N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyVen 24 Juil 2015 - 23:21

    Voilà quelques jours qu’elle ne venait plus. Mais pouvais-je la blâmer pour ça ? Je lui avais dit de ne pas revenir… Pourquoi diable lui avais-je dit ça ? Elle qui me soutenait chaque jour, qui m’aidait à tenir bon, je l’avais repoussée… Pourquoi ? Parce qu’une seule fois elle n’avait pas tenu ce rôle, alors qu’elle supportait mes caprices à chaque instant…

    J’avais été égoïste. Et à cause de ça, j’étais de nouveau seul…

    Il y avait bien entendu Kibõ, mais il avait beaucoup de travail depuis qu’il était devenu mon bras droit.
    Il y avait bien entendu Oniri, mais elle avait bien trop d’affaires à superviser en tant que conseillère à la défense.
    Il y avait bien entendu Tsukiko, mais elle s’était isolée dans son clan depuis son retour au village.

    J’étais seul dans ma tente, avec ma plaque aux défunts et le katana d’une enterrée…

    Mais j’avais fait un effort. Le premier pas pour réparer ma faute. Bien que je ne sois pas le seul fautif dans l’histoire. Elle avait quand même préféré croire une rumeur que me demander la vérité… Mais ne nous égarons pas. Pensons positif.

    Je l’attendais à présent, sans savoir si elle allait venir d’ailleurs. Assis à même le sable, près d’une oasis. Le soleil avait laissé sa place à la lune depuis quelques temps déjà. Elle éclairait déjà de sa douce lueur blanchâtre, mais il y avait aussi un petit feu de bois qui envoyait des ombres vaciller tout autour : des brochettes de scorpions plantées dans le sable et entrain de griller.

    J’étais là, ayant même fait un effort sur mon accoutrement : arborant une chemise et un pantalon. Mais toujours pas de chaussures, évidemment. J’attendais, je patientais. J’avais laissé un mot à Yami pour qu’elle me rejoigne. Je n’avais donc pas eu à affronter son regard, mais je ne connaissais pas non plus sa réponse… Mon pied commençait à tapoter frénétiquement le sol alors que mon regard se perdait dans la danse ardente des flammes devant moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptySam 25 Juil 2015 - 11:01

Cela faisait plusieurs jours désormais qu'avait eu lieu notre « dispute ». Il m'avait demandé de quitter sa tente et de ne pas revenir : grand bien lui fasse, lui qui avait à cœur que l'on obéisse à ses ordres, il devait être servi puisque je l'avais écouté.

Lorsque j'avais des rapports à lui transmettre, l'envoyais l'un de mes hommes du Kakumeigun les lui apporter. J'avais fait en sorte de ne jamais avoir à le croiser.

Mais voilà. Tout cela étaient des paroles que je pouvais respecter mais que mon cœur n'approuvait pas vraiment... Je m'étais retenue pour ne serait-ce que prétexter quoique ce soit pour juste l'apercevoir et veiller à ce que tout aille bien pour lui. Pourtant je n'en avais rien fait. J'étais simplement restée avec cette douleur et cette habitude ancrée, que d'aller lui rendre visite chaque jour, que j'avais dissoute.

Pourtant, lorsque je rentrais au manoir après ma journée, je fus étonnée de voir Méphisto me porter un message du Yamada. Il me demandait de le retrouver près de l'oasis d'Eden... Que voulait-il ? J'arquais un sourcil en lisant son écriture avant de soudainement me rappeler les propos de ses parents. Mon absence le pesait-il si bien qu'il se rendait compte de son erreur ? Non il ne fallait sans doute pas trop rêver mais au moins il prenait conscience que mon absence lui était pesante, ce qui était finalement mieux et plus gratifiant que le reste.

J'hésitais un instant. Allais-je y aller ? C'était ce qu'il voulait. Quant à moi, je brûlais d'envie de le retrouver malgré cet interdit qu'il m'avait fixé. Toutefois, il n'était pas question que je lui montre ma joie d'avoir fait ce pas vers moi...

J'allais me changer, optant volontairement pour une tunique blanche dévoilant mon ventre et un short : une tenue adaptée en journée à Suna mais certainement pas la nuit. Il était Yamada, cela me donnerait un prétexte pour me glisser dans ses bras ou baigner dans son aura chaleureuse si agréable . Le tout par nécessité pour me réchauffer bien entendu et non pas par envie. C'était tout du moins ce que je voudrais lui faire croire.

Ma chevelure de jais retombait jusqu'au milieu de mon dos, tandis que mon teint devait sans doute se montrer plus blafard qu'auparavant. Je venais de subir ma transfusion quotidienne mais cela pouvait mettre quelques heures pour recolorer ma peau pour prouver la vivacité de mon organisme de nouveau opérationnel et en pleine forme pour quelques heures de plus. Le plis de mes coudes et mes poignets étaient striés d'hématomes qui ressortaient bien volontiers sur ma peau diaphane. Les aiguilles qui me piquaient chaque jour dans mes veines, laissait des marques.

J'étais pourtant bien ancrée dans mes pensées pour songer à elles et je me dirigeais vers la dite Oasis. L'air était frais et l'astre nocturne surplombait le désert de toute sa superbe, baignant l'horizon de sa clarté fantomatique.

Le Yamada était là, devant un feu que j'entendais crépiter de plus en plus à mesure que j'approchais. Je savais qu'il avait senti ma présence, il était senseur et de toute façon je ne cherchais pas a masquer ma venue pour le surprendre non plus...

J'observais les brochettes qui grillaient au coin du feu, avisant Kioshi avec un regard plus pénétrant et inquisiteur encore. Il voulait que nous mangions ensemble donc ?

« Tu voulais me voir ? »

Le questionnais-je d'un ton assez formel comme si j'étais là suite à l'un de ses ordres.
Toutefois, je n'attendais pas sa réponse pour venir m’asseoir à ses côtés face au brasier qui réchauffait ma peau. Mes yeux rougeoyants ne quittaient pas les siens alors que je redécouvrais ce visage qui m'avait tant manqué...


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyDim 26 Juil 2015 - 14:28

    « C’est le mot. Je voulais te voir… Te revoir même… »

    Elle avait répondu à l’appel ! Elle était venue ! Mais je continuais de tapoter du pied. Sa voix. Elle semblait encore m’en vouloir… Pour la rumeur ou à cause de mes propos à moi ? Je ne portais même pas attention à ses hématomes. Son comportement et ses sentiments passaient avant.

    « Je… Hum… Tu as faim ? »

    Les brochettes allaient être cuites d’un instant à l’autre. Quoique, la Ketsueki les préférerait sans doute saignantes ? En ce cas, elle pouvait déjà passer à table. A moins qu’elle n’ait déjà mangé ?

    Elle était assise. Elle me fixait. Mais elle ne disait rien et ne laissait rien paraître non plus. J’avais en face de moi un mur, mais j’ignorais encore si allait rester ainsi ou s’il allait s’effondrer sur moi. Il fallait donc que je fasse un autre pas vers elle ?

    « Je… Je me sentais seul sans toi… »

    Non, c’était une pensée égoïste ça. Je ne parlais que de moi. Jamais ça ne marchera. Pourtant, c’était la vérité… Ah, maladroit que je suis, trouve autre chose ! Regarde-là et dis simplement la première chose qui te viendra en tête. Regarde-là… Elle ne porte pas de robe. Elle a fait exprès pour éviter de te mettre mal à l’aise, et pourtant elle s’est tout de même faite jolie, recherchant mon attention… Elle était dans une bonne disposition donc. Et ses yeux… Un regard pourpre souligné par le vacillement des flammes. Le même regard que celui de Zanshi…

    « Tu m’as manqué. »

    Elle était aussi fière qu’elle, préférant montrer une femme forte même lorsqu’elle souffre. La différence est qu’elle laisse ses sentiments s’exprimer à travers ses actes : tout ce que je demandais à l’Habashi… Peut-être que mon cœur avait mal choisi la première fois ? Et je n’avais pas choisi ce lieu de rendez-vous par hasard…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyDim 26 Juil 2015 - 19:47

Le Yamada ne tarda pas a répondre. Il voulait me revoir. Cela je l'avais compris sinon il ne m'aurait pas invité. Pourtant, je comprenais que ses propos avaient un sens plus profond qu'ils ne le laissaient suggérer.

Pourtant, il continuait de battre la mesure avec son pieds, comme s'il perdait patience. Cela m'agaçait mais tâchais de ne rien laissé paraître, me contentant d'attendre qu'il poursuive son explication quant à ma venue.

