N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyMar 18 Aoû 2015 - 10:33

La situation semblait grave. Ki no kuni, ce Pays que nous voulions quérir pour ses ressources suite à une alliance diplomatique : voilà que toute sa faune et sa flore avait été dévastée... Il nous fallait aller constater les dégâts et leur prêter mains fortes dans le but de les aider à se restructurer et assurer tout de même cette alliance prévue !

D'après nos informateurs situés aux avant postes de la frontière du Pays du Bois, l'étendu des dégâts était colossal. Des secousses avaient arrachés des arbres, détrônés des maisons, le tout tombant sur les habitants du pays du Bois. Beaucoup de morts semblaient déjà à déplorer depuis leurs positions et il y avait sans doute tout autant de blessés.

Mon état de santé ne me permettait pas de me rendre sur place et de prêter assistance en cas de séisme qui ne s'avérerait finalement pas naturel mais je pouvais tout de même y aller en tant que médecin pour soigner les blessés, les mettre en sécurité, dégager les sinistrés bloqués sous les décombres ou encore achever ceux souffrants dont la vie allaient les quitter de toute façon.

Nous réagîmes tous rapidement, nous rendant à la salle du conseil alors que nous nous entretenions entre nous. Kibo ne tarda pas a se rendre directement sur place en usant de la téléportation : sa famille résidait au Pays du Bois. Kioshi étant absent, c'était donc à Oniri qu'il incombait d'évaluer la situation et de donner les directives. C'est ainsi que plusieurs shinobis furent réquisitionnés, dont nous deux qui gérerions l'une des trois équipes se rendant sur place.

Les concernés furent rapidement mis au courant, il n'y avait pas une minute à perdre, nous devions partir. Je m'empressais de donner des directives au Kakumeigun pour qu'ils renforcent d'autant plus la sécurité du village durant notre absence : nous ne savions pas vraiment a quoi était dues ces secousses et peut-être devrions nous également craindre pour Kaze et plus particulièrement pour Suna : mieux valait être prudent.

Oniri nous convia tous devant le Kenkyuuju où nous pénétrâmes dans un imposant engin volant. Nous allions emprunter la voie des airs et ainsi gagner une précieuse journée de marche en plus de conserver notre énergie.
Le trajet se faisait sans encombre mais dans un silence sans faille : tout le monde était concentré à sa tâche. Moi même j'étais perdue dans mes réflexions, mon équipement de Shinobis à mes côtés ainsi que ma faux à double lames attachée dans mon dos. Aastet, l'une de mes félidés kuchiyose bipède, se tenait à mes côtés.

Mon équipe était composée de Ogami, de Hachido no Mu et de Genzai Hisoka. Je les connaissais tout les trois : l'un bien plus que les deux autres. Pour autant, je savais qu'ils étaient tous des personnes de confiance puisqu'ils participaient à l'enquête déléguée par le Kakumeigun concernant l’assassinat de la Godaime : j'avais donc foi en leur capacité.
Notre groupe était chargé de se rendre vers l'Est de l'épaisse forêt pour constater des dégâts sur les routes marchandes. Sans route commerciales, plus de marchandises. Ce n'était pas le moment d'être coupés en vivre... Pourtant je craignais déjà le pire car notre informateur nous avait fait comprendre que l'accès à Ki no kuni n'était plus franchissable par la route habituelle... Peut-être devrions nous également déblayer la zone pour permettre l'accès au Pays.

Quoi qu'il en soit, la journée se passa sans encombre et le lendemain nous arrivâmes sur les lieux. Oniri posa le vaisseau près de l'avant poste à la porte du jour. De là, nos équipes se séparèrent pour atteindre leur objectif respectif. Ma meilleure amie Saibogu reprenait quant à elle la voie des airs avec son équipe, elle voulait se rendre vers l'Arbre mère qui semblait penché et allait probablement s'écrouler sous peu...

Nous dévalâmes la zone en contrebas pour descendre le long des falaises escarpées de Ki no Kuni. Le chemin était en effet devenu impraticable pour des civils. A peine avions nous enfin posé un pied sur le Pays du Bois que nous pouvions constater des dégâts. J'avais peine à croire qu'un tremblement de terre était capable de faire autant de dégâts mais il paraissait que les secousses avaient été d'une rare violence. Les arbres étaient défrichés, déracinés, retournés, écrasés sur le sol. La terre avait été retournée et craquelée à bon nombre d'endroits si bien que le terrain n'était plus du tout droit. La plupart des maisons semblaient effondrées et déjà une odeur de mort et de sang caractéristique nous vrilla les narines. L'hémoglobine avait coulé à flot, je le sentais.
Face à nous était étendus de nombreux corps inertes tandis que quelques plaintes nous parvenaient également.

Je faisais signe à mon équipe de se montrer prudente et de se rendre vers les blessés pour les extirper des décombres au besoin. Nous devions aider ceux que nous pouvions et que nous croiserions sur notre chemin vers l'Est du Pays. Toutefois, nous ne pourrions pas aider tout le monde. J'étais la seule shinobi médecin du groupe et je ne disposerais jamais assez de chakra pour venir en aide à tout ce beau monde.
Je m'approchais des morts, observant si parmi eux certains demeuraient finalement en vie. Le spectacle me laissait de marbre, l'impassibilité régnait sur mon visage : ce n'était pas comme ci c'était la première fois que je voyais des cadavres. Ils n'étaient plus rien si ce n'était une enveloppe corporelle désormais vide : des pantins désarticulés.

Je dégageais des décombres et commençais a voir quelques blessés pour lesquels j'effectuais les premiers soins et bandais leur plaie : c'était bien maigre mais c'était là la seule chose que je pouvais pour eux. Nous devions comprendre ce qu'il s'était passé le plus rapidement possible afin d'agir pour le mieux ensuite.
Après quelques temps à nous attarder vers cette zone, nous continuâmes finalement vers l'Est en direction de notre objectif avec vigilance : Aastet usait de ses talents de senseurs pour tâcher de détecter la présence de chakra autre que le nôtre. Nous traversions ainsi la forêt décimé et un sol escarpé sous les effluves montantes de putréfaction.

Résumé:
 


Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Genzai Hisoka
Informations
Grade : Genin
Messages : 96
Rang : C+

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyMar 18 Aoû 2015 - 18:24

Le chaos était un élément incontrôlable, il permettait énormément de chose tout en étant redouté par de nombreuses personnes. Ce qu'il s'était passé au pays du bois faisait partie de ces moments importants. Dès que la nouvelle avait été rapporter au village qui lui-même avait senti les secousses de l’Événement, Hisoka s'était porter volontaire. Il ne savait bien sûr pas vraiment dans quoi il s'embarquait. Et au vu des gens qui se trouvaient devant lui, enfermer dans cet étrange appareil Saibogu qui devait relier plus rapidement le pays du bois, il avait dans l'idée que les ces gens-là n'en savaient guère plus que lui. Le pays avait été ravager par quelque chose d'immense, de puissant. La nature avait repris ses droits face à l'homme en quelque sorte. Le Genzai avait une certaine hâte de découvrir face a quoi ils allaient devoir faire face. Durant le briefing, on avait dit aux shinobis déportés sur place, qu'il y avait pour plusieurs heures de route, ce qui était un important gain de temps comparé à la durée d'un tel trajet a pied. Hisoka s'était directement installé comme il le pouvait dans la machine. Il portait une tunique légère qui recouvrait son torse et laissait ses bras libres de tout mouvement. Un pantalon ample de couleur sombre. À sa taille, le ninja portait fièrement tout son attirail de ninja. Autour de son bras, était enroulé des bandages et des lanières de cuir qui devenait habituel pour les gens qui le côtoyaient. Les yeux couleur océan du genin passait sur chaque personnes présente. Il connaissait pas mal de monde, mais il s'attardait plutôt sur les membres de son équipe. Il connaissait chacun des membres, de manière plus ou moins importante. Hachido no Mu, était sa coéquipière depuis quelque temps, ils avaient le même sensei, la folle et rebelle Kanpeki Saibogu. Il ne serait d'ailleurs pas étonnant que cette dernière ait participé à la conception du monstre volant dans lequel les Sunajins se trouvaient. Cette pensée fit légèrement sourire en coin le Genzai. Ses yeux toujours rivés sur la lionne écarlate. L'impériale semblait concentrer, il commençait à saisir comment elle réagissait, nul doute qu'elle était en train d'analyser la situation et de centrer son esprit sur ce qui allait suivre. Le suivant qui fut victime de son analyse, fut Toshiro Ogami. Le jeune homme était un ami d'Hisoka a présent, les deux jeunes hommes s'étaient rencontrés maladroitement depuis quelque temps déjà. Bien que l'événement qui avait permis la réunion des deux êtres fût assez anodin et aurait pu simplement les faire se croiser, les deux ninjas avaient sympathisé rapidement. Malgré tout, ils n'avaient jamais eu la chance de collaborer dans une mission. D'ailleurs peu de temps avant l'embarquement, le nomade avait pris à part Ogami lui disant qu'il était heureux de faire partie de son équipe. Le dernier membre, le chef du groupe, la responsable était une personne, qu'Hisoka avait déjà croisée, qui lui avait déjà donner des instructions durant l'enquête sur le meurtre du Godaime. Cependant, cela avait toujours été rapide, il ne la connaissait pas réellement. Bien qu'en observant la Ketsueiki, le blondin pouvait dire pas mal de chose sur elle. Mais cela était surtout dû au fait qu'Ogami lui avait longuement parlé de Yami. C'était assez spécial comme situation de se retrouver pour la première fois dans un groupe avec elle. C'était le chef du Kakumeigun, Hisoka savait par ailleurs que Mu était intéressé par ce groupe, c'était une bonne occasion pour elle. La lionne allait sans doute être encore plus sérieuse, consciencieuse et prête a tout que d'habitude.

