N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 D. L'Accusation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptySam 9 Jan 2016 - 18:55

D. L'Accusation LQwsX3R

Contexte du groupe
Kadoria Tsuhiro, dit Hôritsu, était à la fois le Kage le plus récent et le plus suspicieux par rapport à cette histoire d’allégeance. Premièrement, son comportement hautain et moralisateur résonnait fortement avec le discours que l’Inconnu avait prononcé aujourd’hui. Deuxièmement, les zones d’ombre sur l’histoire de son accession au pouvoir à Kumo n’étaient pas toutes levées pour les autres pays. Enfin, c’était lui qui au Sommet des Kages avait insisté le plus sur la question de l’Ordre et de la Nation. Yamada Kioshi était le seul qui avait réellement formulé des soupçons, auxquels Hôritsu s’était contenté de répondre par un départ comme le reste des Kage, mais d’autres n’en pensaient pas moins. Et la suspicion gagna d’autres gradés lorsque l’Inconnu révéla certains passages de cette réunion secrète…

Et si le Rokudaime Raïkage était à la solde de la Nation ?

Hayashi Kihran devait finir l’Examen Chûnin, et Aburame Mizuki – à qui l’Hokage avait parlé de la réunion – avait demandé au Genin de garder un œil attentif au Raïkage.
La même mission avait été attribuée au mercenaire Ozaï, qui n’avait pu refuser une telle somme d’argent pour une simple « surveillance » du récent Rokudaime de Kumo.
Et pour Zenzaburô Ema, c’était les hautes instances de Suna qui lui avaient demandé de faire pareil, suite aux soupçons assumés par Yamada Kioshi lui-même.

Ainsi, lorsque ces trois shinobis virent Hôritsu suivre rapidement l’Inconnu hors de l’arène, le Konohajin, la Sunajin et le Nukenin se mirent à le suivre aussitôt. Ils virent alors au bout de quelques minutes durant lesquelles ils purent entendre le vacarme des combats alentours, le Raïkage entrer dans une boutique à l’extrême sud de Suna…

Les trois shinobis, encore à l’extérieur, avaient un choix à faire. Fallait-il s’allier ? Et surtout… fallait-il rentrer ?

Règles générales
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide. N'hésitez pas à exporter le code de vos techniques via votre Fiche Technique dynamique.
    Ø Le premier tour est un tour d’introduction. L’utilisation de techniques n’est pas autorisée dès votre premier post.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, vous aurez une seule et unique fois un joker de 12h supplémentaires (le Staff ne passera pas poster). Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il poste dans le bureau de SNH (www).
    Ø N'hésitez pas à utiliser le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.
    Ø En cas de soucis, vous pouvez faire une demande d’arbitrage.

Indications particulières
    Ø Les évènements se déroulent au lendemain du premier tour de la troisième épreuve de l'Examen Chûnin, alors que le premier combat du jour allait commencer, à 14h.
    Ø Le premier tour doit servir au trio à voir s'ils s'allient, se parlent, ou rentrent (ou pas) chacun de leur côté.

Ordre des participants

L'Inconnu, qui ne postera qu'au premier tour
Hôritsu
Hayashi Kihran
Ozaï
Zenzaburô Ema


D. L'Accusation VLiyxHj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
Jiseyama
Informations
Grade : ???
Messages : 25
Rang : ???

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyJeu 14 Jan 2016 - 18:57

Lorsque l’Inconnu pénétra dans la boutique – qui avait été abandonnée depuis le début de la guerre – il savait très bien qui le suivait. De fait, sans même avoir à se retourner, il sut à qui furent destinées ses premières paroles depuis son discours au cœur de l’Arène des Sables. Elles étaient pour Kadoria Tsuhiro, le Rokudaime Raïkage.
    « Hôritsu, votre travail au sein de Kumo a été apprécié par la Corporation tout comme la Nation. En votre qualité de Législateur, vous n’avez usurpé ni vos titres ni votre surnom : la Loi. »
L’encapuchonné se retourna, marquant ainsi une pause introductive. Malgré l’obscurité qui avait gagné la pièce, on pouvait voir que ce dernier n’était pas au fond. Non, il y avait quelque-chose derrière lui… mais quoi ? Sous les traits métalliques de son masque, l’Inconnu reprit sans même sortir ses mains de ses poches.
    « Ce sont des lois universelles et égalitaires que nous voulons installer dans tout le monde shinobi. Des règles qui imposent les ninjas à être les égaux parfaits des civils, une législation qui restitue parfaitement aux villages cachés et organisations de ninjas la place professionnelle qui leur est due. Même si vous vous présentez comme le ninja le plus droit du monde, vous savez que c’est loin d’être le cas de nombreux de vos hommes et homologues des autres nations. »
Alors qu’Hôritsu ne pouvait bouger, l’Inconnu ne se priva pas pour le faire. De deux pas latéraux, il s’écarta du centre de la pièce. Il tapa le sol de ses deux pieds. Sur quoi les vitres et rideaux se brisèrent, faisant alors entrer la chaude lumière de Kaze no Kuni dans la boutique.

Et quoi que put penser l’Ombre de la Foudre en entrant ici, il n’aurait jamais pu imaginer tomber sur « ça ».
    « Pour diriger le village qui, actuellement, est le plus proche de la vision de la Nation, je tiens à te faire deux présents. Voici le premier. »
Derrière l’Inconnu, tout une rangée d’hommes étaient à genoux. Poignets enchaînés, pieds liés, entrave sur la bouche d’un visage recouvert par un sac : il y avait exactement huit personnes dont on ne pouvait distinguer ni le chakra ni l’apparence. Et inutile de dire que l’ossature de ces derniers n’était en rien un élément pouvant attester de leur identité.

Mais le détail qui frappait, c’était bien entendu l’énorme sceau de Fûinjutsu qui était placé sur le devant de chacun des sacs. Le leader du Kaihô-sha avait retiré ses mains de ses poches.
    « Ces huit personnes représentent un frein à votre politique : traîtres de Kumo, Kumojins ayant à la fois trahi l’Ordre et la Nation… Il y a un trois sceaux sur chaque personne, un sur le sac, un sur les menottes des poignets et un dernier sur la corde qui lie leurs chevilles. Au moindre contact, ces sceaux réagiront en chaîne et feront retourner ces messieurs et ces mesdames dans leurs lieux d’origine. Et jamais ils ne se rappelleront de cet épisode. Je vous offre là une seul opportunité de vous débarrasser d’eux, car je suis moi-même un homme droit… »
Courte pause, suite à laquelle il reprit aussitôt, face un Raïkage toujours aussi statique.
    « … tranchez leur la gorge. Et Kumo pourra se vanter de ne plus avoir le moindre traître – même susceptible – dans ses rangs et ce pour un long moment. »
Il pointa du doigt l’entrée de la boutique. Puis son doigt vacilla entre les différentes fenêtres et trous dégagés.
    « Second présent : sachez que trois ninjas vous épient. Ils nous ont probablement entendu, et en tout cas ils nous ont vu. Sachez également que pour le Konohajin de dehors, c’est la direction de Konoha même qui l’a mandaté pour vous surveillez. N’oubliez pas que même si vous mettez un point d’orgue à ne vous occuper que de votre nation et de votre village, vos ennemis peuvent aussi bien vous attendre depuis l’extérieur. Quant à l’intérieur, vous avez la possibilité ici-même de vous en occupez, ne l’oubliez pas. »
L’Inconnu fit alors un pas en arrière. Toujours immobile, le Législateur ne pouvait faire autrement que de suivre ce dernier du regard.
    « Je sais d’avance ce que vous choisirez de faire. Je vais donc vous laisser agir. Nous nous reverrons sans doute… Kadoria Tsuhiro. »
Sur quoi le leader de l’unité d’élite de la Nation effectua un mudra, puis disparut progressivement du champ de vision du Raïkage et du trio de derrière. Hôritsu était de nouveau libre de ses mouvements.

Mais il y avait quelque-chose que ce dernier ne pouvait pas voir. Du point de vue d'Hayashi Kihran, d'Ozaï et de Zenzaburô Ema, les huit personnes que le Raïkage avait en face de lui portaient des uniformes différents. Si le Raïkage avait huit personnes aux habits simples ou coutumiers à Kaminari no Kuni, le trio de ninjas voyait une tablée de shinobis de Konoha, de Suna, de Kumo et de l'Empire...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyVen 15 Jan 2016 - 0:00

« Un shinobi doit rester maître de ses émotions. »
Art. I-V

Pas un mot. Contrairement à ce qu’une personne extérieure aurait pu penser, Hôritsu avait eu la possibilité de parler, mais il n’avait rien dit. Sa droiture mais surtout son expérience lui avaient fait côtoyer de nombreuses personnalités tant diverses qu’importantes à divers échelons. Et cet Inconnu était un archétype de politicien que le Kadoria connaissait. Le genre de personnes qui monopolisait l’attention lorsqu’il parlait, et qu’il ne valait mieux pas couper dans son élan pour bénéficier de plus longues tirades. Et plus il avait parlé, plus Hôritsu avait noté certaines choses.

Le village de Kumo serait celui qui se rapprocherait le plus de la vision du mouvement contestataire de la Nation ? C’était sans doute ce que le Kazekage avait pensé, même si ses principaux arguments concernaient la récente prise de pouvoir de Tsuhiro et le fait qu’il eut déserté le Shûkai. Que penser de tout ça ? Compréhensible était sans doute le mot le plus adapté à cette vision des choses. Même si ça ne lui faisait pas forcément plaisir, le Rokudaime devait reconnaître que contrairement aux autres villages, jamais il n’avait eu dans l’idée de placer l’international comme comportement prioritaire. Là où certains pensaient conquête, conflit ou expansion, Hôritsu plaçait l’intérêt de son village et de sa patrie avant tout le reste.

La Nation considérait-elle que si tous les villages restaient à leur place le monde irait mieux ? Sans doute, et Hôritsu partageait grandement cet avis. Mais cela faisait-il de lui un partisan de ce mouvement contestataire ?

Le Kage poussa un profond soupir. Sous son large habit blanc – coutumier des Ombres – il se retourna et poussa la porte d’entrée de la boutique. Devant lui patientaient trois shinobis, semblant tous d’origine différentes.
    « Le chef masqué s’est enfui, je n’ai pas pu l’en empêcher. Prévenez vos supérieurs sur la direction qu’il a prise. Et surtout… »
Il se doutait que le trio avait vu ce qui s’était passé à l’intérieur. S’il avait d’abord pensé à exprimer davantage la force de son chakra ou à poser la main sur le manche de son katana, il n’en fit finalement rien. Il était inutile d’ajouter de la tension au cœur d’une telle guerre.

Pourtant, les mots du Législateur résonnèrent seuls dans un vacarme ambiant pourtant bien présent. Il espérait que sa prestance ait suffit.
    « … allez prêter vos forces sur d’autres fronts du conflit. Je vais régler les choses ici, seul. »
Sans attendre la moindre réaction de ses interlocuteurs, l’Ombre de la Foudre se retourna, prête à pénétrer à nouveau dans la boutique, sans laisser le moindre indice sur ce qu’il allait décider d’y faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Kihran
Informations
Grade : Sandaime Hokage - Chef Hayashi
Messages : 1141
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyVen 15 Jan 2016 - 21:15

Contrairement à la veille, le konohajin avait pu profiter d’une bonne et longue nuit de sommeil. La semaine avait été longue, entre les entraînements, le stress et les tensions avec son entourage. Et malgré ce que certain pourrait penser, son combat l’avait également épuisé. Ce fut les rayons du soleil qui vinrent le déloger de ses rêves. La journée s’annonçait toujours ensoleillée et la chaleur était déjà au rendez-vous lorsque l’Hayashi se décida à se lever.

