N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 K. Liens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: K. Liens K. Liens EmptyDim 10 Jan 2016 - 21:14

K. Liens LQwsX3R

Contexte du groupe
Kibô, Bras droit du Kazekage, avait un rôle lourd à porter. Voir cette unité d’élite de la Nation apparaître au milieu de l’arène était déjà pénible. Voir son village être le décor d’une guerre sans précédent entre shinobis était affreux. Mais ce n’était rien comparé à ce qu’il allait devoir affronter du regard.

En effet, il avait vu deux silhouettes portant les mêmes habits larges et noirs que ceux choisis par le Kaihô-sha arriver en face de deux ninjas, qu’il s’empressa de rejoindre. Samui Kirito et Gogyou Ether pouvaient s’estimer heureux de voir débarquer le Sunajin, mais ils pouvaient également être inquiets de voir ce dernier subjugué à la vue de leurs adversaires.

Quoi de plus normal quand les deux membres du Kaihô-sha qui leur faisaient face étaient les parents de Kibô. Qu’il les ait très clairement reconnus ou pas, le Bras droit du Kazekage avait eu ce sentiment étrange et oppressant… pendant lequel les deux amants de la Nation foncèrent droit vers leur progéniture…

Règles générales
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide. N'hésitez pas à exporter le code de vos techniques via votre Fiche Technique dynamique.
    Ø Le premier tour est un tour d’introduction. L’utilisation de techniques n’est pas autorisée dès votre premier post.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, vous aurez une seule et unique fois un joker de 12h supplémentaires (le Staff ne passera pas poster). Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il poste dans le bureau de SNH (www).
    Ø N'hésitez pas à utiliser le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.
    Ø En cas de soucis, vous pouvez faire une demande d’arbitrage.

Indications particulières
    Ø Les évènements se déroulent au lendemain du premier tour de la troisième épreuve de l'Examen Chûnin, alors que le premier combat du jour allait commencer, à 14h.
    Ø Les parents de Kibô attaquent ce dernier dès le premier tour, mais aucun de vous trois n'a le temps de réagir. Rassurez-vous, vous pourrez compter sur l'arrivée d'une quatrième personne !

Ordre des participants

Samui Kirito
Gogyou Ether
Kibô
???
??? & ???


K. Liens VLiyxHj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Samui Kirito
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyLun 11 Jan 2016 - 19:52

Malgré son élimination de l'examen de chuunin international, la délégation du Shukai était resté car il y avait des participants encore pou la troisième épreuve. Un Shukajin encore, et Kirito n'avait pas de raison de quitter aussi précipitamment Suna, et regarder les combats pourraient être intéressants afin de connaître les forces et faiblesses des genins... Bien qu'il n'en ferait pas vraiment grand chose à l'avenir. Il l'espérait. Ce qui allait se passer par la suite n'avait été prévu par aucune personnes présentes dans les gradins de l'arène. Le blondinet s'était positionné seul, intéressé par ce première match qui n'allait pas tarder à débuter. Le public attendait avec impatience que l'arbitre se présente afin de nous déclarer le premier combat, mais rien n'allait se passer tel quel. Sous les yeux de parents, d'enfants, de shinobis, l'arbitre fut tué. Un groupe de personnes se trouvaient au centre de l'arène, l'un parlait, déclarant quelques paroles sur l'Ordre, la Nation.

Le jeune Heishi comprit rapidement qu'ils attaquaient, et il put voir quelques sunajins descendre des gradins pour aller à leur rencontre. Des combats avaient déjà commencé. La guerre ? Était-ce la guerre ? Les jambes du blond tremblaient, cette fois ci, ces gens tuaient. Il n'y avait pas d'arbitres. C'était du réel. Se giflant pour se réveiller, Kirito sauta des gradins pour atterrir sur le sol. A ses côté, une blonde au teint très mate. Face à eux, deux personnes à la tenue noire et sombre. Ils ne semblaient pas être faible, loin de là. Kirito pouvait sentir une aura puissante, émanant des deux inconnus. Une autre personne au bandeau de suna avait rejoint les deux shinobis. Le blondinet le regardait, il l'avait déjà vu au bras du Kazekage.

Je pense que nous savons ce qu'il nous reste à faire... Déclara-t-il avec un peu de tension dans la voix, si les trois shinobis et tout les autres qui combattent n’arrêtaient pas ce groupe, le village du sable allait être écrasé.

Les deux membres se dirigeaient vers Kibo, mais ils étaient rapides. Trop rapides, Kirito n'avait pas le temps de réagir et de seulement crier de faire attention. Kirito espérait que les réflexions de cet homme étaient bonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Hashimoto Ether
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyMar 12 Jan 2016 - 12:09



Bien assise confortablement dans les gradins, Ether grignotait les fameux fruits séchés de sa mère, patientant bien sagement en attendant le début du premier combat. Etrangement, chaque siège autour de la petite blonde était vide. Conséquence directe du premier tour du tournoi, la jeune femme était dorénavant très mal vue et personne dans le public ne souhaitait s’asseoir à moins d’un mètre de sa personne. Hé, j’ai pas la rage hein ! De plus, en bonne nomade qu’elle était, son pacifisme était plus qu’une simple ligne de conduite. Puis, ce n’était pas comme si elle avait fait preuve d’une très grande combattivité lors de son affrontement face à Ema. Au contraire, si l’on devait les évaluer sur l’agressivité au combat, la sunajin l’emportait haut la main ! La Gogyou, elle, emporterait la palme de l’incompétence. Toute sa vie, la blonde n’avait fait que cacher sa nature. Et sur un coup de tête, soucieuse de repousser ses limites, voilà qu’elle s’était rendue à un examen international, cernée de toute part en tout état de confiance. Il était évident que pour survivre, il lui aurait fallu se dévoiler à un moment ou à un autre, mais cela aurait pu être évité si elle n'était pas venue. Mais non ! Juste pour un caprice, voilà que la nomade était découverte. Pour ça, la médaille de la stupidité lui serait décerné. La violence des mots l’avait touchée, mais ce qui ne tue pas, rend plus fort pas vrai ? La jeune femme se retourna pour proposer une de ses confiseries, mais n'obtint en échange que les gens s'écartent encore d'un siège. Bon... Tant pis, ça en ferait plus pour elle, na ! Mais alors qu'Ether engloutissait avec gourmandise le contenu de son sachet, un événement inattendu se produisit et lui coupa tout simplement l'appétit.

Le public ici présent, attendait la venue des prochains genins sur la liste avec une certaine impatience. Mais au lieu de les voir entrer par les portes prévues à cet effet, ce fut un groupe complet d'étrangers cagoulés et sous capes qui apparut. C'était dans le script ça ? Pogo ? « L'heure est à la révolution » ? A ces mots, l'élémentaire se tint sur ses gardes. Tout ça ne présageait rien de bon. De quoi parlait cet homme... ? Le discours qui s'ensuivit eut non seulement pour effet d'effrayer les spectateurs mais également d'en faire réagir d'autres, comme si ils savaient que tout cela allait se produire. Étrangement, le speech de l'Inconnu trouva un semblant d'écho en Ether, et celle-ci se mit l'écouter attentivement. Se souvenant de tout ce que son clan avait enduré depuis tout ces siècles juste pour leur différence, principalement à cause des ninjas, la demoiselle comprenait en un sens le point de vu de l'homme. Ce que ce dernier disait n'était pas faux, mais au contraire criant de vérité. Elle-même pensait que le système même de la hiérarchie shinobi n'était qu'une prison malsaine de plus pour les êtres humains, une prison dans laquelle ils se complaisaient tous, refusant toute évolution pouvant nuire à leur influence.
Non, le système actuel ne fonctionnait pas, c'était certain. Tiens, exemple parfait ; Cet étrange tract signé par une Kawaguchi – qu'elle ne connaissait absolument pas – accusant Oniri d'actes hallucinants. La blonde avait rencontré la Saibogu, et s'imaginer à présent qu'elle était au cœur d'un complot auquel cette dernière aurait grandement participé était aberrant. Etait-elle si mauvaise pour comprendre les sentiments des gens ? Et ce n'était pas la première fois que cela se produisait. Non, les villages renfermaient en leur sein des choses auxquelles Ether n'osait même pas penser. De plus – sans faire une généralité – la plupart d'entre eux se sentaient supérieurs par rapport aux autres. Combien de personnes ici ne l'avait pas méprisé du regard pour être sans-affiliation ? A part si c'était ses vêtements usés par le sable... Ne convenait-elle pas aux caractéristiques affectives des Normaux ? Toutes les mains réunies ici-bas ne suffiraient pas à compter. Et preuve supplémentaire ; Depuis que l'on savait ce qu'elle était, est-ce que des gens avaient daigné lui dire seulement même bonjour ?

Mais c'était penser en égoïste, ce que la blonde n'était pas.
Pourtant, cela ne signifiait pas qu'elle désirait la destruction de ces villages, loin de là.
En revanche, il était assurément nécessaire de revoir leur système. M'enfin, si ils étaient bien comme ça hein... Le pire était qu'Ether pensait sérieusement que toute hiérarchie, qu'elle soit ninja ou daimyôs - dont elle ne connaissait pas l'utilité – était mauvaise pour la liberté de toute créature. Une personne se dit au-dessus de tous et les autres doivent obéir. Pourquoi ? Pourquoi volontairement se soumettre à un homme ? Cela n'avait aucun sens ! Mais en tant que nomade, l'élémentaire savait qu'elle était mal placée pour les juger, alors elle se contenta seulement de hausser les épaules en gobant un nouveau fruit. Surtout qu'elle était prête à rejoindre Kiri pour la sécurité de sa tribu. Sacrifier sa liberté pour apprendre aux autres leurs préceptes pacifiques, ça valait au moins le coup d'essayer. Il ne fallait pas que Kiri récupère cette sanglante réputation !
C'était quoi leur but à ces gens au final ? Supprimer l'ordre shinobi au profit des nations ? Bah ouais tiens, c'était pas si mauvais comme idée, ça règlerait sûrement beaucoup de problèmes. Surtout qu'à les écouter, effectivement l'Ordre shinobi n'avait fait que détruire ou envahir. Mais... Les humains ne pouvaient pas tous être ainsi, hein ? Personne n'est foncièrement cruel, pas vrai ? C'était être de mauvaise foi que de ne pas trouver un semblant de positif dans l'existence des villages cachés. Bien sûr, ils faisaient beaucoup de mal, mais ils étaient bien capables d'autre chose, non ? La jeune femme décrocha un peu lorsqu'il se mit à parler des « hautes instances », ne comprenant pas tous les mots qu'il disait. A mesure que le temps passait, de nouvelles silhouettes se dévoilaient. Mais ils étaient combien ? Ok, fallait qu'elle parte, c'était pas bon tout ça. Alors que la demoiselle se levait pour quitter les lieux, des hurlements de terreur s'élevèrent dans la salle et son regard se porta à nouveau sur le centre de l'arène. Un cadavre venait de s'écrouler sur le sable... ! L'arbitre, mais pourquoi ?!