Finalement, le temps passa relativement vite, l'engin se déposa prêt de la porte du jour puis les équipes se dispersèrent chacune de leur côté. Hisoka, se retourna pour voir la bête de métal s'envoler de nouveau au loin. Puis il rejoignit son groupe qui déjà était en train de descendre le long des falaises qui bordait leur destination. C'était absolument impossible pour ceux qui n'utilisaient pas le chakra de pouvoir s'enfoncer par là. Hisoka resta concentrer sur la descente, mais lorsqu'enfin lui et son groupe eurent rejoint le contrebas, le jeune homme put constater les dégâts gigantesques qui s'étendaient devant lui. Les yeux de l'ancien nomade se froncèrent devant un tel spectacle. Le silence s'installa, il devina que chacun devait être en train d'analyser avec la même ferveur la scène qui s'étalait devant eux. Le blondin ne savait pas vraiment ce qui était le pire, la végétation avait été détruite en grande partie, les grands arbres du pays étaient coucher, briser, enfoncer dans des amas de terre et de roches. Le sol était craquelé, informe, de grandes cicatrices s'étendaient au loin, comme si la terre elle-même semblait souffrir de l’Événement. Le séisme avait fait remonter des odeurs immondes qui provenaient du sol, ou bien était ce une odeur de mort qui régnait en maître ici-bas ? C'était difficile à décrire. En tout cas, les habitations avaient étés détruites, au sol en lambeaux, on aurait pu aisément les confondre avec de simples morceaux de gravats. Hisoka fit un pas en avant, continuant d'observer ce qui se trouvait autour de lui. C'était la première fois qu'il quittait réellement le pays du vent et la première fois l'amenait ici, dans cette étendue désoler. Il n'était pas perdu, ni triste, l'émotion qui grandissait en lui ne prenait pas le contrôle. Le genin ne se sentait pas réellement désemparer. C'était autre chose, il était témoin de quelque chose de grand, de monstrueux, mais a la fois de magnifique et cette dualité qui régnait devant lui était un symbole qu'il ne parvenait pas encore à comprendre complètement. La voix de Yami résonna, Hisoka d'un simple hochement de la tête, avança précautionneusement.

Le sol était peut-être encore fragile, il était inutile d'être le responsable d'un nouveau glissement de terrain ou de quelque chose dans ce goût-là. Les dégâts étaient déjà assez immenses sans en rajouter. En avançant, le genin se rendit compte que sous les décombres se trouvaient de nombreux corps, le constat était évident, le nombre de morts allait être élevé. Un autre constat était très simple à faire. Glissant un regard vers Yami, Hisoka comprit immédiatement qu'elle ne pourrait sauver tout le monde. Les blesser était nombreux, il allait falloir choisir lesquels apporter à la Ketsueiki. Lesquels allaient devoir être simplement dégagés et qui pourraient aller vers l'un des dispensaires qui allaient sans nul doute être créés dans peu de temps. En revanche, les blesser plus graves allaient devoir être soumis à un jugement pragmatique. Le nomade regarda un bras qui ressortait de sous un amas de roche et qui ne bougeait plus. Cette scène le renvoya dans son passé l'espace de quelques secondes. Glissant son regard autour de lui, le ninja s'approcha d'un corps dont les jambes et la moitié du ventre étaient recouvertes de débris. Une fois assez proche, Hisoka pus constater qu'il s'agissait d'un homme, assez vieux, la cinquantaine bien tasser. Sa peau était ridée et portait des taches de vieillesse. Les cheveux grisonnants déjà. Le nomade posa un genou au sol, analysant l'état de la personne. Il put entendre un gémissement de la part du vieil homme. Le regard bleuté d'Hisoka plongea dans celui affaiblis de la malheureuse victime, du sang sortait de la bouche de l'homme. La main droite du ninja se posa sur le cou de la victime, puis il compta mentalement. Le jeune homme porta sa main dans la sacoche qu'il portait à la ceinture, en sortit un kunai, puis rapidement mis fin aux souffrances de l'homme. Habilement, il se redressa et chercha du regard quelqu'un d'autres.

C'était inutile de sauver les personnes telles que lui, ce dernier était déjà vieux, sa forme laissait à désirer, qui plus est ses jambes étaient, sans nul doute, écrasé. Yami ne pourrait pas le sauver, il était donc condamné dans tous les cas. Oui, l'évidence s'imposait, il allait falloir choisir qui sauver, qui laisser là et qui tuer. Ce n'était ni grisant, ni flatteur de jouer à dieu, le nomade n'y prenait aucun plaisir, mais il avait appris durant son errance dans le désert que les choix étaient quelque chose a laquelle on ne pouvait échapper. Finalement, il trouva un groupe de personnes a qui porter secours. En quelques minutes, il avait dégagé les décombres qui retenaient prisonnier un groupe de trois personnes. Une femme et ses enfants. Ils avaient eu le temps de se cacher et visiblement, cela leur avait sauvé la vie. Les trois pouvaient marcher est semblaient plus choquer que réellement blesser. Sans perdre de temps, Hisoka continua d'avancer, passant devant des personnes mourantes qui ne pouvaient plus êtres sauver. Il aurait bien sûr pu abréger leurs souffrances, mais cela demandait du temps, du temps qui pouvait être bien mieux utilisé. Il sauva quelques autres personnes, légèrement blesser, il fit un bandage de fortune à un homme, et expliqua aux blessés les plus graves de rester là jusqu'à ce que Yami n'arrive. Il n'était cependant pas sûr qu'elle pourrait se permettre d'aider tous ces gens. Hisoka mis fin aux souffrances de quelques autres personnes. Il perdit très vite le compte, du nombre de personnes aider ou bien tuer. Une heure passa rapidement à aider les victimes, mais le groupe ne pouvait rester ici. C'est ainsi que les quatre shinobis reprirent la route vers l'Est. L'espèce de chat bizarre de la Ketsueiki semblait posséder des talents sensoriels. Curieux par nature, Genzai observait l'animal sans même s'en cacher. Le chemin tortueux de l'ancienne forêt était long et couper en de nombreux endroits, c'était difficile de s'imaginer à quoi pouvait bien ressembler le paysage avant l’Événement terrible. Hisoka s'approcha discrètement du chat qui marchait prêt de Yami. Sa curiosité prenait le pas, sa concentration ne faiblissait pas, il continuait de scruter ce qui trouvait autour de lui, mais ce chat… Non, il était véritablement trop bizarre pour ne rien dire. S'en était un au fait ?

" T'es bizarre comme bête toi... T'es quoi ? Un chat ? "

Il ignorait si c'était une bonne chose, le groupe était rester silencieux depuis un bon moment, les paroles étaient utiliser avec circonspection. Une tension s'installait, mais le nomade trouvait cela idiot. Ce qui s'étendait autour d'eux était, bien sûr, horrible, mais se laisser avoir par lui n'était pas bon. La situation ne s'y prêtait pas lors de leur arrivée, mais durant ce trajet, Hisoka jugea important pour le moral du groupe de parler de tout et de rien, mais surtout de choses légères. Il savait que Mu ne serait pas réellement surprise de son commentaire, avec un sourire serein, le blondin continuait d'observer la bestiole de Yami. Cela faisait un moment depuis le départ qu'Hisoka n'avait pas lâché un sourire, cela ne lui ressemblait pas, il profitait de ce moment de calme pour faire revenir sa bonne humeur. Il savait qu'il allait bientôt devoir reprendre son pragmatisme, en attendant, il voulait en profiter un peu. Sourire aux autres était un moyen très utile pour donner du baume au cœur à ceux qui l'entourait. Juste après avoir posé sa question, le sourire d'Hisoka s'étira encore un peu plus.

