N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spécial
Maître du Jeu
Informations
Messages : 2299
Rang : Par

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyJeu 16 Juil 2015 - 21:31


CONTEXTE

    Le Pays de l’Eau est dans une situation des plus complexes. Après plusieurs années d’abandon, livrée aux différents groupuscules et aux actions de dizaines de hors-la-loi qui ont pullulé sur l’île, le territoire est devenu un champ de bataille de l’Ombre. Face à un Daimyo dépourvu de moyens et de forces pour rétablir l’ordre, l’Empire des Pays Neutres s’est décidé à intervenir, afin de pacifier une Nation autrefois puissante et pour poursuivre son désir de Paix mondiale. Aidé d’une Organisation de l’Ombre, le Fumetsu, le Shukaï a donc fait débarquer ses troupes afin de préparer une vaste opération de nettoyage pour ramener l’Ordre et la Sécurité sur l’île.

    Craignant de voir là une invasion Ninja supplémentaire et une menace pour ces contrées, une autre Organisation, le Kuraï Hiraki, fait appel à de proches alliés pour s’opposer à cette force étrangère. Inquiet de voir renaître le Village de la Brume Sanglante, le Village Caché de Kumo décide d’intervenir et de repousser les ambitions de l’Empire. Les premiers affrontements sur la Plage de Grès ont montré la détermination de chaque parti, et les deux camps ont rappelé un temps leurs troupes pour prendre du repos, compter les défaites et les succès et se préparer à la suite.

    Mais dans leur opposition, les principaux leaders des troupes sur place sont parvenus à un accord : il demeurait important de trouver une solution par la négociation et la rencontre des acteurs majeurs de ce conflit. Les deux Chefs des Organisations concernés, le Raïkage de Kumo, l’Empereur du Shukaï et le Daimyo du Pays de l’Eau furent donc conviés à une entrevue qui déciderait de l’avenir du pays. Acceptant de se rencontrer pour initier un accord, les cinq partis ont décidé de se retrouver dans une enceinte sacrée : le Temple de Sanbi.

    C’est maintenant à ces cinq hommes de décider de l’avenir de l’Archipel.



RÈGLES
    Ø Respectez l'ordre de post, et privilégiez l'événement pour ne pas le faire traîner.
    Ø Vous avez 48h pour poster lorsque c'est votre tour. Si vous ne le faites pas, vous aurez une seule et unique fois 12h supplémentaires (le Maître du Jeu ne viendra pas poster cela dit). Si vous n'avez toujours pas posté, vous serez exclu du groupe.
    Ø Chaque personnage a droit à un seul délai de 24h s'il le demande dans le Bureau de SNH.
    Ø Nous rappelons que ce Rp est un Rp Négociation ! avant tout.
    Ø Si combat il y a, annoncez-le en spoiler et comptez le comme le premier tour, où aucune action ne peut être porté. Par la suite, résumez toutes vos actions et vos techniques (ainsi que leur rang et leur cible) à la fin de votre RP, avec la balise spoiler ou hide. L'ordre pourra alors éventuellement être changé.
    Ø N'hésitez pas à utiliser les Principes de combat, le Guide de Combat et l'Indicateur de Chakra pour vous aider en cas de combat.

ORDRE DE POST
    Daimyo de Mizu no Kuni
    Samui Kakeshuou
    Kyu Goren
    Shinda Michiki

    Seki Zennosuke


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shinobinohattan.com
Iwa
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptySam 18 Juil 2015 - 15:36

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Mudara10
Mudarame Sanajiro
Daimyô de Mizu no Kuni

Les terres du pays de l’eau étaient tombées bien bas… Alors qu’il n'y avait même pas cinq années, la nation de Mizu était reconnue comme étant l’une des plus puissantes au monde. Et aujourd’hui, qu’est-ce qu’il en reste ? Des guerriers assoiffés de sang s’entretuant entre eux, des voleurs et autres bandits qui tourmentent la population en peine… Et moi dans tout ça ? De Conseiller du Daimyo du pays de l’eau, j’avais fermenté un coup d’état pour prendre sa place et redonner à cette belle nation sa gloire passée. Et qu’ai-je réussi à faire ? Rien du tout, si ce n’est donner un semblant de stabilité en ces lieux.

Aujourd’hui encore, ce pays qui me tenait tant à cœur était devenu le champ de bataille de personnes avides de pouvoir, de conquête, en se camouflant sous de faux airs de vertus. Ils prétendaient peut-être vouloir protéger ces terres, mais se rendaient-ils seulement comptent de l’état du pays, de ses habitants en qui la crainte s’était installée en eux ? Pensaient-ils seulement qu’arriver en tant que conquérant brutal arriverait à changer les choses ? Rien, tout ça n’apporterait rien. Mais ils ne voulaient pas essayer de comprendre, hélas.

Et pourtant, je savais que si ma nation chérie devait un jour se relever, il lui faudrait une force armée. Kiri la sanglante, jusque-là, avait réussi à maintenir l’ordre. Mais depuis sa disparition, les ennemis ont commencé à sortir de leurs ombres. Certains avaient choisi de rester fidèles à la nation, en devenant une force spéciale du pays, mais ils n’étaient que trop peu nombreux. C’était insuffisant pour redonner sa gloire passée aux terres dont je me prétendais seigneur. C’est pourquoi, j’avais décidé qu’il en était assez.

Chargeant plusieurs de mes messagers de porter un message aux dirigeants de chacun des partis, je me rendis moi-même au lieu de rendez-vous que j’avais indiqué. Le but de cette rencontre ? En finir une bonne fois pour toutes avec cette violence et remettre le pays de l’eau sous la protection de quelqu’un qui en serait digne. Avec moi se trouvaient les deux meilleurs Shinobis qui m’avaient rejoint, des anciens membres des forces spéciales de Kiri. Comme on pouvait se douter, je n’allais pas venir seul devant des chefs militaires qui pourraient me tuer au moindre mécontentement, ou bien même essayer de me manipuler avec une de leurs illusions.

Le voyage était long, mais au moins, j’étais le premier arrivé sur ces terres qui étaient considérées sacrées à l’échelle mondiale : le temple de Sanbi. Quiconque oserait me porter atteinte ici serait pourchassé non seulement par mes hommes, mais aussi par l’ensemble des nations Shinobis. On ne plaisantait pas avec les lieux saints. Une fois arrivé donc, je m’agenouillai devant la statue du temple et priais les dieux de nous protéger. Mes soldats, quant à eux, étaient postés en retraits afin de surveiller toute arrivée. L’un d’entre eux était capable de détecter les personnes arrivées, et me préviendrait donc au cas où.

Le temps passait, et ils étaient tous enfin là. Remarquant donc quatre personnes dans mon dos, je me retournai, restant à genoux, et me présentai une nouvelle fois.


« - Vous ne me connaissez sans doute que par l’intermédiaire de cette lettre, donc je me présente une nouvelle fois. Je suis Mudarame Sanajiro, Daimyo de Mizu no Kuni. Si je vous ai convoqué ici, comme indiqué dans le message que je vous ai transmis, c’est pour arriver à un accord qui nous permettrait d’en finir une bonne fois pour toutes avec les conflits qui ravagent ces terres. Je tiens à signaler qu’au moindre faux pas, que vous soyez Kage, empereur ou que sais-je encore, vous deviendrez la cible de mes hommes… Si vous avez compris, je vous laisse un à un exposer vos propos… En espérant enfin apporter un semblant de paix sur les terres de l’eau. »

Maintenant, la parole leur été offerte. À voir comment ils allaient l’utiliser…

Spoiler:
 


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kakeshuou
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyLun 20 Juil 2015 - 12:54


Suite aux premiers affrontements et à la proposition de hauts gradés de chaque bord lors de ces derniers, des missives, des échanges et des accords mineurs avaient été passés. Cinq jours après le croisement du fer, chacun des partis présent sur l’Île de l’Eau et y ayant des intérêts se retrouverait ainsi, sur ordonnance du Daimyo de Mizu no Kuni, au Temple de Sanbi sur l’île nord de l’archipel.

Ce lieu sacré devait ici incarner un sentiment de paix, et d’entente entre les bélligérants. Car la scène avait en soi de quoi être explosive. Réunissant les principaux protagonistes, la pièce centrale du Temple accueillait ainsi le Seigneur Féodal du Pays ; mais aussi deux anciens Kirijins maintenant liés à un Empire des Pays Neutres, un Raïkage ayant longtemps lutté contre le Pays de l’Eau, et un Shinobi Errant dont les motivations, les envies et les projets restaient encore sombres. Autant dire qu’après une poëlle chaude, de l’huile et encore des flammes, quelqu’un s’était amusé à rajouter une fuite de gaz dans la maison !

Bien qu’arrivés au même instant que le Raïkage, et avec son Commandant de conquête Mikichi Shinda, Kakeshuou Samui n’avait accordé qu’un vague regard vers son homologue du Pays de la Foudre, avant de faire volte-face et de se diriger vers la pièce centrale : la cour des prières. Même si cela plaçait d’entrée de jeu une franche hostilité entre les partis – que l’on ne pouvait que comprendre – la chose avait surtout été faite car le Dernier des Kirijins n’avait rien en tête à dire à son égal. Le saluer, lui dire bonjour, dans ce genre de contexte aurait été étrange. Disserter avec lui ici et maintenant aurait été inutile, puisque cette réunion devait se faire dans ce sens. Autant ne pas chercher plus loin et conserver ce masque de glace qui faisait sa réputation.

Rejoignant ainsi le Daimyo Muradame Sanajiro dans la Cour des Prières, Kakeshuou Samui prit la liberté de s’installer sur la droite de ce dernier, et de s’y placer en « seiza », rappelant à lui son manteau afin que celui-ci couvre son épaule meurtrie. Sa chevelure étouffante, son regard perçant, l’homme ne tenait pas plus que cela aux présentations, et était d’attaque. D’ailleurs, il n’était vraissemblablement pas le seul. Le Daimyo de l’Eau profita de sa stature d’initiateur pour introduire les faits et glisser un subtil rappel sur le déroulement des évènements.

En soi, la chose était presque « mignonne ». Amusant qu’un homme, repoussé par des forces internes pendant près de trois ans, se targue d’une importance aussi cruciale dans ces négociations. Doit-on avouer que cette guerre avait lieu à cause de son incapacité à administrer librement son propre Pays ? En soi, Kakeshuou ne le blâmait pas. Il avait été sur place lorsque le Village Caché de la Brume s’était éffondré sous l’assaut des Furyous. En un rien de temps, des générations de construction et de renforcement s’étaient retournées comme une crèpe, abandonnant sur place un Seigneur Féodal sans soutien, sans ressources, et dont les maigres forces ne pouvaient lutter contre une zizanie généralisée. Cette rencontre était sans doute l’occasion rêvée pour retrouver sa légitimité et sa place.

Devant l’honnête proposition, l’Empereur du Shukaï adressa un signe de tête respectueux envers l’organisateur de cette rencontre. Et puisque les choses essentielles étaient dites, il était désormais possible d’entamer directement le sujet le plus sensible.

~ Puisqu’il m’est possible de présenter mon opinion. En tant qu’ancien Kirijin, je ne pourrais mentir un attachement profond pour ces terres qui ont connu la grandeur de Kirigakure no Sato. Il va de soi qu’à mon sens, si ce Pays devait retrouver l’Ordre et la Sécurité, ce serait avant tout grâce à ses anciens protecteurs, et non grâce à ses ennemis. Mais c’est avant tout en tant que représentant de l’Empire des Nations Neutres que je suis ici. Et c’est dans l’esprit de mettre fin à plusieurs années de chaos, de désastre et d’insécurité que le Shukaï a décidé de revendiquer ces terres de l’Ombre, afin de lui apporter une nouvelle ère de prospérité, loin des guerres et des conflits anciens. Si une nouvelle puissance Ninja se doit de faire respecter l’Ordre sur le Pays de l’Eau, ce ne peut être qu’une force désireuse de Paix et de stabilité comme la nôtre.

Le sentiment était fort, l’armature du corps aussi. Et si le regard d’un bleu sombre et glacé des Steppes avait jusque là balayé la scène pour s’attarder sur chaque participant à cette rencontre, en multipliant les signes de tête en guise de sincérité envers le Seigneur Féodal, les prunelles devaient maintenant se fixer sur le Raïkage en personne et ne plus le quitter.

~ Mes attentes et demandes seront donc des plus logiques et des plus simples, et ce conflit ridicule pourra cesser dès lors qu’elles auront été acceptées. J’exige que les troupes de Kumo se retirent immédiatement des territoires du Pays de l’Eau, présentes sans aucun but précis, si ce n’est ranimer un conflit éternel et insensé avec d’anciennes nations éteintes. Une fois cela fait, je pourrais pleinement m’entretenir avec le Daimyo de Mizu afin de travailler ensemble à une stabilisation militaire du Pays et à un renouveau du Pays de l’Eau.

On ne pouvait pas être plus clair ! Amateurs de politiques, de joutes verbales et d’affrontements vocaux, soyez prêts et préparez le popcorn, car ça promet d’être agité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Kadoria Goren
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1499
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyLun 20 Juil 2015 - 14:44

Prendre par la force ce que je veux, voilà ce que je souhaiterais pouvoir faire, mais dans ce monde cela n’est guère possible, il y a bien trop de route sinueuse pour arriver à ses fins, trop de pièges à éviter. L’humain aime rendre les choses difficiles et cela m’ennuie guère, mais si je veux arriver à quelque chose il me faut entrer dans leur jeu dans leur règle et m’y immiscer. Je commence à comprendre l’humain, mais cela reste compliquer pour un homme comme moi de les comprendre totalement. Je peux savoir comment ils fonctionnent mais de là à comprendre cette nature profonde cela est délicat.

Nous sommes ici par ma proposition faite à ce fameux membre nunkenin de la partie adverse. Un homme qui semble avoir une idée de reconstruction. Nous avons longtemps parlé puis nous avons combattu, car cela n’en est qu’inéluctable. Ensuite après une défaite qui ne fut pas vraiment étonnante je fus pris dans le camp adverse et nous avons de nouveau discuté. Cet homme me semble de confiance, mais comment savoir les véritables pensées d’un homme. Qu’importe si ce qu’il dit est vrai cela se justifiera sur des premiers mots. Puis de toute manière nous avions une idée qui ne peut être résolue. La finalité de ce conflit qui ne se résout en globalité sur la confiance que l’on porte sur le parti qu’on défend. Marchant à ses côtés, je m’approche de l’entrée d’un temple ce dernier je le connais, je suis déjà passé à côté il y a de cela six mois. Pour rejoindre ce lieu et l’ile principale nous devions utiliser obligatoirement une embarcation, car même si l’on peut marcher sur l’eau beaucoup d’animaux marin des plus dangereux rode dans ses lieux et pour ceux qui se posent la question ce n’est pas ici qu’il faut se baigner. Bon même si au niveau que j’ai ce n’est pas trois bestioles qui me font peur, je ne souhaite pas arriver au lieu de rendez-vous épuisé.

Nous entrons dans le temple, puis en suivant le compagnon de route qui marche juste devant moi nous arrivons dans une sale ou là le daimyo semble nous attendre en nous tournant le dos. Le lieu de rendez-vous ne fut pas caché des armées et je suis presque sûr que chacun d’entre eux à positionnée une avant-garde pas très loin au cas où si un homme choisisse le mauvais chemin. Une sécurité que n’importe qui feraient. Cependant ils doivent tout de même respecter surement une limite pour montrer qu’ils n’ont aucune intention hostile. La tension est palpable et cela en est logique après tout deux groupes se sont battue et beaucoup ont dut prendre cher dans ses batailles, cependant qui aurait pensé que c’est surement celui qui doit le plus s’amuser dans ce Chao qui demande une trêve pour parlementer ? Surement très peu de personnes. Qu’importe pour des choses qui me tiennent à cœur je peux aussi prendre sur moi. Puis bon, je suis un guerrier et je sais les risques que le métier demande, même si prendre la vie de cet homme me serais plaisant je ne lui en veux pas de cet acte, le monde est ainsi si l’on veut la mort d’une personne on devrait être dans la possibilité de le faire. Tout le monde arrive et personnellement attendre je n’aime pas ça, cependant vu l’importance je me dois bien de prendre sur moi. Comme quoi tout le monde peut changer.

Tout commence et c’est le Maitre des lieux qui commence après s’être retourné à débuter le dialogue. Celui si explique les modalités et comment cela va se dérouler sans compter la petite menace qui ne m’a pas vraiment plus. Comme si l’un d’entre nous a peur d’un affrontement. Enfin, je ne suis pas ici pour chercher des noises, même si a à peine un mètre de moi le meurtrier de mon ami et un groupe pouvant s’il est tué sans qu’on sache par qui faire de gros grabuges dans les rouages de ce monde. Il est certain que si ses deux-là meurent ici et maintenant sans qu’aucun témoin et en laissant qu’une petite et discrète preuve d’un acte de l’un ou de l’autre cela mènerait à une guerre entre ses deux nations. Qui sais quelle autre suite cela pourrait provoquer. Quel dommage un tel gâchis, devoir être abandonné, car si j’agis ici est maintenant je ne ferais que me suicider. Puis je ne résoudrais pas mon désir pour ce pays. Écoutant donc le premier intervenant qui fut l’homme se faisant maintenant nommé l’Empereur, ce dernier commence fort. Prenants comme seul digne groupe pouvant amener la paix, nous amenant comme des ennemies et eux des anciens défenseurs. Dire qu’à leur construction ce groupe disait haut et fort ne pas être un groupe d’ancien Kirijin. Un petit rire sort de ma bouche :

Désolé, Empereur, mais comme vous dite si vous êtes leur ancien défenseur pourquoi les avoir abandonné aussi longtemps ? Je comprends les autres pays de se soustraire à cela car cela ne les regardait âs, mais vous vous nommez ainsi par juste nécessité, quitter son pays au pire moment et revenir la bouche en fleure. Enfin je ne parle que du Shukai.

Je regarde une fraction de second celui qui m’a amené ici puis retourne mon regard vers le Daimyo :

Une question s’impose, Comment on nomme des hommes qui choisissent de quitter leur village pour soutenir un autre groupe ? Car si je me trompe ce qu’il vient de vous exposer est purement cela mais de manière bien plus éloquent et mhh, flatteur a leur égard je dirais. Pour ma part, j’ai choisi de soutenir Kumo pour cette raison. Je n’ai pas confiance et je n’apprécie pas le Shukai. Je ne suis pas originaire de Kumo, ni de Kiri et n’ai rejoint le Shukai. J’ai déserté Suna pour des raisons qui me sont propre et je n’aurais pas l’audace de tenter de le réintégrer et pourtant je ne l’ai pas quitté au pire moment.

Je prends une grande respiration en fermant les yeux. La joute vocale vient sur celle de baisser la confiance que peut porter le Daymio au partie adverse tout en mettant en avant son propre parti tout bonifiant leur idée. Kake semblait fort dans ce domaine. L’expérience de l’âge. S’en est parfait car en tant que vétéran il n’est pas le seul:

Ce que je sais d’expérience, c’est que Kiri va renaitre. Quoi qu’on fasse cela sera inéluctable. Trop de personnes souhaitent cela et moi aussi, qui oserais dire l’inverse ? Cependant voilà se que vous avez en face. Un groupe voulant vous prendre sous la main en échange de votre soumission, et cela, pour flatter leur propre idée. Vous avez besoin d‘ordre dans votre pays, soit de l’aide pas d’un groupe qui souhaite vous évincer vous est-ce qui fait ce pays,,,,,, Raikage, dite nous ce que vous faites ici ?

Kiri reviendra et même Dans la position de Zennosuke il ne peut pas réfuter cette thèse car cela ne peut s’empêcher. Cela est une réalité flagrante. Mizu doit avoir cette force juste au moins pour pouvoir avoir un avenir. Cependant je ne pense pas que Kumo souhaite la voir dans les rangs du Shukai. Zenno m’a promis de ne pas annexer Mizu et c’est de ca que prend ma confiance d’un future Kiri n’étant pas dans les bottes d’un autre village. Après tout comme Michiki confie sa confiance au Shukai, moi j’ai opté pour l’autre camp, mais j’ai aussi dans ces paroles espère prouver à ce dernier les raisons de mon idée. Kumo n’a pour le moment fait aucune chose pouvant me prouver une quelconque trahison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyLun 20 Juil 2015 - 22:43

Le sang bouillonnant du Shinda contrastait avec la froideur caractéristique du Samui à ses côtés. Tous deux marchaient sereinement côte à côte en direction du temple de Sanbi. C’était là que se jouerait le sort de l’archipel. En effet, suite à la rencontre avec Shinji et Goren, leurs supérieurs avaient été informés de leur volonté de régler ce différend par la diplomatie. De plus, l’intérêt stratégique pour le Shûkai était certain. Michiki avait préféré préserver ses troupes pour la suite des évènements. Car il y avait à parier que les précédents actes des Nuages ne resteraient pas impunis.

