N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Les voix de dieu [Ozai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] EmptyMer 24 Juin 2015 - 9:35

La défaite… pour la première fois de mon existence, je ressentais toute la réalité de ce terme. La haine, la colère, rien ne servit à ma victoire. Au final, je n’étais pas prêt. Je m’en rendis compte au moment même où il posa la main sur moi, où il m’envoya valdinguer à l’autre bout du territoire. Un tel écart de force, c’était inconcevable. Je ne pouvais accepter le fait que je me sois fait laminer de la sorte. Mais au fond, par delà la honte et la colère, une impression étrange se faufilait, se faisait un chemin jusqu’à mon esprit.

Ainsi, lorsque je repris connaissance, ce ne fut plus pour me sentir outré ou complètement désoeuvré. En fait, c’était tout le contraire. Je sortais de ma torpeur et, presque avec un mécanisme trop parfait, je m’assis sur l’herbe et fermai les yeux. La prière d’elle-même se composa dans ma tête. Je la sentis m’entourer, me pénétrer et enfin ressortir de mon corps pour voler vers les cieux. Ce fut très certainement l’un des instants les plus spirituellement complet de mon existence. Cependant, il faut bien avoué que je n’étais, à ce moment là, pas véritablement aux commandes.

Soudain il apparut, devant moi, assis à quelques mètres. Il avait une apparence tout à fait banale : un homme en costume marron et aux cheveux tombant sur les épaules. Ses yeux, rivés sur les miens, dégoulinaient de pureté. Je m’y perdais, y noyais toute mon âme pour la purifier. Je voulus dire quelque chose, émettre un son, mais rien ne sortit. Je n’étais pas en mesure de m’adresser à lui, je n’étais pas suffisamment digne- du moins est-ce ainsi que je l’interprétai.

-N’est ce pas formidable de rencontrer son dieu ?

Il sourit. Il sourit et je baissai les yeux, gêné. Que pouvais-je bien répondre. Cet être spirituel pouvait très certainement lire dans mon esprit comme dans un livre, pourquoi se serait-il fatigué à m’entendre parler. Qu’avait-il à gagner du son de ma voix ? Trop de questions se bousculèrent dans ma tête, comme si mon esprit lui-même désirait s’écarter de la plus importante qui aurait été la raison de la présence de cet individu en ce lieu, en ma compagnie.

-Tu n’as pas besoin de t’exprimer, juste à m’écouter.

Une invitation qui sonnait comme un ordre. Un ordre tout sauf violent en apparence, mais qui eut l’effet de me sceller les lèvres comme si on les avait cousu entre elles. Mes yeux, emplis de détresse, demandaient explication au divin personnage. Mais l’expression de ce dernier ne changeait pas, ne se modifiait pas d’une ride. Il ne désirait pas se montrer agréable, ça je l’eus compris. Mais alors, que désirait-il ?

-Il y a en toi un pouvoir malsain. Tu ne crois pas en moi, où du moins tu ne croyais pas avant cet instant. Mais je suis là, et tu es là, et ceci est réel. Jusque là, tu n’as servi que tes intérêts, voguant aux grés des vents pour servir ta propre soif de découverte. Mais un homme comme toi ne peut demeurer sans objectif. Tu es trop bestial, trop incroyablement motivé pour te perdre dans une destinée classique. Tu seras ici mon bras droit, la puissance ultime du divin, et je veux que tu sèmes dans ce monde, la purification en mon nom.

Il ne dit rien d’autre. Il ne demanda rien d’autre. Ces phrases sonnaient comme une proposition mais n’en demeuraient pas moins des ordres dures et solides. Il ne désirait de moi que l’écoute, l’attention complète que je pus lui offrir. Ainsi il disparut, comme il était venu. Je n’eus pas à être surpris, il avait laissé dans mon esprit une sorte de modification complète de son mode de fonctionnement. Je n’étais plus exactement le même. J’avais l’intime conviction que certains de mes souvenirs avaient étés modifiés ou tout simplement effacés. De plus, je sentais la colère et la haine disparaître petit à petit de la structure de mon âme.
Je fermai les yeux et les rouvris. Je ne me trouvai plus au même endroit. J’avais changé de localisation et très certainement de chronologie. Etais-je toujours juste après le combat contre le moine, ou avais-je passé ces dernières heures dans une espèce de coma artificiellement maintenue par l’illusion divine. Je ne savais que penser, je n’avais que mes yeux pour me porter secourt.
Je me trouvai quelque part sur le mont Ikiruu, seul et à la merci du vent. Mais dans ma solitude, je sentis la présence d’une tierce personne. Un individu nouveau… Il dégageait un chakra aisément quantifiable et il m’était intéressant de découvrir cette première créature à qui je montrerai le nouveau moi.