Finalement il n'en faisait rien, me demandant simplement d'un air gêné et un peu maladroit, si j'avais faim. Je penchais légèrement la tête pour l'observer plus intensément encore. Je le connaissais suffisamment pour savoir qu'il était mal à l'aise face à quelqu'un uniquement lorsqu'il devait exprimer ses sentiments. Ce qui me faisait dire que la nourriture n'était qu'une excuse pour meubler une conversation qu'il n'arrivait pas à mener là où il le voulait.

J'observais les scorpions en train de griller, me rappelant ce que sa mère m'avait dit pour que je lui confectionne le repas qu'il adorait afin de lui remonter le moral lorsque celui-ci était au plus bas.

« Les pinces et la queue... »

Murmurais-je, à peine audible, bien que je savais qu'il avait entendu.
Mon attention se reporta sur lui lorsqu'il prononça des mots que je n'espérais pas entendre de sa bouche. Il se sentait seul sans moi ? Cette simple parole eut le don d’accélérer mon palpitant alors qu'il me prenait au dépourvu, faisant tomber mon masque d'indifférence.
Je le regardais toujours mais mes yeux brillaient d'une intensité plus vive. Cela fonctionnait vraiment comme ses parents me l'avait dit... Qui pouvait mieux le connaître qu'eux de toute façon ?!

Les flammes dansaient dans son regard aussi écarlate que le mien, un regard que je ne lâchais pas, que je ne lâcherais plus.

« L'ombre du vent était perdue sans son ombre ? »

Lui demandais-je en étirant un léger sourire. Pourtant, il renchérissait par une phrase encore plus perturbante que l'autre. Mes yeux s'écarquillèrent sous cette annonce qui ne lui ressemblait pas vraiment. Je savais qu'il tenait à moi, il m'avait dit il y avait de cela quelque temps qu'il appréciait ma présence, mais ce soir, la portée de ses mots semblaient tout autre et attisaient ma curiosité.

Devais-je laisser mon cœur s'exprimer une nouvelle fois alors que le sien semblait emprunter ce chemin qu'il n'avait jamais arpenté avec moi ?

« Toi aussi tu m'as manqué... »

Lui avouais-je tout en posant une main sur la sienne sans pour autant me détacher de son regard. Ce contact aussi m'avait manqué...

« Pourquoi m'avoir fait venir ici ? »

Dans cette oasis magnifique alors que nous aurions très bien pu nous voir dans sa tente. Voulait-il me retrouver là où se trouvait ses racines ? Ou bien s'agissait-il d'autre chose ?


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyLun 27 Juil 2015 - 2:59

    « Alors pourquoi… ? »

    Si je lui manquais aussi, pourquoi semblait-elle si froide ? Pourquoi n’avait-elle pas repris contact, préférant attendre que je fasse le premier pas ? Et si je ne l’avais jamais fait ? Tu étais bien cruelle Yami. Car qu’importe ce que je te disais, tu savais très bien que j’avais besoin de toi.

    Peut-être étais-tu comme moi vis-à-vis de Zanshi ? Tu voulais une preuve concrète que je tenais à toi ? Et bien, toi au moins tu l’as eu…

    Pourquoi l’avoir fait venir ici ? C’était une question délicate. Non pas parce que je ne connaissais pas la réponse. Bien évidemment que si. Mais la formuler éveillerait de mauvais souvenirs. Des regrets que je tâchais de taire depuis plusieurs mois déjà. D’ailleurs, je crois ne pas être encore revenu ici depuis ?

    « C’est dur à expliquer… Et tu ne m’y aides pas beaucoup… »

    Malgré tout, je serrais un peu plus cette main qui s’était posée sur la mienne. Mon regard fuya le sien tout à coup. C’était plus dur de m’exprimer tout en l’observant ainsi. Elle me fixait un peu trop intensément. Comme si elle attendait le moindre signal pour me dévorer tout entier…

    « Cette oasis… »

    Sans doute remarquait-elle que mon autre main triturait le pendentif que je portais autour du cou ?

    « C’est ici que j’ai rencontré Zanshi pour la toute première fois. Et c’est aussi ici que nous nous étions rendus lors de notre première sortie en couple… »

    Que de souvenirs. De bons souvenirs. Mais lorsqu’il est partagé avec un défunt, tout bon souvenir se transforme en regret, car on sait qu’il n’y aura plus d’autre fois. Mon étreinte autour de sa main se faisait plus forte pour refouler les larmes accompagnant ces images.

    « Et c’est aussi pour ça que je voulais t’amener ici… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyLun 27 Juil 2015 - 10:27

Alors pourquoi quoi ? Pourquoi je n'étais pas venue le trouver malgré qu'il me manquait et que l'idée même de le revoir me traversait l'esprit plusieurs fois par jour ?

« Parce que tu m'as dit de ne plus revenir... »

Tu me reproches souvent de ne pas t'écouter, de n'en faire qu'à ma tête sans écouter tes conseils avisés et bien non je l'ai fait. Et je possède aussi ma fierté. Je ne serais pas aller ramper pour venir te retrouver malgré ton interdit, cela aurait sonné comme une victoire pour toi. Parce que c'est ce que tu attendais au fond non ? Que ce soit moi qui revienne malgré tout, comme à chaque fois, je revenais toujours te voir. Eh bien pas cette fois...

Il resserrait ma main au creux de la sienne alors que son regard lui se faisait plus fuyant. La raison de ma présence ici semblait lui être douloureuse. Ce n'était pas temps ma faute que celle du lieu. Que voulait-il dire pour toi cet oasis Kioshi ?

Son autre main se portait à son cou et je compris. Il n'avait même plus besoin de le dire. Je me doutais que cela était en rapport avec Zanshi : comme à chaque fois. Il m'avait plusieurs fois confondus avec elle dans des rêves ou des hallucinations, il m'avait sans doute comparée à elle aussi bien des fois. Pourtant, je n'étais pas l'Ecarlate et jamais je ne le serais. Etre comparée à une femme si inflexible et forte était un compliment fort en soi mais Kioshi ne devait pas me voir comme « celle ressemblant à Zanshi ». J'étais Yami et s'il éprouvait un attachement voir des sentiments à mon égard je voulais que ça soit en tant que telle et non pas en tant qu'autre chose.

Et il l'exprima alors clairement. C'était ici qu'il avait rencontré Zanshi pour la première fois et ici qu'il avait passé leur première sortie de couple. Il ne m'observait pas, fuyant mon regard et pourtant le mien en faisait de même. L'idée même de les imaginer roucouler ici me faisait mal mais je devais bien faire avec.
Ce n'est pas juste Zanshi... Tu es toujours présente autour de nous deux... trop présente. Comment veux tu qu'il réussisse à aller de l'avant quand chacune des tâches qu'il effectue et chacun des lieux qu'il foule lui rappelle ta présence ?

Il était secoué par l'émotion d'en parler : je n'aimais pas le voir ainsi... Mon regard se reporta sur lui alors que je m'approchais, posant ma tête sur son épaule tandis que ma main restait lovée dans la sienne.

Il répliqua ensuite que c'était pour cette raison qu'il m'avait emmené ici, ce qui me fit écarquiller les yeux sans qu'il ne puisse le remarquer. Comprenais-je ses paroles de travers ? Devais-je comprendre que puisqu'il avait emmené Zanshi ici pour leur première sortie de couple il en avait fait de même pour moi ? Cela signifiait-il qu'il voulait que notre relation évolue ? Qu'il s'était rendu compte que je comptais plus à ses yeux qu'il ne l'avait remarqué ?

Mon cœur s'emballait tandis que j'essayais de me calmer. Ne tirons pas de conclusion hâtive. N'entendons pas ce que nous souhaiterions entendre. Sinon plus dur sera la chute lors du retour à la réalité et à la véritable compréhension de ses mots... Pourtant, je devais m'en assurer et j'avais un moyen de le vérifier sans même le lui formuler et le mettre mal à l'aise plus que de raison...

Je reculais ma tête de son épaule pour l'observer, mai main toujours jointe à la sienne, mes yeux contemplant les siens comme si je sondais son esprit pour en apprendre davantage. Puis, doucement, mes lèvres s'approchèrent des siennes.

Me repousserait-il pour me signifier ma compréhension erronée ? Ou bien répondrait-il à ce baiser d'une manière bien différente de toute les autres qui saurait me dire si ses sentiments à mon égard avaient évolué ? On ne pouvait se tromper dans l'interprétation des actes, ce qui était bien plus ardu pour les mots...