Ether devint livide, le sang lui rappelant forcément les morts de sa tribu, mais reprit bien rapidement son visage semi-souriant en chassant les images de son esprit. Non, ce n'était pas du sang, non, il dormait seulement. Pourquoi avaient-ils fait ça ? Ce n'était pas en tuant qu'ils récupèreraient des voix ! Et malgré le fait que l'élémentaire approuvait pas mal de leurs points, hors de question de suivre une voie rougit par le sang, complètement à l'opposé de sa personnalité. « Tu ne tueras point » était une blague pour vous ?! Beaucoup de Normaux se levèrent de leurs sièges comme pour suivre ces étrangers, les autres hurlaient et couraient, alors que la blonde ne bougeait pas. Tout cela était assez surréaliste. Que voulaient-ils dire par « nous ne tuerons que des coupables » ? Sur quoi se basaient-ils pour juger qui que ce soit ? COUPABLE DE QUOI ?!!! La Gogyou ne comprenait rien à ce qu'il se passait. A l'extérieur, un boucan monstre donnait l'impression que tout n'était que foutoir, qu'importe le lieu. Alors c'était une attaque, une vraie. La nomade avait l'impression de faire partie d'une bataille qui ne la concernait pas... Rappelles-moi pour t'étais venue déjà ? Repousser tes limites tu dis ? Bah t'aurais mieux fait de retourner 12 ans en arrière, comme lorsque des ninjas de Konoha vous pourchassez pour vous tuer, ça aurait été pareil !
En temps normal, Ether se serait dématérialisée et aurait disparue avec le vent, mais lorsqu'elle vit un jeune garçon de son âge sauter à l'étage inférieur, la demoiselle le suivit sans trop savoir pourquoi. Sûrement son précepte à ne jamais abandonner qui que ce soit. Franchement, la gentillesse pouvait être un défaut parfois, mais le pragmatisme lui était encore inconnu. Le blondinet rejoignit un autre homme, un sunajin, et l'élémentaire reconnut le visage des images étranges de l'examen. Cool, ils allaient pas mourir tout de suite vu sa puissance ! … Pourquoi ne bougeait-il pas ? Oh bah non, il était pas cassé, hein ? Ce qu'il leur restait à faire qui disait le shukaijin ? « Se tirer ouais ! », dirait un lâche. Mais ils n'étaient pas des couards, non ? Quand la mort vient, il faut l'affronter face à face.


« Ouaip' ! … Mais ça s'rait cool qu'il s'réveille l'monsieur cassé.
'Suis pas pressée d'rejoindre Gaïa hein. »


Comme terrifié par les deux humains encagoulés, il ne réagit même pas lorsqu'ils coururent vers lui. Mais... Ils étaient aussi rapides que la foudre de son père ! Comment allaient-ils pouvoir se défendre ?!! Espérons qu'elle arriverait à disparaître à temps...

« Si j'aurais su, j'aurais pas venu ! », lâcha-t-elle avec un sourire dépité (oui, oui)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyMar 12 Jan 2016 - 12:33



    « … la Révolution ! »
La vision qu'avait notre jeune héros était apocalyptique, suite au monologue de l'Inconnu, une bataille mêlant ce nouveau groupe et les pros nation aux Shinobis du monde. L'arène se transforma en mêlée générale et des morts gisaient déjà au sol. Le sable deviendra rouge de sang et les corps recouvreront la zone de combat. Kib_ était assis en tribune, son cœur avait cessé de battre un instant devant cette scène. Son examen, son village, ses amis, tout était en train de se dérober devant ses yeux, mais il devait agir. Ce groupuscule avait beau avoir réussi à entrer au sein du village, mais cela sera leur plus grande erreur, car ils n'en ressortiront pas en vie.

Le bras droit du Kazekage n'avait pas lâché des yeux celui qui semblait être le meneur de cette rébellion. Cet homme périra de la main de Kib_, il allait tout faire pour lui ôter la vie, lui qui osait venir semer la terreur à Suna, dans les rangs Shinobi, mais surtout au monde. Le Chasseur de Chimères s'élança du haut des gradins pour atterrir dans l'enceinte de l'arène, son but était fixé et il se dirigea à grande vitesse vers l'Inconnu, mais malheureusement, la confusion régnait sur le champ de bataille et l'élève de Kioshi perdit sa cible.
      - Merde !
S'écria-t-il comprenant que son adversaire avait pris la fuite, car en examinant sa dernière position, il ne retrouva pas la moindre trace de cet homme. Le second du Yamada pensa dans un premier temps partir à la recherche du fugitif, mais son attention fut attirée par le duo de Genins qui faisait face à des individus en noir, comme le meneur de la rébellion. En tant qu'organisateur, Kib_ connaissait les capacités des deux ninjas étrangers, mais il ne connaissait pas ceux de ces rebelles et il était hors de question qu'il laisse périr ces jeunes Shinobis alors qu'il pouvait les aider.

À contrecœur, le Sunajin décida de laisser filer l'Inconnu et se précipita vers les deux Genins pour leur prêter main forte. Cependant, lorsqu'il arriva à leurs côtés et leva le regard en directions des individus en noirs, notre jeune héros eut une sensation bizarre. Il n'avait jamais ressenti une telle chose auparavant et pourtant, il en avait mené des combats, mais cela n'avait rien à voir avec l'affrontement qu'il allait tantôt éclater. Kib_ avait l'impression de connaître ces deux personnes, mais il savait qu'il ne les avait jamais vus, il oubliait rarement le visage d'une personne.
      - Restez sur vos gardes.
Dit-il à ses deux alliés improvisés, alors que son regard n'avait toujours pas quitté cette femme et cet homme vêtu de noir. Soudainement, ces derniers décidèrent d'attaquer le groupe ou plus précisément notre jeune héros qui fut paralysé pour une raison inconnue, comme s'il ne pouvait pas attaquer ou blesser ces personnes-là. Un Jutsu de haut niveau ? Non, cela était bien plus fort, on appelait ça : des liens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyVen 15 Jan 2016 - 18:00

Le duo du Kaihô-sha se retrouva bloqué… par une silhouette qui faisait dos à Kibô et ses récents alliés. Et vu la taille du bonhomme, le Bras droit du Kazekage n’eut pas de mal à le reconnaître…
    « Faut que je t’avoue un truc, l’autre fois j’avais grave envie de t’affronter… »
Vu que leur attaque avait été parée, l’homme et la femme prirent impulsion sur les kunaïs du Kumojin pour bondir en arrière et reprendre position à une vingtaine de mètres du quatuor des ninjas de l’Ordre.
    « … mais apparemment va falloir attendre. »
***

En sa condition et en son poste de Bras droit, Bakushô Aomine avait été le responsable du village caché de Nuages en l’absence de son supérieur direct, parti pour Suna. Néanmoins, il y a avait toujours des imprévus, tout comme ce qui s’était passé par exemple à l’entrée du village. Aussi incroyable que vrai, Kadoria Uriô – Shodaime et fondateur de Kumo – était revenu d’entre les morts et avait, entre autre, prévenu d’une attaque sur le village.

Mais ça ne s’était pas arrêté là, puisque selon ce qu’il avait rapporté, une révolte sans précédent menaçait le monde. Et cette dernière allait se déclencher à Suna. Cela avait été le fruit d’une discussion aussi longue que couplée à des réflexions entre le Kadoria et le Bras droit de son cadet. Forcément, Uriô avait été sous le choc de savoir que non seulement son frère n’avait rien, mais qu’il était celui qui dirigeait actuellement le village.

Le moine Hashiru et Bakushô Aomine étaient les deux seules personnes en lesquelles le père fondateur du village caché des Nuages avait pleinement confiance. De fait, il ne pouvait pas partir à Suna sans l’un d’eux. Son choix se porta sur le Bras droit, étant savantage un homme de terrain qu’autre chose. De plus, les bruits d’une demande diplomatique de la part d’un « Empire des Pays Neutres » conforta le Shodaime dans l’idée de laisser Hashiru au village.

Et forcément, Aomine n’allait rien à voir à en redire, surtout quand sa mission consistait à partir à Suna, pendant que le Shodaime faisait quelque-chose d’important ailleurs. Malheureusement, les hypothèses ou plutôt prévisions apportées par ce dernier se révélèrent correctes : Suna baignait déjà dans le sang lorsque le Bakushô arriva.
    « Bordel mais laissez-moi rentrer ! »
Finalement on accéda à sa requête. Mais forcément, il avait perdu du temps face à ces gardes paniqués. Tout en courant vers des shinobis à supporter, il se montra finalement compréhensif face à ces Sunajins qui devaient tout de même être perturbés, choqués et tout le tralala.

***

Il n’avait rien entendu sur l’origine réelle de cette guerre. Mais vu que Kibô s’était fait attaquer par ce couple qui disposait du même habit, il en avait déduit que ces deux personnes, c’étaient clairement des ennemis. Mais un résumé serait apprécié.
    « Tu me fais un topo ? »
Le colosse de deux mètres était déjà prêt au combat…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Les Matsuno
Informations
Grade : Membres du Kaihô-sha
Messages : 12
Rang : ???

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptySam 30 Jan 2016 - 16:11

Les Matsuno ne prirent pas le moindre risque lorsqu’ils virent cet invité mystère. Prenant impulsion sur les kunaïs qu’il avait dégainés, le couple recula de plusieurs mètres. Ayant alors une vue d’ensemble de l’arrivant, ils purent reconnaître le Bras droit de l’actuel Raïkage. N’était-il pas censé rester à Kumo ? Qu’importe, à deux, les deux criminels ne risquaient rien. Et ils ne pouvaient que se satisfaire de retenir à eux seuls deux des plus puissants ninjas des villages du Sable et des Nuages.

