sa bouche était brûlée suffisamment pour lui faire mal mais de manière à ce qu'il puisse toujours parler. La kunoichi se retourna vers Raito,

» Pose lui tes questions. - dit-elle d'une voix froide et claire.

Dans sa main se forma une dizaine de senbons en papier de cinq ou six centimètres, des feuilles très fines et enroulées pour former des aiguilles. Une par une elle les glissa sous les ongles du boucher pendant qu'il entendait les questions du chunin. Doucement les feuilles de papier emprisonnées sous ses ongles de déroulaient petit à petit, soulevant ses ongles un par un et déchirant la chair à vif en même temps que les ongles s'arrachaient.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyDim 6 Mar 2016 - 14:14

Raito se doutait bien que Yui n’avait jamais fait ça auparavant. C’était justement sa réaction face à une telle situation qu’il souhaitait analyser, il était impossible de prévoir comment un humain pouvait réagir lorsqu’on lui demandait de faire du mal à une personne attachée. Malheureusement, le boucher avait dû comprendre le but de Raito car il ne lui laissa pas cette chance, pour la première fois depuis son arrestation, il ouvrit la bouche. Ces seuls mots furent prononcés pour provoquer la jeune fille et l’inciter à lui faire du mal. Raito avait encore du mal à comprendre les motivations du prisonnier, mais ce qui était sûr, c’était que cela avait fonctionné. Yui fut marquée par ses paroles, ce qui lui offrit une raison personnelle de s’en prendre à lui.

Néanmoins, elle réussit à garder son sang-froid tout en s’en prenant à lui. Elle fut assez violente sans partir dans l’excès. Elle lui brûla alors l’intérieur de la bouche avec du papier, c’était assez original et sûrement très douloureux. Le prisonnier souffrait, personne n’était capable de ne rien sentir face à une telle attaque, mais il continuait de rester silencieux avec un grand sourire. La situation actuelle lui faisait plaisir et cela n’arrangeait pas Raiton. Yui s’attaqua alors aux ongles du prisonnier, utilisant sa maitrise du papier pour les arracher les uns après les autres.

Le chuunin connaissait bien cette méthode, il l’avait expérimentée à de nombreuses reprises. La souffrance qu’elle provoquait était indéniable, mais paradoxalement, elle manquait d’efficacité. En tout cas, le prisonnier perdit bien vite son sourire pour laisser place à un visage plus serein, comme s’il essayait de rester concentré pour ne pas crier.

- Tu peux le faire si tu veux. Tu peux crier, ça ne changera rien. Je n’arrive pas à comprendre les raisons de ton comportement, tu t’empêches de crier, tu provoques Yui, mais tout ceci est sans importance, tes jeux malsains n’ont pas de raisons d’être. Tu vas finir par craquer et tout va nous dire, c’est ce qu’il se passe toujours. La seule chose dont tu es libre, c’est de choisir dans quel état tu veux récupérer ton corps à la fin.

- Tu fais le malin, mais tu utilises le Genjutsu et demande à ton ami de faire le sale travail, viens me faire parler si tu es si confiant.

- Au moins, tu nous parles, c’est mieux. Très bien, Yui, ton premier essai était très bon, l’idée de s’attaquer aux ongles était bonne, mais face à un individu comme lui, ce n’est pas suffisant.

Raito concentra alors son chakra dans ses mains. Au bout d’une seconde, ce chakra commença à devenir visible et à former une multitude d’étincelle. Il plaqua ensuite ses mains contre la tête du prisonnier. Le chakra circulait directement du corps de Raito au sien, mais au niveau des mains du chuunin, le chakra se transformait en Raiton, électrifiant alors le prisonnier en continu.

