N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Au cours d'une peinture [ PV Mizuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Hebi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 715
Rang : B+

Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] EmptyLun 31 Aoû 2015 - 14:06

Aujourd'hui, il se lève tôt, il a décidé d'aller peindre près des cascades. Il aime particulièrement le bruit de l'eau. Il s'allume une clope et se prépare un café, rien de mieux pour commencer la journée. Il ne reste qu'une seule étape mais elle ne sera pas décrite. Il fume sa dernière latte et l'écrase dans une noix de coco. Normal, Nobu n'est pas du genre à rester dans l'originalité. Il n'a pas de travail avant cette après-midi, il doit être huit du matin. Il a du temps devant lui. Il regroupe tout le matériel nécessaire pour peindre paisiblement.Un paquet de cigarette est le premier objet à ne pas l'oublier. C'est un pur accro à la nicotine. Sa bouteille et sa chaise pliante sont indispensable pour pouvoir être détendu. Un casse dalle pour ne pas avoir faim en commençant le boulot, ces pinceaux et sa toile, tout est dans le sac, on peut y aller. Il met son long manteau noir et sors de sa cabane. Quelques nuages éparpillés dans le ciel, une bonne journée qui commence, l'homme respire un bon coup et commence sa marche à travers la forêt. Les oiseaux chantent, un léger sourire présent sur le faciès du peintre, ce dernier passe presque tout ce temps libre dans la nature. Observer les animaux dans leur environnements, il adore les dessiner et leur donne de la nourriture. Au contraire, l'être humain n'est pas son point fort.

Il n'est pas vraiment sociable. Il a horreur de ces frères de chair et de sang, non pour les ideaux de ces parents mais on ressent un rapprochement avec la nature. Quelques personnes auront la chance de pouvoir parler à Nobu, il y a un seul clan à Konoha qu'ils adorent. Le clan des Polymorphe originaire de Kiri, des hommes qui s'assimilent à la nature. À leur naissance, on leur attribue un totem animal et peuvent se transformer en ce dernier en s'entrainant. Ils sont des capacités vraiment intéressante et pour la plupart, ce sont des protecteurs de la nature. Il n'en a jamais rencontrer, il aimerait faire la connaissance d'un de ses polymorphe. Il n'est pas du genre à courir, il préfère marcher et observer ce qu'il l'entoure. Il prend une cigarette dans son sac et l'allume. La fumée s'évacuant lentement par les narines tel un dragon penseur, il est bientôt arrivé à destination, il ne reste plus beaucoup de marche. À force de peindre en pleine nature, Nobu connait la forêt comme sa poche, il n'a jamais tester ces aptitudes au combat au milieu d'Hi no Kuni. Un terrain connu est une parfaite qualité lors d'un combat, on sait facilement comment se cacher, esquiver grâce à des obstacles ou tendre des pièges aux inconnus. C'est une partie plaisir. Il s'arrête net, le léger sourire toujours présent, le peintre pose son sac et fume une bonne latte de sa cigarette. L'eau ruisselant, une biche buvant paisiblement dans la source, il était arrivé dans son paradis naturel.

Nobu déploie son matériel, il déplie sa chaise pliante et pose sa bouteille à ses côtés. La toile et son porte-chassis en place, notre protagoniste s'installe tranquillement, les pinceaux dans les mains. Il écrase l'ancienne cigarette et en rallume une autre. Gros fumeur le peintre. Il commence à peindre en regardant la cascade en même temps, l'encre ancrée dans la toile, il est maintenant entré dans son monde. On ne peut plus l'arrêter. Quelques fois, il va se pencher légèrement pour attraper sa bouteille et déverser ce liquide alcoolique dans son gosier. Il la repose à sa place dès qu'il a fini. Cependant, le seul problème c'est que le peintre n'est pas encore capable de localiser les sources de chakras. Si la personne est discrète, elle ne se fera jamais localiser par Nobu. L'homme continue sa peinture paisiblement sans aucune source de dérangement ou de soucis autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] EmptyMar 1 Sep 2015 - 18:53

Les journées s’enchaînaient sans se ressembler, alors que j’avais l’impression de faire toujours la même chose. Cela faisait plusieurs semaines que je préparais l’examen Chûnin, que je remplissais des papiers, composais des dossiers, triais des candidats, faisais passer des entretiens aux senseï… Le tout en parallèle de la vie du village qui, elle, continuait. Miko abattait une charge de travail monumentale en ce sens, mais je devais continuer à faire certaines choses. Comme le café, par exemple, pour lequel je recevais de moins en moins de plaintes. Ce qui est une bonne chose… Je crois. Après elle est peut-être juste blasée de me dire tout le temps que mon café est dégueulasse, mais bon. Je préfère la première version.