Leur fils les avait-il reconnus ? Contrairement à ce qu’une personne extérieure aurait pu croire, ce fut bel et bien le père qui se posa la question le premier. Il signifia sa prise de parole en faisant un pas en avant, avant de sourire à celui qui était devenu un puissant ninja. Mais la réputation, aujourd’hui, ne valait rien.
    « Je suis sûr qu’au fond de toi, tu nous reconnais, Yamuro. »
Malgré le nom étranger qu’il avait employé, aussi bien le regard du père que de la mère convergeaient bien vers Kibô. D’ailleurs, Akina appréciait que leur enfant puisse enfin entendre son vrai nom.

Elle se mit à la hauteur de son mari, et n’eut besoin que d’un regard pour faire comprendre à ce dernier que toute marque de sentimentalisme était à exclure ici. Lorsqu’ils avaient accepté de faire part à l’attaque sur Suna, ils s’étaient doutés qu’ils pourraient tomber sur leur progéniture. Et maintenant que c’était fait, aucun recul n’était possible.
    « La kunoïchi est loin d’être faible, et ce petit Shûkaijin ne semble pas vouloir fuir. Et maintenant que le Bras droit du Raïkage est là… Nous avons là un beau quatuor.
    On passe directement aux choses sérieuses, ma chérie ? »
Un rictus carnassier se dessina aussitôt sur le visage de la jeune femme. Les habits noirs des deux membres du Kaihô-sha et de la Corporation volèrent sous un puissant souffle de chakra. Leurs paumes s’illuminèrent, tandis que des écritures semblaient prendre d’assaut leur peau.
    « Sūkikyō no tenohira no yūgure…
    … les paumes cardinales du crépuscule ! »
La lumière s’adoucit jusqu’à totalement disparaître, laissant alors des sceaux sur les mains et avant-bras des deux membres du duo. Echangeant un regard, ils se mirent d’accord sans même avoir à dire un mot. L’instant d’après, ils étaient déjà en train de fuser vers un adversaire chacun…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samui Kirito
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptySam 30 Jan 2016 - 18:27

Les deux shinobis, car c'était ce qu'ils étaient, s'étaient élancés sur le bras droit du kage du pays de vent et le jeune soldat n'avait rien pu faire, si ce n'était crier. Ces deux gens étaient trop rapides pour le garçon, mais à l'instant où il criait de faire attention, un homme apparut pour défendre l'homme aux cheveux blancs. Qui était-il ? Son portrait lui parlait vaguement, et il semblait dégager une puissance honorable. Largement au dessus de celle du Shukaijin, d'ailleurs il était plutôt grand mais pas plus que grand que Doragon, partenaire de l'équipe Tsukimi.

Apparemment, le bras droit du Kazekage et lui se connaissaient, et il ne s'agissait pas d'un nouvel ennemi. Il s'agissait d'un quatre contre deux alors que le quatuor se retrouvait côte à côte formant une belle ligne de combat. Heureusement pour le shukajin, il n'avait pas combattu lors du tournoi et sa blessure, qu'il s'était faite lors de la première épreuve, s'était apaisé. Malgré tout, il tapa légèrement sur sa blessure à la cuisse qui commençait à cicatriser déjà. Il ne voulait pas ressentir une quelconque douleur de ce côté là.

L'homme qui avait protégé Kibo de l'attaque des deux inconnus demandait alors un topo de la situation. Kirito tremblait, il ne savait pas quoi faire, comment attaquer. Les deux adversaires semblaient terriblement puissants, surtout comparé à lui.

Une guerre... Une organisation de la Nation contre nous...

Le Shukaijin n'arrivait meme pas lui-même à expliquer la situation, tant cela lui paraissait inimaginable. Pas le temps de discuter entre eux, les deux attaquaient déjà. Une lumière apparut sur leurs paumes, alors que leurs vêtements noirs avaient volés derrière eux, et lorsque la lumière s’estompait, il y avait plusieurs écritures sur leur mains et avant-bras. Technique de sceau ? Peut-être étaient-ils des utilisateurs de Fuuinjutsu ?

Chacun s'élançait sur un adversaire, l'homme sur Kibo et la femme sur le garçon portant le bandeau de Kumo. Ils attaquaient les plus forts... C'aurait été Kirito, ils se seraient mis au plus faible avant tout. Clairement, lui et la fille étaient les plus faibles du quatuor mais Kirito était décidé à montrer sa valeur tout en restant sur ses gardes, comme l'avait dit Kibo.

Alors que les deux fonçaient sur Kibo et Aomine, Kirito, placé à côté du Sunajin, fit quelque signes incantatoires très rapidement avant de pointer son poing fermé sur les deux membres de la Nation. De là, cinq bombes de glaces se dirigeaient vers eux, mais trop tétanisé, le garçon ne put viser l'un des deux...



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Hashimoto Ether
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyDim 31 Jan 2016 - 14:51



Déchirée entre l’envie de sauver sa peau et de rester pour tenter de faire la différence lors de ce combat, Ether ne savait pas trop quoi faire. Logiquement, dès que le danger pointait le bout de son nez, elle jouait avec lui avant de prendre la poudre d’escampette sans demander son reste. Malheureusement, dès que quelqu’un était susceptible d’être dans la mouise, la jeune femme était incapable d’abandonner la personne en question à son triste sort. De plus, cet homme était le compagnon d’Ema, la sunajin contre qui elle s’était retrouvée pour la dernière épreuve. Il semblait beaucoup compter à ses yeux, alors il ne devait pas mourir ici. Même si en l’occurrence, sa puissance était bien supérieure aux deux genins réunis… Mais c’était plus fort qu’elle ! L’heure n’était pas à la fuite, il était temps d’affronter la cruauté dont le monde pouvait faire preuve. La blonde resta aux côtés du Shukaijin, prête à l’épauler si besoin. Un parfait inconnu fit son entrée, et quelle entrée ! Cet homme était un véritable colosse, aussi grand que les montagnes ! Il demanda à être renseigné sur la situation, ce que fit Kirito à merveille. Ensuite, une chose assez étrange se produisit.
Le duo inconnu semblait connaître le habituellement nommé Kibô, mais pourtant, le prénom utilisé fut bien différent ; Yamuro. Pourquoi l’appeler ainsi alors que ce n’était en rien son identité ? « Je suis sûr que tu nous reconnais »… Que cela voulait-il dire ? C’est alors que la demoiselle eut un éclair de lucidité. Tous les trois les cheveux blancs, des traits physiques reconnaissables d’un visage à l’autre, ils étaient assurément parents ! De là à dire que le couple était les géniteurs du sunajin, il n’y avait qu’un pas. Mais tout cela serait bien absurde. Pourquoi se battraient-ils contre leur fils, hein ? La famille est faite pour être unie et pas l’inverse. Les humains avaient décidément de bien étranges coutumes.

Ce qui fut dérangeant dans leur comportement, c’était qu’ils se parlaient entre eux en ignorant presque leur présence, alors qu’ils les incluaient dans leur conversation. « Loin d’être faible », Ether se demanda d’abord si c’était bien d’elle dont ils causaient, mais aux dernières nouvelles, elle était la seule kunoichi – même si elle ne l’était pas tout à fait – dans les environs en dehors de l’étrangère. Fait intéressant, l’élémentaire découvrit l’identité du mastodonte humain fraîchement arrivé ; le bras droit du Raikage, un kumojin donc. Et bé, c’était varié comme groupe dis donc ! Ça c’était top ! Ouais mais ce n’était pas le moment de se réjouir de la diversité ma petite, il faudrait d’abord songer à survivre. Prête à combattre, la Gogyou se tint prête à devoir réagir. Malgré le fait que Kibô soit leur enfant, les parents n’en eurent cure et attaquèrent celui-ci sans le moindre remord. Leurs mains devinrent éblouissantes de lumière et des lignes de texte prirent forme sur leur peau. Mais que … ?!
« Les paumes cardinales du crépuscule » ? Voilà quelque chose qu’elle n’avait jamais lu dans un livre. Quel était cette étrange magie ? Lorsque la lueur disparut, des sceaux étaient clairement visibles sur leur corps, et ils s’élancèrent dans la foulée sur le quatuor. Le père prit son propre fils en grippe alors que sa femme se jeta sur le kumojin. D’un côté, la nomade ressentit un semblant de soulagement, mais ne put se résoudre à les laisser attaquer sans rien faire. Le jeune shukaijin eut la même idée. Cependant, la jeune fille put remarquer qu’il tremblait. Avait-il peur ? D’un côté, on ne pouvait lui donner tort. Ether avait vu des êtres chers mourir devant ses yeux et avait passé sa vie à fuir les autres, s’attendant à mourir à chaque fois que le soleil se couchait. La peur était un élément qu’il fallait à tout prix proscrire pour survivre. Pourtant, malgré tout le garçon fut capable de lancer des boules de glace. Leur utilité ? Pas la moindre idée, mas l’essentiel était qu’il avait réagi ! Il était donc temps qu’elle l’épaule.

Les boules se dirigeaient vers l’homme, alors elle focaliserait son attention sur la femme. Le kumojin était fort, très fort. Il n’avait probablement pas besoin de son aide, mais tant qu’à être ici, autant participer. Inspirant l’air à grandes bouffées, elle remplit ses poumons autant qu’elle le put et jeta un cri d’air sur l’étrangère pour ralentir sa course, ou tout du moins, essayer surtout. Puis elle recula de quelques sauts pour rajouter de la distance entre les ennemis et elle-même.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyLun 1 Fév 2016 - 17:51



Miraculeusement l'attaque du duo fut parée par un invité surprise. Le sauveur de notre jeune héros n'était autre que le bras droit du Raikage. Sans lui, Kibō aurait probablement quitté ce monde lamentablement.
      - Moi aussi…
Répondit-il au Kumojin l'esprit ailleurs. En effet, le Sunajin n'avait tête que pour les deux membres de la Corporation. Le second du Yamada ressentait constamment une sensation étrange en plongeant son regard dans celui des ennemis. Soudainement, l'homme du duo s'avança, mais étrangement, il ne donnait pas l'impression de vouloir attaquer. Le membre du Kaihô-sha s'adressa au Chasseur de Chimères affirmant que ce dernier les avait reconnu. Cependant, il utilisa un nom étrange : Yamuro. Que voulait-il dire, essayait-il simplement de perturber le bras droit du Kazekage ? Non, le ninja du Vent avait très bien compris et cette étrange sensation n'était pas une coïncidence.

