N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 C. Raz-de-marée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

C. Raz-de-marée Empty
Message(#) Sujet: C. Raz-de-marée C. Raz-de-marée EmptySam 9 Jan 2016 - 18:32

C. Raz-de-marée LQwsX3R

Contexte du groupe
La réunion entre Kages avait abouti sur un accord ténu mais surtout sur des révélations quelque peu dérangeantes : l’existence d’un mouvement Nation et l’apparition d’une nouvelle organisation criminelle de grande ampleur : la Corporation. Aussi, quand Aburame Miko, Nanadaime Hokage, reçut du Daimyo de son pays un courrier qui venait de lui être envoyé par le Daimyô de Nami no Kuni (www), elle sut que la coïncidence était bien trop grande pour être fortuite.

Les forces Konohajins avaient en effet mené des incursions à Nami no Kuni ces derniers mois mais autant rapport n’indiquait que le gouvernement de Nami no Kuni avait pu établir un lien réel. Une taupe, une force extérieure ? Kurama Toichi en savait visiblement plus qu’il ne l’aurait dû et elle s'était enfin décidée à agir au vu des dernières informations que lui avait apportées Hyûga Munemasa concernant l’implication possible du Seigneur des Vagues dans une tentative d’assassinat du Daimyô de Hi no Kuni (www). Sa décision était prise : il était grand temps de renverser Kurama Toichi et d’obtenir des réponses.

L’épreuve trois devait se dérouler dans deux jours, et à ce titre elle ne pouvait retirer de Kaze no Kuni la totalité de ses troupes sur place. Elle décida donc de s’éclipser avec une poignée de ses ninjas les plus compétents : Hyûga Munemasa, représentant officiel du Daimyô du pays du Feu, et Aburame Mizuki, nouvellement promue bras droit du village de la Feuille.

Règles générales
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez ce RP pour ne pas le faire traîner.
    Ø Résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide. N'hésitez pas à exporter le code de vos techniques via votre Fiche Technique dynamique.
    Ø Le premier tour est un tour d’introduction. L’utilisation de techniques n’est pas autorisée dès votre premier post.
    Ø Vous avez 36h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, vous aurez une seule et unique fois un joker de 12h supplémentaires (le Staff ne passera pas poster). Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il poste dans le bureau de SNH (www).
    Ø N'hésitez pas à utiliser le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.
    Ø En cas de soucis, vous pouvez faire une demande d’arbitrage.

Indications particulières
    Ø Les évènements se déroulent deux jours avant le premier tour de la troisième épreuve de l'Examen Chûnin, peu après la réunion des Ombres.

Ordre des participants

Aburame Miko
Hyûga Munemasa
Aburame Mizuki


C. Raz-de-marée VLiyxHj
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nukenin
Tatsuo
Informations
Grade : Nukenin de rang SSS
Messages : 3537
Rang : SSS

C. Raz-de-marée Empty
Message(#) Sujet: Re: C. Raz-de-marée C. Raz-de-marée EmptySam 9 Jan 2016 - 19:21

Aussitôt rentrée de la réunion avec tous ces Kages imbus d’eux-mêmes, l’Aburame avait laissé ses insectes relater l’entrevue à sa disciple afin de ne pas s’embarrasser avec des mots ou une vision plus que subjective et méprisante sur chacun. Si Mizuki voulait devenir une seconde efficace, elle devait apprendre à penser par elle-même. Elle avait reçu dans la même journée de la part de Senwashi une lettre des plus inquiétantes, adressée de prime abord au Daimyô du Feu. Ce dernier la lui avait visiblement redirigé d'après le sceau afin de la mettre au courant des intentions de son confrère des vagues.

Des interventions Konohajins … Oui il y en avait bien eu et par la suite, l’Aburame avait chargé l’Hyûga avec qui elle devait dîner ce soir de transmettre le dossier Nami au Seigneur du pays. Mais ces dites interventions n’avaient jamais été signalées comme ayant été interrompues et identifiées. Aucun lien n'aurait dû être fait. Une taupe au sein de Konoha ? Au sein du pays du Feu ? Tout cela ne lui disait rien qui vaille. Notamment l’agitation qui commençait à poindre dans tout le Yuukan. Nation. Corporation. L’attaque du Shozaichi était-elle de leur fait ? Si oui, avaient-ils décidé de s’en prendre au pays du Feu via Nami no Kuni ?