" C'est limite flippant comme bestiole. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hachido no Mu
Informations
Grade : Genin
Messages : 138
Rang : C+

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyMar 18 Aoû 2015 - 19:41


“Souviens-toi d'oublier. ”

De Friedrich Nietzsche






Ici, nous n’avions rien ressenti, Suna était au centre du pays, bien loin des dernières ondes du séisme qui avait mis à feu et à sang notre pays frontalier. Les infos, celle qui circulait sur le réseau Shinobi, étaient claires. La mort et le chaos avaient frappé Ki no Kuni en plein cœur. Un puissant séisme avait fait trembler le sol, avait arraché les arbres de la terre, avait mis à bas les habitations, avait écrasé secouer et massacrer la population. Suna, ce jour si, c’était éveiller dans une stupeur qui occupait l’espace. Le réseau Sunajins était des plus performants, à peine le séisme avait il prit fin que déjà les responsables de Suna se réunissaient en session extraordinaire sur ce qui venait de se produire. La rumeur n’avait pas fait longue à se répandre dans la population locale. De plus, le Nord du pays avait été touché, a moindre mesure que Ki no Kuni, mais assez pour inquiéter la population sur l’état du pays, et la santé de leur proche. Cette catastrophe éveillait chez moi de la curiosité, si la rumeur parlait d’un séisme, personne ne parlait d’une cause. Ki no Kuni n’était pas réputé pour subir des tremblements de terre, elle n’avait pas d’activité volcanique et aux dernières nouvelles aucune faille tellurique se dissimulait en dessous, du moins jamais dans son histoire de telle activité n’avait été relevé. Qu’es ce qui avait donc pu frapper le pays entier avec une telle force. Je me demandais aussi ce que Kaze no Kuni allait faire pour son voisin. Je n’avais pas souvenu d’une alliance entre nos deux pays, mais je n’ignorais pas qu’un gros pourcentage du bois de construction de Kaze no Kuni provenait de Ki no Kuni. Sur un point de vue politique, nous n’avions donc pas vraiment d’obligation, mais sur un point de vue économique cela était différent. Mais j’évitais d’alimenter les rumeurs attendant d’en savoir plus de manière plus officielle sur ce qui se passait.

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] FgQy0Q

Je n’avais pas eu long à attendre pour avoir de plus ample information et par un réseau on ne peut plus officiel. Ce fut un courtier du bureau des assignations qui se présenta devant chez moi, un parchemin sceller m’étant adressé. Je devinais donc que Kaze no Kuni allait donc agir dans les plus brefs délais. Remerciant le courtier qui s’apprêtait déjà à une autre adresse, je compris vite qu’un certain nombre de Shinobi était convié à cet événement. Refermant la prote derrière moi, je descellais le parchemin et l’ouvris. J’étais assigné à une équipe pour me rendre au plus cite à Ki no Kuni, prioritairement pour en premiers lieux faire un constat des dégâts sur place, en second plan agir pour l’objectif qui sera assigné à mon équipe et troisièmement, sauver la population locale. Je comprenais l’ordre des priorités, on n’engage pas une mission humanitaire sans un certain niveau de pragmatisme. Évaluer les dégâts et libérer des routes d’accès ou sécuriser des zones était prioritaires sur le sauvetage de l’individu. Car sortir des décombres une partie de la population mais ne pas savoir qu’en faire état stupide et amplement assez de bénévoles et de survivant allait s’attaquer à la tache de sauver la population. Je savais que ce genre de mission, surtout utilisant une force armée, n’était pas innocente et purement volontaire. Suna plaçait ses billes et savait qu’elle pouvait gagner gros à secourir de manière rapide et efficace Ki no Kuni. Les pays neutres sont souvent de douce gourmandise pour les pays majeurs.


Le regroupement, le briefing et le départ fut rapide, en moins d’une journée les équipes avaient été formé, les objectifs assigner, les ordres de mission éclaircie. Je me retrouvais dans l’équipe sobrement appeler Numéro 3, sous les ordres directs de Ketsueki Yami, la bien connue chef du Kakumeigun et je faisais équipe avec deux autres Sunajins. Genzai que je commençais à bien connaitre et qui faisait partie du même comme mois du groupe Hachioji et d’Ogami, le jeune Sunajins que j’avais rencontré au temple il y avait quelque temps de cela. Notre mission était claire, nous rendre sur place, se diriger à l’est vers les routes commerciales, identifier les dégâts et déblayer la voie. Cela était un objectif des plus honorables, rouvrir les passages menant à l’extérieur était prioritaire pour ce genre de catastrophe. Les routes permettaient l’arrivée de volontaire, de ressource et d’aide en tous genres. Je me disais aussi que si Suna s’occupait des voies, nous aurions la main mise dessus avant l’arrivée d'autres villages cachés. Mais si nos intentions étaient ambiguës, le briefing n’en laissa rien entendre. Aucun ordre officieux n’avait été donné aux groupes. Mais cela ne m’étonnait pas, si d’autre objectif avait été donné, ceux-ci avaient été confiés au chef de groupe qui n’en parlerait qu’en temps voulu. Le moment du déplacement fut plus délicat, nous allions utiliser un étrange appareil conçu par le clan Saibogu, une machine volante qui devaient tout nous conduire à destination en un temps-record. Cet appareil ne me disait rien qui de bon. J’appréciais la marche à pied.


Le déplacement fut des plus horribles, nous étions à l’étroit et ballotter en tous sens par cette machine infernale. Je sentais mon petit déjeuner me remonter à la gorge. Mes doutes étaient concrétisés, rien n’était plus agréable que la marche à pied, même sur des longues distances. Ses appareils loufoques n’étaient que des bizarreries, magnifiques dans leur conception mais horrible pour le transport. Une bonne âme ou quelqu’un à l’esprit pratique me confia un petit sac pour toute incommodité. Je ne tardais pas à remplir le petit sac de mon incommodité susmentionné, mais même mon estomac vidanger de son contenu le voyage ne fut pas plus agréable. Je me sentais pathétique, malade et impuissante, de quoi m’agacer au plus haut point. Je fus plus qu’heureuse d’apprendre que nous atteignions la porte du jour où nous allions être débarqués. L’appareil à peine posé, je sorti précipitamment de cette foutue boite de métal pour aller embrasser le sol, j’allais en vérité finir de régurgiter mon petit déjeuner dans un buisson proche, mais embrasser le sol reste moins humiliant. Une fois sur la terre ferme, l’air n’était pas ce qu’on pouvait dire pure, mais cela était bien plus agréable que dans l’appareil et je retrouvais des couleurs, mon visage pâle jurant horriblement avec mes cheveux écarlates, mon teint redevint bronzer. Je craignais déjà qu’en fait de mission on nous oblige à reprendre place dans cette machine pour retourner à Suna.


Alors que nous posions le pied à Ki no Kuni, l’ampleur des dégâts nous sauta à la gorge sans pitié. Jamais je n’avais vu une telle ampleur pour une catastrophe naturelle. Tout à perte de vue était marqué par la désolation. En descendant les falaises pour nous rendre chez notre voisin, nous tombâmes pile sur un petit village dont il ne restait rien à pars des grava et des blessés. Cela faisait près de vingt-quatre heures qu’ils gisaient la, éparpiller. Le peu de valide était, pour le plus par en état de choc et pas grand-chose n’avait été fait pour ses victimes. Un maigre groupe de survivants s’efforçait de creuser les débris pour libérer des blessés ou juste des corps, mais rien d’efficace n'avait été mise en place. Ce genre de petit village était normalement perdu pour ce genre de tragédie, les secoure se concentrant sur les points névralgiques du pays. Mais notre chef décida de s’attarder un moment dans le coin pour utiliser ses dons de guérisseuse. Je trouvais que c’était une perte de temps, mais je gardais cela pour moi. Toute l’équipe s’activa donc pour venir en aide aux survivants. Si je trouvais l’action inutile, je ne le faisais pas contre mon gré, j’étais pragmatique pas sans cœur. Ketsueki s’employait à guérir les blesser qu’elle pouvait soigner, Genzai et Ogami rodaient sur les lieux rassemblant les blessés ou m’étant fin à leur souffrance pour certain. Je préférais donc attaquer le problème sous un autre angle, qu’au moins notre action ici, qui n’allait sans doute pas tarder à reprendre la route, ne soit pas totalement vaine.

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] VVAHSM

Je me dégotais un ou deux survivants, dont l’état physique comme mental n’était pas trop grave et je leur demandai une explication du village, de sa formation et de ce qui s’y trouvait. Je fus plutôt satisfaite d’apprendre qu’il avait un boulanger et je me mis en quête des ruines de leur boulangerie leur demandant d’identifier le boulanger ou toute personne sachant faire du pain. Hélas, il ne restait pas grand-chose de la boulangerie, l’habitation c’était effondrer et les bâtiments voisins avaient fait pareils par-dessus. Mais je découvrir les restes du four à pain, en mauvais état mais on pouvait tout de même, avec un peu de bricolage le remettre en fonction, la mauvaise nouvelle fut que je découvris un couple peu loin du four et on me les confirma un peu plus tard, ils étaient le boulanger et la femme dudit boulanger. Heureusement l’art de la boulangerie de base n’était pas d’une grande complexité et je motivais tant bien que mal les survivants en état de se déplacer de remettre en fonction le four et de déblayer les réserves de la boulangerie. Une fois les blessés sortis des décombres, ils allaient avoir faim et ils allaient devoir être autonomes un moment. Je me mis ensuite en quête du petit magasin du village, lui aussi avait subi de lourd dégât, mais un peu l’écart, aucun autre bâtiment ne c’était effondrer dessus. Seul un massif arbre partageait en deux de manière net le bâtiment. Engageant tant bien que mal les survivant, je me mis à trier et sortir toute denrée non périssable encore intacte du bâtiment en ruine suivie des périssables qui devaient être consommées tout de suite et de tout ce qui pouvait être pratique pour leur survie. Le chemin vers Kaze no Kuni bloqué, loin du premier centre urbain, je craignais que ses gens soient obligés de survivre par le propre moyen un long moment sans pouvoir juste quitter les lieux. Il allait devoir attendre que les blesser grave meurt avant de finir par transporter les handicaper restant vers une zone de rassemblement. Je ne misais pas chère sur leur chance de survie. Mais au moins, quand nous finîmes par reprendre notre route, ils avaient de quoi manger et boire pour un moment et le four à pain avait été rallumé pour pourvoir au besoin des survivants. Ils avaient donc une chance de survie, à eux de l’utiliser à leurs avantages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seigi
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1348
Rang : S

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyMar 18 Aoû 2015 - 20:59



Musique:
 

Le village Sinobi de Suna était en émoi, on venait d'apprendre qu'un drame était survenu dans le pays du bois, Ki no Kuni. Ce pays, je ne le connaissais que très peu pour y être passé brièvement ; Seulement mon maître était natif de celui-ci et j'imaginais sans doute sa déception et son angoisse à l'entente des nouvelles informations. Un séisme, un tremblement de terre, quelque chose de naturel d'après les rumeurs, nous avions un ordre d'idée sur l'ampleur des dégâts et d'après cela je pensais impossible que cela soit l’œuvre d'un mortel.