-Homme ou femme qui se cache ici, sort donc en pleine lumière et présente toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gogyou Natsu
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] EmptyMer 24 Juin 2015 - 23:14

Une voix, rauque brisant le silence de ce mont. Elle fut portée en écho descendant les pentes de ce mont abrupt. Des oiseaux s’envolèrent, troublés par ces sonorités incongrues, inattendues. Il était là, cet homme à l’aspect particulier. Cet homme que j’observais depuis un moment d’un regard avide. Perché dans les branchages touffus d’un arbre, j’observais, tel un prédateur cette proie. Je ne me faisais aucun doute à propos de ce que je pouvais voir. J’aurais affaire sous peu à un individu d’un type particulier. Ce genre de choses, se ressent au premier coup d’œil. Pour peu que l’on ne soit pas un enfant de cœur du moins.

Je descendais sans autre forme de procès de ma planque. Je n’ai nullement envie d’utiliser le mot cachette, car en réalité, je ne me cachais guère. Parlons plutôt de tour d’observation. Mes pieds heurtèrent lourdement le sol laissant encore plus présager à mon futur interlocuteur de ma présence. S’il savait que j’étais là, c’est qu’il disposait de capacités sensorielles plus poussées que les miennes. Intéressant donc. À pas lents, je m’approchais de lui.

_ Salutations l’étranger !

Pourquoi l’appelais-je ainsi ? Je ne saurais moi-même l’expliquer. Simple feeling. N’étant moi-même pas natif de cette contrée, je m’avançais un peu en parlant ainsi. Tout au plus, étais-je un habitant de ce pays. Habitant depuis près d’un an, sinon plus d’ailleurs, je ne sais plus. Je m’avançais vers cet homme étrange à l’allure bestiale. Comparé à moi, le jour et la nuit. Moi, habillé comme à la parade, tenue de noble, bottes de noble, la totale jusqu’au chignon ; lui… Tel un misérable. Je ne pus empêcher cette moue de dédain qui se dessinait sur mon visage.

_ Tu as divagué un bon bout de temps… J’ai cru que tu étais dément, mais certains gestes m’ont assuré du contraire.

Je me rapprochais de lui, jusqu’à entrer dans sa zone personne, c’est-à-dire être proche de lui entre 45 et 135 cm. Ça, c’est pour le cours pratique sur les zones d’intimité ou sur la proximité. Puis, je lui tournais autour afin d’évaluer ses aptitudes à gérer la pression, le stress face à l’inconnu. Probablement qu’il devait se demander ce que je lui voulais. Certainement qu’il tenterait une quelconque action. Tout ceci serait une bonne base d’information sur la psychologie de l’individu. D’une voix ferme je le questionnais.

_ Quel est ton nom l’étranger ?

Mon regard cherchait le sien. Si nos regards se croisaient, il pourrait voir dans mes yeux, les flammes, la plus grande noirceur, l’absence totale de peur. Non, il ne m’effrayait pas, quand bien même, je pressentais un niveau de chakra largement supérieur au mien. Je suis Jisetsu Ozaï, le shinobi qui a toujours un temps d’avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] EmptyMer 24 Juin 2015 - 23:56

De derrière un gros rocher, signalant sa présence par quelques pas bien appuyés, il se montra. Il était grand, habillé de la manière la plus distinguée qui soit. Si un troisième protagoniste s’était trouvé là, il aurait très certainement fait cas de ce contraste esthétique entre nos deux personnes. Mais je savais me fier à mes instincts et non à mes pupilles. L’homme qui sortait de l’ombre n’était pas un noble ou un citoyen ordinaire. La présence de chakra puissant circulant dans son corps se faisait preuve de cette affirmation. Aussi je ne le quittai pas du regard. Je n’adoptai peut-être pas une position totalement défensive ou combative, mais je demeurai sur mes gardes. Quant à lui, il choisit la manière douce pour débuter cette rencontre. Une salutation simple. Il me traita d’étranger, il devenait évident que cet individu, aussi curieux soit-il, ne connaissait pas mon identité.