Il avait en face de lui ces parents biologiques.

Entretemps, Kirito s'était chargé de faire un - bref - résumé de la situation au dernier arrivé, mais les paroles du Shûkaijin ne furent pas entendu par notre jeune héros qui était tout bonnement sous le choc après cette révélation. À ses yeux, tout ce qu'il y avait autour de lui avait disparu, il n'y avait plus que lui et ses parents. Il voulait savoir pourquoi. Pourquoi ils l'avaient abandonné, pourquoi ils n'étaient pas revenus, pourquoi ils faisaient tout ça.

Kibō fut rapidement ramené à la réalité lorsque le couple utilisa une technique qui éblouit temporairement le Sunajin avant de voir apparaître de multiples sceaux sur leurs peaux. Ils étaient également des adeptes du Fûinjutsu, cela ne faisait que confirmer encore plus l'hypothèse à laquelle l'élève de Kioshi ne voulait pas croire. Ils étaient prêts à attaquer, mais leur fils s'hâta de déporter sa voix pour communiquer avec ses géniteurs.
      - Père, mère, parlons !
Malheureusement, le couple s'éclipsa, fonçant à grande vitesse sur le quatuor ou plus précisément, le père sur Kibō et la mère sur Aomine. Le second de Kioshi n'était pas du tout sur ses gardes, il n'avait pas envie de combattre ceux à qui il devait la vie. Par conséquent, il croisa les bras devant lui se préparant à encaisser le coup de son père. S'arrêtera-t-il pour parler avec son fils comme il le lui avait demandé ou continuera son attaque ? Peut-être que le Sunajin sera à nouveau sauver par une tierce personne ou peut-être qu'il subira simplement l'offensive de son paternel. Quoi qu'il en soit, le bras droit du Rokudaime n'était pas en condition de se battre…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyLun 15 Fév 2016 - 19:08

Lui aussi, voilà des mots qui rassurèrent le Bakushô sur l’état d’esprit de son homologue du Vent. S’il semblait clairement déconcentré, il n’en restait pas moins conscient et apparemment maître de lui-même. Sans savoir de qui était visé par le nom « Yamuro », Aomine observait ses deux adversaires. La guerre des allégeances, voilà donc ce que le Shodaime avait parlé… Dans tous les cas, ne serait-ce que pour avoir évité à Kibô de se prendre une rouste, le colosse avait bien fait de venir. Mais maintenant, que faire ?

Le duo utilisa une technique, ce qui laissa le temps au Kumojin de se mettre sur ses gardes. Vu la position des deux autres ninjas, tout semblait indiquer qu’ils étaient à quatre contre deux. Mais ces deux guignols, ils formaient à coup sûr un couple. Si le côté Ordre pouvait se vanter d’avoir l’avantage numérique, ce n’était pas probablement pas la même chose pour la carte de la cohésion. Cela justifia la prise de parole du Bras droit du Raïkage.
    « Bon les jeunots, va falloir… »
Interrompu par la propulsion des deux ennemis d’une manière terriblement synchronisée, le Raïkage eut à peine le temps de se rendre compte que la femme se dirigeait vers lui tandis que l’homme était parti vers Kibô. Son alliée du moment utilisa une technique Fûton à l’instant où le colosse prenait appui. Grâce à cette dernière, il put facilement esquiver la charge de l’ennemi.

Mais il ne s’était pas contenté d’esquiver, il avait choisi l’angle lui permettant de s’interposer entre Kibô et l’homme qui lui fonçait dessus. Pourquoi ? Tout simplement parce que le ninja de Suna était resté immobile et demandait à ses parents de parler.
    « Tes parents ?! Bordel on va avoir un problème Kibô, parce qu’apparemment les liens du sang tout ça ils en ont pas grand-chose à foutre ! »
Aomine avait prononcé ces mots en grimaçant. Pour cause, même s’il avait réussi à s’interposer et à attraper le poignet de son adversaire, ce dernier avait tout de même réussi à le toucher. Le coup avait été moins puissant que prévu, sans doute, mais le Bakushô l’avait tout de même senti au niveau de son abdomen.

Se pouvaient-ils que ces deux membres de l’élite de la Nation soient les parents du Sunajin ? Cela expliquerait peut-être pourquoi l’ensemble de ces fous alliés du Kaihô-sha avaient pénétré si facilement au sein du village caché du Sable…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Les Matsuno
Informations
Grade : Membres du Kaihô-sha
Messages : 12
Rang : ???

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyVen 26 Fév 2016 - 3:51

Un premier test, que le bras droit du Rokudaime avait pour sa part relevé assisté par la jeune femme et sa technique venteuse. Akina n’avait pas réussi à le toucher. Son mari si, mais malgré ça, les sceaux restaient en place sur leurs mains et avant-bras. Jetant un coup d’œil à son époux, les paroles de son fils retentirent et arrivèrent alors à ses oreilles. Immobile elle regardait la scène se dérouler entre les trois hommes.

Takeshi de son côté avait foncé tête baissée en direction de sa progéniture, un air de dément dans les yeux. Il le tuerait. Mais alors qu’il comprit que Kibo ne réagirait pas, il sembla avoir un moment d’hésitation avant que le second du Raikage ne saisisse son poignet. Était-ce seulement dû aux éclats de glace du garçonnet ? Mouvement de poignet vif, il frappa de sa paume le torse du Bakushô. L’impact ne fut pas particulièrement puissant, cependant il enchaîna le plus rapidement possible sur un tournoiement du poignet tout aussi agile qui activa un sceau. La paume légèrement inclinée vers le haut, l’effet fut immédiat et Aomine fut projeté au loin, disparaissant de son champ de vue. Sa cible n’était pas le kumojin. Pas pour cette fois, ils en avaient convenu tous ensemble. Mais la puissance localisée du choc et le vol plané ne lui feraient pas du bien.

Se tournant vers le deuxième bras droit présent, il fit craquer son cou, un air colérique sur le visage.
    « Il ne reste plus que toi d’intéressant à combattre ici mon petit. Viens voir ton cher papa.


    Ta…Takeshi. Arrête. Non. Assez… Pas … Pas Yamuro. Pas notre Yamuro. Non. »
Akina baissa ses yeux sur ses mains, catastrophée. Que se passait-il ? Elle tremblait de tous ses membres, comme si soudainement, le masque était tombé. Comme si elle reprenait enfin conscience. Takeshi se tourna vers sa femme et à la voir dans cet état, l’effet fut aussitôt contagieux. Lui aussi semblait être devenu une toute autre personne. Finis les sourires arrogants et méprisants. La haine, la colère. Tout cela semblait avoir disparu.

    « Ya … Yamuro ? »
Les yeux du père biologique de Kibo s’embuèrent légèrement. Et alors qu’un semblant de sourire d’espoir commença à apparaître sur son visage, celui-ci disparut subitement.

    « Non … Ce n’est pas sûr, fais-les partir Yamuro … Kibo. Partez. PARTEZ ! Vous ne comprenez pas. Ne restez pas ici … Qui sait ce que nous vous ferons si vous restez. »
. S’adressant à son fils puis aux deux autres shinobis, Takeshi les supplia de l’écouter.

    « Vous ne gagnerez rien à rester ici. Je vous l’assure. Partez… Pour vous …
    Yamuro. Je t’en supplie. Tu dois nous croire. Nous avons beau lutter … Je ne veux plus blesser d’enfants. Ce n’est pas ma guerre. Ce n’est pas notre guerre. Pardonne-moi… Pardonne-nous. Nous n’avions pas le choix que de te laisser. Tu aurais subi le même sort. Et … regarde-toi maintenant, bras droit de Suna, tu t’es trouvé une vraie famille *reniflement heureux* . Jamais je n’aurais pu … mon fils, si tu savais à quel point je suis désolée... »


Akina en larmes s’était trainée au fil de sa tirade. Elle revoyait enfin son fils qui se tenait là devant elle. À portée de main, elle tendit l’une de ses mains en direction du visage de son garçon. Le serrer contre elle. Rien qu’une fois … cela faisait bientôt 21 ans. Comme le temps passait vite.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samui Kirito
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyVen 26 Fév 2016 - 20:03

J'étais... inutile, totalement inutile. J'avais crée ce mur de glace pour protéger Kibo, mais cela n'avait servi à rien alors que la technique venteuse de la genin avait été efficace pour protéger le bras droit du kage de Kumo. D'ailleurs, ce fut lui qui protégea réellement Kibo. Sauf que... il fut dégagé très loin, et il n'était plus dans mon champ de vision. Ou de celui des autres acteur du terrain : il ne restait plus que nous trois. Deux genin et un bras droit face à ces deux membres qui semblaient tellement puissants... Mes jambes tremblaient, je ne savais pas quoi faire d'autre et l'homme, le père de Kibo, semblait prêt à nous tuer tous.

Malgré ma peur, je restais près à toute éventualité, je n'allais pas fuir, je ne pouvais pas abandonner comme cela. Je devais me battre, et c'était ce que je me répétais sans cesse dans mes pensées. Mais ce qui se passer maintenant, je ne l'avais pas vu arriver. Tout d'un coup, les deux inconnus semblaient se calmer, devenir moins... sanguinaires ? Je n'avais pas tout suivi, mais je comprenais ce qu'il nous demandait : de partir. Que les deux genins que nous sommes, Éther et moi, nous partions.

La proposition était tellement tentante, vraiment... J'avais peur, j'avais vu la facilité avec laquelle il avait dégagé Aomine alors, je pouvais m'imaginer la facilité dont ils feraient preuve pour me tuer. Mais, je ne pouvais pas laisser Kibo seul face à eux deux, je ne pouvais être sûr de rien. Mes jambes tremblaient encore, mais je me mis un coup de poing pour tenter de vaincre ma peur, et cela marcha ! Je serai idiot de laisser Kibo seul ici, vraiment. Je n'abandonnerai personne, et je m'avançais alors que la mère du bras droit du kage du vent commençait à porter sa main sur la joue de son fils.


Je ne partirai pas ! Surtout, et maintenant, reculez !