Un petit séisme n'aurait pas suscité une réaction aussi vive, on pouvait s'attendre à un pays ravagé et à des champs de cadavres à perte de vue. Le conseil s'était réuni en urgence pour répondre à cette catastrophe. Je ne doutais surtout pas du temps de réaction de nos dirigeants, le conseil était récent et même s'il n'était pas au complet, il y avait des personnes compétentes à mes yeux. Sans même attendre la décision de cette réunion extraordinaire je pensais déjà à une intervention rapide de nos forces militaires. On ne pouvait bien sûr y envoyer tout un régiment, il fallait être stratégique et penser à la sécurité de Suna. Le monde dans lequel nous vivons est cruel, les opportunistes pourraient profiter aisément de notre action pour s'attaquer à notre village ; Cela était malheureusement impossible, notre patrie avait tout prévu.

Un homme m'avait rejoint au terrain d'entraînement afin de me transmettre un ordre, je faisais parti d'une des escouades envoyées à Ki no Kuni. Sur un petit parchemin, je pouvais d'ores et déjà prendre connaissance de la composition de mon équipe et de l'intitulé de la mission. Yami était la dirigeante du groupe, haussant un sourcil je continuais ma lecture pour lire que Hisoka et Mu étaient aussi de la partie. Je connaissais ces trois personnes et donc pouvais apporter ma confiance à celles-ci facilement. Yami se trouvait être ma sœur et sa présence m'étonnait-.. je trouvais même cela inconscient de sa part et de celle du conseil de l'avoir réquisitionnée. Ils n'étaient pourtant pas idiots ou devais-je revenir sur mes paroles ? Elle portait beaucoup trop sur ses épaules pour en plus être envoyée en déplacement.Ensuite le Genin Hisoka se trouvait être un ami, j'avais apprécié sa compagnie et je l'avais revu quelques fois. Son humour et sa façon d'être me convenait, j'avais beau être à l'opposé de cet homme que pourtant je trouvais sa présence plaisante. Mu quant à elle, je l'avais rencontré dans un temple et elle avait été ma partenaire le temps d'un combat. Nous avions beaucoup discuté et nos avis étaient tout autant divergents, cela dit sa sagesse était un plus pour notre escouade.

Aussitôt la fin de la lecture, je rejoignis mes appartements pour me préparer. Je n'avais pas de temps à perdre, je pris une douche rapide pour ensuite me vêtir d'un haut noir assorti à mon pantalon. Cela était caché par une cape sombre recouvrant mon corps, elle se fermait au niveau de mon cou et m'avantageait sur certains points. Je pouvais facilement composer des signes en profitant du manque de visibilité de mes adversaires ; Pour le corps à corps, je devais par contre m'en séparer pour être plus efficient au combat. J'attachai les cheveux avec une ficelle noire avant d'attendre l'heure de rendez-vous. Nous étions conviés à rejoindre le laboratoire Saibogu ; Le complexe de Suna était surveillé et contenait sûrement des informations sensibles. Je m'intéressais beaucoup à la technologie de ce clan mais elle me dépassait totalement.

Azura à mes côtés ainsi que mon sac contenant un équipement Shinobi – fils, Senbons, Kunaîs- ainsi que des provisions, j'étais fin prêt à prendre la route.

Une fois arrivé à destination, je pris la direction indiquée avant de me retrouver aux côtés de mon équipe. D'un signe de la tête, je saluai les personnes m'entourant pour écouter les instructions de sécurité. Notre moyen de transport se trouvait être des plus imposants, un métal plutôt clair le couvrait et il me semblait aussi très résistant. Nous allions emprunter la voie des airs, on nous promettait une rapidité certaine. Dans un engin comme celui-ci, il y avait des précautions et des conseils à donner, une personne s'en était chargée. Un petit laps de temps de quelques minutes « nous étaient offert » avant l'embarquement. J'en avais profité pour parler à Yami.

Une fois face à elle, j'apposai une main sur une de ses joues en la regardant droit dans les yeux. Un petit geste affectif avant que je la sermonne à propos de sa venue. Je le faisais discrètement et de façon à que personne ne nous entende. L'air toujours très sérieux, je déposai un baiser sur son front avant de trouver Hisoka sur mon passage. Mon partenaire m'exprima sa joie d'être dans la même équipe que moi, je fis de même en laissant toujours cette expression concentrée sur mon visage. J'allais en plus de devoir être vigilant, faire d'autant plus à mon équipe et pour cela je devais être au maximum.

Je montai avec appréhension dans l'objet volant, le voyage n'avait pas été de tout repos et quelques turbulences avaient donné à une de mes partenaires des nausées. Elle n'était pas seule, on était pas tous habitué à utiliser les engins Saibogu de la sorte. Je me laissai fermer les yeux pour réfléchir à notre arrivée, il fallait se préparer à toutes les éventualités. Une voix nous incita à descendre l'appareil, je descendis donc aux côtés de mes partenaires -y compris les invocations à ma sœur-. Un sentiment de malaise émanait de ce pays, la catastrophe avait tant ôté de vie qu'on pouvait sentir la mort à des kilomètres. Dans tous les cas, il fallait tout simplement être prêt. Nous représentions Suna et de ce fait, nous avions comme obligation de donner le meilleur de nous même. L'échec n'était pas permis et notre assistance pour ce pays devait être sans faille. La coopération était nécessaire pour atteindre ces buts.

Le paysage était déformé, différent de mes souvenirs. On pouvait voir de la fumée à l'horizon, des arbres centenaires se retrouvaient complètement déracinés. La secousse avait dû être bien violente pour provoquer ce désastre. Les cris se faisaient entendre, la forêt pleurait-.. Nous arrivâmes alors à un village ou du moins ce qu'il en restait. Des cadavres jonchaient le sol et derrière eux on pouvait apercevoir des flaques de sang. Les ordres donnés, nous étions tous intervenus afin de nous occuper des blessés. Lors d'une tentative de sauvetage, du coin de l’œil je pus apercevoir Yami s'occuper des blessés et Hisoka donner un coup de grâce. Un coup de grâce fort utile, il avait offert un cadeau à ce blessé ; Mu quant à elle s'était attelée à réunir de la nourriture en plus des taches indiquées.

Derrière moi, j'entendis une voix de détresse, une personne demandait à l'aide. Un mur menaçant n'allait pas tarder à écraser un homme, une femme -sûrement la sienne- quémandait de l'aide. De ma position, je ne pouvais l'aider convenablement en accourant simplement. J'utilisai alors une technique améliorant mes capacités physiques, d'un seul bond et en laissant une trace en suspension dans l'air je me retrouvai aux côtés de l'homme pour le prendre dans mes bras et éviter un nouveau drame. Je le déposai ensuite aux côtés de sa moitié avant de vouloir poursuivre l'initiative de mes partenaires. En quelques signes, je créai un abri de Shôton pouvant résister à un certain poids et une certaine pression. Ils allaient pouvoir abriter les blessés et ranger les denrées alimentaires. Je soupirai en regardant autour de moi, nous devions malheureusement reprendre la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyVen 21 Aoû 2015 - 11:26

Nous poursuivions notre objectif. Il y avait encore bien des choses à faire sur ces terres désolées que nous foulions actuellement mais nous ne pouvions rien pour eux. Nous nous devions d'économiser de notre énergie et de notre temps pour venir en aide aux survivants et rétablir coûte que coûte l'activité du Pays malgré la catastrophe tout en cherchant à en connaître l'origine.
J'ignorais si une secousse naturelle était capable de faire cela, et même si je ne doutais pas du pouvoir de mère nature, je doutais tout de même de sa seule implication... Il nous fallait trouver la raison de ce trouble et qui en était l'auteur tout en sachant dans quel but.