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyMar 28 Juil 2015 - 0:25

    Mais un acte peut être tout aussi difficile à réaliser que la formulation de quelques mots. Surtout sous le regard intense et désireux de savoir de l’autre… Yami s’était mise face à moi et s’approchait dangereusement alors que je cherchais les bons mots depuis tout à l’heure. Non, elle ne me donna pas le temps d’avancer à mon rythme. Mais c’était compréhensible : depuis combien de temps attendait-elle une réponse ? Cette réponse ? Quand bien même, elle me mettait au pied du mur, et je ne me sentais pas très à mon aise ainsi. Pourtant, peut-être aurais-je rebroussé chemin si elle ne l’avait pas fait ?

    Alors qu’elle s’approchait en me regardant, je déglutissais en clignant des yeux. Ma main libre caressa sa joue, dégageant l’une de ses mèches. Alors seulement, je m’approchais à mon tour. Un doux contact bien fugace se produisit entre nos lèvres avant que je ne me recule lentement. Un baiser discret, effacé, mais avec la bonne intention, un effort, un début de volonté. Cette fois au moins il n’y avait pas ce désir ardent de consommer l’autre. C’était plus honnête, plus intime, bien que ce n’était pas encore tout à fait ce qu’elle attendait.

    Et aussitôt mon regard ne parvint de nouveau plus à soutenir le sien. Sans doute un peu de pourpre s’était immiscé sur mes joues par la même occasion. Ma voix balbutiait également. Qu’il est beau le grand Kazekage…

    « Je me suis rendu compte que ton absence m’attriste alors que ta présence me réchauffe… »

    En d’autres termes, que je me sens mieux en ta compagnie. Que je ne peux pas me passer de toi ? Je ne m’y connais pas très bien en amour. Je n’ai même jamais dit « je t’aime » à qui que ce soit. Pas même à Zanshi… Je n’avais jamais songé aux sentiments jusqu’alors. Et je lui avais indiqué ce que je ressentais pour elle de la même façon, à peu de choses près.

    « Mais je ne suis pas bien sûr de ce que ça signifie encore. Et j’ai encore le souvenir de Zanshi qui me hante trop… »

    Je voulais que ce soit bien clair entre nous. J’avais peut-être beaucoup progressé, mais je portais encore son deuil. Si seulement on avait l’assassin dans l’une de nos cellules, qu’au moins je connaissais la vraie raison de son trépas. Pourquoi on me l’avait arrachée si subitement… Peut-être pourrais-je tourner la page plus facilement ?

    « Je veux bien nous donner une chance… Mais je veux juste que tu comprennes que ce n’est pas facile pour moi… »

    De quoi la rassurer un peu malgré la mise au point ? En tout cas, je n’avais pas amené le katana de Zanshi avec moi ce soir. Preuve que je faisais des efforts pour l’écarter de Yami, non ? Et évidemment, je ne pouvais supporter ce type d’atmosphère trop longtemps sans vouloir changer de sujet à l’aide d’une petite boutade…

    « Heureusement d’ailleurs que tu ne portes pas de robe, je n’aurais pas à la déchirer… Bon, à table ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyMar 28 Juil 2015 - 10:15

Music ♫:
 

Il était mal à l'aise, je le voyais et pourtant je continuais sur cette voie : j'avais besoin de véritablement savoir et je le connaissais suffisamment pour savoir qu'il n'hésiterait pas à changer de sujet rapidement, puisque celui-ci l'incommodait, si je ne faisais rien.

Je ne veux pas te brusquer, ni te forcer la main mais comprend que j'ai besoin de réponse alors que tu me laisses caresser une perspective en laquelle je perds espoir au fil des mois.

Ses gestes étaient doux, emplis d'affections mais toujours pas d'amour... Je ne m'y connaissais pourtant pas vraiment sur la question mais j'avais appris à faire attention aux émotions en voulant développer mon relationnel avec autrui.

Ce contact avait beau être fugace, il était emprunt de beaucoup de choses mais pas ce que j'attendais. Pourtant, je n'étais pas déçue et esquissais même un fin sourire à son encontre. Il avait comme franchi une étape supplémentaire et il faisait des efforts, l'absence du katana de Zanshi en était la preuve alors qu'il l'emmenait partout avec lui depuis... Le fait qu'il ne l'apporte justement pas alors qu'il souhaite que l'on se retrouve tous les deux à l'endroit pourtant où ils se sont rencontrés et on eut leur soirée portait une signification beaucoup plus forte et marquée qui me touchait.

Ses mots aussi y parvenaient. C'étaient comme si mon cœur froid et maladif se réchauffait rien qu'en sa présence alors que ses propos apaisaient mon âme. Je souffrais, constamment, mais je ne ressentais plus cette affliction lorsque j'étais avec lui puisqu'il s'accaparait toute mon attention. C'était plus supportable et plus facile aussi... Ces derniers jours sans le voir alors que je trépignais d'envie de le faire me valurent des douleurs plus virulentes encore, comme dépossédé de mon calmant naturel.

Son regard fuyait à nouveau le mien, ses joues s'empourpraient mais au moins il faisait l'effort de dire ce qu'il ressentait : n'était-ce pas ce qu'il m'avait appris à faire ? Ses conseils m'avaient été utile, je me confiais désormais, pourtant l'exercice semblait plus difficile pour mon professeur.

Mon sourire s'accentuait à ses paroles. Se sentir réchauffé en ma présence et attristé en mon absence... C'était ce que je ressentais aussi mais avais-je besoin de le préciser ? Peut-être que oui malgré que sa gêne en serait renforcée mais au moins il saurait.

« Je ressens la même chose... Sais-tu que la douleur cesse lorsque je suis avec toi ? Elle est comme anesthésiée, disparaissant le temps que nous sommes ensemble. Elle me laisse tranquille, elle me laisse respirer, profiter et sourire... »

N'était-ce pas ce qu'il voulait ? Me voir sourire ? Sa simple présence y parvenait. Pourquoi devions nous nous éloigner l'un de l'autre alors si chacun de nous se sentait mieux ainsi ? Pourquoi s'était-il montré si cruel envers lui même en me demandant de ne pas revenir ?

Il semblait encore perdu, ne parvenant pas à oublier Zanshi pour le moment. J'aurais pu m'en offusquer, abdiquer parce qu'il fallait que je trouve la patience que je n'avais pas mais je ne faisais rien.

« Ce n'est pas grave. J'attendrais. »

Qu'est-ce que j'attendrais ? Un signe de sa part, quand il sera prêt ou pour me signifier qu'il ne le sera jamais, mais en attendant j'attendrais. Oniri m'avait dit de ne pas espérer d'un amour à sens unique, que cela faisait bien trop souffrir, elle parlait en connaissance de cause et je m'en rendais compte mais je voulais tout simplement pas abandonner. Parmi la noirceur de mon âme et l'affliction de la maladie, il était ma bouée de sauvetage, celui qui me permettait de ne pas perdre pieds et de ne pas laisser la maladie m'avoir : je continuais de me battre, pour lui.

« Ne t'en fais pas Kioshi... Je sais à quel point cela est difficile pour toi.»

A quel point cela l'était pour moi ? Tout cela était encore trop récent pour qu'il parvienne à passer à autre chose mais au moins il y avait du progrès, cela ne stagnait pas au même point ou ne reculais pas. Peu importe le rythme qu'il lui faudrait pour avancer, je l'attendrais au bout du chemin.

Il parlait de nous donner une chance, je ne voulais le forcer en rien.

« Je ne veux pas te forcer à quoi que ce soit. Prends tout le temps qu'il te faudra. »

Je n'aimais pas parler de temps car cela me ramenait à mon propre état. En avais-je du temps ? J'étais désormais convaincue que oui puisque j'allais guérir mais allais-je changer drastiquement ? Je ne pouvais le savoir et je ne voulais pas que ma guérison apporte son lot de tristesse pour ceux qui tenaient à moi si je changeais.

Kioshi était fidèle à lui même, usant de l'humour pour détendre une atmosphère qu'il jugeait inconfortable alors qu'il exprimait simplement son ressenti.
Je laissais échapper un léger ricanement alors que mes yeux cherchaient les siens.

« N'est-ce pas toi qui m'a appris à me confier aux autres ? On dirait que je parviens mieux à le faire que mon professeur. »

Plaisantais-je à mon tour.

« N’ai pas peur de t'exprimer librement. Ce n'est pas chose aisée mais on se sent souvent mieux une fois que l'on est parvenu à le faire. Je suis heureuse de tes paroles et de l'effort que tu as fourni pour le faire. »

Mon sourire était sincère. A mon tour je ripostais à sa boutade en approchant mon visage à quelques centimètres du sien :

« Si j'avais vraiment mis une robe tu n'aurais pas été capable de la déchirer. Tu aurais juste été plus gêné encore en repensant à la fois où tu l'avais fait. »

Son visage dû virer d'autant plus au pivoine, ce qui renforçait mon amusement. Il était si facile de le mettre mal à l'aise.