Aujourd’hui, je ne travaille pas. La raison officielle c’est que je ne sers à rien quand je suis trop fatiguée, et que « si c’est pour faire ça, reste chez toi ». Au fond de moi, je pense qu’elle a vu que la tonne de boulot que j’avais m’épuisait et que je ne comptais pas mes heures (d’ailleurs il faudra discuter pour un salaire revu à la hausse). Du coup j’en profitai pour faire une grasse matinée ! … Jusque… Pfolala… Un bon 8H ! Parce que oui, je ne sais pas si pour vous c’est pareil, mais une fois que tu as un rythme, c’est dur de s’en défaire. Enfin je crois que je souffre quand même de troubles du sommeil (troubles que je me suis auto-diagnostiquée parce que je suis mon propre médecin et à mes heures perdues je suis aussi pharmacienne, auto-psychologue et plâtrier-peintre) : ça ne me dérange pas de me lever à 11H quand je commence à 9H, mais je ne peux pas me lever tard quand je ne travaille pas. Ne cherchez surtout aucune logique. Enfin bref, après un petit-déjeuner, je décidai d’aller m’entraîner (oui je sais, vous êtes tombés de votre chaise. Ca va, hein, ça fait un moment que j’ai repris mon avenir en main maintenant, ne soyez plus si surpris).

La forêt alentour étant de plus en plus surveillé, à cause du déploiement des nouvelles défenses, je décidai de m’éloigner un peu plus, suivant le chemin du cours d’eau. L’air frais matinal emplissait mes poumons, tandis que les délicates odeurs de la forêt me caressaient les narines. La chaleur de l’été s’était estompée et l’humidité de l’automne n’était pas encore arrivé : le moment était parfait pour les balades. Seul le chant des oiseaux venaient perturber le silence de la forêt ambiante. J’arrivais à une clairière, bercée par le bruit d’une cascade un peu plus loin. Je m’arrêtai là et fis apparaitre à l’aide d’un sceau un mannequin de bois, que je commençai à frapper, à l’aide de kunaï et d’insectes. Il faudra que je pense un jour à faire ma confirmation, d’ailleurs. Et que je pense à arrêter d’avoir aussi peur des insectes. Ça peut aider, pour une Aburame.

Le temps passa, le soleil était levé depuis bien longtemps maintenant. J’étais en sueur et essoufflée, et bien décidée à me rafraichir sous l’eau de la cascade, qui me ferait un bien fou. M’avançant vers la provenance du bruit, je débouchai devant une fine cascade et surtout devant… Quelqu’un. N’étant absolument pas discrète, puisque pensant être seule, nul doute que l’homme qui peignait devait m’avoir entendu. Soupirant discrètement, je finis par le saluer en affichant un large sourire, devant sans doute être rouge de chaleur.

    - Salut ! Désolée de te déranger. Je m’appelle Mizuki, je suis de Konoha et… Enfin je ne pensais pas qu’il y aurait quelqu’un ici, pour être honnête !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hebi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 715
Rang : B+

Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] EmptyJeu 3 Sep 2015 - 22:47

Pour l'instant, personne est venu embêter le jeune peintre. Il exécute des coups de pinceaux délicats, il a toujours voulu ressembler à son père dans ce domaine-là. Jadda, le père de Nobu, a un grand talent dans la peinture, il faisait vivre sa famille seulement en vendant ces chefs-d’œuvre. Le ténébreux n'avait jamais réussi à survivre avec ces peintures mais il continue à s'exercer paisiblement comme son père le faisait. Il a gardé toute les techniques d'art que son père lui a enseigné. Pourtant, son père n'a jamais été un sensei, notre protagoniste a du apprendre tout seul le contrôle de Sumi. Dans sa grande fainéantise, il a réussi à donner vie à toute sorte d'animaux. Un réel zoo dans sa maison, à part qu'il était composé seulement d'encre des Hyôs. Une encre fabriquait par les ancêtres, les jeunes peintres tel Nobu ne connait pas la composition de ce colorant. La bouteille dans sa main, il déverse le vin dans sa gorge, buvant de grosses gorgées et la repose près de lui. Une pause lui ferait du bien.

L'homme se pose tranquillement au bord du ruisseau et jette de l'eau sur son visage pour se rafraichir. Il boit quelques gorgées à l'aide de ces deux mains. L'homme s'est ressourcé, il peut continuer à peindre paisiblement. Quelques minutes après qu'il se soit assis, une jeune femme débarque de la forêt. Une chevelure flamboyante et des yeux assortis, une tenue entrainement humidifié et de la sueur perlant sur son jolis minois, elle venait de s'entrainer. Nobu ne l'avait pas localiser, trop concentrer à peindre dans son monde. Même après un sourire discret, l'homme n'est pas perturbé. Seulement au moment où la jeune femme prend la parole que le peintre se stoppe net au cours de son trait délicat. Son visage se retourne délicatement pour jeter un regard noir à la jeune shinobi de Konoha. Son regard analyse rapidement la jeune femme, il pose rapidement une cigarette sur la bouche. Il l'allume à l'aide d'allumette. Notre shinobi aux cheveux brûlants se nomme Mizuki, elle ne donne aucune information sur sa famille. Peut-être que Nobu fait face à un Gekei ou peut-être pas. Elle a l'habitude de s'entrainer ici. Nobu retire sa cigarette de sa bouche et souffle le reste de fumée qu'il avait dans ces poumons. D'un ton neutre, le jeune peintre prend la parole:

« Bonjour ... Je n'ai pas l'habitude de peindre ici. Je viens de temps en temps. »

L'homme se tourne machinalement et reprend sa peinture comme si de rien n'était. Une bonne latte, il tapote la cigarette et déverse la cendre dans la bouteille:

« Un peu de repos et de calme vous ferait du bien »

Nobu n'a l'air d'être énervé. Au contraire, il est plutôt calme et n'a pas l'air dérangé par la visite de cette inconnue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Yamanaka Ayumi
Informations
Grade : Nidaime Hokage
Messages : 1281
Rang : S

Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] EmptyVen 11 Sep 2015 - 0:02

Je pinçai un peu mes lèvres. Je n’avais pas prévu que des gens se trouveraient ici. Difficile du coup d’enlever tous ses vêtements et de nager nue sous la cascade. Soupirant discrètement, je m’avançai tout de même vers l’étendu d’eau en souriant à l’homme, le soleil frappant encore de sa douce tiédeur. Je n’aimais pas la chaleur, mais je voulais en profiter un peu avant de retrouver l’hiver. Je sais pas ce qu'il en est chez toi, mais dans ma contrée reculée, il neige souvent, l’hiver. C'est sympa uniquement quand t'es au chaud chez toi où que tu vois un vieux se gaufrer devant toi, mais ça devient nettement plus chiant quand tu dois aller au boulot à pied, que tes cheveux gèlent en route et que t'as dû t'auto-amputer du pied gauche parce que toute façon il allait finir par tomber tout seul. Du coup je vais éviter de sortir de chez moi. Je ne vais pas voir la couleur d'un brin d'herbe pendant des millénaires et je vais plus en pouvoir de voir mon voisin déneiger son allée tous les matins en criant « Haha y’a au moins 25cm, ça fait rêver hein !? ». Je suis déjà au bout du rouleau.

Heureusement j'ai un père formidable qui déborde d'idées farfelues et qui va me faire participer à ses délires. Genre, comme bien souvent quand il n’a rien à faire, mon père va être pris d'une envie fulgurante de bricolage. Quand je vais le voir sortir la perceuse en sifflotant, je vais faire comme si de rien n’était, genre « Ah tiens, faut que j'aille repeindre les buissons, embrasse ta femme pour moi ». Le bougre réussira quand même à me retrouver (dans ma chambre, facile) et me nommera adjointe officielle alors que j'avais plein d'autres trucs de prévus genre… Je sais pas… Pondre une thèse sur la fission nucléaire. J’irais quand même l’aider, dans un élan de bonté infinie et pour pouvoir prendre des photos en cas d'électrocution fortuite. Ce grand fou avait décidé l’hiver dernier de tirer des fils pour faire une nouvelle prise. Parce que des fois mon père se lève le matin et il se dit « Wahou, quelle belle journée pour tirer des fils ! ». Du coup j'ai passé une après-midi encastrée entre un mur et une armoire pendant que mon père me disait de tirer des fils jaunes qui étaient en fait rouge. C'est là que j'ai compris que mon père était daltonien, ou alcoolique, je sais pas encore.

    - Ouais, c’est pour ça que je viens ici.

Je me tenais près de l’eau, regardant mon reflet. Je m’assis, enlevant mes chaussures et remontant mon pantalon jusqu’au milieu de mes cuisses, plongeant le bas de mon corps dans l’eau, le haut étant resté assis sur la rive. Je respirai profondément, profitant de l’eau fraîche sur mes pieds et mes mollets, levant les yeux au ciel, admirant les quelques nuages qui passaient et appréciant le silence environnant. A presqu’en oublier cet homme qui s’était retourné et ne se consacrait de nouveau qu’à se peinture, oubliant presque ma présence. Un peu vexant, au final. J’aurais peut-être vraiment dû me mettre toute nue, il aurait peut-être un peu plus remarqué ma présence.

    - Vous venez de Konoha ?

Il fallait bien essayer d’entamer la conversation. C’est assez gênant sinon, lui en train de peindre à cinq mètres de moi qui me relaxe, les doigts de pieds en éventail. J’avais légèrement incliné la tête, le fixant et attendant sa réponse.

    - Vous peignez quoi, d’ailleurs ?

On jurerait que je suis de la police, dis donc…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Empty
Message(#) Sujet: Re: Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Au cours d'une peinture [ PV Mizuki] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Au cours d'une peinture [ PV Mizuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Hi no Kuni :: Cascades de Hi no Kuni-