N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Une triste recherche... [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Bakushô Mitsue
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+

Une triste recherche... [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Une triste recherche... [Libre] Une triste recherche... [Libre] EmptyMer 29 Juil 2015 - 19:49

Les longs tunnels. Je ne les avais que trop traversés. Et pourtant, je tremblotais à l'idée de les arpenter à nouveau. J'allais longer le couloir de la mort... Ou beaucoup ont péri tentant de protéger le village. Malheureusement, ce fut un échec, les ennemis ont réussi à pénétrer l'enceinte de Kiri et désormais il ne restait que des ruines. Et mon objectif de la journée était de fouillé les décombres et peut-être trouver des choses qui me seraient utile dans le temps. L'entrée dans les longs tunnels fut une aventure comme nous en avions que trop peu dans notre vie. J'entrais dans un village fantôme. Le silence régnait sur ces lieux et seul le bruit de mes pas résonnaient jusqu'à plusieurs mètres devant moi. L'obscurité dominait l'endroit, et je n'étais pas en confiance : je me sentais comme observé. Pourtant,cela était peu probable. J'étais seul... Peut-être des mercenaires qui cherchaient des vivres ou des objets précieux ?

En sortant, je vis un réel champ de bataille. Tous les édifices, les plus beaux comme les plus originaux furent détruit. La marche était périlleuse, et la roche et nombreux cailloux tapissait la route. Les commerces que j'avais jadis connu été délabrés, les maisons de mes proches dans un état pitoyable. Je m'arrêtai et observai le point le plus haut de Kiri : là où se trouve normalement le Palais du Mizukage, où résidait mon frère fut un temps – lors de la création du village. Des trous béants étaient visibles sur la toiture du Palais. Rapidement, ne laissant qu'un nuage de poussière à ma place, j'arrivai sur place. Sur le toit de l'édifice, je jetai un coup d'oeil par l'une des entrées, et pouvait distinguer le bureau des Ombres défoncé en deux, les armoires au sol, des livres et diverses paperasses jonchaient le parquet lui-même fissuré par des attaques venant de toute part.

Je fléchis les jambes, et me laissais tomber sur le parquet. De la poussière s'éleva dans l'air suite à l'impact, et je commençais à marcher en direction du bureau. Les pas résonnèrent en écho jusqu'à s'arrêter net. Je vis une statuette à l'effigie de mon frère cadet. Je la ramassai. De mon index et de mon majeur, j'essuyai la poussière qui camouflait cette dernière. Une goutte tomba sur le visage du Shodaime. Je levai les yeux au ciel, il commençait à pleuvoir. Une journée lugubre, sombre et relativement triste. Je me trouvai là où régnait mon frère... Celui qui fut tuer par cette maudite Makka... Les Gogyou n'étaient que des animaux. Je me devais de les anéantir tous, un par un ! Quiconque se prétendrait membre de ce clan, se verra punir de mes propres mains.

Je serrais les poings. Une aura bleutée se dessina autour de moi, et grimpa dans les airs jusqu'à laisser un fin filet bleuâtre dépasser par le trou de la toiture. L'atmosphère devint soudainement plus froid, plus glacial. La colère grimpait en moi tandis que l'adrénaline ne faisait plus qu'un avec mon corps. Mon cœur accéléra, ma tension augmenta... Je laissais l'ensemble de mes émotions se libérer de moi. Cela provoqua une petite explosion... Les papiers au sol s'élevèrent au ciel et furent emportés par le vent qui s'était levé. Je scellais la statuette sur un parchemin, et je glissais celui-ci dans ma poche gauche tandis que je décidai de partir du Palais. Il était temps que j'aille ailleurs, que je trouve autre chose... Je ne savais pas encore quoi... Mais il fallait que je reparte avec un papier, un parchemin, un livre ou bien d'autre encore...

Alors que je poussais la porte du bureau des Mizukage, le grincement de celle-ci fut couper par un bruit derrière moi... Lorsque je me retournai, je ne vis rien d'autre qu'un petit caillou tomber du trou béant du toit, et rouler lentement sur le parquet de la pièce... Aucun doute, quelqu'un était présent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yorurai Mikami
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Une triste recherche... [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Une triste recherche... [Libre] Une triste recherche... [Libre] EmptyLun 3 Aoû 2015 - 5:01

Mise au point:
 

    - Bon, fais en sorte de pas vraiment dépenser de chakra.
    - On verra bien... J'éviterai quand même les zones fréquentées.
    - Bien... À toute.
    - À jamais.


L'un sauta, plongeant aussi droit qu'il le pouvait pour ne pas attirer l'attention en rentrant trop bruyamment dans l'eau. Et malgré tout, quelqu'un arriva. Mikami se contentait de rester affalé sur le bord, le visage tourné vers l'archipel brumeux que l'on distinguait dès lors très clairement à l'horizon.