D’abord suffisamment éloigné, l’inconnu commença à se rapprocher. Je ne disais toujours rien, me demandant s’il allait s’arrêter de progresser vers ma personne. Il fit une allusion sur ma démence potentielle. Apparemment, cela faisait un moment qu’il me savait dans les environs, radotant et parlant à des esprits qui ne se trouvaient pas là. Cette vérité ainsi relâchée ne me mit pas en confiance. Le fait d’avoir été observé dans un moment de faiblesse, ça aurait dérangé n’importe quel homme un minimum. Pour moi, le dérangement atteignait son maximum. Je n’étais pas du tout à l’aise avec cette idée.

L’inconnu continua de se rapprocher. Il me demanda mon nom. A présent, il se mettait à varier dans les directions qu’il empruntait. Il me donnait l’impression de me tourner autour ; tel un fauve angoissant sa proie. Bien entendu, je me savais à l’abri d’un assaut surprise. Je ne désirai pas non plus me montrer trop désinvolte. Il était temps de mettre en pratique mes nouveaux préceptes et d’être un nouveau moine. Il me fallait analyser, considérer, pondérer chaque décision. Je choisissais mes mots avec soin. La diplomatie, outre le combat, faisait également partie de mes attributions.

« Je suis Guerre. Mais toi, inconnu, tu sors de nulle part, tu prétends m’observer depuis un moment, et tu ne te donnes pas la peine de me donner ton nom. »

Je le sentis réagir. Un instant, nos regards se croisèrent, comme on croise le fer pendant une bataille. Je vis alors dans ses yeux cette lueur si particulière aux hommes qui ont assisté à des carnages ou qui en ont commis eux-mêmes. C’était fascinant de hasard ! Tomber ainsi sur un homme ayant ce genre de vécu alors que rencontrer un simple civil était tellement commun à l’époque.

« Tu es shinobi… Je le vois dans tes yeux… »

Cette fois-ci, c’était moi qui m’étais mis à marcher. C’était moi qui m’étais mis à lui tourner autour, tel le fauve sur l’antilope. Les rôles étaient inversés. Je savais que je pouvais, à la moindre menace pressentie, terminer cette conversation par une technique offensive lourde. Mais je ne désirai ni offrir à mon interlocuteur la satisfaction d’en apprendre plus, ni terminer cet entretien. Je continuai donc d’observer attentivement mon inconnu.

« Tu es soldat et a vus des batailles, mais où est donc le sigle de ton peuple. Pour qui te bats-tu ?... »

Je pris une respiration secondaire. Il était important de ponctuer la conversation de certains silences. Il était primordial de lui faire comprendre que celui qui menait la danse, c’était moi, et non lui. J’étais le plus puissant, mais cela ne se jouait désormais plus à de telles extrémités barbares et primaires. Non ; le tout était se passait à présent sur un plan diplomatique, basé sur le dialogue et l’habileté à manipuler son opposant pour le ramener dans son camp.

« …Plus important encore, es-tu ici pour te battre ? »

Voilà, j’avais au moins, par le biais de cette phrase un peu trop longue, mis les choses au clair. Il était maintenant libre de me répondre ce que bon lui semblerait. Il serait cependant au courant du fait que sa réponse provoquerait chez moi une réaction décidant très certainement de son état à la fin de notre entretien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gogyou Natsu
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] EmptyVen 26 Juin 2015 - 23:14

J’aimais le contrôle dont faisait montre cet homme. Il venait de passer le premier test. Le tout premier d’une longue batterie de tests que je comptais lui faire subir. Un poltron dans l’âme aurait au moins reculé d’un pas à mon approche. Mais lui, ce « Guerre » restait stoïque. Cependant, je le voyais bien, là dans son regard empli de noirceur. J’avais réussi à le déstabiliser. Il n’avait pas apprécié que je lui apprenne que je l’avais épié pendant un bout de temps. Normal. N’importe qui à sa place se serait senti… violé dans son intimité. D’autant plus que le bougre m’avait offert le spectacle gratuit du radotage et de la parlote en mode illuminé.

_ Guerre ? N’est-ce pas la plutôt un pseudo ?

