N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Suna
Meïka A. Oniri
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMer 19 Aoû 2015 - 10:04

Le fil de notre avancé se concrétisait par l’arborescence d'une luxuriante végétation. Petit à petit, les mottes de plantes desséchée et le sable aride laissait place à un nouvel environnement. Nous filions toujours plus vers le nord en direction de notre destination. Le pays de Ki était une des extravagances géologique de ce monde. Placé à un niveau en-dessous de celui de la mer, le pays tout entier était enfoncé dans une cavité de laquelle poussait une gigantesque et dense forêt large de plusieurs centaines de kilomètres carrés. Le climat s'était également profondément dégradé depuis notre départ. Chose rare a apercevoir si ce ne fut au printemps lors de la saison des pluies, d'imposants nuages se profilaient sur l'horizon lointaine, obscurcissant le ciel, tel un voile grisâtre qui surplombait le gouffre de Ki.

Alors une pluie fine commença à se déverser sur le paysage dévasté qui lentement prenait place devant nous. Avant même d'avoir traversé cette frontière naturelle qui démarquai le pays nous pouvions apercevoir le néfaste présage que le terre nous transmettait de par cette vision chaotique d'une terre ravagée par les secousses. D'imposants bloques de roches avaient été arraché du sol, alors que d'innombrables fissures striaient la surface. En contre-bas nous pouvons clairement discerner les ravages qu'avaient causé le cataclysme. La majestueuse flore qui caractérisait tant le pays n'était désormais qu'un amas de déchéances où se mêlée terre boueuse et bois brisés.

Abord du nouvel aéronef « Kamikaze », nous avions quitté Suna par la voie des airs afin de nous rendre au plus vite en ces lieux. J'avais récupéré une douzaine de Shinobi et organisé les équipes avant de les « lâcher » aux Porte du Jour afin que les troupes se dispersent et effectuent leur mission. Moi de mon côté j'étais resté à conduire, demeurant en compagnie de mes deux élèves Kanpeki et Lina, même si la première ignorait encore qu'elle l'était. Et d'un jeune marionnettiste répondant au nom de Fumiji Aki. Notre objectif, enfin, plutôt mon objectif étant d'atteindre directement l'Arbre Mère. J'avais un mauvais pressentiment quant à ce dernier. J'ignorai si cela était du à ma nouvelle nature, mais je ne tenais nullement à voir les racines de ce somptueux édifice naturel s'arracher à la terre. Ce sentiment était assez étrange, cela ne me ressemblait guère d'agir et de penser ainsi.

Malheureusement avant d'espérer aller plus loin nous n’eûmes d'autre choix que de nous poser au bord du précipice. Le Kamikaze était encore en phase de test et il n'était pas conseillé de laisser ses moteurs chauffer plus longtemps au risque que ces derniers nous lâchent en plein vole. Malgré tout i il s'agissait d'une perte de temps dérisoire comparé à celui que nous avions gagnés durant le trajet. Sur ce point là, je n'aurais pu être davantage comblée. L'engin atteignait toute mes espérances. A savoir traverser tout un pays en moins d'une demi journée, sans le moindre effort, sans le moindre risque tout en transportant des individus avec. Nous n'avions mis que quelques heures à faire un trajet qui aurait du nous prendre plus de deux jours. L'aéronef ainsi posé, nous ne pouvions rien faire d'autre à part attendre que les moteurs refroidissent. Nous profitâmes alors que l'occasion pour rejoindre l'extérieur afin de se faire un premier aperçu de l'ampleur des dégâts.

Vêtu de ma tenue de Kunoichi, un capuchon rabattu sur la tête ainsi qu'équipé de le plupart de mes armes, j'effectuai de longues enjambées pour arriver jusqu'à la bordure du gouffre là où se profilait la forêt en contre bas. La pluie était douce, sans agressivité, même si le vent venait parfois fouetter nos visages. Il faisait suffisamment sombre pour entraver notre champ de vision. A chaque instant qui s'écoulait je dus me faire violence pour dominer mes instincts afin d'empêcher mon œil droit de s'adapter à l'environnement. Nul doute que mon équipe aurait du mal à comprendre pourquoi leur chef se retrouvait dotée d'un œil reptilien luisant dans l'obscurité. De ma position il m'était impossible d’apercevoir l'état de l'Arbre Mère, malgré que mon esprit semblait irrémédiablement attiré vers-lui. Je serrai les poings, laissant quelques gouttes de pluies filer entre les jointures de mes phalanges, pestant intérieurement contre moi-même au plutôt envers ma condition qui, en plus de me transformer en énigme vivante, jouait avec mes aspirations et mes sentiments.

Hors, c'était plus fort que moi. Je pouvais ressentir cette énergie naturelle colossal qui sillonnait le pays. Cette même énergie qui semblait se déchirer d'elle-même comme une immense fracture, signe que la terre souffrait. Et malgré toute ma volonté pour l'ignorer, je ne parvenais à rester totalement indifférente devant cette sensation. Pour penser à autre chose, je réajustai mon micro-casque vers mes lèvres afin de faire passer mon message à mon équipe.

« Restez prêt à partir. Les moteurs seront de nouveaux opérationnel d'ici une demi-heure. A partir de là nous filerons directement vers notre objectif. »

Je ne leur en disais pas davantage. J'avais suffisamment confiance en eux pour ne pas leur imposer un debriefing complet sur ce qu'ils avaient à faire. Ce faisant, je me retournai pour me diriger jusqu'à la soute du Kamikaze. En marchant mes bottes frappaient la terre boueuse, soulevant cette dernière à une série de clapotis à peine étouffées par le son de la pluie. Une fois à l'intérieur je prenais place sur l'un des nombreux sièges disposés le long de la paroi de métal de l'engin. Je rabattait mon capuchon vers l'arrière, et laissai ma longue tresse blanche retomber le long de mon épaule gauche. J'attendais alors, observant mon équipe qui faisait de même avant que ne débute la prochaine étape.

Résumé:
 


Rikin


Dernière édition par Saibogu Oniri le Dim 23 Aoû 2015 - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMer 19 Aoû 2015 - 11:14

♫:
 

Si j'angoisse? Un peu, ouais! Non seulement on se rend sur les lieux d'une catastrophe sans précédent - ou presque - mais en plus c'est également à Ki no Kuni que j'ai enduré les pires jours de mon existence. Deux bonnes raisons d'avoir une violente appréhension à l'idée de retrouver ces lieux chargés de souffrances et de mauvais souvenirs. Et deux bonnes raisons de rester silencieuse pendant la majorité du voyage à bord du Kamikaze. Au lieu de bavarder avec mes camarades j'ai préféré observer le mécanisme qui propulse notre moyen de transport volant. Du grand art! Normal en même temps: c'est Saibogu!

Mais cette distraction motivée par la curiosité et le désir de ne pas trop penser à l'avenir proche n'a tenu qu'un temps. Et lorsque nous sommes enfin arrivés en vue de ce qui était autrefois d'imposantes forêts plusieurs fois centenaires, il ne fut plus question d'ignorer la réalité de notre mission. Le paysage dévasté, les arbres déracinés, les fumées noires s'élevant de ce qui était il y a quelques heures encore des villages emplis de vie... Autant de détails qui donnent déjà un aperçu de la violence du séisme qui a déchiré le pays du bois. Une véritable piqûre de rappel qui remet l'humain à sa juste place: celle d'un jouet entre les mains d'une Dame Nature qui peut parfois se montrer d'une cruauté sans égal...

*Nous n'avons pas encore pénétré dans le pays que déjà les séquelles qu'il porte sautent aux yeux! Alors qu'est-ce qu'on y trouvera une fois sur place?*

La mort, sûrement! Et le désespoir dans le regard de ceux qui ont eut la "chance" de survivre... Je tourne rapidement le regard vers ma Senseï puis sur les deux autres personnes qui nous accompagnent. Je connais de vue Kanpeki - une autr Saibogu - mais le jeune homme m'est inconnu. Je ne remets pas en doute leurs compétences, loin de là! Si Oniri les a choisis pour nous accompagner c'est qu'ils sont plus que capables de remplir la tâche qu'on nous a confiée. Mais j'espère simplement que nous allons bien nous entendre! On sera directement confrontés à la souffrance des gens si d'aventure on venait à croiser des survivants. Et je ne suis pas certaine d'avoir les épaules pour y faire face. Dans ce cas j'espère que mes coéquipiers seront à même de me soutenir en cas de besoin. Tout comme je serai là pour eux...

Je laisse mon regard vagabonder sur ce qui était autrefois un océan de verdure à la recherche de l'Arbre Mère, notre objectif. Mais depuis notre position il est tout simplement impossible de voir ce qu'il est devenu. J'espère simplement que ce véritable symbole du pays du bois n'a pas été trop durement touché. L'espoir... Voilà bien ce dont les gens auront besoin dans les semaines à venir. L'espoir que la vie puisse reprendre son cour comme autrefois! Je suis tellement prise par mes pensées que je ne remarque même pas ce changement dans le regard d'Oniri! L'empathie peut parfois être une faiblesse qui vous aveugle...

Lorsque cette dernière nous ordonne de nous tenir prêts au départ je me contente d'acquiescer sans détacher mes yeux de toute cette désolation. Prête? Je le suis autant que les circonstances le permettent. Mais je me demande si on peut véritablement être préparé à ce genre de choses...

- "Je monte la garde!" je m'adresse à mes deux compagnons car Oniri est déjà dans la carlingue du Kamikaze. "Le malheur des uns à un peu trop tendance à faire le bonheur des autres..."

Libre à eux de m'accompagner s'ils le désirent! Quoi qu'il en soit je ne développe pas plus mes propos tant ça me semble évident: il y aura toujours des gens pour profiter des faiblesses d'une nation ou de son peuple pour tenter de s'enrichir voir pire encore. Est-ce que les pillages ont déjà commencé? Nous avons gagné un temps précieux grâce à notre moyen de transport et au système de communication dont Kaze s'est récemment équipé. Mais ces trente minutes d'attentes ne sont pas pour autant plus faciles à accepter. C'est toujours autant de minutes de perdues pour venir en aide à Ki no Kuni. Mais je suppose que même la technologie la plus avancée à parfois besoin de repos...

Je soupire et me passe une main dans la nuque avant d'effectuer deux séries de mudras qui se concluent par l'apparition de deux tourelles de défense Saibogu. Puis je déplie d'une torsion du poignet le bouclier circulaire situé sur mon bras mécanique tandis que mon autre main se pose sur la crosse de mon revolver. Je suis bien placée pour savoir que le mal se terre partout et que le moindre relâchement peut vous être fatale. J'ai déjà été surprise une fois en ces lieux! Et je me suis jurée que ce serait la dernière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Soyokaze
Informations
Grade : Nukenin
Messages : 437
Rang : B+

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMer 19 Aoû 2015 - 13:52

Le son mélodieux des moteurs. De toute évidence, les finitions effectuées par Kanpeki sur le Kamikaze avaient portées leurs fruits. Certes, l'engin n'était qu'un prototype, mais la Chuunin était persuadée qu'il ne restait que des retouches minimes pour rendre l'aéronef totalement opérationnel. Quelque part, même si elle avait été mise au parfum sur le projet en phase terminale, elle considérait la machine comme son bébé. La majorité des attentes avaient été respectée, et l'engin était capable d’exécuter l’entièreté des prouesses qu'on avait voulu lui implanter. Les résultats étaient là. La Rebelle espérait juste qu'Oniri la conseillère était aussi satisfaite du projet qu'elle même l'était. Cependant, la situation actuelle avait quelque peu précipitée les choses...

En effet, alors que le vaisseau aurait dû encore rester en observation à Suna pour une bonne série de test, un événement vint totalement chambouler les plans du secteur D-7 : Il y a peu, Ki no Kuni, le pays verdoyant, fut victime d'une catastrophe naturelle sans précédent. Si les informations qui furent transmises à la Cité dorée étaient correctes, un séisme de magnitude extrêmement élevée était le responsable. A l'origine, des mots sur un écran ou un bout de parchemin que l'on croyait ou non, la Mécanicienne ne put que croire les rapports, lorsqu'elle vit le spectacle de ses propres yeux : Le Pays du Bois, n'était désormais que l'Ombre de lui-même.

Autrefois resplendissante, la chlorophylle de la végétation avait laissée place à la couleur morne de la boue. Des fissures immenses étaient visibles sous le feuillage tâchée des arbres déracinés. Et les falaises qui entouraient le pays avaient crées de nombreux éboulements. Ajoutez à cela le facteur pluie, vous aviez une vision précoce de l'Apocalypse. Plissant les yeux, Kanpeki, vit alors la silhouette de quelque chose de massif derrière l'averse. C'était probablement l'Arbre Mère. Leur destination.

Autrefois douze à se serrer dans le Kamikaze, il ne restait que quatre personne à l'intérieur de l'engin. Kanpeki les connaissaient tous plus ou moins bien. Le seul qu'elle pouvait se vanter de connaître par cœur était Aki, son ami d'enfance. Kan' était mitigée quant à sa présence ici. D'un côté, elle appréciait le fait qu'il se soit décidé à participer à ce sauvetage. Cela montrait qu'il n'était pas un poltron ou un lâche. Mais de l'autre côté, elle avait peur des risques auxquels ils allaient tous s'exposer. Et sa peur était principalement dirigée vers le Fujimi. Elle ne savait pas si elle pourrait le protéger contre la Nature, mais elle se fit tout de même la promesse idiote de le ramener en vie au village.