Raito savait qu’il ne pouvait pas maintenir cette technique trop longtemps sans risquer d’endommager les capacités cérébrales de sa cible. Sa cible souffrait, mais plus que cela, il savait qu’il ne pouvait pas compter sur la sympathie de Raito pour s’empêcher de lui détruire le cerveau et il avait raison, le chuunin n’avait pas l’intention de s’arrêter maintenant, pas avant que le prisonnier ne le lui demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyMar 8 Mar 2016 - 21:37


La Hakushi s'était placée un peu en retrait, laissant alors Raito agir à son tour. Visiblement le prisonnier était très résistant à la douleur et les souffrances infligées par la kunoichi n'étaient pas suffisantes pour lui délier la langue. Le chûnin s'employa à utiliser une autre méthode, profitant de son affinité Raito il se mit à électrocuter le boucher.

Yui l'observa convulser, elle entendait sa mâchoire se refermer violemment à cause des spasmes, ses yeux se révulsaient et il commençait même à baver une mousse blanche assez répugnante. Pourtant la genin ne détourna pas le regard, elle assumait ce qui se passait devant elle et savait qu'elle ne devait pas hésiter ni éprouver du remord. Elle resta alors immobile et impassible durant les longues minutes d'électrocution.

Malgré sa maigre expérience dans le domaine, elle pouvait constater que Raito était assez habitué à ce genre de pratique. Il retira sa main quand sa victime était au bord de l'inconscience, le boucher devait souffrir atrocement mais il resta muet mis à part les quelques mots qu'il marmonna sans que Yui ne puisse le comprendre, une résistance à la douleur effrayante pour la Hakushi qui s'attelait alors à trouver un moyen encore plus douloureux de le faire parler.

Toujours sans dire un mot, Yui fit quelques pas sur le coté jusqu'à se retrouver derrière le criminel. Dans ses mains se matérialisèrent plusieurs feuilles de papier qu'elle colla un peu partout sur le prisonnier, profitant de sa semi conscience pour le manipuler facilement. Une fois toutes les feuilles placées, la Hakushi exécuta un mudra et regarda Raito,

» Je vais faire chauffer ces feuilles doucement, à chaque fois qu'il refuse de répondre j'augmenterais l'énergie Katon dans le papier pour le rendre extrêmement brûlant, quitte à faire bouillir la chair dessous.

Le boucher n'avait surement rien entendu avec la longue électrocution au cerveau qui avait du sérieusement le sonner mais le Chûnin lui avait bien entendu et Yui attendait qu'il pose à nouveau ses questions pour mettre son plan à exécution.

Hrp:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyJeu 10 Mar 2016 - 8:49

Raito continua sa technique jusqu’à ce que le prisonnier fût au bord de l’évanouissement. Arrivé à ce point-là, il ne pouvait qu’admirer la résistance physique et mentale du boucher. Il savait qu’il souffrait, personne n’était capable d’endurer de tels supplices sans souffrir et c’était justement ce qui rendait sa détermination encore plus admirable. Le jeune chuunin commença alors à se poser des questions sur les raisons de ce mutisme. Après tout, le prisonnier n’avait même pas cherché à négocier, il refusait tout simplement et sans raison apparente, de donner la moindre information.

Ce n’était pas vraiment l’entraînement qu’il avait imaginé pour la jeune fille, mais ce n’était pas très grave, il savait qu’il allait finir par parler et plus c’était difficile, plus Yui en apprenait. Sans se laisser atteindre par la vision qui s’offrait à elle, elle continua la torture avec une autre de ses techniques. Utiliser son papier pour le brûler un peu plus à chaque fois qu’il refusait de parler était une bonne idée, c’était plus simple pour lui d’associer la douleur qu’il éprouvait à ses refus.

- Très bien. Alors, déjà, on va commencer simplement, comment tu t’appelles ?

- Je suis le boucher.

Il prononça sa phrase avec un sourire, montrant ainsi qu’il en était encore capable. D’un geste de la main, Raito demanda à Yui d’augmenter la température de ses feuilles. Ce n’était pas la réponse qu’il attendait, il ne pouvait pas se permettre d’accepter des demies-réponses dès le début.