    - Ya comme un truc lourd qui a percé la surface de l'eau...
    - J'ai entendu aussi. Rien qu'une vague trop perpendiculaire à la coque du bateau.


Ainsi il s'en retourna à ses affaires. Après tout, l'amnésique était un shûkaijin membre de l'expédition qui tenait à l'œil le flan du navire à cet instant. Comme on dit, c'est passé crème. Toujours accoudé à l'aplomb de l'eau, il fixait les vagues en essayant de deviner le parcours de son clone qui resterait en sous-marin autant de temps que ce pourrait être fait. Il apprenait à pousser son apnée, voyons voir si l'entrainement portait ses fruits. Dans le calme marin, porté par les clapotis des houles et perturbé seulement par les voix des quelques shinobi en arrière plan de l'autre côté du pont, il attendait de voir réapparaître une demi-sphère sombre qui trahirait le haut de son crâne. Putain, rien... Et toujours aucun retour de mémoire de la part de son kage bunshin. Décidément, pas mal comme résultat...

* * *

Submergé de ténèbres, le ciel n'était pas assez lumineux pour pénétrer l'océan plus que superficiellement et le fond bien trop éloigné pour qu'autre chose que du noir ne soit visible. Mikami nageait en plein inconnu, et symboliquement, c'était ce qu'il cherchait de cette expédition en solitaire. Il avait été chargé de prendre soin des stocks de produits médicaux et de leur entrepôt, une fois arrivé sur la plage de grès. Autant dire qu'espérer s'esquiver pour découvrir le pays était un peu prématuré. Mais la magie du multi-clonage allait se charger du problème, le jeune homme ne supportait pas se retrouver enchaîné à une obligation.

Il évita même de parcourir les espaces entre les premières îles et la principale en kinobori, continuer de travailler son apnée ne serait que bénéfique. Au-delà d'avoir l'impression de sans cesse battre des records, il lui semblait avoir été entrainé à ça avant même qu'il n'en prenne l'initiative. Et enfin l'électron-libre posa pied sur le gros du pays de l'eau. À son nez, la terre sentait la désobéissance et l'aventure, il guettait le paysage sauvage s'étendant devant lui comme une contrée inexplorée et dangereuse au sein de laquelle il ne serait jamais à court de surprises. C'est un sourire en coin qu'il s'avança et s'engouffra dans le brouillard et l'inconnu.

D'abord plein Sud. Pourquoi pas, après tout. Le shûkaijin ne compta pas le temps qu'il passa à aller de branche en branche à chaque occasion pour prendre de la hauteur et porter son regard plus loin que ce que l'épaisseur de l'eau en suspension proche du sol ne le lui permettait, à contourner les village et guetter les activités à l'intérieur par les ruelles en bordure, quelques fois y pénétrer en se fondant dans la foule et en prenant le risque de le traverser, de faire front aux coups d'épaule sans pour autant attirer l'attention sur lui, de poser ses yeux jaunes dissimulés derrière la capuche d'un chaperon attrapé au passage sur des personnes prises au hasard...

L'étape de la forêt luxuriante fut marquante. La lisière dénotait clairement du terrain qu'il sillonnait jusque là, mais n'était que fougère face aux voûtes gigantesques que décrivaient les arbres rencontrés un kilomètre plus loin, abritant végétation en tout genre sous leurs longues lianes du moment que c'était épais et humide. Mikami livra même bataille contre un gorille sauvage, et pas des plus petits. Sans chakra bien sûr, à coup d'esquive et de petit passage entres les jambes visant à l'épuiser, de frappes se répercutant sur les organes pour petit à petit le forcer à se coucher. Il y eu un moment où il vacilla, et ce fut le seul où le jeune ninja usa de son chakra pour frapper plus fort. Lorsqu'il le balaya pour le faire tomber, et lorsqu'il cogna son crâne pour l'assommer quand il l'eut à portée. Et quand il crut qu'il pourrait se remettre à avancer, il tomba nez à nez avec le reste de la famille. Dans ces conditions, plus qu'une seule solution : détaler. Et se faire assez petit pour se faufiler entre ces animaux dont cette jungle était le terrain de jeu depuis toujours.

Soyons francs, il eut la chance de ne pas se trouver loin de la lisière et de tomber sur cette cachette de briques de pierre. Tapi dans l'ombre il les regarda s'éloigner avant de se retourner vers le fond de cette caverne qui lui avait servi de refuge. Bien que la végétation y reprenait petit à petit ses droits, les angles étaient bien carrés pour une grotte... C'était mystérieux, inquiétant, et extrêmement sombre. Il fallait absolument qu'il aille voir plus loin, logique élémentaire de l'intrépide. Alors il avança d'un pas parfois hésitant, se retournant de temps à autre pour vérifier à quel point la lumière dans son dos rapetissait, jusqu'à ce qu'une faible lueur ne brille timidement en face de lui.