Aujourd’hui encore, il allait devoir mettre les pieds dans l’arène pour montrer sa puissance, rendre fier son village et servir de divertissement au peuple. Avait-il hâte ? Il ne savait pas trop. Son combat lui avait permis d’ouvrir les yeux. L’arène n’était pas un jeu… il pouvait se blesser gravement et même mourir selon les adversaires. Lui-même avait failli tuer le sien, à contre cœur toutefois. Il y avait aussi cette mission que Mizuki lui avait confiée en partant. Le Raikage semblait avoir élevé les soupçons de Miko… Bon, ce n’était pas comme si Kihran allait pouvoir faire grand-chose, il n’était de loin pas proche de ce dernier et… bon ce n’était pas un espion quoi. M’enfin, il pouvait bien l’observer de loin.

Ainsi, les heures défilèrent jusqu’à ce que Kihran se prépare pour rejoindre le lieu de rassemblement. Il enfila une tenue simple faire de tissus fin pour ne pas succomber trop vite à la chaleur tout en protégeant sa peau. Son bandeau accroché à son bras tel un brassard, il prit finalement son sac en bandoulières. A l’intérieur se trouvait des objets banals, tel que kunais, shuriken, etc. Sa nouvelle acquisition, la torche, ressemblait à cet instant à un simple bâton ou alors un grand fourreau. En effet, l’Hayashi avait pris le soin de lui créer un socle en bois pour rallongera sa tige et également un « couvercle ». La flamme éteinte, recouverte de bois, impossible de savoir ce qu’était réellement cet objet juste par son apparence. Finalement, ce fut via une fine lanière que le « bâton » était accroché à son dos. Equipé et avec Maoh sur son épaule, le rouquin se dirigea enfin à l’arène.

Il était venu en avance, mais il y avait déjà beaucoup de monde installé. Depuis un gradin spécial, lié aux loges des participants, il put observer les spectateurs se mettre en place. Il n’était pas difficile de repéré le Raïkage, il faut dire qu’il avait une place de VIP. M’enfin bref, l’Hayashi se tenait prêt à regarder le lancement du second tour lorsque…. Tout fut chamboulé.

« Ordre shinobi, l’heure est à la révolution. »

Les yeux verts du konohajin s’écarquillèrent. Avait-il bien entendu ? Les informations semblaient avoir du mal à passer à son cerveau. Au point même, où il se demanda si tout cela n’était pas qu’une farce… ou devrais-je dire qu’il l’aurait espéré ? Dans tous les cas, la situation évolua rapidement. Un groupuscule était apparu dans l’arène et à peine le discours terminé que les attaques jaillirent de partout. Au début, il faut l’avouer, Kihran s’était senti paralysé par ce chaos si soudain. Mais très vite, il se remémora les écrits de Mizuki et chercha du regard le Raïkage… était-il mêlé à tout cela ?! A peine avait-il tourné son regard sur ce dernier qu’il le vit partir, dans la même direction du chef de cette mystérieuse organisation.

Il n’y avait donc pas de temps à perdre. Maoh se cacha dans le sac de Kihran alors que ce dernier se mit à suivre le pilier de Kumo. Ignorant les cris, les larmes des batails, il se mit à courir dans les ruelles de Suna. Il profita d’une petite ruelle, semblait déserte pour effectuer une simple technique de transformation. S’il devait suivre, suspecter, voir même affronter le Raïkage, il ne devait surtout pas mêler son village à cela. Non, il ne fallait pas qu’on puisse le lier à son village. Il changea donc complètement d’apparence. Sa longue chevelure rousse devint plus courte et blonde, presque blanche, ses habits furent teintés de noir. Au point même où on pourrait certainement le confondre avec un membre du Kaihô-sha. Sa voix avait aussi changée pour devenir plus grave, plus cassée.

D. L'Accusation The.Hunter.%28Bloodborne%29.full.1915826

Il continua ainsi de parcourir les ruelles de Suna sous sa nouvelle apparence, suivant Hôritsu de loin jusqu’à ce que ce dernier entre dans une boutique où se trouvait l’Inconnu. D’où se postait Kihran, il avait une bonne vision d’ensemble du quartier et pu donc repéré une silhouette familière. Celle d’une femme, shinobi participant également à l’examen… Si sa mémoire était bonne, elle était aussi proche de Tetsui et son nom était… Zen… zenbazuro Ema ?...Ema, c’est tout dont il se rappelait. De ce qu’il pouvait voir, elle semblait également avoir son regard dirigé vers cette fameuse boutique.

L’Hayashi décida alors de descendre de son perchoir pour se déplacer rapidement dans les rues jusqu’à rejoindre celle où se trouvait la jeune femme. Il se glissa discrètement à son dos pendant que celle-ci était concentrée avant de venir rapidement la maîtrisée en plaquant sa main sur ses lèvres et en agrippant l’un de ses poignets.

« Ne crie pas, je ne te ferais rien. »

Dit-il à son oreille avant de la relâchée et de la laisser le regarder. Kihran leva les mains pour lui montrer qu’il n’avait pas l’intention de l’attaquer. Il lui fit ensuite signe de faire silence. Il lui indiqua la boutique et reprit la parole à voix basse.

« Il n’est pas impossible que le Raïkage soit lié à cette attaque. Soyons sur nos gardes. »

Il avait hésité à lui révéler son identité pour la rassurée mais… ce n’était pas la meilleure option pour le moment. Il espérait que cette dernière puisse néanmoins lui faire un minimum confiance. Discrètement et silencieusement, Kihran s’avança jusqu’aux murs de la boutique. Il s’accroupit sous une fenêtre avant de regarder brièvement ce qu’il se passait à l’intérieur. Tout ce qu’il avait pu voir, c’était que les deux hommes étaient bien à l’intérieur en train de parler. Restant au-dessous de la fenêtre, il tenta d’épier leur conversation.

«… je tiens à te faire deux présents. Voici le premier. »

Ce fut les premières paroles que le Konohajin put entendre. Bien sûr, ce bout de phrase donnait raison aux doutes qui hantaient son esprit. Ainsi, le Raïkage serait lié à cette organisation ? A cette attaque ? Si tel était le cas, c’était alors une information importante et grave qu’il devait absolument rapporter à Miko. Mais pour l’heure, il devait en savoir plus.

Ainsi, l’Inconnu se mit à parler de huit personnes. Kihran ne pouvait pas encore les apercevoir… il ne faisait qu’imaginer ce qui se tramait à l’intérieur. De suite, l’Hayashi se demanda quel genre de présent cela était. Il lui avait apporté des hommes à tuer ? Des traîtres ? Mais comment et pourquoi… ? Cependant, ce fut la suite des paroles de ce dernier qui mit Kihran dans une position délicate lui et… deux autres personnes ?

« Sachez également que pour le Konohajin de dehors, c’est la direction de Konoha même qui l’a mandaté pour vous surveillez. »

L’Hayashi se mordit les lèvres. Ainsi, il avait été repéré, pire encore… L’inconnu avait révélé l’implication de son village. Mais comment l’avait-il su ? ça et les informations perdues de Nami… quelques choses ne tournaient pas rond… Mais encore une fois, ce n’était pas le moment de régler ce problème. Les trois shinobis devaient désormais faire face à un orage.

Ce n’était plus la peine de se cacher. Le Konohajin se redressa, gardant tout de même sa transformation pour garder laisser planer les doutes sur la réelle implication de Konoha. Ainsi, le Kadoria finit par sortir de la boutique afin de leur faire face. Mains dans les proches de son long manteau noir, Kihran écouta silencieusement les paroles de ce dernier tout en jetant un regard à l’intérieur de la boutique. C’est là qu’il put voir, avec effroi que les huit personnes appartenaient aux quatre villages cachés. Les sourcils froncés, Kihran fit un pas en avant pour signaler à ce dernier qu’il n’était pas prêt de partir sans broncher.

« Raïkage… Ne pensez-vous pas nous devoir quelques explications ? »

Fit d’abord remarquer celui-ci. Il était hors de question qu’il laisse seul cet homme plus que suspect et surtout en présence de prisonniers.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gogyou Natsu
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyDim 17 Jan 2016 - 2:00

Alors que je me trouvais à Ta no Kuni, en train de tenter d’enrôler du monde pour le Youhei no Sekai, un homme vint à moi. Il m’avait l’air aux premiers abords tout l’air d’un homme similaire à Monsieur tout le monde. On aurait dit un civil. Son chakra ne paraissait guère important, pour ne pas dire inexistant. Sa mise et son attitude ne laissaient en rien présager de qui il pouvait s’agir. Quoi qu’il en soit, c’est bien avec cet homme que j’ai eu à contracter. Il me promit une somme tout ce qu’il y a de plus colossal pour une mission fort intéressante. Je n’eus guère besoin de négocier bien longtemps. La première moitié de l’argent me fit remit en guise d’avance. Le reste serait obtenu plus tard. Je pris l’argent et garda le strict nécessaire pour mon voyage devant me mener jusqu’à Sunagakure no Sato. Là où ma cible se trouvait : le Rokudaime Raikage en personne. Argent placé auprès de mon bras droit, la Gekei Jaga, je lui confiais la direction de la petite troupe que j’avais réussi à mettre sur pied. Environ une trentaine d’hommes qui me suivaient et obéissaient à mes ordres sans hésiter. Mais pour l’heure, aucun d’eux ne me suivrait. Tous resteraient auprès de Jaga.

Après un très long voyage jusqu’au pays du vent, j’arrivais dans la ville militaire de Suna parée pour un événement international : l’examin Chuunin des quatre villages. Je découvrais alors un univers qui m’était inconnu. Tout ici semblait à l’ opposer du village ninja que j’avais déjà visité par le passé, en dehors bien entendu de Kirigakure no Sato. Suna, pour reprendre ma logique, s’opposait à Kumo tant du point de vue climat, que du point de vue habitations, mentalité. Le niveau de sécurité semblait bien plus important au village du Sable. Probablement à cause de l’examen en question. Je doute qu’Hiro et moi aient pu nous infiltrer ici avec autant de facilité que nous avions pu le faire à Kumo.

Ces quelques remarques mises de côté, je m’attelais à débusquer le Raikage. En passant par des endroits où il était probable qu’il soit passé, j’usais le plus discrètement possible de mes pouvoirs afin de remonter le temps et de découvrir des pistes. Et de fil en aiguille je parvins à retrouver la trace de notre homme. Et je le suivis depuis la veille de cette journée de trouble au sein du village du Sable. Tandis qu’il marchait à travers les ruelles ignorant les combats tout autour de nous, je m’arrêtais un instant à un endroit où il ne pouvait me voir et où les combats aux alentours me permettraient un moment de répit. En regardant sa coiffe de Kage, alors qu’il me montrait le dos, j’espionnais son passé récent afin d’y déceler potentiellement des informations pouvant intéresser mon client. Qui sait ? Peut-être y trouverais-je des choses intéressantes ? Le passé, même récent d’un Kage en visite dans un pays ninja peut permettre de découvrir quelques secrets poignants. D’autant plus que si tous les Kage se sont pointés à cet événement, ils ont dû tenir comme de coutume un sommet.

Ce n’est qu’après cette prise d’information que je hâtais le pas, une fois qu’il eut pénétré dans une maisonnée. Aux fenêtres, je regardais ce qui se passait à l’intérieur. Je ne vis rien sinon le Raikage aux côtés de huit shinobi appartenant visiblement aux quatre grands villages ninjas à l’heure actuelle. A nouveau j’activais mes pupilles afin d’en savoir plus. Cette fois ci, je visais du regard un des hommes ligotés au sol. Sonder le passé récent histoire de possiblement savoir ce qui s’est passé avant ou pendant que le Kage était encore à l’intérieur. Était-ce lui qui les avait fait ligoter ?