Mais pour l’heure, il n’y avait ni bataille ni sang à faire couler. Seulement la salive. Au sens figuré de l’expression bien sûr. Michiki devenait de plus en plus diplomate. Il était grand temps que Kiri renaisse s’il ne voulait pas finir en politicien manipulateur comme Pô ! Chassant cette pensée de malheur, il reporta son attention sur l’homme à ses côtés. Toujours vêtu de manière très princière, voir noble, l’Empereur faisait attention à son image. Ironique quand on le connaissait un minimum. Un Kirijin bien sur soi, c’était assez cocasse. Le duo finit par arriver aux portes du temple. Ils croisèrent le représentant de la Foudre. Michiki le détailla brièvement pour se souvenir de tout. Ses sens de senseur ne manquèrent pas de sonder son chakra afin d’en reconnaître la signature. On ne sait jamais. Ça peut toujours servir.

Les hommes arrivèrent alors dans une salle où les attendait le fameux Daimyô, sous bonne escorte. Goren était également là. Et rapidement tout le monde prit place. Michiki s’installa entre Kakeshuou et le Kyu. Croisant les bras, il entendit alors le discours infantile de celui les ayant convié ici. C’était cette énergumène impotente qui se permettait d’être le maître de la situation ?! Alors que le Shûkai avait accompli le travail que lui était censé accomplir. Ce fut surtout la petite menace qui faillit donner un éclat de rire au Shinda. Encore heureux que cet évènement était d’une importance capitale pour lui. Son faciès impassible mais sérieux n’avait pas bougé d’un iota. Il avait juste salué de la tête Goren lorsqu’ils s’étaient vus ainsi qu’une brève révérence pour le Daimyô. S’il l’avait entendu déblatérer ses âneries avant, il y aurait eu de fortes chances qu’il ne prenne même pas la peine de le saluer.

Les participants ayant pris place, le seigneur de l’Eau leur laissait maintenant la parole à chacun pour qu’ils puissent tous avancer leurs arguments. Un grotesque tour par tour pour prouver qui avait tort et qui avait raison. Une seule pensée traversait l’esprit du nécromancien à ce moment précis. Très folle, voire amusante. Il se surprit lui-même qu’elle s’invite ainsi dans son cerveau sadique. Il y avait là que du beau monde. Le Raïkage, le tout premier Empereur de ce monde et le Daimyô du pays de l’Eau. Le parfait endroit pour un terroriste désireux de mettre une belle pagaille. Trois hommes importants réunis au même endroit dans une enceinte close rendant la fuite compliquée. La tête du Shinda pivota vers Goren. Un petit sourire mental illumina ses pensées. A eux deux, ils pourraient renverser la vapeur sur ce monde s’ils coordonnaient une attaque ici et maintenant. Et ils deviendraient maîtres d’un futur de chaos. Heureusement que rien de tout ça n’était dans les projets du Fossoyeur !

Les avis commencèrent à s’échanger. Le Kamui ouvrit les cordialités et il n’y alla pas avec le dos de la cuillère. Il demanda clairement et simplement à Kumo de se retirer des terres pour laisser le soin au Daimyô et à lui-même de remettre l’archipel dans la bonne voie. Ce qui suscita des réponses de la part des autres intervenants. Goren prit la parole à ce moment. De nouveau, le visage du nécromancien se tourna vers son homologue Nukenin pour mieux l’écouter. Comme il fallait s’en douter, ce n’était qu’un simple jeu du « Tu as tort et j’ai raison ». Le Shinda s’était déjà heurté à cela lors de la première offensive et face au colosse en privé. Ce qui ne faisait rien avancer. Une simple joute entre personnes intéressées tandis qu’un charognard incapable faisait miroiter la récompense de ses terres à celui qui agresserait le mieux ses adversaires. Tout cela en était presque pathétique. Michiki en viendrait-il à regretter d’avoir suggéré cette trêve ? Pas à ce point non. Mais il se rendit alors compte de ce vers quoi elle pourrait mener.

Ne voyant pour l’instant rien à ajouter aux dires du Samui, il ne put que se rabattre sur ce qu’avait dit Goren. Ou plus précisément ces derniers mots adressés à l’attention du Godaime Raïkage. Les lunettes violettes se tournèrent vers l’interpellé. Le cerveau du nécromancien décortiquait à nouveau toutes les tortures et les supplices qu’il aimerait infliger à ce parfait imbécile trop fier. Kumo aurait dû être annexé, voir brûlé depuis belle lurette lorsque Kiri en avait eu l’occasion. Une faiblesse du régent de l’époque qui leur coûtait cher aujourd’hui.

Il n’y avait pour l’instant rien de pertinent ou d’intéressant que le Nukenin pouvait ajouter aux dires de son homologue. De chaque côté, les deux représentants de village avaient un shinobi errant pour les épauler. Mais Michiki y vit plus un rôle d’intermédiaire comme pour ajouter un point de vue extérieur non influencé par une pression d’un village. Aucun poste n’était à miroiter dans la hiérarchie des cités pour eux et cela en faisait des interlocuteurs intéressants. Goren ayant interpellé le Raïkage il y a peu, il profita de ses derniers mots pour venir en rajouter :

- En effet Godaime, faites-nous donc partager ce que vous prévoyez pour la nouvelle Kiri. Car il s’agit bien de cela. Mizu no kuni a perdu de sa pérennité une fois la Brume détruite par les Furyous. Sa reconstruction semble donc inévitable comme l’a souligné mon confrère. Mais je serais donc curieux d’en apprendre plus sur les arguments que vous avez mis en avant pour le rallier à votre cause. Dites-nous donc ce que Kumo a à proposer pour le futur de la nouvelle Kiri ? Qu’avez-vous promis à mon homologue Nukenin ? Et surtout, qu’avez-vous à offrir à ce pays pour lequel les Nuages n’ont jamais eu le moindre intérêt ? Du moins, sans compter le contexte de la guerre bien sûr.

Le ton sur lequel son discours avait été prononcé était le plus posé possible. Il gardait toujours sa rage profondément enfouie. Il valait mieux ne pas être présent le jour où elle éclaterait. Triste serait le sort de celui qui oserait s’aventurer à cela. Le Shinda était donc plus curieux de la réponse du Kage des Nuages pour le moment.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyMar 21 Juil 2015 - 19:17

Des forces kumojines, en grande partie composées de Chuunins et de Jonins viennent avec moi à cette réunion au sommet à laquelle j’ai été convié. Dans le but de littéralement poser pied à terre comme on dit et disposer d’un avant-poste sur cet archipel, le temps d’une éventuelle guerre se profilant, j’ai ordonné la prise de l’île à l’ouest de Mizu et du sanctuaire de Sanbi ; l’ile la plus proche de Kumo. C’est de cette position même que j’ai eu, après une nuit paisible, dans un fort pris de force à des pirates, à me déplacer avec une escorte restreinte, mais en nombre suffisant pour faire face à d’éventuelles velléités de combat. Même si nous étions conviés dans un lieu « saint », nous restions ennemis et d’aucuns pourraient tenter d’un supposé moment de faiblesse pour agir et faire tomber des têtes. Tel n’était pas mon plan. Je vous rassure.

Une arrivée. À la suite de cet homme que je reconnus immédiatement pour le Daimyo de Mizu, j’offrais quelques encens et élevait des prières à l’attention des dieux de ces contrées. Puis, sans aucune forme de procès, je me reculais et m’asseyais à la place m’étant destinée, laissant le Seigneur de ces terres poursuivre librement ses libations. Deux de mes hommes dans mon dos. Le reste dans le sanctuaire ou tout autour. Aucune grande présence militaire cependant. Rien d’effrayant en somme. Je remarque le manège du Samui, celui qui se fait dorénavant appeler « Empereur ». Je me souviens. La dernière fois que nous nous sommes vu, c’était il y a… cinq ans déjà. Il était moins fringant, il me semble un poil moins hautain…

À mon tour, je dévisage le quatrième participant à cette réunion. Un homme sur lequel je ne décèle aucun signe distinctif d’appartenance ou d’affiliation au Shukai. Un nukenin donc. Je ne suis pas le seul à recourir à leurs services. Je plisse des yeux. Je viens d’avoir comme un éclair. J’ai déjà vu cette tête. Je baisse les yeux et cherche plus profondément l’origine de cette impression pour le moment non justifiée. Les guerres d’antan. Il en a été acteur et il a été identifié. Son nom cependant m’échappe, même si je me souviens à présent avoir vu son portrait dans les dossiers intéressant Kiri et plus largement Mizu no Kuni.

Goren est là. Mais je ne lui accorde aucune attention particulière. Depuis le début du conflit nous ne nous sommes pas parlés. Jusqu’au début de l’opération, il a été un allié de confiance, mais l’a-t-il seulement été jusqu’au bout ? Je me méfie. À l’heure actuelle, je me méfie de tout d’ailleurs.

Ce n’est que lorsque le Daimyo se retourne et se présente à nous, que je profite de l’occasion pour graver son image dans ma mémoire. Il m’a l’air tout bonnement antipathique. Mais, je ne m’arrêterais pas sur ce détail. Goren renvoie une image patibulaire, Goren est méchant, Goren est violent, Goren mange les enfants, pourtant, je suis parvenu à faire de lui un allié de confiance. Jusqu’il y a peu du moins.

Le regard posé sur le Daimyo, sans grande insistance cependant, j’évite la moindre réaction suite à ses menaces futiles. En menaçant de la sorte, il ne se rend pas compte qu’il dévoile une information à son insu : il est faible et se sait vulnérable face à nous. Il était inutile de nous le confirmer cher Daimyo. Je reste de marbre, comme figé dans ma position, lorsque le vétéran des guerres de Kiri, ce fuyard des neiges du mont Kangchenjuga, s’agite et évoque une idée pour le moins farfelue : celle du retrait immédiat de Kumo. Aurai-je fais intervenir mes hommes, serai-je venu jusqu’ici pour m’en aller au bout d’à peine une minute d’échange ? Non. Je ne le pense pas.

Je me tourne vers Goren. Le troisième à prendre la parole. En mon sens, il touche du doigt certaines problématiques ayant mené à la situation actuelle : le retrait d’anciens kirijins vers des terres à l’opposé du monde il y a de cela des années et leur subit retour en fanfare, la fleur au bout du fusil ou plutôt du sabre. Qui croient-ils duper de la sorte ? Je jette un regard rapide sur le borgne de Daimyo. Peut-être gobera-t-il ces histoires ? La suite du discours du Golem de Suna, par contre, est loin de me faire plaisir. J’en tire une information cruciale cependant : au moins trois personnes au tour de cette table sont pour la création de Kiri. Et je les regarde subrepticement avant de poser un œil sur le Daimyo. Il me semble d’ailleurs qu’il y a plus de trois personnes approuvant cette idée. Très bien. Visage toujours impassible, je remarque que tous les regards sont rivés sur moi. Mais il n’est pas encore l’heure pour moi de prendre la parole.

C’est au tour de l’ancien kirijin de prendre la parole. Ses mots sont emplis d’amalgame. Initialement, je ne suis pas ici pour discuter de ce que j’ai à proposer pour Kiri, cependant, je constate que le bougre ainsi que le Golem de Suna, me poussent vers cette pente raide. Seraient-ils de mèche ? Et qu’aurait à gagner Goren dans la résurrection de Kiri ? Lorsque le binoclard a fini de prendre la parole, je ressens tous les yeux rivés sur moi. Il me semble que l’air en devient plus chaud, presque irrespirable. On aurait dit par ailleurs que le temps se fige. Est-ce une variante de ce que d’aucuns appellent « avoir la pression ? » Probablement. Je me tais un moment, juste quelques secondes tout en refermant les yeux. En vérité, il me semble ici que je suis seul. Seul contre deux sinon trois. Le seul qui soit aussi esseulé que moi ici, est ce Daimyo ayant d’entrée de jeu avoué sa faiblesse, voire sa détresse. Je rouvre les yeux. Il est temps. D’un ton neutre, d’une voix monocorde, je me prononce à mon tour :

« Mudarame Dono, je vous salue. Mes salutations à chacun de vous. »

J’imprime une marque de respect à chacun d’eux sans distinction. Je me racle la gorge, puis je poursuis :

« Sans plus me formaliser, il m’apparait nécessaire de rappeler des faits qui nous valent, surtout vous Mudarame Dono, de nous retrouver tous ici sur un semblant de pied d’égalité en ce moment précis. Et ce n’est pas une insulte envers votre personne. Le Shukai et son allié, ont pris la latitude, sans vous informer au préalable, d’intervenir sur l’archipel en déployant une redoutable force, précédée de missions d’explorations. A l’heure qu’il est, n’eut été la présence de Kumo et de Goren et de ses hommes, je crains que ce soit au passé que l’on aurait parlé de vous. Au mieux, vous n’auriez été qu’un prête-nom, sans réel pouvoir décisionnaire sur l’avenir de votre chère nation. Ce qui n’est pas le cas actuellement. Dès lors, ne voyez pas Kumo comme une puissance ennemie car en l’état actuel des choses, il n’en est rien. »

Une courte pause et j’enchainais par une information qui avait dû échapper à l’attention de ce Daimyo.

« Peut-être avez-vous eu échos des rumeurs d’assassinats des Seigneurs des pays coalisés du Shukai fomentés par cet Empereur devant vous ? Quelles qu’en soient les raisons, rien ne vous garantit que vous ne soyez pas le prochain sur la liste. Dès lors, si je peux me permettre de vous donner un conseil ce sera le suivant : ne vous fiez pas aux paroles mielleuses, mais analysez les démarches des uns et des autres ! C’est tout ce qui vaille. »

Ceci dit, je poursuis en me tournant vers le binoclard, puis vers l’Empereur et le Daimyo.

« Oui nous avons été ennemis de Kiri. Cependant, à moins d’un manque de vision de part et d’autre, il m’apparaît que rien n’est figé dans le temps et dans l’espace. Même les pires ennemis, s’ils se respectent, peuvent demain devenir alliés. N’avons-nous pas été alliés de Suna, puis ennemis pour actuellement être en bons termes ? Rien n’est figé Mudarame Dono. »

Je sais que les critiques et insultes et autres tentatives d’intimidation vont fuser de toutes parts. Je me suis évertué à réveiller ce Daimyo sur le point d’être instrumentalisé et d’être utilisé tel un pantin. Lui aussi ripostera probablement énergiquement à mes propos, de manière paraître libre, fier, indépendant. Je ne lui en tiendrai pas rigueur. Car je comprends dans quelle fragile position il se trouve.

« Essayons de trouver un terrain d’entente favorable à tous. Un terrain d’entente qui permettra surtout au Daimyo d’atteindre ses objectifs pour Mizu, le tout dans la paix et la sérénité. En êtes-vous capables Messieurs ? Pour ma part, je suis disposé à faire des concessions, dans l’intérêt de tous. Kumo est ici pour offrir une alternative. »

Il me semblait en avoir terminé, pourtant un sentiment en moi me rappelle que quelque chose cloche. Quelque chose d’important. Mon regard se promène de part et d’autre. Oui… Il manque un acteur majeur.

« Mudarame Dono, il me semble qu’il manque un acteur majeur autour de cette discussion : le clan Kaguya. Sont-ils le reflet de l’actuel Mizu ? Sont-ils dispersés ? Fragilisés ? Ou leur absence trouve une justification qui m’échappe ? Quoi qu’il en soit, je vous suggérerai de faire consigner les décisions qui résulteront de nos échanges et de le leur signifier, car eux aussi, plus que quiconque méritent une place d’importance dans le futur de cet archipel. »

Et là, je me tais, bien conscience que l’orage ne va pas tarder à éclater. Mais, je reste zen. Quelle que soit l’issue de ces pourparlers, Kumo tirera son épingle du jeu. C’est indéniable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyJeu 23 Juil 2015 - 21:24

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Mudara10
Mudarame Sanajiro
Daimyô de Mizu no Kuni

Et bien, et bien, qu’avais-je donc en face de moi ? Un lion qui semblait être plutôt forte tête et qui voulait me montrer, sans cacher son orgueil, qu’il était la solution absolue… Un buffle attaché par des chaînes qui n’attendait qu’à faire exploser ce qui se trouvait face à lui… Une vipère qui se contentait de semer la zizanie avec son venin, attendant le moment opportun pour avaler sa proie… Et finalement, un loup qui essayait d’amadouer sa pauvre victime en montrant patte blanche, attendant le moment opportun pour montrer ses crocs… Et moi, que serais-je dans un tel zoo ? Vraisemblablement qu’un simple rat, une vermine qui essaye inlassablement de survivre en étant entourée de bestioles dangereuses, qui pourraient soit m’avaler d’une seule bouchée ou me piétiner d’un coup de patte… Mais un rat a avant tout un sens de la survie très développé, et savait prendre les bonnes décisions afin de maintenir la survie de sa propre vie, et même celle de son espèce. Un rat me collait plutôt bien, en effet.

Ils avaient beau me regarder droit dans les yeux avec un regard neutre et impassible, je savais exactement ce qu’ils pensaient de moi dans cette histoire. Ils pensaient sans doute que ma voix ne devrait avoir une quelconque importance dans ce conflit, puisque je suis et reste qu’un impuissant bureaucrate. Il était bon le temps où les gens ne voulaient pas reposer que sur leur force brute… Mais je ne peux l’apprendre à des militaires comme eux, qui se contentent de communiquer par des « Moi gueule plus fort que toi, moi avoir raison, moi casser gueule à toi ! ». Cela me délabrait que parmi les quatre individus, deux d’entre eux étaient considérés comme des chefs. Enfin, je me tus sur ma façon de penser. Après tout, qui suis-je pour pouvoir exprimer mon opinion quant à l’avenir de ma maison.

Trêves donc de tergiversions, il était temps pour moi d’analyser les dires de mes convives. Tout d’abord, « l’empereur ». Il annonça qu’il voulait uniquement que le village de la foudre se retire du champ de bataille pour que nous puissions « ensemble » redonner sa gloire au pays de l’eau. Le colosse lui ne fit donc que contredire ses dires, se tournant alors vers afin de me demander comment pouvais-je faire confiance à un individu qui a abandonné sa patrie pendant autant de temps, surtout pour bâtir son propre empire. L’homme aux lunettes enchaîna sur les propos du colosse afin d’interroger les raisons pour lesquelles le Raikage était ci-présent, ajoutant qu’il n’avait pas de raisons de l’être, si ce n’est que pour bloquer les actions de l’empire. Ce dernier répondit non pas en se défendant directement, mais en essayant de diffamer les actions de l’empereur, disant qu’il était déjà intervenu sans m’avoir consulté. Il me rapporta aussi des informations déjà connues de mon service de renseignements personnels. Que croyaient-ils ? Que j’allais laisser l’empire se construire tout seul sans surveiller ? Pauvres fous… Il termina ainsi en me posant une question qui, pour moi, n’avait pas l’ombre d’une importance.


« - Les Kaguyas sont l’une des causes du manque de paix sur cette terre. Nous avons beau avoir essayé de trouver accord, ils ne pensent qu’à massacrer ceux qui ont le malheur de les croiser… Des bagarreurs écervelés… »

Les observant un à un, je lâchai un soupir avant de m’exprimer à mon tour, sans grande gène, peur ou autre sentiment puéril.

« - Je vous remercie de votre attention à mon égard, Raikage-dono. Cependant, j’étais déjà au courant des actions quelques peu morales du Kamui-dono. La question que je me pose cependant est : pourquoi n’avaient vous pas déjà essayé de le faire avec moi ? »

Je n’attendais pas réellement de réponse à cette question. Je voulais surtout voir les réactions respectives à chacun face à cette interrogation aux allures de provocations.

« - Comprenez-moi bien, je ne souhaite évidemment pas mourir, cela serait absurde… Mais avouez que cela aurait été une solution très simple que de se débarrasser de la tête, que vous semblez penser inutile aujourd’hui en ces lieux, pour prendre possession du corps. »

Qu’allais-je donc aborder après. Qui attaquer et remettre en cause en premier… Très certainement la personne qui s’est adressée à moi en premier.