« Tu es mignon quand tu rougis. J'aime bien te voir ainsi. »

Cela me faisait sourire. Il s'était passé beaucoup de choses entre nous, nous avions partagé divers moments et pourtant il continuait malgré tout à être gêné.
Toutefois je décidais d'arrêter de l'embêter et attrapais une brochette de scorpion grillée. J'arrachais les pinces de la bestiole ainsi que sa queue et les décortiquaient pour accéder à la chair puis je les tendaient un par un à Kioshi pour qu'il les mange tout en esquissant un sourire.


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyMer 29 Juil 2015 - 1:21

    « La douleur cesse, mais la maladie persiste… »

    Et il ne faudrait pas que ces moments de quiétude la fassent oublier ça, sa situation. Je n’avais pas fait un pas pour qu’elle se meure tout à coup à mes côtés. Un profond soupir s’échappa de mes lèvres. Désolé de refroidir l’atmosphère en rappelant ce détail. Mais c’est également l’une des choses qui rend le tout si difficile. Choisir une personne qui possède potentiellement une date de péremption à très courte échéance, juste après avoir déjà perdu quelqu’un…

    Yami me fit une petite morale selon laquelle je ne parvenais pas bien à suivre mes propres préceptes. Mais elle se trompait sur une chose.

    « Il y a une différence entre confier ses problèmes à une personne autre et formuler des sentiments très intime à celle qui en est l’origine… »

    La Ketsueki semblait prendre un malin plaisir à me mettre mal à l’aise. Ce qui était aussi le cas d’Oniri d’ailleurs… Qu’avaient-elles toutes à aimer ça ? Moi je ne trouvais pas ça particulièrement drôle.

    « Tu riras moins le jour où je t’aurais déchiré toute ta garde-robe… Et puis c’est pas juste. N’y a-t-il rien que je ne puisse faire qui te mettrait aussi mal à l’aise ? »

    Histoire qu’on soit quitte, que je puisse moi aussi jouer à ce petit jeu ?

    Je regardais la demoiselle s’emparer d’une brochette, me demandant si elle appréciait les mêmes morceaux que moi vu les parties qu’elle travaillait. Mais elle finit par me les tendre. En fait, elle cherchait juste à me nourrir, à prendre soin de moi. Encore une fois.

    Alors que je dévorais la première pince, je commis l’erreur de lever le regard vers elle. Elle ne mangeait toujours pas, se contentant de m’observer, le sourire aux lèvres. Elle semblait apprécier le moment, tout simplement. Je réalisais alors qu’elle me fixait depuis la première bouchée… Tu as le chic pour que je me sente gêné ma parole !

    « Hum… Je vais me rafraichir un peu. Mais la viande est très bonne, je te conseille de la goûter au moins. »

    Je prenais la fuite ? Non… Bon, un peu quand même, c’est vrai. Mais elle ne me laissait pas vraiment le choix ! Alors je plongeais dans l’eau de l’oasis, encore tout habillé. Yami allait sans doute trouver ça bizarre, mais c’était une habitude chez les Yamada. Je pouvais sécher mes vêtements aussi vite que ma peau quand j’en sortirais. Nous faisions d’ailleurs des courses de séchage quand nous étions plus jeunes. Je m’étais accoutumé à la sensation étrange du tissu humide collant à la peau. Quand mon visage reparut à la surface, il y avait déjà une légère bruine au-dessus de l’eau. J’en avais augmenté la température aussitôt que j’avais été en contact avec le liquide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyJeu 30 Juil 2015 - 11:25

Mon sourire mourut sur mes lèvres lorsqu'il avait souligné que si la douleur cessait la maladie elle restait... Inutile de me le rappeler. Comme ci je pouvais l'oublier alors que je souffrais le martyr à chaque seconde de ma vie.

J'essayais toutefois de ne plus y penser. J'avais ma fierté et il venait de la piétiner sans sommation... Il avait de la chance que je tenais à lui sans quoi un parfait inconnu aurait déjà eu la tête tranchée pour ces paroles. Je ne pouvais cependant pas m'empêcher de lui adresser un regard noir l'espace de quelques instants. Regard qui s'adoucit lorsqu'il changea de sujet.

Pour lui, il y avait deux sortes de confessions : celle sur ses problèmes et celle sur ses sentiments. Pour moi cela revenait à la même chose. Si j'étais capable de me confier sur mes problèmes alors j'étais aussi capable de le faire pour mes sentiments avec la personne concernée. Lorsqu'on évoque ses problèmes, les sentiments sont toujours mêlés à la conversation puisque nous traduisons notre état via une émotion : qu'elle soit rage ou extase. Cela ne changeait rien pour moi d'exprimer mes sentiments amoureux plutôt que les autres à la personne concernée. Peut-être n'avais-je pas la pudeur des autres sur ce point non plus mais je ne voyais pas de raison de s'embarrasser de honte pour si peu. La vie était déjà si courte qu'il ne valait mieux pas perdre de temps avec ce genre de futilité. Les choses devaient être dites sans tourner autour du sujet sans quoi il demeurait impossible de faire le moindre pas.

Malgré l'atmosphère qu'il avait réussi à lourdement rafraîchir, j'esquissais un faible sourire en l'entendant renchérir sur ma garde robe.

« Oh non ! J'en rirais tout de même puisque si elle se retrouve dans cet état c'est que j'aurais été grandement comblée. Surtout si toute ma garde robe y passe... Tu n'imagines pas le nombre de vêtements que je possède... »

Et donc le nombre de fois qu'il nous faudrait avoir pour que tu parviennes a toutes les déchirer... Une perspective alléchante s'il en était...

« Tu peux toujours essayer de me mettre mal à l'aise. Toutefois je doute que tu y parviennes sans y mêler gêne et colère. »

Il pourrait me gêner en disant ou faisant quelque chose qui me déplaît mais alors la hargne occulterait presque le mal aise, ce qui n'était pas vraiment l'effet recherché.

Lui en revanche, était vraiment gêné pour la moindre petite chose. Il me suffisait de l'observer manger pour qu'il rougisse de nouveau. Était-ce parce que je me contentais de le regarder ? Il n'y verrait rien a redire si je mangeais tout en l'observant pourtant... Ces codes sociaux là étaient bien trop ridicules et futiles pour que j'y adhère un jour.

Finalement, il allait se baigner dans l'oasis tandis que j'attrapais ma propre brochette pour la déguster au coin du feu. Il s'engouffrait dans l'eau tout habillé mais je ne relevais même pas ce détail, plus rien ne m'étonnait en ce bas monde et surtout pas dans les mœurs et coutumes des Yamada que je commençais à connaître. Pourtant il y avait une chose que je ne comprenais pas.

« Vous vivez dans des tentes, vous foulez le sol pieds nus mais en revanche vous vous embarrassez de vêtements et cela même pour vous baigner... Pourquoi ? »

Ils étaient proches de ce que la nature leur offrait, pas matériel pour un sous mais ils s'embêtaient tout de même à revêtir des vêtements... En société je pouvais comprendre, il y avait cette notion de pudeur, mais là, dans l'eau, à l'abri des regards alors que nous n'étions que tous les deux...

« Il n'y a rien que je n'ai pas déjà vu, je ne risque pas de m'en offusquer. »

Lui disais-je, sans moquerie et en toute sincérité. Il ne s'agissait pas là de m'amuser à le mettre mal à l'aise, juste à comprendre.

Je finissais ma brochette et me levais à mon tour, me dirigeant dans l'eau. J'ôtais mes sandales et y posais mes pieds nus. Le liquide était sans doute frais avant que le Yamada n'y entre mais désormais il était tempéré, ce qui ne créa pas de difficulté à y entrer par rapport à la température extérieure.
Vêtue de ma tunique blanche ouverte sur mon ventre et de mon short, je m'enfonçais un peu plus dans l'eau, mouillant à mon tour mes vêtements en m'approchant du Yamada qui semblait soudainement vouloir reculer.

« Tu m'as déjà vu aussi... Pourquoi devrais-tu avoir honte ? »

Lui demandais-je sur un ton intimiste.
Il n'aimait pas que je le force, le mette au pied du mur, et pourtant je n'en faisais rien. Je me contentais de soulever des faits logiques. Moi je n'avais aucune honte à me dévoiler : un corps restait un corps. Je ne pouvais nier que, de part mes sentiments à son égard, celui de Kioshi possédait un attrait tout particulier pour moi et c'était peut-être cela qui le dérangeait. A moins qu'il ne ressente la même chose vis à vis du mien... Ce qui était on ne peut plus intéressant.