Je soutenais son regard sans crainte, sans sourciller. La force intérieure est acquise en moi depuis ces années de détention où je suis parvenu à connaître mes limites. Cet homme en face de moi, n’est qu’un homme comme les autres. Un homme que je peux dompter, comme je l’ai fait avec Gekei Jaga. Comme j’ai pu apprivoiser Tenbatsu Kurasa et comme je le materai lui aussi. Je m’arrêtais et plaçais mes mains dans le dos, sourire carnassier tandis que mon vis-à-vis faisait référence à ce qu’il pensait être une vérité. À mes mots à son encontre le traitant « d’étranger » il me répondait en essayant d’appuyer là où il pourrait faire mouche. Je secouais la tête en signe de désapprobation. A présent, je le voyais tanter d’inverser les rôles en essayant de me tourner autour. Le mimétisme… Allez sur Google et tapez « mimétisme ». Lisez les deux premières phrases concernant ce mot sur Wikipédia et vous aurez un beau panorama de la situation. Je le tenais ce Guerre et il allait vite s’en rendre compte. Je m’arrêtais alors, lui laissant l’opportunité d’essayer de paraître prédateur. Au fond, il en était un, mais pas pour moi, pas contre moi.

_ J’ai fait bien plus que voir des atrocités cher Guerre. Les atrocités, je les VÉCUES !

Je laissais entrevoir dans mon regard une lueur bestiale tout en prononçant avec force ce dernier mot. Mon regard ?Ce genre de regard qui ne trompe pas. On dit que les yeux sont le miroir de l’âme. En cet instant précis, les miens offraient une porte menant directement à la mienne. Un puits sans fin vers le néant.

_ Shinobi ? Le terme est incorrect. Je suis bien plus qu'un simple shinobi et il y a belle lurette que je ne combats plus que pour les miens, que pour ceux qui sont comme toi et moi : rejetés par le système.

Je l'indexais avant de m'indexer afin de faire un lien logique dans son esprit. Il en avait déjà assez vu rien que par la force de mon regard. J'étais comme lui. J'étais différent. Lui et moi, n'étions plus fait pour ce monde qui nous entoure. Le seul hic, c'est que nous sommes du monde et nous ne sommes pas prêts à le quitter maintenant.

Sa dernière remarque me fit rire malgré moi. Avait-il soudainement peur ? On dirait que oui. Combattre n'est pas une fatalité. Loin de là. Je souriais. Amusé par cette proie.

_ Demanderais-tu à un tigre s'il souhaite combattre ? J'imagine que non. Alors pars du principe que tu as un tigre devant toi. Un tigre que d'aucuns appellent Ozaï.

Et la, je ramenais mes mains, jusque là dans mon dos, parallèlement à mon corps. S'il était le senseur que je pense qu'il était, il pourrait le sentir, cette petite perte de chakra en moi.

_ Dis-moi Guerre. Quels sont tes buts dans cette vie ? Pour qui ou pour quoi vis-tu toi ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] EmptyLun 29 Juin 2015 - 22:07

Je m’étais arrêté de parler et de bouger à la seconde même où mon interlocuteur ouvrit la bouche pour la seconde fois. Il fit tout d’abord une remarque désobligeante sur le nom que je lui avais donné. Je n’avais pas envie de faire couler plus d’encre sur cette histoire, je demeurai donc silencieux. Il n’aurait servit à rien que je m’acharne à lui faire comprendre que Yoru n’était qu’une simple façade. Que l’humain véritable s’appelait Guerre, et non Yoru. Que cet homme dont il voulait le véritable nom n’existait plus que sous la forme d’une coquille vide, habitée par un esprit autrement plus pragmatique, autrement plus humain. Car la nature humaine est inhumaine, et j’étai bel et bien inhumain –ou du moins me voyais-je de la sorte.

Il enchaina ensuite sur une réplique à l’une de mes piques. Le seul problème résidait dans son attitude, sa manière de prononcer ses phrases et le regard qu’il me lançait. Je pouvais jauger sa puissance, à moins qu’il ne soit apte à la camoufler, et je savais bien qu’il avait un niveau légèrement inférieur au mien. Mais ses réactions, en elles-mêmes, révélaient tout autre chose. Comment pouvait il se permettre de s’exprimer ainsi. Comment pouvait-il se permettre d’être aussi fier, en face de moi. Au monastère, on nous apprenait l’humilité, peut-être était-ce temps que je cesse d’apprendre et que je me mette moi-même à dispenser mon savoir, me disais-je à l’écoute de ses paroles.

Néanmoins, mon inconnu ne s’arrêta pas là, il continua à parler, traitant cette fois-là de la notion de shinobi et de ses liens avec cette classe. J’avais eu le malheur de le définir d’une manière qu’il n’approuvait pas et maintenant, je me retrouvais ennuyé de ses tristes débats sur ce que l’on est et ce que l’on est pas. Cependant, il fit l’erreur de me ranger dans la même catégorie que sa personne. Cela ne me plaisait pas, mais alors pas du tout. Je m’abstins de faire une remarque afin de le laisser terminer, mais déjà au fond de moi bouillonnait une certaine colère.