« - Kamui-dono, les paroles du représentant de la foudre ainsi que de son partenaire Nukenin sont, pour ainsi dire, basée sur un fond de vérité. Vous prétendez vouloir m’aider à reconstruire ce pays, mais vous ne m’avez pas adressé la moindre demande officielle afin d’y arriver. Comment pensez-vous apporter un voile de paix si vous portez dans votre main le marteau de la guerre ? »

En réalité, j’étais pour ce genre de méthode. Après tout, qui suis-je pour critiquer, moi, qui au lieu d’essayer de raisonner mon prédécesseur avait choisi de le destituer de force ? Je voulais surtout savoir quel type de « paix » il serait capable d’amener, lui, qui semble être qu’un homme d’orgueil voulant étendre son empire ? Passons donc maintenant à l’autre chef.

« - Quant à vous, Raikage-dono. Ce que me raconte celui qui accompagne l’empereur me rend perplexe. En effet, vous prétendez venir dans le but de trouver un terrain d’entente, mais est-ce juste une excuse pour justifier votre présence ici ? Dans l’envie d’empêcher une nouvelle menace potentielle d’exister… Vous manquez d’ambition. Enfin, plus sérieusement, quels genres d’idées auriez-vous sur ce territoire, en toute honnêteté ? »

Je pris une courte pause afin de m’adresser aux deux personnes que j’avais ignorées jusqu’à présent.

« - Cette question s’adresse aussi bien à Kamui-dono qu’à vous deux. Jusqu’à présent, vous avez surtout essayé de dénigrer les actions de la personne avec qui vous ne collaborez pas. Mais je suis plus intéressé par vos ambitions personnelles, à vous. Pourquoi donc collaborer avec des forces armées spécifiques si vous-même n’en faite pas partie ? »

Je leur renvoyais ainsi la balle, essayant d’avoir un peu plus de développement sur leurs questions.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kakeshuou
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyDim 26 Juil 2015 - 9:31



Les arguments de chacun étaient posés sur la table, tous avec leur élan d’éllucubrations et de ridicule. Il était difficile de temporiser, de garder son calme face à de tels enfantillages. D’un côté, un Nuke-Nin se plaignait de la présence d’une force étrangère sur une île en plein chaos ; à gauche, on revendiquait un peu d’importance sur la scène internationale alors que l’on n’avait strictement rien à faire là ; quant à droite, on demandait presque pourquoi on était encore en vie. Imaginez le ridicule de la situation. Kakeshuou Samui semblait bien être le seul adulte doué de raison dans cette enclave sacrée ! Bien évidemment, il le tairait ; mais il était hors de question qu’il se fasse avoir par des gamins sans le moindre sens politique.

Ses réponses resteraient donc toujours aussi sèches et autoritaires. Il serait étrange qu’il ne continue pas sur cette branche, d’autant qu’il avait toujours la main sur la négociation, et l’avantage. Ses adversaires pensaient sans doute l’avoir piégé, en rappelant les crimes qui avaient été commis par le passé. Mais c’était en vérité une carte maîtresse pour l’Empereur. Car lorsque l’on ne comprend pas la signification profonde de ces Assassinats commis en terre de l’Empire, on ne peut que se méprendre et tomber dans l’ignorance pour le reste de la conversation. Ce serait donc en donnant la vérité et en jouant sur les mots de ses opposants que le Kamui marquerait son premier point.

~ Comme l’a dit Mudarame-dono, le Clan Kaguya est un clan trop versatile pour être intégré à une discussion d’une telle gravité. Autrefois membre de Kiri, ce Clan a ensuite implosé, trouvant de ses membres dans l’Alliances des Pays Neutres, comme Ninjas errants, voire même au Village Caché des Nuages d’après des informations. Cette absence de cohésion est d’autant plus significative qu’ils n’ont aucun chef de Clan attitré. Et je ne parle pas des troubles auxquels ils ont participé … . Le Shukaï a plusieurs fois tenté de les intégrer ; sans résultats probants pour eux … .

Ce petit rappel envoyait valdinguer ce petit espoir du Raïkage à voir une nouvelle force s’interposer devant une décision aussi importante. De par leur nature belliqueuse et sauvage, les Manipulateurs d’Os auraient tout bonnement refusé qu’un Pays pose son drapeau et ses troupes sur leur sol. Il était hors de question de donner de l’importance à une minorité qui n’avait pas su s’imposer par ses propres moyens par le passé. Il était plus que temps de détruire ces bases, et de donner un élan clair à cette discussion.
L’Empereur retournait une nouvelle fois son attention vers le Daimyo du Pays de l’Eau. Même s’il comptait reprendre quelques arguments de ses adversaires politiques, le Vieux Renard avait la ferme intention de ne pas leur adresser la moindre attention pendant ce débat ! Ces opportunistes n’avaient aucun rôle, aucune importance à avoir sur ce domaine : l’un était présent par erreur et par cupidité, l’autre par son bon vouloir puisqu’il avait été capturé par les forces de l’Empire lors du précédent affrontement ! De plus, il état évident que son premier interlocuteur était le Seigneur Féodal à sa gauche. C’était avec lui principalement que le débat devait avoir lieu.

~ J’ajouterai que je ne perdrais pas de temps sur le débat du « pourquoi maintenant » et du « pourquoi cette île ». Mes sentiments en tant qu’ancien natif et ancien Kirijin sont bien assez connus, et il est évident qu’après la destruction de Kiri par les Furyous, il eut été impossible de reprendre le contrôle de Mizu sans une force militaire capable et organisée. Ce qu’il a fallu bâtir au Shukaï. Vous avez bien raison, je ne vous ai pas « encore » assassiné ! Et si on en écoute les fables et plaisanteries autour de cette table, ca ne saurait tarder. Mais la vérité est là : les Daimyos de l’Alliance des Pays Neutres condamnaient eux-mêmes notre force militaire en nous employant les uns contre les autres. Leur rivalité n’avait pas cessé dans leur alliance, et c’était nos effectifs Ninjas qui en subissaient les plus lourdes conséquences. Les destituer de leur pouvoir ou tenter de les arrêter n’aurait mené qu’à un conflit plus grand encore. Vous n’avez commis à cette heure aucune infamie qui mérite ce même sort. Vous ne serez donc jamais pris pour cible par nos Forces, puisque nous observons ensemble – sur des voies différentes – l’espoir d’une Paix sur le Pays de l’Eau.

Voilà de quoi démonter les arguments ridicules et incohérents d’une Kage du Pays de la Foudre, qui espérait faire passer le membre du Clan Samui pour un meurtrier ; ceux pitoyables d’un Nuke-Nin qui comptait prouver le côté intéressé de l’Empereur dans cette conquête « tardive » ; et d’aténuer les craintes et inquiétudes d’un Seigneur Féodal qui avait évidemment eu vent de ce qui se tramait dans le reste du monde. Kakeshuou Samui n’avait rien à cacher. En vérité, il espérait presque que l’on vienne à l’interroger sur ces faits : car cela lui aurait servi avant tout d’argumentaire, et aurait démontré sa bonne foi et son sérieux dans sa tâche. Notre homme n’était pas ici pour vaincre un ennemi, ou pour imposer une dictature. Il était là pour rétablir l’Ordre et la Sécurité sur une terre dévastée, sans autorité ni force.

Il était temps d’enfoncer le clou et d’aller plus loin dans les éléments mis en avant. Samui Kakeshuou se doutait que ce qui approcherait serait l’étape la plus délicate, mais qui devait être dite. Observant Michiki Shinda et s’assurant que ce dernier l’observait bien, il lui adressa un regard que seuls les deux alliés pourraient éventuellement comprendre. « Ne pas interférer, ne pas s’opposer, ne pas s’inquiéter ». Même si les propos qui suivraient risquaient de blesser, la négociation était dans un moment crucial où il faudrait ravaler sa fierté et être prêt à suivre si on voulait espérer l’emporter sur Kumo et ses alliés. D’ici peu, les arguments de ces derniers ne tarderaient pas à s’effondrer : ils espéraient être là pour empêcher l’Empire de prospérer. Dès que l’entente entre le Daimyo de l’Eau et le Kamui sera attestée, ils n’auront plus leur mot à dire autour de cette table et n’auront d’autre choix que de révéler tout le jeu : partir ou se battre, et dans le mauvais camp.

~ Il est vrai que je ne vous ai pas contacté plus tôt dans cette entreprise qui est la mienne. Et puisque nous jouons sur fond de vérité, je vous révèlerai le fond de ma pensée. Plus de trois années nous séparent depuis la destruction de Kirigakure no Sato. Entre temps, vos fonds financiers et vos forces militaires civiles ne vous ont pas permis de repousser les vagues de sauvagerie et de violence qui ont submergé votre Pays. Vous vous êtes certes défendu bec et ongle contre d’éventuels envahisseurs – le tout accompagné d’un regard vers Kyu Goren – mais vous n’êtes pas parvenus à instaurer l’ordre. A mon sens, vous consulter était inutile pour remplir ma Mission. Qui était d’éliminer chaque groupuscule menaçant l’équilibre de cette nation. Une fois ce nettoyage fait, nous vous aurions contacté pour réaffirmer l’équilibre politique. En fonction de vos capacités. Que je ne jugeais à l’époque pas à la hauteur. Lorsque l’idée d’une négociation a été mise en avant par l’opposition, je vous ai envoyé une missive vous invitant à déterminer le lieu et la date de cette rencontre². Toujours sur cette même sincérité de ma part, je voudrais mettre le hola sur ce que certains croient comme acquis … .

Rapide échange de regards avec le Chef du Fumetsu. C’était l’heure de vérité ; l’heure de voir si cet homme était aussi doué de politique qu’il était bon dans les combats.

~ Il n’est pas ici question de faire revivre le Village Caché de la Brume. Pas au sens où l’entendent les deux mercenaires ici présents, ni dans celui du Raïkage. Kiri sera certes reconstruite sur ses ruines. Des forces Ninjas y seront installées de façon permanente, et le Pays de l’Eau retrouvera une puissance militaire qu’elle a perdue auparavant. Mais il ne s’agit pas de créer une nouvelle Puissance Ninja comme ce qu’elle a été autrefois. Le Village Ninja qui renaîtra ici sera administré par un Responsable, et ses missions émaneront de vous, comme c’était le cas par le passé. Mais l’autorité supérieure qui trônera au dessus de ce Village restera l’Empire. Si vous étiez amené à avoir des doutes et des inquiétudes vis-à-vis du Responsable de Kiri, vous pourriez encore vous adresser à moi pour que je règle l’affaire et évite tout danger à votre encontre. Mes objectifs sont donc en soi très simples : le retour d’une force militaire pour pacifier l’île, et l’entrée de Mizu no Kuni dans l’Empire des Pays Neutres, afin d’y faire régner la Paix et l’Ordre. Sans pour autant aller contre votre autorité et votre légitimité, Seigneur.

Le tout, sur un signe de tête. Assez froid, mais qui restait propre à la personnalité du Kamui. En repoussant les arguments de ses opposants, et en faisant image de sincérité et d’honnêteté, le Dernier des Kirijins espérait bien avoir mis des points de son côté.
Mais c’est certainement sans compter sur la roublardise de ses adversaires … .




² Au cas où, je fais ici allusion à ce Rp qui a été écrit il y a une semaine, et sur accord Skype entre Kage où nous avions dit que nous prévenions chacun de notre côté le Daimyo. ^^
Désolé pour le léger retard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Kadoria Goren
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1499
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyLun 27 Juil 2015 - 16:20

Entonnant. Moi qui semble au préalable penser que la plupart des auteurs auraient des choses à dire, j’en viens à mener à voir que peu de choses s’en suivent. La discussion semble tourner en rond. Du moins pour l’avenir de Mizu no Kuni. Évidement cela n’est pas exact, les auteurs défendaient leur réputation de début entre, Kumo qui se veut montrer une intégrité exemplaire, le Shukai qui se défend pour une fois des attaques qu’on lui lance et étonnamment Michiki semblent avoir passé son tour en ne faisant que monter ses propos sur un l’idée de monter Kiri, mais au final qu’après non nous sur cette discussion, ha si le fait que le Shukai souhaite belle et bien annexer Mizu et non de manière temporaire. Dans cette suite de discussion, j’eus même mon petit regard en mode glamour de l’Empereur en personne. Ce genre de regard qui me passe en mode Kiss cette phrase et pour toi l’ami.

La discussion s’entame donc sur les Kaguya, une discussion que semble pour beaucoup d’entre eux unanime. Ce sont des barbares, bons, j’acquise, ils sont un clan qui est en partit la faute de leur situation, le je ne comprends pas le raisonnement mais passons, ils n’ont aucun rapport dans cette discussion et n’ont pas leur place ici, hein ? Bon j’avoue que de les amener ici un clan parmi plusieurs serais difficile à expliquer et donc leur place dans cette assemblé n’est pas justifier. Cependant dans tous les clans les Kaguya sont l’un des seuls à être resté dans cet archipel et du coup d’être resté fidèle à Mizu. Sans compter la discussion que j’ai eu avec eux qui est bien différente de ce que leur propos dit ou même ce que laisse imaginer ses personnes :

Le clan Kaguya comme Kiri fut pris par l’avalanche de Furyou, et dans le pays le seul clan en grand nombre si j’ose dire cela est le ce fameux clan manipulant les os. Pendant les évènements sombres on met toujours une haine facile sur la différence et par le fait ce clan fut tiraillé par le plus grand nombre. Ils furent séparés et discriminés, certes cela ne pardonne pas tout, mais sans travail et sans autre possibilité ils n’ont pas eu d’autre choix que de prendre le rôle qu’on leur a mis sur le dos. Cependant ce qui ne fut pas souligné c’est la suite. Le clan Kaguya est resté dans leur pays et avec une aide ils se sont regroupés. J’ai aidé ses derniers à le faire grâce à une réunion les assemblant. Cela fait maintenant deux ans que le clan Kaguya se met en œuvre pour rééquilibrer le Pays, ils se sont même porté garant que si on leur permet de se charger de la surveillance de l’ordre dans le pays ils aideront et cela fait deux ans maintenant (Fin du Rp 21 décembre rectifier-moi si je me trompe dans la dure Inrp 1mois Hrp pour 3 inrp^^). Deux ans qu’ils tentent d’aider leur pays. Même si c’est la parole d’une minorité et qu’ils n’ont pas vraiment leur place dans notre discussion cela ne fait pas de leur idée une chose à jeter et ses hommes m’ont donnée en partit leur confiance en échange de leur soutien. Je vais donc vous dire ce qu’ils souhaitent, car si j’ai une mauvaise réputation personne ici ne peut me traiter de menteur. Le clan Kaguya veut redorer son blason et avoir une participation active pour son Pays, c’est en tout cas grossièrement ce qu’ils souhaitent.

Je regarde ce vieux renard qui d’un petit jeu de mots évite tout sujet délicat pour passer directement dans ceux lui permettant d’arranger ses faveurs. Cela est de bonne guerre après tout ce genre d’évènement ne peut n’être que produite ainsi. Le jour où vous verrez un politicien dire « j’ai tort, ce que j’ai fait est à changer » c’est qu’il y a anguille sous roche car cela n’arrivera jamais sauf s’il a un intérêt la dedans. Kakeshuou est un excellent politicien et son rôle dans les hautes directives est loin d’être une place qui ne lui convient pas. Cependant, malgré ses efforts, plusieurs choses semblent tomber le voile. Rien que ses meurtres montrent lui-même que ses propres lois sont pour lui qu’une dérogative qu’il peut lui-même outrepasser. Tuer ses hommes et non les arrêter pour leur crime. Voilà ce qu’il démontre que même ses propres règles ne sont bonnes que si elle l’arrange. Pas la peine d’entrer dans le vif du sujet. Après tout je ne dois pas être le seul à avoir compris ça. Puis bon, ce genre de chose est aussi une chose dont je pourrais faire pour arriver a mes fin, sauf que je ne le cache pas derrière une dite envie de règne par la paix. Des Daïmio qui sont venus de leur grès remplir leur force militaire pour une idée de paix et qui maintenant se voit assassiné pour une dite cause de rivalité ? Cela semble plutôt très gros, car si ils ne pouvaient pas mettre de côté cette ambition de puissance et de rivalité pourquoi entrer dans une telle alliance ? Rude logique. La suite fut intéressante, car maintenant qu’il discrimine le clan Kaguya de leur emprunte c’est moi, qu’il discrimine sans même savoir l’impact que j’ai eu, sans connaitre mes actions au sein de ce pays. Je vois maintenant le bien fait de ses années de soutien. Mizu ne peut me dire être une gêne dans leur pays qu'ils ne peuvent ignorer les aider que j’ai apporté au civil. J’ai aidé dans de rudes missions et sans l’intervention des grands pays peut être lentement mais surement, nous aurions instauré d’autre fondement. Qu’importe cela, ses petits papiers devraient être aussi en possession du Daimyo.

Il finit sur Kiri. Son idée fut celle que le Nunkenin à côté de moi m’a expliquée. Je suis évidemment contre ce genre de chose, un pays et une force plus grands qu’un simple pays normal aux mains d’un organisme. Kiri vaut bien mieux, puis dire de manière discrète si vous refusez mes idées vous savez ce qui vous attend. Je suis évidemment contre ce genre de chose, un pays et une force plus grands qu’un simple pays normal aux mains d’un organisme. Je regarde dans cette direction comme n’importe qui feraient et vois un de mes hommes. Pourquoi je ne le sais pas moi-même l’homme salue les personnes dans la sale et dit :

Je suis désolé de vous interrompre, mais j’ai une information de la plus haute importance à transmettre à Kyu Goren.

Je le regarde tout en disant :

Et ça ne peut pas attendre ?

Vous comprendrez en y prenant connaissance.

Je me lève puis avance vers lui puis se dernier se met à me chuchoter à l’oreille.

(Chuchotement)Le corps que vous nous avez ressue n’est pas celui d’un furyou, cependant son sang est belle et bien du sang de furyou.

Interrogé, je regarde l’homme puis dit d’une voix normale :

T’en est sûr ?

Il n’y a aucun doute possible. Nous avons pris tout le temps qu’il faut pour en être certain.

Je mis quelque secondes pour réfléchir. Savoir si cela peut être trafiqué, mais personne, non-personne sauf Zennosuke, Katano et Demon n’est au courant. Katano est mort et je ne vois pas les raisons que peux prendre Demon à faire une telle supercherie et les autres inquisiteurs de ses lieux ne savent rien. Non c’est lui. Belle et bien lui qui a tout manigancé. Il ne peut en être autrement et même si se n’est pas le cas il en a la responsabilité. Je le regarde faisant signe à mon homme de partir. Je regarde le Raikage avec haine il a trahi la confiance que j’ai eu à son encontre et tout cela pour un corps dont il a eux largement le temps de faire ce qu’il souhaite dix fois et donc dont il n’a plus d’utilité. Pour lui ou pour son pays cette demande n’a rien de pénalisant et même sans cela il a accepté cette proposition :

Traitre. Tu m’as menti.

De là mes pulsions de meurtre me donnent rappel cette idée de liquider toutes personne ici. Je regarde l’autre nunkenin de cette assemblée et je dis que cette idée de tuer tout le monde aurais pue être une très bonne chose. S’il pouvait au moins lire dans mes pensées et accepter cette proposition nous pourrions être les rois et avoir tout ce que l’on veut.


Ps: C’est lui Juliette.

Oui, nous, on ferait ce que l’on veut. Bon qu’importe je dois rester calme et ne pas pourrir tous mes efforts. Cependant comment faire confiance sur une suite des évènements.Oui, nous, on ferait ce que l’on veut. Avant, j’avais des échanges qui est plus de mon sens que du sien mais il respecte ses conditions. Mais l’enjeu est trop important pour vois Kiri s’effondrer. Je ne faisais pas confiance au Shukai. Cependant avec la discussion que j’ai eue avec Mishiki je fis un choix. Kumo est plus de confiance pour moi et le shukai, ses deux chefs en soit m’ont prouvés par leur nouveau fait l’idée que je me fait de l’humain. C’est dernier sont dirigé par leur propre profit mais le cache par des pseudos règle. Des lois qui ne sont pas naturelles, et cela, même pour l’homme, mais qui leur donne une raison de tuer sans pour autant avoir d’état d’âme. Réfléchissant de nouveau, je me mets à ressasser les derniers mots de Raikage, si l’on y prête attention en fait cet homme n’a pas vraiment dit ce qu’il compte faire par la suite de Mizu, s’il compte le soutenir ou même l’annexer ou n’importe qu’elle choix il aurait pris. Eviter que Kiri se refasse ou non rien sauf une chose la sécurité du Daymio. En fait ce vieux vieillard avais déjà évité plusieurs choses dans nos anciennes discutions que je n’y laisse une importance. Plus j’y pense plus j’ai l’impression qu’il avait l’intention de retourner sa veste quand l’on n’aurait plus pu éviter l’annexion de Kumo. J’étais peut-être dans le tort. Peut-être que le Seki ici présent n’a aucun intention neffaste et compte bien tenir ses promesse. Mais le doute fut semé et se fut trop tard :

Mes troupes et mes allier ne soutiendrons plus Kumo. Je vais même aller plus loin. Je vais poser ma confiance dans la parole de Michiki. Je ne fais toujours pas confiance en l’Empereur et ses idées. Ma raison est simple. Zennosuke m’anéantit sur un sujet différent de Mizu No Kuni cela ne la concerne pas. Cependant le sujet est suffisamment important pour que je ne la mette pas aux mains d’un homme sans honneur.