« Penses-tu que deux personnes seules qui sont nues l'une en face de l'autre vont forcément s'adonner au plaisir charnel ? »

Pour la petite histoire, j'avais déjà dormi dans une oasis nue avec Shinji, qui lui ne l'était pas. Et pourtant, rien de ce genre ne s'était passé mais je me gardais bien de le dire à Kioshi.
Peut-être que ma réflexion s'avérait vrai s'il s'agissait de deux personnes éprouvants des sentiments l'une pour l'autre. Mais puisque ce n'était pas le cas...

Je m'approchais plus encore de lui, me trouvant désormais collée contre son buste mouillé qui humidifiait le haut de ma tunique qui n'était pas en contact avec l'eau. Ses cheveux mouillés gouttaient et lui donnait un air bien différent.

Pourtant, la température de l'eau semblait encore augmenté et sa gêne semblait s'accroître de nouveau, ce qui me donnait une idée de la réponse à ma question.
L'obscurité était présente tout autour de nous, le foyer du campement nous octroyait un éclairage suffisant pour nous repérer mais l'astre lunaire lui, dévoilait grandement le paysage. Mon regard se posait sur ce dernier, me faisant relever la tête vers le ciel alors que je me trouvais toujours contre Kioshi.

« Je ne te forcerais pas, je te l'ai dit. Tu n'as aucune crainte ou gêne à avoir puisqu'il ne se passera rien de ce genre si tu ne le veux pas. »

Mes yeux retombaient dans les siens. Il avait besoin de temps, je le lui laisserais. Lorsque lui en éprouverait l'envie, il n'aurait qu'à me le montrer.


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptySam 1 Aoû 2015 - 14:52

    « Combien ? »

    Une question qui était sortie comme par réflexe quand elle vanta la grande taille de sa garde-robe. Y en avait-il tant que ça ? N’arriverais-je donc jamais au bout ? Ou bien était-ce une façon bien à elle de me mettre au défi ?

    « De ce que je vois, tu t’encombres autant que moi de vêtements… Ou bien les ôtes-tu dès que tu es chez toi ? Certes, je suis pieds nus pour ressentir le sable sous mon corps. Mais ce tissu ne m’empêche pas de sentir l’eau tremper ma peau. Qui plus est, c’est une ancienne habitude que j’ai gardé. Une tradition compétitive que nous avions étant enfant. Celui qui se sécher le plus rapidement. »

    Et Yami fit de même, rejoignant le bassin chauffé tout en gardant ses vêtements. Elle m’interrogeait sur mes mœurs, mais les adoptait dans le même temps. Je souris en la voyant approcher, content que la brochette semblait lui avoir plu. Cependant, j’avouais avoir une légère appréhension sur la suite des événements.

    « Je n’ai pas honte… Tu es très belle… »

    Pourquoi devrais-je avoir honte d’une si jolie fille ? Je laissais échapper un soupir. Elle avait raison, sans doute. Je devais surtout avoir l’air d’un bel idiot. Il faudrait que je parvienne à sauter le pas. D’autant plus que nous nous étions déjà retrouvés nus à plusieurs reprises ensemble…

    « Et que souhaite ma chère chef du Kakumeigun ? »

    Depuis tout à l’heure, on ne parlait que de moi, de mes sentiments et de ma gêne. Parlons donc aussi un peu de toi. Doucement, comme semblant encore un peu hésitant, mes bras vinrent l’enserrer contre moi alors que je soutenais son regard sans chercher à le fuir cette fois.

    C’était à peu de chose près le même cadre et décor qu’avec Zanshi… Mais il fallait que je me sépare de cette image, de son souvenir. Sinon, jamais je n’avancerais. Je penchais alors ma tête vers l’avant pour lui susurrer quelques mots à l’oreille, comme si quelqu’un d’autre risquait de nous entendre…

    « Si tu en as tant, et qu’ils semblent tant te déranger… Peut-être puis-je déjà commencer cette tâche ? Ainsi, nous aurons la réponse à ta question… »

    Si deux personnes nues ensemble doivent forcément s’adonner au plaisir charnel ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptySam 1 Aoû 2015 - 20:55

« Beaucoup »

Me contentais-je de lui répondre avec un air de défi.

« Je m'encombre peut-être de vêtements mais c'est parce que j'ai été élevé ainsi. Vous, les Yamada, qui êtes pieds nus et proche de la nature, si peu matériel, cela ne serait pas étonnant que de vous voir sans en porter. Même si pour la vie en société je comprends, j'ai plus de mal à comprendre pourquoi tu t'en encombres dans l'eau en ma présence. »

Il n'avait pas à être gêné d'être en tenue d'Adam. Toutefois, il expliquait que cela partait d'un jeu qu'il faisait depuis enfant avec les autres Yamada : des concours de celui qui sèche le plus vite. Une habitude qui était restée en somme.

« Je suis hors compétition pour le coup... ça sera a toi de sécher les miens ! »

Eh bien oui ! Je t'avais imité. J'étais dans l'eau toute habillée et j'allais avoir besoin de toi pour les sécher le moment venu, sans quoi j'attraperais certainement froid au vue de la température nocturne du désert.

Je souriais, un brin moqueuse lorsqu'il disait ne pas avoir honte de me voir nue ou de se trouver nu lui même. Je savais que si tel était le cas, le rouge empourprait ses joues. A moins que cela aussi est changé et évolué ?
Toutefois, j'étais sincèrement heureuse qu'il me flatte : au moins, je lui plaisais puisqu'il me trouvait jolie.

Pourtant, un soupir s'échappa de ses lèvres juste après avoir prononcé ces mots. Je ne savais pas si cela était en rapport où s'il s'agissait plus d'un constat envers lui même, si bien que je penchais légèrement la tête sur le côté, interrogatrice, alors que mes yeux restaient rivés dans les siens. Dans le même temps, ses bras vinrent m'enserrer doucement, timidement, hésitants. Ce geste se montrait d'autant plus touchant du fait de la difficulté qu'il avait à le réaliser : en soit, ce n'était pas naturel pour lui. Son regard restait planté dans le mien, sans fuir alors qu'il me demandait ce que je souhaitais en usant de mon titre pour, sans doute, dé-complexifiée la situation.

Je lui adressais alors un regard pétillant couplé à un sourire affectueux.

« Tu sais très bien ce que je souhaites... »

Avais-je besoin de vraiment le formuler ?

« Toi... »

Parce que je te veux à mes côtés chaque jour de mon existence, me réveiller dans tes bras chaleureux chaque matin, construire ma vie autour de toi et avec toi...

J'ignorais si la portée de mes mots l'atteignait véritablement, toujours était-il qu'il me murmurait des paroles que je ne lui connaissais pas, ou du moins, pas en étant sain de corps et d'esprit, sans substance pour venir altérer sa perception des choses. Je me montrais étonnée par ses paroles mais entrais tout de même dans son jeu, le sourire aux lèvres.

« Fais donc. Je meurs d'envie de connaître la réponse... »

Comme pour l'aider un peu et lancer le mouvement, je défaisais les liens de ma tunique ouverte qui retomba à la surface de l'eau. Ma peau diaphane était un peu plus découverte sous la clarté lunaire, laissant ma poitrine partiellement dissimulée par un soutien gorge blanc tandis que mon short demeurait toujours à sa place.

J'observais son regard qui m'admirait alors que ses mains conservaient leurs place dans mon dos tandis que les miennes commençaient à déboutonner sa chemise, laissant bientôt apparaître les cicatrices qui barraient son torse, que je connaissais par cœur.


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyDim 2 Aoû 2015 - 10:26

    Oui, je savais très bien ce qu’elle souhaitait. La même chose que toutes les autres fois. Mais j’avais espéré que pour une fois elle allait répondre autre chose. Une chose que j’aurais pu satisfaire ? Un baiser ou une embrassade ? Mais non, Yami était gourmande. Elle me voulait tout entier directement…

    Je continuais de garder son dos de mes mains tandis que son buste se dévoilait quasiment dans sa totalité. Elle s’attela ensuite à ma chemise. Un corps couvert de cicatrice contre une peau immaculée… Pouvait-elle seulement me trouver beau ? Pour un ninja, porter ces marques est un honneur. Une preuve que malgré les dangers, il a su revenir en vie. Mais prêtez attention aux noms qu’on leur donne : cicatrice, marque, vestige d’une blessure, souvenir d’une plaie. Ca n’est en rien beau.

    Alors que sa peau à elle l’est. Beau.

    Tandis que ma chemise tombait rejoindre la tunique de la demoiselle, je ramenais de nouveau mes mains à elle. Du bout des doigts, je caressais ses joues malgré mes rougeurs à moi. Je frôlais son cou, sa nuque. J’effleurais sa poitrine en descendant vers son ventre. Mes doigts au niveau de son short, je déglutis et me sentis virer au rouge pourpre.

