N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 F. Les démons de la la Nation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyDim 10 Jan 2016 - 17:31

F. Les démons de la la Nation LQwsX3R

Contexte du groupe
Isagoji Dastan avait le visage livide : son village caché, son pays, ses ninjas et ses civils… Tout l’héritage de Kaze no Kuni était en guerre et tout autour de lui, il ne voyait qu’un théâtre sanglant d’une guerre civile qui touchait le monde entier. Suite à l’apparition subite d’Ichibi et des fortes soupçons d’une maîtrise importante du Fûinjutsu, le Daimyô de Kaze no Kuni avait été encadré par deux gardes sous l’ordre du Kazekage pour le tournoi de la troisième épreuve.

Mas alors que les combats débutaient dans l’arène et même à l’extérieur, un gradé de Suna frappa les deux gardes, et se prépara à trancher la gorge du seigneur avant d’être finalement terrassé par un membre du Kaihô-sha, qui disparut aussitôt… laissant alors le Daimyô du Vent seul.

Tout cela n’avait pas échappé à Kawaguchi Tsukiko, rapidement rejoint par Kawaguchi Kira qui avait fièrement perdu son combat la veille. Les deux manipulateurs du sable le savaient : le seigneur était en danger, et nombreux devaient être les Sunajins qui pensaient qu’il avait une part de responsabilité dans ce désastre.

Mais aussitôt cette réflexion faite, une boule de feu – une technique Katon qui s’était perdue – fonçait dans la direction du Daimyô. Il fallait le protéger, et l’évacuer hors de Suna !

Règles générales
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide. N'hésitez pas à exporter le code de vos techniques via votre Fiche Technique dynamique.
    Ø Le premier tour est un tour d’introduction. L’utilisation de techniques n’est pas autorisée dès votre premier post.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, vous aurez une seule et unique fois un joker de 12h supplémentaires (le Staff ne passera pas poster). Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il poste dans le bureau de SNH (www).
    Ø N'hésitez pas à utiliser le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.
    Ø En cas de soucis, vous pouvez faire une demande d’arbitrage.

Indications particulières
    Ø Les évènements se déroulent au lendemain du premier tour de la troisième épreuve de l'Examen Chûnin, alors que le premier combat du jour allait commencer, à 14h.
    Ø Vous pouvez utiliser des techniques durant le premier tour, afin de protéger le Daimyô.

Ordre des participants

Kawaguchi Tsukiko
Kawaguchi Kira

Isagoji Dastan


F. Les démons de la la Nation VLiyxHj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Konoha
Aburame Mira
Informations
Grade : Genin
Messages : 1203
Rang : S

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyDim 10 Jan 2016 - 23:45

- Dame Kawaguchi, nos différents senseurs envoyés dans le désert nous ont révélé des traces… étranges. Il y a eu une brèche dans la Sécurité.

Entre sa récente rencontre avec la Corporation et son combat contre ces mystérieux hommes en Noirs avec deux sunajins et un kumojin, sa méfiance n’avait fait que croître au point d’envoyer les dernières troupes restantes à ré-examiner de plus près la Sécurité des Lieux. Cette dernière semblait battre un tantinet de l’aile, au vu des multiples rapports fournis à la dame de Sable par ses fidèles Kawaguchi.

- Je doute sincèrement que Kioshi me prenne au sérieux. Enfin, voudra-t-il encore m’écouter après mes accusations ? Par contre … Quelqu’un peut encore m’écouter, et il doit faire attention.

Cette personne était le Daimyo du Vent lui-même. Les Shinobis de Suna, hormis ses Kawaguchi ou quelques Non-Kawaguchi, se pensaient aveuglément en sécurité derrière ces murs de sable. Ce n’était nullement le cas. Tout n’était qu’une illusion et un grand mensonge car le risque zéro n’existait pas. Enfin, à l’heure actuelle, le risque était à son sommet.

- Maintenez la sécurité dans les quartiers Kawaguchi. Au moindre ennui, je souhaite que chacun soit évacué dans les Ruines.

Cette fameuse évacuation n’allait pas tarder à s’exécuter. Après le départ de la cheffe de clan, deux messagers arrivèrent, essoufflés, indiquant qu’Ichibi aurait été vu. Le bras droit, Kawaguchi Suno, ne perdit pas le temps et ordonna l’évacuation des plus faibles. Il n’eut nullement le temps de prévenir la cheffe qui avait déjà disparu. Depuis son rétablissement grâce aux bons soins de Myouga Nozomi, la blonde ne pouvait plus tenir en place et courait dans tous les sens avec un sourire aux lèvres. Sauf aujourd’hui.

*

A peine arrivée à l’arène, non loin des loges réservées au Daimyo, elle assista aux différentes scènes. Entre les révolutionnaires qui accusaient, le gradé Sunajin qui se prit aux gardes du Daimyo, l’apparition mystérieuse d’un homme … et la solitude de Dastan. Kira qui l’avait rejoint en cours de route avait pu voir exactement la même chose.

- Daimyo-san ! finit-elle par dire en accourant à ses côtés. Il faut partir ! disait-elle, mais du ton d’un subordonné qui était encore prête à supporter les caprices du dirigeant. Cependant, très vite elle fut interrompue en voyant au coin l’arrivée d’une boule de Feu. Elle le stoppa avec un dôme sablé.

A peine avait-elle dit ces mots que le monde fut chamboulé. Tout n’était plus que Chaos. Plus d’un gradé se retournait contre un autre, plus d’un civil tombait en sang en s’égarant dans le conflit de deux Shinobis … Tsukiko devint clairement livide. Aujourd’hui, elle assistait à nouveau aux horreurs de la guerre. Plus d’un souvenir remonta avec force notamment celle où son grand-père avait été parmi ces traîtres qui ont trahi les Uchiha pour la fin de la Grande Guerre, parmi ces hommes et femmes ayant tués des frères d’armes. Aujourd’hui, le scénario se répétait : Qu’était-elle censée faire si elle avait à combattre ses pairs Sunajins ou Kawaguchi convaincu des bien-fondés de leurs idéaux ? Jusqu’où cette « Rébellion » s’était-elle infiltrée dans les rangs ?

- Kira, prend les devants. J’assure les arrières. Daimyo-san, si vous avez un quelconque talent combattif, je vous prie de le dire, disait-elle en signalant à Kira d’avancer, et en surveillant son dos. Quoi qu’il arrive, on avance. On ne s’arrête pas, qu’importe qui se dresse devant nous. La sécurité du Daimyo est la plus importante. Votre mort n’apportera qu’un autre chaos à Kaze no Kuni, conclut-elle.

Elle ne voulait pas subir la tirade du dirigeant désireux de mourir pour ses Civils, ou encore assister à la bassesse de l’être humain qui cherchera à assurer sa survie en premier. Elle préférait avoir le rôle de la Sans-cœur et avancer au plus vite pour le bien de la Nation, plutôt qu’être à nouveau la faible et docile Sunajin qui allait assister à une autre catastrophe.

Aujourd’hui, il fallait choisir le moindre mal. Et c’était la Nation, au travers de la survie du Daimyo, sur le Village …

- Direction les Quartiers Kawaguchi. Il y a un moyen de sortir de Suna et mettre le Daimyo à l'abri
, envoya-t-elle télépathiquement aux deux hommes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyMar 12 Jan 2016 - 2:20


Mon regard absent se pose sur le sang qui macule le sable à mes pieds. Mes yeux remontent la traînée carmine jusqu'à un homme qui rampe péniblement avant de s'immobiliser, une main tendue vers l'avant. Son meurtrier remarque alors ma présence et me charge sans la moindre parole. Mon bras se lève pour parer l'attaque et la tranche de mon autre main s'écrase contre sa gorge. Un coup de pied dans la trachée met définitivement fin à son existence. Tout n'est que chaos autours de moi. Les règles ont disparu et seule la loi de la jungle domine à présent. Et je me retrouve au milieu de toute cette agitation avec l'esprit embrumé...

J'ai quitté cette arène la veille. Et pas dans un très bon état. Normalement je devrais être dans un lit à l'hopital. Mais les événements ne m'ont guère laissé le choix. Rester allongé pendant les prémices de ce qui semble être une guerre civile? J'ai espéré la destruction de Suna pendant des mois, des années. Je n'allais pas rester simple spectateur. Alors j'ai fait ce que j'avais à faire: me gaver de ces petites pilules miracles contre la douleur et la fatigue. Les mêmes qu'on donne aux soldats lorsqu'ils partent en guerre. Cette drogue est une sacré saloperie. Mais ses avantages restent réels. Je ne souffre plus. Et même si je suis blessé j'ai l'impression d'être en pleine forme. Combien de temps cela durera? J'imagine que je le saurai bien assez vite...

Après m'être faufilé hors de l'hopital - je doute que les médecins auraient approuvé ma sortie - je me suis dirigé directement à l'endroit où ma cousine et une bonne partie du clan se trouvait: l'arène. Et me voici au beau milieu d'un spectacle sanglant mais pour le moins fascinant. La nation se réveille enfin! Et les imposteurs de Suna vivent leurs dernières heures. Le sourire béas que j'affiche exprime aisément le plaisir que je ressens en cet instant. Plaisir évidemment faussé par la drogue.