Je soufflais, et défiais du regard les deux membres face à moi. S'il fallait se battre, je me battrai... Si je devais mourir, je mourrai.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Hashimoto Ether
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyDim 28 Fév 2016 - 9:54



Tout se passait si vite !
L’instant qu’Ether vivait avec ses compagnons d’infortune n’avait plus rien à voir avec l’examen, et au fond, tant mieux. La jeune femme faisait face à une situation de réel danger, contrairement aux épreuves qu’elle avait surmonté au sein de son groupe. Elle le sentait ; l’adrénaline qui emplissait ses veines attestait de la véracité de cette impression. Mais malgré l’urgence du moment et des probabilités funestes de cet échange, la nomade ne pensait pas trouver sa place ailleurs. Non, elle devait être ici, aux côtés de ces gens. Si l’élémentaire voulait apprendre à se sortir de ce genre de circonstance, elle devait justement s’y jeter dedans pour comprendre. Oui, c’était dangereux, mais c’était le seul moyen. On apprend bien que sur le terrain !

Alors que le couple s’attaquait à Kibo, celui-ci demanda à parler.
Ether n’en croyait pas ses yeux ; ces humains se jetaient sur lui sans aucune hésitation, et lui décidait de ne pas se défendre et de, au contraire, discuter. A bien y réfléchir, la Gogyou savait qu’elle aurait sûrement fait pareil. Si ses parents s’étaient avérés être de monstrueux criminels, qu’elle ne les avait jamais vus de sa vie et qu’ils se pointaient un jour devant elle, qu’importe leurs intentions, la blonde aurait souhaité savoir « pourquoi ». De plus, son pacifisme la poussait à parler avant d’agir de manière inconsidérée. Mais la nomade ne pouvait pas rester là sans rien faire alors que Kibo, ce sunajin qui l’avait invitée au sein de sa demeure, vivait un instant profondément douloureux. Le Bakusho tira profit du cri d’Ether, et parvint à dévier le coup en approche. Malheureusement, un enchaînement exécuté par l’homme de la Nation, invisible aux yeux de l’élémentaire car caché par le dos carré d’Aomine, envoya le kumojin en question valser à travers ciel, disparaissant de tout champ de vision. Par Gaïa, c’était quoi ça ?! Même si la blonde n’était pas proche géographiquement parlant du camarade d’Ema, elle fit néanmoins quelques pas en arrière par pur réflexe. Il se passait des choses ici qui dépassait son imagination. Si c’était véritablement leur fils, alors pourquoi vouloir l’attaquer ? Au moment où la demoiselle eut ces pensées, une chose particulièrement intéressante se produisit.

La femme, comme piquée par un élan de lucidité, supplia son compagnon d’arrêter cette folie. Bien que cette supplique n’ait aucun effet au départ, le père changea également du tout au tout. Ether ne comprenait pas. Que se passait-il ? Prenaient-ils enfin conscience du mal qu’ils prodiguaient à leur fils en agissant ainsi ? Les humains étaient encore plus compliqués que ce qu’elle pensait. Peut-être qu’ils avaient avalés un truc de travers, et cela les avaient rendus aigris au point de vouloir tuer leur fils. Ouais, aussi… Non ! ça n’avait aucun sens. Pourquoi ? Quelque chose les rongeaient-ils de l’intérieur ? La colère, la haine, la tristesse ? Cette étrange magie qui venait de se produire sous leurs yeux, avait pour mérite de fasciner la nomade. Comment et avec quoi ? L’inconnu ? Oui, mais pour quelles raisons ? Elle voulait savoir ! L’homme finit par demander au Samui et à la Gogyou de partir, persuadé qu’ils allaient leur faire du mal s’ils restaient. Oui mais… Qu’est-ce qui leur disait qu’ils n’en feraient pas non plus à Kibo, hein ? Les lèvres de la blonde brûlaient de tant de questions au sujet de cet endoctrinement, mais le temps leur manquait assurément à bien les écouter. « Ce n’est pas sûr », « nous avons beau lutter », ces phrases prenaient tout leur sens une fois qu’on les avait bien écoutées. Oui, une force supérieure les poussait à agir de la sorte. Ah, ça devenait d’autant plus intéressant ! Kirito s’exprima quant à la « proposition » du couple de partir ; sa réponse fut négative. Il resterait ici. La blonde l’observa quelques secondes - il ne semblait pas à l’aise – et n’eut pas besoin de beaucoup de temps pour se forger sa propre opinion.
Non, elle n’abandonnerait pas Kibo non plus. Elle avait partagé avec lui le verre de l’amitié ! Celui-ci lui avait ouvert sa porte, l’avait acceptée au sein de sa demeure et offert l’hospitalité, ainsi qu’un repas en très bonne compagnie. Cela signifiait énormément aux yeux de la nomade qu’elle était. Par ses actes, le sunajin avait obtenu le respect de la jeune Ether, et était considéré à la limite d’un ami. De plus, Ema semblait apprécier cet homme plus que sa propre vie – étrange concept mais d’accord – le désespoir qu’elle subirait était inconcevable. Mais Kibo n’était pas seulement appréciée de cette femme, il était respecté de tout un village. Sa perte serait bien trop importante et cela valait le coup de l’épauler dans cette épreuve difficile. Et le mot était faible. Son éternel sourire sur les lèvres, la Gogyou fit part de sa réponse sur un ton compréhensif, respectueux et chaleureux.


« Désolé m’sieur, mais on n’peut pas partir. »

Bien qu’avenante, Ether restait toutefois sur ses gardes. A tout instant, leur folie pouvait réapparaître et il fallait se tenir prêt si cela venait à arriver.

« Vous dites qu’vous n’pouvez pas lutter, c’est faux. Détruisez c’te rage qui vous ronge, c’te haine qui vous consume ! Battez-vous cont’ c’te puissance pour reconstruire vot’ famille. Vous avez trop souffert. », un bref regard vers Kibo, « Vous pouvez êt’ fiers de vot’ fils, c’est quelqu’un d’bien. »

Ses paroles tronquées ne trouveraient probablement aucun écho, et les mots lui manquaient pour exprimer tout ce qu’elle aurait souhaité dire à ces inconnus. Mais le principal concerné était Kibo. Lui seul pourrait sûrement trouver une solution à la souffrance de cette famille. En attendant, s’il fallait se battre, alors elle se battrait. On n’abandonne pas ceux avec qui on fraternise, c’est contraire à leurs préceptes.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyLun 29 Fév 2016 - 16:17



Le père de Kibō ne semblait pas vouloir écouter son fils et continua son offensive. Notre jeune héros était toujours immobile, comme tétaniser, il avait tout de même réussi à prendre la parole, mais en vain. La frappe de Takeshi allait faire mouche lorsque soudainement, Aomine se plaça devant le bras droit du Kazekage. Le Bakushô fit office de bouclier humain et lorsque le contact eut lieu, le Kumojin fut envoyé au loin. Les choses se mettaient mal pour le trio, les deux ennemis semblaient être puissants et le seul qui pouvait leur tenir tête venait de disparaître. Si le Chasseur de Chimères ne se réveillaient pas, le couple ne fera qu'une bouchée des ninjas face à eux.

Alors que le père voulait en finir et s'occuper personnellement de son fils, voilà qu'Akina stoppa sa moitié. La Kunoichi venait de prendre conscience de la situation et interpella son homme pour éviter qu'il touche à leur progéniture. Le comportement des deux membres de la Corporation changea instantanément, comme s'ils venaient de se réveiller ou de sortir d'une illusion. L'élève de Kioshi était encore plus perturbé, mais au moins cela allait donner une chance aux deux autres de fuir. Les mots de Takeshi semblaient confirmer les hypothèses de notre jeune héros, ils étaient bel et bien contrôlés, par qui, comment et que faire pour arrêter cette manipulation ?

Le second du Yamada reprenait gentiment ses esprits, désormais, il ne devait pas combattre ses parents, mais les aider, les sauver. Il avait tant de questions, tant besoin de leur parler et il devait trouver un moyen d'arrêter cette manipulation. La mère de Kibō s'approcha de lui, tout en essayant de lui poser une main délicate sur son visage. Était-ce un piège ? Pourtant les larmes qui coulaient sur le visage de la Kunoichi étaient bien réelles. À nouveau, le Sunajin se trouva bouleversé, mais les paroles de ses alliés le sortir de ses pensées. Ether et Kirito ne voulaient pas l'abandonner et le Shûkaijin n'hésita pas ordonner à Akina de reculer.

Le bras droit du Rokudaime monta sa garde, prêt à esquiver une potentielle attaque, mais il ne recula, il avait envie de sentir cette main sur son visage.
      - Mère, que dois-je faire ?
Demanda-t-il plongeant son regard perdu dans celui en larme de sa mère.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Les Matsuno
Informations
Grade : Membres du Kaihô-sha
Messages : 12
Rang : ???