De là il a une promesse à tenir, il ne compte pas l’honorer. Je regarde Kakeshuou puis dit :

Je me suis fait tromper par une mauvaise langue. Cependant dire que nous sommes maintenant dans la même longueur d’onde serais faut, mais je compte faire confiance à Michiki. Je suis pour la reformation de Kiri. Quoi que toussez ici vous pensez. Kakeshuou si à la fin des conflits vous promettez de négocier au même titre que vos soldats ceux de mes hommes et aussi ce qu’il a possède et qui est à moi, je ne ferais pas que retirer mes troupes. Je les métrais à votre service pour cette conquête.

Malgré tout il a encore de la chance que je n’en dévoile pas plus ici et maintenant. Maintenant c’est à lui de voir ce qu’il souhaite de faire pour la suite des évènements. Kakeshuou a maintenant le choix. De prendre une force militaire qui est à son adversaire pour l’amener de son côté en acceptent cette simple requête qui dans un sens lui coûte rien. Ainsi ne laissant aucune chance à Kumo d’avoir une quelconque intendante dans l’avenir :

Ne cachons pas qu’avec ce genre de détournement de situation Kumo ne peut plus vraiment assurer votre prospérité. Kakeshuou en acceptant vous éviterez un conflit long et pouvant provoquer de lourdes pertes.

S’il accepter les camps se bataille avec inégalité, et il semble évidant qu’avec un tel écart de force militaire ils n’auront plus aucune possibilité d’agir sans perdre inutilement des hommes à eux. Kumo n’a plus aucune chance et une parti de ca cause fut celle d’une promesse non tenus.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyMer 29 Juil 2015 - 1:15

Un sacré ramassis d’âneries avait été prononcé à cette table. La majeure partie étant sortie de la bouche du Raïkage. Michiki avait beau être un sanguin dans l’âme, il avait laissé cette partie de sa personnalité à la porte du temple. Elle l’y attendait bien sagement, tuant à tour de bras de petits animaux innocents. Pour l’heure il se contentait d’afficher un visage parfaitement neutre, habillage indispensable pour mener des affaires en politique. Le Samui avait coutume de ce genre de choses mais le Shinda ne pouvait en prétendre autant. Il mesurait donc bien chaque parole qu’il entendait et chaque mot qu’il proférait. Si son instinct basique était avec lui, il lui aurait dicté de rire au nez du Godaime une fois sa tête tranchée.

Mais pour l’heure il ne pouvait qu’écouter ses élucubrations. Il se rendait bien compte de sa position si délicate en proposant un terrain d’entente entre les partis. Il était bien curieux de connaître les prétentions de Kumo. Quels droits pouvaient ils proclamer ou quémander ici ? Eux qui n’avaient jamais souhaité autre chose que la disparition de cette île. Il se mit également à parler du clan Kaguya. Le pauvre déraillait complètement. Difficile de dire ce qu’il tentait par cette grossière question mais peu importe. Ils ne furent que peu à relever la chose. Notamment l’arbitre de la rencontre.

Il éluda immédiatement l’éventuelle présence du clan manipulateur d’os pour la simple et bonne raison qu’il les considérait comme les auteurs du chaos régnant sur Mizu. Voilà donc une chose qui était réglée. Si le Raïkage avait espéré retarder les négociations ou y apporter un tumulte, c’était peine perdue. Des moyens désespérés dans une rencontre où il n’avait de toute évidence ni légitimité ni raison valable. Mise à part celle de freiner le développement du Shûkai et de l’Empire. Il aurait peut-être mieux fait de se concentrer sur son village pour le moment. Et après tout cela, il devrait surtout surveiller l’entraînement de ses hommes !

Le Daimyô prit la parole après tous ces premiers discours. Il fit remarquer au Godaime que sa remarque sur les assassinats n’était pas nécessaire et il questionna un peu plus l’Empereur à ce sujet. S’il en avait également fait ainsi avec plusieurs de ses confrères, il était légitime de se demander pourquoi lui-même n’était pas déjà enfermé dans un parchemin du Fossoyeur. Il en vint donc à interroger un peu plus l’Empereur sur ses réelles motivations. Mais le vieil homme ne manqua pas par la suite d’aussi se tourner vers les autres intervenants. Et surtout de finalement recentrer un peu le débat sur les deux Nukenins. Il était vrai que jusque-là, chacun s’était contenté de défendre son camp. Du moins, Goren l’avait fait corps et âme tandis que le Shinda avait laissé le temps aux arguments de couler avant de s’exprimer. Maintenant que tous avaient commencé à présenter leurs cartes, il n’allait pas tarder à abattre les siennes. Il attendait encore un peu. Et il ne risquait pas d’être déçu.

Au centre des accusations, Kakeshuou finit par répondre de ses actes. Il ne tergiversait pas, allant à l’essentiel et sans même accorder la moindre importance aux autres personnes présentes. Une seule retenait son attention et était le fruit de son discours : le Daimyô. Quoi de plus logique après tout. Il semblait seulement s’adresser à lui, même quand les propos avancés ne l’avaient été par sa personne. Il agissait en tant que diplomate aguerri. Un art bien obscur et traître dans ce monde. Puis le Kamui fixa son allié dans les yeux. Qu’allait-il faire ? Ce rapide regard en disait long. Il avait une idée derrière la tête. Michiki regrettait de moins en moins de ne pas avoir avancé ses pions pour l’instant, préférant écouter plutôt que de parler. Et il ne fut pas déçu de l’attente ! L’Empereur lui-même décrétait alors qu’il n’était pas question de la reconstruction de Kiri. Le vil serpent avait une idée en tête. Et elle apparut clairement au nécromancien.

Entre temps, Goren s’était également exprimé sur le sujet Kaguya. Il avait établi le contact auprès d’eux. Intéressant également. Il n’avait pas chômé. Ses projets étaient murement réfléchis comme ceux du Shinda. Ce dernier comprenait mieux leur entente. Ils s’étaient chargés de plusieurs fronts pour s’assurer la réussite de leur projet. Il devrait lui en toucher deux mots par la suite, car un tel contact pouvait être amplement profitable. Mais alors que la discussion battait son plein, elle fut momentanément interrompu par l’arrivée d’un homme qui se présenta comme porteur d’un message pour le Kyu. Les deux alliés s’isolèrent un instant et se chuchotèrent quelque chose. Au retour du colosse à la table des négociations, Michiki le suivit du regard, tâchant de découvrir comme par magie la nature de cet échange rapide. Une chose en lui semblait avoir changé. Il n’allait pas tarder à l’exprimer au grand jour.

Quel revirement de situation ! Le Fossoyeur gardait le même faciès malgré la surprise intérieure le submergeant. Un tel changement de cap était surprenant. Il accorda un rapide regard à l’entrée là où son homme de main l’avait fait demandé. Qu’est-ce qu’il avait bien pu lui apprendre pour qu’il change ainsi d’avis ? En tout cas, très certainement une traîtrise de la part des Nuages. C’était la seule chose qui avait pu le faire drastiquement changer d’opinion. Ils en avaient déjà parlé tous les deux. Il n’y avait plus de doute en réalité. Kumo avait tenté de le rouler dans la farine. Difficile cependant de dire comment.

Toujours est-il que maintenant, Goren s’en remettait à Michiki et se rangeait de son côté. Ce qui transformait le duo Nukenin en un parti à part entière. Le Kyu précisa cependant son aversion envers le Samui et le fait qu’il accordait sa confiance au Shinda seulement. Plus le temps passait, plus les mots fusaient et plus Michiki se réjouissait. Un sourire de dément se camouflait sous son air sérieux et pensif. Il était plus que temps de répondre à tout cela. Bon nombre de choses à dire. Et une réflexion de taille derrière. Il commença par reprendre un point soulevé par le Raïkage qui l’avait fait doucement rire. Mais pour cela, il accorda son regard au Daimyô de l’Eau :

- Je reviens sur ce qu’a pu dire l’Empereur à propos des Daimyôs assassinés. Pour être parfaitement franc avec vous, j’ai participé à une de ses missions. Ma cible était le Daimyô du pays des Oiseaux. Et la vitesse de notre rencontre m’a suffi à comprendre quel fléau il était. Il ne nous a pas fallu longtemps pour nous rendre compte qu’il était un simple être avide de son propre enrichissement et de sa petite personne. Lorsque nos intentions belliqueuses ont finalement éclatés, son plus fidèle garde du corps, porte-parole du clan Kosobayui, s’est retourné contre lui. Il l’accusa même d’avoir trahi son peuple et le clan originaire de ce pays. Pour ma part, si je me retrouvais face à ce choix encore une fois aujourd’hui, je réitèrerais sans aucune hésitation. Ce qui explique votre présence ici est le simple fait que vous agissez aujourd’hui pour ramener la paix sur vos terres. Et là les surnoms de « tyran » ou de « dictateur » seraient justifiés pour qualifier le Kamui s’il avait osé lever la main sur vous. Mais il n’en est rien puisque vous êtes ici avec nous pour en parler.

Ce n’était qu’un bref détail après tout. Il ne semblait pas possible que de nouveaux éléments viennent interférer sur ce sujet. Ou bien le représentant de la Foudre allait-il encore gratifier l’assemblée d’une remarque intelligente comme : pourquoi les Kosobayui ne sont pas là pour décider du sort de Mizu ? Qui sait après tout ce qu’il pouvait planifier comme réponse ! Mais ce chapitre étant certainement clos, il pouvait passer à la suite. Il n’allait pas reprendre chaque argument présenté. Il allait maintenant présenter les siens. Face à ce qui venait de se dire et de se passer, il avait maintenant une idée bien précise. Il s’y tiendrait pour la suite des évènements. Au-delà même de ce temple. Il accorda donc à son tour un regard au Samui à ses côtés. Une fois que les yeux se furent croisés, ce qui ne mit pas moins d’une demi-seconde, il put enfin commencer. Et ce fut d’abord par un mouvement. Lent, pour ne pas affoler les gardes de chacun, mais calme car il savait qu’il ne risquait rien étant donné l’innocence se dégageant de ce geste. Une fois debout, il se permit d’aller vers un mur où était gravée à même la roche une fresque de bas-reliefs représentant le Bijuu Sanbi. Ses lunettes balayèrent la scénette représentée avant de finalement en revenir à l’assistance qui devait se questionner sur sa promenade de quelques secondes. Il émit un léger soupir à peine perceptible avant de se lancer :

- Quel meilleur endroit pouviez-vous choisir pour cette rencontre ? Un lieu érigé en l’honneur de la toute-puissance du démon à trois queues. Jamais la symbolique de ce temple n’avait eu autant d’importance qu’aujourd’hui. Nous pourrions résumer chacune de ses excroissances aux partis en présence ici ainsi que les choix s’offrant à vous Daimyô.

Dos à la fresque, sa main gauche se leva pour désigner la queue gravée au-dessus de sa dextre. Il accompagna la chose de quelques mots :

- Kumo et son Raïkage présentant un acte de pacification. Mais surtout un frein à la croissance territoriale du Shûkai. Des justifications et arguments qu’il faut reconnaître corrects, avec un peu d’objectivité. Même si ce n’est le parti que je défends, ils ont semble-t-il des raisons. Mais leur sincérité peut être aisément remise en cause par le fait que Mizu no kuni n’est qu’une terre pour laquelle ils n’ont jamais eu l’intérêt. Une telle action dissimulant sûrement l’éternelle rancœur entre la Brume et les Nuages. Serait-il donc sage de leur confier ce territoire ? Là est la question.

Puis son autre main désigna le deuxième appendice de la bête dessinée sur le mur :

- Le Shûkai et son Empereur. Un système politique innovant et très fortement remarqué. Une puissance militaire déployée en masse sur vos terres pour ramener l’ordre et faire face à de potentiels adversaires, représentés en la personne de Kumogakure. Un homme à la tête d’un empire naissant qui n’a pas hésité à de multiples reprises à agir à Mizu no kuni. Il lui est préjudiciable de l’avoir fait sans votre accord et les rumeurs au sujet de sa tyrannie ne manquent pas. Mais son attachement à la terre de Kiri prouve une certaine sincérité et de véritables bonnes intentions. Et dans ce cas : accepteriez-vous au Shûkai et à ses anciens Kirijins de reprendre possession de leurs terres afin de vous épauler dans sa pacification ?

Une fois qu’il eut fini, il croisa ses deux mains dans le dos. Il se poussa légèrement avant de finalement en relever une pour alors désigner la toute dernière queue du démon. Là serait toute la subtilité de cette petite mise en scène. A la différence qu’il ne resta pas planté là à la montrer. Il regagna sa place et entama son discours dès lors

- Mon collègue Nukenin nous a précédemment dit avoir approché le clan Kaguya pour discuter avec eux de l’avenir de leur clan. Tout cela dans le but de pérenniser Mizu no kuni. Et je me suis moi-même installé sur le territoire il y a peu. En compagnie de quelques amis, nous avons tenté d’épargner les riverains des malfaisances de vulgaires pirates et autres brigands. Des actions qui ne sont jamais parvenus à vos oreilles. La preuve étant donc de la discrétion de nos actes, que ce soit ceux de Goren ou des miens. Nous nous sommes assuré que nos agissements ne mettent pas en péril votre autorité et vos décisions, aussi difficiles sont-elles à prendre. Tout en continuant notre volonté de vouloir ramener l’ordre dans le pays. Et j’ose prétendre qu’avant aujourd’hui, notre identité ou même nos projets envers cette nation vous étiez parfaitement inconnus. Je me trompe ?

Revenu depuis à sa place, il avait maintenant les bras de nouveau croisé sur son thorax. Etant donné qu’il s’adressait de nouveau essentiellement au seigneur de ce pays, il ne le quittait que très rarement des yeux pour parfois promener son regard sur les concernés dont il parlait. Il laissa un bref temps entre ces derniers mots et ceux-ci :

- Ce que j’essaye de vous faire comprendre seigneur, c’est que nous n’avons cessé, malgré nos moyens limités en tant que Nukenins, d’agir pour le bien de cette nation. Un même but nous unit et nous ne l’avons pas caché jusque-là. La reconstruction de la Brume serait l’avènement de nos agissements. J’ai été soldat de cette Brume et je ne regretterais jamais assez cette absence qui m’a empêché d’être auprès des miens lorsque la catastrophe est survenue. Mais sans cela, je ne serais pas ici à œuvrer pour la faire revivre et la rebâtir.

Même si toutes ces belles paroles en disaient déjà long sur ses attentes, il ne manqua pas de les exprimer clairement. Il n’était pas de ses politiciens véreux qui jouent sur les mots. il fallait que tout soit dit, sans faux-fuyant :

- Vous nous avez demandé nos ambitions ? Goren se joignant à moi, je me permets de parler en notre nom. Ce que nous voulons, c’est le retour de Kiri. Et pour cela, je demande à en être le futur Mizukage. Mais je ne tiens pas à le faire sans votre accord. Car là où les autres pays sont tiraillés par une double autorité, à savoir celle d’un Kage et celle d’un Daimyô, ce serait l’opportunité de présenter à la face du monde que malgré son deuil trop long, Mizu no kuni est plus forte que jamais. Aucune opposition de pouvoirs, une coopération pour un meilleur avenir de cette terre qui nous est chère. Si vous m’accordiez ceci, je vous aiderais en retour à recouvrir un palais à la hauteur de votre fonction. J’attendrais de cet échange une aide mutuelle. Avec l’appui de Goren ici présent et vous-même, j’ai confiance en la possibilité de voir Kiri renaître. Nous n’avons pas une véritable armée à offrir et la tâche sera ardue, il est vrai. Mais en tant que shinobis errants, la meilleure chose que nous pouvons vous offrir est notre indépendance. Aucune nation n’essayant de s’en approprier une autre. Juste l’espoir de recouvrir un jour une nation qui nous a été vitale dans notre vie de shinobi.

Il en venait au bout de sa réflexion. Il ne pouvait se montrer plus clair. Il avait monopolisé la parole pendant un temps mais cela s’avérait nécessaire. Il ne lui restait plus qu’à attendre un avis de la part de celui à qui il avait porté sa demande. Sachant que les deux autres « queues du démon » risquaient d’avoir leur mot à dire dans cette histoire après un nouveau revirement de situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyMer 29 Juil 2015 - 14:52

Clap clap clap clap. Quatre petits applaudissements renvoyés en écho autour de cet espace de discussion. Ils nous ont joué là une magnifique prestation, il faut l'avouer. De fins acteurs ! Quatre petits applaudissements ponctués d’un regard tour à tour sur Goren, sur l’Empereur, sur ce binoclard et à nouveau sur Goren. Un long regard appuyé, sans aucune animosité sinon une lueur de ferme détermination. Notre alliance est rompue en ce jour. Il l’aura voulu. Je sens en moi un gouffre de rage dont je perçois le fond, me laisser tomber dedans et un accès de colère funeste s’emparera de mon être. Moi qui suis au bord de ce gouffre, après cette pathétique comédie magnifiquement interprété par celui qui fut mon allié, je parviens à me maîtriser. D'où ai-je pris les ressources nécessaires pour garder le contrôle ? Probablement de l'adversité grandissante autour de cette table. Je me suis promis de rester serein jusqu’au bout pour les besoins de cette négociation, je devrais le rester même s’il m’apparaît évident que je suis certainement seul face aux membres de ce groupe.

Le Daimyo a posé une question tantôt qui m’interpelle, une question qui me mène à une piste similaire à celles entrevues lorsque Goren a parlé, au début de nos échanges, de reconstruction imminente de Kiri ou encore lorsqu’il m’a demandé de dire devant tout le monde pourquoi j’étais intervenu dans ce conflit. Des prémisses de la trahison ? J'espère que non. Mais le Shukai semblait disposer d'un petit temps d'avance à présent. Les jeux sont serrés. Très serrés surtout après tout ce qui a été dit. Seulement, en regardant à nouveau chacun de mes interlocuteurs, je constate :

*Goren a abattu ses cartes. Le binoclard également. Il ne reste plus que l’Empereur… Mais, dispose t’il réellement d’un jeu digne de ce nom ? Ou est-ce sur la longue durée qu’il peut prétendre obtenir les faveurs du Daimyo ?*

Des questions et constats qui méritent d’être rappelés. Car dès lors que les deux nukenins ont abattu les cartes, m’excluant quasiment du jeu, je suis également obligé d’abattre les miennes après avoir avancé tantôt le Roi : la question des Kaguyas que tous ici ont voulu éluder. Quand bien même je jouerai sur un terrain dangereux, ne disposant encore d’aucun contact avec ce peuple, dans ma stratégie globale, avancer cet argument était plus que nécessaire. Un revirement de situation n’était pas à exclure, car si tous ici ont abattu de lourdes cartes, beaucoup ont tiré sans savoir quelles étaient mes réelles intentions. Pas même Goren… Il connaissait une partie de l’histoire, la plus importante certes, mais il se trompait lourdement sur un point, ce même point qui, je le comprends désormais, l’a poussé à hâtivement me renier... pour des détails. Pour une histoire de corps sur lequel in n’a absolument aucun droit en vérité. Triste réalité. C’est à lui que je m’adresserai en premier :

« Tu es bien la première personne qui ose m’affabuler du titre de traître. Venant d’un déserteur je ne peux être cependant que moyennement touché. Apprends que je ne me laisserai pas berner par ces grands mots que tu emploies et par tes subterfuges. Ta position envers moi, depuis le début de cette réunion, n’est pas celle d’un allié. Je n’attendais que le dénouement, mais il me parait évident que la situation et la position d’un homme, capturé par ses adversaires à la suite d'un combat, à qui l’on permet de venir libre à cette table de négociation, ne peut être que le résultat d’une entente préalable ou au mieux de quelconques pressions exercées sur sa personne. Mais tu es un homme libre Goren et tu sais que si tu étais contraint, en ma présence partir libre ne serait pas un problème. Voilà pourquoi je crois que ton cœur depuis peu a changé d’obédience. Tu roules avec eux, bien avant le début de cette réunion. Ton revirement a pour but de faire croire au Daimyo que tu renforces grandement le Shukai. Soit. Je ne vois toujours que deux nations autour de cette table et deux groupes mercenaires en appui à l'un d'eux. La portée de ton acte est relative et tu comprendras qu’il n’était pas nécessaire que tu me trahisse. »

J’ai dit ce que j’avais à dire, sans propos ordurier. Je le respecte encore, même si je n’ai plus confiance en lui. Il importait cependant que le Daimyo ouvre les yeux sur la partie de poker menteur se déroulant sous ses yeux. Tout était là, limpide comme l’eau de roche malgré les airs et les propos soi-disant étonnés de part et d’autre. À présent le tour du binoclard. Juste une rapide précision à apporter :

« Depuis le début de cette réunion vous vous évertuez à porter des propos diffament sur les intentions de Kumo. Si vous vouez une haine éternelle envers Kaminari pour deux ou trois malheureuses guerres, apprenez qu’il en est autrement pour ma position envers Mizu. Restons-en sur les faits, défendez vos motifs et ayez l’amabilité de me laisser exposer les miens. »

C'est dit. Intéressons nous à la suite. La stratégie de l’Empereur pour le moment consiste à mettre le paquet sur le Daimyo. Le charger avec des propos emplis d’intentions fort louables et autres belles visions chimériques. Qu’il ne considère pas les autres personnes autour de cette discussion, notamment la partie opposée, actuellement représentée par mon unique personne est une chose que je ne peux que constater. À un dialogue entre adultes aptes au dépassement, je devrais me contenter, au mieux d’échanger avec ceux qui ne resteraient pas dans leur coin à bouder ou à faire je ne sais quelles enfantillages ou autre fixation ridicule.