- Je repose ma question, quel est ton nom ?

- Je suis le boucher !

Cette fois-ci, plus d’émotions dans la voix, pas de sourire, il y avait un peu de progrès.

- Quel est ton nom ?

- JE SUIS LE BOUCHER !

Plus la température montait, plus l’homme avait du mal à garder son calme, mais cela ne semblait pas vraiment le faire craquer. Raito devait trouver une solution, il savait qu’il avait affaire à un type dont la résistance mentale était bien supérieure à celle de son corps. Cela voulait dire qu’il était mentalement capable d’endurer des douleurs que son corps ne pouvait pas, seul le temps ou la ruse allait être capable de le faire céder.

- Bon, on va changer de stratégie, si on continue, il mourra et c’est pas ce que l’on cherche. Imaginons qu’il est capable d’endurer toutes les souffrances qu’on pourra lui infliger sans le tuer, ce qui n’est pas le cas, évidement. Mais imaginons, que ferais-tu ?

Le prisonnier qui essayait de garder son calme malgré la douleur causée par les feuilles brulantes, marmonna quelques mots avant de se répéter de manière plus audible.

- Je connais bien un truc qu’elle pourra faire pour que je parle, si vous voyez ce que je veux dire !

C’était trop pour Raito, s’il admirait la résistance de son prisonnier, il n’acceptait pas son comportement et ses remarques puériles. Malgré son manque de maitrise en Taijutsu, il utilisa une techniques basique consistant à concentrer son chakra dans son poing pour frapper plus violemment. Visant l’entrejambe du boucher, il frappa de toutes ses forces. Le prisonnier hurla alors comme il ne l’avait jamais fait.

- Bon, maintenant que tu ne pourras plus jamais t’en servir, tu veux bien arrêter tes allusions déplacées ?

Regagnant son calme, il se tourna à nouveau vers Yui, pour écouter la réponse à sa précédente question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptySam 12 Mar 2016 - 14:36


Cet homme.. Il était à la fois impressionnant et terrifiant, la kunoichi avait atteint le maximum de chakra qu'elle pouvait concentrer dans ses feuilles de papier, elles étaient fumantes à cause de la peau entrain de bouillir dessous et elles étaient à la limite de la consomption totale et pourtant la méthode de Yui ne semblait pas assez douloureuse pour le faire flancher. Il s'acharnait à répéter qu'il était le boucher et rien d'autre.

Raito demanda alors ce qu'elle choisirait de faire en sachant qu'il pourrait être capable d'endurer toutes les souffrances possibles et qu'il en fallait pas le tuer. La Hakushi ignora la provocation du criminel et resta silencieuse alors qu'elle réfléchissait à un moyen de le faire parler pendant que le prisonnier hurlait à la mort après le violent coup qu'il venait de recevoir dans les parties génitales. Si il ne fallait pas le tuer physiquement alors un genjutsu semblait être un excellent moyen de le briser mentalement. Sauf que la genin n'était pas capable d'utiliser le genjutsu, elle ne pouvait qu'infliger des souffrances physiques qui sont actuellement inutiles.

» Apparemment il tient beaucoup à cette partie - lança Yui en pointant un scalpel sur l'entrejambe du boucher, affichant un visage fermé et un regard dénué d’émotions.

Evidemment ce n'était que du bluff, elle pouvait le faire souffrir mais elle se savait incapable de le découper de sang froid, du moins pour le moment... Yui se retourna vers la table où étaient préparés plusieurs outils de torture, faisant mine de se préparer pour l'opération. Alors que le prisonnier s’inquiétait de savoir ce qu'elle préparait, Yui tendit un papier à Raito, une feuille brûlée à certains endroits par son chakra Katon. Les zones noircies formaient des mots à l'attention du chûnin.

» Ton genjutsu.