Concernant les deux autres, la Mécanicienne avait côtoyée la plus gradée du groupe de près. Oniri Saibogu, l'une des Conseillère de Suna. Cette dernière étant cheffe du projet Kamikaze, Kanpeki avait dû lui rendre des comptes un nombre incalculable de fois lors de son séjour au Kenkyuujo. Cependant, elle avait su lui attribuer un travail d'ampleur afin de prouver sa valeur et pour ça, la Brune lui en était reconnaissante.

Elle ne connaissait la petite dernière que de nom. Lina, une Saibogu tout comme la Conseillère et elle. Ne connaissant quasiment rien de cette dernière, Kanpeki était curieuse de savoir ce que cette petite génie était capable d'accomplir en situation réelle.

C'est alors que le Vent Divin se posa à la frontière du Bois. Comprenant le pourquoi du comment de cet arrêt, Kanpeki se leva de son siège. Elle n'arrivait plus à tenir surplace. Il fallait qu'elle se dégourdisse les jambes. Habillée comme à son habitude de son débardeur et de son short en jean, la jeune femme avait ajoutée un Poncho imperméable avec capuche à son accoutrement. Pluie obligeait, elle n'avait pas pu faire autrement.

Finalement, le groupe se décida à sortir de l'Aéronef. Du haut de la falaise, la vue n'était pas bien différente que ce qu'ils avaient aperçus d'en haut : Les mêmes visions de désastre. Capuche rabattue sur son visage de porcelaine, la Saibogu observait le paysage, des questions plein la tête. Y'avait-il réellement des survivants ? L'Arbre Mère allait-il réellement s'écraser ? Elle ne pourrait avoir les réponses qu'en allant de l'avant. Quittant du regard le triste spectacle, elle retourna aux côtés d'Aki.
— Tu es prêt ?
Plongeant ses yeux dorés dans les siens, elle continua. Son ton était dur. Elle voulait que le Marionnettiste comprenne dans quoi il avait mit les pieds. Aujourd'hui, il pourrait très bien rentrer dans un cercueil.
— Tu sais, quand je t'avais parlé du niveau supérieur, j'pensais pas que tu te dévouerais pour quelque chose d'aussi risqué.
Soupirant, elle jeta un regard aux deux autres Saibogu puis reposa son regard sur son ami d'enfance. A l'image d'un secret, elle murmura :
— Là tu joues dans la cour des grands Aki. Je ne sais pas ce qu'on va trouver à ce putain d'arbre, mais il va falloir que tu sois constamment sur tes gardes. Une seule erreur...
Son regard se fit alors plus perçant. Elle voulait que son message s'incruste profondément dans le crâne du Fujimi :
—... Et c'est la Mort. Alors ne fait rien que tu puisses regretter, obéis aux ordres et tout ce passera crème.
A sa manière, elle tenta de lui sourire afin de le mettre en confiance. Assez difficile après ce qu'elle venait de lui raconter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Fujimi Aki
Informations
Grade : Genin
Messages : 38
Rang : C

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMer 19 Aoû 2015 - 16:09

Je n'avais jamais visité ce pays mais comme tout le monde j'avais déjà vue les images et les textes de nos livres de géographie décrivant cette endroit comme un paradis sur terre à sa façon. Cette endroit semblait paradisiaque à l'origine. Je ne doutais pas un instant de la beauté du paysage original mais ce que je vis de l'endroit ressemblait plutôt à un combat épique et décisif de la nature ayant pour seule ennemie elle même. C'était à la fois beau et tragique. Des gens vivaient ici et je m'imaginais très facilement la catastrophe que cela aurait été si le pays des rivières aurait vécu la même chose. Le pays des rivières lui, n'aurait pas survécu aussi longtemps. Avec de tels tremblement de terre ajouté à une telle pluie, mon pays aurait été inondée en quelques heures tout au plus...

Bientôt nous fûmes forcé de descendre de cet engin qui ne m'inspirait pas confiance malgré qu'il soit de fabrication saibogu. Je trouvais plutôt contre nature de faire croire aux hommes qu'ils pouvaient devenir des oiseaux aussi facilement que cela. Après cela, c'est moi qu'on considérait comme un fou. Bientôt Kan me rejoint alors que j'admirais silencieusement le désastre en cour. Je pensais aux gens que nous allions aider mais surtout aux autres : ceux qui allaient mourir et ceux qui allaient tenter de profiter de la situation...

Kan m'avoua silencieusement son inquiétude. C'était indirecte mais elle semblait croire que je n'étais pas préparé à cela et que j'avais eut les yeux plus gros que le ventre. Je n'avais un instant réfléchit aux risques c'était vrais. Néanmoins, j'avais sentit le besoin d'en être. Je n'avais pas réfléchis à ce qui arriverait si je ne revenais pas mais plutôt pensé à ce qui arriverait si mon art se serrait avéré nécessaire et la technologie inutile... Peut-être étais-je un peu plus patriote que je ne l'aurait imaginé.

- Kan ne t'en fait pas. Je ne fais pas cette mission par orgueil mais pour eux. Je voulais simplement être la pour eux comme tu l'as toujours été pour moi. Es-ce que cela t’apparaît si étonnant de ma part ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Meïka A. Oniri
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyDim 23 Aoû 2015 - 21:34

Une main posée sur le genou, la paume de l'autre posée contre mon œil droit, je m'efforçai toujours de garder le contrôle. La pluie s'abattait avec douceur sur la carcasse d'acier du Kamikaze, laissant une série d'échos métalliques résonner en continue à l'intérieur. Les six spots encastrés dans le plafond de la soute déversait une lueur pâle, presque hospitalière sur ma personne recourbée. Je me sentais sotte de chercher à réprimer un aspect de moi-même dont j'ignorai tout. A dire vrai je ne savais absolument pas comment m'y prendre et l'incroyable énergie naturelle qui se dégageai du pays n’abaissait en rien cet instinct « naturel ». Les minutes s'écoulèrent. Je retroussai ma manche pour jeter un coup d’œil à l'heure indiqué sur l'écran digital attaché à mon poignet. J'en profitai également pour aviser mon reflet à l'intérieur. Mon iris s'était fendue à la vertical et brûlait d'une intensité telle que j'avais peine à me reconnaître, ce n'était pas moi, cela venait d'ailleurs. Hors je n'aurais su dire si c'était d'un autre monde ou si cela faisait partie intégrante du monde même. J'eus un petit sourire ironique, voir moqueur à mon encontre. Là encore se dernier me parut bien sombre. Ce reflet au milieu de toute cette noirceur. C'était bel et bien moi...

Aussi me risquais-je alors à tourner brièvement la tête en direction de l'extérieur.. Lina montait la garde pavée de tout son équipement. Dans de telles conditions certain n'auraient pus discerner que sa silhouette, moi je la voyais aussi nettement qu'en plein jour à la différence que le monde m'apparaissait grisonnant, le tout parsemé de quelques nuances de bleus. La pluie était semblable à de petites billes noirs chutant depuis un océan de ténèbres. Nous disposions d'encore un bon quart d'heure avant de pouvoir nous remettre en route. Ce faisant, je rabattai à nouveau mon capuchon sur ma tête de sorte à cacher au mieux mon étrange fardeau. J’emboîtai de nouveau le pas pour prendre la direction de la sortie. Passant à auteur de mon élève, je m'arrêtai une seconde pour poser ma main gantée sur son épaule en signe de réconfort et d'assurance, de sorte à lui rappeler que j'étais toujours et que je comptais également sur elle.

Dehors je pus voir Kanpeki et Aki en train de discuter, mais il m'était impossible d'entendre le fil de leur conversation. J'osai présumer que la plus expérimenté tentait de rassurer le néophyte. Ce dernier avait encore beaucoup à apprendre. Il s'agissait là d'une bonne occasion pour lui de faire ses preuves. De mon côté j'entrepris de marcher le long du précipices dans l'idée d'exploiter ma vision nocturne afin de récolter autant d'informations que possible sur le désastre avant de prendre un nouveau départ. Je décrochai même une sphère métallique attachée à ma ceinture afin de la lancer dans ciel. Cette dernière s'activa dans les airs et s'envola pour partir au loin. Une icône de chargement s'afficha sur mon écran digital, puis dans le seconde qui suivit l'habituel « Données Enregistrées » il en jailli une projection holographique en trois dimensions de cette région de Ki. Ainsi pus-je aviser de toute l'ampleur des dégâts. Le pays était vraiment dans un état critique. Une fois la situation stabilisée il faudrait effectuer des analyses géologiques afin de comprendre l'origine de ce tremblement de terre.

J'avais peine à croire qu'une telle chose était arrivée. Ce monde était si fragile. Mes connaissances dans le domaine étaient assez limité, mais de mémoire il me semblait que Ki se trouvait sur la jonction entre deux plaques tectoniques. Il est communément admit que ce fut lors d'un cataclysme similaire que le gouffre de Ki ses formés. Par la suite, des siècles d'activités volcaniques auraient enrichie la terre donnant ainsi naissance à l'abondante forêt que nous connaissions tous. Peut-être que l'histoire était en train de se répéter. Néanmoins ce n'était pas à moi d'apporter de telles conclusions. Je devais donner la priorité à ma mission, bien que je compris que celle-ci allait être retardée en avisant les deux sentiers accidentés en contre-bas. A l'origine ceux-ci servaient à remonter et descendre la falaise qui cerclait le pays. Le séisme avait provoqué une suite d’éboulement et désormais d'imposants rochers obstruaient les différentes voies d'accès. Un réfléchissant sur le moyen terme, libérer ces issues se révélerait salvateurs pour venir en aide aux réfugier. Sans plus attendre j'activai mon micro pour distribuer les ordres à mon équipe.

« Ici Oniri. Je viens de constater que les sentiers qui borde la frontière du pays sont obstrués par des rochers. Avant de reprendre notre route nous allons libérer la voie. Kanpeki, va récupérer des explosifs dans la soute. Aki utilisera ta marionnette afin de placer ces derniers des points stratégique. Lina s'occupera de sécuriser la zone avec son jetpack en s'assurant qu'aucun civil ne se trouve dans les environs »

Dans l'instant qui suivit je les entendis me rejoindre. Le risque dans cette opération était de faire en sorte que les explosifs n’aggravent pas la situation. Une fois cette affaire réglé nous pourrons reprendre notre route.


Rikin


Dernière édition par Saibogu Oniri le Lun 24 Aoû 2015 - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyLun 24 Aoû 2015 - 3:01

♫:
 

Je regarde de temps à autre Oniri marcher le long du précipice mais je me concentre avant tout sur la mission de garde que je me suis confiée. J'écoute également distraitement la conversation de Kan et du marionnettiste. Ces deux-là semblent plutôt bien se connaître et ce n'est peut-être pas plus mal. Je m'interroge un cours instant de plus sur la nature de leur relation puis reporte mon attention sur les deux tourelles qui me flanquent. Leurs armes pivotent à rythme régulier sur elle-même à la recherche d'un cible ou d'une menace mais pour l'instant on ne semble pas devoir craindre quoi que ce soit. Mais on ne sait jamais: ce monde est si imprévisible parfois...

J'ai hâte de pouvoir porter assistance aux autochtones mais aussi de voir de plus près cet arbre géant qui leur sert de capitale. On peut dire que c'est pour le moins original. On dirait que les gens d'ici apprécient - appréciaient? - vivre avec la nature. Et quand on voit comment elle le leur rend... Ça me conforte dans l'idée que seule la science est une alliée digne de ce nom. Elle au moins elle ne vous fait pas faux bond et ne se retourne pas contre vous. On peut se fier à elle et c'est tout ce qui compte! Peut-être que les habitants de Ki en viendront à la même conclusion?

Les ordres arrivent finalement dans nos écouteurs. Ma senseï a décidé de ne tout de suite à destination mais plutôt de perdre du temps à déblayer des éboulis. Je lui jette un regard rapide en me demandant si la priorité ne devrait pas rester l'aide aux civils. Bon après il est vrai qu'avoir des voies de communication dégagées peuvent faciliter le passage des secours et des convois. Mais je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'on serait plus utiles ailleurs. Mais les ordres sont les ordres et je n'ai guère envie de les discuter...

- "Compris!"

J'ai le beau rôle dans l'histoire je trouve! Je n'ai qu'à survoler la zone pour m'assurer qu'aucun civil se trouve trop près des explosions. Ça semble facile! Et puis je n'ai pas à manier d'explosifs et perdre encore des petits bouts de moi. Entre le bras perdu lors de mon stage chez les marionnettistes et la rencontre avec mon agresseur à Ki, je suis plutôt bien servie de ce côté-là. Je rejoins donc Oniri pour voir si elle a quelque chose d'autre à ajouter et pour me mettre d'accord sur la marche à suivre avec mes camarades. Le tout, évidemment, après avoir récupéré mes précieuses tourelles. Il s'agit d'en prendre le plus grand soin puisque c'est avant tout sur elle que se base mon potentiel défensif.