« Mudarame Dono, je m’excuse de devoir insister, mais il m’apparaît que la question des Kaguyas ne devrait pas être éludée aussi simplement. Le fait est qu’ils sont certes versatiles, peu contrôlables, voire non structurés, mais ils sont les seuls ex kirijins restés totalement fidèles à Mizu après la chute de la Brume. Les seuls à avoir subi véritablement les affres de la vie sur cet archipel après la destruction de Kiri. Je n’évoquerai pas leurs relations difficiles avec les Samui. Croyez-vous qu’ils verraient d’un bon œil le contrôle de l’archipel par un Samui exilé, auto proclamé Empereur à l'autre bout du monde ? Croyez-vous que ces bagarreurs accepteront de se soumettre ? »

Une courte pause. Si d’aucun estiment que parler des Kaguyas est idiot, grand bien leur fasse. Je suis, en ce qui me concerne, presque consterné de devoir faire une leçon de géopolitique à Messire le Daimyo. Serait-il aveugle au point de ne pas comprendre qu’associer les Kaguyas à tout ce qui se fera à Mizu est une voie de sortie de crise crédible ? Le contraire serait vouer l’archipel à de terribles remous. Chose regrettable. A croire que les nuages, intervenants à l’origine étrangers à Mizu, sont les seuls véritables mécènes de cette archipel. Vraiment pathétique.

« Vous avez demandé quelles étaient mes intentions, et celles de la Foudre. Eh bien, un peu de patience et je vous les livre. Kumo et Kiri ont été de réelles cités rivales. » Je me tourne vers le binoclard et j’ajoute « Ou de réels ennemis si vous préférez. Cependant, j’estime que le terme rival est plus approprié car voyez-vous ce qui nous a toujours opposé, au fond, au-delà de question politiques, c’est que nos deux peuples, dans leurs mentalités ont de grandes ressemblances tout en ayant de profondes dissemblances. Les habitants de Mizu et de Kaminari, spécialement ceux de Kumo et de Kiri, sont pour ainsi dire des genres fiers, particulièrement épris d’indépendance et de liberté. Voilà nos ressemblances. Peu après la chute de Kiri, j’ai eu écho de la décision incompréhensible du Daimyo de l’époque de ne pas reconstruire la cité. Mais j’ai eu vent de cette chose encore plus absurde du départ massif d’une bonne partie des kirijins vers d’autres cieux. Le rival que j’ai été, partagé, je vous l'avoue en toute honnêteté, entre le soulagement de la destruction du rival et dégoûté par son anéantissement, vint sur ces terres afin… de comprendre ce qui avait bien pu se passer. » Une pause et je m’adresse au binoclard. « J’imagine que vous aurez du mal à comprendre ce que c’est que la rivalité dans la mesure où vous ne semblez voir les choses uniquement sous deux angles : noir/blanc, amis/ennemis. Les choses sont toutes autres, pour peu que vous acceptiez de vous élever à d'aussi basses considérations. Les rivaux se respectent entre eux au fond. Et Kumo respecte Kiri. Cela s'est vérifié dans les actes de la Foudre. »

Cette assistance comprendrais t’elle seulement les infinités de possibilités qu’offraient mon discours ? Comprendraient-elle sa profondeur ? En théorie, les leaders tels que tous ceux qui sont autour de cette table doivent être aptes au dépassement. Je sais Goren capable de le faire, même s’il me semble qu’il s’est fourvoyé dans mes intentions pour ses intérêts personnels. Pourrais-je le lui reprocher ? Mais les autres ? C’est la deuxième fois au cours de cette réunion que j’appelle les uns et les autres à s’élever au dessus des intérêts personnels.

« Non. Kumo ne souhaite pas l’anéantissement de Kiri et évidemment pas de Mizu no Kuni. Deux peuples peuvent constamment s'opposer et pourtant se respecter. Kumo respecte Mizu et c’est pour cette raison que jamais depuis la chute de la Brume nous n’avons initié la moindre action sur l’île. Tout acte de notre part, se voulant en faveur ou en défaveur des habitants de l’archipel aurait été perçu comme un acte de violation par des habitants de ce pays. Voilà pourquoi jamais nous n’avons agit ici et voilà pourquoi jusqu’à ce moment où je vous parle, nous n’avons l’intention de nous approprier l’archipel. Si tel était notre souhait, nous aurions pu le faire depuis belle lurette. Nous aurions pu frapper lorsque Mizu était faible. Notre combat est tout autre. Notre combat est un combat pour la dignité, pour la liberté pour la fierté que doivent retrouver nos rivaux d’antan. Vous serez étonnés, mais Kumo plaide pour la renaissance de Kiri, mais la Kiri d’antan libre, indépendante et fière. Un village militaire qui ne serait pas sous la coupole de l’Empire et encore moins sous la bannière de Kaminari. »

C'est dit. Je me tourne vers le Daimyo. C'est de lui que dépendra la suite. Une lourde décision est à prendre.

« Examinez les faits et jugez. L’action de Kumo jusqu’ici a eu pour but de permettre à Mizu d’être libre. Vous êtes certes en proie à l’insécurité, mais vous êtes libres. Qui autour de cette table oserait prétendre pouvoir apporter la paix et la sécurité totale ? Soyons lucides. Voici ce que Kumo propose : la renaissance de Kiri avec pour seule condition qu’elle ne soit pas dirigée par un membre des entités autour de cette table de négociation car ce serait indirectement rattacher la Brume à l’un ou à l’autre des Grands pays directement ou indirectement alors qu'une autre voie est possible »

Je me tourne à présent vers l’Empereur. Il est inutile de persister. Élevons nous au delà de nos différences :

« Si l’Empereur est véridique dans sa volonté d’apporter la paix à cet archipel, qu’il renonce à sa volonté d’annexion et qu’il apporte, de concours avec Kumo, une aide à la pacification de ces contrées. Car c'est là le plus important. Une fois ceci fait Kumo et le Shukai se retireront de ces terres pour laisser Kiri porter la responsabilité de la protection de Mizu, comme par le passé. Il me semble que c’est une sortie de crise honorable, bien plus que la perspective d’une guerre qu’apporterait le maintien de positions figées de part et d'autre. »

Je regarde chaque protagoniste. Je suis prêt à tout. Prêt à recevoir un quelconque assaut de la part d'un des membres de cette réunion au sommet.

Je perdrai possiblement en laissant renaître Kiri, l’Empereur perdrait possibilement en ne prenant pas le contrôle de Mizu dès maintenant, le binoclard et Goren perdraient possiblement en ne dirigeant pas la nouvelle Kiri, mais chacun aurait rempli ses objectifs principaux affichés. Il nous faut donc négocier et trouver un terrain d'entente tel que je l'avais préconisé. Là est l’art de la négociation : savoir trouver un consensus. Il ne reste plus qu’au Daimyo à prendre de la hauteur et à trancher dans l’intérêt de Mizu. Choisirait-il le risque de troubles sur cet espace en prenant fait et cause pour un camp uniquement ou en renvoyant les deux camps dos à dos ? Ou choisirait-il la voix d'une possible paix en acceptant cette proposition à mi-chemin entre les aspirations de chacun ? Il me semble que chacun y trouve un minimum sont compte en tous cas : d'aucuns la renaissance de Kiri, d'autre la pacification de Mizu et pour ma part...

Les Kaguyas sont la clé. À moins que l’on ne veuille pas le reconnaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kakeshuou
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyLun 3 Aoû 2015 - 9:45



~ Tout cela est ridicule …

La réponse, aussi rapide que brutale, de la part de Kakeshuou avait presque coupé les derniers mots du Raïkage. Toujours rigide, sévère et sombre, l’Empereur était resté jusqu’à présent relativement impassible quant à ses sentiments et ses émotions. Ses mots les avaient certes révélés, mais il avait su garder son calme. Il demeurait pourtant un seuil que l’on ne pouvait atteindre. En concentrant toute son attention vers le Daimyo – et en donnant de bonne grâce son dédain à ceux qui n’en étaient pas accomodés, le Kamui avait clairement fait comprendre qu’il ne considérait pas les éléments extérieurs dans la course.

Bien que tête baissée, le menton se relevait peu à peu, un regard toujours aussi glacial se posait pourtant sans méchanceté sur l’hôte de cette rencontre diplomatique. De toute évidence, Kakeshuou Samui continuerait à placer toute son attention sur le Daimyo du Pays de l’Eau. Mais cette fois-ci, il serait prêt à accorder quelques changements.

~ Trop de choses irresponsables ont été dites autour de cette table, et il est un temps où les adultes responsables se doivent d’agir en tant que tel. Ce pour quoi j’espère bien pouvoir vous faire confiance, Mudarame-dono. Car si on observe les principaux arguments amenés autour de cette table, j’ai bien peur qu’il n’y ait pas beaucoup de choix vraissemblables, mis à part celui que vous propose l’Empire des Pays Neutres.

Les arguments allaient arriver à une certaine vitesse, et il fallait être très attentif pour suivre. Même s’il ne s’agissait finalement que de contre-balancer les arguments des autres pour prouver leurs aspects étranges et improbables, c’était hélas une des fameuses étapes qu’il faudrait franchir.
Sans que ses pupilles ne quittent le Seigneur Féodal, le sexagénaire penchait la tête sur le côté, comme pour se faire craquer le cou. Un échauffement musculaire avant de hacher menu ses opposants ? C’était possible ; après tout, il ne perdait pas de vue que cette entrevue pouvait tourner au vinaigre à n’importe quel moment … .

~ Pour une fois, je dois avouer que je me rapproche du Raïkage. Même si le « changement de camp » de Kyu Goren pourrait s’annoncer en ma faveur, je ne peux lui accorder ma confiance, ni même lui donner mes ordres dans un avenir proche. Même si certains diront que c’est par pure mesquinerie après avoir entendu certaines paroles – le regard se portait sur le Nuke-Nin et Dévastateur personnifié – je ne pourrais oublier qu’il a attaqué par deux fois déjà l’Alliance des Pays Neutres, et a fui de nos geôles à l’aide d’un traître. Ses actes n’ont été qu’une accumulation de méfaits, et j’ai du mal à voir comment il pourrait possiblement intégrer les effectifs d’un Village, avec un pareil manque de discipline, et une telle brutalité dans chacune de ses intentions. Ne serait-ce que pour votre propre sécurité, Mudarame-dono. S'il souhaite intégrer une puissance Ninja, il devra d'abord se plier à certaines règles évidentes !

Le sens-tu, Kyu Goren, ce regard digne des Steppes Glacées de Yuki no Kuni se déposant sur toi comme une bise certes légère mais agressive ? Sens-tu la colère d’un homme que tu as provoqué plus d’une fois, et que tu as tenté de déjouer à plusieurs reprises ? Ton changement de camp est certainement une bénédiction, car il affaiblirait en toute logique le Village des Nuages. Mais peu importe que ces colifichets ! L’Empereur n’avait pas besoin de tels soutiens pour remporter ce débat ! Il était fort de ses convictions et de ses opinions ; accepter un tel pilier aurait été prouver qu’il accepterait tout et n’importe quoi pourvu qu’il l’emportait ! C’était loin d’être sa nature ! Il était venu sur cette île afin d’y rétablir la Paix, peu importe les conditions. Mais il ne cèderait à personne cette responsabilité ; ce Devoir ! Et certainement pas à toi, un combattant certes reconnu, mais qui n’a jamais su garder sa place et comprendre l’importance de l’Ordre et de l’Autorité. Lorsque l’on marche dans le déni et le rejet, on ne peut espérer de retour vers la Lumière. Les choses ne sont pas aussi aisées.

~ Je ne compte pourtant pas accéder à la requête de mon « confrère ». Il est vrai qu’en coopérant tous autour de cette table, nous parviendrons à un accord et nous pourrions redonner sa grandeur à l’ancien Village caché de la Brume … . Une coopération idéale ! … - le regard se tournait désormais vers le Raïkage, alors que ce léger mouvement de corps laissait apparaît le seul bras valide de notre Kamui. Que j’apporte « mon concours avec Kumo » ? Quelle mauvaise farce ! Parler de « liberté », de « fierté » et d’ « indépendance » … . Et rechercher le soutien des Kaguya qui ont pourtant refusé toute aide pour être intégrés ! N'inversez pas les rôles ! Et n’oubliez pas qu’ennemis ou non, nous restons des Ninjas pris dans notre Devoir. En tant que Villages, Kiri et Kumo seraient immédiatement opposés dans des missions ou des conflits à venir. Dire que vous êtes pour le retour de la Brume Sanglante : vous seriez lynchés dans votre propre Village pour de telles paroles ! La seule raison valable pour votre absence d’intervention jusqu’à présent sur Mizu no Kuni est l’accord que j’ai obtenu auprès du Yondaïme Raïkage, qui a accepté qu’aucun Ninja ne pose pied sur les ruines de Kiri afin d’y dépouiller ses archives. Ce qui n’a pas forcément été respecté d’ailleurs … . La vérité, Seigneur Mudarame, est que le Raïkage ici-présent essaye désespérément de tirer son épingle du jeu dans lequel il s’est fourré ; alors qu’il aura bientôt sur les bras une douloureuse négociation à mener pour libérer les nombreux prisonniers que nous avons capturé lors de notre confrontation … . Dites-moi, Raïkage … face à nous qui sommes venus sur ces terres pour en nettoyer toute la vermine qui pullule : comment vous présentez-vous, si ce n’est comme un obstacle à cette aide ?

Le sens-tu, Seki Zennosuke, ce regard de Glace ancré sur tes pupilles, comme si un ours posait son imposante patte griffue sur son épaule ? Le sens-tu, le poids de cette responsabilité qui t’incombe maintenant, après t’être lancé dans un conflit dont tu n’as pas imaginé un instant les possibilités et les finalités ? On ne se lance pas dans une guerre par pure envie. Cette ambition doit être soutenue d’arguments solides, d’une conviction à toute épreuve, et de la détermination à faire usage de tous les moyens nécessaires pour arriver à ses fins.
Tu as certes remporté un objectif : l’Empereur qui se trouve face à toi te voit comme un obstacle, c’est bien vrai. Mais ce regard en dit long : tu es certes un obstacle, mais malgré tout un obstacle déplacable, ou plutôt surmontable. Et le Kamui n’hésitera pas à t’enjamber pour aller de l’avant. Si tu venais à perdre ce débat, que ferais-tu ? Replierais-tu tes troupes pour rentrer chez toi ? Continuerais-tu le combat, en prenant le risque d’une guerre ? Tenterais-tu d’assassiner le Daimyo pour invalider la décision finale ? Quoi que tu fasses, il est déjà trop tard. L’ensemble de ces scénarii. Les cas possibles, les mouvements à jouer, les pièges à éviter. Kakeshuou Samui les a déjà tous envisagés, et n’attend que l’instant final pour placer un « échec et mat » décisif. Ce qui vous différencie tous les deux … c’est la détermination mise en jeu. Tu es prêt à livrer ton âme au Diable pour remporter la victoire ? L’Empereur l’a déjà fait … .

Fermant les yeux et inspirant profondément, l’homme reprenait un peu de profondeur, et revenait à son interlocuteur principal. Il n’avait pas oublié ce regard que lui avait jeté Michiki Shinda. La déclaration qu’il avait faite avait eu de quoi surprendre ! Quittait-il son parti pour créer son propre camp ? En soi, ce serait une trahison … . Ou fallait-il y voir une autre stratégie : « Peu importe qui atteint la ligne d’arrivée, tant que cela revient à notre camp » … . L’idée pouvait ne pas être mauvaise, mais encore devait-elle être appliquée dans les règles de l’Art ! Et … le Dernier des Kirijins avait-il assez de confiance à accorder à cet homme, venu le voir il y avait pourtant très peu de temps auparavant ?
Le tout serait donc de combiner plusieurs éléments, tout en gardant la tête froide et l’esprit logique. Ce qui restait encore une chance et un atout pour le Leader des forces de l’Empire.

~ Le parti de l’Empire est-il le plus sage … Si Kiri venait à renaître, aurait-elle un jour son indépendance pleine et entière … Ce sont d’importantes questions à se poser, et qui doivent déjà vous habiter sans doute … . Dans un esprit réaliste, et pour reprendre certains points soulignés, il est impossible pour Kiri de revenir au jour sans un soutien quelconque. Malgré les propos que certains porteront, cela est impossible pour un simple Village Ninja. C’est une trop importante entreprise, et sans gain réel pour eux. Par ailleurs, si Kiri était à reconstruire dès à présent, beaucoup y verraient avant tout une menace, et s’y attaqueraient alors qu’elle n’a aucune force. Ne parlons même pas de l’Empire qui aurait indéniablement un rôle à y jouer ! Une grande partie de nos effectifs a des origines à Mizu no Kuni : cette division des forces ne risque-t-elle pas de créer une scission brutale entre les deux entités, menant à un conflit encore plus grave ?

C’était un nouveau regard que le Samui accordait à son interlocuteur privilégié. Et cette main tendue vers lui, davantage pour accompagner son discours que pour sceller un accord, suivait le flot de paroles venant de l’habile politicien.

~ Les rumeurs vont bon train sur l’Empire que tout le monde craint. En voici les résultats les plus récents, si vous voulez savoir. Nous n’avons subi aucune attaque depuis la restructuration en système impérial. Nous croulons sous les missions et les demandes diverses. Nous sommes en excellents termes avec les autres grandes Nations à quelques exceptions près … . Nous avons même assez de financement et de troupes pour tenter de restaurer la Paix sur l’archipel de Mizu no Kuni. Ma soi-disante tyrannie ne se limite qu’à l’élimination de dangers publics pour tous, ce que chacun aurait fait s’ils avaient été à ma place avec un certain sens de la justice. Mon règne de terreur parviendra-t-il à s’asseoir sur votre Pays ? La question était plus sarcastique et « rigolote » que sincère. Malgré son statut d’Empire, ce dernier reste composé de Pays Neutres. Qui aspirent à demeurer en paix ! Créer une Kiri indépendant serait hâter un projet qui échouerait. En acceptant d’intégrer l’Empire, vous garderez votre pleine souveraineté, et aurez toujours un Village comme Kiri à votre disposition ! Les Nations de l’Empire disposent toutes d’un gouvernement et d’une large liberté de manœuvre ! Vous serez pleinement libres de nommer qui vous souhaitez « Mizukage » : l’Empire connaît actuellement deux Seigneurs de Guerre et deux Gouverneurs, ce qui montre sa capacité d’adaptation et d’innovation ! De par sa volonté et son passé, Michiki Shinda ferait un très bon leader régional pour redresser cette Nation des Eaux. Notre unité créera un lien indéfectible et fiable entre nos Clans retrouvés et associés. Un fonctionnement politique qui vous permettrait de reprendre votre forme d’antan, de vous reconstruire avec le soutien de l’Empire sans craindre l’étranger, et qui portera notre projet de Paix à travers nos actes. C’est à travers l’Empire – et non sous l’Empire – que votre Nation retrouvera toute sa puissance !