Deux mots qui devraient suffire à Raito, Yui lui demandait clairement d'utiliser son genjutsu pour le torturer mentalement, une manière de le faire mourir à l'infini sans attenter à son intégrité physique. Si il pouvait lui faire voir que Yui allait réellement le castrer de la manière la plus brutale et douloureuse, ce serait un bon moyen de le faire flancher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyMar 15 Mar 2016 - 8:35

Si Raito avait demandé à Yui ce qu’elle pensait être la meilleure solution pour faire parler le prisonnier, ce n’était pas pour l’observer comme précédemment. Il voulait lui faire comprendre quelque chose d’important sur les interrogatoires. S’il était toujours possible de faire craquer un homme et de le forcer à parler, avec certains individus particulièrement entraînés, cela pouvait prendre un temps considérable. Or, le temps était parfois facteur de réussite lors d’une mission et il fallait dans ces cas-là trouver un meilleur moyen de pression.

Lorsque Yui suggéra de recommencer la torture en visant particulièrement les parties génitales du boucher. Cela le déçut un peu, il s’attendait à plus d’originalité de sa part. Il comprit alors qu’il ne s’agissait que d’un bluff lorsqu’elle lui tendit un papier avec "Ton genjutsu" était écrit dessus. Ce n’était pas non plus ce à quoi il s’attendait, mais c’était déjà une meilleure réponse.

- Pour être honnête, ce n’était pas mon intention puisque tu ne serais pas capable de le faire sans mon intervention. Tu as fais le choix le plus adapté à la situation, ce qui est une bonne chose, mais tu es ici pour apprendre et tu ne peux pas apprendre ce que tu proposes. Cependant, cet homme commence vraiment à m’exaspérer et puisque c’était ce que je lui avais promis, je vais tenir ma promesse.

Le choix de Yui de lui avoir fait cette proposition par écrit montrait son idée de ne pas informer le prisonnier de ce qui l’attendait. Les paroles de Raito restaient suffisamment implicites pour ne pas trahir cette discrétion. Une personne attentive aurait immédiatement compris, mais l’homme était dans un état second après toutes les tortures qu’il avait subi.

Le jeune chuunin se tourna alors vers sa cible, une lumière intense se mit alors à émaner de sa main droite.

- Alors, le boucher, dis moi, de quoi as-tu peur ?

L’homme, à moitié conscient, releva la tête en direction du Dentô et sans s’en rendre compte, toute son attention fut captivée par la lumière. La seconde d’après, il cessa totalement de bouger et son regard devint totalement vide. Il était dans l’illusion.

- Maintenant, il ne nous reste plus qu’à attendre. On va pouvoir tester sa résistance mentale. Lorsqu’il se réveillera, cet entraînement sera terminé. Cela fait longtemps que je n’ai pas vu quelqu’un dans cet état s’en libérer, mais si c’est le cas, je devrais rester quelques de plus avec lui et tu n’en apprendrais rien. Et s’il abandonne, alors il nous parlera sans poser de problème.


Raito n’avait pas vraiment été honnête, dans le cas où cet homme était capable de résister à cette technique, si Yui devait partir, ce n’était parce que cela ne pouvait pas être intéressant pour elle, mais parce qu’il ne pouvait se permettre d’être observé. S’il avait déjà montré à la jeune fille qu’il n’était pas un shinobi lambda, il n’était pas sûr qu’elle fût prête à le voir dans ces conditions.

- Bon, j’y vais.

Raito posa alors sa main droite sur le visage du prisonnier. Il fallut alors quelques secondes avant que celui-ci se mît à hurler. Ce n’était pas les mêmes hurlements que précédemment, ceux-ci n’étaient pas liés à une quelconque douleur, ils venaient de l’illusion, mais ils n’en étaient pas moins bruyants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyJeu 17 Mar 2016 - 21:04


Est-ce que Raito était déçu de la proposition de la genin ? C'est l'impression qu'il donnait, si l'homme était trop résistant à la torture physique Yui ne voyait pas ce qu'elle pourrait faire de plus et elle préférait profiter de la présence d'un adepte du Genjutsu plutôt que de continuer à faire souffrir le prisonnier au risque qu'il succombe pendant l'interrogatoire. Evidemment la hakushi avait d'autres idées pour lui faire mal mais c'était bien trop pour une personne que l'on souhaite garder en vie.