- "Je vais commencer à survoler la zone et je vous avertirai en cas de problèmes!" c'est à Kan et au jeune homme que je m'adresse. "Je serai vos yeux dans le ciel!"

J'aime bien cette image! Je m'élance dans le vide et regagne de l'altitude quelques secondes plus tard grâce à mon jet pack. Cette sensation de liberté tandis que je vole est grisante et me remonte un peu le moral. Pour autant je n'oublie pas la tache qui m'est confiée et c'est donc avec attention que je commence à survoler la zone alentours. Les arbres ne me facilitent effectivement pas le travail et la pluie qui s'est mise à tomber réduit encore la portée de mon champ de vision. Mais des passages réguliers en rase-motte me suffisent pour m'assurer que personne ne semble passer dans la zone.

Quelques minutes plus tard un groupe d'une poignée de civils apparaît et je les intercepte tout de suite. Je fais attention à ne pas me montrer agressive et les accueille d'un léger signe de main suivi d'un sourire. Parce que les sourires ça ne coûte rien et que ça peut faire du bien, même un petit peu.

- "Bonjour! Je suis Saibogu Lina, de Suna! Je suis ici avec une équipe pour vous aider. Nous sommes en train de dégager la route un peu plus loin et pour ça on va devoir user d'explosifs. Du coup il serait préférable que vous restiez ici jusqu'à ce que ce soit fini."

Je remarque qu'ils sont méfiants ce qui n'est guère étonnant en soi. Nous restons des étrangers même si nous sommes effectivement là pour les aider. Quelque part ça ne me choquerait pas qu'ils croient que je suis une sorte de pillarde déguisée en shinobi du pays du vent. Voir même une shinobi qui voudrait tout simplement profiter de la situation. Personne ne me réponds et ça ne fait que conforter mes sentiments à ce sujet...

- "Vous devez être affamés!" j'active alors un sceau qui dévoile son contenu, à savoir gourdes et rations de survie. "Tenez, servez-vous!"

J'ai droit à quelques timides remerciements, rien de plus. Mais à la façon dont les rescapés se jettent sur les vivres je comprends rapidement que c'est précisément ce dont ils avaient besoin. J'ai un petit pincement au coeur en voyant des êtres humains se ruer ainsi sur de la nourriture. On dirait des animaux trop longtemps privés de repas...

- "Restez ici et je viendrai vous avertir quand le chemin sera à nouveau praticable. On va faire aussi vite que possible! Ho et n'ayez craintes, je veille sur vous depuis là-haut!" je pointe un doigt vers le ciel. "Essayez de vous reposer en attendant, je suppose que vous en avez bien besoin!"

Je leur jette un dernier sourire avant de reprendre mon envol. Le temps d'avertir Oniri et le reste de l'équipe de la présence des civils et je poursuis mon travail de surveillance....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Soyokaze
Informations
Grade : Nukenin
Messages : 437
Rang : B+

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyLun 24 Aoû 2015 - 5:19

— Ca ne me surprend pas que tu veuilles jouer les héros. J'suis juste... Enfin bref.
Ne souhaitant pas en montrer plus qu'elle ne voulait laisser paraître, Kan' était en réalité inquiète pour Aki. Mais après tout, il n'y avait plus de marche arrière possible. La seule chose qui pouvait lui permettre de se réjouir, c'était qu'elle était à ses côtés pour le protéger. Portant son attention sur son environnement, elle vit la Conseillère s'aventurer aux delà du périmètre de sécurité établi par la petite Lina. Disparaissant de leur champ de vision, il ne restait que les deux Chuunin et le jeune Genin.

Silencieuse, Kanpeki pouvait entendre le clapotement des gouttes s'écrasant sur sa capuche et sur la carrosserie du Kamikaze. Chaussée de ses fidèles bottines de sécurité, la Rebelle pouvait sentir que ses pas s'enfonçaient profondément dans la terre devenue boue. Croisant les bras, elle observa attentivement le spectacle désastreux qui n'avait pas changé depuis. Se mordillant la lèvre inférieure, elle réfléchissait à ce qui pouvait les attendre à l'Arbre Mère. Même si des images de cadavres s'amoncelant sous des décombres s'enchaînaient dans sa tête, il était fort probable que l'équipe tombe aussi sur des pilleurs. Cependant, la Kunoichi n'eut pas le temps de méditer à ce sujet davantage. En effet, brisant le silence pesant qui s'était installé dans la zone, une voix retentit dans son oreillette. Un ordre de la femme à la chevelure d'Ivoire.

C'est surprise que la Mécanicienne comprit sa tâche. Jetant un regard envieux à Lina, la Brune pesta. Pourquoi est-ce qu'elle devait s'occuper de cette tâche pourrie ? Elle était bien plus compétente pour voler. La Métal Gear était une armure volante ! Grincheuse, la démarche colérique, elle alla vers l'Aéronef et se dirigea vers le conteneur qui retenait les bombes de facture Saibogu, rien à voir avec les vulgaire barriques de poudre que les autres Ninja utilisaient. Empoignant la caisse de chaque côté, elle se mit en route.

Par chance, Oniri n'était pas partie bien loin et elle n'eut aucun mal à la retrouver. C'est alors que la troisième Ingénieuse, la Rousse, se tourna vers le Fujimi et elle, en leur disant qu'ils pouvaient compter sur elle. Fronçant les sourcils, elle regarda avec envie la petite rouquine s'envoler à l'aide d'un Jet Pack qui eu le don de révulser la Metal Beast. Elle était surprise que ce machin en métal, tout brouillon puisse voler. Enfin, c'était plus de la jalousie, qu'une véritable critique... Finalement, la Chuunin se tourna vers la cheffe de groupe, la mine boudeuse et revêche.
— Dîtes Oniri, pourquoi vous m'avez pas envoyé à la place de cette gamine ? J'serai plus utile là haut. Et puis, vous avez pas peur qu'elle se crashe avec ce tas de ferraille qui lui sert à voler ?
Soupirant et indiquant les explosifs d'un mouvement rapide de la tête, elle continua sur un ton un peu plus neutre, à la limite de l'ennui, à l'adresse des deux autres personnes présentes :
— Sinon, j'pose ça où ?


Dernière édition par Saibogu Kanpeki le Lun 24 Aoû 2015 - 7:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Fujimi Aki
Informations
Grade : Genin
Messages : 38
Rang : C

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyLun 24 Aoû 2015 - 5:49

- Je ne veux pas jouer les héros. Sauf si ce que tu fais, tu considères aussi ça comme étant jouer les héros. Je vois bien que tu t'inquiète pour moi et j'en suis touché mais honnêtement je le fais autant pour toi que pour elles que pour eux. Je ne fais pas cela pour prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Je fais ça car je ne veux pas me contenter de m'inquiéter. Trouve moi faible si tu le veux mais je m'inquiète pour toi même si tu es plus forte que moi et que nous en avons tout deux conscience. Je voulais faire ma part c'est tout. Après tout oublie pas, je suis un mec altruiste. Ça doit être de paire avec ma folie. Finis-je en plaisanterie.

Lorsque j'entendis les ordres, je souris à Kan. Nous n'étions pas encore dans le territoire du pays que déjà mon pantin s'avérait utile. Nous savions tous que nous risquions notre vie à chaque manipulation de ces explosifs. Je rigolai intérieurement lorsque ma colocataire émit des doutes face à la petite rouquine qui se baladait à dos de jet-pack. Je ne pu m'empêcher de lâcher à voix haute un petit " Madame serait-elle jalouse ? Que préférerais tu ? Qu'elle puisse se fier sur toi en cas de problème avec son "tas de ferraille" ou que tu doives te fier à son "tas de ferraille" si tu venais qu'à avoir des problèmes avec ton armure ?". Dès qu'elle fit un signe de tête à Oniri en lui demandant avec ennuie ou mettre les explosifs, j'usai de Ted pour les prendre des mains de Kan. Je manipula Ted de manière à ce qu'il ait une charge dans les mains et les autres dans son ventre. Je dirigeai donc Ted vers le rocher et commença à y déposer les charges de manière stratégique sans dire un mot. Je me contentais d’exécuter les tâches tel que demandé comme me l'avait recommandé Kan. Il était certains qu'une erreur de manipulation n'aurait pas épargné ma marionnette mais cela ne représentait pas un stress pour moi car au moins la vie de mes amis serait sauve. De toute façon en cas de problème, ré-invoquer mon pantin serait simple comme bonjour.

Lorsque la manipulation fût finit, je ramenai Ted auprès de moi et me plaça près de Kan. Je regardais Oniri et je voyais bien en elle une sensei expérimenté. C'est du moins l'impression qu'elle me laissait. Ted avait maintenant le ventre vide à nouveau alors en cas de criminel à juger, il y aurait une place pour le garder captif.

- C'est à vous maintenant Oniri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Meïka A. Oniri
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyLun 24 Aoû 2015 - 19:34

Mon équipe s'était exécutée rapidement, malgré la certaine remarque de Kanpeki qui semblait presque jalouser le fait que Lina ait à s'occuper des hauteurs et non d'elle. Orgueilleuse qu'elle était, elle n'appréciait nullement que l'on empiète sur ses plates bandes. Avant qu'elle ne se mette malgré tout à l’œuvre je pris cependant la peine de lui expliquer mon choix, tout du moins pour cette fois.

-Lina combat davantage à distance et est sur la défensive contrairement à toi qui agit sur le front. Étant la plus exposée, il te faut conserver au maximum ton chakra afin de pouvoir te protéger et riposter en cas d'attaques.

Autrement dit elle devait apprendre à se ménager afin de préserver ses forces, mais je ne m'arrêtai pas seulement là. En tant que Kunoichi il y avait autre chose qu'elle devait savoir.

-Comprend également que tu ne dois pas contester les ordres de tes supérieurs, surtout si on te demande de faire une chose qui ne te plaît pas. Cela ne fonctionne pas ainsi. Pour être efficace tu dois savoir accepter et agir sans rechigner. Tu dois le comprendre. Que je saches tu possèdes également ta propre équipe.

D'une certaine façon je lui apprenais à enseigner aux autres. Le ton de ma voix était neutre et calme. A ce moment je ne lui faisais aucune reproche, je me contentai juste de dire ce qui devais être dit. Des conseils qui pouvaient sembler dérisoire aux premiers abords, mais qui pouvait prendre toute leur importance une fois sur le terrain. J'avais pus remarquer depuis notre départ que Kanpeki avait visiblement tendance à s'éparpiller en mission contrairement à Lina qui restait concentrée sur l'objectif. Suite à ses paroles j'indiquai à Aki où placer les explosifs. Il ne nous fallut pas plus d'une demie heure pour tout mettre en place. J'ordonnai à toute l'équipe de se reculer avant d'activer le détonateur.

Une série de détonations se succédèrent dans un tonnerre de fracas. Un nuage de terre s'éleva alors et fut rapidement étouffé par la pluie. De nombreux rochers roulèrent pour chuter le long de la falaise pour atterrir dans un cours d'eau qu'ils heurtèrent en émettant un son creux qui se répercutèrent en écho le long de la paroi afin de parvenir jusqu'à nos oreilles. Aussitôt nous pûmes constater que nous étions parvenu à nos fins avec un franc succès. Désormais les voies d'accès permettant d'entrer et de sortir du pays étaient désormais libres. Les secours pourraient être acheminé plus rapidement.

« Bien joué à tous. Nous allons dès à présent repartir. »

Alors sans plus attendre, nous rembarques dans la soute du Kamikaze. Je prenais place dans le cockpit tandis que Kanpeki en faisait de même derrière-moi en s'installant sur le siège du copilote. Lina et Aki quant à heure restèrent dans la sorte et se cramponnèrent après avoir au préalable fixé leur ceinture. Les moteurs se mirent en marche, pulsant dans un bruit sourds dans le but d'arracher l'imposante carcasse de métal à la terre. Durant le trajet vers l'Arbre Mère je jetais à plusieurs reprises des coups d'yeux aux indicateurs ainsi qu'à l'extérieur afin de m'assurer que cette mousson restait bien ce qu'elle était et ne se transformait pas en orage. Auquel cas nous n'aurions d'autre choix que de nous poser au risque que le Vent Divin soit frappé par la foudre.

Résumé:
 



Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyLun 24 Aoû 2015 - 22:25

Le voyage et la mousson ne seraient pourtant pas les principaux ennemis de cette escouade de Sunajin. En effet, rapidement après avoir pris leur envol à bord de l'engin motorisé conçus par les Saibogu, ils se mirent en route, voyant l'horizon se modifier petit à petit pour se rapprocher de plus en plus de l'Arbre Maison.


Pourquoi l’appelait-on ainsi ? Car c'était une véritable ville qui avait pris place au sein même du gigantesque tronc. L'arbre en lui-même avait de quoi faire se courber les dieux. Cent fois plus haut et tout aussi large que la plupart de ses congénères, les racines de cet être hors norme devait plonger très profondément sous terre, pourtant, lui aussi avait été touché par le séisme. Peut-être même plus durement que l'ensemble de la forêt.