Une boule de feu traverse mon champ de vision et j'anticipe sa trajectoire. Je découvre alors Tsukiko ainsi que le Daimyo. Bien esseulés. J'hésite. Est-ce qu'ils ne sont pas non plus condamnés à disparaître en même temps que l'ordre? Comme de simples vestiges d'un autre temps qui n'auraient plus leurs places dans notre monde? Sans Daimyo les clans seront à nouveau totalement libres. Et sans Tsukiko je pourrais espérer tenir les rennes des Kawaguchi quelques années plus tôt... De vagues pensées qui sont bien vite chassées par ma fidélité envers les miens. Je rejoins ma cousine en quelques bonds et me réceptionne avec peine. Mon corps ne cesse de montrer ses limites malgré l'euphorie des pilules...
"C'est aujourd'hui que je vous apporterai la victoire promise, Seigneur!"
Une référence à notre première rencontre et à ma défaite la veille dans l'arène. J'ai une occasion de me rattraper. Tâchons de ne pas la gaspiller... Tsukiko me demande presque immédiatement d'ouvrir le chemin et je m'exécute avec un certain enthousiasme. Jusqu'à ce que je me rappelle qu'elle m'a confié le rôle le moins enviable. Celui de bouclier, en somme. Ha, les femmes...
"J'imagine que c'est le bon moment pour parler augmentation?"
Avec ce que je suis payé, franchement... Si je n'avais pas certains principes je ne serais certainement pas là en train de risquer ma vie pour quelqu'un d'autre. Mais là, en l’occurrence, je plaisante. Et je l'exprime par un sourire niais tandis que mes yeux vitreux se ferment à l'unisson, brièvement, dans une tentative de clin d'oeil pour notre chef suprême. J'ai jamais été très doué pour la coordination des paupières. Bah, tant pis...
"Sors de ma tête, Tsu! Y'a déjà trop de monde là-dedans!"
Non sérieux ça commence à bien faire les messages télépathiques. Si l'évolution nous a doté d'une bouche et de cordes vocales, ce n'est pas seulement pour chanter la Kazellaise! Je me masse la tempe avant de décocher un coup de pied dans le flanc d'un assaillant qui roule sur les gradins. Je m'autorise ensuite un petit regard charmeur à l'intention de ma cousine. C'est pas la classe, ça?

Deux secondes plus tard je me prends un coup de bâton à l'arrière du crâne. De quoi me faire tituber et ajouter une nouvelle bosse à ma collection. En me retournant je découvre un gamin qui semble déjà regretter son geste. Il est dans quel camp, lui? Pas dans le mien logiquement. Oui mais ça reste un enfant! Bon, remarquez... Aujourd'hui il semblerait qu'on puisse tuer qui on a envie, que l'assassinat est devenu légal.
"Dégage, le morpion!"
Mes mains se joignent et forme quelques signes. Deux secondes plus tard une tentacule de sable s'enroule autours du mollet de l'ado, le soulève et le propulse dans l'arène. J'espère qu'il sait voler! Par contre cette fois je ne recherche pas du regard l'approbation de ma cousine. J'imagine qu'elle désapprouverait. Elle m'a déjà engueulé une fois pour une simple gifle à l'intention de Mizuki. Et je n'étais même pas responsable! Alors le vol plané d'adolescent... J'sais pas, je le sens moyen!
"Ce sera trop long à pied! Allez, on embarque!" j'effectue une nouvelle série de signes pour former un nuage de sable. "Si sa Seigneurie veut bien se donner la peine..."
J'ai même pensé à créer des marches pour permettre au Daimyo de charger ses petites fesses. Reste à voir si l'autre est disposé à monter à bord ou s'il préfère se taper le chemin à pied... J'imagine que je dois leur donner une drôle d'impression. D'autant plus que je me trouve moi-même bizarre. Une explication s'impose.
"J'suis shooté, ouais! Je serais pas capable de tenir debout sinon vu la raclée que j'ai prise hier!" dur dur de le reconnaître. "Mais faites-moi confiance! Je gère!"
Plus ou moins... Aussitôt que notre suprême leader sera monté, il sera temps de mettre les voiles vers le quartier Kawaguchi et la sécurité. Reste à espérer que le ciel ne soit pas trop encombré...
Clik si tu n'as pas peur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Isagoji Dastan
Informations
Grade : Daimyo de Kaze no Kuni
Messages : 21
Rang : ???

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptySam 16 Jan 2016 - 13:10

    « Protégez le Seigneur Isagoji ! »
Toutes les armes furent tirées au clair alors qu’une silhouette menaçante venait d’apparaître au centre de l’arène. Tirant sa propre arme, ses gardes se postèrent autour de lui de sorte à le protéger de toute menace extérieure mais également des possibles traîtres parmi les sunajins chargés de sa protection. S’ensuivit un véritable capharnaüm. Il se sentait bloqué, fait comme un rat. Le mouvement de la Nation … Le chaos était tel qu’il était impossible de distinguer clairement ses alliés de ses ennemis. Quatre de ses gardes assuraient sa sécurité, le reste devait s’assurer de celle de ses conseillers et de son fidèle bras droit dans une loge mitoyenne.
    « Seigneur par ici ! »
Tournant la tête alors que deux de ses gardes affrontaient un ennemi qui venait d’apparaître devant eux, les deux autres l’enjoignirent à suivre le Sunajin de son escorte qui les appelait pour s’échapper. Courant dans sa direction, une sensation bizarre l’agita alors qu’il s’approchait. Réalisant soudainement que quelque chose clochait, il esquiva au dernier moment, évitant la déflagration dans laquelle ses deux autres hommes avaient été pris.

Empoignant son katana, il se déplaça à une vitesse fulgurante en direction du sunajin qui avait lui-même sorti son arme et lui trancha la gorge. L’homme tomba à genoux avant de s’effondrer, son apparence changeant instantanément. Un henge. C’était donc ça qui l’avait dérangé. Qui avait été le commanditaire ? Réprimant sa colère, le Daimyô de Kaze se retrouvait seul dans cette cohue. Il fallait réagir vite. Retrouver ses conseillers potentiellement, mais surtout fuir ce village de malheur.

Ses sens aux aguets, il ne remarqua néanmoins pas la boule de feu qui se profilait dans son dos alors qu’il réfléchissait à la stratégie à adopter. Se retournant, il vit le projectile incandescent à deux doigts de le percuter. Mais une barrière de sable le protégea aussitôt. Tsukiko. Rejointe immédiatement par le Genin qu’il avait déjà croisé. Pouvait-il leur faire confiance ? Dans tous les cas il n’avait pas d’autres choix. Le quartier Kawaguchi … une sortie en dehors de Suna … C’était presque trop beau.
    « Je suis versé dans les arts du sabre et … des sceaux. Vous n’aurez pas à traîner un poids mort Tsukiko je vous rassure… Je compte sur vous. Et apparemment sur votre disciple également … »
Montant sur le nuage de sable du gamin visiblement pas au mieux de sa forme, le Seigneur du Vent bouillait intérieurement. Il avait eu connaissance de révoltés au sein de Suna et en dehors. Avait même été approché. Et pourtant, il avait décidé de rester neutre, de ne rien dire à ses ninjas dans son amertume, d’essayer d’entériner la chose le plus possible le temps de la régler par lui-même « un jour ».

Nation, Ordre. Des belles foutaises. Un conflit d’intérêts et d’hypocrites. La nuage parcourut une bonne distance, évitant plusieurs affrontements et pièges. Tout cela le frustrait mais Tsukiko avait raison d’une certaine manière. Mourir ici donnerait une raison pour les extrémistes du mouvement Nation de continuer à s’en prendre aux shinobis de Suna. Il ne serait alors qu’un martyre. Le mal était peut-être fait mais s’il survivait, il pourrait rallier ceux qui n’étaient pas tombés dans l’extrémisme et éviter de déclencher une guerre civile.

Déposés dans le quartier Kawaguchi vide maintenant car évacué probablement, Dastan suivit sur quelques mètres Tsukiko avant que le trio ne soit arrêté par quatre ninjas de Suna masqués. Alliés ou ennemis ?
    « Seigneur Isagoji, nous ne pouvons vous laisser quitter Suna. Le Kazekage Yamada Kioshi, nous a explicitement ordonné de veiller à votre sécurité, et même si Suna n’est pas aussi sûre que nous le pensions, nous ne pouvons prendre le risque que vous disparaissiez. Enlevé … Ou en fuite au vu de votre potentielle implication dans tout ceci. »
La tête de celui qui devait être le chef de cette escouade se redressa vers la chef du clan Kawaguchi.
    « Kawaguchi Tsukiko, nous sommes au courant de votre animosité envers le gouvernement de Suna, mais si vous êtes aussi loyale que vous le prétendez envers le village et son pays, réfléchissez je vous en prie : ne trouvez-vous pas tout cela plus que suspicieux ? Ichibi qui apparaît à Kaze, ce mouvement Nation anti-shinobi, votre kidnapping au sein même de Suna, les capacités martiales du Seigneur Isagoji soudainement révélées au grand jour en même temps que tout ce remue-ménage. Est-ce que si cela ne vous convainquait pas, la suite vous permettrait d’ouvrir les yeux sur sa possible implication si je vous disais que depuis son arrivée à Suna, il a défié le second du Kazekage, agressé un membre de notre unité, dénigré notre village auprès des membres du clan Ketsueki qu’il a invité lui-même à Odaichi pour qu’ils ne nous soient plus affiliés et manigancé avec la Conseillère Saibogu Oniri que vous avez-vous-même accusé de trahison envers Suna ?! Demandez-vous où se trouve votre véritable allégeance Tsu… »
Sortant son sabre, Dastan avait bien compris qu’il ne s’agissait plus seulement de veiller à ce qu’il ne lui arrive rien.
    « Assez ! Qu’espérez-vous, vous, réellement ? Qu’elle m’arrête, se range de votre côté ? Êtes-vous véritablement ceux que vous prétendez être ? Des ninjas de ma propre nation s’en sont pris à moi dans les tribunes, où étiez-vous à ce moment-là ? Un pays uniquement dirigé par votre Kage faussement naïf, est-ce là le régime politique que vous espérez pour Kaze ?! Regardez-vous-même la gestion de Suna ! Un village basé sur le mensonge et la traîtrise depuis qu’il a vu le jour et qui encaisse coup sur coup intrigues en tout genre. Tous les Kages ont eu quelque chose à se reprocher depuis la création de Sunagakure no Sato ! La Godaïme semblait pourtant la plus digne de confiance, à attendre mon aval sur les sujets d’ordre mondial ou à me proposer des plans de développement pour Kaze no Kuni. Et j’aurais fricoté avec celle accusée de son meurtre ? Saibogu Oniri est venue me trouver bien avant toute cette histoire de prospectus pour me jurer fidélité alors que son propre Kage faisait courir des risques à toute la nation en profitant de son statut pour régler des petites vengeances personnelles avec Kumo, et pensant même que je n’aurais jamais vent de ses manigances avec les Kages des autres nations, comme s’il pouvait négocier seul l’affiliation de Ki no Kuni à notre nation ! Non je n'ai pas manigancé comme vous dites ! Et si j'avais voulu le faire et qu'Ichibi était sous mes ordres, j'aurais évité de me retrouver dans l'épicentre du conflit et simplement attendu que le Tanuki légendaire vienne rayer de la carte ce village qui n'est que sources de problèmes ! Tsukiko … »
Se tournant vers la Kawaguchi, le ton de sa voix s'était adouci. L'heure était au choix pour les deux membres du clan Kawaguchi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Aburame Mira
Informations
Grade : Genin
Messages : 1203
Rang : S

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyLun 18 Jan 2016 - 1:38

- Kira, non écoutes-moi …

Mais il était bien trop tard. Le Daimyo comme le jeune Genin allaient déjà conquérir le ciel sablé de Suna. Il faut dire que les pupilles de Tsukiko virevoltaient d’un lieu ou un autre, prête à arrêter le premier projectile dont le but était de les cueillir tels des petits moineaux. En parallèle, elle voyait l’état de Suna.