Finalement Raito se décida à utiliser son talent dans l'art de l'illusion pour tenter une nouvelle approche plus subtile et surement plus efficace. Le déclencheur du Genjutsu fut une lumière qui se matérialisa dans la main du chûnin, Yui comprit alors qu'il se servait de l'Hikariton comme passerelle pour faire rentrer la cible dans l'illusion, mais est-ce que cela pouvait fonctionner à distance ou sur plusieurs personnes d'un seul coup ? Beaucoup de questions dans la tête de la kunoichi mais elle s'empressa de les ranger dans un coin de son esprit et peut-être qu'elle aura l'occasion de se renseigner plus tard, pour l'instant elle restait concentrée sur l’interrogatoire.

Une fois plongé dans l'illusion, le Boucher s'immobilisa et son regard devint livide comme si il n'était plus de ce monde. Raito annonça la suite des événements selon la réaction du prisonnier, Yui espérait que le Genjutsu serait suffisant pour délier la langue du criminel. Bien qu'elle n'avait aucune notion dans ce domaine la Hakushi savait très bien que ce genre de techniques pouvaient être horribles à subir, surtout que Raito avait l'air très à l'aise en torture donc ses illusions devaient être encore pires.

Les hurlements du prisonnier vinrent confirmer les pensées de la Genin, elle ne savait pas ce qu'il était en train de voir mais il n'avait pas l'air d’apprécier et son petit rictus provocateur avait complètement disparu. Yui resta immobile à contempler les grimaces de douleurs qui s’enchaînaient sur le visage du Boucher, elle n'était absolument pas dérangée par ce qu'elle voyait et faisait preuve d'un calme effrayant, elle réussissait à ignorer ses émotions et à regarder la scène avec froideur.

Au bout de plusieurs longues minutes probablement insoutenables pour le captif, les cris s'arrêtèrent et l'homme semblait plus ou moins reprendre conscience. Yui s'approcha, prête à écouter les prochains mots du Boucher, espérant que Raito s'était montré assez inventif pour le briser mentalement.

» Alors ? - murmura Yui à son camarade.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyVen 18 Mar 2016 - 19:55

Ce fut long, Raito n’avait jamais réussi à tenir cette technique aussi longtemps. En même temps, c’était la première fois qu’il faisait face à un homme capable de résister sans avoir le moindre talent pour le Genjutsu. Il ne savait pas ce que le boucher avait bien pu subir durant sa vie et cela ne l’intéressait pas vraiment non plus, mais il savait que cela n’avait pas été facile. Cependant, malgré sa résistance remarquable, en n’étant pas capable de sortir du Genjutsu, il était condamné à craquer depuis le début.

- Alors, j'ai réussi.

Raito avait une voix teintée de tristesse, il avait du mal à se remettre de la conversation qu'il venait d'avoir avec le prisonnier dans l'illusion. Malgré la situation, il avait de la compassion pour cet homme qui avait vu sa vie changer dans le jeu de l'Institut. Il avait fini par comprendre les raisons de son comportement et si cela ne changeait rien à sa détermination, il savait qu'il ne venait pas de faire quelque chose de bien.

- Je vais voir ce que je peux faire pour ta fille, mais la seule chose que je peux te promettre c'est d'essayer.

Le boucher releva la tête, son visage était méconnaissable. S'il semblait si fier et hautain au début de l'interrogatoire, il semblait bien plus fragile. Son regard était encore vide, son esprit avait été endommagé par les tortures qu'il avait subies. Visiblement toujours en train de souffrir, il réussit néanmoins à prononcer quelques mots.

- Tue-les tous…


- Je ne peux rien contre eux, tu le sais bien.