Quoi qu’il en soit, le fait qu’il sorte de l’établissement pendant que j’étais encore concentré sur mes retours vers le passé me prit de court. Sans regarder de son côté, je désactivais mes pupilles. Il ne devait pas savoir que j’étais un Jisetsu. Ni lui, ni les deux autres personnes arrivées dans les environs. A priori des gens qui eux aussi étaient là pour surveiller ce Kage. De toute manière en gardant le visage tourné vers l’intérieur de la pièce, à travers la fenêtre, probablement personne n’avait pu voir mes yeux.

Machinalement je porte la main à ma sacoche et j’en sors un kunai. S’il faut combattre, je serai prêt. D’autant plus que je ne sais pas encore ce que veulent le duo, ni ce que veut ou fera le Kage une fois qu’il constatera que cela ne m’intéresse guère d’obtempérer à ses ordres. Pour l’heure donc, je gardais le silence et sans bouger, j’attendais sur le toit de la maison, près de la fenêtre donnant sur la pièce où se trouvaient encore les prisonniers. En bas, se trouvaient un homme vêtu de noir et le Raikage ainsi que la troisième personne.

Comment allait se présenter la suite des événements ? Bien malin celui qui pourrait le prédire, quoi qu’il en soit, il me sembla que les combats tout autour de nous se rapprochaient.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyDim 17 Jan 2016 - 11:59

@Ozaï

Ta "technique hors-combat" (faudrait la passer en aptitude) marche explicitement sur les objets. Hors dans ton RP tu n'as aucun objet à ta disposition. De fait, chercher le passé non seulement à distance mais sur un ninja - de surcroît un Kage - n'es pas autorisé.
Néanmoins, pour saluer l'initiative et les lancers de dés, tu n'auras rien à éditer. Mais au moins, tu (et les autres Jisetsu qui passeraient par ici) le sauras pour la/les prochaine/s fois.

A @Zenzaburô Ema de poster donc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyDim 17 Jan 2016 - 13:15

Ema se réveilla d'une longue journée passée, afin d'en commencer une nouvelle qui allait être encore plus intense. Le matin-même, Ema reçut des ordres directes du Kazekage, lui demandant de surveiller et rassembler des informations sur l'Ombre de Kumo. Un jeune Kumojin avait déjà eu l'occasion de parler de Kage et les paroles prononcées n'avaient pas été élogieuses. De ce fait, Ema s'attendait au pire en allant mettre sa mission en action.

S'asseyant dans les gradins, la Kunoichi restait en alerte concernant cette personne. Il fallait faire honneur à son Chef et amener à bien cette mission, qui semblait réellement importante.

Cependant, alors que la Genin pensait rester bien assise durant toute la durée des prochains combat, l'événement commença par l'acte le plus audacieux qu'elle n'avait jamais vu. Un homme masqué avait débarqué dans l'arène en y entamant un discours dont la première phrase sonnait comme le début d'un discours peu plaisant pour la pacifiste qu'était Ema. Bien que le discours qu'il avait prononcé était fort de sens, il n'en restait pas moins, que la violence ne pouvait résoudre les conflits.

Enfin, comment pouvoir affirmer se battre pour le bien des siens lorsque les dirigeants du village se révèlent être des Furyous, des traîtres ou encore des criminels de la plus haute espèce ? Même les morts de ces derniers sont d’obscures énigmes. A cela j’accuse Suna.

L'Inconnu, présent au milieu de l'arène, ne mâchait pas ses mots, pourtant il fallait bien lui donner raison, au moins après les révélations de Tsukiko. Cependant, rien ne l'autorisait à lancer sa propre Vendetta contre les Shinobis de toutes les Nations. Le nuage de sable se dissipant peu à peu, les acolytes de l'homme en noir apparurent, laissant toutes pensées de mise en scène créé par l'organisation s'envoler. Un cadavre jonchait déjà le sol. Celui de l'arbitre qu'Ema avait pu croiser la veille. Son cœur se déchira, la guerre recommençait.

La Kunoichi voulait se lancer à corps perdu dans l'arène, haïssant de tout son être l'homme qui avait ramené la guerre dans ce pays, cet homme en noir qui venait de briser le doux rêve qu'elle chérissait tant. Pourtant, les ordres de son Kazekage faisaient écho dans son esprit. Cette mission n'était pas anodine, en effet, et Ema devait en faire son objectif. Malgré le chaos général qui grondait à présent, la Zenzaburô devait faire fit de son état d'âme, en essayant tant bien que mal de ne pas penser aux cadavres qui allaient bientôt recouvrir le sol de l'arène et encore moins aux conséquences inhérentes qui allaient découler des ces actions.

La Kunoichi prit cependant le temps de faire un tour des gradins, espérant apercevoir ses amis et Kibō, malheureusement, les gradins s'étaient transformés en champ de bataille. Encore une fois, son cœur souffrait rien qu'à l'idée qu'un seul de ses proches soient pris dans un combat qu'ils ne pourraient gagner. Mais elle devait leur faire confiance.

Sans un mot de plus, Ema se précipita vers le Kage, qu'elle n'avait pas perdu de vue, lui, le surveillant depuis son entrée. Ce dernier s'en était allé, et la Kunoichi le suivit vers le Sud, jusqu'à le voir entrer dans une boutique qu'elle surveilla d'assez prêt pour entendre les deux Shinobis s'entretenir, car oui, Hôritsu avait rejoint quelqu'un, qui semblait être l'Inconnu. Les poings de la Kunoichi se fermèrent, décuplant sa haine pour ses deux individus. En qualité de Kage, si le Chef des Kumojins venait de prendre part à cette guerre de son plein gré, Ema se donnerait corps et âme pour rétablir cette traîtrise.

Même si les paroles de l'Inconnu reconnaissait les hauts faits de l'homme qu'il avait en face, celui cependant ne bronchait pas. Bien que l'homme en noir voyait le Raïkage comme l'homme ayant servi les intérêts de la Nation au mieux, il ne semblait réagir à de telles paroles. Ema ne comprenait pas ce qu'il se passait. Le monologue traduisait pourtant une orientation claire du Kumojin envers la Nation, mais ce dernier n'avait pas l'air d'y prêter attention ou de s'en soucier.

Ema fut prise de surprise par le choc des vitres qui se brisèrent, reculant de quelques pas, pour ensuite de faire attraper par ce qui semblait être un homme par derrière. Une ruse? Une distraction? L'avait-il déjà repéré? Son cœur s'affola. La Kunoichi tenta de mordre la main qui s'était posée sur sa bouche, cependant, ce dernier ne voulait pas lui faire de mal. Ema écarquilla les yeux devant une telle annonce. Pourquoi l'avait-il alors prise au piège comme ceci. Peu importe, Ema devait rester concentrée sur ce qu'il se passait dans la boutique. Elle n'avait pas le temps de comprendre qui était cet homme.

Les carreaux des fenêtres à présent brisées, Ema put apercevoir avec horreur huit membres distincts des quatre nations enchaînés à terre comme de vulgaire bandits. La colère de la Kunoichi augmentait au fur et à mesure des paroles qui accompagnaient ces images. De quel droit se permettait-il d'amener autant de chaos dans Suna?! Cet homme masqué représentait tout ce qu'Ema voulait éradiquer en ce monde. Tranchez la gorge des traîtres? Comme si cela pouvait suffire à faire régner la paix dans un monde comme le nôtre. Depuis toujours, chaque Nation avait tenté de résoudre ce problème par cette voie, et voilà où cela avait amené le monde. Beau, n'est-ce pas. Quand donc les gens comprendraient que la violence n'était pas la fin, ni le commencement, mais seulement l'étape qui engendrait de nouvelles horreurs. Même les plus grands dignitaires ne comprenaient pas cela?!

La colère de la Kunoichi montait, puis s'effondra lorsque l'Inconnu dévoila à Hôritsu que trois Shinobis les épiaient. Ainsi Ema n'avait pas vu qu'une troisième personne s'était rajoutée au duo. L'homme masqué les avait qualifié d'ennemi, et pourtant le Raïkage ne nia rien. L'inconnu disparu, pour le plus grand malheur d'Ema qui ne pouvait alors le suivre, devant suivre les ordres.

Finalement le Kage bougea enfin, après que l'homme ait terminé sa dernière phrase qui ne présageait rien de bon.

Je sais d’avance ce que vous choisirez de faire. Je vais donc vous laisser agir. Nous nous reverrons sans doute… Kadoria Tsuhiro.

Si le Kage ne s'occupait pas des trois Shinobis, il allait véritablement trancher la gorge des huit Shinobis coincés dans cette boutique. Et en effet, il allait régler les choses, ici, seul.

Traître. Traître aux valeurs qu'elle partageait avec ses amis.

L'homme se tenant aux côtés d'Ema parla le premier, demandant des explications. N'était-ce pas assez clair? Il allait les tuer, tous, et voulait nous éloigner afin de n'avoir aucun témoin. Pourquoi demandait-il des explications au lieu de se battre. Ema était aveuglée par ses émotions qui depuis quelques temps étaient battus par toute cette stupide révolution.

Comme si tuer ses huit hommes allait changer quelque chose. En faisant cela, vous n'allez qu'engendrer plus de haine et plus de traîtrise. Êtes-vous à ce point aveugler par les paroles de cet homme qui n'a fait qu'amener plus de misère sur le Pays et toutes ses Nations? À votre avis, que va-t-il se passer suite à cet acte? Vous pensez réellement que personne n'aura besoin de se venger après tous les meurtres commis aujourd'hui par la faute de cet... cet homme?! Est-ce là la seule voie que vous, grands dignitaires avez trouvé au Sommet pour apaiser les Nations? Tranchez la gorge des traîtres?!

Ses paroles ne seraient certainement entendus par le Kage qui n'aurait que faire d'une Genin étouffée elle-même par ses sentiments, alors que lui était un Chef de Nation, mais la Kunoichi ne pouvait pas se taire devant tant de stupidité. Malgré sa haine, ses paroles avaient du sens. À quoi cela servait-il de tuer deux Shinobis de chaque nation? Montrer l'exemple?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyMer 27 Jan 2016 - 16:17

« Le pardon n'existe pas. »
Art. IX-II

L’Inconnu n’avait pas eu tort concernant les trois shinobis qui avaient patienté à l’extérieur de la boutique. D’ailleurs, difficile de croire qu’ils n’avaient fait que ça. Même sans être un expert dans l’art de la sensorialité, Hôritsu sentait bien qu’il n’avait pas à faire à des ninjas de première classe. Mais la force n’avait rien à voir avec les capacités qui auraient pu permettre à quiconque d’entendre ou de capter ce qu’il s’était passé ici. D’ailleurs, ce n’était plus le chakra qui était en cause depuis que la révolution avait éclatée. Non, désormais ce qui opposait les uns et les autres, c’était bien leurs croyances et leurs convictions. Et certaines étaient plus difficiles à cerner que d’autres.

Le premier à parler semblait hésitant. Son interrogative marquait une volonté d’en savoir davantage sans pour autant vouloir offenser celui qui se tenait devant lui. Et c’était normal, la guerre apportait une certaine charge de tension, et les incidents diplomatiques pourraient être nombreux. Mais le mal était fait.

Et il s’aggrava avec l’intervention de la jeune Sunajin. Si certains – et même nombreux – auraient pris en compte des facteurs sentimentaux voire abstraits comme le fait que la guerre se déroule dans son village et son pays, ce n’était pas du tout le cas du Législateur. Pour un homme de sa trempe, seuls les faits importaient : la manière, les raisonnements, tout cela n’était que secondaire. Et qu’importe les mots prononcés par la kunoïchi, ils ne seraient jamais plus légers ou lourds de sens parce que la révolution se déroulait à Suna.