Enfin, il enchaina à nouveau sur une certaine fierté personnel. L’homme se prenait pour un tigre, il n’était à mes yeux qu’un vulgaire chaton en quête d’humilité. J’allais la lui apprendre, j’allais la lui enseigner à coup de bâton s’il le fallait. Mais avant ça, il fallait qu’il se prépare. Je n’étais pas du genre à attaquer mes adversaires par surprises, surtout pas dans ce genre de situation. Je décidai donc de le prévenir, d’une manière suffisamment explicite pour qu’il sache qu’il n’avait pas en face de lui un lâche. Se faisant, je demeurais complètement sourd à sa dernière remarque.

« Tu me ranges dans la même catégorie que ta personne, sans même me connaître. Tu prétends avoir vécu des choses atroces et lire en moi comme dans un livre. Mais tout ce que je vois, c’est un homme bercé d’illusion et d’orgueil. Tu te vois comme un lion, saches cependant que tous ceux doivent affirmer haut et fort qu’ils sont le roi ne le sont pas. Je respecte les hommes qui prennent leurs responsabilités, il est temps de prendre celles qu’imposent tes paroles. »

Je fis un pas en arrière et repoussai mon bras en contre ma hanche. D’un coup sec et bien porté, je projetai alors ma paume dans les airs en face de moi, dirigée directement sur la position de cet inconnu qui ne l’était plus vraiment. De ma main se détacha alors mon énergie spirituelle, sous la forme d’une paume encore plus imposante, de couleur jaune et fondant directement sur mon adversaire. Il s’agissait d’une technique basique de moine de Ta, il devait très certainement savoir comment s’en protéger, il n’en demeure pas moins que je désirai lui montrer qu’on ne se permet pas toutes les paroles que l’on désire émettre sous prétexte que l’on se trouve avec un étranger. Ça et l’humilité.

« Il n’y a pas de place pour les pseudo-lions dans ce monde, Ozai ! Il est temps que vous autres orgueilleux adeptes du contrôle le compreniez ! »

Sans le vouloir, j’avais haussé le ton de manière significative. J’avais également fait un autre pas en arrière, toujours en trainant le pied au sol. J’effectuais alors une rapide prière en contrôlant le flux d’énergie colossale qui se dégageait de ma personne. Il était hors de question de laisser la moindre ouverture à mon adversaire.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gogyou Natsu
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] EmptyMer 1 Juil 2015 - 0:45

Oh oui, il enrageait. Je le remarquais. Cette tension naissante en lui, surtout depuis que je lui ai dit que nous étions pareil. Pauvre tâche qui se braque alors qu’il ne comprend pas que je lui fais une fleur en le comparant à moi. J’ai envie de rire tandis que je le sens progressivement préparer ses muscles à un assaut. Ainsi donc, le plus gros tigre face à son congénère s’estime être un alpha rien qu’en se basant sur son unique taille ? Je relève le menton en inclinant légèrement la tête sur un côté, lui montrant ostensiblement mes parties vulnérables, mon cou et ma pomme d’Adam. Qu’y pourrait-il de toute façon ? Même si je le sens enrager, seuls les faibles craquent face à la pression. Et lui, était sur le point de craquer.

_ Mmmmmahahahahahahahah !!!! Mouhahahahah ! Tu n’oserais pas ! Guerre…

Un défi. Clairement lancé. Mon regard fixant le sien. Nous ne sommes plus que muscles prêts à l’action car avant même qu’il ne pense à porter la main sur moi, je savais que nous en arriverions à ce résultat. Je la vois, cette main portée vers l’arrière. Que me réserves-t’il ? Je l’ignore. Je l’avoue. Mais je suis néanmoins prêt à contrer ce justu ou cette technique taïjutsu à venir. Fut-elle une charge ! Mais, ce serait tout autre chose qui me serait servi. Une technique rare, que j’avais la chance de voir faire dans ce pays même où nous nous trouvions. Un truc fou. Mais alors totalement insensé pour un novice ! Ce n’est que par instinct, et parce que je sais lire dans le corps humain comme dans un livre, que j’ai vu venir cet assaut. Ces muscles qui se tendent au dernier moment, cette pression relâchée dans une spirale de violence. Même si de visu, cet homme se contentait de frapper l’air devant lui, même s’il semblait exécuter un kata, abattant un adversaire invisible, j’avais compris. Et là, mes pupilles s’illuminèrent. Au pouvoir de Maskine je réponds par celui supérieur des Jisetsu.