Auparavant si droit et si fier, l'arbre penchait dangereusement sur le côté ... Beaucoup trop dangereusement même ... Certaines de ses racines étaient sorties et il émettait un doux tremblement au gré du vent.


Comment tenait-il encore dans cette position ? Mais surtout, combien de temps tiendrait-il encore ? De nombreux habitants hagards se trouvaient à ses pieds, sous le tronc géant menaçant de s'effondrer.


Une unique racine ! Voilà ce qui le maintenait encore en place, mais cela ne durerait pas très longtemps ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMar 25 Aoû 2015 - 12:52

♫:
 

Et voila, le chemin était désormais dégagé. Une bonne chose pour les autochtones tout comme pour les renforts Sunajin qui pourraient alors apporter vivres et matériel à la population. Mais il n'y a pas de repos pour les braves, ça non! Du coup l'équipe se retrouve rapidement à bord du Kamikaze pour se diriger vers l'arbre-mère. Kanpeki fait office de copilote d'Oniri tandis que je me retrouve avec Aki dans la soute. L'avantage c'est qu'au moins je peux profiter du paysage ou de ce qu'il en reste...

Malgré les conditions météorologique qui semblent s'aggraver, on parvient à distinguer l'arbre-mère. Vu sa taille ce n'est guère difficile à vrai dire. Mais il est dans un état lamentable: penché sur le côté, ses racines durement éprouvées ressortant carrément du sol, il n'est retenu en équilibre que par l'une d'elle. Ce glorieux symbole du pays du bois n'est plus que l'ombre de lui-même. Et s'il tombe... Qui sait combien de victimes il pourrait faire? Les habitants de la capitale doivent sans doute faire le nécessaire pour l'évacuer mais est-ce qu'ils auront le temps? Et puis il doit y avoir encore pas mal de blessés incapables de se déplacer seul. Dans la panique générale qui doit régner en ces lieux peuvent-ils compter sur l'aide de leurs compatriotes?

- "C'est pas joli joli tout ça..."

Au fur et à mesure que l'on se rapproche je peux distinguer une foule de gens au pied du tronc de l'arbre géant. Qu'est-ce qui leur prend? N'ont-ils pas remarqué le danger qui les guette? Pourquoi ne fuient-ils pas? Je me lève et me dirige vers la soute arrière où j'appuie sur un bouton qui ouvre lentement la rampe. Le vent s'engouffre à l'intérieur et avec lui un peu de pluie qui me fouette le visage. Je me tourne légèrement vers Aki et ouvre la fréquence de communication que l'équipe utilise:

- "Je pars en reconnaissance Senseï!" ici, je ne suis guère utile. "Il faut qu'on dégage les civils du possible point de chute de l'arbre sinon..."

Pas la peine de terminer ma phrase, hein? On aura droit à des centaines de crêpes humaines qui viendront s'ajouter encore aux victimes du séisme. J'attends l'autorisation d'Oniri avant de me jetter dans le vide puis me retourne en pleine chute pour observer le Kamikaze qui se détache sur le ciel sombre. J'active ensuite le sceau de mon jet-pack et ralentit ma chute avant de réaliser une grande courbe pour rejoindre l'arbre-mère.

Je pénètre quelques instants plus tard dans l'ombre qu'il projette et jette un regard au-dessus de moi. Des feuilles géantes tombent en virevoltant sur le sol et les tremblements mêlés aux craquements du tronc ajoutent encore à l'impression de danger. Je me stabilise à quelques mètres au-dessus des rescapés et commence à leur faire de grands signes:

- "Ne restez pas là!" je mets mes mains en porte-voix. "L'arbre peut s'écrouler à tout moment! ÉCARTEZ-VOUS!"

Je n'ai guère le temps d'en faire plus pour l'instant et encore moins de donner un cours de physique élémentaire à ces civils. S'ils ne comprennent pas le danger qui les guettent, que faire de plus de toute façon? Tirer dans le tas pour les forcer à fuir et provoquer la panique? Les gens se feraient piétiner... Je répète mon avertissement en survolant la foule puis j'entame un demi-cercle autours de l'arbre pour venir me poser sur l'unique racine restante. Je tente alors de repérer les endroits où des fissures sont apparues avant d'y poser de lourdes plaques d'acier pour les renforcer.

J'ai l'impression que c'est une simple goutte dans l'océan et je sais que ce ne sera pas suffisant pour éviter la chute. Mais peut-être que ça nous fera gagner quelques secondes voir minutes supplémentaires et que des vies supplémentaires pourront ainsi être sauvées. Tout ce qu'on peut faire pour l'instant, c'est limiter les dégâts.

- "Ici Lina!" dis-je en activant mon micro. "C'est pas bon! La racine ne tiendra pas longtemps, ça c'est sûr! Je tente de la renforcer mais ça ne sera de loin pas suffisant! On va avoir besoin d'aide!"

Je poursuis la pose des plaques métalliques aussi vite que je le peux tout en essayant de ne pas me faire gagner par la panique générale. Il y a des jours comme ça où on se rend compte qu'on est bien peu de chose face à dame nature et que la science a ses limites...
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Soyokaze
Informations
Grade : Nukenin
Messages : 437
Rang : B+

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMar 25 Aoû 2015 - 16:12

De toute évidence les paroles de Kan' ne laissèrent personne de marbre. Que ce soit Aki ou Oniri, chacun y alla bon train, avec leurs propres façon de voir les choses. D'un côté, les plaisanteries sarcastique et moqueuse du Marionnetiste, où la Saibogu y répondit à l'aide d'une grimace et d'un regard exaspéré. Cependant, elle sut qu'elle aurait dût garder le silence, lorsque la Conseillère parla. Se faisant sermonner sur un ton étonnamment calme, la Mécanicienne baissa la tête, les sourcils froncés alors que les paroles de la femme aux cheveux d'Ivoire lui parvenaient. Trouvant cette situation injuste, elle croisa les bras et pesta. Malgré la jalousie qu'elle avait éprouvée envers Lina sur le moment, elle était désormais plus frustrée de s'être fait rabaissée devant son ami. Même si au final, elle l'avait cherché. Et ça personne ne pourrait vous dire le contraire... Sans compter, qu'au fond, les dires de sa Supérieure étaient juste des faits avérés présents pour l'aider.

Pendant que la Brune boudait dans son coin, les explosifs furent placés efficacement grâce aux efforts du Fujimi combinés aux directives d'Oniri. Une trentaine de minute plus tard, la voix féminine de cette dernière se fit entendre, ordonnant au groupe de s'éloigner de la zone sinistrée. S'exécutant, la Rebelle, accroupie derrière un tronc d'arbre horizontal, put quand même voir sa chevelure s'envoler, en suivant la direction du souffle venteux, qui atteignit rapidement sa position. Une main devant les yeux, Kanpeki pouvait sentir les rafales chaude de l'explosion orangée qui se dessinait à plusieurs mètres de là. Après quelques seconde, les couleurs vive s'estompèrent decrescendo, pour finalement redonner au paysage son ton morne et dépravé. Etant au courant que le phénomène destructeur était terminé, la Saibogu se redressa et se dégagea de son abri.

Rejoignant Aki et la Conseillère, cette dernière activa son micro Ordonnant à la troupe de regagner le Kamikaze, le quatuor se mit en marche sans tarder. Enlevant sa capuche une fois à l'intérieur de l'aéronef, Kanpeki se dirigea à son poste. Le son de ses bottines couinante sur le sol métallique cessa lorsqu'elle prit place sur le siège secondaire du vaisseau : Celui du copilote. Enclenchant les instruments, la Brune fit de son mieux pour assurer un décollage sans casse. Après, tout était entre les mains de la pilote. N'en étant pas à leur premier essai, le Vent Divin s'éleva d'une manière rectiligne grâce aux réacteurs à inclinaison variable. Une fois à une altitude acceptable, ils se mirent en route vers l'Arbre Mère.

Au fur et à mesure de leur avancée, leur objectif se fit de plus en plus discernable et ce même à travers la pluie qui s'abattait au dessus de leurs têtes. Quelle ne fut pas la surprise de la Saibogu lorsqu'elle remarqua la position inquiétante qu'avait le mastodonte végétal. Vu l'angle qu'il avait avec le sol, cette merveille de la jungle menaçait de tomber à tout moment... Contemplant la scène, Kanpeki sursauta lorsqu'elle sentie des courants d'air lui claquer le dos. Jetant un regard par dessus son épaule, elle put voir et entendre à travers son oreillette Lina jouer à l'héroïne. La Brune, ne comprenant pas de quoi elle parlait lorsqu'elle avait mentionnée "Civil", suivit la rousse du regard, anticipant sa destination, c'est effarée qu'elle vit une population entière se tasser sous l'arbre. Augmentant la pression de son emprise sur le rebord du tableau de commande, Kan' était stupéfaite de ce qu'elle voyait. Pourquoi n'avaient-ils pas fuit ? Qu'espéraient-ils à rester ici ? Seule la Mort y résidait. Il fallait impérativement qu'ils s'en aillent. Elle comprenait enfin la précipitation de la fillette.

Les minutes passèrent, quand finalement la plus jeune des Saibogu leur fit un compte rendu radio de la situation au sol. Et ce qu'il se passait en bas n'augurait rien de bon. Souhaitant rejoindre Lina sur le terrain, la Rebelle était sur le point de se lever et d'enfiler son armure pour lui filer un coup de main. C'est alors qu'Oniri s'adressa à cette dernière en lui donnant une mission : Rejoindre l'équipe 3 et ramener Ketsueki Yami à l'Arbre Mère. Ne posant pas de question à cause de la situation d'urgence, Kan' hocha la tête sans dire un mot, alors que sa carapace de Métal la recouvrait progressivement. Se dirigeant vers la sortie du vaisseau située à l'arrière, elle s'apprêta à sauter. Cependant, à travers son masque, elle attribua son dernier regard au Marionnettiste.
— Reste en vie.
Sans attendre de réponse, elle se jeta dans le vide. Allumant ses réacteurs, elle se mit à voler.
— Son' ! Mets tout ce que t'as dans les réacteurs !
— A. VOS. ORDRES.
S'illuminant d'une énergie bleutée, la Mécanicienne se sentie propulsée en avant, un son sourd et brutal indiquant qu'elle avait passé le mur du Son. Suralimentant son dispositif de vol, la jeune femme avait désormais une vitesse bien supérieure à sa simple allure de croisière. Laissant une traînée azurée dans le ciel, elle se dirigea vers la frontière Est du Pays. Un question d'heure.


Dernière édition par Saibogu Kanpeki le Mer 26 Aoû 2015 - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Meïka A. Oniri
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMar 25 Aoû 2015 - 23:10

Cette vision de cauchemar s'offrit à nous sorti de nulle part. Un panorama totalement surréaliste qui présageait la venue d'un nouveau désastre sans nom. L'Arbre Mère était incliné à plus d'une quarantaine de degrés et menaçait de s'effondrer à tout instant, le tout n'était retenu que par une imposante racine sans doute aussi large et haute qu'un immeuble, mais qui semblait presque dérisoire en comparaison à l'Arbre. Nous pouvions apercevoir tout autour que la terre était éventrée de part en part alors que cette dernière avait recraché des montagnes de boues et de roches sur les côtés. Les racines tortueuses désormais exposées aux pluies diluviennes pointaient toujours vers le bas comme si elles n'aspiraient qu'à retrouver l’asphalte qui les avait vu naître.

Au lieu de cela elles offraient un spectacle de désolation. Une chance pour nous que le climat stagne pour le moment et qu'aucun orage ne soit prêt à éclater. Hors les craintes principales que suscitaient la situation résidait essentiellement dans la population local dont les vies étaient menacées. Il y avait bien entendu toutes cette foules condensée au pied de l'Arbre qui menaçait de s'effondrer à tout moment sur eux, mais il y avait également l'ensemble des résidents habitants l'Arbre en lui-même. Cette ville comportait certainement plusieurs milliers de vie, ce qui ne ferait qu'accentuer le nombre de morts au moment où surviendrait cet incident que nous pouvions qualifier d’imminent.

Il n'était pas nécessaire d'avoir un œil expert pour savoir qu'il serait impossible de lancer une évacuation à temps. Nous devions trouver une solution pour empêcher ce désastre de survenir, hors je ne voyais aucune solution. Cet Arbre faisait au bas mot plusieurs centaines de tonnes, autrement dit, à l'échelle, nous n'étions que des moucherons insignifiant. Il était déraisonnable d'espérer le redresser par la force physique. Hors, j'avais beau me retourner le cerveau depuis mon cockpit, je ne trouvais aucune solution avec les moyens à dispositions. Pendant ce temps Lina demanda à partir afin de venir en aide aux civils. Une fois parti il s'écoula encore de longues secondes durant lesquelles le Kamikaze se rapprochait lentement de la base de l'arbre. Mon œil se posa alors sur l'unique racine encore en état ainsi que sur les crevasses et les monticules de terres.