Mais dans les répliques vides de sens qu’elle prononça, il y eut quelque-chose qui marqua l’intérêt du Raïkage : elle avait parlé d’assassiner les personnes à l’intérieur de la boutique. Ils savaient donc, tous les trois, ils savaient. Et cela donnait encore plus de poids à ce que l’Inconnu avait dit. Le Rokudaime ne pouvait plus ignorer les trois ninjas, qu’importe ce qu’il eut en tête au départ.
    « Tels que je vous vois, vous semblez découvrir la guerre. Au sein de celle-ci, les décisions et les actions à prendre sont cruciales. Et vous n’êtes pas sans savoir qu’il ne s’agit pas simplement d’un conflit entre puissances bien distinctes... Même nos frères peuvent se retourner contre nous. »
Si l’envie de poser la main sur le manche de son katana démangeait celui qui était installé à la tête du village caché de Nuages, il se retint, sachant que la tension de ses opposants était déjà conséquente. Et il n’avait pas envie de salir son arme du sang de ces derniers.

Que voulait-il faire ? C’était sans doute la grande interrogation que le trio partageait. Et il fallait avouer que beaucoup auraient douté, à la place du Raïkage. Quoi de plus normal, lorsque l’Inconnu avait eu ces mots difficiles à entendre : « je sais ce que tu vas faire ». Mais comme à chacune de ses décisions, il était hors de question pour la Loi d’y revenir. Quelle qu’eut été sa décision, elle avait été prise dès le début, et elle ne changerait pas. Mais au fond, qu’importe...
    « Quelle que soit ma décision, elle ne vous regarde pas. Et je vous rappelle que je suis votre supérieur hiérarchique. Il serait de mauvaise augure pour vous que vous vous opposiez aux ordres, pourtant clairs, que je vous donne. Car être Ninja d’un village caché ne suffit pas aujourd’hui pour vous protéger de ma lame si vous vous tournez contre moi. »
En effet, être shinobis d’un village n’était plus une justification suffisante. La guerre était avant tout une guerre d’allégeance. Et Hôritsu avait les raisons suffisantes pour avoir choisi l’un ou l’autre. Mais lequel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Kihran
Informations
Grade : Sandaime Hokage - Chef Hayashi
Messages : 1141
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyVen 29 Jan 2016 - 20:48

D. L'Accusation The.Hunter.%28Bloodborne%29.full.1915826


« Traître. »

Le simple mot lui tira un frisson. Ses yeux se tournèrent sur elle. Kihran aurait voulu la freiner dans sa rage, la faire taire mais… il en était incapable. Ainsi, la jeune femme remplit de rage et de tristesse se mit à parler, encore et encore. En soit, elle n’avait pas réellement tort et l’Hayashi pouvait comprendre ce qu’elle ressentait… Néanmoins, ils n’étaient pas face à n’importe qui, ainsi ils devaient se montrer prudents, dans leur moindre geste, moindre parole pour ne pas faire d’accident politique dans ses temps sombres. Au vue de la situation, dont Kihran ignorait encore toute l’ampleur, il était évident qu’il fallait éviter de se créer de nouveaux ennemis. Le Konohajin observa les gestes de la femme avant de détailler ceux de l’inconnu, beaucoup plus discret. Ce dernier n’avait pas encore prononcé la moindre parole, il semblait pourtant être prêt à se défendre ou attaquer en cas de nécessité… Pouvaient-ils le voir comme un allié ? Kihran restait méfiant mais reposa bien vite toute son attention sur la personne la plus suspecte du jour, le Raikage.

Les premières paroles de ce dernier ne voulaient pas dire grand-chose aux yeux de Kihran. Au plutôt, il ne voulait pas perdre du temps en débat… Il ne partageait d’ailleurs pas du tout l’avis de ce dernier. Découvrir la guerre ? Pour qui les prenaient-ils ? Son enfance avait été détruite par cette dernière, alors qu’il s’en assure… il connaissait la chanson. Mais passons, comme dit plus tôt, au fond, ce n’était pas du tout cela qui l’intéressait. Heureusement, ce dernier ne s’arrêta pas là.

« Quelle que soit ma décision, elle ne vous regarde pas. Et je vous rappelle que je suis votre supérieur hiérarchique. Il serait de mauvaise augure pour vous que vous vous opposiez aux ordres, pourtant clairs, que je vous donne. Car être Ninja d’un village caché ne suffit pas aujourd’hui pour vous protéger de ma lame si vous vous tournez contre moi. »

Apparemment, l’homme de pouvoir ne semblait pas vouloir se montrer très coopératif, pas du tout même. Se rendait-il de sa situation ? Les prenait-il pour des idiots ? Ses larbins ? Il était pourtant évident qu’un shinobi n’obéirait point sans broncher à un Kage d’un village étranger… encore moins quand tout semblait faire de lui un traître. Mais soit. Kihran avança sa seconde jambe pour que son pied rejoigne celui qui s’était avancé plus tôt.

« Raikage, il est évident à ce stade que vous êtes lié au Chef des Kaihô-sha et donc à cette attaque, volontairement ou non. »

Déclara-t-il en premier lieu. Oui, il lui laissa la bénéfice du doute quant à son implication, plus par précaution que conviction toutefois.

« En face de vous se trouve également huit shinobis appartenant aux quatre puissances de l’Ordre. Tous entravés et menacés d’une exécution de votre main pour traîtrise sans aucune preuve… »


Poursuivit-il tout en continuant de se tenir droit, ferme et concentré. Ce qu’il allait finalement dire risquait de lui coûter gros… mais il était impossible de faire autrement et ne pouvait qu’espérer que le Chef du pays de la foudre soit plus compréhensif.

« Face à ces éléments… Raikage, vous êtes suspectés de trahison et perdez, par définition, votre autorité. »

Il l’avait dit. Il était hors de question que l’Hayashi obéisse aux moindres ordres de cet homme qui pourrait participer activement ou non, à cette attaque massive. On pouvait d’ailleurs toujours entendre les combats qui s’éparpillaient dans la ville.

« Je vous demanderais donc de renoncer à ces inconnus et de vous rendre. »


Était-il naïf de croire que le conflit pouvait encore être évité ? Sans doute, mais il préférait y croire qu’y renoncer sans essayer. S’il devait s’en prendre à un Kage, alors c’était au Kage de faire le premier mouvement afin qu’il ne soit pas porté responsable pour toute friction diplomatique entre Kumo et Konoha à l’avenir. Là était ce qu’avait prévu l’Hayashi, mais qu’en était-il des deux autres ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyJeu 4 Fév 2016 - 20:09

@Ozaï a 12H pour poster ou il sera exclu de l'acte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptySam 6 Fév 2016 - 15:44

@Ozaï est exclu de l'Acte. @Sakebi Strike le remplace et doit poster pour raconter comment il arrive jusqu'ici. Néanmoins, il ne récupère pas le chakra qu'il a perdu dans son combat. Si jamais il ne veut finalement pas participer, il est prié de prévenir le Staff rapidement.
Bon RP d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
Yumiyo Orion
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyDim 7 Fév 2016 - 15:53

-Dynamique Strike !!

Fendant les airs à vive allure, je laissai mon pied tendu vers l’avant s’enfoncer dans la mâchoire de mon opposant. Ce dernier, fut éjecté sous la violence du choc et traversa la devanture d’une épicerie avant de s’étaler de tout son long en ayant au préalable laissé la moitié de ses dents à sa position initiale.

-Ultima Striker Shoooooooot !

Parce qu’il était toujours primordial d’annoncer le nom de ses techniques en combattant, ne serait-ce que pour la caméra. Alors mon poing s’abattit violemment dans le bide d’un second gars qui vola jusqu’à atterrir tête la première dans l’abreuvoir pour chameau. Il n’en restait plus qu’un.

-German suuuuuuuuuu….
-Non attendezzzzzzzzzzz je suis innocent !
-Hein… ?

Je m’arrêtai dans ma manœuvre, relâchant ma prise sur le type. Celui-ci se laissa retomber jusqu’à arriver fesse contre sol.

-Merci… C’est moi que vous étiez-venu sauver à la base de ces deux révolutionnaires fanatiques.

A voir sa tête il s’agissait d’une jeune recru de Suna. Il me fallut quelque seconde pour faire le lien avant d’éclater d’un rire de bon vivant pour masquer ma gêne.

-Haha désolé j’ai trop tendance à m’emporter lors des bastons… Dis-je tout en me grattant l’arrière du crâne couvert par ma sublime chevelure flamboyante. Bon c’est pas tout ça, mais faut que j’y retourne. Tchouss petit…

Je m’apprêtai à partir quand soudain.

-Heu… Monsieur… Est-ce que je peux vous poser une question ??
-Hmm ?
-Pourquoi est-ce vous êtes tout nu ?

Retour à la réalité, je parcourrai mon anatomie de bas en haut du regard. En réalité ce n’était pas totalement vrai. Je portai un vêtement, à savoir un bout de tissu arraché qui me servait de compresse pour mon bras blessé. Pour le reste, j’avais effectivement l’allure d’un homme nu couvert d’hématome et de contusions, signe que je m’étais partiellement fait passer à tabac. Depuis mon combat contre l’autre énergumène en armure j’avais écumé les ruelles à la recherche de mec à tabasser. Prenant juste la peine d’effectuer les premiers soins pour ma blessure au bras j’en étais venu à oublier ce détail essentiel :

Cela faisait depuis trois quart d’heure que je me baladai avec le six coups à l’air au beau milieu des ruelles de Suna.

-Ha… heu et bien…. C’est une longue histoire… Tu sais pas où est-ce que je pourrais trouver des fringues petit ?
-Y’a une boutique de vêtement de l’autre côté de la rue.
-Ok merci, bon maintenant va te planquer avant que ça ne chauffe pour toi.

Je manquai de peu de lui ébouriffer les cheveux, mais cela n’aurait été guère approprié au vu de ma situation et du jeune âge du concerné. Ainsi nous nous séparâmes, empruntant chacun notre route, je me dirigeai vers cette fameuse boutique avec la ferme intention d’enfiler un pantalon. Filant d’immeuble en immeuble j’arrivais finalement à destination. Atterrissant juste devant celle-ci, je remarquai que je n’étais pas le premier arrivé.

-Heu… salut… Je tentai un signe de main purement neutre à l’attention de chacun d’eux.

Leur visage ne me disait absolument rien. A aviser le style de la nana elle était sûrement du coin. Le numéro deux était aussi bien sapé qu’un inspecteur gadget tandis que le dernier… Ben il était assez flippant dans son genre. Ce mec semblait aussi joyeux qu’une statue au beau milieu d’un cimetière, à moins qu’on l’y ait déterré ? Cela ne m’aurait guère étonné à la vue de la joie de vivre qui suintait par chaque pore de son visage.

-Bon, Ok. Oui je sais je suis à poil ! Mais ne vous inquiétez pas je vais aller régler le problème de ce pas.

Et ce sans plus attendre, je me dirigeais vers l’intérieur de la boutique avec autant de naturel que si tout ce qui était en train de se passer autour de nous était parfaitement normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyLun 8 Fév 2016 - 12:18

Découvrir la guerre?
Certes, Ema n'avait jamais participé à des combats, mais elle avait pu expérimenter l'horreur des hôpitaux en temps de guerre, ainsi que la vie orpheline d'après guerre. Que cela ne soit qu'une fine partie de la guerre, il n'en restait pas moins que la Kunoichi en connaissait les conséquences.

Si cet incapable en noir n'avait pas attirer toute cette attention, le conflit n'aurait pas encore explosé, et sans doute qu'en discutant convenablement des problèmes, toute cette stupidité aurait pu ne jamais exister.

Votre décision nous regarde. Les Shinobis qui ont été regroupés dans ce bâtiment appartiennent aux quatre Nations de Shinobis. Vous désirez vraiment une guerre entre toutes les Nations et mettre la réputation de Kumo à terre pour une stupide affaire? Pensez-vous sincèrement qu'un tel acte de cruauté passera inaperçu et que Kumo restera impuni?