    * Sa mère... *


Imaginez sa surprise quand il comprit débarquer au village caché dans la brume. Enfin ce qu'il en restait... Chose étrange que de voir les vestiges encore à terre d'un des villages les plus animés, comme si le cataclysme qui y était passé s'était contenté de renverser le tout et de s'en aller en laissant traîner les décombres. Mikami les enjambait en avançant au hasard, sa découverte lui donnait l'impression d'être arrivé dans une cité antique, alors que les traces de la vie coupée nette étaient encore présentes çà et là. C'était pour tout ça que s'engageait le shûkai alors... Ces shinobis apparus à la création de l'empire, commandant les troupes et l'expédition depuis Yuki no kuni. La flamme qu'ils avaient dans le regard... il venait d'en trouver la torche. Symbole de la force, s'adaptant à l'époque, se brisant dès qu'un être supérieur apparaît.

Et un air anormalement froid vint couper ses réflexions, et attira son attention vers le centre de la ville. Lui qui comptait s'y diriger pour observer l'ancienne Kiri dans son ensemble, il eut une deuxième raison de s'y rendre quand ce fumet bleuâtre ou cristallin s'éleva depuis un bâtiment. Il était dans les ruines d'un des plus grands villages cachés, il était seul, et des évènements étranges s'y produisaient. Jamais il ne regretterait s'être à moitié échappé du reste du groupe, et il n'était pas au bout de ses surprises. Il bondit de toit en toit, de poutre en poutre, de mur brisé en mur brisé jusqu'à atteindre le sommet de ce qui devait auparavant être le palais du Mizukage. À travers les trous dans le toit, la silhouette d'un homme aux cheveux longs se distinguait clairement tout comme le fait qu'il soit le point d'émanation de cet air glacial. Il s'approcha doucement, ne camoufla pas vraiment ses bruits de pas pour ne pas prendre cette personne par surprise lorsqu'il donnerait de la voix ; du moins s'il ne l'avait pas déjà senti venir. Parmi toutes les hypothèses que son comportement et sa présence ici laissaient présager, qui était-il réellement ?


    - On arrive pas à se résoudre à quitter les lieux, ou bien aimez-vous aussi arpenter les zones désertées ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Bakushô Mitsue
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+

Une triste recherche... [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Une triste recherche... [Libre] Une triste recherche... [Libre] EmptyLun 3 Aoû 2015 - 17:17

Une silhouette visible par l’un des trous du toit du Palais s’adressa à moi. Est-ce que j’avais du mal à me résoudre à quitter les lieux, ou aimais-je arpenter les endroits désaffectés ? Je ne savais pas quoi répondre à cette question et mon visage ainsi que l’ensemble de mon corps fit à nouveau face à la porte du Palais. J’étais à la fois triste et énervé. Triste d’avoir perdu mon frère, et de trouver mon objectif long et fastidieux ! Et énervé de ne pas pouvoir honorer la mémoire de Mahan. Mon poing se posa sur la porte et poussa légèrement cette dernière provoquant un léger grincement. Déjà quelques minutes étaient passées, je n’avais toujours prononcé aucun mot. Mon visage s’inclina vers le bas, je serrais les dents de colère ! Je n’avais aucune haine contre mon interlocuteur qui me semblait être un homme bon… Mais j’étais en colère contre moi-même ! C’est alors que je balbutiais quelques mots, assez audible pour le nouvel arrivé !

« C’est une histoire bien plus compliquée que cela… »

Non, ce n’était pas le genre de discours rébarbatif. Le genre d’interrogatoire pour savoir qui il était, ce qu’il faisait là et tout le blabla habituel. Je n’en avais que faire de son identité. S’il avait voulu m’attaquer, il aurait pu le faire bien assez tôt. Toutefois, une question me vint à l’esprit. Je me rappelle m’être senti observé tandis que je longeais les longs tunnels de Kiri… Etait-ce lui ? J’allais devoir m’en assurer au fil de la discussion – si toutefois il aurait du temps à m’accorder…

« Les vestiges de mon passé se trouve en ces murs. Je dois m’assurer qu’aucune donnée sensible ne tombe entre de mauvaises mains : si ce n’est pas déjà le cas… »

En effet, beaucoup de dossiers sur les Samui étaient stockés à divers emplacement au sein du village. Notamment un dossier très important que je devais récupérer… Si quelqu’un tombait dessus, notre fin serait proche… Peut-être qu’en venant ici, je me trompais littéralement d’endroit ? Peu importe, la prochaine destination serait l’hôpital du village : une zone qui ferait peur à plus d’une personne tant la désolation avait saisie l’édifice.