Le regard du Tigre:
 


*Le pouvoir de Maskine*

Il me semblait flotter dans les airs tandis que je voyais cette aura se diriger vers l’emplacement où je me trouvais, l’instant d’avant, puis faire exploser un roc quelques mètres plus loin. Je me réceptionnais quelques mètres à côtés avant d’effectuer à nouveau un salto sur le côté. Pure précaution. Un sourire carnassier sur mon visage, mon cœur battant plus vite que la norme, je sentais une familière exaltation guerrière en moi. Oh oui, j’adore ça !

_ J’en conclus que tu ne te bats que pour toi-même… Ou pour Maskine ? Mais… D’après ce qu’on en dit, les moines ne sont pas aussi irascibles, tigreau.

Fais gaffe à tes actes, jeune tigre, tu pourrais tout simplement y laisser des plumes. Je me redresse. J’ai probablement l’air d’un jeune coq, mais, mes muscles sont prêts à l’action ou plutôt la réaction. Cette danse risque de durer un peu plus longtemps que prévu, à moins que ce Guerre ne dispose de plus d’un tour dans son sac.

Cependant, je comprenais dès ce premier échange de bons procédés, qu'il disposait d'une réserve de chakra et d'une puissance brute largement supérieure à la mienne. Tout ceci était intéressant. Bueno !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] EmptyMer 1 Juil 2015 - 12:23

Il était parvenu à esquiver mon attaque. Sur le coup, cela me surprit un peu. Il faut dire qu’elle arrivait, plus ou moins, par surprise et qu’il n’aurait pas dû, dans des circonstances normales, avoir le temps de se prémunir de cet assaut. Mais apparemment, j’avais un homme on ne peut plus compétent devant les yeux. D’ailleurs, il y avait quelque chose dans ses propres pupilles qui me poussait à le reconsidérer à une valeur différente. Il avait certes un orgueil démesuré pour un homme de sa stature, mais il savait aussi ce qu’il valait réellement ; une qualité rare chez les soldats de nos jours. Même s’il m’avait royalement exaspéré, il fallait que j’admette que par cette dernière action, témoignant à la fois de son pragmatisme et de sa capacité d’analyse, il gagnait un peu de mon respect.

« Le chaos Ozaï… c’est la seule et unique raison qui me maintient en vie je dirais. Le pouvoir de faire bouger les choses lorsque l’on est en vie et la satisfaction de les savoir différentes lorsque l’on quitte ce monde. Oui… je dirais que c’est pour ça que je vis. »

J’avais bien entendu sa dernière question, même si j’avais fait mine du contraire. Il était cependant important qu’il comprenne l’écart entre nos deux personnes. Je n’avais pas encore réussis à lui apprendre le respect, sa dernière remarque en témoignait parfaitement. Néanmoins, je n’avais plus très envie de lui écraser la tête contre les rochers environnants. Au lieu de cela, je décidai de lui montrer, par les mots plutôt que par la violence, toute l’étendue de la sagesse qu’un homme peut posséder –et cela même s’il est profondément mauvais- lorsqu’il fait preuve d’humilité.

« Encore une fois, je te vois le regard rempli d’orgueil. Cette fierté… est mal placée. Tu n’as rien accomplie, ton nom ne résonne pas dans ma tête comme le souvenir d’une nouvelle lue dans une gazette, qu’elle soit locale ou transe-village. Si tu n’as que tes paroles pour te surélever dans le monde, alors tu mourras en inconnu. Le génie d’un homme ne se mesure pas au volume qu’il met dans sa voix, mais aux cris muets de ses victoires. »

Je laissai tomber ma posture de combat. Il n’y avait plus le besoin de se montrer hostile désormais. Du moins le pensais-je. S’il avait tenté de m’attaquer à nouveau, je l’aurais cette fois mis au tapis, laisser pour mort contre le sol. Je me savais capable de le faire, aucune de ses attaques ou aucune de ses défenses n’aurait le pouvoir de me contrecarrer. Mais je n’animais plus ce désir de violence pour le moment. En effet, j’aspirai soudain à un tout autre dessein.