« C’est une catastrophe » constata-t-elle. Etait-ce la faute à Kioshi qui s’était vautré dans une Illusion de contrôle du moindre risque ou menace ? Etait-ce dû à d’autres facteurs comme la réunion de plusieurs puissances militaires ou l’amoncellement de plusieurs événements mondiaux catastrophiques ? Plus d’un frère s’entre-tuait pour d’obscures raisons et plus d’un laissait tomber le masque ou le henge à un coup de sabre mortel. Qui était qui ? Qui croyait en quoi ? Qui faisait quoi ? Voilà des questions dont les réponses ne seront jamais trouvées. « Suna ne se relèvera pas ».

La suite n’arrangeait nullement la situation. Des Ninjas masqués se présentaient au nom de Suna, et plus particulièrement se prétendant au service du Kazekage. Ils disaient qu’ils avaient pour ordre de défendre – ou plutôt surveiller – le Daimyo qui semblait être lié à trop d’événements. Il faut dire, la blonde fit un tantinet les gros yeux devant l’amoncellement : Ketsueki, Saibogu Oniri, mouvement Nation et Ichibi … Les répliques du Daimyo n’arrangeaient rien surtout vis-à-vis d’une prétendue discussion entre Kage. Quand un tel événement avait eu lieu et pourquoi le peuple n’avait pas eu vent ? Que manigançaient les ombres du Monde, encore ?

Et puis, plusieurs regards se braquaient sur elle. Il semblerait que Kira et elle-même soient la seule barrière entre le « Noir » et le « Blanc ». En somme, indirectement, on attendait à eux de choisir leur camp. D’une certaine manière, c’était le baptême de feu de l’Allégeance pour la demoiselle. Elle bouillonnait intellectuellement, cherchant à peser les pour et contre, à voir la Vérité dans ce tissu de « on-dit ». Malheureusement, le temps manquait, et elle devait faire un choix.

- Je sais que j’ai lancé une belle mode avec des accusations publiques, mais les miennes ont un fondement juste. Qu’en est-il des vôtres ? Depuis quand un Shinobi appartient à SUna, ou au Daimyo ? Nous appartenons tous au Daimyo. Le Second du Kazekage n’est qu’un naïf qui pense que tout lui est dû, comme la majorité de Suna. Le mouvement Nation prend source du rassemblement de plusieurs nations militaires et non de la simple présence d’un Seigneur, finissait-elle par dire. Où sont vos véritables preuves ? Dans un premier temps, parlons égal à égal Sunajins. Otez vos masques, c’est inhabituel du Kakumeigun d’en porter, finissait-elle par dire suspicieusement.

Quant à Ichibi, elle ne disait rien mais – si c’était vrai – et que le Daimyo contrôlait la chose, il ne valait clairement pas se mettre à dos ce dernier alors pour ne pas avoir la colère du Bijuu sur le dos. Au sens littéral.

- Plus important, s’il y a un tel besoin de surveiller, je peux m’en charger. Je vous propose d’apporter main forte à ce Chaos. Suna va devenir ruine …

En parallèle, elle ouvrait ses « sens ». Il faut dire que le quartier Kawaguchi était entièrement fait de sable et plus d’une fois elle avait foulé ces lieux de son chakra et, construit de son sable. Déjà les grains virevoltaient dans les environs discrètement, se mêlant au sable naturel. Que le mouvement suspicieux viennent des shinobis ou encore du Daimyo, elle serait avertie.

- Les Kawaguchi ont juré de protéger tout Kaze no Kuni, finissait-elle par dire. Notre rôle n’est nullement politique. Et nous avons bien failli depuis la mort de la Godaime. Un Conseil incomplet depuis bientôt un an, Ki no Kuni qui fut une sale gestion, un conflit presque déclenché pour Kumo pour une histoire obscure … Si le Daimyo est vraiment coupable, Laissons ses Conseillers juger cette affaire. Avec vos preuves. Ou, lorsque les choses se calmeront avec un senseur devant une cour de Justice. Cependant, je ne laisse pas un présumé « coupable » entre des mains « inconnus ».


Elle lança un regard à Kira. Allait-il la suivre dans cette allégeance qui finalement était la nation et non le Village ? Faisait-elle une bonne chose ou pas ?

- Daimyo-san, si vous êtes coupables de quoi que ce soit, je vous propose de me tuer sur place. Autrement, je vous poursuivrais jusqu’à votre jugement … Ou je l’amènerais moi-même, lui confia-t-elle d’un regard noir, par télépathie.

Aujourd’hui, d’une certaine façon, elle jouait l’honneur et le nom de son clan pour plusieurs générations. Peut-être même que cette allégeance choisie unilatéralement et arbitrairement allait créer des mouvements dissidents … Oui, aujourd'hui elle ne choisissait pas uniquement une couleur pour des idéaux nobles mais pour un seul objectif : grandir. Aujourd'hui, la vrai question n'était pas une question d'amitié ou d'honneur dans un monde qui se déchirait, mais une question d'opportunités. Dans quel camps serait-elle gagnante, et perdante ? Lequel avait une nuance de gris proche du blanc et non du noir ? Elle misait sur l'avenir, en somme.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyMar 19 Jan 2016 - 2:38


Voler au-dessus de la masse nous offre un répit mais également un agréable point de vue. Je juge le chaos qui règne à Suna comme un passage nécessaire vers de meilleurs lendemain. Aucune révolution ne se fait sans que le sang coule. C'est une condition presque sine qua non pour qu'elle réussisse. Il faut frapper fort, il faut frapper vite. Et ensuite s'adonner à la lourde tâche de repeupler le pays par des moyens... et bien, conventionnels. Cette pensée me fait sourire béatement. C'est simpliste, mais c'est véridique.

Nous arrivons finalement à destination: le quartier Kawaguchi. J'ai évité la plupart des obstacles se dressant sur notre chemin et j'en suis fier. Pour l'instant, malgré quelques douleurs répétées et particulièrement agaçantes dans la poitrine, je m'acquitte plutôt bien de ma tâche. Mais je remets les choses en perspective lorsque quatre shinobi se dressent sur notre route. Leur but? Nous empêcher d'évacuer le Daimyo. Je m'allume une clope, tête à moitié baissée. Puis j'adresse finalement un regard sceptique à nos vis-à-vis. Ben tiens...

Je prête autant d'attention à la conversation qui s'ensuit que mon état me le permet. L'écho des différentes voix me parviennent après un temps de latence même si j'en saisis l'essentiel. Je préfère néanmoins me concentrer sur la gestuelle de nos opposants pour anticiper une éventuelle attaque. Même avec l'aide du Daimyo, nous restons en infériorité. Bon ce détail est tout de même compensé par la supériorité des Kawaguchi sur les autres clans. Quels qu'ils soient...

Tsukiko jure clairement allégeance au Daimyo. Quelque chose que nous avons déjà fait techniquement. Les temps sont si troublés qu'il est désormais nécessaire de renouveler nos vœux. Je ne suis clairement pas aux côtés du Kazekage. Mais puis-je dire pour autant que je suis de celui du Daimyo? Il personnifie la nation. Mais en est-il digne? Et puis j'ai déjà offert ma loyauté - mouais, en théorie du moins - à Zanshi et à Tsukiko. Est-ce que j'ai encore un slot de libre pour offrir mes services sans réserve à Isogaji? Je me sens plus proche de lui que de Kioshi. Mais est-ce qu'il mérite véritablement ma confiance? L'habit ne fait pas le moine, non? Sa fonction n'en fait pas nécessairement un meneur d'hommes...
"J'ai déjà juré allégeance..." je crache un nuage de fumée. "À Tsukiko! Et comme elle décide de se ranger sous votre bannière alors je vais en faire de même!"
Simple... Je joue le type loyal mais il faut dire que la décision de ma cousine m'arrange bien. Ou plutôt que c'est la moins pire qu'elle pouvait prendre... Je ne suis de toute façon pas en état pour raisonner convenablement. Faisons confiance à la blonde. Pour l'instant je n'ai pas vraiment eu à la regretter si on excepte la fois où je me suis retrouvé à nettoyer les égouts... Toujours est-il que notre décision est prise. Et que nous nous trouvons face à quatre types qui semblent bien décidés à nous barrer le passage vers la sécurité. Je fais un pas dans leur direction et je les toise. Un combat commence bien avant que les premiers coups soient échangés. Tentons de faire un brin de guerre psychologique.
"Ok on va la faire simple! Toi, toi, toi et toi, vous êtes sur le chemin!" je désigne chacun d'eux de mon doigt. "Option numéro une: vous vous rappelez bien gentiment que le Daimyo est au dessus du Kazekage et vous vous écartez sans faire de vagues. Option numéro deux: vous persistez à faire les Kioshistes et il va pleuvoir des dents!"
Je glisse ma clope entre mes lèvres et frappe mes deux poings ensemble. Wouaaïe, ça fait mal. Rien que le choc envoie des signaux de douleur dans le reste de mon corps. J'ai peut-être pas pris assez de pilules miracles? Bwarf, dans le doute... J'en avale une poignée avant de remarquer un type un peu plus grand que les trois autres dans le groupe qui nous fait face. Je le désigne à nouveau d'un signe de la tête.
"Ok, je suis paré! Verdict les gueux? Vous vous écrasez ou on s'en occupe pour vous?"
La politique, ça m'emmerde profondément. Il n'y a rien de plus vivifiant et honnête que le langage des coups. Et pour le coup, justement, j'suis chaud patate!
De vous à moi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Isagoji Dastan
Informations
Grade : Daimyo de Kaze no Kuni
Messages : 21
Rang : ???