Amen.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Kadoria Goren
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1499
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyLun 3 Aoû 2015 - 17:36

Hé ben beaucoup de choses en peu de temps. Je découvrais Zenno sous une nouvelle forme, et cela, à un moment plutôt désavantageux pour lui. Puis viens donc mon détournement envers lui. Je ne peux confier la sécurité aveuglément à quelqu’un, confier ma parole donnée aux gens que je représente en voyant de quoi cet homme est capable pour une chose moindre. Cela n’a rien de personnel ou même représentant un moindre trait de vengeance. Le simple fait est la confiance. Sans cela comment peut-on suivre aveuglément quelqu’un. Kumo ne le voit peut-être pas, mais je viens tout juste de le découvrir. Malgré cela mes idées sont les mêmes et après un tel retournement comment les autres ne peuvent pas profiter de ce genre de situation pour se faire une place dans cet endroit.

Cela fut rapidement repris. Il sait parfaitement ce que je dis en tant que traitre. Cet homme cache des choses à ses propres allier et prompte à rabaisser sous mon passé de déserteur. Le problème étant là c’est que je ne le cache pas. Je suis un déserteur j’ai attaqué le Shukai, effectivement et là n’est qu’une parti de mes faits. Je reste à sourire intérieurement sur des faits qui mettent en avant ce que je peux faire pour défendre mes convictions, car malgré ma désertion, je n’ai pas profité de cette désertion par un quelconque acte. De cette manière je garde mes convictions intactes en quittant les lieux pour avoir comme juste le titre de déserteur pour avoir voulue regagner sa liberté, sans compter sue l’ancien Kiri a déjà accepter plusieurs déserteurs d’agrandir leur rang par leur passé. Je me vois de plus en plus à laisse. Et cela commence par l’agitation que montre Zennosuke. Il semble plutôt perturbé par la situation que prend la suite. Il sent qu’il perd pied et tente de vaine négociation qui ne fut rapidement coupé court pas Kakeshuou qui n’a déjà pas besoin de ça pour rabaisser le Raikage. Le plus drôle fut quand ce dernier se met à tenter dire que nous sommes en pleine scène de théâtre. Comme si nous avions besoin de ça. Si nous étions allier depuis le début l’intérêt de montrer ce genre de scène est plutôt stupide. Ce fut ensuite Kakeshuou qui semble se prendre au jeu en laissant paraitre une intégrité invraisemblable. Sans prendre dans son rang un homme tel que moi il pense laisser paraitre qu’il ne s’entoure pas d’homme tel que moi. Il vient de s’enfoncer dans ca propre vase, je n’ai pas besoin de le dire cela se sait déjà. Les journaux de par ma propre main en a parlé. L’intégration d’homme étant loin d’être des enfants de cœur entre Yanosa qui fut passé un temps l’homme recherché par tousses mais cette liste ne se contente pas que de lui. Compter sur l’intégrité des autres parts la parole du shukai est comme une douce mélodie pour moi, la suite ne fut pas vraiment changeant et donc sans véritable importance pour moi car ceci ne peut que retomber sur lui. Je vais régler ca d’un seul trait :

Sérieusement ? Tu me connais pourtant. Si j’étais allié au Shukai après avoir prévenus Kumo j’aurais attendu que vous avanciez vers Mizu pour lancer des offensives sur Kaminarie pour vous obliger à défendre vos propres terres, plusieurs zones de défense sur Kaminarie voire même qui sais faire une offensive sur le village. D’un côté il y aurait eu un affrontement suffisamment défectif pour affaiblir les défenses de Kumo ce qui vous a demandé le minimum requis pour défendre vos propres terres et sans l’entièreté de votre armée vous n’auriez pu affronter les troupes dans l’archipel. Agissant ainsi nous n’aurions eu aucun problème de négocier sans vous. À la place de ca j’ai donné des hommes dans les batailles.

Je souffle puis dis :

Kumo ou le Shukai n’a eu l’idée de cette réunion, c’est moi qui l’ai proposé à notre cher autre Nunkenin ici présent. Si j’étais aussi perturbé es que je n’aurais pas plus opté pour continuer le massacre ? J’ai peut-être perdu une bataille, mais mon affrontement à encore, ses traces gravées au sol et un paquet de matériel inutilisable.

Zennosuke se sait déjà et tenter de mettre la main sur une quelconque passe pour arriver à amasser une once d’amour-propre. La preuve même qu’il attend, le dernier moment pour donner ses idées sur Mizu no Kuni montre le peu de conviction qu’il a sur ses propres idées. Maintenant au tour de Kakeshuou. Cela va laisser une marge à notre autre prétendant mais bon qu’importe :

J’ai dit que je donne ma confiance à Michiki qui lui est je pense associer au Shukai ou non-peu m’importe. Regardez ce que Dit notre cher empereur. Les Kaguya ainsi que moi-même sans compter tous les opposants et surement vous aussi si vous n’acquissiez pas d’être d'accord avec lui, il dis que si nous somme pas d'accord on n'est pas sociable. La c'est ça raison quelle autre plus tard donnera t'il? J'espère qu'elle serons plus constructive. Pour avoir la paix il faut être utile à l’empereur. Si vous l’êtes, vous êtes pour la paix, sinon on vous tue. Les lois ? Elles sont bien que si elle ne dérange pas l’empereur. Voilà ce que vous acceptez. Une liberté de mouvement sous condition. Je me demande même qui remplace ses fameux Daymio. Enfin je ne reviens pas sur ce sujet cela n’est qu’un exemple. Si l’on doit accommoder mes actes elle ne réfute que d’une chose. Désertion assaut ou quelconque acte. Je les fais sans me voiler la face. J’ai opté pour de mauvaise chose. Cependant je ne les cache pas. Chacune de mes erreurs ou de mes actes sont mise à l’avant. Pouvez vous en dire autant des autres ?

J’ai attaqué le Shukai et alors ? J’ai déserté Suna et alors. J’ai fait cela pour mes propres idées et cela montre simplement la volonté que je mets sur les choses qui m’importent, et cela, malgré la vue que cela donne sur moi. Mes idées furent mises juste pour défendre ma propre position. Enfoncer ses derniers n’est plus d’actualité. Ils le font eux même. Entre les provocations du manieur de glace et la perte de sang-froid du membre du clan Seki il montre plus que des mots mais leur propre caractère. Le Daymio est un homme sévère et a mit cette réunion sur un point fixe. La discipline. Cependant ses derniers ont posé une erreur commune, l’un provoquant par des applaudissements et des inepties. Pendant que son concurrent quant à lui pousser des provocations disant qu’a par lui les autres parlent comme des enfants. C’est drôle comment l’humain peut être contradictoire. Cependant je dois donner mon avis aussi :

Malgré mon changement de camps, si l’on peut dire cela comme ça. L’idée de couper la part en deux est plutôt une bonne chose. Enfin presque tout car s’il souhaite vraiment laisser Mizu no Kuni donner une condition telle que je refuse que tel ou tel règne sur ses fondations est stupide. Au contraire poser un homme qui a défendu ses convictions pour faire revenir la gloire de Mizu no Kuni ne peut que renforcer les convictions du peuple ou de ses soldats. Mettre un homme venant de je ne sais où n’apportera rien de bon. Mizu ne cherche pas un parti ou un drapeau. Ils Cherchent une aide et vous profitez de cette faiblesse. Cependant si cela peut vous rassurer le titre de Mizukage ne m’intéresse pas et je n’ai vue Michiki que très peu de foi, mais c’est l’homme qui semble avoir le plus de conviction pour Mizu tout en étant originaire de l’archipel. De plus il n’a pas intégré d’autre conviction. Au vu des doutes que tout cela a mis, je n’ai pas changé d’idée. Je soutiens Michiki et mon idée personnelle et de ceux que je représente veulent un Kiri libre et puissant. Sans compter que malgré que si le Shukai prenne le contrôle de Kiri. D’autre ne verrons pas cette expansion comme une menace pour leur propre village et amène des scissions supplémentaires. Soit c’est non intégré un groupe, qu’il lui faut mais un soutien.

Sans compter qu’en voyant Kiri se reconstruire beaucoup que Kirijin s’étant caché vont refaire surface.

Michiki je vois en lui l’idée qu’il m’a donnée de Kiri avant notre affrontement. Ces convictions semblent dépourvues d’intérêt extérieur à Mizu no Kuni, la preuve étant d'avoir questionné ses ennemie avant la bataille. Je ne sais quel sera la conclusion de ce débat, mais vous laissez croire que vous êtes dépendant d’un ou de l’autre partit est hâtive. Si Le shukai menace d’annexer ses lieux je pense que d’autre que Kumo sont prêts à se mettre devant. Ainsi qu’à l’inverse. Si vous ne faites pas confiance en Kumo vous pourriez trouver des allies sur une menace dont les intérêts sont obscurs. J’ai la bonne question que vous devez prendre en compte est qu’es qui est le mieux pour Mizu, car vous êtes là pour ça.

Je me mets à respirer puis à prendre une gorgée dans une fiole de bourbon produite pas le clan Kyu, oui car malgré tout j’ai aussi une origine Kirijin, même si je n’ai aucune raison de le dire. Cela n’a pas d’intérêt pour l’avancement de ce débat :

Je vois mal un pays telle que Mizu accepter d’être sous le contrôle d’un autre quel que soit. Voilà pour cette position. Pour Kumo il est compliqué de croire à ses intentions. Plusieurs faits rien que dans cette réunion ne montre que peu de crédibilité. Qu’a-t-il à gagner ?

Moi-même comme on a pu le vois j’avais fait un échange d’informations et Kumo n’a agi que pour son propre intérêt. Le Shukai quand é lui l’annexion en lui-même montre que l’Empereur souhaite avant tout son intérêt personnel. Je regarde le Daymio :

Plus qu’un parti, je compte défendre Mizu, de par mes souhait et mes envies. Donc voilà Daymio, quoi que vous décidiez vous le ferez pour le Pays soit je m’engage à suivre votre décision. Comme les Kaguya, je compte bien m’intégrer. En voilà la preuve.

De là j’annihile toute ineptie sur ma personnalité.

Oui normalement c'est le dernier. Si évidament il n'y a rien à dire derrière sans qu'on se répète
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyJeu 6 Aoû 2015 - 3:06

Le nécromancien écoutait presque impassible les inepties autour de lui. Tout ceci lui semblait tellement futile et ridicule qu'il ne put s'empêcher une remarque. Elle fut brève et à peine perceptible mais suffisamment évocatrice pour témoigner de l'état d'esprit dans lequel il se trouvait pour la suite de ce débat :

- Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu ?!

Le ton était volontairement insolent et exaspéré pour bien faire comprendre ce qu'il commençait à penser de tout cela. Lui qui s'était battu pour cette réunion, corps et âme, il se retrouvait, aux côtés de son collègue, à devoir écouter de parfaits petit politiciens déblatérer leur discours. Ils ne semblaient pas touchés ou même inquiétés des soucis pouvant toucher l'archipel. Michiki en avait eu l'occasion depuis son retour et ses patrouilles fréquentes sur les terres embrumées. Il avait vu la décadence de sa nation.

D'où ce combat d'il y a quelques jours. Ces mois de préparation et l'avènement de tout ceci en ce jour : cette réunion. Mais il se rendait maintenant compte que ce débat n'avait pas lieu d'être. Ce n'était en tout cas que le théâtre d'ébats tumultueux entre gamins capricieux se battant pour un jouet avec lequel ils ne jouaient même pas. Il tapotait le bois de la table de son ongle lorsqu'une réplique le fit très fortement tiquer. Un petit rictus dans le coin du nez témoigna de cette aberration qu'il venait d'entendre de la part du Raïkage. Il avait néanmoins conscience de l'importance de la tenue dans ce genre d'évènements. Il laisse donc le soin à l'Ombre des Nuages de terminer son discours :

- Vos propositions sont surprenantes cher Godaime. Surtout de la part d'un homme qui résume le passé de cet archipel à "deux,trois malheureuses guerres". Les quelques deux, trois cent milliers de morts lors de ces incidents tragiques doivent apprécier cet hommage post mortem, caractéristique du "respect" que vous prétendez être empli. La moindre des choses serait de commencer par respecter un minimum ceux tombés pour leur patrie en ne reléguant pas de tels instants à de futiles disputes sans incidence. Des centaines de milliers de familles pourront vous dire le contraire.

Ce point étant éclairci, il put enfin s'attarder sur des choses qui méritaient de l'être. Cette erreur du Raïkage avait fortement affecté le nécromancien qui malgré la colère s'était efforcé de continuer à écouter et non à taper. Depuis qu'il faisait ses efforts, il ne comptait pas tout gâcher maintenant. Seulement en cas d'extrême nécessité. Il s'exprima donc sur d'autres points soulevés par celui à la tête de la Foudre :

- Vous parlez de confier le village à quelqu'un d'autre qu'un des Grands Pays, et sûrement pas sous l'autorité du Shûkai. Je vous propose cette alternative et vous n'en prenez pas compte. Ce qui est dommage étant donné que mon récent allié s'est exprimé sur son contact avec les Kaguyas. S'ils se sont ainsi liés à lui, c'est bien qu'ils cherchent à appuyer ses actes et ses idéaux. Et notre condition de shinobis errants est typiquement l'indépendance que vous prôniez. Vous n'êtes cependant pas très ravis de devoir confier la Brume à un homme s'étant dévoué pour elle.

Il ne comptait pas en rajouter plus. Depuis le temps que durait cette conversation, le Raïkage n'entendait pas raison. A peine un problème était mis sur la table qu'il le remplaçait d'un autre sans aucun lien. Il devait se sentir un peu perdu, confronté à tant d'adversaires politiques tous aussi puissants les uns que les autres. il ne fallut pas longtemps non plus au Kamui de s'exprimer à son tour sur la situation. Il semblait partagé un certain agacement. Ce qui ne l'empêchait pas de continuer à appuyer fermement ses positions. Peut-être était-ce une stratégie qu'il avait prévu. Il connaissait peut-être le caractère de leur hôte et jouait avec la corde sensible. En tant qu'Empereur et ancien défenseur de ces terres, il possédait peut-être quelques avantages sur la discussion. Ce qui n'empêchait pas les Nukenins de défendre également leur position et surtout les idéaux qu'ils défendaient. Rapidement donc, Michiki vint en aide à Goren :

- La remarque de mon collègue est en effet des plus pertinentes. Lorsqu'on voit que l'initiative même de ce rassemblement est le fruit d'une consultation menée en majeure partie par nos soins, il est difficile de croire en la bonne foi impénétrable de ces deux partis importants. Même si nous devons aussi tout ceci à deux soldats des forces respectives en présence.

Son léger tapotement de doigt s'était calmé et prenait finalement fin. Il porta son regard rendu améthyste par le verre de ses lunettes rondes posées en équilibre sur son nez. Il fixa le Daimyô sans sourciller. Il s'assura d'avoir brièvement capté son regard pour se lancer finalement :

- Nous n'aurons pas besoin de plus pour vous convaincre je pense. Et il serait inutile je pense de m'attarder sur chaque point ou argument soulevé par les autres présences autour de cette table. Sous peine de nous plonger dans un débat sans fin. Aujourd'hui la Brume vit un jour exceptionnel qui vous appartient. Votre choix décidera de l'avenir de beaucoup. Votre prédécesseur n'a pas su gérer une aussi lourde pression à ce qu'on dit. Je ne saurais juger de ses actes mais je serais aux première loges en ce jour pour me faire un avis personnel sur vos actes.

Puis il se recula dans sa chaise. Ils attendaient maintenant tous la décision finale. Celle qui allait tomber et qui trancherait ce débat. Peut-être le choix serait plus compliqué que cela. Mais ces premières paroles pouvaient lui permettre de déjà décider de qui n'avait pas sa place et qui serait digne de rester. Les yeux du Shinda dérivèrent entre le Raïkage et le colosse à ses côtés. Prêt à tout, il patientait. Et l'attente semblait être la plus longue qu'il avait vécu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyMar 11 Aoû 2015 - 23:02

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Mudara10
Mudarame Sanajiro
Daimyô de Mizu no Kuni

Nous voilà donc arrivés à la partie finale de cette discussion. J’avais décidé de me taire plus longtemps que la dernière fois, tout simplement parce que je n’avais pas grand-chose à dire par rapport à leur argumentation, mais aussi parce que je voulais voir l’évolution de la situation qui, si l’on puis dire, avait pas mal évolué en surprises. La plus marquante fut en quelque sorte la création d’un troisième parti de guerre, s’incarnant par les deux Nukenins qui s’étaient « rebellés » face à leur partenaire. En effet, ils se sont tous les deux alliés afin de vouloir défendre un but commun, un but plutôt audacieux et différent des autres… Mais nous verrons ça bien plus tard si vous le voulez bien. Je dois dire que j’étais surpris de la quantité de nouvelles informations qui entraient en compte pendant ce tour, et qui influençaient toutes plus ou moins. Il était ainsi difficile pour moi d’évaluer la situation dans ma tête à moins de faire le point sur les, non plus deux, mais bien les trois propositions qui s’offraient à moi, et qui devaient toutes être bénéfiques pour le pays de l’eau.

Tout d’abord, un point qui n’était pas lié aux deux partis : les Kaguya. Cette question qui avait été amenée par le Raikage semblait avoir attiré l’attention de beaucoup à cette table. D’un côté, nous avions le Kamui qui rejoignait mon avis sur ce clan rempli de forte-têtes qui, en ayant refusé toutes discussions et négociations avec le seigneur féodal que j’incarne, n’avaient aucune raison d’être présents ici. De l’autre côté, on prétendait qu’en étant d’ancien Kirijins, ils avaient autant le droit que moi de représenter le pays de l’eau. Encore plus loin, le colosse que représentait l’un des Nukenins semblait affirmer qu’ils participaient activement à la protection du pays. J’ai bien envie de rire quant à cela… Cependant, il était vrai que j’aurais aimé établir une vraie cohésion avec eux. S’ils avaient agi sous mon commandement, nous aurions plus très aisément apporté un semblant d’équilibre sur ces terres… Enfin, le temps n’était plus à tergiverser sur le passé, il me fallait entrevoir les possibilités d’avenir, et surtout, choisir laquelle serait la bonne…

L’empire. La solution qui était sans doute la plus sécuritaire. Samui Kakeshuou, avait pour argument à faire avancer pour collaborer avec lui était son ancienne appartenance au village de Kiri, ancienne force militaire qui faisait tant la fierté du pays de l’Eau. Il justifiait ses actes d’assassinat envers les Daimyos des pays composant les pays neutres comme étant nécessaires pour certains qui s’étaient éloigné du droit chemin pour leur profit personnel, et qu’il n’y avait donc aucune raison pour moi de craindre ce sort. Sa justification pour ne revenir que maintenant ? Tout simplement parce qu’il n’avait pas les moyens de s’imposer. Il avait beau dire qu’il devait avoir une force digne de ce nom pour protéger le pays, je voyais bien qu’il voulait surtout avoir un poids suffisamment lourd pour me l’abattre dessus en cas de refus. Son idée était donc de changer l’ancien village de Kiri en base militaire de l’empire dirigeait par un responsable, et les missions reçues viendraient de moi-même. Cependant, cela voudrait dire que je dois imposer ma soumission à ce dernier… Huuuum…

Le village des nuages, la solution du Statu Quo. Seki Zennosuke, lui, voulait tout simplement que les personnes ayant aujourd’hui tenté de reconquérir la zone décidant toutes de se retirer, afin de laisser le Pays de l’eau en paix, ou alors, à une autre personne qui veuillent essayer de me soumettre. Une idée qui serait dans la satisfaction de me laisser au contrôle de la situation. Hélas, je m’étais résolu depuis longtemps à devoir confier cette tâche à quelqu’un d’autre. Si un des organes de mon corps pouvait représenter la fierté, il s’est fait empaler dès lors où j’avais accepté d’organiser cette réunion. Je n’étais guère plus glorieux qu’un mendiant qui ne quémande que du pain pour se nourrir. Il me fallait du changement, et de ce que je pouvais voir des relations qu’entretenait Kumo avec les autres participants de cette pièce, ce n’était pas eux qui pouvaient me l’amener. Intervenir pour empêcher une conquête, se faire rejeter par ceux que l’on appelait « allié »… Pouvais-je vraiment lui faire confiance ?