Un début d'idée me traversa alors l'esprit. Si nous ne pouvions rien faire avec les moyens actuelles alors nous devions nous en procurer d'autres. Sitôt pensé, sitôt dit, je donnais mes premières directives à Kanpeki, lui ordonnant d'utiliser son armure afin de partir loin vers l'est à la rencontre de Yami. Désormais seules pilotes de l'engin, je fis en sorte de stabiliser le vole de ce dernier juste au-dessus de la racine. Je sautais ensuite en plein cœur de l'obscurité et de la pluie pour rejoindre mon élève qui s'était déjà afférer à placer un blindage dans l'espoir de consolider l'attache. Comme je l'avais deviné, nous semblions telles de ridicules petites insectes sur cette dernière. Je détachai de ma ceinture une nouvelle sphère métallique que je lançai vers les autres racines. Mon but était d'obtenir un schéma 3D détaillés des dégâts. Ce dernier me serait plus que nécessaire pour la suite des opérations. Dans l'instant qui suivit je remontai ma manche droit pour décrocher un petit dispositif en demi-sphère attaché à mon poignet. Je l'appliquer alors sur la racine. Des diodes de mirent à clignoter d'une couleur pâles, avant que de multiples marquages ne se déversent sur la surface, cerclant la racine d'un anneau de sceaux.

Il s'agissait d'une sécurité supplémentaire, malheureusement je ne voyais pas quoi faire de plus. J'expliquai alors mon plan à Lina qui eut l'idée folle, mais plausible de couper plusieurs branches de l'Arbre afin d'alléger la pression exercer sur la racine. En plus de tous les risques exubérant que cela impliquait nous pouvions également craindre que les branches, aussi immense que le vénérable qui les supportait, s'effondre sur des civiles. Et ce fut ainsi que je fus confronté à mon premier véritable dilemme en tant que chef. De mes choix allaient dépendre de la vie d'innombrables innocents. Je ne sus si ce fut vraiment moi ou plutôt mon esprit cartésien de Saibogu imprégné de statistiques qui m'influença, mais j'en vain à la conclusion qu'il valait mieux sacrifier une minorité d'individus au profit d'une majorité. Je n'avais malheureusement pas le temps de méditer sur les conséquences de mes actes. S'il me fallait les payer, ce serait après avoir réussi à remettre cet Arbre à sa place.

« Lina et Aki, il va falloir que vous coupiez les branches de cet Arbre. Je veux que vous vous attaquiez directement aux trois principales qui se trouvent sur le flanc est et nord-est. Une fois cela fait assurez vous par tous les miens que la racine puisse tenir bon le temps de mon retour... »

Je parlais dans mon micro avec une certaine gravité. Mon cœur était lourd dans ma poitrine. Mes points étaient serrés. Rapidement je ne tardais pas à entendre les protestations de Lina dans mon casque qui comprenait les pertes humaines que cela impliquait.

« Ne discute pas ! C'est un ordre ! »

Il n'aurait manqué qu'une tonalité de plus pour que mes paroles s’apparente à un cri. Je n'avais nullement besoin que l'on me lance à la figure le sacrifice que j'étais en train de commettre. J'allais sciemment condamner à mort de pauvres innocents. C'était la première fois que mes ordres laissaient un goût amer au fond de ma gorge, mais l'idée de revenir dessus ne me traversa pas l'esprit un seul instant. En mission, il n'y avait aucune place pour les émotions tant que pour l'hésitation. Ce faisant, je retournai d'un bond agile dans la soute du Kamikaze, croisant dans l'instant Aki qui en ressortait.

« Soyez-prudent. Je serais certainement de retour d'ici moins de deux heures... »

Je m'éloignai sans un regard de plus à l'encontre de mes coéquipiers et reprenais place sur mon siège. Dans la vitre du cockpit se dessinait mon reflet, ainsi que cet œil satiriques et impitoyable à l'éclat sombre qui se détachait dans la nuit tel la flamme d'une torche au milieu de l'obscurité. Je ne pouvais en douter, Lina l'avait certainement remarqué. Je n'avais cependant pas le temps de m'y attarder. Sans plus attendre je poussai les moteurs du Kamikaze aux maximums, filant à toute allure vers le nord-ouest du Pays du Bois. Je devais retrouver Tsukiko au plus vite.


Résumé:
 


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Fujimi Aki
Informations
Grade : Genin
Messages : 38
Rang : C

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMer 26 Aoû 2015 - 7:32

Nous n'étions maintenant plus que deux, la jolie rousse qui avait un caractère qui me semblait à la fois doux et explosif et moi. Je la regardai un instant avec un regard du genre " bon bah... quand faut y aller faut y aller " ce n'était nullement du désespoir mais bon il fallait être lucide : Nous étions les deux moins gradé et il me semblait que nous étions placé à l'avant comme des pions sur un échiquier. Je n'approuvais pas un tel choix même si l'objectif était bon. Je faisais tel que Kan m'avait dit et je me contentais d'executer les ordres. Après tout, je n'avais aucune idée des capacités de Lina mis à part voler tel un oiseau grâce à un espèce de sac à dos à réacteurs. J'étais quelque peu craintif vis à vis la technologie et la mécanique car bien que cela s’avérait utile (il fallait être honnête). Des inventions étaient une chose constante chez les Saibogu et ce que je craignais était qu'un jour, elles inventent une quelconque création qui se revirerait contre elles.

- Bon bah on commence par celle-ci.
Je dirigeai Ted vers la branche immense et lui fit sortir ses griffes aiguisé qui venaient à bout tranquillement mais surement des branches. Si Lina s'avérait utile alors nous allions probablement sauver des vies à cet instant. J'aurais aimé simplement déployer mon deuxième pantin et ainsi protéger les civiles qui visiblement fuyaient la catastrophe.

- Dit moi tu crois que ça irait mieux si on s'attaquerait chacun à une branche différente ou si tu préfère qu'on attaque tout les deux la même ? Tu es une Saibogu, tu dois bien avoir un super truc pour couper les branches non ?

J'attendais de sa part une réponse avec le plus grand des calmes mais la raison de mon calme était que je ne m'arrêtais pas de scier les branches même pendant que je lui posais des questions. Je réalisais que cela me faisait du bien de savoir que nous aidions des gens mais surtout que si jamais le pire arrivait, j'allais avoir fait tout mon possible pour l'éviter.

- J'espère qu'ils arriveront à leurs fins. Enfin... je veux dire Kan et Oniri. J'espère qu'ils reviendront à temps. Sans vouloir paraître égoïste, j'espère surtout que Kan reviendra... Je m'inquiète pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMer 26 Aoû 2015 - 14:05

♫:
 

Je suis en train de m'affairer à consolider la racine de l'arbre-mère quand je vois une personne qui doit être Kanpeki s'extirper du Kamikaze et foncer dans une direction opposée. Qu'est-ce qu'il se passe? Je fronce les sourcils en me questionnant sur sa destination tout en continuant à poser du blindage. Ça reste insuffisant mais il faut bien faire quelque chose pas vrai?

Je propose rapidement à Oniri de couper les branches les plus massives histoire de réduire la pression exercée sur la racine et la soulager quelque peu. Mon communicateur se met à grésiller quand Oniri commence à distribuer ses instructions en retour. Elle veut que'Aki et moi coupions trois branches principales. Je sais bien que cette idée folle vient de moi mais je ne pensais pas qu'elle désignerait celles qui se trouvent juste au-dessus des civils. Si elles leur tombent dessus...

- "Ici Lina..." je suis plutôt du genre à suivre les ordres mais là... "Il va y avoir des victimes civils si on coupe ces branches-là!"

La réponse est brève mais ne laisse aucune place à la discussion. C'est un ordre! Je soupire et coupe la communication. Je comprends la logique de cette décision mais à mes yeux elle n'est pas très morale. D'un autre côté si on ne fait rien on aura bien plus de pertes civiles sur les bras. En sacrifier quelques-un pour sauver le plus grand nombre hein? On a pas vraiment le luxe de faire autrement...

- "Ne t'inquiète pas pour Oniri et Kan, elles s'en sortiront! La première est expérimentée et la seconde n'a pas l'air du genre à se laisser faire! Concentrons-nous sur les civils!"

Oui, elles vont gérer! De mon côté j'ai toujours de la peine à me décider à exécuter l'ordre de notre cheffe. Et même si techniquement c'est Oniri qui en endossera la responsabilité, elle ne sera pas là pour voir ses conséquences. Nous si! Je jette un regard un brin désabusé à Aki lorsqu'il me rejoint et mes épaules s'affaissent. Je crois que je suis confrontée à ma première action difficile en tant que shinobi. J'ai envie de refuser mais c'est un luxe que je ne peux pas me permettre pour l'instant.

Je jette un dernier regard au blindage pour on se dirige vers la première branche. J'observe avec curiosité la marionnette d'Aki avant que ce dernier désigne notre premier objectif: une branche aussi massive que longue qui doit peser un sacré poids. Je hoche la tête sans grande conviction tout en cherchant le meilleur endroit pour la trancher. Le marionnettiste me demande alors si on travaille ensemble où si on s'attaque chacun à notre branche.

- "Ensemble! Si on en coupe une à la fois on peut toujours faire en sorte que les civiles anticipent le danger pour les branches suivantes. Si deux tombent, on va doubler les pertes civiles!" je souris ensuite lorsqu'il me fait un commentaire sur les Saibogu. "On est des génies, pas des dieux! Et crois-moi, il y a certains jours comme celui-ci ou je le regrette!"

Mais le temps n'est plus aux demi-mesures. Il faut agir et vite! J'effectue quelques mudras et fait apparaître l'une de mes tourelles.

- "Je vais avoir besoin d'un peu de temps pour la calibrer!" je commence à pianoter sur un petit clavier qui apparaît sur son flanc. "En attendant tu pourrais demander aux civils de s'écarter? Fais leur bien comprendre le danger qu'ils courent en cas de refus!"

Quelques instants plus tard mon arme est prête à passer à l'action. Je l'active rapidement et elle redresse ses mitrailleuses en direction de la première branche avant de cracher un flot de balles. Elles s'écrasent d'un bout à l'autre de la largeur de notre objectif, la cisaillant lors d'allers-retours successifs. Mais c'est plus lent que ce que j'avais imaginé, même avec l'aide d'Aki. Cet arbre semble vouloir lutter jusqu'au bout, que ce soit contre la nature ou tout ce qui pourrait lui faire du tort.

Je regarde ma tourelle agir en me sentant impuissante, simple spectatrice. Quelques civils s'approchent avec des regards sévères. Et les remarques et insultes ne tardent pas à arriver. J'ai beau tenter de leur expliquer que nous faisons ça pour sauver l'arbre, ils ne semblent pas comprendre. À les entendre c'est une sorte de sacrilège de s'en prendre ainsi à leur foyer naturel. Certains commencent même à nous lancer des pierres. On ne va pas tarder à avoir une révolte sur les bras. Un facteur que je n'avais pas pris en compte tant il me semble déplacé vu les circonstances!

- "Reculez!" je sors mon revolver et le pointe sur la foule. "Tout de suite! On est ici pour vous aider et croyez-moi on agirait autrement si on avait le choix! Mais ces branches pèsent sur l'équilibre de l'arbre et vont entraîner sa chute! Vous ne croyez pas qu'il vaut mieux en sacrifier quelques-unes pour sauver le reste de votre capitale?"

On peut transposer cette remarque aux civils eux-mêmes. Je cries ensuite à m'époumoner pour que les gens s'écartent du futur point de chute. Cette fois, ils réagissent! À tel point que ça entraîne un mouvement de foule plutôt important. Je sais qu'il y aura des morts, ne serait-ce qu'à cause de la panique. Je suis attristée et je sens une boule se former dans ma gorge. Je fais alors ce que je peux pour me concentrer sur la logique et non sur les émotions. Les deux ne font pas bon ménage...

- "Elle va tomber..."

J'annonce la chute imminente de la branche dans un murmure. Mon regard se porte sur les civils qui n'ont pas réussi à évacuer la zone malgré nos avertissements répétés. Spectatrice involontaire d'une chose dont Aki et moi sommes pourtant à l'origine, je m'écarte à mon tour pour me mettre à l'abris. Il y a des jours comme ça où je hais mon métier...
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyMer 26 Aoû 2015 - 23:48

L'engin volant des Saibogu venait de refaire son apparition dans le ciel. Un trajet aller-retour des plus rapide dans le pays du bois pour aller chercher de l'aide pour tenter de consolider cet monument qu'était l'arbre maison.
Le temps avait changé pourtant entre-temps et de la petite pluie fine, c'était désormais une pluie torrentielle qui frappait l'appareil et obstruait la vue de ce dernier.

Soudain, les modules de l'appareil s'allumèrent tous en même temps, détectant l'approche d'un objet non identifié non loin de la position du Kamikaze, et même de plus en plus proche.

Trop rapide et trop proche pour permettre la moindre manœuvre d'urgence à un engin de cette taille. Quoique ce soit, une grosse détonation se produisit lorsque l'objet non identifié heurta la coque de l'appareil, la traversant avec force et puissante dans une immense détonation de feu.