Le ton d'Ema avait changé. Cette dernière était devenue calme, sachant pertinemment que le Kage en face d'elle n'aura que faire de ses paroles. Il était clair que son sort était fichu si il commençait à sortir son arme. Pourtant, Ema ne pouvait pas laisser une telle injustice se faire.

Ne méritent-ils pas une procès avant d'être ainsi tués? Un procès en bonne et due forme? Vous semblez être une personne logique qui s’appuie sur des des faits. Dans ce cas, écoutez leurs versions des faits avant de négliger leurs vies. Vous êtes certainement un Kage, mais en aucun cas je ne me plierai aux ordres d'un dictateur qui pense avoir la main mise sur la vie d'autrui sans recourir à une justice autre que la sienne. Si nous avons des lois, c'est bien pour les suivre. Et toutes les lois, ne sont pas les mêmes partout. Ici, vous êtes à Suna. Et la vie de ses Shinobis est entre les mains du seul Kazekage, surtout en temps de guerre, comme vous l'avez si bien spécifié. Amenez les preuves nécessaires, et justice sera faite, mais sous la seule influence de Yamada Kioshi-sama, Rokudaime Kazekage.

Ema ne mâchait pas ses mots, au contraire. Le Raikage était devenu un ennemi aux yeux de la Genin. Encore une puissance qui pouvait changer les choses, mais qui le faisait d'une manière brutale et égoïste.

Les mots qu'elle avait prononcé rejoignait le discours de l'inconnu à ses côtés. Au moins, elle savait qu'elle pouvait compter sur cet appui si le Raikage décidait qu'une telle paire de Shinobis n'avait pas sa place dans l'équation. Même si la Kunoichi savait pertinemment qu'elle n'avait aucune chance contre un Kage, elle donnerait son sang pour les causes qu'elle pensait juste. Donner un procès équitable à ces personnes, était la chose à faire. Et non les exécuter au nom de la lubie d'un homme qui pensait être le juge, le juré et le bourreau.

Puis tout d'un coup, un autre homme, nu, dont Ema reconnaissait le visage. Strike... Elle avait vu son cadavre lors de l'examen Chuunin. Un ami de Yell, si ses souvenirs étaient bons. Se rendait-il compte de la scène dans laquelle il venait d'entrer? Est-ce qu'Hôritsu le laisserait sans aller sans rien dire ou bien le jeune Strike comprendrait la situation en voyant les huit hommes attachés à l'intérieur? Une deuxième aide ne serait pas de refus pour raisonner cet homme qui semblait tout savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyMer 10 Fév 2016 - 18:41

« Un shinobi doit faire sien de tout espace dans lequel sa mission exige qu'il soit. »
Art. I-IX
    « Votre idiotie n’a d’égal que votre faiblesse, kunoïchi de Suna. »
Il n’avait pas manqué ce que le blond au chapeau avait pu lui dire, mais il n’en faisait rien pour l’instant. Ce qui lui importait pour l’instant, c’était de répondre avec autant de gravité que possible aux propos de l’originaire du Vent. Législateur, professeur, ces mots intimaient au Raïkage de partager sa vision loyale et presque royale des choses. Arrogant pourrait-il paraître, mais il avait toujours été ainsi : toujours aussi droit.
    « Le ninja n’a que faire de la réputation, seuls les faits importent. Et les faits vous sont méconnus. Pour qui croyez-vous vous prendre à considérer que les vies ici sont sous l’autorité du Kazekage ? Sachez que la seule autorité qui me dépasse actuellement est celle du seigneur de Kaze no Kuni, celui-là même qui semble avoir été défié par Yamada Kioshi. Dites-moi, mademoiselle, qui semble avoir l’air d’un dictateur à présent ? C’est en cherchant la comparaison, la supériorité des uns par rapport aux autres ou tout simplement en croyant qu’au sein de votre village tout vous appartient que le mouvement qui vous attaque est né. En quoi le seigneur Kazekage aurait l’autorité et le contrôle des vies et jugements au sein d’un village qu’il a été incapable de défendre ? Si je devais avoir quelque-chose à me reprocher en éliminant ceux qui se trouvent derrière moi, qu’auriez-vous à dire à votre Kage sur les Kumojins qui vont probablement périr au cœur d’un conflit qu’il n’a pu prévenir ? »
Le seul membre qui était resté muet partit. Avait-il été raisonné par les paroles d’Hôritsu ou la raison était-elle autre ? L’Ombre s’en moquait. Il avait déjà décliné son regard vers le jeune ninja au chapeau. Et si c’était lui, le Konohajin ?
    « Vous parlez de preuve, mais vous portez une accusation à ma personne sans en avoir ni l’autorité ni les éléments. Votre arrogance n’a rien à envier à celle de votre camarade. »
Un garçon… nu était arrivé. D’où sortait-il ? Il semblait être l’archétype même du clown, mais sans ses habits, difficile de ne pas soupçonner qu’il soit dans le camp adverse ? Sans avoir réellement le temps d’analyser la réaction des autres, Hôritsu dégaina aussitôt son arme pour parer la route au nouveau personnage.
    « Je vais être très clair. Si vous êtes encore debout, c’est uniquement parce que je mets la maladresse de vos paroles sur le compte de cette bataille. Mais si vous recommencez encore une fois à me traiter de la sorte, je vous ferai taire. Personne ne m’empêchera de rentrer dans cette boutique, et d’y faire ce qui doit être fait. »
Ce à quoi il rajouta quelque-chose de très important.
    « Ceux qui sont à l’intérieur m’apparaissent comme huit personnalités de Kaminari no Kuni, mais vous semblez m’assurer l’inverse. Mais je n’ai même pas besoin de vérifier cela pour faire ce que je veux. Et rassurez-vous, je ne vais pas les tuer. Je suis un homme de Loi. Et je ne suis pas du côté du Kaihô-sha. »
Sur quoi il fit volte-face, et se prépara à rentrer dans la boutique.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Kihran
Informations
Grade : Sandaime Hokage - Chef Hayashi
Messages : 1141
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyMer 10 Fév 2016 - 20:11

D. L'Accusation The.Hunter.%28Bloodborne%29.full.1915826

Plus le temps avançait plus l’Hayashi avait l’impression de parler à un mur. Ce dernier ignora une grande partie des remarques qui lui avaient faites. Le Raikage n’avait toujours pas expliqué sa relation avec l’inconnu et encore moins ces intentions vis-à-vis des prisonniers…. Kihran commençait à manquer de patience. Il ne souhaitait pas provoquer d’incident diplomatique avec Kumo, mais les combats semblaient durer en ville et ils semblaient perdre du temps.

« Je serais intéressé d’entendre ce que vous auriez à dire également à ses Kumojins prêts à périr en ce moment-même pendant que vous semblez négociez avec le chef des Kaiho-sha. »

Lança le Konohajin suite aux paroles dédiées à Ema. Et peut-être était ce grâce à cela que finalement il réussit à capter un peu son attention ? Dans tous les cas, les paroles qui suivirent le firent arquer un sourcil. Ni l’autorité, ni les éléments ? Avait-il seulement écouté ce qu’il lui avait dit précédemment ? Les éléments ? Ils étaient trois à l’avoir surpris en train de parler à l’inconnu, l’autorité ? Kihran ne compte pas obéir à un homme suspecté de trahison. Cependant, l’Hayashi n’eut pas l’occasion de répondre à cela… non… la surprise le coupa net.

Strike, son coéquipier venait d’arriver, de débarquer… et cela complètement nu. Ses yeux s’écarquillèrent en le voyant, son esprit devenant vide l’espace d’un instant. Mais.. que.. quoi ?! Heureusement, sous son henge, l’expression de Kihran était masqué par un foulard. Il était toutefois inquiet de voir son ami ici. Il avait soigneusement tenté de ne pas mêler Konoha à cette histoire.. et puis, Strike ne semblait pas mesuré l’étendu de la situation. D’un coup, le Raikage dégaina son épée pour bloquer le passage au nouvel arrivant. De suite, Kihran prit une position plus défensive, prêt à intervenir.

Finalement, l’Ombre déclara voir huit membre de ses terres et n’avoir aucune intention de les tuer ni être du côté du Kaiho-sha… avant de se diriger à l’intérieur de la boutique. L’Hayashi soupira intérieurement. Si seulement ce dernier se montrait plus coopératif… Mais il n’avait plus le choix. Il s’avança d’abord en direction de Strike, posant une main sur son épaule comme pour le retenir. Il échangea un regard avec lui avant de baisser les yeux vers son sac, puis de l’ouvrir légèrement pour que ce dernier puisse voir Maoh et comprendre son identité. Kihran avait confiance en son coéquipier, il le devait… et il préférait donc qu’il sache qu’il est pour mieux collaborer en cas de combat.

Chose faite, il entra dans la boutique à la suite du Raikage tout en effectuant rapidement quelques mudras. Ainsi, poussèrent soudainement du sol une dizaine de branches racines juste en face de ce dernier, lui coupant ainsi la route. Les branches se tenaient prêtes à foncer et transpercer ce dernier.

« Vous ne m’avez toujours pas répondu, Raïkage. Si vous n’êtes pas du côté du Kaiho-sha, comment expliquez-vous votre conversation avec leur chef ainsi que cette situation ? Quelles sont vos intentions ? »








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yumiyo Orion
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyVen 12 Fév 2016 - 11:47

L’air de rien le blondinet avait l’air sacrément vénère. Je lui adressai de grands-yeux interrogateurs lorsqu’il pointa le fil de sa lame sous ma gorge pour m’empêcher d’avancer ce qui me fit déglutir. De ce que je comprenais de l’histoire, des mecs se trouvaient à l’intérieur de cette boutique de fringue et n’attendait que de se faire découper par l’autre taciturne. Je ne savais pas ce qui était le pire. Cette situation sortie de nulle part qui me tombait dessus, ou le fait que j’éprouvai autant de difficulté pour réussir à trouver un pantalon. Dès lors, je posai mon index sur le flanc de la lame pour l’éloigner délicatement de ma gorge dans le doute qu’un spasme nerveux ne secoue notre homme.

-Hola ! Du calme mon grand… Ta craqué ton slip ? T’inquiète pas je suis sûre qu’on pourra en trouver à ta taille à l’intérieur. En attendant range-moi ce jouet. Tu pourrais te faire mal avec. Dis-je tout en lui adressant un sourire pincé.

Décidément sa tronche ne me revenait vraiment pas. Il avait le profil type du bureaucrate mal dans sa peau autoritaire dans la vie de tous les jours et fétichiste SM à ses heures perdues. A dire vrai je ne savais pas lequel des deux étaient le pire. Ce fut alors que le ninja victorien m’agrippa par l’épaule pour me dévoiler le contenu de son sac. A l’intérieur se trouvait un Maoh portant le même accoujtrement. Les mains jointes il me salua comme un moine l’aurait fait.

-Kiki c’est toi !?

Plus les révélations s’enchaînaient et plus j’éprouvais de difficultés à donner sens à cette situation. C’était du gros n’importe quoi. Néanmoins cela eut le mérite de clarifier les faits dans mon esprit. Kihran était par définition le gentil de l’histoire. Peu importait comment l’on écrivait le scénario il fallait que cela commence ainsi. Et si lui était le gentil cela signifiait que l’autre autocrate pédant appartenait au camp des méchants. Il ne m’en fallait pas davantage pour choisir le mien. Aussi me vint à l’esprit une idée de génie. Ce faisant, je laissai finalement couler la situation et ce contre toute attente.

-Ok ok mon gars… Fais comme bon te chante, je ne veux pas d’ennui, j’irais trouver des fringues ailleurs.