La discussion avec Munemasa s’annonçait plus qu’intéressante.

* * * * *

    Bien, nous partons.


Quatre personnes lui faisaient face : Munemasa, Mizuki et deux des ANBUs qui les avaient accompagné à Suna. Senwashi avait été renvoyé à Konoha pour qu’ils se préparent là-bas au lancement de l’opération sur Nami no Kuni. Sa discussion avec le représentant du Daimyô avait achevé de la convaincre quant à la nécessité d’une action rapide. Pour enfin renverser le clown des vagues, mais également obtenir des réponses. Ils avaient tâté le terrain depuis bien trop longtemps.

Le soleil finissait de se coucher. Ils voyageraient donc de nuit pour profiter de la fraîcheur momentanée du désert afin d’en sortir. Le voyage allait être rude, probablement encore plus pour Mizuki, mais il était nécessaire. Glissant dans sa main une petite poche de pilules militaires pour éviter la fatigue musculaire, l’Aburame passa le pas de la porte de son appartement sablonneux en première. Leurs hôtes avaient été prévenus de leur départ suite à une urgence, et elle avait confié la sécurité des Genins et du reste des accompagnants à Satochi. Natsuki était clairement le plus puissant des deux, mais elle doutait de sa capacité à manager des Genins plaintifs sur le chemin du retour.

* * * * *

    Munemasa, je vous laisse prévenir votre élève Kadoria Sho qu’il est maintenant en charge de l’enquête liée à la tentative d'assassinat du Daimyô. Qu’il retourne sur place en compagnie de ces deux Genins dont il aura la charge. Avec un peu de chance ce qu’il y trouvera ainsi que les indices à Nami no Kuni permettront enfin de faire la lumière sur toute cette histoire.


Faisant glisser le dossier sur la table de réunion, l’Aburame s’appuya à nouveau sur la table, contemplant sous ses yeux la carte du regroupement d’ilots qui formaient Nami no Kuni. Un repaire de brigands, de pirates et de la pire vermine depuis les parias de Hai no Kuni. Mais tout cela allait bientôt changer

    Bien, le briefing pour les différents chefs d’équipe de l’opération Raz-de-marée aura lieu dans une heure. Mizuki, je te laisse regrouper tout le monde… Inutile de préciser que je compte sur vous deux pour le succès de cette opération. Et même si le dialogue ne mènera probablement à rien avec votre interlocuteur, tâchez de faire traîner les négociations en longueur, le temps pour nos hommes de le couper de ses différentes ressources.


Ils y étaient enfin. Le Pays des Vagues allait être agité. En espérant que les conséquences de tels actes ne provoquent pas un retour du bâton comme elle le suspectait. Elle n’aimait pas jouer selon les conditions des autres. Envahir Nami no Kuni le plus tôt lui semblait en cette heure la meilleure solution pour couper court à toute machination. Peut-être se trompait-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Gekei Mahiro
Informations
Grade : Genin d'Iwa
Messages : 1099
Rang : S

C. Raz-de-marée Empty
Message(#) Sujet: Re: C. Raz-de-marée C. Raz-de-marée EmptyDim 10 Jan 2016 - 15:12

Les évènements s’enchainaient avec une vélocité remarquable. Tout d’abord, l’examen pour élire les prochains ninjas de moyennes classe de Suna avait été la couverture d’une réunion des élites de ce monde au sein d’une misérable tante, tous assis en tailleurs dans le sable et l’inconfort. Ensuite, un dîner en tête à tête avec le Nanadaime Hokage afin de la tenir au courant des récents évènements concernant l’actuel Daimyo du feu du feu : Takesho Imotori ainsi que l’attentat sur sa personne et sur celle de ses ministres orchestré visiblement par le clan Suihou du pays des vagues : Nami no kuni. A cette nouvelle, le Nanadaime Hokage avait écouté avec une grande patience, mais le Professeur avait pu remarquer que celle-ci avait des limites. Aburame Miko bouillonnait déjà, et une lettre transmise de la part de ce dit Daimyo se changea alors, de mettre le feu aux poudres.