Aastet trônait à mes côtés, impériale et concentrée sur sa tâche à savoir : inspecter les alentours en usant de ses talents de senseurs pour tâcher de déceler la présence de chakra autre que le nôtre. Toutefois, elle fut interrompu par Genzai Hisoka qui lui tournait autour avec l'air intrigué avant de lui adresser la parole. J'adressais à l'intéressé un regard empli de neutralité tant ces propos m'indifféraient mais puisque ma félidé ne parlait pas notre langue, c'était à moi de lui répondre en espérant qu'il se terre ensuite dans le silence : il n'était pas question de révéler notre position à ceux qui traînaient dans le coin. Car oui, nul doute que des pilleurs et autres brigands se serviraient de la catastrophe pour faire leur noires besognes.

« En effet, c'est un chat. »

Il y avait dans le ton de ma voix une profonde indifférence. Pourtant il remettait ça et même si Aastet ne comprenait pas ce qu'il lui disait, elle n'était pas stupide au point de ne pas comprendre qu'il ne lui faisait pas vraiment d'éloges. Elle lui adressa un regard noir de ses pupilles fendues à la verticales et poursuivait ensuite sa concentration.

Je n'étais pas vraiment loquace mais je jugeais bon de rappeler certaines règles à mes troupes :

« Nous sommes en territoire inconnu et nous ne connaissons pas avec exactitude l'ampleur des dégâts ni les causes qui y sont liés. Je vous demanderais donc de faire preuve de discernement et de discrétion. Nous ne devons nullement nous faire remarquer par des présences malsaines si elles existent. L'observation est l'analyse est pour l'heure notre seule préoccupation. Restons groupés et sur nos gardes dans un silence absolu. »

J'accentuais mes dernières paroles en rivant un regard sévère à l'encontre de Hisoka.
J'attrapais un dispositif Saibogu de ma poche et révélait avec la carte de Ki no Kuni en 3D en notre possession. Nous avions cartographié plusieurs zones depuis quelque temps et le pays du Bois en faisait parti : cette carte nous serait sans doute utile. Nous pouvions voir avec précision dans un hologramme la zone telle que nous l'avions enregistré et comment elle se trouvait aujourd'hui. Après vérification de notre position par rapport à notre objectif à l'Est, j'éteignais le dispositif et nous pûmes poursuivre notre route.

Le parcours était vallonné et dangereux : ils ne seraient pas aisés aux civils de se frayer un chemin. Je posais le pied à terre sur une voûte formée au sol par le déracinement d'un arbre, arbre qui jugea bon de tirer sa révérence à cet instant même. Un réflexe bien agile me permis d'esquiver ce danger imminent. La zone était désolée mais n'avait pas encore révélée tous ces pièges : la prudence était de rigueur.

Après quelques heures nous parvînmes finalement à l'Est du pays. Comme je m'y attendais, l'endroit n'était pas épargné non plus et les routes commerciales se révélaient infranchissables. Le pays du bois était désormais coupé de tout contact extérieur et ne recevrait plus de vivre.

« Sans surprise la route est complètement obstruée. Nous allons tâcher de la déblayer au mieux. Il faut taillader le bois et le dégager, je restructurerais la terre pour que la route soit plane avec mon doton. Aastet surveillera nos arrières avec ses capacités de senseurs pour ne pas que nous soyons pris par surprise. Tâchons d'être efficaces. »

Nous ne pourrions pas être silencieux pour cette manœuvre, d'où le fait que mon félidé surveille la zone au cas où nos bruits attireraient des curieux.

« Ogami, tu utiliseras ton shoton pour retenir certains arbres sur le point de tomber pour ne pas que l'on doivent les esquiver tout en déblayant le chemin s'ils se décidaient à tomber. Hisoka et Mu vous dégagerez tout le bois au sol pour que l'on retrouve un chemin praticable entre notre frontière et la leur. »

Suite à quoi nous pourrions faire notre premier rapport sur la situation et évaluer les conséquences au delà de la zone Est. Il ne nous restait plus qu'à nous mettre au travail.


Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Genzai Hisoka
Informations
Grade : Genin
Messages : 96
Rang : C+

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyVen 21 Aoû 2015 - 18:09

Hisoka jeta un regard curieux à Yami lorsque cette dernière lui répondit de manière assez froide. Ou plutôt neutre, mais avec un ton qui ne laissait pas de place au doute quant à l'envie qu'elle avait de faire taire le genin. Ce dernier pencha la tête sur le côté, le félin observa l'humain, le nomade plongea son regard océan dans les pupilles fendues de l'animal invoquer. C'est alors que le chef du Kakumeigun rappela à l'ordre le Genzai. Elle le toisa de manière neutre et lui remit en tête les règles naturelles des ninjas. C'était inutile, Hisoka les connaissait parfaitement, ce n'était nullement de l'imprudence de prendre la parole ici et maintenant, après tout ce chat était de type sensoriel. De ce fait, la présence même de l'animal permettait au groupe de ressentir les adversaires potentiels. De plus, à la vue du terrain accidenter qui ne permettait que très peu de couvertures, le groupe de ninja était exposer au possible. Parler ne changerait rien de plus. C'était son point de vue. Il ne prit cependant pas la peine, de relever, le blondin devina aisément que Yami devait être assez tendue et il ne doutait pas que le caractère de la kunoichi était sans doute plus avenant en dehors d'une mission. La jeune femme fixait sévèrement l'ancien nomade, qui lui, continua de sourire de manière légère. Avec un signe de tête, il indiqua à sa senpai qu'il avait compris la remontrance. Il jeta toutefois un dernier regard au chat, c'était définitivement une créature bizarre. Pas forcément de manière négative, c'était juste l'une des premières fois que le jeune homme rencontrait un kuchyose. La curiosité l'emportait facilement face à une telle situation. Hisoka se demanda immédiatement, s'il aurait l'occasion un autre jour d'étudier plus attentivement ce genre de créature. Le kuchyose restait un art qu'il ne maîtrisait pas, auquel il avait peu de chance d'avoir accès dans sa vie, en savoir plus serait une bonne opportunité pour lui. C'est donc en silence, que le nomade recula de quelques pas et observa autour de lui.

La forêt était dans un piteux état, difficile même d'y voir une ancienne foret, tout autour n'était que désolation. On aurait pu croire que c'était un champ de bataille. Ou quelque chose dans ce goût-là. Était ce une catastrophe naturelle ? Certes, l'ampleur des dégâts était telle qu'il était difficile voir impossible d'imaginer un homme à l'œuvre derrière tout ceci. Mais si c'était le cas ? Le doton était un élément puissant par excellence. Peut-être celui qui sous sa forme la plus brute était le plus capable de destruction. La terre représentait la force, la constitution, la vie. Dans le désert, les éléments avaient une signification toute particulière et chacun avait un rôle à jouer. Le feu était le danger, insaisissable, puissant, fourbe. Il était essentiel à la survie, mais dépendre de lui pouvait amener la mort. Il était un poison dangereux auquel il fallait parfois succomber pour espérer poursuivre sa route. L'eau, elle, représentait l'espoir, la recherche, la patience, la sagesse. Les nomades n'avaient que très peu d'eau pour vivre, nombreux rites nomades tournaient autour de l'eau, de l'humidité. Les gens du désert devaient être capables de retenir leurs larmes, car c'était un don inestimable. Il fallait être capable de ne pas boire pendant plusieurs heures pour économiser un maximum d'eau. Il était facilement compréhensible de voir en quoi cet élément était lié à la patience et la sagesse. Le vent quant à lui avait une appartenance beaucoup moins mythique que les deux autres, il était le porteur de nouvelles, celui qui permettait de communiquer. La distance n'importait peu, car nous vivions tous sous le même ciel. Le vent, peu importe l'endroit, entourait de la même manière chaque personne, il était un lien indissociable, qui nouait l'histoire de chacun. Tout ceci, tenait de la mythologie ancienne, les anciennes croyances du désert qui étaient beaucoup moins rependues aujourd'hui. Hisoka avait appris cela lors de sa vie dans la partie profonde et inconnue du désert, dans sa première tribu. Malgré les années, la signification des éléments restaient profondément ancrée en lui. Un genre d'attache qui lui permettait de se souvenir en quelque sorte de sa famille disparue.

Il reporta finalement son attention sur ses deux partenaires. Mu avait été, comme toujours, bien plus pragmatique que le reste du groupe. Au lieu de perdre des forces et de l'énergie à sauver les gens coincer, elle avait concentré ses efforts sur la survie même de ceux qui étaient déjà sauvés. C'était intelligent, une bonne stratégie. Ogami semblait toucher, ou du moins peiné par ce qu'il voyait, Hisoka avait entendu soupirer le chunin après son sauvetage. Ogami voulait la paix, il avait parlé longuement de son groupe et des croyances qui étaient siennes, ce ne devait pas être facile de voir un tel carnage. Car peu importent la force de volonté des hommes, si la nature décidait de reprendre ses droits et de frapper, tout n'étaient que fétu de paille. Le geste de Yami pour éviter un glissement de terrain lié à un arbre, fut l'un des seuls incidents de parcours. Tout se passait de manière calme, très calme. N'y avait-il donc personne dans ce pays pour profiter du malheur des autres ? Les sourcils du Genzai se froncèrent, le calme s'estomperait bien vite, c'était une certitude.