« Je m’appelle Aedran. Ancien Shinobi de la brume – Kiri, dont l’honneur et la réputation fut bafouée dès le Nidaime ! Je ne tolère les circonstances d’antan… Et je suis celui qui doit reconstruire la notoriété qu’avait le village fut un temps… »

Malheureusement, je n'étais qu'un Nukenin de rang B, je ne pouvais faire face à des forces supérieures... Ma notoriété, ma réputation... Tout était si dérisoire par rapport aux différents Kage des puissants villages. Je n'étais qu'un grain de poussière parmi tant d'autre, tandis qu'eux, avait véritablement le pouvoir nécessaire à la reconstruction... Mais qui pourrait bien prendre en charge la rénovation ? Je ne le savais pas... Mais j'espérais sincèrement que les Samui seront à la tête du pouvoir pour reconstruire les mœurs de jadis !

« Tu viens dans le but de parcourir les ruines, ou es-tu à la recherche de quelque chose, toi aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yorurai Mikami
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Une triste recherche... [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Une triste recherche... [Libre] Une triste recherche... [Libre] EmptyVen 7 Aoû 2015 - 17:10

Si son visage ne montrait pas déjà le soupçon de curiosité qui germait en lui à chaque fois qu'il rencontrait quelqu'un en partant à l'aventure, il aurait sûrement arqué un sourcil. Plus qu'une visite touristique, cet inconnu avait une histoire dont les traces émotionnelles étaient encore palpables dans le timbre de sa voix. Alors qu'il parlait de vestiges, données sensibles et de mauvaises mains, l'amnésique s'assit en tailleur au bord d'un trou pour que chacun puisse se voir dans l’entièreté, essayant d'y aller mollo pour ne pas que les ruines sur lesquelles il reposait ne s'effondrent. Pour voyager en pays inconnu, il faut être ouvert à toutes sortes de découvertes. Bonnes ou mauvaises ? Toutes, tout simplement. Elles seront bonnes selon les expériences que l'on en tire, l'important était de ne pas y laisser sa peau ni semer quelques regrets.

Et dans les découvertes il y a les rencontres. Peu importe lesquelles, encore une fois, pour les mêmes raisons. Lui qui venait en tant que soldat impérial dont l'institution visait à reconstruire ce village déchu et pacifier cet archipel laissé pour compte ne pouvait que ressortir enrichi des circonstances, mais de toute manière il voyait bien plus loin que ça. Mikami avait d'abord trouvé curieux que le dénommé Aedran espère encore trouver des informations à risque en ces lieux, mais peut-être que ces papiers, tout comme certains villages croisés en chemin, n'étaient que le symbole de l'abandon général après le passage de la fureur personnifiée. Dans tous les cas, il semblait connaître l'histoire de la Brume Sanglante, à l'inverse de son vis-à-vis qui ne prit que très tard le temps de s'attarder sur le parcours du village caché dans le brouillard ; en d'autre termes, ses connaissances sur le sujet n'étaient que superficielles. Dans ce cas :


    - Bafouée... à ce point ? Comment était le Shodaime ?


Il était cependant triste de savoir cet homme à la flamme dans le regard semblable à celle de Michiki - si tant est chargée de bien plus de regrets - seul au milieu de la bataille pour le pays de l'eau. Entre les déserteurs ayant rejoint Kakeshouu, le shûkai lui-même, et ceux s'opposant à ce dernier, le jeune homme avait du mal à peser les chances qu'avait son homologue d'atteindre son but. Peut-être parce que celles-ci étaient des plus maigres... C'est avec une certaine compassion qu'il constata l'ouragan dans lequel se jetait cet être qui semblait solitaire.

    - Tu viens dans le but de parcourir les ruines, ou es-tu à la recherche de quelque chose, toi aussi ?


Son esprit distrait recentra son attention sur l'homme aux cheveux longs, à l'instar de son regard porté au loin qui suivit son visage en s'inclinant vers le bas. Il lui avait semblé voir du mouvement entre deux bâtisses au loin... sûrement son imagination, personne n'est aussi gros que ce qu'il crut voir. Mikami se laissa alors glisser à l'intérieur, entrainant quelques tuiles et morceaux de pierre déjà instables.

    - Désolé pour ça... Il se mit à parcourir doucement la pièce en observant ce qu'il en restait, ce qui était au sol et les vestiges d'un bureau où cinq des meilleurs shinobi de ce monde étaient passés. Je suis tombé sur les ruines par hasard, on peut dire que j'ai une certaine chance. Et non, je ne cherche absolument rien, seulement un peu d'aventure.