Moi ? Ne pas vouloir d’ennui ? La bonne blague. J’étais drogué aux aventures aussi désastreuses qu’improbables. Mais cela notre beau taciturne n’était pas obligé de le savoir. Aussi le laissais-je pénétrer dans sa boutique rapidement suivit de mon fidèle jardinie. De mon côté, je fis mine de m’en aller, mais me contentai en réalité de faire le tour de la boutique pour passer derrière. Evidemment, il n’y avait aucune porte de service par laquelle se faufiler, mais là n’était pas le fruit de mon initiative. Sifflotant, les mains dans les poches que je n’avais pas encore. Je me mis alors à frapper à l’une des vitres. Nul doute que les deux zigotos présent à l’intérieur l’avait attendu. Et nul doute qu’ils allaient entendre ce qu’il allait suivre.

-Hey enfoiré ! Dis-je à l’encontre du blondinet qui du instinctivement se reconnaître.

Je laissai planer un instant de silence, le sourire large.

-Toc toc !

Et dans la seconde qui suivit je fracassais le mur de mon plus beau coup de poing enflammé, le tout avec suffisamment de violence pour faire littéralement s’effondrer la boutique, le plafond avec, sur tous ceux qui se trouvaient à l’intérieur. Aucun ne ressortirait réellement blessé de ce petit coup d’éclat, même les prisonniers. Il en fallait davantage pour gravement blessé un Shinobi. La preuve étant je m’étais déjà pris un parpaing en pleine tête lancé à grande vitesse et j’étais toujours là.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptySam 13 Fév 2016 - 14:01

La Kunoichi regarda ce Kage avec autant de dédain que de mépris. Si une telle puissance militaire se trouvait être aussi imbus de sa personne, il n'y avait aucune raison d'être surpris sur toute cette cruauté. Si ce Kage avait pour seul code de conduite, sa propre loi, Ema n'imaginait pas à quel point les propos de Shirudo se vérifiaient.

Et dites moi, cher Raikage, est-ce que le Seigneur de ce Pays vous a donné l'autorisation d’exécuter ces pauvres hommes sans leur donner un procès équitable? Si c'est le cas, je ne vois pas en quoi Kioshi Yamada n'aurait pas bafoué ses ordres. Voyez-vous, lorsque l'on décide pour les autres, il faut en subir les conséquences, surtout si l'on agit de la sorte, en tuant avant de comprendre. Avez-vous seulement de quoi prouver que notre Daimyo vous a ordonné une telle chose?

Raikage, si des vies d'hommes étaient en danger sur votre territoire, ne vous sentiriez pas concerné? Vous semblez penser que tout vous appartient. Que seul le Kazekage est responsable de ce conflit. Dois-je vous remémorer la conversation que vous avez eu avec cet homme il y a quelques minutes? Si ce conflit à eu lieu, c'est que cet homme vous savait de son côté. Un Raikage digne de ce nom aurait préféré combattre cet homme et sauver les vies de ses Kumojins au lieu de les laisser se battre dans un Pays qui n'est pas le sien pour des illusions politiques qui ne font que régresser l'espèce humaine à de vulgaire catalogue.


Encore une fois, Ema savait qu'il n'en aurait que faire, mais elle ne pouvait pas faire autrement. Un être aussi empoté ne pouvait avoir le dernier mot.

Ai-je besoin d'être haut gradé pour porter un jugement sur ce qui est évident. Vous me dites que je n'ai pas l'autorité, ni les éléments, et je vous demande depuis tout à l'heure ces fameux éléments qui vous donnerait la possibilité de tuer ses hommes. Arrêter de confondre arrogance avec justice. Je ne demande qu'un procès équitable pour ces hommes. Pensez aux conséquences de vos actes. Vous allez vous mettre à dos toutes les Nations. Êtes-vous réellement prêt, au nom de votre mission, à mettre tout un peuple en péril? Votre peuple, que vous semblez tant apprécié? Dit-elle avec ironie.

Bien que vous soyez Kage, rien ne vous donne l'autorisation de nous éliminer, à moins, bien sûr, que vous faites parti des sbires de cet extrémiste. Dans ce cas-là, oserais-je répéter les mots de mon allié, vous deviendrez un traître aux Shinobis?

Si vous ne les tuez pas, qu'allez-vous en faire? Si votre intention n'est pas celle de les éxécuter, pourquoi aurions-nous cette discussion? Seriez-vous un menteur...?


Les paroles d'Ema rejoignaient celles de l'inconnu à ses côtés. Bien qu'il n'y répondra pas, cette dernière attendait des explications ou au moins une justification alors que ce supérieur entrait dans la boutique. Les choses se corsaient. Si il faisait quoi que ce soit, Ema se devrait d'intercéder en faveur de ses pauvres hommes. C'était son devoir de Shinobi.

Les choses s'accélérèrent rapidement. Hôritsu pénétra l'édifice, arrêté par une technique de l'homme au chapeau. Strike quant à lui, fit s'effondrer le bâtiment. La tournure des événements devenaient absurde. Ema quant à elle resta en retrait, prête à soutenir ses alliés.

Répondez, Kage!
Qu'allez-vous faire de ses hommes?! Allez-vous vous faire entraîner par cet extrémiste dans ses méfaits, ou allez-vous vous conduire en homme de loi, qui fait passer la justice avant sa lubie?


Hurla-t-elle, à l'attention du dirigeant présent sous les décombres.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptySam 13 Fév 2016 - 15:44

« Une vie Kumojine ne vaut pas plus qu'une autre. »
Art. IX-IV

Quel était ce manque de respect dont venait de faire preuve cet inconnu ? Déjà que son manque total d’habit faisait de lui quelqu’un de totalement ridicule, le fait qu’il semble ignorer l’identité du Raïkage n’arrangeait en rien sa situation. Mais en ces temps si troubles, ce garçon faisait-il preuve d’idiotie volontairement ou… Peut-être faisait-il partie du Kaihô-sha, ou simplement du mouvement de la Nation. Mais dans tous les cas, il était devenu la personne la plus à même d’être surveillée parmi ce trio qui continuait de mettre en doute la parole du Kage qui était sans doute le plus droit de ses homologues.

Visiblement, la droiture du nouveau chef Kumojin n’était pas encore parvenu aux oreilles des shinobis de la Feuille et du Sable. Pour le premier village, ce n’était pas si incompréhensible, pour le second ça l’était déjà moins : Suna avait eu la preuve de la loyauté envers la droiture et les lois d’Hôritsu dans le cas de l’épisode Seki Azar. Mais sûrement que les shinobis de basse échelle n’étaient pas au courant d’un tel évènement.

Car, et c’était bien ce qui était désolant, les trois ninjas auxquels Kadoria Tsuhiro venait de tourner le dos ne dégageaient aucun chakra particulier. S’il avait rapidement appris à ne sous-estimer personne, il n’avait pas besoin de faire l’inverse : il considérait qu’il gagnerait avec sérieux s’il devait les affronter.

Hôritsu avait ignoré la ridicule impolitesse du ninja dénudé, pour s’enfoncer dans la boutique. Pour la première fois, il y mettait les pieds en étant totalement libre de mouvements.
    « J’ai poursuivi le chef du Kaihô-sha mais il m’a immobilisé dès que j’ai mis les pieds ici. Il semblait avoir tout prévu. Et à cause de vos fantaisies irresponsables, vous n’avez aucune chance de le rattraper désormais. »
Il semblait avoir tout prévu… Non. Il avait tout prévu. Mais si jamais il avait su ce qu’Hôritsu allait faire de ces huit personnalités – quels qu’ils soient en réalité – pourquoi l’avait-il laissé agir ? S’était-il satisfait du fait que ces quelques ninjas seraient venus l’embêter ? Pensait-il qu’il y aurait une crise diplomatique qui serait déclenchée ?

Car même s’il était pris dans un Genjutsu, même s’il avait en face des personnalités aux différentes nationalités, Kadoria Tsuhiro avait pris sa décision depuis le début.

Et l’homme de Loi qu’il était n’aurait tué ces personnes sans avoir au préalable prouvé leur culpabilité.

C’était là que le problème restait insoluble : pourquoi l’Inconnu aurait soumis ce choix à Hôritsu s’il savait qu’il n’en ferait rien ? Quel était l’intérêt de rassembler ces personnalités si le Raïkage allait décider de les libérer ?
    « Notre ennemi voulait probablement que je mette un terme à la vie de ces huit personnes, mais il m’a assuré savoir ce que je ferais. Et aussi irresponsables que vous êtes, vous ne semblez pas vouloir vous en prendre à eux… Y aurait-il un piège ? »
Il était hors de question de déclencher un conflit avec Suna ou Konoha – surtout qu’aucun Konohajin n’était réellement ici – mais aucun piège ne semblait être présent dans la boutique. Malgré son immobilité lorsqu’il avait été face à l’Inconnu, Hôritsu avait pu voir les murs et si jamais des pièges y avaient été disposés, il l’aurait perçu.

Même immobilisé, le Kadoria avait pu voir aussi bien à droite qu’à gauche. Le sol, les murs, il aurait remarqué si un quelconque piège…

… mais pas au plafond.

Hôritsu releva la tête. Et au même instant où il entendit l’insulte du nudiste, il vit des dizaines de parchemins explosifs collés au plafond de la boutique. Le coup de poing du ninja à l’extérieur fit s’écouler le mur, et le plafond…
    « Vous allez les tuer ! »
Sa pupille droite s’illumina au même instant ou ses bras se relevèrent. Paumes ouvertes, la droite vers l’une des huit personnes et l’autre vers le blond au chapeau qui était à l’intérieur, Hôritsu avait compris l’effroyable.

De sa paume droite, il attira la personne qu’il visait. Dès lors, l’illusion fut brisée… pour le trio. Les huit personnes étaient en réalité des personnalités et ninjas de Kaminari no Kuni. Et dès que cette personne fut attirée, les sceaux se déclenchèrent et les huit personnes disparurent. La pupille lumineuse s’éteignit chez le Raïkage, qui de son autre paume propulsa son détracteur hors de la boutique.

Et ce fut tout ce qu’il put faire. Le plafond et les murs de la boutique s’abattirent sur l’homme de Kumo. Des explosions retentirent en chaîne pendant près de trente secondes. Puis plus rien, hormis des débris.

Si quelqu’un s’attendait à voir le Rokudaime Raïkage repousser les débris de façon héroïque… il se trompait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Kihran
Informations
Grade : Sandaime Hokage - Chef Hayashi
Messages : 1141
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptySam 13 Fév 2016 - 16:51

Rassuré, oui c’était le mot pour définir ce que ressentait en voyant Strike en forme, toujours autant énergique et improbable. Son manque de respect, son décalage vis-à-vis de la situation ne le perturba pas… Non, il avait pris l’habitude de travailler avec son coéquipier alors ce genre de chose ne le choquait plus depuis un bon moment. Bon, il aurait préféré qu’il se comporte plus discretement, Kihran avait tout fait pour essayer de ne pas mêler Konoha à cette histoire et gard…

-Kiki c’est toi !?


…son identité secrète. Kihran plaqua sa paume contre la bouche trop bavarde de ce dernier pour lui dire de ce taire. Non mais sérieux ?! Il soupira intérieurement avant de se reconcentrer sur leur principal suspect : Hôritsu. Les sourcils foncés, l’Hayashi détailla l’homme avant de le suivre à l’intérieur. D’un pas méfiant, Kihran fit son entrée dans la boutique. Il observa un instant les prisonniers avant de reporter sa concentration sur le Raikage. Cet homme était dangereux, oui, un dangereux suspect. Il devait se tenir prêt à toute attaque, à toute possibilité… après tout, il était dur, très, trop dur de savoir ce qu’avait en tête cet homme.

Puis finalement, il se fit enfin un peu plus bavard. Kihran apprécia que l’homme se mettre à parler, mais gardait ses doutes. L’Inconnu aurait tout prévu ? Un coup monté ? Ce n’était pas impossible, mais pour quoi ? et pour qui ? Et puis, il ne pouvait pas croire l’homme sur parole… il n’était pas aussi naïf.