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyJeu 4 Fév 2016 - 0:56

Soutenant le regard noir de la chef de clan, les traits du Daimyo s’attendrirent légèrement. Elle venait de certes le menacer au cas où il représenterait bel et bien une menace pour Kaze, mais elle s’était définitivement rangée de son côté. Et son disciple avec elle. Durcissant de nouveau son visage, il raffermit sa prise sur son katana, comme préparé en cas d’attaque des quatre inconnus. Les Kawaguchi avaient choisi leur camp. Et ces soi-disant membres du Kakumeigun ?

L’homme qui avait parlé jusqu’à présent enleva son masque et le garda en main alors que derrière lui l’un de ses hommes faisait craquer ses articulations, prêt lui aussi à en découdre.
    « Pas de masque ? Vous ne fréquentez pas autant que vous le pensez nos rangs. En période de paix, peut-être nous voyez-vous à visage découvert. Mais regardez autour de vous, est-ce que toutes ces colonnes de fumée vous laissent penser que tout va bien dans le village ? … Nous ne sommes pas les méchants dans cette histoire Tsukiko, et ce même si vous l’auriez probablement souhaité au vu des accusations envers notre chef. »

Le bonhomme, un sunajin déjà vu plusieurs fois par les deux Kawaguchi à n’en pas douter, replaça son masque.
    « Et donc ? On fait quoi cap’taine ? »

Petit silence pesant. Il avait beau être seigneur de ce pays, ses propos ne semblaient pouvoir avoir aucune influence sur la décision qu’ils prendraient. Tsukiko et Kira avaient peut-être choisi leur allégeance, mais ces hommes en face avaient également choisi la leur.
    « Tsukiko-sama, nous vous laisserons passer. Placez le Seigneur Isagoji à l’abri le temps que les combats se calment. Nous vous retrouverons en temps voulu mais cette fois pas d’échappatoire. Il devra rendre des comptes à Sunagakure no Sato. Et vous aussi. »

Les quatre silhouettes s’éclipsant rapidement, ils avaient visiblement décidé de se concentrer dans l'immédiat sur les combats se déroulant dans le village, confiant leur suspect à la Kawaguchi qui criait encore et toujours son dévouement à Kaze no Kuni. Deux personnes de cet acabit seraient facilement retrouvables. Et en cas de disparition, ils les retrouveraient à n’en pas douter. La survie des civils et ninjas du village était primordiale dans l'immédiat.
    « Tschhh. »

Frustré, le Daimyô s’avouait néanmoins rassuré. Ils auraient possiblement pu les battre. Mais ils auraient dépensé tout leur chakra et n’en seraient pas tous sortis indemnes. Jetant un regard sur le garçon qui les accompagnait, le Daimyo remit sa lame dans son fourreau tout en s’adressant à la chef Kawaguchi.
    « Vous ne semblez pas spécialement convaincue de mon innocence dans cette affaire … Cependant … j’apprécie que vous vous soyez rangée de mon côté. Nul doute que les choses s’avéreront plus dures pour vous à Suna à l’avenir … Si Suna tient toujours debout une fois tout ceci terminé … »

Se raclant la gorge, Dastan continua sur sa lancée. Un début d’aveu ?
    « Je ne suis pas directement responsable de tout ceci pour répondre à vos questions en toute franchise. Mais … je n’en suis pas non plus spécialement surpris. J’avais eu vent de ce fameux mouvement Nation qui m’avait contacté pour chercher mon soutien il y a plusieurs mois de cela… Cependant, j’ai préféré les éconduire, pour repousser l’échéance du choix final concernant ma position sur Suna. Comme l’a dit ce ninja, regardez autour de vous. J’aurais possiblement pu empêcher tout ceci. Mais Suna ne l’a-t-il pas mérité d’un certain côté ? J’ai probablement été jusqu’à présent un Daimyô trop laxiste … Laissant mon village militaire prendre ses propres décisions, assumant qu’il se référerait à moi par lui-même. Mais en tant d’années, Suna a été plus d’une fois le nid d’une hiérarchie pourrie jusqu’à la moelle et semble avoir mis plus de fois le pays en danger qu’il ne l’a réellement protégé. Pourquoi aurais-je accouru pour prévenir un Kazekage qui n’a daigné me recevoir qu'après plusieurs jours quand il a commencé à entretenir des soupçons sur ma personne, que d’autres que moi et mes hommes pensions qu’il outrepassait ses devoirs ? … Oui. Je me suis aveuglé trop longtemps sur les relations entre Suna et le gouvernement de Kaze. Peut-être rien de tout cela ne se serait passé si j’avais resserré la bride de mes supposés subordonnés … »

Serrant les poings, Dastan fulminait. Des morts possiblement inutiles : ses gardes, ses conseillers, les ninjas et civils du village militaire, et même les ninjas étrangers. Mais il avait choisi de se confier. Était-il réellement responsable de tout ceci ? Et maintenant ? Reviendrait-elle sur ses paroles ? Et son disciple ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Aburame Mira
Informations
Grade : Genin
Messages : 1203
Rang : S

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptySam 6 Fév 2016 - 23:27

Elle aurait désiré être épargnée par cette Guerre Civile, et ne pas avoir à se battre avec des compagnons d’armes, ou des frères d’arme si l’on voulait. Malheureusement, ces quatre Shinobis mystérieux qui se proclamaient du Kakumeigun risquaient de la confronter à cette détestable situation. Déjà Kira ou encore un autre membre du Kakumeigun semblaient parer à une éventuelle confrontation …

« A quoi bon mettre un masque si on dévoile son vrai visage tout le reste du temps ? » se demanda-t-elle en tant que diplomate débutante. Elle avait vite appris une chose : on ne pouvait délaisser ce masque qu’à la condition d’en porter un nouveau, et jamais remettre le même masque ! Cependant, voilà des questions déplacées dans un contexte un brin explosif. Autant dire, elle gardait le silence, et attendait la suite avec une grande impatiente.

Et la sentence tomba. Et elle put respirer.

- J’assume mes décisions
, se contenta-t-elle de dire avant que les quatre Shinobis ne s’éclipsent. Je suis bien curieuse de connaître mon « crime », et davantage ma « sentence ». Ils vont me réduire au grade de Chunin ou, pire, au grade de Genin ? marmonnait-elle un tantinet en levant les yeux au ciel, les traits très ironiques.

Le Kazekage pouvait penser avoir les pleins pouvoirs sur tous ses Sunajins mais, la vérité était la suivante : c’était lui qui était subordonné à son peuple, et plus particulièrement aux chefs de clan. Il suffisait que ces derniers changent d’allégeance pour que toute une force disparaisse. Plus important, comment pouvait-on punir un chef de clan sans une preuve ou un motif légitime ? Il risquait de souffrir du courroux du clan entier. Ou tout simplement se couvrir de ridicule. Eh oui, la petite blonde était parfaitement sereine : elle défendait celui qui devait être défendu. Et s’il était coupable de quoi que ce soit, elle sera la juge dès lors et le proclamera haut et fort au peuple.

- Allons vous mettre à l’abri, avec les autres rescapés
, finit-elle par dire.

Elle fut bien vite arrêter dans son élan par le long discours du Daimyo. Un sourire amer se dessina sur le coin de ses lèvres : encore une chose qui avait échappé à tout Suna. Ce petit point du désert était tellement obnubilé par ses propres intrigues, qu’il en oubliait tout le reste du monde. Si seulement le village avait été davantage à l’écoute de ce vaste monde, peut-être que les choses auraient été différentes. Toujours des « Si » ou des « peut-être ».

- La prochaine fois, Daimyo-san, n’hésitez pas à prendre des décisions. Quelles qu’elles soient, un sacrifice sera presque toujours nécessaire. La véritable question est quel sacrifice choisir. Ne laissez plus autrui ou le destin en décider pour vous. Assumez ce que vous êtes : un Daimyo, dit-elle durement.

Et quelle que soit les décisions de cet homme, elle devra le suivre … tant que cela ne nuisait pas à son clan ou au pays. Et, grande surprise, la demoiselle s'inclina respectueusement devant lui.

- Je vous conseillerais de me suivre dans ce fameux tunnel d'évacuation, et rejoindre quelques membres éminents du village et du Pays, en attendant que le Kazekage et ses Conseillers vous rejoignent pour mettre en place un plan de guerre. Cependant ... Vous êtes le Daimyo, celui qui ordonne. Et je suis une Shinobi, celle qui vous obéit.


Par contre, Qu'il se dépêche de se décider.

Pourquoi un tel changement d'attitude ? En ce jour chaotique, elle avait fait un choix, soit obéir au Daimyo, et elle se devait d'assumer. Et elle doutait franchement qu'obéir au Daimyo puisse cohabiter avec "ordonner au Daimyo". Certes, c'était un coup "dur" à son orgueil et à sa fierté, mais c'était nécessaire pour ... beaucoup de choses : prouver qu'elle respectait sa parole, gagner la confiance du seul homme apte à l'aider dans ses nombreux projets et assumer entre autre un avenir flou qui pourrait être mis à mal par un énième complot mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyMer 10 Fév 2016 - 1:09


J'essaie de ne pas montrer mon soulagement lorsque nos vis-à-vis nous libèrent le passage. Un combat aurait certes été amusant - bien qu'un peu suicidaire vu mon état - mais nous aurions du y sacrifier de précieuses minutes. Voir plus. L'opération "Sauvons le big boss" se présente plutôt bien finalement. Le Daimyo sera en sécurité dès que nous aurons atteint le tunnel et la suite ne sera qu'une simple formalité. Ou devrait l'être, en théorie. On ne sait jamais quelle tuile peut nous tomber sur le coin de la gueule. Mais notre trio a suffisamment de ressources pour faire face à l'imprévu. Je crois.