Comme une façon d'embrasser tout ce qui pourrait lui tomber dessus, beaucoup disent que l'aventure ne vaut pas le coup si l'on sait où on va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Bakushô Mitsue
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+

Une triste recherche... [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Une triste recherche... [Libre] Une triste recherche... [Libre] EmptyMar 11 Aoû 2015 - 11:29

« Bafouée… à ce point ? Comment était le Shodaime ? »

Cette question vint saisir mes tripes. La haine enfouie en moi me rendait dingue. J’avais soif de vengeance mais aussi soif de justice ! Je ne pouvais me résoudre à laisser vivre les Gogyou en liberté tandis que mon frère fut jadis tué par l’un d’eux. C’était une race impure ! Je me retournais pour faire face à mon interlocuteur dont l’identité m’était encore inconnue. La tristesse couplée à la rage était clairement visible sur mon visage. J’étais dans un état second tout en gardant une part de mon humanité. Faisait-il partie de la lignée des élémentaristes ? Pouvait-il – comme cette race – se changer en une affinité primaire ? Il me semblait sympathique et j’espérais sincèrement que non… S’il souhaitait vivre…

« Le Shodaime était une personne respectable et respectée. Il savait faire régner l’ordre et la justice. C’est durant son ère que Kiri devint la plus grande puissance tandis que ses soldats obéissaient au doigt et à l’œil. Les tromperies n’existaient pas durant son époque, désormais révolu. »

Je repensais à l’idéologie du Nidaime, mais aussi à celle du Sandaime – celle qui fut la pire en somme. Le chaos était le roi de Kiri lorsque Yoru devint Mizukage. Comment fut-il élu ? C’était une chose que je ne comprenais pas… Les putes, la drogue, l’alcool… Tout ce que Mahan avait interdit pour la pérennité du village fut autorisé et la brume sanglante devint que l’ombre d’elle-même.

« Le Nidaime Mizukage avait une idéologie différente de celle de Mahan. Le Shodaime faisait justice lui-même et prenait les bonnes décisions. Mais le pire fut lorsque Yoru devint Régent de Kiri. C’est là que tous les problèmes ont commencés. Toutes les misères du monde telles que drogue, prostitués, alcool et j’en passe furent autorisés. La mémoire de mon frère fut salie ! Après quoi, à chaque fois qu’un Mizukage était élu, l’image de la brume sanglante était bafouée par les idéologies des autres Shinobi de l’Ombre. Si Mahan était encore de ce monde, Kiri brillerait encore et serait encore le village le plus puissant ! »

Faute à qui ? Les Gogyou, une nouvelle fois. Si cette race impure était resté de son côté, aucun doute que le défunt Shodaime serait encore de ce monde ! Pourquoi ne pas faire justice soi-même, quant la vraie justice ne résout absolument rien, laissant la gangrène de ce monde contaminée autrui ? J’étais persuadé avoir raison, et je le ferais savoir aux yeux du monde… Ce nindô qui me bouffe de l’intérieur mais qui – un jour – sera l’introduction d’un tout nouveau pouvoir que j’allais mettre en place lors de la reconstruction de Kiri !

« Tu es donc tombé sur les ruines par hasard ? Pouvons-nous donc dire que le hasard fait bien les choses ? C’est plutôt étrange de se retrouver sur un ancien champ de bataille totalement par inadvertance… Que veux-tu dire par avoir de la chance ? »

Je guettais les environs, je sentais que nous n’étions pas seuls… Devais-je lui faire part de mes doutes ? Mon instinct me disait de lui dire réellement ce que je pensais… Et je faisais confiance à mon instinct.

« Loin de moi l’idée de douter de ton honnêteté… Toutefois je dois quand même t’avouer que j’ai pas l’impression que nous soyons seuls ou… Dans le pire des cas… Que tu sois venu seul… Et cela attise ma curiosité d’en savoir plus sur toi, que je sache un peu où je vais… Mentir ne servirait à rien… Autant basé notre conversation sur une confiance mutuelle… »

Le tournant de notre dialogue avait pris une toute autre ambiance, plus méfiante… Mais cette méfiance qui naissait en moi avait elle vraiment lieu d’être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yorurai Mikami
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Une triste recherche... [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Une triste recherche... [Libre] Une triste recherche... [Libre] EmptyLun 17 Aoû 2015 - 15:52