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyDim 6 Mar 2016 - 13:36



    « Akina … »
Takeshi restait immobile, se contentant de parler à sa femme en guise de réponse aux ninjas autour qui leur intimaient de reculer. Le vague à l’âme, il ne souhaitait pas amorcer de nouveaux conflits. Akina les yeux embués s’arrêta dans son mouvement, interpellée par les shinobis, son mari mais également la raideur de son fils. Reculant sa main, comme fautive, elle baissa quelque peu la tête.
    « Excuse-moi, je comprends que tu ne peux pas nous faire confiance. Après tout nous ne sommes pour toi, pour vous, que des inconnus. Rien ne te prouve que nous sommes réellement tes parents si ce n’est notre couleur de cheveux, les yeux de ton père, mon nez… »
Éclatant en sanglots, Takeshi l’enlaça comme pour la rassurer. Il devait se montrer plus fort que sa femme.
    « Yamuro, pardonne-nous, vous ne pouvez pas comprendre ce par quoi nous passons. Résister à l’emprise de la haine ? Ce n’est pas la haine qui nous contrôle à vrai dire. Depuis ta naissance Yamuro, nous sommes membres de la Corporation. Pas par choix. Mais par contrainte. À l’époque de la Grande Guerre, nous étions un duo de mercenaires respecté et craint par plus d’un. Mais notre dernier commanditaire n’a jamais souhaité mettre fin à notre contrat … Quand nous avons compris qu’il ne nous rémunérerait pas et menaçait de te prendre si nous ne continuions pas à lui obéir, nous avons choisi de fuir. À l’époque nous ne le savions pas, mais il s’agissait du chef de la Corporation. Nous avons essayé de nous cacher. Mais cela n’a pas duré. Peu de temps après ta naissance, alors que nous nous terrions à Ki no Kuni, il nous a retrouvé. Et c’est là que nous t’avons abandonné, seul dans ce pays pourtant sauvage. Pour ta sécurité. Nous lui avons fait croire que tu étais mort, lui enlevant tout moyen de pression. Et alors que nous pensions qu’il nous tuerait pour avoir refusé de nous soumettre … Il nous a réservé un sort pire que la mort … Il nous a soumis. Possédé. Contrôlé. Corrompu. Nous n’étions plus nous même à l’extérieur, et en de rares occasions quand il relâchait sa garde. Nous redevenions de nouveau ceux que nous avons toujours été. Pour l'instant, nous sommes libres de nos faits et geste. Mais je sais que cela ne durera pas. Son attention est simplement portée ailleurs pour le moment, monopolisant son chakra. Il n’y a pas de solution, si ce n’est que tu mettes fin à nos malheurs ici et maintenant...
    - ...Si … Il y aurait bien une solution. »
Akina était sortie des bras de son mari et regardait son fils, déterminée. Takeshi, lui, ne voyant pas tout de suite où elle voulait en venir, quelle solution existait-il autre que la mort ?
    « Notre clan n’a jamais été spécialement important. Mais nous étions particulièrement doués dans notre branche : le Fuinjutsu. Et parmi nos rituels que nous nous transmettions de génération en génération, un pourrait potentiellement faire l’affaire … le Cercle Primaire, une utilisation de l’énergie naturelle censée neutraliser les manifestations chakratiques … Mais aussi puissants sommes nous, nous ne pouvons l’effectuer à seulement deux … Je sais que c’est beaucoup demandé mais … peux-tu nous faire confiance. Si le rituel réussit, je te promets que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour t’aider, vous aider, à mettre fin au Kaiho-Sha et à la Corporation. »
Que choisiraient-ils de faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
Narrateur
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyMar 8 Mar 2016 - 19:06

@Samui Kirito a 12h pour poster sous quoi il sera exclu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samui Kirito
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyMar 8 Mar 2016 - 22:35

Je n'étais pas très utile, et même si combat il y avait, je ne serai qu'un fardeau, j'en avais conscience. Mais, c'était cette conscience qui m’empêchait de fuir et de laisser seul Kibo ici face à ses deux parents biologiques. Je ne pouvais pas me permettre de rester dans mes pensées, ma concentration devait se focaliser sur ce qu'il se passait autour de moi et mes camarades. J'écoutais le long discours des deux parents, tentant de comprendre ce qu'ils disaient. C'était l'homme qui prit la voix en premier lieu, expliquant à leur fils ce qu'il se passait réellement. Je n'avais pas vraiment tout compris, si ce n'est que la seule solution qu'il avait donné était de les tuer.

A ce moment là, la mère de Kibo sortit de son mutisme pour annoncer une toute autre solution. Mon oreille se fit alors plus attentive, si l'on pouvait les rendre normal sans les tuer, il fallait tout écouter. La proposition était simple : il fallait se baser sur le Fuuinjutsu, mais à deux, ils n'y arriveraient pas, il leur fallait l'aide de leur fils. Bien sûr, je pensais immédiatement à un piège mais... Ce n'était pas à moi de donner mon avis sur la question. Mon regard se posait sur Kibo, la personne à qui revenait de décider et surtout, le supérieur hiérarchique ici.

Il avait en tout cas décidé après une brève concertation : il acceptait la proposition de les aider, mais en contrepartie et surtout par sécurité, il demandait à ce que la nomade et moi se placent derrière eux, arme sous la gorge. La proposition m'allait, et ses parents n'avaient pas le choix d'accepter. Je sortis alors un kunai de ma poche, me dirigeant jusqu'à eux, prêt à placer mon kunai sous la gorge d'un des deux parents.

J'espère que vous parlez avec sincérité...

Surtout parce que là, nous étions véritablement une cible facile pour qu'ils nous tuent sans difficulté.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Hashimoto Ether
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyJeu 10 Mar 2016 - 23:38



Pourquoi les humains se compliquaient-ils toujours la vie ?
Pourquoi fallait-il que la plupart d’entre eux ne choisissent que d’écouter leurs plus vils instincts ? Et pourquoi jubilaient-ils à ce point en maltraitant leurs semblables ? Oui, il fallait se rendre à l’évidence ; même la plus douce des personnes pouvait souhaiter la douleur d’une autre, que ce soit par jalousie ou sur le coup de la colère, sans pour autant en désirer la mort. Pourtant, Ether ne parvenait pas à comprendre ce sentiment. Comment les gens pouvaient-ils se comporter ainsi ? C’était… Bizarre. M’enfin, ce n’était pas le moment de tergiverser sur les dérives et penchants morbides des Normaux. La jeune fille avait envie de croire aux larmes des parents de Kibô, mais la méfiance qui avait contribué à sa survie jusqu’à aujourd’hui était en marche. Le sunajin se laissa approcher et la nomade se tint prête à réagir si nécessaire, mais rien ne se produisit. Au lieu de ça, les parents du garçon se confondirent en excuses et en pleurs, avant de s’expliquer sur la raison de son abandon. L’élémentaire était toute ouïe, mais ne comprit pas tout. La « Corporation »… Ce mot lui disait vaguement quelque chose, mais son exacte définition lui restait inconnue. Ils parlèrent ensuite d’argent – meh – de fuite et de cachette – ah ça, elle connait très bien ! – puis de soumission et de contrôle.
Quoi ? Manipulés qu’ils étaient ? Comment ? Lorsqu’ils insinuèrent ensuite que pour mettre fin à tout cela, il faudrait les tuer, Ether eut une grimace de dégoût. Répondre à la haine par du meurtre purement gratuit ?! Hors de question ! La conversation dévia ensuite vers une seconde solution ; le cercle primaire. Kesskéssé ? Neutraliser les manif… Maaaah, c’est compliqué ! Intéressant, mais si compliqué, ce qui ne l’empêcha pas d’écouter attentivement. Marrant, elle n’avait jamais entendu parler d’une telle méthode, à croire qu’elle ignorait encore beaucoup de choses. Et ils voulaient que Kibô participe. D’accord ? Ouais mais, et si c’était un piège et qu’au lieu de stopper leur chakra à eux, c’était celui du sunajin hein ? Ou que finalement, ils décidaient de le poignarder dans le dos ? Non, l’humain ne pouvait pas être aussi mauvais… Pas vrai ?

Heureusement, Ether n’était pas la seule à ne pas trouver la situation propice à la confiance.
C’est ainsi qu’elle se retrouva à faire le garde du corps avec Kirito sur les ordres de Kibô ; un kunai sous la gorge de chaque parent… Attendez, quoi ? Un kunai sous la gorge ? Aha, non sûrement pas non, j’touche pas aux armes moi ! Surtout que la blonde n’en possédait même pas. Pas question de menacer des Autres avec l’intention de tuer, intention qu’elle ne pouvait pas avoir de toute manière. Cependant, la Gogyou s’exécuta plus ou moins. Elle rejoignit Kirito tout en laissant une distance de sécurité entre elle et son « otage » – brrr, rien que le mot la dégoûtait – histoire de pouvoir s’extirper d’une dangereuse situation si nécessaire, puis se mit en position pour les tenir en joue avec ses doigts, prête à tirer des balles fûton. Espérons que cette solution fonctionne et qu’ils n’auraient pas à faire couler le sang. Surtout pas le leur, hein, si possible siouplaît ! Le sang, ça doit rester dans les veines, pas prendre l’air oh ! D'un geste de la tête, elle acquiesça pour signifier que les genins qu'ils étaient, tenaient leur position. Kirito s'exprima et Ether ne put qu'approuver. Plus que tout au monde, elle désirait que cette entrevue se termine de manière heureuse. Si seulement la vie ne pouvait être qu'une succession de petits bonheurs... Mais non. Il faut toujours qu'un homme souhaite le pouvoir, la destruction ou la gloire, voire les trois à la fois.


"Que Gaïa nous protège.", murmura t-elle.

Cette modeste prière valait autant pour les parents que pour eux-mêmes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptySam 12 Mar 2016 - 12:50



Les tuer ? Il était hors de question de commettre un tel acte, surtout maintenant qu’il venait de les retrouver et qu’il venait d’apprendre qu’au final, ils n’étaient pas si méchants que ça, mais simplement contrôlés. Kibō voulait en savoir plus sur ses parents, mais pour cela, il devait trouver une autre solution que leur mort et heureusement, Akina eut une idée, utiliser une technique propre à leur clan pour se sortir de cette manipulation. Désormais, notre jeune héros était tout ouï, mais il n’était pas pour autant convaincu des propos des deux membres de la Corporation.
      - Très bien…
Se contenta-t-il de dire, mais il allait imposer ses conditions pour effectuer ce rituel.
      - …mais ça se fera d’après mes conditions.
L’élève de Kioshi avait déjà le plan en tête et ses deux alliés allaient participer à la réalisation de ce dernier, ils n’étaient pas partis, alors autant profiter de leur présence pour sauver ses parents ou les tuer si jamais ils décidaient de leur jouer un sale coup.
      - Kirito, Ether, placez vous derrière mes parents, prêt à les tuer si jamais ils tentent quoi que ce soit.
Le bras droit du Kazekage patienta alors que la Nukenin et le Shûkaijin se mettent en place. Le Samui sortit un Kunai, alors que la Gogyou resta à quelques mètres d’Akina en pointant ses doigts en direction de la Kunoichi, elle allait utiliser une technique propre à elle pour éliminer la mère de Kibō dans le besoin.
      - Ce n’est pas terminé, je vais vous apposer un sceau que j’activerai si les choses ne se passent pas comme prévu.
Le Chasseur de Chimères s’avança vers son père tout en lançant un regard à son coéquipier pour qu’il se tienne prêt à agir si Takeshi bougeait. Kibō allait lui placer un sceau sur l’épaule avant d’en faire de même avec sa mère, il plongea également son regard dans celui de la Gogyou pour qu’elle se tienne prête à intervenir. Une fois les sceaux placés, le second du Yamada allait se placer de sorte à former un triangle avec ses parents, pour ensuite suivre leurs instructions, mais fallait-il encore qu’ils permettent à leur fils de les marquer avec un Fûin. Cela allait être déjà une épreuve pour confirmer qu’ils ne mentaient pas et qu’ils étaient réellement prêts à venir en aide à Kibō pour détruire la Corporation et le Kaihô-sha.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Les Matsuno
Informations
Grade : Membres du Kaihô-sha
Messages : 12
Rang : ???