Peu de temps après tous ces évènements, Munemasa avait reçu une lettre du Daimyo dans laquelle il transmettait une lettre qui lui avait été destiné de la part de Kuruma Toichi, le Daimyo du pays des vagues. Celle-ci indigne d’un homme de sa classe et de son rang insultait le Daimyo et les shinobis du pays du feu, en mettant un terme aux transactions commerciales entre le pays du feu et celui des vagues. La folie de l’homme des vagues irritait fortement le Nanadaime qui n’en avait désormais cure des affaires politiques. Malheureusement, l’heure était à la guerre, ou plutôt devrions nous dire, à la destitution politique. Une opération de grande envergure était engagé depuis peu, raison pour laquelle dans une urgente précipitation, Aburame Miko, Aburame Mizuki et le Professeur quittaient Suna pour rejoindre le pays du feu et plus précisement sa capitale : Konoha.

Pendant le voyage, Munemasa avait déjà envoyé une lettre à son second afin que celui-ci ne mène l’enquête sur la tentative d’assassinat des personnages du conseil du feu. Il se devait, pendant que lui accompagnait l’Hokage en tant que représentant du Daimyo et Conseiller Politique. Pendant toute la durée du trajet, la femme qui tenait la couronne de feuille expliquait alors à son conseiller toute l’étendue de cette vaste opération qui allait se dérouler dans les prochains jours. Les forces du feu allaient tout simplement envahir et annexer le pays des vagues afin de destituer le fou qui était à sa tête.

*****

Quelques jours plus tard, au village de Konoha, tous assemblés devant une carte de l’archipel de Nami no kuni, Miko donnait ses ordres à ses généraux afin d’organiser cette vaste campagne de conquête sur la pays des vagues. Munemasa ressentait une profonde détresse, celle d’un échec. En tant qu’homme politique, il existait pour éviter que des désaccords entre grands de ce monde ne mènent à des batailles et des guerres aussi sanglantes qu’intuiles. Il désirait la paix par les mots et non par les armes. S’il ne refusait pas à s’investir dans cette opération, c’était pour tenter une dernière fois de convaincre le Daimyo du pays des vagues de quitter de lui-même son poste et de laisser au pays du feu le choix de son prochain successeur. Bien que les agissements de cet homme étaient déplorables et que ses propos étaient bien déplacés et provateurs, la paix, était toujours possible. Munemasa se tournait alors vers Miko.

J’écrirais à Sho soyez en certaine. Mais je vous en conjure Hokage, si lors de cette opération, il y a une probabilité pour utiliser les mots plutôt que les armes, laissez-moi éviter une guerre et un vain amoncèlement de cadavres que ce soit de notre côté ou du leur. Les mots doivent toujours l’emporter sur les armes, qui se doivent d’être le dernier recours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

C. Raz-de-marée Empty
Message(#) Sujet: Re: C. Raz-de-marée C. Raz-de-marée EmptyDim 10 Jan 2016 - 17:57

Le soleil commençait à disparaître derrière l’horizon sablé. J’étais là, debout face à la fenêtre de ma chambre qui donnait vers l’immensité aride du désert, soupirant légèrement. Dans deux jours, l’épreuve finale de l’examen pour lequel je m’étais donnée corps et âme allait terminer, et je ne pourrais pas y assister. Adieu la foule en délire, adieu les Genins qui arrêtent plusieurs minutes leurs combats pour se demander si leurs techniques sont bel et bien parties, adieu Sunajins dont les romances endiablées réchauffaient un peu plus le sable de leurs amours charnels (façon polie et courtoise de dire qu’ils copulaient, en fait, allez pas croire qu’il y a un quelconque romantisme à mettre sa troisième jambe dans une jolie fleur, hein).

C’était drôle, parce que depuis mon arrivée, je n’avais souhaité que rentrer : le sable me collait partout, j’avais horreur du soleil et de la chaleur et, au fond, Konoha me manquait. Mais, maintenant que l’heure du départ était arrivée, je me disais que tout ce travail accompli était désormais du passé. Des mois de préparation, pour une finale que je ne verrais jamais. Strike et Kihran devront porter fièrement les couleurs de Konoha, sans Miko et moi pour les observer. J’avais confiance en eux. Surtout en Kihran, en fait, le Gogyou n’étant encore qu’un ado’ impulsif et téméraire. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle une des deux lettres que j’allais envoyer en partant lui était destinée : Hôritsu, nouveau Raikage, n’avait pas fait forte impression. Il fallait que quelqu’un garde un œil, même de loin, sur cet énergumène. Les caméras de Suna ainsi que toute l’effusion due à l’examen permettait de le surveiller, mais je m’en occupais personnellement : là, je retournais à des kilomètres d’ici. Kihran prendra le relai tant bien que mal et, qui sait, peut-être découvrira-t-il quelque chose. La seconde lettre était adressée à Kibo, pour qu’il sache tout de même que je ne m’en vais pas en voleuse, mais bel et bien pour des affaires urgentes dans mon village. Tant pis, le restaurant sera pour une autre fois.