Mikami écouta sans bouger l'histoire de son vis-à-vis, en apprenant plus sur les périodes qu'avait auparavant traversée l'ancienne Kiri, sondant la colère rongeant le frère du shodaime aux vibrations de sa voix. Sa haine pourrait finir par le bouffer de l'intérieur, ceci dépendrait aussi beaucoup de son entourage. Il semblait porter en lui de nobles valeurs en adéquation avec celle de son défunt parent, et l'amnésique le reconnaissait, même s'il n'était pas du genre à penser que faire obéir au doigt et à l'œil était la meilleure façon de gouverner. Qu'est-ce qui pourrait apaiser la tristesse d'Aedran ? Les bonnes surprises de la vie ? Elles étaient toutes aussi présentes et aléatoires que les mauvaises. À moins qu'un déclic intérieur ne le sorte de ce qui pourrait dans le futur s'avérer une descente aux enfers, seules des interventions extérieures réellement positives pourraient faire briller une nouvelle lueur. Mais était-il si rongé que ça ?

Et qui était l'exutoire de cette colère ? Les précédents Mizukage ? Difficile de reporter sa rancune sur des morts, c'était un gouffre sans fin. Il n'avait pas parlé des derniers en date, et le shûkaijin se vit d'autant plus curieux de savoir comment était le village caché du brouillard à l'époque où une partie de ses camarades y vivaient, et y combattaient. Cet homme disait que Kiri serait encore la plus puissante si Mahan n'était pas tombé. Pourtant il semblait au Yorurai avoir déjà entendu toutes ces éloges pour la période précédent le chute du village...


    - Et comment étaient le Yondaime et le Godaime ? Étais-tu Kirijin à l'époque ?


Entre-temps un éboulement se fit entendre plus loin, attirant son attention à l'extérieur, à l'instar de son regard subitement attiré par la fenêtre orientée du côté d'où venait le bruit. En effet, de part l'activité des ruines endormies depuis plusieurs saisons et cette présence dont ses dernières ne se dépêtraient pas, il était de plus en plus difficile de penser que les deux shinobi étaient les seuls en visite ce jour-ci. Mikami reposa néanmoins ses yeux jaunes sur son interlocuteur avant de reprendre.

    - Prenons d'abord un peu de hauteur...


Il bondit à travers le trou par lequel il était descendu pour se retrouver à nouveau sur le point le plus élevé du village, et l'observer, d'un bout à l'autre de l'horizon... Jusqu'à ce qu'Aedran ne le rejoigne.

    - Je ne cherchais pas les ruines et les ai trouvé, je pense qu'on peut dire que ça relève de la chance. Il en faut, sans compter dessus. Mais je me rends compte de celle que nous avons. Ne serait-ce que d'être en vie. Qui sait combien de corps gisent encore sous ces décombres ? Combien de fois je suis passé à rien de la mort et ai continué ma route comme si de rien était. Malgré tout, la perte de mémoire, le tourbillon dans lequel nous sommes pris en tant que shinobi, je peux me considérer comme chanceux de savoir en faire abstraction et de pouvoir m'en extraire quand bon me semble...


Un peu comme ce jour-ci. Même si ce n'était qu'un clone, il vivait autre chose que le débarquement de l'armée impériale sur ces terres tant convoitées. Il se soustrayait à se désir d'appartenance et de propriété, vivait le pays de l'eau en profondeur plutôt que de se contenter de l'ensemencer au pas cadencé d'une troupe qui ne reculerait pas tant qu'elle n'aurait pas obtenu l'objet de ses désirs. Ne serait-ce qu'en le pensant, il se reconnaissait en cette volonté implacable d'aller au bout de désirs.

    - Les contradictions, ya que ça de vrai.


Quelques paroles en décalage total avec son petit discours sur la chance, car parlant du coq et pensant à l'âne. Ce dernier se manifesta comme une apparition subite dans une basse-cours. Alors il reprit là-dessus pour répondre à son homologue ninja, comme pour ne pas créer une énième rupture dans ce qu'il disait alors qu'en vérité, il s'en foutait royalement.

    - ... par exemple, je suis venu seul, je pourrais te le jurer. Mais je pourrais très bien avoir été suivi. Pourrais-je encore dire être venu seul ? Et puis même si j'avais un camarade embusqué, pourquoi te sentirais-tu menacer ? As-tu quelque chose à te reprocher ou une quelconque dent contre l'empire ?


Il marqua une pause, observant avec un certain détachement la réaction et le regard d'Aedran, avant de le rassurer :

    - T'en fais pas va, je suis pas celui qui va te juger si jamais ce devait être le cas. Le nouveau régime n'a pas le don de faire l'unanimité chez nous. As-tu quelques objectifs ? Que comptes-tu faire une fois ces données sensibles à l'abri ? Tant de personnes pourraient être intéressées... Je me demande si un mec comme toi, aussi solitaire puisse-t-il paraître, se voue à une vie au carpe diem ou si tu poursuis un but s'étendant sur le long terme...