« Tu aboies beaucoup, certes. Mais tu n’es pas complètement inutile, même si j’aimerais pouvoir l’affirmer. Le fait est que tu détiens en toi suffisamment de culot pour pouvoir demeurer en vie et te faire un chemin sur les sentiers de ce monde. Mais la question demeure entière, à ce moment là. Quel genre de route souhaites-tu emprunter ? »

J’avais rencontré, depuis ma fuite du monastère, assez de personnages pour le moins énigmatiques et spéciaux dans leur propre domaine. Mais, à force de rencontre, je m’étais peu à peu rendu compte que chacun, de quelque manière que ce soit, aspirait à un propre destin. Bien sûr, la majorité de ces individuels ne trouverait jamais ce qu’il rechercherait pendant tant d’années ; mais au moins ces hommes s’étaient-ils imposer un objectif, un but à atteindre. A présent, je désirai comprendre ce qui motivait mon propre interlocuteur.

Néanmoins, car je n’étais pas le dernier des imbéciles, J'explicitais la technique que j'avais débuté au tour précédent.En effet, il fallait savoir se prémunir de toutes les défiances de l’être humain. Aussi de mes épaules commençait doucement à s’évaporer un peu de mon aura orangée. Elle était bien entendue visible, mais ne devait pas, si je ne m’étais pas trompé sur ses capacités sensorielles, le perturber plus que cela.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gogyou Natsu
Informations
Grade : Genin
Messages : 303
Rang : B+

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] EmptyMer 1 Juil 2015 - 23:07

J’avais donc fait mouche. Déjà ? Il m’imaginait si faible au point de croire que je ne puisse survivre à cet assaut basique ? Je gardais cette attitude arrogante que j’avais adopté moins d’une minute plus tôt. Mais, comme mon interlocuteur, je m’employais à baisser d’un cran l’animosité existante entre nous deux. Le moment était passé, où je me devais de persister dans mes actes, ma posture et mon attitude, car en me répondant, le soit-disant Guerre me prouvait, par ses mots, que lui et moi, étions pareils.

*Le chaos hein ?*

A présent, Guerre se muait en donneur de leçons. Si en ce qui me concerne, je parvenais à voir plutôt clair en lui, lui semblait encore à côté de la plaque. Il me parlait à mots voilés, de gloire, de pouvoir, de reconnaissance mondiale. Ne lui vient-il pas à l’esprit que tous ne sont pas intéressés par cette voie ? Ne lui vient-il pas à l’esprit que d’aucun peuvent parvenir à leurs buts en restant dans l’ombre ? C’est d’ailleurs là la meilleure part.

Sans mot dire, je constatais un progressif relâchement dans ses muscles. La tension guerrière semblait retomber d’elle-même. On aurait dit qu’il renonçait réellement à poursuivre sur la voie de la violence. Je me relâchais également un peu. Mais, à la différence de Guerre, je restais sur mes gardes, bien conscient qu’il était plus fort que moi et que je ne pourrais le battre qu’à une seule condition : une constante vigilance.

_ Tu poses des questions intéressantes Guerre. Le fait que tu changes d’attitude face à moi prouve que tu n’es pas sot.

Je replaçais à nouveau mes mains derrière mon dos et je recommençais mes mouvements en arc de cercle autour de lui. Il était redevenu la proie et moi, je poursuivais mon rôle, celui qui était mien depuis le départ : celui du prédateur.

_ Je vois clair en toi, bien plus que tu n’es capable de l’imaginer. Vois-tu, si tu permets, j’aimerai t’enseigner quelque chose. Il n’y a dans ce monde que deux types d’être : les prédateurs c’est-à-dire, les gens comme toi et moi et les proies. Que tu l’acceptes ou pas, j’ai ouvert les yeux sur la réalité de ce monde bien avant toi et j’y vois probablement bien plus clairement que tu ne sauras jamais le faire. Tu possèdes comme moi, une grande force intérieure et comme toi, je n’ai d’autre but que de mettre sens dessus dessous ce monde pour son seul et unique bénéfice. Enfin… Pour NOTRE seul et unique bénéfice, car vois-tu, dans ma solitude, j’ai su trouver des gens comme toi et moi, des gens avec qui je peux m’allier pour mener un projet similaire.

Je m’étais arrêté de bouger. Je le fixais du regard sans sourciller. Mes pupilles s’étaient rétrécies, mais elles étaient toujours dorées signe que le pouvoir Jisetsu était activé.