Conditionné depuis son enfance pour obéir sans poser de question, il n'arrivait pas encore à imaginer pouvoir se rebeller contre l'Institut. Il commençait à comprendre que cette organisation n'avait aucune qualité. Il leur devait la vie, mais ils avaient pris bien plus que cela chez lui. S'il avait déjà eu le droit à quelques remarques de la part d'Otoke qui semblait en penser peu de bien également, il ne lui avait toujours pas dit la vérité à ce sujet. C'était la première fois qu'il se sentait coupable de quelque chose. Si on lui avait interdit de lui donner des informations à propos de l'Institut, il considérait toujours qu'il était en droit de savoir. Il commençait également à douter de son entraînement avec Yui, il n'avait pas envie de l'impliquer dans tout cela, ce n'était pas son combat.

- Bon, ton entraînement du jour est terminé, je suis désolé que cela ne se soit pas passé comme je l'avais prévu. Je vais avoir pas mal de choses à faire ces prochains jours, je t'enverrai un message lorsque la prochaine étape de ton entraînement arrivera.

Il savait déjà ce en quoi cela allait consister et il préférait laisser du temps à Yui, elle venait tout juste de se remettre d'une blessure, ce n'était pas le bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptySam 19 Mar 2016 - 14:23


Raito lâcha son emprise sur le prisonnier qui murmura quelques mots dont Yui ne comprit pas l'intérêt, comme si il finissait une conversation commencée avec le chunin dans l'illusion. Raito évoqua l’existence de la fille du Boucher qui lui répondit en demandant de tuer des gens contre qui Raito ne pouvait apparemment rien faire. Suite à ça le chunin mit fin à l'entrainement d'aujourd'hui et annonça qu'il avait beaucoup choses à faire dans les prochains jours.

Un comportement que Yui ne comprit pas vraiment, pourquoi il ne partageait pas les informations qu'il avait récupéré avec elle. Il souhaitait la mettre à l'écart ? Il n'avait peut-être pas confiance en elle, en tout cas la kunoichi espérait pouvoir faire changer les choses maintenant. La genin hocha la tête en signe d'approbation et elle se laissa raccompagnée à la porte de la salle d'interrogatoire. Avant de partir elle décida de glisser quelques mots à Raito,

» Pourquoi tu ne me dis pas ce que t'a raconté le Boucher ? Cette histoire avec sa fille et les gens contre qui tu ne peux rien... Tu peux me faire confiance et je pourrais même t'aider, j'en suis capable.

Yui fixait le chûnin de ses yeux émeraudes qui luisaient grâce aux torches qui éclairaient le sombre couloir couloir en pierre de la prison.

» Je suis complètement remise de ma blessure et tu peux compter sur moi, j'espère au moins que tu le sais. - annonça-t-elle de son air le plus sérieux.

Si Raito n’apportait aucune suite à cette conversation, Yui allait devoir se résoudre à attendre son prochain message pour al suite de son entrainement. Quoi qu'il en soit elle comptait respecter le choix du Dento et elle se préparait à quitter les lieux, bien qu'elle préférait pouvoir aider son camarade dans la suite de cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyMer 23 Mar 2016 - 17:02

Raito réfléchit quelques secondes, il n'avait pas envie d'impliquer Yui avec l'Institut, sachant que cela pouvait très mal se terminer pour elle. Il comprenait également la frustration qu'elle pouvait ressentir à torturer un homme qu'elle ne connaissait pas sans connaître les résultats. Là où elle se trompait, c'était que le choix de Raito de la garder à l'écart n'était pas dû à un manque de confiance. Le jeune Dentô ne faisait plus confiance à personne, mais ce n'était lié, il faisait cela par mesure de protection pour la Hakushi, mais surtout pour lui. Il n'avait pas le droit de parler des projets de l'Institut ou des missions qu'on lui donnait. Il savait très bien que lui donner trop d'information pour leur coûter la vie à tous les deux, mais il ne pouvait pas lui dire. Comme à son habitude, il se sortit de cette situation gênante avec un mensonge.