Quelque fût la puissance de cet aéronef, il ne pourrait pas tenir en l'air très longtemps encore. Espérons que les Saibogu pensent aussi à munir leurs expériences de parachutes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
Mamoru Soyokaze
Informations
Grade : Nukenin
Messages : 437
Rang : B+

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyJeu 27 Aoû 2015 - 0:19

Le trajet avait été long et fatiguant, mais Kanpeki arrivait enfin à discerner chaque détails de l'Arbre Mère. La Cheffe du Kakumeigun dans ses bras, elle ne semblait pas apprécier le ride. Dans d'autres circonstances, la Saibogu aurait pu en rire. Cependant, elle se sentait faible... Trop faible pour ne serait ce que bouger ses lèvres. Le visage en sueur, le souffle court, elle n'avait pas pensée que forcer à ce point sur ses capacités volante lui coûterait aussi cher en chakra. Ces dernières réserves étaient entièrement destinées à ses réacteurs. La seule bonne nouvelle étant qu'elles étaient toutes deux presque arrivées.

C'est à ce moment qu'elle vit ce qu'il se déroulait sur la zone. Dans un craquement sonore assez bruyant pour que cela retentisse à ses oreilles, Kan' vit le feuillage massif du végétal s'agiter. Une branche aux proportions démesurées chuta pour s'écraser sur le sol dans un mouvement sourd qui eut le don de faire frissonner le décor alentour. S'ensuivirent des cris de panique, des pleurs. Qu'est ce qu'il se passait ? Les doigts crispés, la Brune n'avait pas besoin qu'on lui fasse un dessin de ce qu'il s'était déroulé sous ses yeux. Le bilan des morts venait de se rallonger... Fronçant les sourcils sous la colère qui lui montait à la tête, la Saibogu força davantage sur ses réacteurs, mais la vérité étant qu'elle n'augmenta sa vélocité que de quelques kilomètres heure en plus... Grinçant des dents face à son impuissance, elle commença à amorcer sa descente.

Le sol se faisait de plus en plus proche, et malgré tous ses efforts pour tenter de diminuer sa vitesse à l'approche du contact, Kan savait qu'elle allait se louper. Lâchant la Ketsueki au dernier moment, la Saibogu tomba sur le sol dans de nombreux tonneaux qui l'envoyèrent quelques mètres plus loin du point de départ de son atterrissage. A quatre pattes, sa respiration était lourde, brûlante. Elle avait l'impression que son ventre était une fournaise. N'ayant plus une goutte de chakra pour alimenter l'Armure, cette dernière s'évapora lentement, absorbée par son tatouage dorsal qui était son sceau d'invocation. Tournant son visage exténué vers sa passagère, elle parla d'une voix faible :
— Rien d'cassé ?
Se mettant sur le dos en s'écrasant de tout son poids sur la boue, Kanpeki essayait tant bien que mal à reprendre son souffle. Paupières fermées, son buste se gonflait de manière significative à chaque inspiration douloureuse que la Rebelle prenait. D'un geste discracieux, elle porta ses doigts à son oreillette. La distance avait totalement brouillée les communications avec le reste de son équipe, elle ne connaissait don pas la cause de la chute de cet arbre.
— Bordel... Qu'est-ce qu'il se passe les gars ? Reposant lourdement ses doigts dans la terre molle, elle posa ses yeux ambrés sur la Vampire et continua. Allez-y sans moi... J'vous rejoindrai. Ca a l'air d'être la merde là bas...
Elle avait besoin de se reposer.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Meïka A. Oniri
Informations
Grade : Jônin - Assistante du Seigneur du Vent
Messages : 1877
Rang : S

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyJeu 27 Aoû 2015 - 14:48

En fin de compte la tempête commençait à se lever. Le douce moisson qui s'abattait jusqu'alors sur le pays venait désormais de se transformer en pluie diluvienne. Les perles d'eaux s'abattaient avec force sur la carcasse d'acier du Kamikaze qui restait inébranlable face aux intempéries. Autour de nous il n'y avait que le son de ces clapotis couplés au bruit sourd des propulseurs. Le ciel s'était considérablement obscurci tant et si que je n'avais d'autre choix que de me fier aux voyants indicateurs de mon tableau de bord pour nous guider moi et ma passagère, jusqu'à l'Arbre Mère. Ce temps risquait cependant de mettre en déroute mon plan. Avec toute cette eau et toute cette boue Tsukiko ne pourrait certainement pas utiliser sa maîtrise du sable. Il nous trouver une solution sur place. Tous les éléments jouaient contre nous alors que nous continuions de manquer de temps. Malheureusement le sort continuait de s'acharner.

Tandis que nous parvenions au niveau de notre objectif, mes radars m'alertèrent de la venue soudaine d'un objet volant non identifié dans notre direction. Prise au dépourvue, ne m'attendant aucunement à ce genre de cas de figure, je tentai une brutale manœuvre d'évitement. Le mouvement du certainement assez mal mener la Kawaguchi présente dans la soute, mais ce ne fut rien comparer au choc lorsque l'objet nous percuta de plein fouet. Je gardai mes mains cramponnées au manche tandis que la plupart des indicateurs sous mes yeux viraient au rouge. Une alarme se mit à sonner. La secousse était si violente. Le Kamikaze effectuait de rapide mouvement circulaire dans les airs. Tout était sans dessus dessous. Nous étions ballottées tels de vulgaires jouets pris entre les mains de la physique. Au moment de l'impact un lourd bruit de métal arraché avait éveillé mes craintes. D'après les informations qui m'avaient été confiées le moteur gauche de l'aéronef était quasiment hors service. Mais là n'était pas notre plus grand problème. A présent nous entamions une chute éperdue dans les profondeurs du ciel.

« Accroches-toi ! »

Ce fut tout ce que je pus conseiller à Tsukiko qui ne pouvait certainement pas faire davantage. La suite reposait entre mes mains ou plutôt dans les capacités du Kamikaze. Dans la précipitation j'orientai l'énergie du moteur défectueux vers les moteurs auxiliaires ce dans le but de redresser l'aéronef avant qu'il ne s'écrase. Ce qui finit par avoir lieu. J'étais néanmoins parvenu à mes fins en évitant que nous ne nous fracassions de plein fouet sur le sol. A la place l'engin se mit à déraper tant un tonnerre de fracas sans nom. Quelque chose semblant soudainement m'envelopper, ma respiration se coupa et tout devint noir. Je restai malgré tout consciente. Lorsque les secousses cessèrent ce qui me recouvrait s'écarta. Filant entre mes doigts je compris que ce qui venait certainement de me sauver la vie. Je tournais la tête en direction de la soute et vis Tsukiko qui se dégageai à son tour du cocon de sable qu'elle avait formé. Ces derniers avait amorti le choc initial en nous protégeant. En guise de remerciement et de félicitation je me contentai alors de lui adresser un regard attendu qui en disais suffisamment long au vu des circonstances. Lors de son retour à Suna nos retrouvailles ne s'étaient pas déroulée comme je l'aurais espérer, mais j'étais satisfaite de savoir que je pouvais toujours compter sur elle.

Suite à cela je me défis comme je pus de mon siège pour la rejoindre dans la soute. Le Kamikaze était incurvé et je n'eus d'autre choix que de déraper pour arriver jusqu'à l'ouverture qu'il me fallut actionner manuellement. La porte s'ouvrit aux trois-quarts avant de se bloquer contre un rocher. L'espace demeurait tout de même amplement suffisant pour nous permettre de nous faufiler vers l'extérieur. Je rabattais mon capuchon sur ma tête et ouvrit la marche, prête à braver la tempête. J'exploitai au mieux la vision nocturne que me conférait pour œil pour nous guider, ce qui se révélait malgré tout assez difficile au vu des intempéries. La pluie battante fouettait mes vêtements ainsi que mon visage. Pour avancer je n'avais d'autre choix que de baisser la tête. Je me demandai encore comment Tsukiko allait faire pour user de son Sunaton en de pareilles conditions.

Nul doute que notre atterrissage n'était passé inaperçu. Le Kamilaze était passé pardessus une motte de terre tandis que la partie inférieur demeurait incurvée vers le bas. L'engin était dans un sale étant, mais je fis en sorte de ne pas m'attarder dessus. Mon attention était déjà tirée vers le sommer de l'Arbre a qui faisait désormais défaut des trois branches principales. Ainsi, sous cette pluie et cette noirceur qui surplombait le désastre, l'édifice naturel avait perdu de sa splendeur ne laissant dans son sillage que les conséquences de cette catastrophe.. Mais il ne s’effondrerait pas. Pas tant que j'aurai fais tout mon possible afin de l'en empêcher.

« A tous les Sunajin présent dans les environs, regroupez-vous sur la racine principal qui soutien l'Arbre au l'Ouest de ce dernier. »

Je n'étais pas certaine qu'ils m'aient complètement entendu. La pluie créait de lourde interférence sur notre communication. Cela prendrait le temps qu'il faudrait mais nous devions tous être regroupé avec que les directives soient clairement distribuées. Nous allions devoir travailler de concert si nous voulions atteindre notre but, des milliers de vie dépendaient de notre réussite ou de notre échec.

Résumé:
 


Rikin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyVen 28 Aoû 2015 - 13:50


Le trajet s'était montré bien plus long que ce qu'il n'y paraissait depuis les airs surtout avec cette pluie battante. Il fallait dire que j'avais horreur des engins Saibogu pour les déplacements. Je me cramponnais à Kanpeki comme je le pouvait tout en paraissant naturelle : j'avais quand même ma fierté.

A mesure que l'on s'approchait de l'arbre, de plus en plus imposant et penché vu de près, on put voir des branches tomber de ce dernier et se fracasser au sol dans un bruits sourds. S'en suivait cris et hurlement de morts et de douleurs. Nulle doute que ces branches faisaient des dégâts et pourtant, à bien observer la situation, il s'agissait des nôtres qui œuvraient dans ce but, sûrement pour alléger le poids de l'arbre en échange de quelques sacrifices pour en sauver des milliers d'autres... C'était triste et moche mais nous n'avions pas vraiment le choix.

Finalement, la Saibogu ne sembla plus contrôler son armure, tant et si bien que l'on se dirigeait droit vers le sol en piquer dans une allure qui nous ferait arriver comme des crêpes sur le sol. Elle me lâcha au dernier moment si bien que j'eus a peine le temps de dégainer ma faux à double lames pour la planter au sol et ralentir ma course avant d'atterrir sur le sol. Kanpeki faisait quant à elle plusieurs tonneaux avant de s'arrêter, son armure l'ayant protéger, elle était exténuée et sonnée. Je lui adressais un regard noir qu'elle ne pouvait sans doute pas voir depuis sa position. N'aurait-elle pas pu s'arrêter avant si elle sentait que ses réserves de chakra faiblissaient ? Ou n'aurait-elle pas pu simplement me faire part de la situation quant à notre crash imminent ?

« Par miracle non ! »

Maugréais-je en répondant à sa question quant à des probables os de cassés. Elle demandait ensuite de continuer sans elle, ce que je ne me fis pas prier. Oniri m'avait demandé d'accourir à l'arbre et c'était ce que j'allais faire. Mes pas s'enfonçaient dans la boue qui se formait sur le sol dévasté grâce à cette pluie diluvienne. Mon avancée s'accéléra d'autant plus lorsque j'entendais, en provenance de non loin de là, un bruit sourd d'impact sur le sol. Croyant d'abord à une nouvelle secousse, mes doutes parurent infondées lorsque cela cessa brusquement sans faire davantage de dégâts et aussi vite que cela avait commencé.

Je rejoignais finalement l'immense arbre, qui se dressait devant moi pas si fièrement qu'il l'aurait dû ainsi penché, prêt a s'écrouler. J'écarquillais les yeux de surprise. Comment un arbre de cette taille ne pouvait tenir plus que par une seule racine suite à un tremblement de terre ! Tout cela me paraissait surréaliste.

Je vis Tsukiko et Oniri se rapprocher également avec un autre genin. Il y avait l'équipe de ma meilleure amie présente sur place au complet, hormis Kanpeki qui se remettait de ses émotions.
A voir la démarche des nouvelles venues, je comprenais que le bruit entendu plus tôt les concernaient et puisque le vaisseau n'était plus là...

« Vous allez bien ? »

Me contentais-je de leur demander pour savoir si je devais leur prodiguer des soins. Toutefois cela avait l'air d'aller et Oniri ne traîna pas a m'exposer son plan. Il nous fallait créer un glissement de terrain pour caler l'arbre dans un trou afin de le stabiliser. Nous allions œuvrer de concert avec Tsukiko mais il fallait d'abord que j'use de mon doton pour créer le dit gouffre à côté du point d’appui de l'arbre. Je concentrais mon chakra et le malaxais longuement dans une série de signe, il me faudrait user d'énormément de chakra pour créer un trou suffisamment grand pour accueillir un arbre de cette taille. La terre se mouvait face à nous, je déstructurais totalement celle-ci pour modifier complètement le terrain. Un gouffre se forma a côté de l'arbre, prêt à l'accueillir dans sa globalité alors que je sentais mon chakra partir rapidement, me donnant quelques sueurs froides. Pour autant je maintenais ma concentration. Lorsque cela fut fait, je reprenais ma respiration, posant mes mains sur mes cuisses, haletante.
J'avais fait ma part du travail concernant ce plan, je laissais la suite à Tsukiko et son sable.

Spoiler:
 


Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Aburame Mira
Informations
Grade : Genin
Messages : 1203
Rang : S

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptySam 29 Aoû 2015 - 23:50

« Oh merde ».