Après quelques heures, l'équipe trois, parvint à destination. La route commerciale se retrouvait complètement bloquer par un amas de terre, de bois, de déchets. C'était assez catastrophique pour l'économie du pays. Ou simplement pour la survie. Les ninjas pouvaient se permettre de venir actuellement dans les décombres, mais ce ne serait pas les shinobis qui parviendraient à sauver le tout. Il fallait des commerçants, des herboristes, des médecins, ces gens lambda devaient passer par une route plus facile d'accès. Celle qui se trouvait sous les yeux du groupe de Sunajins. Yami donna les ordres, simples, efficaces. Hisoka fit quelque pas en avant, il observa Mu quelques instants, se demandant si elle allait utiliser son Taijutsu ou son épée pour déblayer le passage. Quoi qu'il arrivât, les deux genin n'avaient pas à craindre d'esquiver, Ogami serait en renfort. Composant machinalement des signes, Hisoka porta sa main droite devant sa bouche, puis souffla une imposante boule de foudre qui se dirigea vers le tas de décombres se trouvant devant lui. La dernière fois que le jeune homme avait usé de la technique, c'était contre Kanp-sensei, il avait à ce moment-là, une côte casser, autant dire que son jutsu avait perdu drastiquement en puissance. Cette fois-ci, cependant, l'histoire n'était pas la même. Le jet de foudre qui s'échappa de sa bouche était assez gros et puissant pour venir, balayer et briser un bon nombre de débris. Une fois sa technique passer, il s'avança de nouveau, composant de nouveau signe et réitéra la technique pour enfoncer un peu plus ce qui bouchais la route. Dans son répertoire actuel, c'était le jutsu qui était le plus imposant en terme de taille et qui pouvait être maintenu du moment que le nomade continuait à souffler son chakra. C'était idéal pour permettre aux arcs de foudre composant la boule, d'affaiblir les objets avant de les briser.

Le seul souci était bien sûr, le bruit. Le Raiton n'était pas connu pour être silencieux, chacun de ses souffles créait un bruit électrique incomparable qui se répercutait au loin. Mais qu'importe, Yami avait placé son chat sensoriel derrière eux pour éviter les attaques par surprise. De toute façon, il ne serait sans doute pas le plus bruyant de tous. Le nomade se recula après sa seconde technique le temps de remplir de nouveau ses poumons d'air. Il observa immédiatement la lionne écarlate qui était sa coéquipière. S'il devait parier sur une personne qui allait faire un bruit pas croyable, ça serait sans doute elle. La spécialiste du Taijutsu. Elle avait broyé et pulvériser les débris à grand renfort de coup-de-poing de pieds où de quoi que ce soit d'autre. Allait-elle utiliser les portes ? Peu de chance, cela l'affaiblirait beaucoup trop, de toute façon, c'était, sans aucun doute, inutile d'utiliser trop d'énergie pour simplement ce travail. Après ses deux techniques, Hisoka s'avança de nouveau, puis commença à enlever le plus gros à main nue sans utiliser son chakra. Maintenant qu'une entrée avait été clairement créée, ils allaient pouvoir travailler méthodiquement. Bien décider à n'utiliser le chakra que s'il était obligé, le genin entama un travail de longue haleine. Déblayant, enlevant puis jetant sur le côté ce qui était assez petit mais gênant. Et n'utilisant sa boule de foudre que s'il était obligé. Cela pouvait passer bien sûr pour de la préservation d'énergie. C'était sage de ne pas griller tout son chakra ainsi. Mais il y avait aussi le fait de ne pas utiliser de manière inconsidérée les arts ninjas. Pour le coup, après plusieurs minutes de travail, Hisoka jeta un rapide coup d'œil vers l'endroit d'où ils venaient. Les hommes qui étaient en bonne condition et qui se reposaient lors de leur arrivée, aurait été bien utile.

De manière pragmatique, le Genzai se dit immédiatement qu'il serait très profitable pour Suna de prendre le contrôle de la route commercial. En jetant un coup d'œil à Mu, Hisoka ne put s'empêcher de se dire que c'était sans doute ce qui la travaillait. Suna souhaitait le bois de Ki no Kuni, il ne faisait aucun doute, que le conseil essayait de se placer d'une manière où d'une autre en venant en aide au peuple du pays. Hisoka ignorait s'il y avait une véritable compassion ou si ce n'était véritablement que de la stratégie. Dans tous les cas, cette route était une pépite d'or pour tout le monde. Celui qui la contrôlait, contrôlait en majorité le pays. Coulant un regard vers Yami, Hisoka tenta de deviner les intentions de la Ketsueiki. Elle semblait vouloir aider au mieux, mais c'était une kunoichi, garder un secret était dans sa nature. C'était, bien sûr, pour le moment, impossible de tenir une telle route, ce n'était pas l'équipe d'Hisoka, du haut de ses trois membres qui y parviendrait. En revanche, ouvrir le chemin liant les frontières de Ki et de Suna, pour faire venir, par exemple des troupes, avait déjà beaucoup plus de sens...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hachido no Mu
Informations
Grade : Genin
Messages : 138
Rang : C+

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyVen 21 Aoû 2015 - 22:50

Notre départ du petit village abandonné fut accepté avec beaucoup d’hypocrisie, bien des blessées venant nous remercier de nos efforts avant que l’on quitte les lieux. Il ne fallait pas se mentir, on les laissait sans doute à la mort et nous n’avions pas fait la différence ici. Nous remercie d'avoir pris un peu de notre temps, cela ne nous avait rien couté et eux se retrouvait avec plus de bouche à nourrir et plus de blessées sorties des décombres. D’un côté il aurait mieux fallu mettre sur pied les blessés légers et leur dire de quitter les lieux et abandonner les autres sous les décombres. Cette action était censée, elle permettait à un petit groupe en santé acceptable de survivre au milieu de ce chaos et de rejoindre d’autre lieu d’habitation. Mais si l’action était sensée, elle manquait cruellement de cœur, on ne pouvait abandonner ses voisins, sa famille, ses amis sous des tas de décombres pour la simple excuse qu’ils allaient être des poids morts. Mais qu’importe le choix qu’ils avaient fait, ils n’avaient pas à nous remercier du peu qu’on leur avait accordé. Bien sûr que pour l’homme qu’hisoka avait sorti des décombres, que pour l’enfant que Yami avait soigné, pour eux cela faisait la différence. Mais nous n’étions pas là pour sauver l’individu et ils le savaient bien, le peu que l’ont leurs avaient accordé était tout ce qui pouvait espérer, ils le savaient au fond d’eux, même s’ils se raccrochaient aveuglement à un espoir naïf de secours arrivant de nuls parts et d’aide volontaire pour leur permettre de survivre. Ses même personnes qui nous remerciaient avec ferveur aujourd’hui, nous maudirons dans quelques jours quand les premières infections commenceront à remplir de puent les blessures, quand la faim commencera à se faire sentir, quand ils devront regarder la mort en face et l’accepter. Car se sera à ce moment-là qu’ils comprendront que nous avions, au final, rien fait pour eux.

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] 0pOugW

Le reste de notre route fut plutôt tranquille, notre chef du groupe, Ketsueki Yami était sur la défensive. Son invocation, on finit par l’apprendre, était un sensoriel présent pour détecter les chakras alentour et visiblement ce n’étais pas pour chercher des blessées, mais bien pour détecter des pillardes et autres hordes affamé piéger du déluge qui se mettait à survivre comme ils pouvaient. J’ignorais si Ketsueki croyait vraiment à son affirmation sur le danger qui pouvait nous entourer ou si cela n’était qu’une excuse pour qu’Hisoka se la ferme. Pourtant, pour une première fois, Hisoka était calme et presque silencieux, ce qui n’était pas dans ses habitudes. Mais Ketsueki avait raison, le danger pouvait surgir, Suna n’était pas la seule à venir mettre sa patte sur les ressources du pays, sous couvert de les aider. D'autres village caché allait placer leur pion, mais grâce à notre proximité, notre moyen de communication et de déplacement, nous étions sans aucun doute les premiers sur place et cela pour quelques jours encore. En vingt-quatre heures nous nous étions retrouvées sur place ce qui était, pour n’importe qu'elle force de secoure, une vitesse des plus promptes. Nous avions donc le temps de placer nos pions avant l’arrivée d’autres fouineurs. Mais il ne fallait pas sous-estimer la politique local, difficile de savoir qu’elle était les forces en présence, qui allait utiliser le déluge comme une rampe pour prendre le contrôle du pays. La politique est toujours sans pitié et opportuniste et ce genre de catastrophe est une opportunité.