Suna était calme, bien trop calme, ce soir. Ou plutôt, cette nuit. Natsuki avait scellé mes affaires, et je me tenais aux côtés de Miko, l’air austère comme à son habitude, et Munemasa, un haut dignitaire du village qui officiait auprès du Daimyo. On se trouvait devant la Voie Illusionnée, prêts à partir pour le pays du Feu. Au signe de l’Hokage, on accourra dans le désert. Quelques minutes plus tard, je tournai la tête, pour voir cette immense cité une dernière fois, un sourire aux lèvres. J’avais laissé l’examen bouclé, tout était prêt. Aucun risque que l’organisation ne se ramasse. Kibo s’était assuré de la sécurité du stade qui devait accueillir les milliers de personnes (entendez par-là que si la sécurité foire, par pur hasard, et qu’on assiste à des trucs inhabituels genre, à tout hasard, une attaque de shinobis faisant parti d’une organisation criminelle, je ne suis pas concernée).

Le voyage ne fut pas long, bien moins long que je ne l’imaginais alors que j’avais passé des heures entières dans une cale de bateau à l’aller, à croire que Miko m’avait lancé une ultime crasse pour je ne sais quelle raison. On arriva très tôt dans la matinée, le village était paisible et encore endormi. Les gardes furent étonnés de nous voir de retour, aux côtés de l’Hokage, mais ne cherchèrent pas à en savoir plus. Après quelques vérifications de base, on put partir en direction du palais et du bureau que je n’avais que trop quitté. Je pris une grosse bouffée d’air en entrant dans l’édifice, saluant joyeusement l’équipe de nuit qui m’accueillait très chaleureusement (pendant que Miko me défonçait du regard, genre « T’es gentille cocotte, mais grouille tes fesses, j’ai des affaires qui pressent »). Je montai les marches pour me retrouver dans le bureau qui n’avait pas changé, donnant sur le village encore endormi, dans un ciel gris foncé, alors que les premières lueurs du soleil n’allaient pas tarder à pointer le bout de leurs nez. Miko nous avait déjà résumé la situation avant de partir, explicitant les détails sur la route du retour. L’opération « raz-de-marée ». Kawaï, quand même.

Je m’assis sur un meuble, fatiguée, et ayant envie d’une bonne douche après ces heures de voyage. Et quelque chose me dit que je n’en avais pas fini, puisque je devais bientôt partir pour le pays des Vagues. J’écoutai le dernier discours de Miko, et la réponse de Munemasa, adossée au mur. J’hochai simplement la tête lorsqu’elle me dit de contacter les chefs d’escouade. Je descendis de mon perchoir presqu’aussitôt, pour attraper le dossier à la volée. Que des grands noms pour cette conquête, dis-donc. Miko ne lésinait pas sur les moyens. Je m’assis en face d’elle, et je commençai à reprendre les bonnes habitudes. J’ignorais si Suna m’avait fait grandir, ou si le succès de l’examen lui avait donné une nouvelle confiance en moi, mais l’heure qui précéda les arrivées des gradés fut intense, et le tout sans flot de paroles inutiles. Chacune d’entre nous fit ce qu’elle avait à faire, comprenant d’un regard ce que l’autre voulait faire et devait faire. Heureusement qu’on était retourné à Konoha, hein, sinon, qui sait ce qu’il se serait passé dans cette configuration à Suna et son climat aphrodisiaque (ça va, je déconne, hein, je reste chaste et pure jusqu’à ma mort).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

C. Raz-de-marée Empty
Message(#) Sujet: Re: C. Raz-de-marée C. Raz-de-marée Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

C. Raz-de-marée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Actes :: Acte #6 : Révolution :: Scission-