Voilà la seule pensée qui lui venait à l’esprit lorsqu’elle vit le spectacle qui se dressait devant elle. L’arbre dépassait toute norme conventionnelle ou connue de son petit monde, et plus effrayant, les Shinobis de Suna coupaient des branches d’arbres sans se préoccuper des nombreuses victimes … Elle tentait d’objecter mais on lui répondit aussitôt que c’était pour ralentir l’effondrement de ce titan de bois, qu’il valait mieux sacrifier une vie pour en sauver une dizaine.

« Toujours ».

Cependant, elle ne pouvait guère perdre du temps à philosopher au risque de l’arbre s’effondre, au risque de laisser ces Shinobis tuer toujours plus d’innocents. Elle écoutait donc attentivement les consignes, et s’y activa presque aussitôt. Pendant que la Ketsueki modifiait la terre, Tsukiko réfléchit à un problème des plus épineux : tout n’était que de la boue.

« Ma maîtrise du sable et de l’eau font une sorte de boue ».

Malheureusement, pas de ce type de boue. Elle ne pouvait pas utiliser son environnement tout simplement, et elle avait à puiser au plus profond de ses réserves de chakra pour modifier entièrement et complètement le terrain à son avantage.

- Que quelqu’un se tienne à mes côtés, je risque de perdre mon équilibre, disait-elle.

Sans plus tarder, elle se mit dans un lieu à l’écart de tous dangers à priori, mit toute sa confiance aux mains du Shinobi qui l’accompagnait, et attendit que Yami finisse sa technique. Lorsque cette dernière apporta des roches ou encore des gouffres profonds, et gargantuesques, Tsukiko fit une succession de mudra.

Dans un premier temps, afin de pouvoir enchaîner sa technique afin de pousser l’arbre dans ce gouffre crée à son intention, elle avait besoin de sable. Et de beaucoup de sable. Elle ne tardait guère à utiliser chaque roche, voire même puisé dans les tréfonds de la terre afin de pouvoir remonter autant qu’elle pouvait du sable à la surface. Sans tarder, avant que le sable ne devienne la cible de cette pluie diluvienne, elle fit une autre série de mudra, et le sable qui gisait là, mêlée à un autre volet de sable crée par ses soins se soulevaient en une grande vague « mouvante ». Cependant loin de s’abattre, elle se figea devant l’arbre, aussi grande et haute que cet dernier.

En temps ordinaire, un Kawaguchi abattait cette masse sableuse sans quitter sur ses ennemis mais aujourd’hui, la Kawaguchi n’avait pas un ennemi en face mais des alliés, des civils, des innocents et une mission. Elle ne tarda pas à apporter une modification « conséquente » à cette « vague » qui se divisa en plusieurs vaguelettes. Deux s’abattirent sur chaque côté d’un arbre, sur les branches les plus grandes et les plus solides, s’entourèrent autour, et le repoussèrent encore et encore. Une autre grande vaguelette glissa sous toutes les racines pour rouler et rouler, faire une pente suffisante pour faire glisser encore et encore l’arbre. Une dernière vaguelette retenait le tronc principal, poussant encore et encore.

Il se peut que des civils se perdent dans cette masse sableuse, ou encore suite au glissement de terrain. Tsukiko avait prévu aussi. Une autre vaguelette, plus fine, plus légère, se baladait sous chaque branche, devenant un filet de sécurité pour tout homme qui tombait. Et elle maintenait le tout jusqu’au bout, cependant, au fil des minutes, elle sentait ses forces faiblir, sa vue troubler, son corps trembler … elle touchait la limite même de sa réserve de chakra, et elle n’en doutait pas un instant qu’elle tombera dans les pommes lorsqu’elle relâchera toute cette pression, et que l’adrénaline disparaîtra.

Elle espérait limiter ainsi le nombre de victimes, car un arbre sans ses habitants, reposant sur le corps écrasé, elle doutait que Mère Nature approuve.

Ou que sa propre conscience approuve. En effet, il y avait une grande différence entre être un acteur direct, ou indirect, à la mort d’innocents …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyJeu 3 Sep 2015 - 1:34

L'arbre aurait très bien pu se remettre dans une position plus sécurisante sous les efforts conjugués des deux sunajins.

Il aurait pu glisser dans le gouffre créait par la Ketsueki et s'y laisser guider par le sable de la Kawagushi, retrouvant ainsi une position plus stabilisante et rassurante non seulement pour les Sunajins présents sur les lieux, mais aussi pour l'ensemble des habitants du Pays du Bois.

Seulement voilà, les habitants du Vent avaient mal jugé la taille du mastodonte vert. L'arbre était un vrai colosse en soit et deux shinobis pour le redresser, voilà une ambition bien grande, sans doute trop grande...

Non, il faudrait beaucoup plus que deux shinobis conjuguant leurs efforts pour arriver à redresser l'arbre, car non-content de ne pas être parvenue à le faire se redresser de plus d'un mètre, une vingtaine de personnes avaient perdus la vie dans cette action.

Ainsi donc, il faudrait sans doute l'aide de l'ensemble des Ninjas alentours s'ils voulaient espérer redresser cet arbre et sauver ceux dans la détresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Nouveau
Hakushi Kinnori
Informations
Grade : Genin
Messages : 94
Rang : B

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyVen 4 Sep 2015 - 12:11

Waaaaah les boloss ! Non mais s'ils voulaient crever, ok ils avaient qu'à crever hein, balec. "Olala non on est des rebelles, on va tenter de continuer dans notre coin, ah mais elle est où Mizuki ? Youhou Mizuki t'es où ?" ... Sérieux, il en avait enfin la confirmation. C'était une équipe de bras cassés. Lui ? Non, lui était normal, on lui avait demandé de venir, il venait. Bon il ne savait pas trop en quoi il allait être utile -c'était sûrement pour Tsutsu-sensei l'avion tout ça-, mais bon il allait être là, avec elles, à l'abri, et dans un putain de bolide qui déchire tout. Que Tetsui et Mizuki galèrent s'ils veulent, lui n'avait pas signé pour la gloire. Juste pour le pognon et accomplir les ordres, surtout s'ils étaient pas casse-tête. Et ça, il l'avait dit à Tsu dès le début -honnête le gamin pour une fois.

AHHHHHHH ON VA MOURIIIIIIIIIR ! PUTAIN FAIS QUELQUE CHOSE !!!

Bon ok, c'était pas le moment le plus courageux de sa vie. Mais bon, essayez, vous, de vous mettre à sa place, dans une espèce de canette de soda géante qui s'écrase à cause d'un bout de bois qu'a fait flamber un truc -ouais ouais, il le voyait même depuis sa fenêtre, donc encore moins rassurant. Encore il aurait eu une technique badass pour survivre, ok mais là c'était pas le cas. Donc bon ... que Tsukiko gagne cette manche ci et les sauve tous les deux. Enfin trois, avec la conseillère qui l'avait mais genre zappé totalement alors qu'ils se connaissaient car elle voulait qu'il espionne sa sensei. Bah il s'en remettrait.

Ni une, ni deux, la Kawaguchi avait fait une espèce de bulle bizarre autour d'eux, les attachant aux parois histoire qu'ils se cassent pas un truc. Et même avec ça, il s'était retrouvé avec plein de sable de partout. Pfeuuh. Pfeeuff. Ah du sable sur la langue, horrible. Mais bon, pour une fois il se plaindrait pas. Sortant du cocon, il regarda devant lui -ou plutôt au dessus de lui- et ... wow ... ok ... Bon et c'était ça qu'ils devaient sauver ? Repérant la fameuse racine géante qui faisait tenir l'arbre à 45 degrés encore, le gamin en eut un frisson. Ouaiiis bon ... si on veut qu'il attende à côté de la carcasse de l'avion badass, y a genre auuucun soucis. De toute façon, à part combattre les crocos qui pourraient venir embêter leur monde pendant les opérations, il pouvait pas faire grand chose.

Bon allez, fallait au moins faire comme s'il pouvait être utile, alors que tout autour ça s'agitait. Il reconnut Lina -l'inventrice de génie de son meilleur ami Flafou-, la chef du Kaku, une Saibogu qui bougeait pas trop dans son coin -elle était morte ou ... ? - et un autre marionnettiste. Hmmm ... Un rival. Mais qu'est-ce que eux pouvaient faire dans cette situation bizarre ? Wouhou spectacle de marionnettes ! Invoquant Ramses, il sourit bêtement. Il adorait sa marionnette momie. C'était tout bête mais, 'tin il la trouvait géniale. Il avait également un clown psychopathe en stock. Bientôt un zombie et après ... Après il savait pas trop quoi faire. Mais il trouverait. Peut-être un vampire en prenant comme modèle la gamine Ketsueki creepy qu'il avait déjà croisé. Ouais peut-être. Ça serait marrant.

Reliant les fils de chakra en même pas une seconde, il regarda autour de lui alors qu'il animait son serviteur des ténèbres. Tsukiko courrait déjà. La version adulte de son futur modèle était un peu devant. Que ... Et là. Gros gros wow. Doton, boue, sable, vagues. Genre la totale. Le cataclysme après le cataclysme. Tout ça pour quoi ? Ramollir le terrain en dessous de l'arbre pour qu'il se stabilise et arrête de pencher comme ça. Sur la Racine avec Oniri, Tsukiko et d'autres Sunajins, il observait tout ça. Tsutsu faisait sa femme genre "olala j'vais m'évanouir sous l'effort". Bon ... Elle méritait de l'aide. Parce que ça se voyait qu'elle puisait dans toutes ses ressources pour bouger autant de sable. Elle le tannerait à vie pour avoir été sympa, mais bon là elle était un peu montée dans son estime, surtout qu'il avait compris que contre elle il crèverait dans la seconde. Envoyant Ramses soutenir Tsukiko, il laissa la marionnette accompagner la fatigue de sa sensei alors qu'elle se mettait à genoux.

Tout ça pour rien. Mais genre vraiment. C'était ... C'était pas possible ... Horrifié alors qu'un corps venait d'atterrir ou plutôt venait de s’écraser à une dizaine de mètres de lui et l'avait éclaboussé un peu, le Ishikawa retenait sa respiration. Non non. Tout le monde autour avait l'air claqué. Tsukiko et la vampire adulte allaient pas pouvoir recommencer. Et Oniri ? Elle avait pas un robot géant ? L'avion pouvait pas se la jouer Transformers et redresser l'arbre en le poussant ? Il suffisait d'un ultime effort à tous les coups pour engranger la stabilisation. Pour le pousser un tant soit peu dans ce sol mouvant qu'elles avaient provoqué à deux.

Oniri senpai ... j'ai ... J'ai peut-être une idée.

Ils avaient tous l'air ultra défaitistes, et lui encore plus. Les sunajins se regroupaient autour d'eux, ils devaient rester ensemble. Ils l'avaient compris. Pour continuer ou s'enfuir.

Une idée totalement conne ... mais ... mais une idée quand même.

La Saibogu était super sceptique ... Logique ... Il l'était lui-même. Sérieux si ses deux copines avaient rien pu faire, c'était pas monsieur le génie Taku qui allait tout changer. Oui ... Tout seul il ne pouvait rien faire. Mais peut-être ... S'il servait de pseudo guide ...

Il suffirait d'un ultime effort pour genre pousser ou redresser l'arbre à peine pour qu'il se stabilise en s'enfonçant dans le sol mouvant en dessous non ? Et j'suppose que vous avez rien pour faire ça du coup ... Mais peut-être que moi si.

Les autres sunajins pouvaient l'entendre. Tsukiko s'était rapprochée, Ramses étant KO à côté d'elle car plus manipulé. Yami aussi. Lina. Le mario avec la Saibogu KO.

J'pourrais me relier à l'arbre, m'y accrocher avec des fils de chakra. Sauf qu'avec mon niveau j'pourrais absolument pas tirer dessus. J'peux faire ça avec une table, un kunai, limite avec une personne pour un mouvement grossier. Mais pas avec un arbre géant. Mais ... Avec votre chakra, celui des autres ... Y aurait moyen.

Dat mec super sérieux pour proposer une idée aussi déjantée et bizarre. Elle allait le basher, lui dire de fermer sa gueule, qu'il aurait pu sauver le mec tombé à côté par la magie du saint esprit. Putaiiiin il se sentait tellement useless ! Mais .. avec cette idée lui aussi pourrait participer ne serait-ce qu'un peu. Il pensait qu'il fallait sauver un arbre mais ... mais en fait non. Fallait sauver les mecs dedans.

... Ça vaut le coup d'essayer.

What ? Pardon ? Sérieux ? ... Champagne ! Enfin non, pas champagne, c'était pas encore fait. Oniri appelant à elle tous les sunajins autour d'eux par radio et leur expliquant le plan et le fait qu'ils allaient devoir transférer leur chakra, elle l'incita à lancer ses fameux fils de chakra. Ouais ... Bon .. Aherm. Fallait pas qu'il se loupe. Ses fils adhéreraient automatiquement à l'arbre donc cette partie là devrait aller mais bon quand même. Gros stress. Et si tout ce chakra le faisait exploser ?! Oh sa mère ...

Euh ... Bah ... Ok ... Ouais, ouais ok.