On finit par arriver à la route commerciale, heureusement que notre carte nous indiquait la position, car la route n’en était plus vraiment une. C’était sa aussi d’avoir des arbres partout dans le pays, avec un bon désert bien plat, on n’a pas trop de risques de se retrouver enterrés sous une dune à cause d’un séisme. Les bâtiments qui s’effondrent son amplement suffisant à la catastrophe sans devoir ‘s’occuper des milliers d'arbres qui jonchaient le sol. Je fus plutôt surprise quand notre cheffe nous répartit en deux groupes pour attaquer le déblayage de la voie. Espérait-elle vraiment qu’on dégage toute la route à quatre. J’avais espéré qu’on rejoigne le premier lieu d’habitation sur la voie commerciale et qu’on organise le déblayement de la voie depuis la. Si Ogami devait faire le guet, on risquait de ne pas avancer très vite. Mais bon, il fallait bien attaquer quelques pars et nous pourrions aisément enrôler tout survivant passant de le coin. Sans oublier que dans pas longtemps les secours civils allaient eux aussi se mettre en route et pour ceux venant de Kaze no Kuni, justement prendre cette route. Ils n’auront donc d’autres choix que de mettre la main à la pâte pour nous aider. Le travail ne me faisait pas peur, bien au contraire, j’aimais m’occuper dans des travaux physiques, cela libérait mon esprit, un genre de méditation active et constructive. Mais j’appréciais plus encore l’efficacité et je ne trouvais pas cela des plus efficaces.


Cela faisait deux fois en deux ordres que je n’étais pas d’accord avec l’objectif imposer par notre cheffe du groupe, mais j’ignorais si le fait de le faire remarquer allait être accepté. J’avais sans doute un avantage sur ce genre de mission, avant d’arriver à Suna et même avant d’entrer en Yukkan, j’avais suivi une formation d’architecte avec l’un des plus réputer dans le domaine dans l’empire. J’avais donc appris à gérer des travailleurs pour un projet constructif. Seule j’avais dû attaquer la construction d’un palais dont mon maitre signait l’œuvre me laissant les pleins pouvoirs pour terminer ma formation. Il m’avait fallu recruter des travailleurs, les attirer au chantier et leur donner envie de faire des efforts. J’avais dû apprendre à séparer les groupes en spécialité et à hiérarchiser de manière simple mais précise tous ses hommes, essayant d’utiliser au mieux les compétences de chacun. Déblayer la route n’était pas si différent d’une construction, il ne fallait pas seulement voir le moment présent, mais ce qui allait se produire ensuite. Qu’allions-nous faire, repousser les déchets sur les côtés de la route ? Et après ? Et après ses mêmes déchets pourrions sur place ou pire prendra feu à la moindre étincelle pour ravager encore plus. Sans oublier que la place était limitée on ne pouvait pas empiler à l'infini. On avait besoin d’une organisation et de récupérer se bois avant qu’il ne pourrisse sur le bord de cette voie.

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] XAb86H

-       Ketsueki- kachō, êtes-vous certaine que d’attaquer le déblayage de la voie ici est une bonne idée ? Nous ne sommes que quatre et même en utilisant nos techniques, on se retrouvera vite épuisé. Ne vaudrait-il pas mieux rejoindre le premier lieux d’habitation sur la route, aider au mieux les habitant et les enrôler pour dégager la voie vers le prochain lieux d’habitation et de faire pareil à chaque zone habiter. Je doute que les gens rechigne à aider, surtout si on a pris le temps de les soignée en arrivant. A cette vitesse nous n’allons pas aller bien loin et tout se bois sera perdu. Il nous faut nous organiser et surtout enrôler un maximum de civil, sinon nous n’arriverons à rien. Il faut utiliser les ressource humain local et les mettre en branle, de plus cela sera un atout on ne peut plus positif pour la réputation de Suna parmi la population.



Alors que je m’adressais à notre cheffe de groupe, j’entendais déjà Hisoka, utiliser sa raiton pour dégager la voie de manière explosive. J’espérais qu’il savait ce qu’il faisait, un feu de forêt avec tout se bois qui va commencer à sécher, cela ne serait pas des plus judicieux. J’espérais que Ketsueki était ouverte à la discussion, même si rien ne l’avait laissé voir pour le moment. Notre action devait être efficace autant pour le secours du pays que sur un plan géopolitique. Ma remarque permettait une meilleure efficacité sur les deux fronts, la population locale mise au travail, elle se souviendrait que c’était des Shinobi de Suna qui, en tout première, son arrivée, ont aidé la population et ont organisé le dégagement des voies. Les retomber sera des plus favorables pour une alliance entre nos deux pays, même si d’autres Shinobi débarquaient sur place pour tenter de s’imposer. Avoir la reconnaissance de la population était une force considérable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Seigi
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1348
Rang : S

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyMar 25 Aoû 2015 - 17:22



Quel désastre, j'avais beau être un Shinobi et être prêt à toutes les situations possibles que c'était tout de même choquant ; Je plaignais ce pays hurlant à la mort, je plaignais cette terre engorgée de sang, je plaignais les disparus. Si j'avais été à leur place, j'aurais sûrement retourné le pays entier pour retrouver les personnes chères à mes yeux. Les cris émanant des forets déracinées étaient réel on pouvait tous les entendre sans vraiment pouvoir porter assistance à ceux-ci. La population de Ki no Kuni venait de chuter subitement et ils ne pouvaient survivre que grâce à l'aide prodiguée par les autres pays. Les villages cachés étaient disposés à répondre à ce genre de demande, que ça soit pas générosité ou par besoin économique. Je ne connaissais pas la position de Suna à ce sujet, j'accomplissais seulement la mission donnée par nos supérieurs. Il était impératif de porter assistance aux habitants du Pays du Bois. En tant que Shinobi de Suna et fils de Toshiro Yakou, je devais être au meilleur de ma forme pour répondre aux attentes de ma patrie. Il en allait de la vie de civils et de mon équipe.

La situation était inquiétante et sérieuse. Un sérieux qu'on se devait de garder, enfin chacun réagissait selon son caractère. Hisoka lui s'était essayé à faire une petite blague -remarque- concernant une invocation à Yami. Comme je m'y attendais, celle-ci avait rétorqué d'un ton assez sec voir même froid. Ma sœur prit à nouveau la parole pour expliquer au groupe l'importance de notre mission et de ce fait, nous devions être aux aguets. Cela rimait presque avec silence obligatoire et concentration maximale, la parole ne devait être prise que pour dire quelque chose de sérieux et d'intéressant pour notre mission. Je comprenais où voulait en venir la dirigeante du Kakumeigun, je comprenais aussi l'attitude de Hisoka. Il essayait peut-être de rendre l'atmosphère plus viable. J'observai celui-ci en faisant un signe de la tête, je voulais essayer de le rassurer en quelque sorte. Je connaissais Yami et il ne fallait pas prendre mal ses paroles.

Nous avions parcouru quelques kilomètres, cela en quelques heures pour rejoindre un point bien précis. Une carte établie par les Saibogu nous permettait de nous situer et d'analyser les moindres recoins de Ki no Kuni. Nos expéditions avaient été utiles, c'était le cas de le dire. Je ne me souvenais plus de l'équipe en charge du pays mais aujourd'hui il verrait réellement la différence avant le pays d'antan.

Il était dangereux de fouler ces terres, les obstacles étaient par centaines tout autant que les pièges ; Je ne comptais plus les fois où nous étions obligés de revoir notre allure à la baisse, c'était un rythme plutôt saccadé. Les heures passèrent et avec difficulté nous nous trouvions enfin sur place. Comme le reste des routes, elle était obstruée par les arbres, la roche et la terre. Elle était sans dire impraticable. Cette route était malheureusement bien trop importante pour la laisser à l'abandon, nous étions dans l'obligation de la déblayer pour permettre au Pays du Bois d'être réapprovisionné. L'ordre était donné et le mot « Efficace » était prononcé. En tant que Shinobi, il fallait pouvoir agir avec rapidité et efficacité. Je comptais remplir ces deux points essentiels.

Selon les mots de la dirigeante de ce groupe, je devais utiliser mon Shôton afin de couvrir mes camarades. La matière de cristal pouvait être résistance et retenir des arbres d'une certaine taille, je devais alors les empêcher de tomber sur mes partenaires tout en les écartant de leurs passages. Hisoka et Mu avaient comme tâche de déblayer la route rapidement.

«  Compris. » Dis-je tout en m'asseyant sur le sol.

Je joignis mes mains suite à cela pour me préparer à l'éventualité qu'un arbre écrase l'un de mes partenaires. En utilisant du chakra dans certains membres de mon corps, je pouvais améliorer considérablement mes réflexes et de ce fait diminuer le temps de réaction. Dans le cas où un arbre tomberait sur Hisoka, je pouvais réagir aussitôt en faisant surgir du sol la matière Shôton. C'était pour moi, la méthode la plus efficace. Pour l'instant j'avais en vu Yami,Hisoka et Mu et ma position était donc optimale.

La damoiselle aux cheveux écarlate prit la parole, elle doutait des directives de la dirigeante de ce groupe. Elle donnait plutôt sa façon de voir les choses, selon elle nous n'étions peut-être pas assez pour pouvoir répondre à ses attentes. De plus, cela pourrait nous épuiser trop facilement. Elle comptait donc sur l'aide des habitants de ce pays, c'était une bonne remarque à première vue selon moi. La Kunoichi voulait utiliser les ressources humaines de Ki no Kuni pour nous aider à déblayer les routes commerciales.

En soit, ce n'était pas une mauvaise idée de rejoindre le premier village/la première ville afin de réussir à trouver de l'aide. Seulement il y avait trop de composantes inconnues à cette idée.