    Alors, pour dissimuler ce fait, je plongeais sous l’eau. Toujours près d’elle, toujours en contact. Mais ainsi, mes cheveux masquaient mon visage tandis que le bouton s’ouvrit. La tirette descendait cran par cran alors que la température du bassin augmentait encore. Quand elle sortira de l’eau, elle sera sans doute congelée par la différence de chaleur.

    Descendant ce short vers ces pieds, je déposais en chemin un bref baiser au niveau de son ventre. A ce moment-là, seuls mes cheveux étaient à la surface. Puis, remarquant ce que ce vêtement dissimulait, je perdis ma bouffée d’air transformée en bulle et je remontais bien vite.

    J’avais également manqué d’avaler de l’eau, mais je me contentais de toussoter pour évacuer le tout. Je regardais alors de nouveau la demoiselle à présent en sous-vêtements. C’était d’ailleurs dans cette tenue que se trouvait Zanshi… Non ! Ne pensons qu’à Yami !

    « Je vois… Que tu as choisi la même sous tenue que tu avais lors d’une danse… Du moins, si l’alcool ne te l’a pas fait oublier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyDim 2 Aoû 2015 - 15:08

Sa chemise rejoignait bien vite ma tunique à la surface de l'eau. Son torse aux muscles saillants, barré par une multitude de cicatrices, me donnait envie de le parcourir une nouvelle fois. Pourtant, ma question était : penses-tu que deux personnes nues l'une en face de l'autre vont forcément s'adonner au plaisir charnel ? Le toucher en soit était un écart qui ne rentrait pas en considération dans la question et qui aurait pu en fausser la conclusion...

Je me contentais donc de le laisser faire bien que je ne restais pas indifférente à ses attentions. Mes yeux pétillaient d'attachement à son égard alors qu'il cajolait ma joue jusqu'à descendre sur le bouton de mon short. Il était toujours aussi mal à l'aise mais il prenait sur lui et faisait l'effort de poursuivre malgré tout. Je n'osais rien tenter à mon tour pendant qu'il était concentré sur sa tâche, ne voulant le perturber et lui rendre cela plus difficile encore.

Bien vite, il plongeant sous l'eau pour fuir la pression de mon regard, sans pour autant se détourner de ce qu'il était en train de faire. Je sentais mon short retomber comme un poids mort et lourd vers mes pieds, lui faisant rejoindre ma tunique et sa chemise. Ses cheveux caressaient mon ventre alors que je sentis ses lèvres se poser brièvement sur celui-ci.

La température de l'eau augmenta d'un cran de nouveau, créant de la vapeur à sa surface. C'était comme se retrouver dans une source thermale. Du moins je l'imaginais car je n'y avais jamais mis les pieds. Cette élévation de chaleur, réchauffait mon corps toujours frais.

Ma main vint caresser ses cheveux fugacement avant qu'il ne remonte subitement, toussotant pour recracher de l'eau qu'il avait visiblement avalé. Je l'observais, hochant un sourcil, ne comprenant pas pourquoi il avait subitement bu la tasse.

« Ne va pas te noyer non plus... »

C'était un peu extrême pour simplement apporter une réponse à une interrogation...
Toutefois, je comprenais la raison de tout cela lorsqu'il reprit la parole, me laissant esquisser un sourire.

« Tu t'en souviens... »

Effectivement, c'était ce que je portais la nuit de l'enterrement de vie de jeune garçon de Kibo, sous ma tenue de danseuse orientale. Au moins, s'il s'en souvenait, c'était que cela l'avait marqué et donc pas laissé indifférent en plus d'avoir les idées claires ce soir là, malgré l'alcool. Ce n'était pas une substance qui se mêlait bien à mon sang malade, si bien que je l'évitais très souvent et me contentais d'un verre ou deux très occasionnellement.

Ce n'était pas un hasard si j'avais choisi cette tenue. Je voulais qu'il se remémore ce moment alors même que rien ne s'était encore passer entre nous.

A mon tour, je lui retirais son bas, le laissant glisser dans l'eau, nous laissant en sous vêtements, comme en maillots de bains dans l'eau chaude.
Il avait quelque peu enfreint les règles, bien que celles-ci n'étaient pas vraiment établies, puisqu'il m'avait touché lui. Puisque c'était le cas, j'en faisais de même et mes doigts venaient effleurer les marque de son torse perlant d'eau.

Bientôt, nous aurions la réponse à ma question...


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyLun 3 Aoû 2015 - 13:52

    Deux personnes en sous-vêtements. Un homme et une femme. Et pourtant la tentation était déjà palpable. Qu’en serait-il s’ils étaient nus ? Si nous étions nus ? Rien que de l’imaginer… En fait, la moindre pensée me mettait mal à l’aise. Elle était toujours tournée bizarrement. Comme si la réponse à la question initiale était forcément positive.

    Je ne pouvais continuer ainsi. Surtout pas sous son regard de plus en plus étincelant et ses mains devenant entreprenantes. Si les choses continuaient en ce sens, je risquerais bien d’assécher complètement l’oasis…

    Il me fallait donc une diversion, une autre astuce. Et de toute façon, je comptais lui montrer ceci.

    « Laisse-moi te présenter la beauté du désert de nuit… »

    Joignant mes mains, je me mis à cracher une grande bulle d’eau en direction des cieux, derrière la demoiselle. Là-haut, le liquide se sépara en des milliers de gouttes tombant au ralenti. Un spectacle rare à Kaze. Mais surtout, il faisait nuit. Ainsi, la lueur blanche se reflétait dans chaque gouttelette et leur donnait une certaine brillance. Des points lumineux blancs retombant vers le sol, semblable à une pluie de flocons…

    Comme ça se déroulait de l’autre côté, Yami me tournait le dos et j’en profitais pour dégrafer son soutien-gorge sans que je ne puisse observer le résultat de l’opération. Je me collais ensuite à son dos nu, reposant ma tête sur son épaule, à côté de la sienne pour admirer avec elle les milliers de points scintillants tombant à travers la nuit. Comme quoi, même un climat aride et hostile pour l’homme pouvait regorgeait de beauté, de certaines particularité. La nature est belle partout, il suffit de bien y regarder… Un peu comme prendre une poignée de sable sec et faire s’écouler les grains dans l’eau, donnant un nuage sombre se dissipant très vite.

    Collé à elle, j’avais mes mains sur son ventre et je m’enivrais de son odeur en attendant que le tableau ne s’estompe. Alors, je remarquais une erreur à corriger : ses cheveux étaient toujours secs. Plaçant une jambe à l’horizontale derrière ses genoux, je continuais de la tenir tout en me laissant tomber vers l’arrière. L’eau recouvrant très vite mon corps, puis le sien… Submergés tous les deux, ensemble, dans ce bain bien chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyLun 3 Aoû 2015 - 16:06

Nous restâmes ainsi un moment à nous contempler en silence. Sa gêne était toujours perceptible mais il ne se dérobait pas, du moins pas totalement. Il voulait me montrer la beauté du désert dans un tableau nocturne.

Ses mains quittaient mon dos, me laissant une sensation de regret alors que j'aurais voulu poursuivre ce simple contact pourtant si anodin. Cependant, il avait besoin d'elles pour exécuter un jutsu. Bien vite, une grande bulle d'eau se forma depuis sa bouche avant de s'envoler dans les cieux éthérés. Je me retournais pour mieux l'observer, dos à Kioshi. Elle semblait si légère et libre... pourtant sa vie était bien éphémère puisqu'elle se réduisait rapidement en milliers de gouttelettes que nous n'avions pas l'habitude de voir tomber ici, dans le désert.

La luminescence des astres nocturnes traversaient les gouttes d'eau, leur donnant un aspect fantomatique et sublime tandis qu'elles retombaient très doucement vers le sol. C'était comme pouvoir observer du diamant liquide s'écouler au dessus de nos têtes : un spectacle envoûtant et mirifique.

Une pression se fit sentir dans mon dos tandis que mon soutif devint désormais lâche. Un fin sourire s'étira sur mon visage. Le fourbe avait détourné mon attention pour parvenir à trouver le courage nécessaire pour le faire... Astucieux cela dit. Je ne bronchais pas et n'en eut de toute façon guère le temps puisque aussitôt après, il vint plaquer son buste contre mon dos, laissant reposer sa tête sur mon épaule, contre la mienne. Ses mains vinrent de poser sur mon ventre, bien vite rejoins par les miennes.