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyDim 13 Mar 2016 - 17:47

Soupirant légèrement alors que son fils donnait des ordres à ses alliés, ce fut Takeshi qui s’exprima en premier.

    « Je comprends et j’accepte vos mesures de sécurité … mais sachez que si nous vous voulions du mal, ce n’est pas un kunai manié par un Genin qui m’empêchera d’agir. »
Takeshi prit la main de sa femme et la serra tendrement.
    « Ni Akina. Nous restons des shinobis avec plusieurs années d’expérience. Mais c’est bien normal que vous preniez vos mesures. »
Laissant son fils poser son sceau, Akina fit de même. S’asseyant en tailleur au sol, le couple permettait alors aux deux enfants de brandir avec plus d’assurance leur arme, au lieu de devoir être sur la pointe des pieds pour être à leur hauteur.

Akina entreprit alors de tracer à même le sable au centre le symbole représentant l’unité, avant de continuer d’écrire en kanji son nom devant elle. Matsuno Akina. Son mari fit de même devant lui, Matsuno Takeshi. Ne restait que Kibô.
    « À ton tour d’inscrire ton nom … Yamuro … Il servira de réceptacle initial avant de combiner nos différentes énergies au centre et ainsi lever le contrôle. »
Hésitante, Akina semblait gênée. Par le fait qu’elle avait conscience que son fils ne s’appelait pas Matsuno Yamuro comme il l’aurait dû après ces 21 années de sa vie qu’elle avait manqué ? Il avait eu une autre famille, c’était un fait …

Les deux parents du bras droit étaient toujours main dans la main, et chacun levait maintenant leur main libre en direction de leur fils pour qu’il les prenne. Le cercle primaire allait pouvoir commencer.

    « La première étape est une étape de canalisation de notre chakra. Le but est de laisser circuler librement notre chakra sans limitation afin qu’il s’accoutume aux chakras étrangers directement en contact. »
Fermant les yeux, Akina et Takeshi se concentraient avant d’émettre une légère aura de Chakra.

    « Ferme les yeux et concentre toi, laisse libre court à ton chakra, une fois cela fait nous pourrons passer à la prochaine étape. »


* * * * *

Kibo avait imité ses parents, son aura chakratique rayonnant autour de lui, s’imprégnant du chakra de ses parents à leur contact. Sa mère retira sa main, son père fit de même.

    « Pour ce qui est des mudras : rat, bufle, dragon, lièvre et serpent. Le chakra ainsi cumulé au bout de tes doigts, déverse le dans le nom que tu as marqué, la suite devrait se dérouler toute seule et canaliser nos chakras respectifs. »
Les terminaisons des doigts des parents rayonnaient de chakra alors qu’il les apposaient sur leur prénom. Mais … Et Kibo ? Avait-il suivi le processus ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samui Kirito
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyLun 14 Mar 2016 - 11:21

Sur ce point là, l'homme n'avait pas tort. Ce n'était pas deux genins armé d'un kunai qui feraient quelque chose face à ces deux puissance, cependant ils ne devraient pas nous sous-estimer. Je ne connaissais pas les capacités de la nomade, mais je connaissais les miennes. Je ne ferais surement pas le poids face à un seul des deux, mais je savais que je pouvais en blesser un comme il faut. Les deux adultes s'assirent en tailleur, et ce fut plus facile pour moi de bien me placer avec mon kunai.

Ne nous sous-estimez pas.

J'avais dit ça, touché dans ma fierté. Attentivement, je suivais la préparation du rituel bien que je n'en comprenais pas vraiment le sens. Le fuuinjutsu était comme le genjutsu à mes yeux, je ne comprenais pas du tout cette pratique. Dans tout les cas, je surveillais d'un œil précis les deux membres de la Nation afin de voir s'il y avait un soucis dans le rituel. Il était impossible pour moi de leur faire confiance, comme mes deux camarades, mais je voulais croire en leur sincérité.

Mon regard, un court instant, se dirigea vers Ether. Je lui fis un petit sourire sincère, pas vraiment prêt à ce qui allait surement se passer, et mes yeux se dirigèrent vers les trois utilisateurs du sceau. Non vraiment, je ne voulais pas que tout capote, je ne voulais pas mourir ici, j'avais tellement de projets... Puis, j'étais trop jeune pour crever. Je n'avais que vingt ans, et il me restait énormément pour vivre encore.

Il fallait faire attention à ce que Kibo n'utilise pas tout son chakra, sinon il serait faible et si rien ne se passait comme c'était prévu, bah... les deux genins que nous étions, on ferait pas long feu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Hashimoto Ether
Informations
Grade : Genin
Messages : 372
Rang : B

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyMar 15 Mar 2016 - 11:45



Ether était étonnamment calme pour la situation, ce qui la surprenait elle-même.
La jeune fille qui n'avait jamais su rester en place ne bougeait pas. Et malgré son sourire, elle restait concentrée sur la tâche que Kibô lui avait incombé à elle et son camarade genin, Kirito. Dans un sens, la blonde éprouvait un semblant de fierté quant à son comportement ; Il signifiait que sur le terrain, elle était capable d'agir de manière raisonnée et non comme elle le faisait tout le temps au quotidien. La nomade apprenait, et plutôt vite. Elle découvrait tant de choses qu'elle n'aurait jamais pu imaginer si elle était restée cloîtrée au campement, et c'était bien plus que l'élémentaire n'en avait souhaité. En revanche, une chose était certaine, même si Kaze était son pays, son chez-elle, la demoiselle n'était pas prête à vivre au sein d'un village. Non. Ils étaient trop souvent attaqués, et amener les membres de sa tribu entre des murs seraient comme les tuer. Cependant, venir faire un tour de temps en temps, ça pas de soucis ! Mais en tant qu'errante/nukenin, pas sûr qu'on la laisse entrer à nouveau sans une bonne raison.

Fort heureusement, malgré ses retrouvailles avec ses véritables parents, Kibô ne se laissait pas amadouer et il avait bien raison. On n'est jamais trop méfiant. Les deux genins en place sur les ordres du sunajin, ce dernier put dévoiler ses conditions quant au bon déroulement de l'opération. Ether avait dû mal à obéir en temps normal, mais la situation voulait qu'elle s'exécute sans rouspéter. Au contraire, elle avait davantage l'impression de rendre service et donc d'aider, que d'agir comme un docile petit agneau. Elle se rendait utile. Pourtant, lorsque Kibô leur précisa qu'ils devaient se tenir prêts à tuer ses parents si nécessaire, Ether eut une soudaine appréhension. Et si elle devait finalement tuer cette femme, y parviendrait-elle ? Non, la Gogyou était presque certaine de ne pas en être capable, mais encore une fois, c'était sur le terrain qu'elle découvrait ses véritables réactions. Au fond, oui, elle avait un peu peur. Peur d'ôter une vie, peur d'avoir du sang sur les mains et d'en être responsable. Le seul sang qu'elle avait eu sur les mains datait d'il y a douze ans déjà, celui de Kreth qui était mort en la protégeant. Certes, c'était bien différent de la situation actuelle, mais cela restait après tout du sang.
Le bras droit prêt à faire feu, et l'autre en forme d'arc de cercle pour tester une nouvelle technique, Ether patientait bien sagement que le rituel se fasse. Les parents leur firent bien comprendre que ce n'était pas un vulgaire kunaï tenu par un genin qui les arrêteraient – ça tombe bien, elle en avait pas - ce à quoi répondit un Kirito un peu piqué dans sa fierté, qu'ils ne devaient pas les sous-estimer. L'élémentaire, quant à elle, gardait le silence. Elle n'avait pas cet orgueil qui la faisait se sentir blessée, pourquoi le serait-elle ? Bien sûr qu'ils étaient plus puissants qu'eux. Ce duo avait une expérience qu'ils ne possédaient pas, mais cela ne signifiait pas que les deux genins n'en avaient pas non plus, elle était seulement différente de la leur. C'est en ça qu'Ether avait du mal à comprendre les Autres ; toujours obligé de faire comprendre à son voisin qu'il était meilleur que lui. Le pire, c'est qu'ils faisaient ça presque inconsciemment, c'était intéressant à voir mais pas à reproduire. La nomade n'avait pas la prétention de se comparer au duo. Quel intérêt ?

Ce qui suivit ensuite fut assez flou pour la jeune fille.
Ne connaissant quasiment rien au fuinjutsu, hormis ses lectures, observer la scène fut instructif.
De ses yeux curieux, la Gogyou suivait du regard les tracés fait par Kibô et ses parents, et, fascinée, tentait de mémoriser les dessins pour pouvoir les reproduire plus tard dans son carnet. L'Ancien et ses parents seraient ravis de tout ce qu'elle aurait apprit ! Une aura brillait autour du sunajin, ce qui rendait la scène assez surréaliste mais captivante. Alors qu'elle regardait avec un réel intérêt, la nomade se sentit observée. En tournant la tête, elle remarqua que le shukaïjin lui souriait de ce genre de sourire étrange qu'ont les gens qui partent pour ne jamais revenir. Le sourire qu'avait Panthos avant de se faire exploser. Sans trop se poser de question, elle le lui rendit doucement et tous les deux reportèrent ensuite leur attention sur le trio. Ether n'était pas non plus prête à mourir aujourd'hui. Bien qu'elle avait vu énormément de choses en l'espace de quelques mois, l'élémentaire n'était pas rassasiée pour autant. Non, tout allait bien se passer, il le fallait. Ce n'était pas juste d'infliger de telles horreurs à des gens, il y a bien un moment où il faut que cela cesse. Et c'était ce moment. Le sunajin devait réussir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://llythium-art.deviantart.com/
Iwa
Asshu Maiku
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1957
Rang : C

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptyMar 15 Mar 2016 - 22:23



Tout était en place. Kibō n'avait plus qu'à suivre les instructions de ses parents. Il était assis en tailleur tout comme eux, il examina les sceaux créés par ses géniteurs, il devait les recopier, mais qu'allait-il se passer ensuite ? Un Shinobi aurait profiter de l'occasion pour ôter la vie à ses deux individus, ils avaient rejoint un groupuscule ayant apporté désespoir et mort dans toutes les nations, pourquoi les aider ? Étaient-ils réellement contrôlés ou voulaient-ils simplement prendre la vie du bras droit ? Plusieurs questions passèrent dans la tête du Chasseur de Chimères, mais son cœur avait déjà fait son choix, essayer de récupérer ses parents et ce, au péril de sa vie !
      - Yamuro…
Murmura-t-il. L'élève de Kioshi allait devoir s'y faire, il avait porté le prénom de Kibō durant toutes ses années et voilà qu'on lui apprenait qu'il s'appelait autrement. Yamuro Matsuno, il avait même un nom de famille désormais, il appartenait à un clan. Le second du village inscrit son nom comme l'avait fait Takeshi et Akina. À présent, il allait devoir prendre la main de ses parents. Les bras de notre jeune héros se levèrent, hésitants, pour venir toucher pour la première fois de sa vie, les dextres de son père et de sa mère.