Je ne peux m'empêcher de tiquer quand l'un des types en face de nous annonce au Daimyo qu'il devra rendre des comptes à Suna. La bonne blague. Il y a un problème majeur dans ce village: la compréhension de la hiérarchie. Je ne sais pas à quel moment la plupart de ses habitants ont oublié qu'Isagoji était la plus haute autorité de la nation. Une purge s'avère plus que jamais nécessaire. Mais j'imagine que ça peut attendre... Je me contente donc de lâcher un soupire agacé. Tsukiko, de son côté, semble également apprécier l'ironie de la chose.
"Tu pourrais aussi être rétrogradée Aspirante..." l'idée est plaisante. "Du coup tu resterais ma cheffe de clan mais je serais ton supérieur hiérarchique. Ce serait... amusant!"
Un sourire s'installe sur mes lèvres tandis que j'apprécie les perspectives que ça engendrerait. Je crois que j'en profiterais sans modération. Mais ma cousine me ferait payer mes abus d'autorité lorsque nous serons dans le cadre clanique. Perspective peu réjouissante. Je n'ai pas oublié les égouts de Suna. Et je ne tiens pas particulièrement à réitérer l'expérience...

Le Daimyo, lui, est plus pragmatique. Il reconnait son laxisme et me surprend par la même occasion. Je ne m'attendais pas à une telle confession. Et encore moins en ces circonstances. Ceci dit il a parfaitement raison. Suna représente un problème pour la nation et ce davantage depuis que ses bienheureux citoyens ont décidé de confier leurs avenirs au clochard. D'une certaine façon ils méritent ce qu'il leur arrive. Et leur sort m'indiffère totalement. Les flammes peuvent être purificatrices. Mon seul regret c'est de ne pas pouvoir savourer ce spectacle à sa juste valeur.
"C'est pas vraiment le moment de refaire le monde!" non mais ho! "Vous avez été sacrément laxiste, ouais! Il aurait fallu intervenir dès le moment où le Yamada a été élu! Franchement, vous vous attendiez à quoi? Ce bouseux est à peine capable de distinguer sa gauche de sa droite!"
Ouais ok, j'exagère. Mais la liste des erreurs du Kage est si longue qu'elle donne le vertige. Et la nation en paie aujourd'hui le prix. Car si c'est le village qui brûle c'est également Kaze qui est touché. Tout ça parce que l'autre folle a voulu s'essayer à la démocratie. Mêler ce principe à la rigueur militaire et vous obtenez.. ça! Un village plus épris par la chair que le devoir...
"L'avantage c'est qu'on va sauver vos fesses et que dès votre retour à la capitale vous pourrez prendre les mesures qui s'imposent!" j'appuie mon regard. "De vraies mesures!"
Du genre exterminer les Yamada et tous les fidèles de Kioshi. Il faut faire le ménage! Nous voici au tunnel d'évacuation et Tsukiko "conseille" à notre supérieur de s'y engouffrer. Je suis bien conscient de son rang et respecte autant que possible son autorité. Mais prendre des pincettes en de telles circonstances...
"Ouais enfin ce qu'elle essaie de dire c'est qu'on va par là, point!" je prends la tête de notre petit groupe. "C'est pas le moment de traîner dans les parages! Qui m'aime me suive!"
La fraîcheur apaisante du tunnel m'enveloppe rapidement et m'arrache un frisson. Mes blessures semblent se réveillent à cause du changement soudain de température. Je grimace, peste, puis crache un peu de sang sur le côté. J'te jure... J'espère au moins qu'on aura droit à une augmentation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Isagoji Dastan
Informations
Grade : Daimyo de Kaze no Kuni
Messages : 21
Rang : ???

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyVen 12 Fév 2016 - 23:42

Qu’il assume ce qu’il était … hein. Ces paroles eurent l’effet d’une gifle mentale monumentale. La blonde n’avait pas mâché ses mots, mais ce n’était pas ce qu’il attendait d’elle. Sa franchise et sa volonté étaient les principales raisons qui l’avaient poussé à lui faire confiance.

Écoutant posément les paroles de chacun des Kawaguchi à mesure qu’il reprenait conscience de sa position actuelle, la poigne du seigneur s’affermit sur le pommeau de son arme. Ils avaient raison. Le bilan fait, il était grand temps pour lui d’effectuer des changements radicaux dans tout ceci.
    « Oui allons-y. »

S’engouffrant dans la fraîcheur du tunnel, il laissa la cité derrière lui. Les couloirs étaient déserts, les Kawaguchi déjà évacués avaient visiblement pas mal d’avance sur eux. Quant à attendre ses Conseillers … Le choix s’était posé. Il n’était pas le genre d’homme à laisser les siens derrière. Mais même si ses propres gardes avaient failli à leur tâche car il avait été une cible privilégiée dès le début des hostilités, il avait bon espoir que le reste de sa troupe s’en sorte mieux. Ils pouvaient les attendre certes mais qui sait qui seraient les prochains à les rejoindre ? Le trio devait d’abord rattraper les autres Kawaguchi qui seraient -il l’espérait- tout aussi fidèles à sa cause et à celle de la jeune femme qui s’était proposée comme Conseillère de Kaze.
    « Ils nous rejoindront en temps voulu. Il est en effet temps que je prenne mes responsabilités, et pour ce faire, il vaudrait mieux d’abord éviter de se retrouver coincés entre deux feux. »

Voyant le gamin cracher du sang durant leur course, Dastan plissa des yeux. Serait-il assez solide pour la suite si les choses se corsaient ? Il avait quelque peu morflé la veille, et même s’il ne semblait pas vouloir l’admettre, la tâche rouge qui venait de fleurir sur son habit au niveau de son flanc droit semblait témoigner du contraire.
    « Attend petit. Peut-être que je pourrais faire quelque chose pour ça même si mes connaissances médicales ne sont pas très poussées. »

S’approchant du Kawaguchi, le Daimyo apposa un sceau sur la nuque du garçon, sceau dont les branches s’étirèrent immédiatement sous les vêtements du souffrant.
    « Rien de très poussé rassure-toi. Le sceau servira de garrot le temps que l’on te trouve un médecin plus compétent. »

Donnant une petite tape dans le dos de leur guide et un signe de tête à Tsukiko, le trio repartit en courant dans le tunnel qui ne semblait jamais finir. Toujours rien. Devait-il piéger d’éventuels poursuivants ? Non, trop dangereux de condamner un tunnel d’évacuation. Il n’avait beau pas apprécier la politique de Suna, il ne sacrifierait pas ses habitants, et surtout pas de façon si égoïste et paranoïaque. Il avait jusqu’à présent toujours dirigé ses troupes. Le seul changement qu’il devait effectuer consistait à montrer aux Sunajins qu’ils étaient sous son commandement, qu’ils faisaient partie de ses hommes. Reprendre l’affaire d’une poigne de fer.
    « GAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH. »

Le long hurlement inhumain fut soudain en plus de venir accompagné d’une secousse à déterrer un mort. Se couvrant les oreilles un bref instant devant l’intensité du cri et le trouble qui l’agita, le Daimyô tira son sabre au clair … Que … Une lampe s’écrasa au sol derrière eux, devant eux une poutre céda, et partout autour le sable commençait à s’effriter. Non … Ce n’était pas possible. Le plafond se craquela subitement tout autour d’eux avant de s’effondrer pour laisser passer les rayons du soleil. Saisissant le garçon par le col, il le tira en dehors de l’éboulement dont il fut probablement en majorité protégé par la chef de clan. Ils étaient saufs, sortis du tunnel, à deux pas du creux nouvellement créé dans lequel s’était engouffré le sable du désert, sous le soleil ardent du pays. Mais ni le tunnel ni le soleil ne l’intéressaient réellement pour le moment non, son attention était entièrement consacrée à la gigantesque silhouette qui les dominait de toute sa stature, et à ces yeux emplis de cruauté qui les regardaient emplis d’une étrange satisfaction malsaine. Les yeux d’un démon.
    GAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ichibi
Informations
Grade : Bijû
Messages : 5
Rang : ?

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptySam 20 Fév 2016 - 19:54

Il avait rampé de l’autre pays jusqu’à sa demeure : le grand désert aride de Kaze no Kuni. Mais ayant d’abord eu à repousser l’insecte Konohajin qui s’était montré face à lui quelques temps auparavant, il ne pouvait ignorer l’incroyable masse de chakra et d’êtres vivants qui semblait s’être logée dans une sorte de cité. Une cité dans son désert, il ne pouvait pas le tolérer, et quel que soit le nom choisi par ce village en sable, il devait être balayé.

Si la motivation d’un Bijû restait la destruction et l’affirmation de leur supériorité, ils avaient chacun leurs plaisirs et dégoûts personnels. Et le désert ne pouvait être habité par tout un peuple ou davantage. Non, personne ne pouvait s’installer là où Ichibi allait enfin pouvoir régner à nouveau.

Son bras balaya la première construction qu’il vit, à savoir ce tunnel pourtant bien enseveli sous le sable. De là en ressortirent trois insectes. Mais il ne fallait pas se méprendre : malgré la différence de taille monstrueuse entre le démon et les trois petits hommes ne l’empêchait pas de discerner les visages.

Sa queue fit presque le tour de son corps et se leva au-dessus des trois humains. Même s’ils s’étaient séparés – de leur point de vue – l’immensité du membre d’Ichibi faisait qu’en s’abattant il les toucherait tous les trois. Il rugit au même instant, avant de gonfler ses joues.