Je souriais. Heureuse de ce tableau que je ne voulais voir cesser. Cette proximité presque naturelle, ces attentions à mon égard... Tout cela paraissait presque invraisemblable mais avait pourtant lieu. Je m'en délectais d'autant plus, profitant de la beauté du moment. C'était somptueux... J'aurais voulu que cela perdure encore un peu plus mais bientôt, tout s'estompa peu à peu jusqu'à ne plus rien laisser si ce n'est nous, dans cette posture, toujours. Ma tête se tourna vers lui et je déposais un baiser affectueux sur sa joue.

Toutefois, quelques secondes après, il nous fit basculer tout les deux, me maintenant toujours contre lui. Nous nous retrouvâmes sous l'eau chaude limpide. Je pouvais voir la Lune a travers l'eau, malgré que les oscillations rendait son image quelque peu floue. Bien vite, je me retournais dans ses bras, me trouvant face a lui, contre lui, mes mains autour de sa nuque. Ses cheveux ondulaient en suivant le mouvement de l'eau tandis que je venais a mon tour caler ma tête au creux de son épaule. Lorsque l'air nous manqua, nous regagnâmes la surface pour le retrouver. J'étais à présent trempée des pieds à la tête mais je n'avais pas froid puisque la température était plus que confortable grâce à lui.

Nos genoux reposaient au fond, ne laissant que ma tête et le haut de mes épaules dépasser alors que nous avions maintenu nos prises sur l'autre. Je contemplais son regard en gardant mon sourire. Nos tracas quotidiens étaient bien loin... Il n'y avait plus que nous dans cette oasis du désert que nous affectionnions tant.

Il semblait presque à l'aise par la force des minutes s'étant écoulées nous laissant ainsi collés l'un à l'autre... Pourtant nous n'avions toujours pas la réponse à la question, même si je m'en moquais bien en cet instant, voulant profiter de chacune des secondes passées ensemble.

Une nouvelle minute plus tard, je retirais les bretelles de mon sous vêtement, déjà dégrafé, et replaçais mes mains autour de sa nuque. Sa gêne réapparaissait de plus belle tandis que ses joues s'empourpraient de nouveau. Là encore ce n'était pourtant rien qu'il n'avait pas déjà vu ou touché mais puisque je le connaissais, je le laissais s'habituer à la situation avant de laisser mes doigts courir le long de son corps pour venir attraper son propre sous vêtement et le lui ôter. Il était désormais dans le plus simple appareil alors que ce n'était pas encore totalement mon cas...
Devais-je nous mettre à égalité ou le laisser le faire ? Je choisissais la deuxième option mais l'aidait tout de même un peu toutefois... J'attrapais ses mains et les plaçaient sur mes hanches pour lui faciliter la manœuvre : il n'avait plus qu'à abaisser ce dernier bout de tissu.


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyMar 4 Aoû 2015 - 22:20

    Pour ne pas penser à Zanshi, il y avait le corps à Yami de plus en plus dénudé. Mais pour ne pas avoir de pensées plus sensuelles, je n’avais pas beaucoup d’aide. Hormis le passage sous l’eau, où je n’avais plus vraiment la vue pour être influencé, il n’y avait pas beaucoup de moments innocents… Surtout avec son majestueux galbe féminin juste sous mes yeux. Heureusement, il y avait le voile de la surface de l’eau et une légère brume de vapeur qui rendait l’image un peu floue.

    Nu, elle guida mes mains jusqu’au dernier vestige de sa tenue. Je pris une profonde inspiration avant de me lancer et de glisser délicatement le tissu le long de ses jambes. Je finis le mouvement avec la moitié de mon visage sous l’eau, ma bouche faisant machinalement des bulles…

    « Tu n’as… pas peur que quelqu’un vienne ? »

    Après tout, nous étions dans une oasis, au beau milieu du désert, sans rien pour nous protéger d’un visiteur. En plus de ça, nous avions un beau feu signalant notre position. Le Kazekage et la chef du Kakumeigun, ensemble et nus dans une oasis… De quoi chasser la rumeur concernant Oniri et moi sans aucun doute. Je me demandais alors si elle n’avait pas fait circuler le bruit de notre rendez-vous pour que les projecteurs se portent plutôt sur elle. Mais non, elle n’était pas comme ça… N’est-ce pas ?

    Tout doucement, hésitant, je me rapprochais d’elle. L’eau avait encore augmenté en température. C’était sans doute l’un des bains les plus chauds qu’elle avait pris à Kaze. En même temps, elle avait choisi un Yamada… Je m’avançais, mettant nos fronts en contact tandis que nos cheveux formaient des rideaux tout autour de nous. Comme si nous étions dans un autre monde où il n’y avait que nous deux et rien d’autre. Nez contre nez, je sentais son souffle sur ma peau et je levais lentement mon regard vers le sien. Ma voix balbutiait légèrement. Je n’avais pas coutume d’être aussi proche d’une femme… Même si j’avais fait bien plus avec elle déjà.

    « Et bien, je suppose qu’il ne nous reste plus qu’à attendre que la réponse se révèle d’elle-même ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyMer 5 Aoû 2015 - 11:10

Music ♫:
 

Il s'exécuta tout de même malgré sa gêne apparente. Dans le plus simple appareil, nous nous montrions vraiment comme la nature nous avait faites. Pourquoi cela devait se montrer si fastidieux alors que nous avions déjà fait bien plus ? Je connaissais son corps, il connaissait le mien. Aucun secret, aucune marque que je n'avais déjà vu.

Sa réplique eut le don de me faire esquisser un nouveau sourire alors qu'elle prouvait encore une fois son mal aise.

« De quoi devrais-je avoir peur ? Que quelqu'un m'aperçoive nue ? Je n'ai pas honte de mon corps. »

Ou bien...

« Devrais-je craindre que quelqu'un nous aperçoit tous les deux ainsi a cause des conclusions qu'il pourrait en tirer ? Ça aussi je n'en ai que faire. Je me moque bien de ce que pense les gens. »

Lorsque l'on est craint pour son nom et que le mépris se fait ressentir dans le regard rien qu'à ma vue pour ce que je suis, une Ketsueki, alors non crois moi que le regard des autres m'indiffèrent. J'étais constamment épiée et jaugée pour les fautes de mon clan, bien que cela allait mieux depuis quelques temps du fait de ma montée en grade. J'étais toujours crainte cela dit mais désormais également respectée.

Je cajolais sa joue du bout des doigts :

« Tu accordes bien trop d'importance à ce que les autres peuvent penser de toi Kioshi... Il s'agit de ta vie, de tes choix, de tes moments, les gens peuvent te juger pour cela mais personne n'a le droit de t'empêcher de vivre comme tu l'entends. T'es-tu soucié du regard des autres lorsque tu as décidé que le quartier Yamada serait composé exclusivement de tentes ? Non, et pourtant les commérages ont dû y aller bon train. Mais tu as fait ce que tu voulais faire, ce qui te tenait à cœur, c'est ça le plus important. »

Je déposais un baiser sur sa joue avant de poursuivre :

« Alors non je n'ai pas peur. Aucunement. »

Si on devait être découverts ainsi eh bien tant pis. Et s'il s'agissait d'ennemis, rien ne nous empêchait de nous battre. Ce n'était pas le fait d'être nu qui nous priverait de nos moyens. Ce n'était en tout cas pas mon cas.

La température de l'eau se réchauffa un peu plus, mais restait pour le moment supportable et agréable. J'étais totalement détendue dans cette étendue surplombée de vapeur, ce qui n'était pas le cas de mon Yamada. Toutefois, cela ne l'empêchait pas de se montrer proche malgré tout. A vrai dire, c'était une première qu'il ne cherche pas à fuir ce genre de situation mais au contraire s'y empêtrer un peu plus... J'étais admirative de ses efforts, et heureuse aussi de partager ces instants avec lui.

Je ne le brusquais pas, le laissait avancer à son rythme dans cette atmosphère pourtant bien trop pesante pour lui. Son front humide se posa contre le mien, yeux dans les yeux, le temps semblait suspendu. Plus rien n'existait, ni même nos problèmes respectifs. Un havre de paix, un temps mort dans une vie bien trop mouvementée et sollicitée. C'était agréable de pouvoir relâcher la pression de temps à autre. Je n'avais besoin que de sa présence pour y parvenir.
A vrai dire c'était étrange... Je ne parvenais pas à décrire cette sensation de bien-être couplée à de la dépendance. C'était comme s'il demeurait l'oxygène dont j'avais besoin pour avancer, continuer de me battre contre les affres de mes maux.

Son questionnement me tira de ma rêverie mais n'altérait en rien la beauté du moment.

« Tu crois qu'il nous suffit de rester ainsi pour le savoir ? »

L'interrogeais-je.