Méfiant et tendu, Kihran observait chaque geste de son suspect du jour. Ce dernier semblait analyser la boutique, comme à la recherche de quelque chose. Finalement, l’Hayashi le vit relever soudainement la tête. L’expression qu’il fit à ce moment-là força Kihran à en faire de même et…

... le vide.

D’un coup, il fut projeté en dehors de la boutique, le choc contre le mur le fit d’abord perdre conscience puis reprendre sa véritable apparence. Kihran tomba à terre alors que Maoh sortit du sac tout en venant le secoué pour qu’il reprenne rapidement conscience pendant que les détonations faisaient encore rage. Enfin, à terre dans le sable, Kihran se mit à tousser avant de redresser son visage dans la direction de la boutique…. Ses lèvres entrouvertes par le choc, il ne fut pas tout de suite capable d’articuler le moindre mot. Ses oreilles sifflaient à cause du son des explosions... Sa tête était douloureuse, tout comme son corps...

Que c’était-il passé ? Il… que… Il se souvenait avoir relevé la tête et avoir vu les explosifs… puis… il était sorti… ? Comment ? Le Raikage ?! Oui, c’était bien cela, sa mémoire se recomposait, il venait d’être sauvé d’une mort certaine. Après être revenu à lui, Kihran se releva péniblement, son corps douloureux avant de se diriger rapidement vers les débris.


« RAIKAGE ?! »


Très vite, presque de manière désespérée Kihran se mit à pousser plus débris dans l’espoir de retrouver des traces de ce dernier. Le Raikage mort en le protégeant ?! Non ! Ce n’était pas possible !


HRP:
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yumiyo Orion
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyLun 15 Fév 2016 - 12:26

Je m’étais simplement attendu à un éboulement banal. A voit quelques têtes recouvertes de poussières émerger des gravats, mais ce fut un tout autre spectacle qui s’offrit à moi bien que dans le cas présent on pouvait clairement parler de désastre. Suite à ma frappe il y eut un véritable déferlement d’explosions successives. Je fus moi-même projeté en arrière sur plusieurs mètres tant et si bien que quelques projectiles de roches s’offrirent à ma chair. J’eus par instinct le réflexe de me protéger le visage avec les bras avant de lourdement atterrir sur les pavés de la rue.

-Merde c’est quoi ce délire ?

Je me relevais aussitôt, alerte.

-Putain Kihran !!

Malgré mes blessures et ma nudité je m’élançai pour contourner la boutique en proie aux flammes. Je retrouvai avec soulagement mon coéquipier étendu sur le sol inconscient. Maoh essayait de le réveiller, mais en s’y prenant de la mauvaise façon. J’allais lui prêter renfort et administrait trois claques bien placées pour faire recouvrir ses esprits aux jardiniers. Ce dernier ne me remarqua même pas et se dirigea directement vers les décombres en feux visiblement déterminé à aller récupérer le blondin à l’intérieur. Face à la situation je l’interceptai en l’attrapant par le col pour l’empêcher de se mettre en danger. Je voulus lui dire de se calmer, seulement à ce moment il prononça un unique mot qui me fit écarquiller les yeux.

–Ce mec est… Bon tu vas m’expliquer ce qu’il se passe ici. Tu as cinq seconde et après je te lâche.

Il me parla si rapidement que le résumé n’en durant que quatre. Malgré-tout je finis par assimiler l’essentiel, voir surtout l’inutile.

-Attend… Tu vas me faire croire qu’il est entré deux fois dans la boutique, à passés biens dix minutes à discuter avec un type masqué et qu’il n’a pas remarqué un seul instant que des sceaux explosifs étaient disposés au plafond ?

Je clignais des yeux, dubitatif.

-Bien le Raikage…

Oui en pareil situation, c’était tout ce qui me venait à l’esprit. Il fallait dire, qu’il soit le chef d’une organisation criminel international, un pseudo dieu supra-dimensionnels créé par les Uchiha, ou encore le chef du village caché des nuages, son sort m’importait peu. Pourtant cela ne semblait pas être le cas de Kihran visiblement décidé à voler à son secours.

-T’inquiète on va aller le sauver ton gars !

Je leurs devais bien cela à tous les deux. L’un pour avoir manqué de le tuer par hasard et l’autre pour avoir certainement réussi. J’aurais tout aussi bien pu me sentir coupable si je n’étais pas certain que ces sceaux disposés aux plafonds auraient tout de même explosé sans mon intervention. Après-tout n’avaient-ils pas été placé pour cela à la base ? En soit je l’ai avais indirectement averti qu’un problème allait survenir, ce qui faisait de moi le sauveur de la situation. Tout du moins en parti. Mais je n’étais pas certain que Kiki voit les choses sous cet angle. Aussi, alors que nous rapprochions de la boutique en flamme une nouvelle série de sceaux encore non activé retenti de plus belle qui secoua littéralement le quartier pour projeter davantage de débris.

-A niveau-là, Plutôt qu’une mission de sauvetage ça sera une mission de récupération…

Nouvelle série de détonation. Cette fois-ci les pans de murs restants s’effondrèrent, il ne restait plus rien si ce ne fut un tas de ruines baignant dans un énorme brasier.

- … Bon ça vous dit d’aller voir si on peut me trouver des fringues ? On aura peut-être plus de chance dans une autre boutique ? Et on est tous d’accord pour dire que cette histoire restera entre nous pas vrai ?

Seulement quelque chose me dérangeai. C’était placé dans un coin de ma tête. On devait appeler cela : avoir une conscience. Aussi finis-je par pousser un profond soupir tout en me grattant l’arrière du crâne comme si je m’appliquai à faire une corvée.

-OK tu as gagné je vais aller y jeter un œil. Mais toi tu restes-là !!

C’était carrément trop dangereux, on ne savait pas si d’autres sceaux allaient exploser. Et ce fut ainsi que j’emboitai le pas, nu comme un vers. Au fil de mon avancée je laissai mon affinité katon prendre le dessus. Ma peau craquela par endroit faisant apparaître des sillons ardents. Arrivé devant les décombres mon corps s’était intégralement désintégré pour ne laisser de ma silhouette qu’un avatar de flamme à forme humaine. J’étais tout de même reconnaissable grâce à ma chevelure en pique. Arrivé devant le mur de feu qui déterminait l’entrée dans la boutique, je le levais le pouce sans me retourner pour signaler que tout irait bien. Et sans plus entra j’entrais au milieu de ce brasier déchaîné à la recherche du Raikage tandis que les deniers sceaux explosifs continuaient de secouer la terre.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Nao
Informations
Grade : Jônin
Messages : 1042
Rang : A

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyMar 16 Fév 2016 - 15:01

Le Raïkage ne débattait plus. Au contraire, il semblait enfin partager des informations qu'il ne voulait dévoiler auparavant. Il poursuivait ainsi l'Inconnu? Mais c'était retrouvé lié? Pourquoi le disait-il que maintenant? Pourquoi cacher des informations aussi utiles? Les dernières minutes auraient pu servir à quelque chose de plus intéressant que des paroles en l'air alors que chacun des personnages appartenaient au même camp. Quelle stupidité.

Le Kage semblait aussi perdu que les Genins, ce qui ne manqua pas de faire soupirer Ema. La communication et le partage d'informations auraient pu réellement leur être bénéfique, mais non. Il fallait vraiment que les mentalités changent et évoluent pour qu'enfin les choses soient faites correctement et rapidement.

Mais tout cela n'avait aucune valeur face à ce qu'il venait de se dérouler devant les yeux de la Kunoichi. Le Kage semblait s'être sacrifié pour sauver tous les autres.

Ema était abasourdie devant cette mascarade. Est-ce qu'un scène pouvait être plus grotesque? Pourquoi avait-il réagit ainsi? Pourquoi s'était-il sacrifié? Les gravats et la fumée se dissipaient rapidement, alors qu'Ema, à l'aide des autres Shinobis, accoururent vers l'endroit où Hôritsu semblait s'être fait ensevelir. La Kunoichi invoqua cinq clones de diamant afin de pouvoir soulever les gros blocs de pierre ainsi que toutes autres entraves.

Les deux autres allaient bien il semblait. En tout cas, Ema ne se focalisa pas sur eux, mais bien sur le Kage. Elle utilisa son diamant de manière à ce que la fumée, les poussières et la chaleur ne viennent pas les embêter d'avantage. Elle créa une sorte de prison autour de l'endroit supposé et afin de protéger les clones des dégâts. Il ne fallait pas que ces derniers explosent.

En tout cas, ce fameux Strike s'apparentait plus à un enfoiré qu'autre chose. Parler de fringues dans un moment pareil.

Pourtant c'est lui qui se dévoua pour aller chercher le corps du Kage après que d'autres explosions se firent. Oubliant les clones, qui allait créer plus de problèmes qu'autre chose, la Kunoichi remit néanmoins ses écrans de diamants autour de la zone afin de protéger au maximum le Gogyou de feu.

Ema était toujours sous le choc d'une telle suite d'événements, mais ne laissa rien paraître, espérant sans faille qu'Hôritsu ait pu s'en sortir. Pour ce qui était des huit autre ninjas, Ema ne désirait pas y penser pour le moment. La Kunoichi avait déjà les yeux humides à la seule pensée que ses préjugés avaient altérés son jugement et peut-être tuer le Raïkage. Quelle stupidité. Toute cette histoire était ridicule. Comment un Kage pouvait s'être fait avoir à ce point.

TROUVE LE BORDEL! hurla-t-elle en colère.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
Narrateur
Informations
Grade : Staff
Messages : 1554
Rang : SSS

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyMar 16 Fév 2016 - 18:13

Etait-il possible que le Raïkage ait réellement succombé aux explosions ? Si cela put paraître invraisemblable en connaissant le poste qu’il occupe, personne ne pouvait survivre à tant d’explosions sans s’être protégé. Et visiblement, le Rokudaime n’avait pu le faire, ayant préféré sauver les huit inconnus de la boutique ainsi que le Konohajin qui, une fois réveillé, s’empressa d’accourir vers les débris. Son henge annulé put révéler à n’importe quelle personne présente à ce moment son identité et le village auquel il appartenait.

Du côté de Sakebi Strike, qui était l’un des fautifs principaux de cet évènement, on continuait de se moquer de qui on avait pu tuer. Mais l’insistance d’Hayashi Kihran eut raison de son coéquipier, qui alla lui aussi chercher dans les décombres une possible trace de l’Ombre de la Foudre.

Pour Zenzaburô Ema, dont les critiques avaient été très virulentes envers le chef de Kumo, le choc était également au rendez-vous. Et pour mieux assister ses compères et plus particulièrement le Gogyou de feu, elle l’accompagna à distance avec une technique de son cru.

Les débris brûlants étaient nombreux, et il ne restait quasiment plus rien des grosses caisses qui étaient abandonnées dans cette boutique. Pouvait-on réellement retrouver la trace d’un corps ?

Entre la facilité de mouvement de la forme brûlante de Strike, la protection du diamant d’Ema et la visibilité de Kihran, ce dernier put bientôt hurler à ses coéquipiers qu’il avait trouvé quelque-chose : une silhouette. Mais à cette distance, il ne voyait pas très bien. Strike put se rapprocher suffisamment pour confirmer que c’était bien une silhouette qui était sous les décombres.

Mais malheureusement, cette silhouette était entièrement carbonisée. A certains endroits, les os en étaient visibles. Inutile de dire qu’en plus d’être morte brûlée, cette personne ne pouvait être identifiée.