Puis ses pupilles s'arrêtèrent sur l'énorme masse qui glissa fluidement et furtivement entre deux vieilles bâtisses non loin de leur position.

    - En tout cas, on peut être fixés sur l'occupation des lieux... nous ne sommes pas seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Bakushô Mitsue
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 816
Rang : B+

Une triste recherche... [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Une triste recherche... [Libre] Une triste recherche... [Libre] EmptyDim 23 Aoû 2015 - 10:43

Un philosophe. Voilà qui était la personne avec laquelle Aedran parlait. Des discours sur la chance, des paroles insensées sur le fait qu’il pouvait être suivi, donc pouvait-il toujours dire être venu seul ? Le Samui n’avait pas la tête à ce genre de réflexion et passa outre par obligation. Lorsque le Shûkajin interpella son interlocuteur pour l’obliger – en quelques sortes – à prendre de la hauteur, le Nukenin ne broncha pas et le suivait sans précaution particulière – malgré la méfiance qu’il avait installée à son insu. Sur le long monologue de l’étranger, Aedran n’avait retenu que les principales. Notamment s’il en voulait à l’Empire. Le Shûkai se faisait désormais appeler ainsi alors ? D’un air surpris, le Samui souriait simplement. Non. Il ne leur en voulait pas. Mais il avait du mal à comprendre ce régime totalitaire. La majorité des Samui vivaient là-bas d’ailleurs. Le fait que le frère du Shodaime n’était pas dans l’antre de l’Empereur pouvait être relativement très mal perçu…

Mais avant de pouvoir prendre la parole, il fut coupé net. Le Shûkajin continua sur le fait que de toute façon, il ne lui en voudrait pas si – effectivement – le Samui en voulait à l’alliance des pays neutre. Un énième sourire se dessina sur le visage d’Aedran tandis qu’il écoutait la suite. Des données sensibles à récupérer certes, mais il n’avait aucune intention de lui dire ce qu’il comptait en faire, et ce que le dossier contenait. Rien ni personne ne devait être au courant. Et il continua sur l’avenir du Nukenin. Vivait-il au jour le jour ou avait-il une quête, un objectif à atteindre ? Notre conversation fut coupée par un glissement non loin de notre position.

Les yeux d’Aedran vinrent scanner l’ensemble du village. Un roc tomba d’une maison en contrebas provoquant un léger tremblement. Aucun doute : ils n’étaient pas seuls et les deux Shinobi ici présent allaient devoir être très précautionneux. Après tout, leur relation n’était pas passée sur un conflit mutuel.

« Avant que nous passions aux choses sérieuses… Je compte simplement mettre ces données sensibles à l’abri. » Débutait-il avant de continuer sur un autre sujet plus sensible. « Concernant le Shûkai, je ne tolère pas vraiment le fait que l’alliance des pays neutres, s’étant unis pour prouver – en quelques sortes – qu’ils n’étaient pas qu’un terrain de jeu, commencent à réagir comme faisait les villages fut un temps. » Dit-il tout en rigolant discrètement. « N’est-ce pas paradoxal ? »

Peut-être était-il temps d’en venir aux faits. Le bruit de glissement qu’ils entendaient commençait à se rapprocher, et des morceaux de décombres tombèrent les uns après les autres tandis que le temps s’assombrissait de plus en plus.

« Shûkajin… Tu me sembles être un homme bon. Un homme digne de confiance. Si un jour Kiri devait renaître, pourrais-je compter sur ton aide dans la reconstruction ? »

Les dés étaient jetés, et Aedran espérait sincèrement une réponse positive. Après tout, la renaissance de la Brume Sanglante ne pouvait être qu’une bonne chose ! Le Samui en était persuadé : la renaissance du village ayant vu pour la première fois s’unir les clans qui se battaient autrefois. D’autant plus que les différentes familles du pays de l’eau n’étaient pas vraiment réputées pour leur bonne entente, bien au contraire.

« La renaissance du village serait une bonne chose. Chacun pourra mettre sa pierre à l’édifice… Mais nous ne pouvons-nous permettre de laisser ses terres à des personnes malintentionnées ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yorurai Mikami
Informations
Grade : Onshi
Messages : 833
Rang : A+

Une triste recherche... [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Une triste recherche... [Libre] Une triste recherche... [Libre] EmptyMer 9 Sep 2015 - 23:36

    - Concernant le Shûkai, je ne tolère pas vraiment le fait que l’alliance des pays neutres, s’étant unis pour prouver – en quelques sortes – qu’ils n’étaient pas qu’un terrain de jeu, commencent à réagir comme faisait les villages fut un temps. ... N’est-ce pas paradoxal ?