- Il m'a donné son nom et les raisons qui l'ont poussé à massacrer tous ces gens. Sa fille était impliquée dans une affaire complexe et il comptait la sauver. Si l'intention était bonne, cela ne va pas le sauver de la justice. Maintenant, je vais devoir aller transmettre ces informations et je ne m'occuperais sûrement plus de la suite.


Il était content de voir Yui aussi motivée, malgré les épreuves qu'il lui faisait subir, mais il n'était pas prêt à passer à la suite.

- Je te félicite de t'impliquer autant, mais malheureusement, je ne peux pas continuer ton entraînement pour le moment. A partir de la semaine prochaine, on pourra reprendre. Cependant, il faut que tu saches que la prochaine étape est la pire de toute. Selon moi, tu as déjà les capacités pour devenir Chuunin, tu pourrais très bien te passer de mon entraînement pour continuer. En choisissant de continuer, tu ne pourras plus jamais faire marche arrière.

Raito avait l'air grave, il savait que si Yui revenait le voir sans la motivation suffisante, elle pouvait très bien perdre la vie. Il ne pouvait pas la prévenir sur ce qui l'attendait, alors il ne pouvait que se contenter de lui faire peur. C'était justement ce qu'il fallait à Yui, si elle n'avait pas peur, elle ne pouvait pas continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Jisetsu Reizo
Informations
Grade : Jônin
Messages : 935
Rang : A

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. EmptyVen 25 Mar 2016 - 22:51


C'est tout ? Non... il devait y avoir quelque chose que Raito ne voulait pas dire mais soit, Yui accepta sa décision et se résigna. Peut-être que plus tard le chûnin serait plus enclin à partager ce genre d'informations mais pour le moment la Hakushi allait se concentrer sur son entrainement qui était donc terminé pour aujourd'hui et qui allait devenir plus dur dès la semaine prochaine.

Yui resta silencieuse, soutenant le regard vide de Raito avec ses pupilles émeraudes. Les capacités pour être chûnin ? La Hakushi le croyait aussi mais au fond elle ne se sentait pas prête,

» Chûnin... A quoi cela me servirait si je ne suis même pas capable de maîtriser mes émotions. Je ne doute pas de mes capacités physiques ou en ninjutsu. Mais mon esprit... Je le sais trop faible... Mon exemple, Satomi Hakushi, je l'ai vu éliminer des personnes qu'elle connaissait sans même sourciller. C'était effrayant mais aussi très impressionnant, c'est ce niveau de maîtrise de moi même que je veux atteindre. Etre capable de faire mon devoir qu'importe ce que j'aurais à faire.

Yui resta silencieuse quelques secondes et son regard chuta vers le sol, elle avait un peu honte de s'ouvrir comme ça à une personne qu'elle connaissait si peu mais peut-être qu'il comprendrait à quel point elle était déterminée.

» Donc ton entrainement... Je suis prêtre à le suivre, je sais que ce ne sera pas facile, que je serais changée définitivement mais cela ne peut que me permettre de me rapprocher de mon objectif. Honorer mon clan, mon village et être satisfaite de moi même en devenant un kunoichi d’exception, même si cela implique de se retrouver avec un bloc de glace à la place du cœur.

La Hakushi releva la tête et adressa un léger sourire à Raito,

» Donc on se voit dans une semaine, je serais prête.

Sur ces mots Yui se retourna et laissa le Dentô seul, puis elle se dirigea vers la sortie. Elle venait de vivre une expérience assez déroutante mais nécessaire. Ce n'était que le début mais elle avait réussi à mettre ses émotions de coté pour être la plus efficace et insensible possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

L'enfant (et le) sociopathe. Empty
Message(#) Sujet: Re: L'enfant (et le) sociopathe. L'enfant (et le) sociopathe. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'enfant (et le) sociopathe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Prison-