«  C'est une bonne idée seulement nous manquons terriblement d'informations et c'est pour cela qu'on traverse le pays en quête de réponses. Le prochain village est peut-être détruit, le prochain de ce même prochain aussi. Nous ne savons pas si ces ressources humains existent encore. »

Je marquai une pause de quelques secondes avant de reprendre.

«  De plus, si nous en trouvons seront-ils efficaces ? Ils sont nés ici et connaissent le pays, travaillent le bois mais cette catastrophe est sans précédent. L'efficacité et la qualité de leur travail ne sera pas certaine. Bien sûr ce n'est que des hypothèses comme les tiennes, nous ne savons que très peu sur eux à l'heure actuelle. Nous utilisons du chakra et peut-être qu'ils n'ont pas des personnes aussi compétentes que nous. Ils utilisent aussi des moyens de transports pour transporter le bois par exemple, qui sont je le suppose : détruit. »

Voyant un arbre tombant sur un autre, je créai des mains de Shôton pour les maintenir. C'était mon travail après tout, il m'avait été donné par Yami. J'avais des arguments supplémentaires à exposer, malheureusement je ne pouvais pas m'éterniser sur ce sujet. Je finissais alors sur quelques mots.

«  N'étant sûr de rien, je préfère se baser sur nos capacités et notre force. À nous quatre, nous pouvons aisément nous occuper de ce travail et assurer à coup sûr un ravitaillement pour des dizaines de villages. Une personne d'entre nous pourrait partir en éclaireur, sauf que c'est trop dangereux et risqué. Je ne sais même pas si ça serait rentable. »

Il était temps de nous mettre sérieusement au travail.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Mamoru Soyokaze
Informations
Grade : Nukenin
Messages : 437
Rang : B+

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyMar 25 Aoû 2015 - 18:10

Ses prédictions étaient exactes. Quelques heures avaient suffit pour que la Saibogu puisse faire le trajet de l'Arbre Mère jusqu'à l'extrême Est du Pays. Volant à une vitesse inférieure à celle du Kamikaze, son allure n'avait pourtant rien à envier à l'Aéronef. Elle arrivait déjà à franchir le Mur du Son, une bonne chose. Cependant, son travail ne s'arrêtait pas là et le temps lui était compté. Si sa mémoire était bonne, elle avait pu apercevoir cette fameuse Yami dans le Vent Divin lors du début des opérations : Une femme au teint pâle, arborant des pupilles rougeoyante. Et puis, c'était pas cette meuf, la cheffe du Kakumeigun ? En tout cas, elle était en charge de l'équipe où deux de ses élèves se trouvaient : Mu et Hisoka. Même en ayant une vue aérienne, la Rebelle était sûre de discerner les cheveux blond de l'un et l'immense épée de l'autre.

Survolant la zone, elle ne tarda pas à trouver le quatuor. A découvert, le groupe était au beau milieu d'une des routes principales qui menait vers l'intérieur du Pays. Se positionnant de manière à tourner parfaitement, elle fonça dans leurs direction. Diminuant l'arrivée de gaz au fur et à mesure de sa descente, les silhouettes se firent plus précise et détaillée. Se posant en pliant les jambes, elle regarda à travers son casque la joyeuse troupe qui se dressait devant sa petite personne. Elle les connaissait tous plus ou moins. Seule celle qu'elle devait rapatrier était quasiment inconnue dans son journal des rencontres et connaissances. Certes, elle avait sa renommée à travers Suna, mais Kanpeki n'avait jamais eu l'occasion de taper la discute avec cette femme. Toisant rapidement ses élèves et le dénommé Toshiro Ogami, avec qui elle avait combattu le Kazekage lors du séance d'entraînement spéciale, elle les salua, presque imperceptiblement, d'un hochement de tête.

Se tournant vers l'objectif de la mission, elle s'apprêta à pousser ses premiers mots. Le temps pressait et elle ne pouvait pas retarder son départ une seconde de plus. D'une voix synthétisée, dût au micro incorporé dans la MG, elle s'adressa à la femme aux yeux de braise.
— Ketsueki Yami je suppose ? J'viens de la part d'Oniri Saibogu : Elle m'a envoyée vous chercher. J'dois vous emmener à l'Arbre Mère en vitesse. Il est sur le point de s'écraser sur des milliers de personnes encore vivante. Il y a des blessés dans le tas. Elle tendit les bras dans sa direction, montrant qu'elle s'apprêtait à la border en la tenant de ses mains de métal. Venez. J'vous y déposerai en un peu plus d'une heure.
Attendant que la Vampire se décide à grimper, elle posa ses yeux mécanique sur ses élèves. Allant de Mu et Hisoka, elle pouvait sentir leur détermination. Caché par son armure, un sourire se dessina quand elle repensait à tout ce qu'ils avaient traversés. Finalement, alors que Draculette se retrouvait dans les bras et collée à Kan', cette dernière amorça l'allumage des réacteurs. Juste avant de rejoindre les cieux, elle jeta un dernier regard au trio restant. S'arrêtant d'abord sur le manieur de Cristal, elle s'exprima :
— Bonne chance Ogami. Tournant la tête, elle regarda le duo. Mu et Hiso'... Soyez sage.
Et finalement, après un bref ricanement, d'une violente poussée, la Rebelle décolla. Direction : L'Arbre Mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] EmptyMer 26 Aoû 2015 - 11:08

Le groupe s’affaira à suivre mes ordres : la route était peu à peu dégagée par le raiton de Hisoka, qui j'espérais, savait ce qu'il faisait avec une telle affinité susceptible de faire prendre feu à ce qu'il restait de la végétation, et Ogami qui retenait les arbres sur le points de s'effondrer pour éviter qu'ils ne causent plus de dégâts qu'ils n'en avaient déjà causé.

Toutefois, Mu semblait plus réticente et n'hésita pas à me le faire remarquer. Je n'étais pas contre les répliques, et je préférais même les individus qui le soulignait et prouvaient ainsi leur caractère plutôt que ceux qui n'osaient s'imposer et qui se tairaient dans le mutisme. Selon elle, la façon la plus efficace de procéder serait de se rendre au village voisin pour recruter des civils afin d'éviter de nous épuiser à quatre sur cette route. Si l'idée de fond était bonne, elle oubliait certains paramètres que souligna Ogami.

« Nous ne sommes pas certains de l'état des villageois composants le prochain village et nous ne pouvons nous permettre de perdre du temps en allant chercher de la main d'oeuvre si celle ci s'avère finalement inexistante. De plus, nous sommes le premier village sur les lieux, les avants postes du Pays nous on vus pénétrer sur leurs terres donc ils savent que tous les actes effectués sur leurs terres jusqu'à maintenant est de notre fait. Le Daimyo se montrera plus généreux encore si nous aidons son peuple en le sécurisant plutôt qu'en recrutant les potentiels survivants pour nous aider à mettre la main à l'ouvrage. »

La récompense n'en sera que plus grande et c'était là notre objectif : nous n'agissions pas par altruisme.

« Un groupe de Sunajins se dirige d'ailleurs actuellement jusqu'à son palais, où ce qu'il en reste, pour s'entretenir avec lui. »

Maintenant que j'avais répondu à ses interrogations :

« Remettez vous au travail maintenant !  Nous avons perdu assez de temps à bavasser. »

Mon ton était dès plus inflexible.
Je me mettais également au travail, restructurant la zone avec mon doton alors qu'un sifflement fendait les airs au dessus de nos têtes. Je levais les yeux vers le ciel, méfiante, jusqu'à apercevoir une armure volante qui ne pouvait être que Saibogu, ce qui me radoucissait : un allié.

Elle ne se présenta pas et sa voix était déformée si bien que je ne pouvais la reconnaître, pourtant j'étais certaine qu'il s'agissait de l'une des Saibogu que j'avais envoyé prendre part à l'enquête pour tenter d'en apprendre plus sur l'arme du crime qui avait été utilisée contre notre Godaime. Elle disait venir de la part d'Oniri qui me sommait de me rendre à l'arbre mère qui n'allait pas tarder à s'écraser. Je n'osais imaginer quels dégâts pouvaient faire un arbre de cet taille en retombant lourdement sur le sol...

La Saibogu allait m'y conduire mais je devais d'abord régler l'organisation de mes troupes.

« Ogami, tu es a présent le chef d'équipe en mon absence. Je laisse Aastet avec vous qui, avec ses dons de senseurs pourraient s'avérer utile. Continuer de déblayer la zone et sécuriser là : il faut impérativement que la frontière avec Kaze soit praticable pour que les vivres puissent continuer d'affluer. Remontez ensuite vers l'Arbre Mère tout en explorant la zone : il y a peu être des sinistrés ou des brigands dans le coin, soyez vigilants. »

Là dessus, je me rapprochais de la Saibogu qui me prenait dans ses bras avant d'amorcer le décollage. Je n'étais pas une amatrice de vitesse sur terre et n'aimais déjà pas me retrouver sur la moto d'Oniri alors nul doute que je n'apprécierais pas non plus cette heure de trajet...


Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty
Message(#) Sujet: Re: Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Aide aux sinistrés et constat des dégâts [Sunajin : Team 3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Ki no Kuni-