Et enfin, voilà le groupe que je n’aurais jamais cru arriver, celui du retour aux sources. Les deux Nukenins, à qui j’avais demandé leur raison pour participer dans cette bataille m’annoncent alors qu’ils décident de se séparer de leur précédent collaborateur pour s’unir tous les deux. Leur objectif : faire renaitre Kiri no Satô, rien que ça. Apparemment, le brun tout maigre semblait être quelqu’un qui appartenait autre fois à ce village déchu, et comme beaucoup, souhaitait un jour le voir renaître. C’est un rêve que j’avais depuis longtemps oublié et renonçai à voir le jour. Bien évidemment, il n’hésita pas à s’imposer en demandant le grade prestigieux de Mizukage, pour être l’instigateur de cette idée. Son collègue, le colosse, quant à lui, annonçait que dans l’ombre, lui et le clan des manipulateurs d’os faisaient en sorte de calmer les tensions du pays, chose que j’avais du mal à y croire, très franchement. L’idée paraissait forte intéressante, très franchement, mais là où résidait le problème venait des mots des autres partis. Comment puis-je faire confiance à deux individus qui venaient de laisser tomber leur partenariat, et qui plus est, n’avaient pas franchement de moyens pour subvenir aux besoins de Mizu.

Et voilà qu’il était temps pour moi de parler. Prenant une grande respiration, je lâchai un long soupire afin d’indiquer aux quatre autres individus qu’il était temps d’arrêter de débattre, et de conclure avant tout. Mon seul œil valide fermé, je posais mes deux mains sur la table, l’une entremêlée dans l’autre. Ce qui apparut sans doute comme une dizaine de minuscules secondes dans la réalité devait durer beaucoup plus longtemps pour certains, moi comprit. La réflexion était des plus importante. Si je n’avais pas eu une once d’hésitation quant au sort que je réservais à mon prédécesseur, cette fois-ci, il s’agissait d’un autre cas… Ouvrant ainsi l’œil, j’exposais enfin la décision que j’avais prise.


« - Vous tous, ici, semblez présenter des intérêts plus qu’honorables pour Mizu no Kuni. Vous prétendez tous vous inquiéter, vous soucier de l’état déplorable dans lequel se trouve cette terre, et dont je suis le premier responsable, j’en ai bien peur… Cependant, je peux être assuré qu’au moins un d’entre vous s’en soucie moins que les autres, et c’est vous, Raikage-dono. »

Je tournai alors légèrement la tête, le regard sévère mais point énervé, en direction du représentant des nuages.

« - Vous semblez faire un amalgame entre le pays de la foudre et le village des nuages. Si mon confrère vous entendait, je ne saurais dire comment il réagirait. De plus, contrairement aux trois autres ici présents, vous ne sembliez intervenir dans ce conflit, non pas pour réclamer des terres, mais bel et bien pour vous assurer que personne ne puisse vous prendre à revers. Ne faites pas l’innocent, je suis parfaitement au courant de la position stratégique de cet archipel, qui avantagerait très bien l’empereur dans le cas d’un conflit. »

Je marquai une pause alors que ma dernière phrase était marquée par un regard tourné vers l’Albinos. Cet homme avait des yeux de chasseur, et non de protecteur. Il était du genre à s’assurer d’avoir tout le contrôle possible que le monde puisse lui offrir pour être satisfait. Fermant l’œil, j’adressai une dernière parole au Raikage.

« - Je crains que vous ne soyez l’homme dont mon peuple ait besoin pour le moment… Je n’ai pas terminé mon exposé, mais pour la suite des évènements, elle ne concernera donc que les trois autres individus assis ici. Je vous invite donc à partir… »

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Gdc10

Afin d’éviter le moindre conflit de survenir, mes deux gardes du corps étaient apparus à côté de moi, quittant tous les deux leur poste. Ils se postèrent donc aux côtés du Raikage, et attendirent que ce dernier daigne se lever afin de sortir du temple. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en bon politicien que je suis, je ne voulais pas qu’il entende mes intentions et mes projets d’avenir. Une fois que je m’étais assuré qu’il était sorti des lieux, je m’adressai aux trois restants.

« - Si j’ai choisi d’écarter un des partis, vous vous demandez sans doute pourquoi l’autre que le vôtre est présent ? Simple, ce que j’aimerais faire sera un projet où j’aurais besoin de l’aide de l’Empire… Oui, j’ai choisi de faire confiance à vous, Kyu-dono et Shinda-dono. »

Je me levai alors de la table, prenant mon bâton de marche afin de m’approcher de la fresque de Sanbi, que le dénommé Michiki avait pris pour exemple précédemment. Je n’avais pas vraiment de problème pour marcher… Mais disons que j’avais un peu plus de prestance avec.

« - Pendant ces cinq années, je n’arrêtais pas de me demander « Et si Kiri n’avait pas disparu ? Les choses se seraient passées autrement ? ». L’idée de la voir un jour renaître et des plus exaltantes, je dois bien l’avouer, mais comme l’a souligné notre ami Kamui-dono, à deux, vous ne pourrez rien faire. »

Un temps de silence, avant de me retourner vers les trois protagonistes. Je lisais l’impatience et peut être de l’étonnement dans les yeux de certains. Mais ils n’allaient pas devoir attendre longtemps.

« - Je souhaiterais revoir Kiri renaître de manière indépendante, c’est certains, mais sans aucune ressource, cela est chose impossible… C’est pourquoi, je vous propose ceci. Le Shûkai porte assistance aux membres de votre organisation afin de reconstruire le village, en échange de quoi, Kiri aura une dette envers l’empire, et par conséquent, devra lui porter assistance en cas de conflit, mais en aucun cas ne tentera de l’agresser. Le cas échéant, je remettrai moi-même les droits de souveraineté à Samui-dono. Après tout, si vous prétendez en effet vous préoccuper de votre ancien foyer, vous serez prêt à l’aider, n’est-ce pas ? »

Une demande plus qu’absurde, presque impensable. En effet, je me sentais joueur et provocateur aujourd’hui. Mais il ne fallait pas croire que ça allait être aussi simple. Ainsi allait venir la suite des évènements.

« - Cependant, j’imposerais une autre condition… Vous avez réussi à rallier les Kaguyas à votre cause, ce qui est une bonne chose. Mais il ne suffit pas d’un seul et unique clan pour reconstruire un village entier. C’est pourquoi, je vous laisse jusqu’au début de l’hiver de cette année afin de rallier un autre clan à votre cause, et ainsi l’invite à rejoindre cette nouvelle Kiri. Le cas échéant, le Shûkai aura déjà reconstruit le village, et en fera ce qu’il y souhaitera. Quel est donc votre avis sur la question ? »

J’avais fini de parler, de lancer des élucubrations presque absurdes, mais qui avaient pour le moins un goût de festivité. Oui, je voulais toujours rechercher la paix pour mon peuple. Mais qu’est-ce qu’une paix sans indépendance ? Si nous restions sous la tutelle de quelqu’un d’autre, le peuple de Kiri ne serait qu’un nouveau sacrifice pour une future bataille. Non, ce qu’il fallait à cette nation, c’était un espoir, une aide pour les aider à relever la tête. Et quoi de meilleur que de voir leurs gardiens d’antan revenir pour les protéger ? Mon point de vue était exprimé, restait à voir leurs réactions.


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kakeshuou
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyVen 14 Aoû 2015 - 12:21



~ Il semble que la décision finale ait davantage jouée sur la nostalgie de l’ancien temps que sur la logique, mais ce serait une erreur de croire que cette négociation est achevée … .

Malgré la décision qui venait d’être rendue, et qui plaçait les espoirs et l’avenir dans les paumes des deux Nukes-Nins, le visage frigide et le regard glacial de l’Empereur venaient calmer les ardeurs et les joies de chacun. Si la décision était rendue, pouvait-on encore vraiment discuter de quelque chose ? Bien évidemment ! En vérité, la situation n’avait jamais été aussi avantageuse pour Kakeshuou Samui ! Il se doutait depuis un temps que les rumeurs à son sujet, et que cette nouvelle alliance – née sur une double trahison – aurait ses effets sur le Daimyo qui rêvait d’une indépendance qu’il était incapable de s’offrir. Après tout, il ne fallait pas oublier certains facteurs. Le fait que Kiri ne pourrait être reconstruite sans fonds venant de quelque part ; ou encore le fait qu’un armée de conquête se trouvait toujours sur les plages de Mizu no Kuni, et qu’elle resterait sur place tant qu’il n’en serait pas décidé autrement par le Dirigeant de l’Empire.

Suite à l’élimination de Zennosuke Seki, les deux camps réunis devaient s’opposer sur des points bien plus fondamentaux qu’auparavant. Goren Kyu était un homme roublard, qui avait déjà attaqué le Shozaichi par deux fois, et qui s’était fait attrapé à plusieurs reprises. Sa récente perfidie – peu importe qu’elle soit légitime ou non – prouvait que ce n’était pas un homme de confiance. Quant à ce Michiki Shinda, pourtant allié au Kamui, il venait de le désavouer pour créer son propre camp. Certainement la hâte qui fait dire des bêtises. Était-ce vraiment une solution adéquate à la situation ?

~ Bien que je comprenne votre désir d’indépendance absolue, j’ai du mal à croire que vous confiiez l’avenir du Pays de l’Eau entre les mains de deux traitres et apatrides, qui feront certainement de Kiri l’un des Villages les plus détestés de cette ère. Mais comme vous l’avez rappelé, ce choix n’appartient pas qu’à vous. Et l’Empire n’a aucun intérêt à investir et à soutenir la création d’un Village Ninja qui deviendra son rival voire son ennemi – étant donné nos relations actuelles – d’ici l’hiver.


Les faits étaient placés ! Qu’avait à y gagner l’Empire, à financer, soutenir et aider à la reconstruction d’une Nation qui ne faisait pas partie de son unité ?! Certaines personnes oubliaient souvent quelque chose. Malgré le changement de Régime, l’Empire n’en était pas moins la prolongation de l’Alliance des Pays Neutres ! A savoir donc un ensemble de petites Nations désirant ne plus servir de champs de bataille ! Comment pourraient-ils favoriser l’apparition d’une ancienne Grande Puissance Ninja, qui les menacerait bien assez tôt ?!

L’Empereur avait lui-même ses propres raisons. Avant toute chose, cette conquête était un test. Une absolue nécessité pour le régime en place. Il se devait de se montrer implacable dans ce cas bien précis. Remporter l’île était un moyen de montrer qu’il mènerait l’Empire vers la voie de la liberté, en purifiant les lieux de toutes les engeances incapables de respecter la Loi. Si Mizu se voyait confiée à une autre entité, quel serait le message, dès lors ? Sa faiblesse, et sa soumission à un ordre supérieur ? Son incapacité à réussir ce qu’il entreprenait ? Hors de question d’apparaître pour un loser essayant de gagner du temps, contrairement à ce qu’on pouvait croire !

C’était à cet instant précis que la capacité de négociations du Dernier des Kirijin allait être mise à son paroxysme.

~ Mais supposons un instant que nous validions cette aide … . Et que nous aidions à la reconstruction de Kiri … . Il est impossible pour moi de laisser cette puissance renaître sur nos deniers sans avoir quelques contreparties. Vous nous promettez que Mizu sera sous notre contrôle si ces deux hommes sont incapables de réunir les conditions nécessaires d’ici l’hiver. Mais nous savons également tous les deux qu’il y a mille et un moyens de résoudre ce genre de problèmes. C’est pourquoi j’imposerai mes trois conditions de façon non discutable.

L’homme présentait trois doigts sur sa seule main valide.

~ Le premier point. Il est hors de question pour l’Empire que le Clan rejoingnant la future Kiri ait quelque origine peu importe laquelle avec un autre Village. Ce serait remettre cette nouvelle puissance Ninja dans les mains d’une autre Nation, et nous avons mis trop d’efforts pour voir cet effort nous voler dans les plumes. Je me fiche de savoir qu’un Clan a abandonné son précédent Village pour venir ici : ce nouveau Clan ne pourra venir d’une autre Grande Puissance Ninja, peu importe ses raisons.

Un premier doigt se baissait.

~ Deuxièmement. J’impose que ce Clan soit un Clan important, capable et composé de membres intègres. Vous venez déjà de commettre une énorme bêtise, Muradame-dono, en confiant le destin de ce Pays entre les mains de deux renégats qui viennent tout juste de trahir. Il est impensable pour moi que Kiri renaisse pour être un Village de criminels sans envergure. Si vous voulez qu’il renaisse et retrouve sa fierté passée, il devra avoir un Clan digne de ce respect. *

Il ne restait plus qu’une option sur les trois attentes de l’Empereur.

~ Enfin, j’exige une alliance complète et sans détour ni retour avec le futur Village Ninja qui est sur le point d’apparaître. Comprenez bien que l’Empire a déjà investi des effectifs, des fonds pour mener à bien cette campagne. Ce n’est certainement pas pour repartir la queue entre les jambes, en confiant les rennes de la suite des opérations à deux hommes capables de toutes les trahisons et de toutes les tromperies. J’attends donc une alliance non négociable avec le Pays de l’Eau et son Village, comme garantie que cette puissance qui apparaît ne sera pas une menace contre nous.

Les points étaient mis sur la table. Et le regard du Samui disait clairement qu’il ne reviendrait pas dessus.
Désormais, les options étaient bien plus claires : accepter ces termes, ou se préparer à la continuité de la guerre.




* Ici, un Clan avec au minimum 3 à 4 membres PJ est exigé, afin que le Village à venir ne soit pas une antre à 4 Ninjas et une foultitude sans nom de PNJ. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Kadoria Goren
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1499
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyVen 14 Aoû 2015 - 21:38

Le résultat commence à se montrer. Zennosuke fut le premier à quitter les lieux, es que je dois m’en réjouir, ça je ne le sais pas encore. Même si rien que le fait de ca trahison rend ma confiance en lui trop risqué pour mettre cet objectif à ses mains. Tout n’est pas encore joué, Il est certain qu’à tout moment il peut changer d’avis et d’outrepasser ça parole. Ensuite le Daimyo se met à expliquer son idée. Cette dernière fut plutôt avantageuse pour nous, mais il est certain que cela ne va pas convenir au maître de la glace. Cependant je ne pense pas qu’il va aller jusqu’à prendre tant d’énervement sur ses mots. Il va presque jusqu’à insulter notre propre position. Es qu’il va faire la même erreur que le Kumojin ? On verra bien. Quoi qu’il en soit s’il ne s’est pas fait renvoyer c’est qu’il a encore une certaine influence et position décisionnaire. Cependant plus on l’entend, plus il se met à donner l’impression qu’il est le seul à pouvoir imposer ses conditions.

Je l’écoute car malgré cela il a aussi compris qu’une négociation ici même est nécessaire. Cependant il semble mettre un point d’honneur à que ses conditions ne soit pas négociable. Il a des responsabilités et en tant que nouveau dirigeant, il doit aussi faire ses preuves et donc montrer son autorité et ca capacité à avoir des résultat. Dans cette négociation, il semble aussi mettre en compte la répercutions qu’il peut avoir sur son propre grade et cela fut peut cacher par ses propres mots. Sans compter qu’il vient tout juste de dire clairement qu’il faisait ça pour l’intérêt du Shukai. En disant que ce dernier n’a aucun intérêt de promouvoir sous les raisons qu’il mentionne. L’agacement de notre homme peut être un avantage pour nous, mais là dans cette partie des négociations nous devions plus faire avec qu’autre chose, une chance pour lui :

Pour mon statut nous avons déjà débattu de cela et je pense que vous pourrez le répéter autant de fois que vous le souhaitez cela n’en changera pas le contenu.

J’ai déjà donné mes raisons et revenir dessus n’a aucun intérêt cela n’est pas constructible même si mon envie de lui en mettre une devient plutôt très irritante, qui sait il tente peut-être de mettre mes nerfs à rude épreuve. Cependant je n’allais pas gâcher tous ses efforts par simple impulsion. Surtout que ce qu’il craint est compréhensible ce qui doit le rendre plutôt nerveux, loin des possibles regarde froid qu’il pouvait lancer avant :

Les autres grandes puissances ninjas ont vites évolué, car d’origine, ils ont déjà dans leur pays des clans qu’ils ont pue réunir et le Shukai à pue évolué grâce à ca en utilisant en partit à la chute de Kiri. La plupart des clans ont agrandi votre force militaire. Il est évident que cela va être compliqué de trouver des clans en un claquement de doigts et de là, je ne parle pas d’homme, mais bien de clan entier sans compter sur nos anciens hommes. Cela demande une certaine organisation, de réunions de parlements sans compter déjà le travail pour la reconstruction. Un clan en soit sauf si demain Kumo Konoha, Suna ou le Shukai, l’un d’eux tombe demain, personne ne prend ce genre de décision sur un coup de tête sans y être obligé. Surtout que la limite des clans Nunkenin rend votre proposition presque impossible en restant optimiste. Un nombre homme, je ne dis pas mais là.

Je regarde le Shukajin. Il fait une proposition bien compliquée, et cela, même si elle est plus que compréhensible à la vue de ca propre position, mais ça proposition dépassait la raison. Cependant même pour lui es vraiment la une bonne chose ? Il veut nous imposer des choses et imposer aussi à ses propres hommes des conditions et il a des raisons louables. C’est clair qu’il y a une raison d‘avoir peur que plusieurs de ses unités et de ses piliers ne quittent son autorité pour revenir voir leur famille ou plutôt leur terre d’origine, sans compter de reprendre la chance d’avoir Kiri si l’on échoue. Rien qu’au vu des dires de certaine de ceux qu’à une époque ils nous ont envoyés, l’envie de revoir leur terre se sent. Il a peur que son régime perde en force. Que ce soit d’un refus qui impliquerait une trahison envers certain de ses hommes voyants leur terre encore comme une terre sacrée, ou par un accord qui peut faire quitter certain de ses hommes qui voudront redorer Kiri et donc de nouveau l’intégrer. En soit son idée était plus qu’avantageuse mais que pour lui et pour personne d’autre, si évidemment, on arrive à comprendre ce qu’il tente :

On sait ce que représente la reconstruction de Kiri si elle n’est pas sous votre contrôle. Vous avez un bon parti de vos clans qui sont d’ancien phare de Kiri. Pour être franc, je pense même que ses hommes doivent beaucoup au Shukai ils les ont recueillies ses femmes et enfants, ses hommes et les ont intégrés. Cependant en échange ils vous ont aussi prêté leur force et c’est aussi grâce à ça que le Shukai est-ce qu’il est maintenant un groupe qui maintenant peut fonctionner de manière mondiale. Vous devez en devez aussi une aux hommes de Kiri, surement autant que ceux que vous avez sauvé, vous en êtes la preuve vivante. Comme vous-même vous avez fait. Beaucoup des vôtres tiennent à Mizu no Kuni tout particulièrement et vos craintes, je pense sont fondés. Car comme vous avez dit certain d’entre vous se sentent encore être les protecteurs de Kiri.

On peut croire que de là je mets en avant le Shukai, j’ai même mis en avant une chose dont il n’a pas mis pendant les négociations, cependant on l’a tousses en tête et c’est surement pour cela que le Daymio a aussi voulus parlementer avec l’Empereur, je ne résumé que l’histoire de ce monde. Cependant je ne fais que nettoyer le terrain pour avancer ma proposition. Après tout le monde à donner ses conditions donc pourquoi je ne proposerais pas mon idée :

Je pense avoir une proposition pouvant éviter qu’on s’envoie la balle, qu’on vous oblige à laisser les anciens clans venir chez nous sans condition serait vraiment bête de notre part, surtout que cela implique une aide qui ne ferais que vous affaiblir, dans l’autre sens votre proposition est vraiment à la limite de l’impossible à prendre en compte, sans compter que l’on peut toujours tenter de demander de l’aide à un autre pays pour que Mizu soit soutenus par vos action. Je ne pense pas que l’expansion du Shukai soit vue du bon œil de tous les autres pays, pour les mêmes raisons que ceux de Kumo on d’éviter votre expansion. Une position stratégique non-négligeable et menaçante de l’autre côté et nous avons besoin d’aide et non d’ennemies. Vous connaissez suffisamment mon amertume envers vous et cependant c’est encore moi qui fais un pas en avant.