Et lorsqu’il relâcha l’air comprimé sous ses joues, une sphère Fûton impressionnante décolla. La direction ? Suna, le village caché du Sable, qui était à un kilomètre à peine.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Aburame Mira
Informations
Grade : Genin
Messages : 1203
Rang : S

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyMer 24 Fév 2016 - 21:34

Quelle était la probabilité de survie d’un Shinobi face à un Bijuu ? Nous pouvons supposer « Nulle ». Il y a un adage qui disait que la vie était courte, un autre qui disait que celle d’un Shinobi davantage et pour finir, ce nouvel adage crée pour l’événement : la vie d’une personne rencontrant un Bijuu ne tenait plus qu’à du miracle. Effectivement, inconsciemment, la petite blonde resta figée et bouche bée devant l’immondice de sable, de terre, de chair et de pouvoir qui se dressait devant eux. A priori, et malgré l’urgence de la situation, elle bougeait à peine. Elle ne réagit que lorsqu’elle sentit le sol bouger sous ses pieds : c’était une plateforme de sable, faite par Kira, afin de les éloigner de l’attaque d’Ichibi. A contrecœur, elle devait l’admettre : elle lui en devait une, dorénavant. Elle espérait qu’il n’en fera pas grand cas, plus tard, s’ils survivaient.

« Je promets de faire le plus grand aumône possible, et de me souler jusqu’au matin … » se promit-elle. « Bien, une chose est sûre : cette chose n’est pas sous l’emprise du Daimyo, sinon il ne nous attaquerait pas ».

Elle entendit non loin un « occupez-le » à son égard. Elle acquiesça candidement la tête avant de pâlir dangereusement, et lancer un petit « euh » bien timide face au monstre. Toujours est-il qu’elle était une Shinobi, et elle retrouva bien vite ses capacités et sa concentration : on lui avait attribué un rôle, elle allait l’accomplir. Elle jaugeait rapidement son chakra. Verdict ? Elle ne risquait pas d’en avoir assez pour assurer sa protection, celle du groupe et terrasser le démon ! Il fallait faire un choix, et très vite …

- Kira, tu restes à mes côtés avec ce nuage-là. Tu vas nous faire tournoyer autour, je vais le distraire ou le piéger pendant que le Daimyo tente quelque chose. , ordonna-t-elle.

« Chien, cheval … » susurra une petite voix intérieure. C’était clairement des mudras, qu’elle ne tarda pas à exécuter machinalement, sans réflechir. On pourrait croire que les Mudras qu’elle faisait aller donner lieu à de belles démonstrations de sable, mais que nenni ! Kira ne reconnaitrait nullement l’enchaînement, et c’était totalement normal : c’était deux techniques d’eau et de vapeur qui se matérialisaient sous les yeux de la petite. Ainsi donc, à l’insu d’Ichibi, des geysers cachés sous le sable se formaient tout autour, et plusieurs projectiles d’eaux lancées à très grandes vitesse atterrissaient sans pitié et merci dans les yeux du Démon.

- Il fait quoi, là ?
Demanda TSukiko à Kira lorsque le Démon gonflait et gonflait les joues.

Connaissez-vous l’histoire des trois petits cochons, et du grand méchant loup ? Eh bien, voici un remix, mais avec les mille petits Shinobis et le Démon.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyJeu 25 Fév 2016 - 6:16


Ichi... Ichibi?! On ne peut pas vraiment dire que cette journée est avare en surprises. Et pour le coup en voici une de taille. Dans tous les sens du terme. Mon regard remonte lentement des pattes du Bijuu à sa gueule béante. Je croise finalement celui du Démon et je sens un frisson m'envahir. De peur, bien sûr. Mais également d'excitation. Je vénère Ichibi, allant régulièrement faire des offrandes à son Temple. À mes yeux il est le Père du Désert, son Dieu vivant. Et jamais je n'aurais pensé pouvoir poser les yeux sur lui de mon vivant. Et encore moins être digne de son intention...
*Ce regard...*
La divinité semble nous dévisager, nous analyser. Nous ne sommes sûrement que des insectes à ses yeux. Des mouches qui peuvent au mieux se révéler gênante. Et encore... Une ombre magistrale se dresse alors devant le soleil et je fronce les sourcils en reconnaissant la queue du Bijuu. Dressée et prête à frapper. Je réagis alors instinctivement et mes doigts forment des mudras sans que je m'en rende vraiment compte. Le sable s'agite alors à mes pieds puis se soulève en un nuage qui nous fait rapidement gagner de l'altitude et éviter l'attaque ainsi que la majestueuse gerbe dorée qui résulte du choc.

Tsukiko profite de cet instant de battement pour me donner ses instruction: me concentrer sur l'esquive et lui offrir une relative tranquillité pour lui permettre d'attaquer. Le tout pendant que le Daimyo l'épaulera ou prendra les choses à son compte. Difficile d'évaluer son niveau puisque je ne l'ai pratiquement pas vu combattre... Le plan de ma cousine est sensé. Logique. Mais il ne me convient pas. Mon envie de protester est étouffée lorsque je découvre une nouvelle facette des capacités de Tsukiko. Un... geyser? Ici, en plein désert? Si je suis bien certain d'une chose, c'est que cette faculté ne relève pas uniquement du Sunaton. Qu'est-ce qu'elle a encore été inventer? Toujours est-il que je profite de sa question pour exprimer enfin mon opinion. Et ce malgré la douleur toujours présente malgré les soins bienvenus du Daimyo.
"Ce qu'il fait? Ne le vois-tu pas? Il purifie le désert, Tsukiko!" je la saisis par les épaules tout en m'exprimant avec le plus parfait sérieux. "Il détruit Suna! Ichibi doit y parvenir! Et nous devons l'aider! Pour Kaze! Pour Ji! Mais aussi - et surtout - pour notre clan! Les Kawaguchi ne retrouveront jamais la place qui est la leur tant que ce village et ses dirigeants perdureront!"
Cette occasion, je l'attendais depuis des années. L'apparition inespérée d'Ichibi me conforte également dans l'idée que ce jour est le jour de la délivrance. Notre clan étant en grande majorité à l'abri grâce au tunnel d'évacuation du quartier Kawaguchi, Suna ne contient plus la moindre âme vivante méritant d'être sauvée. Et mieux encore: en même temps que la majorité des shinobis des autres clans de Kaze, l'attaque frappera également les délégations étrangères présentes pour l'examen. Tous les éléments sont rassemblés pour faire de la fin de ce pathétique village un événement des plus merveilleux...
"Je ne me laisserai pas tuer par Ichibi, c'est évident. Mais je ne ferai rien pour l'empêcher d'accomplir son oeuvre." je prononce ces mots avec le plus grand sérieux. "Et vous non plus!"
J'effectue alors une nouvelle série de Mudras et tend les paume vers... le Daimyo. Du sable quitte alors mon nuage pour venir former deux petites sphères qui fusent sur le dirigeant de Kaze. Il semble évident qu'il souhaite lui aussi faire obstacle à Ichibi. Et si je ne peux sûrement pas me mesurer à lui dans mon état je peux au moins le distraire suffisamment pour l'empêcher d'intervenir efficacement...
clik:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Isagoji Dastan
Informations
Grade : Daimyo de Kaze no Kuni
Messages : 21
Rang : ???

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyMer 2 Mar 2016 - 1:09

Ils furent immédiatement déplacés. Transportés. Le garçon avait visiblement de bons réflexes. Le démon commençait à aspirer l’air environnant, gonflant alors ses joues. Que … Suivant le regard du démon, le Seigneur constata avec horreur la cible plus que vraisemblable du Démon.
    « Occupez-le, je vais tenter quelque chose ! »
Dégainant son sabre, il appliqua sa main libre sur la pointe de l’arme, se préparant à sauter sur le démon une fois qu’ils seraient suffisamment proches. Concentré sur celui-ci, il écouta à peine le début du discours du Kawaguchi qui parlait dans son dos à sa cheffe. Sautant à point nommé sur le démon, l’apostrophe du gamin le fit douter et alors qu’il se retournait, deux petites explosions de sable le frappèrent au visage, l’obligeant à se protéger à l’aide son bras. Que … Mais déjà il atterrissait sur Ichibi.Cependant c’était bien trop tard. L’énorme attaque venteuse venait de prendre la direction de Suna à une vitesse folle.

Resserrant la poignée de son épée, il ferma les yeux un bref instant -finissant de l'épousseter- avant de les rouvrir déterminé. Non. Il protégerait les Sunajins et les forcerait à reconnaître son autorité de gré ou de force. Cependant il savait qu’il fallait être bien naïf pour penser espérer survivre face à Ichibi en comité si restreint… Sa cible était vraisemblablement Suna, mais il n’hésiterait à les balayer si besoin était.

Concentrant son chakra dans la plante de ses pieds, appuyé par les déstabilisations de Tsukiko, il se précipita en direction de la bouche de la créature. Il ne fallait pas qu’elle puisse continuer à bombarder le village. Celui-ci ne s’en relèverait pas. Constatant ce qui laissait supposer une deuxième attaque identique à la première, Dastan attendit le moment fatidique ou la bestiole fermerait ses lèvres pour tracer une croix à l’aide de son katana. Le Fuinjutsu d’entrave se déploya immédiatement. Sautant en arrière, le Seigneur du pays du pays se dressait à présent entre la divinité et ce village qui s’était pourtant révélé n’être rien d’autre qu’une déception accumulant les insubordinations.

    « Dis moi Démon, depuis quand le grand Ichibi ploie t-il devant une poignée de rebelles ? Moi Isagoji Dastan, seigneur de ce pays qui te vénère, à l’image de ce garçon, te le demande. Fais demi-tour, cette guerre n’est la tienne. »
Mais était-il réellement possible de discuter avec un Bijuu ? L’entrave ne tiendrait pas s'il décidait de la rompre. Il fallait réfléchir à autre chose. Pouvait-on possiblement espérer un soutien prochain du reste du clan Kawaguchi ? D’autres sunajins s’étant enfuis tout comme eux ? Pour le moment ils étaient en tout cas dans une situation plus que délicate.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ichibi
Informations
Grade : Bijû
Messages : 5
Rang : ?