Le moment de vérité se présenta enfin. Le Sunajin allait devoir échanger son Chakra sans retenu avec les deux membres de la Corporation. Par précaution, le Chasseur de Chimères laissa une petite partie de son énergie circuler et voir les effets de cet échange, perdait-il son Chakra ou était-il toujours à porter de main ? Une fois la vérification faite, il ferma les yeux et se laissa aller, le jeune homme au regard de glace sentit l'énergie de ses parents circuler en lui, la sensation était étrange, mais pas désagréable. Une aura se dessina autour de la silhouette de notre jeune héros sans qu'il ne s'en aperçoive.

Les mains se lâchèrent, alors que le bras droit du Kazekage se lança dans la dernière phase du rituel. Rat. Buffle. Dragon. Lièvre. Serpent. Les signes furent exécutés rapidement, mais avec une grande concentration. Le Sunajin posa la pointe de ses doigts sur son nom. Désormais, Kibō n'était plus maître de son destin, son Chakra allait être canalisé et soit il sauvait ses parents, soit il passait dans l'au-delà.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Les Matsuno
Informations
Grade : Membres du Kaihô-sha
Messages : 12
Rang : ???

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptySam 19 Mar 2016 - 12:14

Kibo avait coopéré et avait même inscrit à même le sol son vrai prénom Yamuro Matsuno, un membre du clan Matsuno tout comme ses parents depuis si longtemps perdus de vue… Rat. Buffle. Dragon. Lièvre…
K. Liens Da58dcd578

Serpent …
K. Liens C0585089fa

Et soudain. Le vide.

* * * * *

    « Coucou mon lapin, réveille-toi, c’est l’heure de te réveiller, le bus passe dans 30 minutes, il faudrait pas que t’arrives en retard pour ton premier jour dans ta nouvelle école. »
Akina était en train d’ouvrir les rideaux de la chambre de son fils, laissant rentrer les rayons du soleil. Déjà 10 ans, qu’est-ce que ça poussait vite. Toute souriante, elle ébouriffa les cheveux du garçonnet aux cheveux blancs comme la neige qui peinait à se réveiller.
    « Allez, habille toi et descends prendre ton petit déjeuner. »
Quittant la pièce, elle laissa la porte derrière ouverte pour que les bruits de la cuisine et la lumière l’empêchent de se rendormir. Il avait passé tout l’été à ronchonner après tout, comme quoi il ne voulait pas retourner en classe, surtout si c’était pour aller dans une école où il ne connaissait personne. Enfin bon, habillé, il descendit tout grognon.
    « Ah bah t’es enfin debout champion, tu veux quoi ? Jus d’orange ? Tartine grillée ? Prend des forces, considère ça comme un nouveau départ. »
Takeshi accueillit son fils tout sourire alors qu’il avait déjà commencé à presser une orange pour préparer le petit-déjeuner de son fils. Déjà en costard, il ne craignait pas les éclaboussures malgré le fait que pour lui aussi c’était également une nouvelle rentrée : son nouveau job pour lequel ils avaient tous déménagé. Le petit Yamuro s’assit sur la chaise, ses pieds ayant du mal à toucher le sol, hmmm ça avait l’air bon. Posant ses bras sur les accoudoirs, il passa commande à son père puis attendit. Le bruit du grille-pain retentit enfin, cependant Takeshi était maintenant dos à son fils et ne bougeait pas, les bras le long du corps.
    « Papa ? Et ma tartine ? J’vais être en retard. »
La petite voix du garçon se fit entendre et Takeshi bougea enfin. Saisissant le grille-pain, il l’arracha soudainement de la prise, le jetant au travers de la pièce. Le projectile frôla l’oreille du garçon soudainement maintenu à son fauteuil par d’innombrables sangles en cuir, ne pouvant que voir son père immobile, froid, distant, qui le regardait avec des yeux emplis de mépris.
    « Tu ne prends pas ta tartine poussin ? Dépêche-toi ça va refroidir, tu vas être en retard … »
Akina apparut aux côtés de Takeshi, tout souriante, son sourire se transformant peu après en grimace.
    « Ah mais pour cela, il faudrait que quelqu’un t’attende. Et ça ne sera certainement pas nous, puisque nous nous sommes débarrassés de toi dès que nous avons pu. Tes parents adoptifs ? Hmpf … J’en doute. Vois-tu, nous avons été tellement déçus qu’ils soient encore en vie après la catastrophe qui s’est abattue sur leur marécage que nous avons décidé de finir le travail nous même. Quand à cette gamine que tu fréquentes … et l’enfant qu’elle porte … Laisse-moi te la montrer sous son vrai jour. »
Une troisième personne apparut, la même expression de mépris suintant sur le visage.
    « Bonjour Yamuro. »
La main posée sur son ventre qui s’était arrondi, la jeune femme, affichait un rictus maléfique sur son visage.
    « Laisse-moi te présenter comme il se doit Ema … Que dis-je, Matsuno Ema. Vois-tu elle avait comme mission de s’infiltrer au sein de Suna et de se rapprocher de toi. Une fille maligne, et particulièrement douée. Mais ne t’en fais pas pour l’enfant, nous veillerons à l’élever dans les coutumes de notre clan, il ne sera pas abandonné comme toi, non, il grandira dans la douleur et le sang et sera promis à de grandes choses … tout ça pour la Corporation. »


* * * * *

    « Est-ce vraiment nécessaire ? »
Akina regardait son fils attaché sur sa chaise, les yeux révulsés, en train de subir le Genjutsu de plein fouet, s’agitant de temps à autre, ses deux coéquipiers également attachés à côté, subissant le même traitement.
    « Si nous voulons faire germer une idée, un sentiment en eux, il faut d’abord abattre leurs barrières mentales. Ce genjutsu qui exploite leurs peurs les plus intimes va faire ressortir leurs plus grandes frayeurs, leurs réactions les plus violentes, ce qui fragilisera leur psyché. Ce n’est qu’une question de secondes maintenant.»
Jiseyama attendit un peu, puis saisit la tête des deux Genins et y insuffla son ordre commun. Des agents en sous-marin. Ils agiraient le moment voulu, d’ici là, ils seraient maîtres de leurs actions. Quant à Kibo … La tâche s’avérait plus ardue … Mais également plus payante. Agrippant sa tête des deux mains, il insuffla une seule pensée vouée à germer en lui de jour en jour jusqu’au moment fatidique : Aburame Miko, Nanadaime Hokage, devait mourir.

* * * * *

Cinq corps étaient allongés autour de ce qui semblait être un cercle rituel. Certains commencèrent à bouger et se réveiller de leur mauvais rêve que s’était-il passé. Ils se souvenaient d’une lumière incandescente … et puis plus rien. Tous s’étaient réveillé ? Non. Deux corps traînaient encore, face contre terre. Takeshi et Akina. Morts. Sans visages. Emportant avec eux le secret des germes de la guerre qu’ils avaient implanté.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samui Kirito
Informations
Grade : Genin
Messages : 324
Rang : B+

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens EmptySam 19 Mar 2016 - 17:55

Je n'avais pas vraiment compris tout ce qu'il s'était passé. Kibo avait fait tout ce qu'ils avaient demandé, les signes incantatoires faits et le bras droit tombait. Inconscient. Il ne fut pas compliqué pour les deux parents de l'homme pour nous rendre hors d'état de nuire, Ether et moi. J'avais bien essayé de me débattre, mais impossible. Je tombais à même le sol, inconscient également. Faible, c'était le mot que je n’arrêtais pas d'entendre. Faible, inutile, bon à rien, impuissant. De doux mots qui traversaient mon esprit, et je voyais trois ombres. Trois ombres qui se trouvaient être mes proches les plus chers : mes parents et mon père adoptif.

Les mots que j'entendais provenaient de leur bouches, et je me voyais crier. Ce n'était pas possible, ils étaient morts et je ne comprenais pas pourquoi je pouvais les voir si distinctement. Mais, les voir me faisait du bien... C'était surtout leur parole. Mon père adoptif, Akiha, prenait la parole pour me dire que je n'avais pas réussi à le sauver de la maladie... et mes parents biologiques m'avouaient que je n'étais pas digne d’être leur fils. D’être un Samui, surtout. J'avais toujours eu ce besoin de rendre fier mes parents, et ces images me montraient que ce n'était pas le cas. Une déception, voilà ce que j'étais.

Ce cirque dura encore longtemps, une éternité selon moi. A mon réveil, je pouvais découvrir que les deux autres camarades s'étaient également évanoui... Mais, je ne me rappelais pas de grand chose. Kibo avait fait les sceaux puis une lumière nous avait aveuglé. Je voyais alors le corps des parents du bras droit, morts et sans visage...

Que s'est-il passé ?

Demandais-je alors, bien que je me doutais que Kibo ou Ether n'avaient pas la réponse à cette question. C'était purement rhétorique. Pas le temps de prendre des nouvelles, des scorpions arrivèrent vers moi me faisant part que la délégation du Shukai devait se rendre immédiatement aux portes du village.

Désolé... Je vais devoir vous abandonner, nous nous reverrons, j'en suis certain.

Je préférais ne pas poser de questions sur ce qu'il s'était passé, ne pas savoir surtout et laisser Kibo faire son deuil. Je ne le connaissais pas, et je n'étais pas parmi ses proches alors il était temps pour moi de m'en aller.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

K. Liens Empty
Message(#) Sujet: Re: K. Liens K. Liens Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

K. Liens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Actes :: Acte #6 : Révolution :: Scission-