Je parlais encore de la proposition de ses négociations. Cette proposition ne m’arrangeait pas, mais vue que ce dernier semble lui aussi faire un pas en avant et qu’il ne va surement pas partir sans rien en retour je pense sincèrement cette proposition être la meilleure, car proposer un Kiri qui ne peut recueillir de Kirijin es vraiment une proposition? Voyons si l’agacement de notre cher Empereur aura raison de lui :

Pour ce qui concerne les clans voulant intégrer Kiri et étant au Shukai je vous propose une coalition de clan. Empêcher un grand nombre d’hommes de revenir sur ses terres risque de provoquer des conflits internes et je ne pense pas que votre nouveau régime a besoin de cela maintenant. Pour les terres hors de Kiri comme ceux des Mamoru, des Suzurane, les pays peuvent être mis sous deux bannières montrant que nos deux nations défendent ses terres elles montreront une force encore plus dissuasive sans compter qu’elle prouvera la bonne entente des deux nations, pour les autres, les membres pourront choisir un des villages et on pourrait crée deux branche. Elle donnera une coalisions proche de votre première proposition tout en permettant de garder cette autonomie que Kiri souhaite sans perte le moindre don héréditaire.

Le Shukai s’est vue grandir au moment où Kiri fut détruit, car beaucoup d’ancien Kirijin ont vue dans le Shukai un refuge, cependant Kiri étant dans l’optique de ce reconstruire cela va surement beaucoup bouger de là est surement la raison principale pour le Shukai de mettre la main sur Kiri avant un autre. Cependant dans la proposition que je leur donne ils peuvent voir une option pouvant apaiser ce problème :

Quand dites-vous. Daimyo, l’Empereur, Michiki ? Si vous êtes intéressé les modalités pourront être donnée ultérieurement avec l’accord des partis.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyMer 19 Aoû 2015 - 2:57

Le Daimyô imposa son choix qui s’ensuivit par le renvoi pur et simple de l’un des partis. Quel ne fut pas le bonheur du Shinda de voir le Raïkage disparaître, escorté par les gardes de leur hôte. Il fut tout aussi surpris de voir que l’Empereur et les deux Nukenins restaient conviés au reste de la réunion. Au moins des informations qui ne tomberaient pas par miracle dans les oreilles de Kumojins. Et l’objet de cet entretien aurait eu tôt fait d’intéresser les agissements du pays de la Foudre.

Il avait finalement choisi de laisser la gestion de Kiri aux deux mercenaires. Une nouvelle qui enchanta intérieurement Michiki qui pour autant ne l’exprima pas au grand jour. Les conditions inhérentes à cet accord arrivaient en même temps et méritaient sérieux et réflexion. La décision était logique et pleine de sagesse. Autant sur le fait que l’aide économique du Shûkai serait indispensable que sur la nécessité de rallier un autre clan à la cause des deux futurs Kirijins. Il n’y avait là qu’une décision arbitraire juste. Le délai à respecter promettait d’être court et difficile à tenir mais le jeu en valait la chandelle. Fomentant déjà quelques idées et s’envisageant quelques pistes, il fut rapidement tirer de sa rêverie.

Il fallait s’attendre à une réplique de la part de l’Empereur. Quoi de plus naturel après tout. Le Daimyô l’avait directement impliqué en lui demandant de subvenir à la reconstruction du village. C’était bien pour ça qu’il était là après tout. Les moyens engagés demandaient donc une totale confiance entre les partis. Tant et si bien que le Samui imposa lui aussi ses conditions. Il avait imposé la chose de manière non négociable étant celui qui devrait totalement financer le projet. Ce qui était en soit naturel.

Mais ces conditions étaient extrêmement précises et contraignantes. Là aussi ce n’était pas très étonnant. Goren en vint donc à adopter une position plutôt défensive en essayant de négocier une revue à la baisse. Mais cela risquait de rester à l’état de tentative. Connaissant le Kamui, il ne cèderait rien. Le regard améthyste du nécromancien se déposa dans celui du Samui. Une esquisse de sourire parcourut le faciès du Shinda. La main tenant son menton l’avait dissimulé néanmoins. Il ramena les mains sur les accoudoirs pour présenter l’entièreté de sa personne à l’assistance. L’air fermé, voir tendu, il finit enfin par lâcher quelques mots à l’attention de son collègue Nukenin :

- Je pense qu’il est inutile de négocier Goren…

Il s’appuya sur ses dextres pour se lever de son siège. Il resta un instant debout à regarder le Samui et le Daimyô qui le fixaient, comme s’ils s’attendaient à ce qu’il attaque les protagonistes. Les lunettes se portèrent ensuite sur celui à qui il avait adressé quelques mots. Il n’eut pas besoin de plus pour se faire comprendre. La tête pivota de nouveau vers les deux responsables :

- Il semblerait que tout ceci se coordonne selon vos volontés. Je ne vois pas en quoi nos modestes contributions pourront faire pencher la balance pour un allègement des conditions.

S’écartant progressivement de son siège, le Shinda resta pour autant à bonne distance de la table, mais sans être trop éloigné. Il avait les mains dans les poches maintenant. Il focalisa son regard azuré dissimulé par les verres à l’attention du Seigneur des lieux :

- Votre décision semble prise Daimyô. Nous ne pouvons que nous plier à cet accord. Le Shûkai ayant de fortes parts dans cette entreprise, notre situation ne peut certainement évoluer.

Michiki accorda un regard à son homologue Nukenin. Il fixa le colosse un instant pour lui faire comprendre que cet entretien prenait bientôt fin pour eux. Mais le Fossoyeur n’était pas encore parti. C’est pourquoi ses yeux revinrent à son hôte à qui il adressa une simple question :

- Nous en avons fini ? Ou souhaitez-vous ajouter autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Kakeshuou
Informations
Grade : Kamui
Messages : 1835
Rang : SSS

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyLun 24 Aoû 2015 - 17:18



~ Mon Seigneur, je voudrais malgré tout ajouter quelque chose … .

Les choses prenaient une tournure plus favorable. Mais certains points avaient été soulevés, et il demeurait important pour l’Empereur de rappeler certains faits. Effectivement, le Shukaï avait un avantage incomparable dans la situation présente ; et Kakeshuou Samui avait clairement fait comprendre qu’il imposerait ses conditions plutôt que de se laisser avoir comme le Raïkage. Il avait une armée à sa disposition : s’il n’était considéré que comme un pion, il n’hésiterait pas à agir par la force. Même si cela lui en coûtait. Mais peu importe le contexte ou les autres propositions : si Kiri devait vraiment renaître – ce qui ne figurait pas dans ses projets initiaux – ce ne pouvait être aux mains de renégats. Non pas sans qu’ils aient un minimum montré leur valeur. Et en cela, rassembler d’autres Clans n’était pas suffisant.

Dans le même temps, le départ de Michiki prouvait qu’il comprenait l’impossibilité de la tâche que leur imposait le Kamui. Personne, peu importe les réseaux, ne serait capable de rassembler un Clan aussi important avant l’hiver. La tâche était donc rendue impossible ; et peu importe qu’elle soit déguisée ou non, les propos du Maître du Shukaï laissaient clairement comprendre que toute autre option ne pourrait être que la guerre. Une menace à peine voilée en sorte … .
Mais même si l’Empire était déjà perçu comme bélligérant et agressif, ce serait un tort de voir là sa seule identité. Au-delà de sa prise de pouvoir, Kakeshuou Samui disposait déjà d’une réputation à longue portée bien avant la création du Shukaï. C’aurait donc été une erreur de ne voir en lui que l’Empereur imposé par la force, et non pas le personnage qui régnait derrière.

~ Si c’est la reconstruction de Kiri que vous souhaitez, vous ne pourrez l’obtenir sans notre aide. Et le Shukaï ne peut se permettre d’investir dans un futur danger pour ses intérêts. Goren fait une énorme erreur lorsqu’il pense que l’on peut réunir nos familles et nos Clans sous deux bannières différentes.

L’homme se permettait d’adresser un regard plein d’autorité et de puissance éducative au Nuke-Nin, ancien évadé des geôles du Shozaichi. C’était l’âme de l’enseignant, du prof en puissance qui se reflétait dans ses yeux.

~ Malgré toute la « tyrannie » que l’on a pu m’attribuer, le fait est que le Shukaï vit une ère de Paix et de prospérité comme jamais depuis sa création. Et à l’heure actuelle, absolument aucun Clan ne serait prêt à quitter nos rangs pour un projet bancal mené par deux inconnus dont un pour l’instant tristement célèbre. La chose s’est déjà démontrée avec l’un de nos Clans les plus importants, dernièrement : les Jisetsu. Ils se sont refusés à toute rupture avec le Shukaï, alors qu’ils en avaient la pleine liberté. Aucune unité n’a formulé le désir d’abandonner nos rangs. Même si je devais être fait prisonnier ou être éliminé, rien ne pourrait aujourd’hui détruire cette unité. Pas même un vieux rêve nommé Kiri no Sato !

Retour vers le principal interlocuteur, qui est au centre de la discussion. Michiki Shinda n’était toujours pas parti ; il attendait certainement le mot final. La collaboration entre les deux hommes restait encore à définir, car beaucoup de choses avaient été faites, sans vraiment que les deux personnages ne se soient accordés. Toujours allié de l’ombre ou irrédentiste, l’Empereur n’en savait rien. Mais il était prêt à jouer les ouvertures.

~ Vous avez placé votre confiance en ces deux hommes, et je peux comprendre votre rêve de retrouver votre ancienne place. Mais les configurations actuelles ne vont pas dans votre sens. Laissez moi vous proposer une terrain d’entente plus viable : que Mizu soit placé sous l’autorité du Shukaï pendant un temps de reconstruction et d’épuration du Pays ! Nous trouverons un terrain d’entente, avec Shinda et Kyu pour voir comment administrer le futur Vilage, chose à laquelle ils ne seront pas étrangers. D’ici un certain temps, nous nous retrouverons et nous verrons, selon vous, quel est le véritable intérêt de Mizu : rester sous la bannière impériale ou récupérer sa pleine indépendance. Vous aurez ainsi l’opportunité de faire vos propres expériences, et de prendre une décision pleine de sens et de logique.

L’homme posait son bras sur la table, son corps effectuant un bref mouvement de recul. C’était une ultime proposition : de quoi s’entendre tous, afin que le Shukaï ne soit pas lésé, et que l’autorité du Seigneur Féodal ne soit pas baffouée. Avant d’être Empereur, le Samui avait déjà fait parler de lui : il avait participé à de nombreuses guerres et était un soldat fidèle et dévoué aux principes qu’il s’imposait. Il avait déjà plusieurs fois négocié les meilleures sorties de crise possibles : avec le Yondaïme Mizukage pour que Kaguya et Samui s’entendent ; avec les hautes autorités de Kiri lorsque le Village était détruit pour rejoindre le Shukaï ; avec Kumo afin que table rase soit faite sur le passif de certains combattants. Ce n’était pas tant un homme réputé pour sa brutalité que pour sévérité. Mais ca n’en faisait pas moins un homme doué de diplomatie et de tact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Bakushô Kazuya
Informations
Grade : Jônin - Bras droit du Tsuchikage
Messages : 1007
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptyVen 28 Aoû 2015 - 10:26

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Mudara10
Mudarame Sanajiro
Daimyô de Mizu no Kuni

J’avais donc lancé mon idée. Folle ? Sans doute. Insensée ? Probablement. Sans avantages ? Loin de là. J’étais conscient de l’improbabilité de la chose, et même peut être de l’impossibilité à ce qu’elle se réalise. Mais bon, un dirigeant doit pouvoir avoir la vision des grandeurs s’il veut gouverner, et cette chose, je l’avais. Oui, peut être que ce qu’avait annoncé l’empereur était vrai. Peut-être avais-je pris cette décision surtout par nostalgie. Mais bon, je n’étais qu’un homme après tout. Chacun peut être animé par sa propre envie de monter plus haut dans les cieux, telle une tour de « Babel », selon les légendes d’outre mers. Mais contrairement à elle, je n’aurais aucune intention de m’effondrer et d’emporter dans ma chute ma nation.

Le problème, cependant, était le suivant : il me fallait avoir l’aval des trois personnes se trouvant en face de moi. Tout d’abord, celle de l’empereur. Les simples d’esprit diraient que la question concernerait surtout les entrepreneurs de cette action, mais bien au contraire, il me fallait surtout l’accord de celui qui pourrait financer cette action. Si nous n’arrivions pas à l’amener dans notre direction, il était aurait été impossible de commencer la moindre action. Il pourrait très bien faire un pur et simple blocus de la décision et outrepasser nos avis respectifs s’il avait voulu. À se demander pourquoi il n’avait encore rien fait. Peut-être qu’il n’avait vraiment pas envie d’une conquête totale après tout.

Ah, non, j’étais sans doute emprisonné dans une illusion idyllique quand j’eus cette pensée. Même si, j’étais le premier à avoir donné des conditions quant à la réussite des deux Nukenins dans leur quête, l’empereur vint alors rajouter plusieurs autres conditions qui allaient leur rendre la tâche des plus difficiles. Attention, je ne dis pas qu’elles étaient illégitimes, bien au contraire. Éviter à tout prix que le clan vienne d’un autre village était plus que logique, après tout, je ne voulais pas que mon pays soit la cible de rancuniers après que leur clan se soit fait « voler ». Quant au fait de la taille du membre, cela paraissait aussi logique en soit. Si l’on voulait reconstruire une force armée, il aurait forcément fallu que l’on arrive à rassembler du monde pour défendre les terres. Enfin, ce qui concerne l’accord de non-agression, encore une fois, cela paraissait normal, il était hors de question que l’on se risque d’attaquer la personne qui nous a aidé à reconstruire le village, ça aurait été un suicide.

Hélas, apparemment, toutes ces conditions étaient beaucoup trop grandes pour pouvoir être respectées par le duo de Nukenin. Prenant ainsi l’offre comme une opposition pure et simple à leur projet, les deux se plièrent aux conditions imposées par le Kamui. Bien que le colosse ait essayé de négocier avec l’empereur, le binocle était certain que c’était inutile, et voulu malgré tout tenter la chose. Le Samui avait apparemment autre chose à ajouter, comme quoi, il aurait été impossible pour le duo de Nukenins de continuer leur entreprise sans son aide. Chose qui n’était que vrai, hélas. L’albinos termina alors en faisant une contre-proposition : il voulait reconstruire et débarrasser la vermine étant à Kiri, à condition que Mizu se place sous son commandement. Et par la suite, une fois cela fait, il y aurait alors de nouvelles discussions pour savoir si Mizu devait s’émanciper, ou alors conserver son allégeance à l’empire. Discussions, discussions… Mais je devais en finir avec une décision. Me rasseyant donc à la table, mon seul œil valide dirigé à l’intention des trois entrepreneurs, je restai statique en face du Kamui, afin de prendre la parole.


« - Il faut croire que j’ai vu trop grand pour une fois. Après tout, que sont deux errants face à un empereur… ? Vous avez gagné. J’accepte cette proposition de bon cœur. Après tout, ce que je souhaite n’est pas tant une indépendance totale pour les terres de l’eau, mais bel et bien, un équilibre et un ordre mis en place pour la paix des habitants. Si pour ça, je dois confier le commandement à quelqu’un d’autre… Alors qu’il en soit ainsi. »

Voyant mes gardes du corps arriver, je claquais des doigts afin de faire venir l’un d’entre eux à mes côtés, pour qu’il sorte de quoi écrire. Attrapant le pinceau et le trempant dans l’encre, j’étais en train de rédiger l’accord verbal qui venait d’être conclu. L’autorité de Mizu no Kuni était donc placée sous le commandement du Shûkai le temps des reconstructions et de l’épuration des terres. La question de la légitimité de la possession des terres serait ré-abordée en hiver, quand les travaux seraient déjà plus qu’avancés. Quant à Shinda Michiki et Kyu Goren, ils auraient eux aussi une part importante dans cette entreprise, en tant que potentiels dirigeants de cette force armée à instaurer sur les terres. L’accord était rédigé, j’apposais alors mon sceau de seigneur féodal sur le morceau de papier, et le fit passer entre les différents partis afin qu’ils apposent leur propre signature. Une fois cela fait, je le récupérai afin de le conserver avec moi.

« - Je conserverai ce « contrat » afin de garantir sa sûreté pendant la durée de notre entreprise. Sur ce, Messieurs, je vous remercie encore humblement d’avoir pris le temps de discuter avec un vieil homme de l’avenir de ce beau pays. Que Mizu renaisse. »

La réunion était terminée, et tout le monde pouvait rentrer chez soit. Il ne nous restait donc plus qu’à attendre de voir ce que l’avenir nous réserve…


I'm here to smoke some cigarettes and explode some bitches...
[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Fb53b5ac12689c129afe12cbb62561fbef022d12_hq
... And this is my last stroke.

I don't like to hurt people, so please...
[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Tenor
Get out of my way !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Otsutsuki K. Nikkou
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1874
Rang : S

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq EmptySam 29 Aoû 2015 - 16:52

Le Shinda observa tristement la scène se déroulant sous ses yeux. Il avait éprouvé pendant un temps du respect face à cet homme à la tête d’un pays si convoité et pourtant en si délicate posture. Malgré son incapacité à amener la paix sur ses terres, il s’était présenté en arbitre et décideur pour cette entreprise de conquête. Il fallait un brin de folie et un bon paquet de culot pour ça. Mais il était normal qu’un Daimyô soit capable de telles choses. Sans un caractère comme le sien, il n’aurait pas fait long feu.

Mais il ferait mieux de se méfier car aujourd’hui sa volonté avait plié face au Shûkai. Il avait courbé l’échine et accéder aux requêtes de l’empereur conquérant. Kakeshuou remportait une fois de plus la bataille. Juste pour cet instant, Michiki aurait aimé la présence du Raïkage afin que soit clamé haut et fort sa défaite. Si le Fossoyeur se retrouvait sans objectif d’ici là, il y a fort à parier qu’il prendrait la direction de Kaminari pour mettre un terme à ce village aux principes désuets. Kumo avait seulement démontré par son action à quel point ils étaient faibles. Prêts à étaler un semblant de puissance militaire à la face du monde pour se convaincre eux-mêmes de leur force. Mais en vain.

Le binoclard remonta ses lunettes sur le nez lorsque le seigneur du pays finit par se prononcer. Son discours fit tiquer le nécromancien qui ne laissa paraître de pulsion guerrière. Et ce n’était pas l’envie qui lui manquait pourtant. Le vieil homme s’était résigné en prononçant ses mots de trop. Semblerait-il que les deux Nukenins n’étaient pas capable de rivaliser face à l’Empereur et son empire. Si la situation n’était pas aussi délicate, le Shinda aurait tôt fait de remarquer que le décès de Daimyô était chose commune pour lui et qu’il était très à l’aise dans cette tâche. Ce ne serait donc pas un vulgaire petit seigneur de pacotille qui lui dicterait sa valeur.

Mais la réunion toucha à sa fin lorsque fut rédigé le contrat liant ses parties. Lorsque la feuille passa par Michiki, il ne comprenait pas trop quel était l’intérêt qu’il s’engage pour cette affaire. L’on n’avait pas attendu son avis ou ses conditions pour conclure cette histoire. Il n’avait pas véritablement eu son mot à dire pour qu’au final la passation de responsabilités soit conclue entre le Daimyô et le Kamui. Leur hôte était un être paradoxal en y repensant. Lui qui clamait vouloir faire de Mizu un pays indépendant et libre, voilà à qui il léguait ses terres maintenant. Ce même homme qui avait été prêt à en confier la garde à deux vagabonds qu’il jugeait ensuite incapables face au Kamui et qui pour finir leur demandait de se lier à ce dernier dans les termes d’un contrat. Pures conneries que tout cela.

Néanmoins, Michiki se plia aux normes et apposa sa signature sur le contrat. Il faut dire qu’il n’y avait plus grand-chose à dire ou à faire. Ceci fait, lorsque le Daimyô eut enfin terminé de parler, il s’empressa de quitter les lieux. Il ne fallait pas perdre un instant. D’autres affaires l’appelaient et il se devait de faire vite pour la suite des évènements. Kiri ne se reconstruirait pas en un jour…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty
Message(#) Sujet: Re: [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq [EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[EVENT - Conquête de Mizu] Un Destin pour Cinq

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Mizu no Kuni :: Temple de Sanbi-