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyMer 9 Mar 2016 - 0:43

Ces misérables insectes avaient échappé à son attaque, hmmm pensaient-ils l’arrêter comme cet autre microbe qu’il avait affronté la veille ? Il les chasserait bien assez tôt, pas de quoi s’occuper d’eux. Et pourtant les insectes l’attaquèrent. Lui. Le Tanuki que l’humanité avait craint pendant des siècles. Pour qui se prenaient-ils. Se protégeant des projectiles avec sa queue, une attaque venant d’en dessous le déstabilisa néanmoins, le temps pour un autre moustique de courir le long de son corps et de l’égratigner à peine avant de s’enfuir comme un lâche

L’écoutant parler, Ichibi éclata d’un rire gras, surpris néanmoins par une résistance au niveau de sa gueule. Sûrement l’égratignure.

    « Ahahahah. Que dis-tu petit humain ? Toute guerre est mienne car ceci est ma terre, non la tienne, minable. Tu oses me donner un ordre ? À moi ? Shukaku, maître du désert ?! … GAHAHAHAH ! Peut-être que c’est toi que j’écraserai avant de faire de même avec ces pathétiques fourmis qui se pensent à l’abri derrière leurs hauts murs. GAHAHAH. »
Continuant son rire tonitruant, sa gueule acérée formait un rictus terrifiant alors que ses yeux scintillaient d’un plaisir sadique après tant d’années à sommeiller.

    « Mais tu n’en vaux pas la peine. Un adorateur dis-tu ? Où es-tu petit être de chair ? Tue cet homme si tu n’aspires en effet qu’à me servir et je te laisserai vivre. Pendant ce temps, je raierai de la surface du désert ceux daignant s’approprier mon territoire. »
Ouvrant la gueule bien haut, l’air autour sembla de nouveau comme aspiré … Une nouvelle attaque fûton dévastatrice ? Non … Une orbe se formait. Une orbe maléfique, sombre qui grossissait à vue d’œil, et au vu du chakra qu’elle dégageait, cela n’annonçait rien de bon pour Suna. Si les Kawaguchi et le Daimyô avaient comme désir de protéger Suna, c’était maintenant ou jamais qu’ils allaient devoir faire leurs preuves sinon Suna risquait de définitivement disparaître…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Aburame Mira
Informations
Grade : Genin
Messages : 1203
Rang : S

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyMer 9 Mar 2016 - 22:30

« Tout est réel … Tout est réel ».

Les séquelles laissées par la vieille Kawaguchi ne ressortaient que dans ces moments « extrêmes » : entre un Démon qui amassait une force monstrueuse, un Kawaguchi qui gênait un Daimyo, et le Daimyo qui peinait à « blesser » le Démon … il y avait de quoi se dire qu’elle nageait dans un pur délire, ou une illusion. Elle s’en mordit douloureusement la langue, au point d’en être endolorie.

- FERME-LA !
finit-elle par hurler à Kira. TAIS-TOI !

Il fallait du « silence ». Malheureusement, c’était trop demandé que la lugubre voix du colosse des Sables s’éleva : il ordonna à Kira de tuer le Daimyo. Ses yeux bleus azurs n’étaient plus que deux immenses billes bleues dans des orifices faciales. « Non » était le seul mot qui résonnait dans son esprit, et à répétition. Elle pourrait en faire une composition de deux heures, addictif. Elle gagnerait beaucoup, elle était certaine.

- NON ! NON ! Ne l’écoutes pas ! Ne ruines pas mes efforts ! Hais les Sunajins, mais c’est notre seule force militaire. Sans ça, les Kawaguchi et tout le reste dont je me suis cassée le cul à évacuer vont n’être que pâture à l’Empire ou à une autre puissance. Ce daimyo, ce n’est pas ces shinobis manchots qui ne comprennent rien à la politique. CE daimyo, c’est notre ticket… Choisis si tu veux rester dans la cour des petits, ou venir dans la cour des grands.

Malheureusement, c’était déjà une trop longue tirade. A bien réfléchir, c’était déjà trop tard : elle n’avait pas assez de chakra pour stopper une telle chose. Suna allait être détruit, et elle allait à nouveau – et encore – assister à un malheureux événement qui mettait fin à tous ses projets. Effectivement, si on remontait le temps, c’était un désir profond d’aider Kaze no Kuni au travers de divers projets – train, serres, irrigations, meilleures défenses, meilleures rayonnements technologiques …- mais tout a été anéanti suite à une stupide erreur de sa part et surtout suite à la mort de Zanshi. Dès lors, elle n’avait été qu’une pauvre Chunin, sans droit à la parole.

Aujourd’hui, quand elle avait à nouveau une chance de rendre les choses meilleures, en reprenant ses projets – et en ajoutant la gloire du clan, et de sa personne – tout tombait à l’eau par la faute d’une légende qui aurait dû être une légende.

- C’est un cauchemar …

Voilà ces derniers mots avant l’attaque du monstre. Car , sincèrement, elle ne savait pas du quoi faire. Kira n’avait aucune compétence réelle … Quant Au Daimyo, elle ne savait rien de lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyJeu 10 Mar 2016 - 21:29


La beauté de l'instant présent est souvent difficile à saisir. Et davantage encore à apprécier. Je mets une main en visière et plisse les yeux tandis que j'essaie de savourer les conséquences de l'attaque d'Ichibi. Mais Suna est loin. Et cette tempête de sable n'est guère favorable à l'observation. Je ne peux qu'espérer que les morts se comptent déjà par centaines. Les hurlements de Tsu me reconnectent à la réalité et me tirent de cette contemplation aussi merveilleuse qu'inachevée.

Elle panique ou quoi? Ce n'est pas le moment! C'est peut-être ça la différence entre elle et moi: elle doit constamment réfléchir aux conséquences de ses futurs actes avant d'agir. Moi, je fonctionne à l'instinct! Et mon instinct ne me dit pas seulement que Suna doit disparaître. Il me commande de faire en sorte que ça arrive. Mon honneur? Mon allégeance à Tsu? Ces concepts n'ont pas leur place dans un moment historique comme celui-ci. Au diable Tsukiko et ses principes. Il est trop tard pour purger Suna de tous ces clans inférieurs. Ils se sont attachés au pouvoir comme des mouches sur de la merde. L'heure est à la purification! Et le seul qui semble en être conscient, c'est Ichibi lui-même. Entre dieux, on se comprend...
"Le Daimyo c'est ton ticket, Tsukiko!" je tourne le regard vers le Démon. "Ichibi, lui, c'est le mien! Et aussi celui de notre clan! Si tu n'est pas capable de faire ce qui est nécessaire quand il le faut, tu n'es pas digne de nous diriger! Et tu ne mérites pas non plus mon obéissance! Mures-toi dans l'indécision si ça te chante. Mais ne comptes pas sur moi pour rester les bras croisés alors que nous tenons enfin la chance de raser Suna!"
Le sable qui compose le nuage qui nous supporte commence à retomber en une fine pluie dorée sur le sol. Une force militaire peut être reconstruite. Et les puissances étrangères maintenues à distance. Elles oseraient s'aventurer dans un désert tenu par les Kawaguchi? J'en doute... Ou alors c'est que les étrangers sont encore plus bêtes qu'ils n'en ont l'air!
"Ton comportement me désole mais il ne m'étonne pas!" je lui décoche un sourire mauvais. "Tu n'es qu'une bâtarde après tout..."
Un dernier reniflement de dédain et me voici en train de sauter dans les airs tandis que mon nuage achève de se désagréger. Je fais un relais par l'épaule d'Ichibi sur laquelle je m'arrête quelques instants, le temps de lâcher un vague "T'as intérêt à viser juste cette fois!" à son intention. Je prends ensuite appui sur sa peau aussi solide que le roc et bondit en direction du Daimyo. Je puise à nouveau dans mes maigres réserves de chakra pour recouvrir mes poings d'une couche de dôton. J'm'en vais te l'assommer rapidos, l'autre affreux. J'espère en tout cas. Parce que c'est pas comme si j'avais encore beaucoup d'énergie sous le pied.
"Désolé Iso! Mais entre un Daimyo et Shukaku, le choix est vite fait!"
S'il ne veut pas laisser Ichibi faire ce qui doit être fait, je le forcerai à obtempérer. J'espère juste qu'Ichibi pensera un peu à moi si je venais à me faire défoncer la tronche. Mais bon y'a de bonnes chances: c'est mon pote maintenant! Hé ouais! J'achève rapidement de parcourir la distance qui me sépare du Daimyo que je viens de trahir et balance mon poing en avant. Une attaque un brin pathétique, je vous l'accorde! Mais je fais ce que je peux, ho!

clik:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Aburame Mira
Informations
Grade : Genin
Messages : 1203
Rang : S

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyVen 11 Mar 2016 - 23:38

Aucune famille n’était réellement soudée, et elle s’en rendait compte ce jour-là. Kira la traitait à nouveau de « Bâtarde », sûrement en espérant la blesser. Nullement. Peut-être qu’elle lança un regard dur et froid, mais absolument pas le regard d’une enfant blessée. Cette innocente était morte il y a bien longtemps. A la place ne gisait plus qu’une personnalité en mille morceaux, retenant chaque parole et chaque geste insolant à son égard avec attention car, oui, ces personnes allaient payer au centuple ce jour-là.

Elle sentait bien que la plateforme de sable se détachait petit à petit, et elle ne tarda nullement à créer un autre non loin. Kira parlait d’indécision, mais Tsukiko parlait plus pour un acte réfléchi : ils n’avaient nulle chance de faire face à un tel monstre. Et que valaient les paroles d’un démon comparé à celui d’un daimyo ? Voilà une chose qu’il ne comprendra pas.

« C’est ton ticket, ce démon ? Il ne le sera pas pour longtemps … Kira ». Instinctivement, et soufflant profondément, elle fit un geste ultime et même idiote à ses yeux : elle puisait littéralement dans les dernières gouttes de sa réserve de chakra. Pour sauver Suna ? Que nenni ! A moins d’un miracle, ce village était perdu. Pour sauver le Daimyo ? Nullement, car elle n’avait nullement la force pour arrêter un combat entre deux hommes face à un monstre énervé. Pour tuer Ichibi ? C’était déjà une idée, ou du moins le gêner dangereusement. La raison ? « Embêter » Kira.