Approuvant intérieurement, même surenchérissant, Mikami ne sut que répondre. Se contentant de soupirer, il se rappela une des principales raisons qui l'avait poussé à rebondir aussi vite vers le pays de l'eau, malgré son court passage à Shozaichi et les séquelles des expériences qu'il menait avec Van : garder un œil attentif sur la façon d'agir de l'empereur, qu'il ne connaissait qu'à peine en temps qu'homme. Malgré l'ampleur de la situation des pays auparavant engagé dans l'alliance, il était trop tôt pour agir. D'une part il regrettait de ne pas avoir été là le jour du coup d'état, de l'autre il assumait pleinement ce qu'il se passa à Tsuchi dans la foulée. Ceci aussi, pouvait être vu paradoxalement. Et bien sûr que c'était le cas pour feu l'alliance des pays neutre qui malgré sa volonté ne s'était pas organisé de concert avec ses idéaux, laissant ainsi les graines de la guerre porter à nouveau ses fruits depuis un homme l'ayant trop de fois côtoyée et étant ainsi prêt à tout. Oui, à cette heure ci il ne ne pouvait offrir qu'un soupire...

... mais, l'union des pays faibles, aracées de se faire écraser par les autres puissances, dès lors soudés sous une seule et même bannière dite Super-Puissance, était-ce tout autant paradoxal ?


    - Shûkajin… Tu me sembles être un homme bon. Un homme digne de confiance. Si un jour Kiri devait renaître, pourrais-je compter sur ton aide dans la reconstruction ?


Alors que tous deux faisaient face au danger qui s'approchait, Mikami toisa son homologue du coin de l'œil ; d'une part touché par la vision qu'Aedran avait de lui, d'autre part se retenant dans une certaine humilité qui lui forçait à prendre le temps de connaître avant de trop s'exposer. Toutefois il ne retint pas le sourire en coin qui poussa du côté d'où se trouvait le Samui, bizarrement plus narquois qu'autre chose.

    - Vu comment les choses sont parties... C'est toi qui va devoir nous apporter ton aide. Bien sur ceci pourrait tout aussi bien se faire le plus discrètement du monde s'il y tenait. Mais sois sûr que tu pourras compter sur moi.


Une triste recherche... [Libre] X9L03jjoaWWjBTV0TNCVNIBzBFQ

... du moins pour ce qui allait suivre. Car si l'un d'eux finissait dans le gosier de cette bête, comment pourraient-ils s'entraider pour la reconstruction du village caché de la brume ? Il allait falloir tester leur cohésion avant l'heure et si leurs chaires ne se voyaient pas déchiquetées ce seraient sûrement de puissants liens qui commenceraient à se nouer. Partager un ennemi de cette taille là, même si ce devait se terminer en fuite, était ce genre de chose qui restait à jamais gravé dans les mémoires et ce qu'il en ressorte du positif comme du négatif.

Mais vu le regard gourmand que leur portait le reptile, il valait mieux que les deux shinobi se trouvent des atomes crochus, et vite. Tous deux savaient sans se le dire que se la jouer individualiste ne mènerait qu'à une perte collective. Les écailles de la bête glissaient à la fois lentement et puissamment sur le pavé usé par la destruction. Ici aussi, c'était paradoxal... le nombre de kilos de roche que ce serpent pouvait déplacer en se mouvant à la vitesse d'un escargot tournant autour de sa feuille de salade.


    * Ça se transperce ce genre de truc ... ? *


Le Yorurai se voyait bien en faire des rondelles, mais il craignait avoir à mettre toute son énergie pour ne couper ne serait-ce qu'une seule fois. Est-ce que son - ainsi désigné - co-équipier pourrait s'occuper de la seconde ? Vu l'épaisseur et les cicatrices sur la mosaïque d'écailles, le jeune homme était peut-être un peu prétentieux en espérant détailler une darne de ce gros poisson sans nageoire ni branchie. Est-ce que quand il tire la langue en un sifflement à en repousser un ogre, ça veut dire qu'il a faim ?

    - Trancher et électrocuter, c'est ce que je fais de mieux. Fais en fonction et je t'emboîte le pas de suite.


Pas le temps de faire dans le détail et la fioriture, l'heure était à l'efficacité. Ces sens et analyses s'étaient déjà accélérés sous l'importance vitale que pouvait revêtir cet affrontement. Sérieusement, comme faire en sorte que Kiri ne retombe entre de bonnes mains s'ils ne réussissaient même pas à sortir des ruines ?

    - On le fait tourner en bourrique jusqu'à ce qu'on puisse le semer ? Ou on le bouffe ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Une triste recherche... [Libre] Empty
Message(#) Sujet: Re: Une triste recherche... [Libre] Une triste recherche... [Libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une triste recherche... [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Palais du Mizukage-