« Nous sommes bel et bien nus l'un en face de l'autre mais l'eau dissimule nos corps. »

Ce qui peut altérer notre jugement et rendre les choses plus simples.
Je composais une série de signe et faisais se soulever le sol qui se trouvait juste sous nos pieds, nos élevant sur un piédestal qui nous positionnait hors de l'eau, sans celle-ci pour nous dissimulée, au milieu de l'oasis. L'eau était présente tout autour de nous et la plate-forme se trouvait presque à sa surface, nous élevant d'une hauteur pas vraiment importante. Même si nous n'étions plus immergés, je n'avais pas froid car la vapeur aidait au réchauffement.

« Maintenant nous remplissons toutes les conditions pour avoir la réponse à la question... »

Lui expliquais-je.

« Que ressens-tu ainsi ? »

Le questionnais-je. Toutefois je répondis d'abord à cette question pour pallier à sa gêne.

« Cela ne change pas beaucoup de choses pour moi. Que tu sois habillé, en guenille ou nu, mes sentiments demeurent inchangés. Bien que, je l'avoue, te voir dans cette tenue créer quelque chose de supplémentaire... »

Je ne pensais pas avoir besoin de préciser, à moins qu'il me le demande. Cela me semblait évident. Je ne parlais pas forcément d'attraction sexuelle mais physique en tout cas oui. J'avais envie de me réfugier dans ses bras, profiter de sa chaleur au plus près de son corps. J'étais privilégiée de le voir ainsi, ce qui renforçait ce besoin d'appartenance. Je ne le voulais rien que pour moi en somme.


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Yamada Kioshi
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 2039
Rang : SSS

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptyVen 7 Aoû 2015 - 13:40

    « Ce n’est pas l’impression que j’avais. »

    Qu’elle se moque de ce que peuvent bien penser les gens. Quand ils pensaient que j’avais eu une relation avec Oniri et qu’ils en ont fait courir le bruit, Yami ne semblait pas si impassible que ça. Elle faisait ensuite la morale sur la façon de vivre.

    « Et pourtant, je ne peux pas faire tout ce qui me tient à cœur. J’ai des responsabilités et je représente l’image de Suna… Parce que si faire ce qui m’importe est le plus important, pourquoi m’avoir tant voulu d’envoyer une lettre à Kumo ? »

    Elle devait savoir ô combien cette lettre me tenait à cœur. A moins que je ne lui avais pas encore raconté cette histoire ? Celle du nom d’Ao Kuroi gravé sur mon pendentif ? Je pense que si. Pour le quartier sous tente, il s’agissait de préserver notre histoire à nous, aux Yamada. Les autres n’avaient donc rien à voir avec cette décision qui devait sans doute être ridicule pour la plupart. Ils n’ont connu que la sédentarité…

    J’aimais bien ce moment passé avec elle. Bien qu’il soit également compliqué pour ma part. J’avais bien du mal à faire le vide, à ne penser à rien pour simplement profiter. La silhouette de Yami me poussait à la gourmandise, tandis que le fantôme de Zanshi continuait à me marteler la tête. Pourtant, c’était un passage obligé pour tourner enfin la page. Il fallait juste espérer qu’elle ne se trouve pas également sur la page suivante…

    Hum ? Comment ça mais l’eau dissimule nos corps ? Comment ça, « mais » ? Et avant que je n’aie pu protester, nous voici à la surface. Je déglutis. C’était un coup bas Yami… Mais au moins elle y mit les formes, répondant la première à sa propre question. Ce n’était donc pas juste une séance de supplices.

    « Te voir ainsi… ne me laisse pas indifférent. Forcément. »

    Elle me donnait envie. Elle me donnait chaud. Les yeux sont les portes de l’âme ? Et bien mes yeux étaient ravis. C’était comme mettre un enfant devant un gros gâteau en chocolat et lui demander : alors, vas-tu en croquer un bout ? Cependant.

    « Je crois que je ne peux pas aller plus loin pour le moment… Excuse-moi. »

    Et je la pris dans mes bras, me disant qu’alors mes yeux ne pourront plus être tentés. Mais la sentir contre ma peau n’était pas forcément mieux. Plus bas, on ne semblait pas d’accord avec ce que disait ma bouche. En tout cas, comme pour la rassurer tout de même, je déposais un délicat baiser sur son front.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suna
Ketsueki Yami
Informations
Grade : Seigneur du Vent
Messages : 1480
Rang : S

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } EmptySam 8 Aoû 2015 - 9:53

Il était vrai que nos responsabilités nous empêchaient d'être réellement nous... Que diraient les autres dirigeants s'ils voyaient l'un de leur comparse s’asseoir par terre à même le sol lors d'une réunion par exemple ? Pourtant ils devaient s'en dire autant de le voir se balader pieds nus mais Kioshi continuait de le faire... Il y avait donc certaines choses qu'il s'autorisait plus que d'autre malgré son rang.

« Tu compares les torchons et les serviettes... Il est légitime que le conseil et moi même n'ayons pas apprécié le fait que tu envois un chunin fraîchement revenue pour une mission « secrète » qui pourrait faire courir des risques à Suna ! Il s'agissait là d'une affaire personnelle en effet, et tu as le droit de vouloir réparation mais tu te dois d'en avertir le conseil tout de même pour avoir son aval. »

C'était pour cela que Zanshi avait instauré la démocratie en créant le conseil : pour que les Kage aux idées tordues ou abusives ne soient plus les seuls à décider pour l'ensemble du village. Plusieurs voix étaient désormais nécessaires. Je n'allais tout de même pas lui rappeler qu'il avait bafoué l'un des précepte même que l'Ecarlate nous avait léguer en héritage ?!

Je l'avais un peu brusqué en nous sortons hors de l'eau de la sorte. Il déglutissait en m'observant. Toutefois c'était là un mal nécessaire pour répondre à notre questionnement en plus de lui octroyer une sorte de thérapie pour qu'il cesse d'être gêné perpétuellement avec moi.

J'avais répondu à ma propre question en premier, le laissant répondre ensuite. Il arguait qu'il n'était pas indifférent de me voir ainsi, ce qui me fit étirer un fin sourire de satisfaction. Ce n'était pas simple pour lui mais il était tout de même parvenu à s'exprimer sur le sujet. Il eut même le courage de dire qu'il ne souhaitait pas aller plus loin cette fois, ce qui me remplissait aussi de satisfaction.

« Nous avons donc notre réponse. Tu vois. Deux personnes nues l'une en face de l'autre ne s'adonnent pas forcément au plaisir charnel... »

C'était mieux ainsi. Je n'en avais moi non plus pas spécialement envie. Je n'aurais pas été contre mais je préférais de loin poursuivre cette soirée avec lui comme nous la passions depuis le début : en partageant des instants affectueux, nous rapprochant peu à peu, sans brusquer les choses. Kioshi avait accompli bons nombres de progrès en cette soirée, je n'en espérais pas tant ni davantage.
Être avec lui, cela me suffisait.

Alors qu'il m'enlaçait, je me lovais un peu plus dans le creux de ses bras. Bien sûr son corps semblait s'opposer à ses dires mais je n'en prenais pas cas. J'étais fière de lui en somme pour ce pas de géant qu'il avait fait dans ma direction tandis que je repensais aux gouttelettes d'eau semblable à une pluie de flocon tombant sur le désert, collée contre lui, contemplant tout deux ce spectacle comme si rien autour ne pouvait nous atteindre.
C'était un sentiment de quiétude que je n'avais pas l'habitude de connaître. Un temps de répit que l'on m'accordait et que je prenais sans sourciller tant je m'y sentais bien, loin des problèmes et de la maladie.

« Tu n'as pas a t'excuser. Le simple fait d'être avec toi me rend heureuse. »

C'était tout ce que je demandais.

J'abaissais ma colonne doton pour nous plonger de nouveau dans l'eau. La question était réglée mais je ne voulais pas me rhabiller tout de suite : voulant au contraire le laisser s'habituer à mon corps si bien qu'il ne serait plus gêné en l'apercevant ultérieurement.

Un peu plus tard dans la nuit, nous quittâmes l'eau pour nous rapprocher du feu presque éteint qui ne dégageait plus vraiment de chaleur. Mes vêtements étaient trempés mais Kioshi répara cela assez vite bien que je ne voulais pas les remettre tout de suite. Nue, je me blottissais contre lui pour me réchauffer, posant ma tête sur son torse en fermant les yeux tandis qu'il dégageait cet halo de chaleur si réconfortant et apaisant. J'étais sereine.


Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Signa210

We're all mad here... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty
Message(#) Sujet: Re: Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami } Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une brochette aux chandelles { Ketsueki Yami }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Oasis d'Eden-