- Des yeux restent des yeux, Ichibi, se murmura-t-elle.

Petit à petit, le démon allait ressentir une chose bien désagréable, et des plus douloureuses qui sait: ses yeux qui allaient se liquéfier, sous l’effet d’une eau qui ne devenait plus qu’un acide des plus érosifs. Par contre, suite à cet ultime effort, les choses dansaient dangereusement sous ses yeux. Entre son nez qui saignait, ses jambes qui tremblotaient, sa vision qui se troublait … Elle n’avait plus qu’à tomber comme une mouche à même le sol, à une distance « peut-être » raisonnable du démon, et s’asseoir.

Et attendre.
Quelque fois, il valait mieux laisser le destin choisir pour chacun.
Pile ou Face ? Les paris étaient lancés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ichibi
Informations
Grade : Bijû
Messages : 5
Rang : ?

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptySam 12 Mar 2016 - 11:38

Pour qui se prenait ce nabot. Il lui avait confié une mission et soudainement il se pensait être son meilleur ami ? Il irait rejoindre ses petits camarades une fois tout ce cirque fini. Traîtrise ? Par sa nature retorde, oui. Mais après tout, cet enfant humain était trop insignifiant à ses yeux pour que le tromper ne lui pose problème.

Continuant d’emmagasiner de l’énergie, la balle de chakra maléfique continuait de grandir. Juste encore un peu. Et il annihilerait toutes ces créatures maigrichonnes qui fourmillaient dans son désert. Il s’était réveillé de son long sommeil il y avait de cela plusieurs mois, enfoui sous le sable et la roche au nord du Pays du Vent. Il ne se souvenait plus comment il en était à hiberner là mais il avait pris plaisir à soulever la terre et provoquer par son pouvoir un tremblement de terre qui avait fait rugir le marécage au nord de son désert. Il avait par la suite retrouvé son foyer, se tapissant parmi les dunes, déambulant dans les étendues désertiques, le temps de retrouver ses forces avant d’être irrésistiblement attiré par cet endroit. Était-ce la concentration de chakra ou autre chose ?

Encore un peu … Se concentrant pour un dernier effort afin de finaliser son attaque, ses yeux commencèrent à lui piquer, l’obligeant à les fermer. Mais même une fois fermés, ceux-ci le démangeaient. Que … Une douleur intense le tira de son interrogation, brisant sa concentration et laissant échapper la balle de chakra qui alla s’écraser dans le désert à mi-distance totalement ailleurs que sa destination initiale. L’explosion resta tout de même violente, mais ce n’était rien en comparaison de ce qu’il se serait passé si elle avait été stabilisée. Portant ses pattes à ses yeux, le démon continua de rugir de haine et de douleur. L’acide lui brûlait les yeux et la souffrance était inouïe. Assez pour le tuer ? Non … Car dans un énième rugissement terrifiant, il abaissa ses bras, révélant les cavités vides et creusées qui avaient remplacé ses pupilles démoniaques.

    « MEUUURS ! »
Aveugle mais pas en peine d’odorat, il amorça ses pattes griffues, il était clair qu’il comptait obtenir vengeance. La chef du clan Kawaguchi mourrait de ses mains, et ses deux sous-fifres avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Isagoji Dastan
Informations
Grade : Daimyo de Kaze no Kuni
Messages : 21
Rang : ???

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation EmptyLun 14 Mar 2016 - 20:34


Le rire tonitruant du démon résonnait en lui alors que ses paroles l’enveloppaient de toute leur haine et leur malveillance. Il avait été bien stupide d’espérer discuter avec une créature telle que Shukaku. Quel idiot. Serrant son sabre à mesure qu’il se rendait compte de son impuissance, il jeta un regard à Tsukiko qui semblait tout autant désemparée avant qu’elle se réveille subitement pour hurler à l’attention de son suivant, ses paroles transpirant la colère et le désespoir.

Suivant son regard, il tomba sur le jeune Kawaguchi. Le chaos avait beau régner autour de lui, il avait l’impression d’entendre les seuls grains de sable soulevés par le vent du désert, leur crissement rocailleux emplissant ses oreilles.
    « Désolé Iso! Mais entre un Daimyo et Shukaku, le choix est vite fait ! »


Revenant à la réalité subitement, il leva ses yeux vers le jeune homme. Il avait fait son choix. Tout comme Tsukiko qui venait de faire le sien alors qu’Ichibi s’agitait dans tous les sens, visiblement ravagé par la douleur. Deux personnes, deux destins, qu’il avait croisé au cours de ces derniers jours et qui représentaient à eux deux si bien le monde ninja : leurs espoirs, leurs haines, leurs batailles. Et leurs choix. Non, pas ce faux choix ordre ou nation, mais le choix de la destruction ou de l’espoir d’un monde meilleur. Il ne pouvait que comprendre le gamin, mais son cœur penchait pour la volonté de Tsukiko, qu’il avait tenté d’incarner jusqu’à maintenant.

Se déplaçant d’un pas leste, il évita l’attaque du Kawaguchi qui n’en démordit pas pour autant, continuant ses assauts qu’il esquivait avec plus ou moins de difficulté avant de se prendre un coup qui l’obligea à reculer dans un petit roulé boulé dont il se releva, du sang commençant à perler de sa bouche. Tout cela était sa faute. Ichibi, cette attaque. S’il avait eu plus de poigne, les choses se seraient passées différemment. Suna ne se serait pas dispersé, ce groupement nationaliste aurait été dénoncé depuis longtemps, et ils auraient pu faire front commun face à Shukaku.

    « Pardonnez-moi. »
Murmurant ces deux mots à l’adresse de Kira, de Tsukiko, de ses conseillers, de ses proches, de ses amis, mais également de tout son peuple, Dastan leva son épée à hauteur du visage. Il était temps d’en finir. Concentrant tout son chakra dans sa lame, celle-ci commença à vibrer sous la puissance accumulée. Kira avait marqué une pause, visiblement sceptique ou intrigué avant de repartir à la charge. Mais son ultime coup était prêt. Pensait-il découper en morceaux Ichibi ? Non … Il avait un tout autre objectif en tête. S’élançant, il embrocha Kira dans sa lancée, faisant fi des gerbes de sang et du fait qu’il se débattait. Il était lancé, pleine puissance. Et après avoir pourfendu Kira, il ne restait qu’une cible parmi eux qu’il lui fallait stopper.

Sa charge toujours active, il s’élança pour planter sa lame dans le ventre dur comme le roc d’Ichibi, laissant le corps du shinobi inconscient et l’arme pendre avant de retomber au sol, joignant ses mains dans un ultime effort.

    « SCELLEMENT DES ÂMES, EMPRISONNEMENT DES MORTS. »


L’arme rayonna de plus belle, actionnant le sceau précédemment placé sur le gamin afin d’empêcher la blessure de se rouvrir. S’ils ne pouvaient pas tuer Ichibi, ne restait qu’une option envisageable : il fallait le sceller. Le Kawaguchi était beaucoup trop amer, haineux, impulsif. Il s’en était aperçu ces derniers jours, mais son chakra était suffisamment faible pour permettre l’emmagasinement de celui du démon. Quant à leurs personnalités, elles ne pourraient que faciliter la cohabitation, évitant ainsi tout rejet à l’image d’un don d’organe. C’était un pari bien stupide, mais quel autre moyen avait-il ? Son dernier acte en tant que Daimyô, en tant qu’homme.

Se tournant vers la Kawaguchi, il lui sourit, endolori. De l’autre côté, Shukaku commençait à être aspiré par le point d’impact, s’arrêtant ainsi dans son attaque, épargnant la vie de la cheffe de clan.

    « Tsukiko … Je suis désolé, il semblerait que je n’ai pas tenu mes promesses de rendre Kaze no Kuni et Suna meilleurs. La plupart de mes conseillers ne partageaient pas ma volonté de redresser le Village du Sable. J’espère que vous essaierez et que vous réussirez … En tant que prochain Daimyô du Vent. »


Crachant une gerbe de sang alors que ses forces allaient en diminuant, aspirées au même titre qu’Ichibi, Dastan tomba à genoux, relevant néanmoins la tête en direction de la Kawaguchi et essayant de sourire malgré la douleur ressentie alors qu’il retirait sa chevalière.

    « Cette chevalière prouvera votre légitimité. Ramenez mon corps en guise de preuve et ils ne pourront qu’en conclure que je vous ai nommé, de multiples sceaux empêchant la bague de quitter mon doigt sans mon accord. Fiez-vous à Hiro Kyonjun, mon chambellan. Il veillera à faire respecter ma dernière volonté : celle de vous voir redresser notre pays. Je ne peux vous imposer ceci mais … prenez ce garçon sous votre aile. Guidez-le, aidez-le dans sa lutte interne, il en aura besoin. Il pourra être un grand allié j’en suis sûr. Le sceau empêchera le démon de revenir avant plusieurs années. Mais ... l’épée est la clé. Faites en sorte que personne d’autre que vous ne puisse mettre la main dessus. Pendant de nombreuses années nous avons vu les ninjas comme des outils. Il est temps pour vous de réconcilier les différentes puissances du pays, et de montrer que les vôtres peuvent être acteurs d’un avenir meilleur pour notre nation. »


S’écroulant, Dastan rejoignit ses ancêtres, bercé de la douce illusion que l’avenir serait meilleur pour Kaze et Suna. De son côté, Kira gisait au sol, inconscient, l’épée à ses côtés, et son torse miraculeusement guéri arborait un nouvel emblème. Un fuinjutsu terrible et puissant qui abritait l’une des plus terrifiantes créatures que le monde avait connu jusqu’à maintenant. Le premier Jinchuriki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

F. Les démons de la la Nation Empty
Message(#) Sujet: Re: F. Les démons de la la Nation F. Les démons de la la Nation Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

F. Les démons de la la Nation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Actes :: Acte #6 : Révolution :: Scission-