Peut-être que l’idée que ce ne soit pas le Raïkage traversa l’esprit des trois ninjas, qui purent décider de poursuivre les recherches en espérant tomber sur quelqu’un d’autre et pourquoi pas sur Hôritsu lui-même… mais non. Il n’y avait rien d’autre, aucun cadavre supplémentaire, aucun morceau de corps.

Pour les trois shinobis, il était difficile de faire un autre constat : Hôritsu, Législateur et Rokudaime Raïkage, était mort brûlé dans les décombres de cette boutique.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Kihran
Informations
Grade : Sandaime Hokage - Chef Hayashi
Messages : 1141
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyLun 22 Fév 2016 - 13:31

Son cerveau semblait comme déconnecté de la réalité. Ses pensées, son corps, plus rien ne fonctionnait normalement…. Il était sous le choc… alors que son ami l’avait empêché de se lancer droit sur le feu pour retrouver le Raikage. C’est un carnage… Contrairement à ce qu’aurait pu penser Strike, ce n’était pas à lui qu’il en voulait, mais bien et bien à lui-même. Après avoir fait le bilan de la situation à son coéquipier, aussi bien qu’il le pouvait dans son état, ce dernier se montra d’abord réticent à l’idée de sauver l’homme de puissance. Mais le regard sérieux de l’Hayashi le remit vitre dans le droit chemin. Néanmoins, la tournure ne lui plut pas. Il ne souhaitait pas que Strike mette sa vie en danger, même en élémentaire, l’action lui paraissait ardue…

C’était impuissant, que Kihran assistait à la scène. Ema avait réussi à prêter main forte à distance pendant que Strike cherchait dans les décombres. En y repensant, c’était sans doute la première fois que l’Hayashi voyait son camarade sous cette forme… cependant, son esprit était bien trop préoccupé pour y faire attention. Les poings serrés, droits, il ne pouvait qu’attendre. Ce n’était pas avec du genjutsu ou encore son bois qu’il pouvait être utile dans ces flammes.

Au final, le bilan fut lourd. Strike avait bien retrouvé un corps… carbonisé. Il avait tenté de trouver sa lame, mais en vain… Peut-être que finalement ce corps n’appartenait pas au Raikage ? Non, il fallait se montrer réaliste. Kihran avait vu le Raikage sauver les prisonniers de leur destin tout comme lui, il n’y avait personne d’autre dans cette boutique… Tête baissé, mâchoire crispée, il devait se rendre à l’évidence, le Raïkage… non… Hôritsu était mort dans cette boutique.

Après un lourd silence, Kihran tourna son regard sur Ema qui devait être autant choquée que lui. Puis il regarda Strike… ce dernier se comportait de façon moins concernée mais… au fond cela devait tout de même le travailler. Après avoir déglutit, l’Hayashi posa ses mains sur les épaules de ses coéquipiers avant de parler.

« Il faut partir… les explosions ont sans doute attirés l’attention… »

Et pas toujours la bonne… Strike ne semblait plus apte à se battre..Ema et Kihran ne connaissait pas toute l’étendue de la situation à Suna.

« Trouvons un endroit sûr pour commencer. »

Ce n’était pas dans le but de fuir que Kihran voulait trouver cet endroit. Non, le but était de trouver un endroit où ramener les blesser, les personnes plus aptes à se battre avant d’aller prêter mains fortes à leur camarades. Peut-être aussi pourrait trouver des informations concernant les différents combats et événements ayant eu lieu dans la ville.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yumiyo Orion
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyMer 24 Fév 2016 - 0:35

J’avais effectivement trouvé un cadavre calciné, mais il était impossible de le reconnaître. Pas de te trace de Katana de l’autre blondin. J’avais peine à croire un Kage soit mort si bêtement où alors cela voudrait dire que la vieille était également d’un niveau si bas ? Je préférai encore croire que Kumo sélectionnai des chefs au rabais. Toujours fut-il que je ressortais des flammes sans réponse concrète. Il n’y avait aucun moyen de s’assurer que ce type était vraiment le Raikage à la vue de son état. Rien ne permettait de l’identifier si ce ne fut un toubib, mais avec tout ce qui se passait en ce moment à Suna ce n’était pas prêt d’arriver. On ne saurait certainement jamais la vérité, mais honnêtement je m’en foutais. L’important était maintenant de se casser d’ici. Aussi me dépêchais-je pour faire mon rapport auprès des autres. J’étais ressorti du brasier totalement intact, en bien meilleur état qu’au moment d’entrer. Les trous dans mon bras s’étaient refermés et les différents hématomes couvrant mon corps avaient disparu.

-Désolé mec, mais j’ai bien peur que tout ceci passe inaperçu au milieu de ce chaos. Fis-je en levant l’index, laissant reposer le silence afin de lui permettre d’entendre les vacarmes des combats ainsi que de nombreuses explosions en fond. Mais ta raison, vaut mieux pas traîner ici. Allez on s’arrache…

Ce fut ainsi que nous reprîmes notre route. Valait-il mieux se faire discret, ce qui était assez difficile étant donné que je me baladais encore entièrement nu. La fatigue pesait salement sur mon corps par manque de chakra. Si cela avait été possible des gouttes de sueurs froides auraient perlés le long de mes tempes. Aussi me contentais-je de ne rien laisser paraître, même si je commençai à être furieusement à la traîne. Nous finîmes par enfin nous réfugier dans une boutique sélectionnée par mes soins. Avant d’entrée, je pris soins de vérifier qu’aucun sceau explosif n’était fixé au plafond et qu’aucun type bâillonné-muselé ne se trouvait dans le fond. Par chance les lieux étaient on ne peut plus désert et je ne tardais pas à jeter mon dévolu sur les premiers vêtements à ma portée. Il n’y avait pas grand-chose. C’était plus un petit bazar qu’un réel magasin de fringue. Tout ce que je parvins à trouver de viable fut un chemise hawaïen jaune à motif floral vert, un long short beige et des scandales.

Par mesure de sécurité j’attrapais également une paire de lunettes de soleil que je coinçai dans le col de la dite chemise ; ne sait-on jamais, ce genre d’accessoire avait toujours son importances. Je parvins également, par miracle, à trouver un paquet de cigarettes. Mettant le feu à l’une d’elle, je tirais quelques lattes avant de pousser un profond soupir. Adossé contre un mur, je reprenais lentement mes forces. Tous ces combats successifs m’avaient épuisé. Je passai une main dans mes cheveux, lançai un regard interrogateur en direction de Kihran, puis de l’autre nana à tête de poupée.

-Bon ? Vous avez une idée de ce que l’on fout maintenant ? Je reportai la clope à mon bec ce qui ne m’empêcha pas pour autant de parler. Hey Kiki tu sais si Mizuki est encore à Suna ? Tout comme Yell ?

Je ne pouvais pas blairer cette nana mais je ne souhaitai pas qu’il lui arrive d’emmerde pour autant. Dehors, c’était l’enfer, les combats se déchaînaient. Je pouvais voir d’imposants nuages de fumées noirs s’élever dans le ciel. Cela me rappelait mon enfance en me ramenant des années en arrière. Tout un tas de souvenirs de merde en somme. Après quelques minutes passés à me reposer et à me remettre les idées en place je pris finalement ma décision. Ce faisant je laissai tomber ma cigarette, relâchant une dernière volute de fumée avant d’écraser le mégot.

-Bon, on va aller la chercher. J’ai plus de chakra donc si tu veux que je survive t’aura plus d’autre choix que de me service d’escorte. Profite-en ça arrivera pas tous les jours. Ce faisant je me retournai vers la petite sunajin. Tu peux rester ici si tu veux, aller aider tes propres potes ou te joindre à nous libre à toi. Bon aller en route !

J’emboitai alors le pas pour me retrouver à l’extérieur, un peu plus frais et habillé qu’à mon arrivé et sans plus attendre je m’élançai en direction dans les ruelles en direction de l’arène là où j’avais le plus de chance de trouver Yell. Cette grognasse ne m’avait toujours pas rendu mon hentai.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Azuni
Informations
Grade : Shinobi de Kiri
Messages : 417
Rang : A+

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation EmptyVen 26 Fév 2016 - 19:13

Protéger le Bras droit du Kazekage avait finalement eu un prix : celui d’une technique de frappe – sûrement améliorée grâce à du Fûton ou à quelque-chose du genre – que le Bakushô avait pu parer sans néanmoins l’annuler. Résultat, il laissait Kibô et les deux autres dans un pétrin presque aussi grand que celui qu’il s’apprêtait à affronter : celui d’une valse de deux centaines de mètres et d’une chute de vingt. Une côte fracturée, c’est le bilan finalement « satisfaisant » qu’il put se faire en regardant l’ampleur des dégâts. Malgré quelques maladresses pour se relever, il ne pouvait se plaindre. Surtout que lorsqu’il se releva, la première chose qu’il vit fut le théâtre poussiéreux d’un bâtiment en ruines et en cendres.

Il s’approcha en titubant durant les premiers pas, puis lorsqu’il retrouva totalement l’usage de ses jambes, le colosse s’adressa de loin aux quelques ninjas – apparemment un mélange de Konohajins et de Sunajins – qui semblaient s’être extirpés de ce pétrin pas possible.
    « Vous allez bien vous ? Nan, vous êtes trop loin pour m’entendre, puis visiblement la tête dans le... »
Ils étaient partis, de toute façon. Peut-être qu’Aomine faisait une erreur monumentale d’y aller, mais il se devait de voir s’il n’y avait aucun problème réel avec cette habitation qui avait totalement cramé. Manquerait plus qu’il y ait un Kumojin ! Et puis bon, c’est pas comme s’il était pressé de retourner se battre, dans l’état où il était.

***

Dans le bureau du Raïkage, ce n’était pas Hôritsu qui était assis sur son fauteuil, mais bien son Bras droit. Ce dernier s’amusait d’ailleurs à redresser le siège qui, forcément, était trop petit pour ses deux mètres.
    « Tu veux vraiment y aller seul ?
    Oui, ce sommet des Kages sera probablement une perte de temps et les éléments que nous avons sur le mouvement contestataire de la Nation m’incombe de laisser quelqu’un de fidèle à mon poste.
    Comme tu veux, mais fais gaffe, je pourrais m’y habituer… »
Le Rokudaime Raïkage fut amusé, mais il ne le montra pas du moins du monde. Au contraire, il rajouta des mots toujours aussi solennels.
    « Tu ferais un bon Raïkage, Aomine.
    Moi ? T’es toujours en train de me reprendre sur mon manque de patience et de politesse !
    Peut-être, mais ces choses-là s’apprend. Contrairement à moi, tu aurais la confiance du peuple sur tes origines et puis… tu as un instinct que je n’ai pas. »
Le compliment lui fit plaisir. Et contrairement à la Loi, son Bras droit esquissa un sourire. Il s’exclama même.
    « Apprends-moi la patience alors, ô grand maître vertueux, laisse-moi venir à Suna ! »
Si Aomine ricanait, Hôritsu avait toujours le visage fermé. En ouvrant la porte de son bureau, il termina.
    « Crois moi, si tu venais, tu te dirais immédiatement que tu aurais préféré ne pas voir ça. »
Et sur ces mots appuyés d’un au-revoir, les deux hommes se quittèrent…

***

Sans même faire attention aux quelques cendres qui pouvaient encore s’embraser, Bakushô Aomine était tombé à genoux. Face à lui, un cadavre calciné dont il semblait être le seul à pouvoir en donner l’identité, grâce à quelques signes particuliers et personnels. Ses poings sur les genoux se serrèrent jusqu’à ce qu’il en saigne. Qu’importe la douleur physique, elle ne pouvait même pas faire écho à celle du cœur.
    « Tu avais raison… J’aurais préféré ne pas voir ça… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

D. L'Accusation Empty
Message(#) Sujet: Re: D. L'Accusation D. L'Accusation Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

D. L'Accusation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Actes :: Acte #6 : Révolution :: Scission-