À vrai dire, il n'était toujours pas sûr qu'elle se foutait pas de sa gueule. Levant ses dix doigts vers le ciel dans un mouvement rapide, il en fit jaillir dix fins rayons de chakra qui fusèrent vers l'arbre et l'écorce à différents endroits, assez en hauteur, et pas mal espacés. Ouais ... En fait son idée était à chier. Les câbles étaient juste minables. Sérieux on aurait dit dix minuscules ficelles bleutées à la con qui risquaient de céder à n'importe quel moment.

Sa race ...

Jurant entre ses dents, il capta un mouvement à sa droite là où se trouvait la Saibogu, ainsi qu'un poids soudain. Sa main. Sa main ... bleutée ? Chakra. Les ficelles grossirent subitement. Wow cette puissance d'un coup, genre un truc de malade ... Il sentait ses doigts crépiter. Jouissif. Frisson de bonheur/frayeur/peur/excitation/appréhension. Le gamin était pris d'une euphorie étrange. Ce n'était plus des ficelles minables. Mais des vraies cordes. Enfin non. Des putain de vraies chaînes. Et des grosses. Elle continuait de verser son chakra en lui alors que les autres regardaient la situation, intrigués. Il fallait leur aide s'il voulait réussir. Non s'ils voulaient réussir ! Ensemble ils pouvaient le faire... Mais ... Et lui ?

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Soyokaze
Informations
Grade : Nukenin
Messages : 437
Rang : B+

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyVen 4 Sep 2015 - 13:41

Les yeux fermés, Kan' pouvait sentir la pluie s'écraser sur son corps fatigué. Il y avait du mieux : Sa respiration avait ralentie et les douleurs secondaires dû à sa chute s'estompèrent lentement grâce à la fraîcheur de la pluie et à la générosité du Temps. Cependant, alors que la Rebelle se la coulait douce, de nombreux événements vinrent perturber son "repos". Tout débuta par un son assourdissant venant des cieux. Une masse métallique traversa les nuages dans une chute fumante et s'écrasa sur la terre ferme dans un bruit sourd. La frayeur de la Saibogu put se lire sur son visage alors qu'elle put reconnaître le Kamikaze : Son Bébé. Qu'avait-il bien pu se passer pour que son plus beau jouet s'écrase d'une manière aussi ridicule ? Et puis est-ce que la pilote et ses passagers étaient saufs ? C'est sur ces interrogations que la Chuunin se releva.

Jambes tremblantes, la Brune avait du mal à faire un pas après l'autre. Chaque mouvement lui arrachait une grimace de douleur, alors qu'elle s'aidait du mieux qu'elle pouvait de l'environnement chaotique. Rejoignant la place où l'Arbre Mère se dressait, qui était à quelques pas de sa position initiale, elle tomba nez à nez avec une bonne poignée de Sunajin. A part Oniri, Aki, Lina et la dénommée Yami, la Mécanicienne ne reconnaissait pas grand monde. Une main prenant appui sur le tronc massif d'un arbre couché, cette dernière observait la scène en reprenant son souffle. Ses yeux s'arrêtaient sur chaque visage qui ne lui étaient pas familiers et c'est là qu'elle la vit. Elle avait beau avoir été saoule le jour de leur rencontre, Kan savait reconnaître la Blondasse qui lui avait subtilisé son bandeau Frontal : La patronne du Heaven's Night. Pourquoi cette incapable était-elle ici ? Pestant face à cette présence aberrante, la Saibogu s'avança à nouveau en direction de l'attroupement. Elle ne voulait pas montrer à cette femme qu'elle était encore dans un état de faiblesse. Hors de question ! Cependant les événements qui se déroulèrent sous ses pupilles dorées l'obligèrent à s'arrêter pour qu'elle puisse contempler le spectacle.


Sous son expression ébahie, la Sunajin pu voir la puissance des éléments terrestres se déchaîner. Combinant la terre et l'élément dorée qu'était le sable, l'Ennemie de Kan' et la cheffe de Kakumeigun usèrent de tout leur pouvoir pour sauver la situation. L'Arbre Cité était toujours incliné et menaçait toujours d'écraser ceux qui se trouvaient dessous. La détermination était visible sur le visage des deux Kunoichis qui voyaient leurs visages être rongés par la fatigue petit à petit. Un travail de Titan se déroulait à cet endroit et la Saibogu en ressentait toute la puissance alors que sous ses pieds le sol tremblait, trnasformant son déséquilibre en instabilité. Finalement, tout s'arrêta. Le calme était retombé sur la zone... Mais leurs problèmes n'avaient pas été résolus. Serrant la mâchoire, la Chuunin était comme tous ses coéquipiers : Dépitée. Personne ne savait plus quoi faire. Que pouvaient-ils faire ? Ils avaient tous fait au mieux. Mais si cet essai était infructueux... Il ne leur restait que la retraite. En tout cas ce fut ce que Kan' pensa.

Quelle ne fut pas sa surprise alors que son oreillette s'activa, dévoilant la voix autoritaire de la Conseillère aux cheveux d'ivoire. Mais elle fut d'autant plus troublée lorsqu'elle comprit le but de cette intervention vocale. Un nouveau plan. Leur dernier espoir. Une pure folie. La réaction de la Metal Beast ne se fit pas attendre. A la limite du réflexe du bon sens, elle appuya sur le déclencheur de son propre micro.
— Quoi ?! Vous êtes sérieuse Oniri ?! Y'a plus rien à faire ! Il faut se tirer d'ici !
Cependant le processus se déclencha et la protestante regarda l'action d'un oeil mauvais. C'était de l'inconscience ! Il fallait qu'ils sauvent leurs peaux avant que la populace ne les lapide ! Ne comprenaient donc ils pas ?!

Rageant face à l'idiotie de ce moment, la Saibogu se força à rejoindre le reste de ses camarades. Son regard fixé en direction des fils de chakra, c'est avec stupéfaction qu'elle vit ces derniers grossir de manière exponentielle. Ses pupilles dorées allant du jeune Marionnettiste à sa prouesse technique, Kan' fut convaincue qu'il y avait encore un coup à jouer. Arrivant aux côtés de ses alliés, elle posa à son tour sa main sur l'épaule libre du gamin inconnu. Elle se trouvait stupide, conne même. Mais que pouvait-elle faire d'autre à part aider dans ce dernier baroud d'honneur pour Ki no Kuni ? Fermant les yeux, elle transféra ses dernières réserves de chakra dans le corps du Sunajin. Les symptômes furent radicaux : Sentant ses forces la quitter, elle vacilla. Aux départs des tremblement, ses jambes se dérobèrent et la jeune femme tomba sur le sol, inconsciente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptyVen 4 Sep 2015 - 15:37

J'étais épuisée. Ma respiration était haletante tandis que mon souffle était court. Tsukiko et moi avions combiné nos forces pour créer une véritable modification de terrain, un second cataclysme après le premier dans l'espoir de stabiliser l'arbre dans un trou suffisamment profond. Il était bien trop imposant pour que l'on parvienne à le redresser mais puisque des gens y habitaient, il nous fallait nous organiser pour empêcher sa chute pourtant imminente.

Malgré nos efforts, l'arbre majestueux ne bougea pas et pire encore, des gens s'écrasèrent au sol à nos côtés sous les secousses provoquées... Tout semblait perdu. Nous avions tout donné, nous étions tous à bout de forces ou avec si peu de ressources qu'il ne nous était pas possible de faire quoi que ce soit...

Je manquais de m'évanouir alors que j'entendais Oniri qui nous demandait de nous rassembler. L'un des marionnettistes avait une idée. Une idée d'apparence stupide mais qui s'avérait être notre dernier recours. Nous ne pouvions simplement pas abandonner les habitants de Ki no Kuni à leur sort funeste alors que nous nous étions déplacés jusqu'à eux. Ce n'était pas tant par altruisme que par bon sens pour Suna.
Cette action désespérée serait notre dernière carte, après quoi, nous serions obligés de plier bagage en attendant de trouver une solution et de restaurer nos réserves de chakra.

Taku apposa ses fils de chakra minuscules sur l'arbre. La situation semblait ridicule. Toutefois, lorsque Oniri vint donner son chakra au jeune marionnettiste, les fils bleus s'épaissirent, me faisant écarquillés les yeux de surprise. Et s'il y avait vraiment quelque chose à tenter ?
A son tour, traînante, Kanpeki déposa sa main sur l'épaule du jeune homme, renforçant de plus belles les chaînes. Ma réserve de chakra était bien amoindrie avec mon action précédente toutefois il m'en restait suffisamment pour apporter ma contribution.

Avec difficultés, je m'approchais de Taku et posais une main sur son autre épaule, lui octroyant à mon tour mon chakra. Les chaînes se renforcèrent de nouveau et conféraient l'espoir d'une réussite. Si nous parvenions à les faire grossir encore peut-être nous serait-il possible de caler le mastodonte dans le cratère que j'avais façonné pour le stabiliser même s'il resterait penché.

Mes forces m'abandonnaient et, comme Kanpeki, mes jambes se dérobèrent et me firent vaciller au sol. Ma vision devenait floue mais je me forçais à me maintenir éveiller pour voir le résultat de cette accumulation d'énergie. Tour à tour, je voyais les autres en faire de même et céder leur chakra, rendant les chaînes auparavant fils, plus robustes encore. Il fallait que cela fonctionne !


Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] EmptySam 5 Sep 2015 - 9:30

♫:
 

Je regarde de loin Tsuki et la Ketsueki - que ce clan soit maudit! - unir leurs forces pour tenter de redresser l'arbre. L'espoir qu'elles parviennent à leurs fins s'insinue un instant en moi avant d'être balayé par l'échec de leur tentative. C'est comme si la nature elle-même se ligue contre nous, se joue de nos efforts. Nous ne sommes rien de plus que des misérables insectes qui s'acharnent à retarder l'inévitable. Que pouvons-nous faire de plus? Sommes nous condamnés à voir cet arbre chuter et des milliers de personnes mourir?

- "Putain!"

Je fais un saut en arrière alors qu'un corps s'écrase non loin de moi. Le bruit qu'il provoque à l'impact est horrible et je sais déjà qu'il marquera de son empreinte mes futurs nuits sans sommeils. Tant de morts... Pour l'instant l'adrénaline suffit à me faire oublier que je suis à l'origine d'une partie d'entre eux. J'ai tué dans le but d'aider! Aberration! Et le pire dans tout ça c'est que ça n'a servit à rien! Peut-être même que j'ai augmenté le chiffre des pertes...

Je lève les yeux pour découvrir des gens qui tentent de descendre de l'arbre à l'aide de cordes improvisées ou non. Ils prennent ce risque en désespoir de cause. Et je ne peux strictement rien faire pour les aider... Spectatrice impuissante d'un spectacle auquel j'aurais mieux fait de ne jamais assister... Ces pensées macabres me quittent lorsque mon communicateur se met à grésiller et que ma senseï nous annonce que nous ne pouvons rien faire de plus. Alors c'est tout? On abandonne et en rentre à Suna la queue entre les jambes?

*Hors de question!*

Je me prépare à répliquer que je compte bien faire tout ce qui est en mon pouvoir pour sauver le maximum de vie - ou pour me racheter pour celles que j'ai condamnées - mais la voix d'un inconnu se fait entendre. J'écoute son idée tandis que je me rapproche du groupe. Mes réserves de chakra s'épuisent et je fais la majeure partie du trajet en courant. Tsss, je me retrouve piétonne alors que je suis une Saibogu! Sad!

Toujours est-il que je parviens enfin à rejoindre mes camarades. J'observe ensuite un jeune marionnettiste décocher des fils de chakra en direction du tronc. Son idée n'est pas bête mais j'ai peur qu'elle soit insuffisante. Comment pourrait-il parvenir à redresser cet arbre à lui tout seul alors que deux des shinobis du sable les plus puissantes sont arrivées à rien? Mais lorsque ma senseï déverse son chakra en lui et que les fils s'épaississent, gagnant en taille et en solidité, je reprends alors espoir. Et si...

Je suis précédée par Kan et la Ketsueki qui ajoutent également leur énergie à celle du duo. Il n'y a pas à hésiter! Luttons jusqu'au bout! Tous ensemble! Si la puissance brute n'a pas réussi à redresser cet arbre peut-être que la solution réside dans le nombre. Un mince sourire s'affiche sur mon visage et je cours vers le quatuor pour apporter ma pierre à l'édifice de l'entraide. Bon le soucis c'est que je ne sais pas trop ou poser ma main sur le corps du marionnettiste. Alors je joints l'utile à l'agréable et je pose ma paume sur ses petites fesses.

- "Hum... désolée!"

Ma main se teinte d'une belle aura bleutée alors que je déverse mon chakra dans le corps de notre dernier espoir. Je sens mes forces baisser peu à peu mais c'est le cadet de mes soucis. Mes yeux se rivent sur les fils du manieur de pantins et je les vois grossir à vu d'oeil grâce à nos efforts combinés. C'est beau! C'est émouvant! C'est... Il n'y a pas de mots pour ça! Tous ensembles tous ensembles, ouais, ouais!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Sanglots de la terre [Sunajin : Team 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Ki no Kuni-