_ Sais-tu pourquoi, j’ai perdu de mon précieux temps à t’observer dans ton délire Guerre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] EmptyVen 3 Juil 2015 - 14:20

Il est parfois difficile de cerner un individu. Car, quoi que vous fassiez, celui-ci se dérobe et tente sans raison apparente ou logique de se hisser au-dessus de vous. Il y a en effet des gens de ce type, des individus qui ne se complaisent que dans l’écrasement des autres. Ces derniers ne sont heureux que lorsqu’ils occupent la première place. Peu importe s’ils gagnent quelque chose dans les négociations qu’ils entreprennent. Car il ne leur suffit pas de gagner, il faut que vous, de votre côté, vous perdiez quelque chose. Vous comprenez donc comme il est peu aisé de composer avec des gens de cette trempe. Malheureusement, il s’avère que dans le monde peu juste que nous habitons, ce genre d’homme et de femme soit aussi la classe la plus talentueuse.

Nous avions tous les deux diminués notre consommation d’énergie, c’est à dire que nous avions, si l’on souhaite l’exprimer ainsi, baissé les armes pour entamer un dialogue plus poussé. Dans un premier temps, je décidai de laisser mon interlocuteur s’exprimer. Il avait certes des choses à dire, mais je désirais surtout voir si son attitude avait changé par rapport au début de notre conversation. Je fus forcé de me rendre compte par la suite que, malgré mes espoirs et les remarques que je lui avais faites, il ne changea pas vraiment de ton et persistait dans cette manière de se placer au dessus de moi.

Mais les mots qu’il employa, cette fois, furent un peu plus pénétrants que quelques minutes plus tôt. En effet, il était autrement plus explicite sur ses propres projets, sur la collaboration qu’il désirait instaurer avec les individus qu’il qualifiait de communs à notre genre. Je l’écoutai dans le silence, faisant mine de m’intéresser on ne peu plus à ses propos. Mais dans ses paroles, je ne voyais que propagande et recrutement. Et lorsqu’il termina son discours aux similitudes Nazis, je dû me rendre à l’évidence, cet homme qui se dressait devant moi tentait véritablement d’instaurer entre nos deux personnes un climat professionnel propice à la collaboration ; cela très certainement dans le secteur du crime.

Je plongeai mon regard dans le sien. Je ne m’en rendis compte qu’alors, il s’était remis à me tourner autour. Ses pupilles étaient d’un jaune pur, autrement moins banal que les yeux mauves que j’avais pu apprécier chez cette jeune femme de Konoha. Je sentais d’ailleurs une certaine consommation continue survenir à l’intérieur de son corps. Il n’avait pas cessé toute activité chakratique rien que pour le dialogue. Je soupirai donc et me retournai, faisant face au magnifique spectacle que m’offrait la vue depuis ce sommet –car il ne faut pas omettre le fait que nous nous trouvions sur le sentier d’une montagne.

« Tu as perdu du temps qui t’es précieux, tu ne penses cependant pas au miens. Tu négliges trop ton semblable Ozai… et c’est la raison pour laquelle tu fais un piètre allié. Oui, je crois savoir pourquoi tu m’as observé tout ce temps, mais tu es trop orgueilleux pour que toi et moi roulions sur des routes parallèles. »

Je jetai un dernier regard par dessus mon épaule, il était toujours là. Je n’appréciai pas vraiment sa manière de mener le débat, ni ses longs discours. Et je m’étais toujours promis de respecter mon honnêteté profonde. De ce fait, mon instinct me disait de fuir, tant que les propositions alléchantes n’étaient pas encore sorties de sa bouche. Je contemplai une ultime fois le magnifique paysage qui s’offrait à moi avant de m’orienter vers le vide de la montagne…

« Reviens me voir lorsque de ta bouche ne sortiront plus les louanges et les compliments mais bien la vérité d’un homme qui connaît ses véritables faiblesses. »

Je sautai dans le vide, entamant une chute libre sur le flanc de la montagne. Un instant avant d’heurter le sol, je fis sortir de mes mains une violente bourrasque de vent qui me fis voltiger un peu plus loin, hors des rochers dangereux de la structure montagneuse. Désormais je planai vers la terre ferme et entamai mon atterrissage. Quelques secondes avant l’impact contre le sol, je déployai toute ma puissance aérienne dans une technique d’aération des ports de ma peau pour ne pas subir les dégâts conséquents à ma chute. Comme une plume, j’atterris alors sur le sol solide de mon pays. Il était temps de se mettre au travail !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Les voix de dieu [Ozai] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les voix de dieu [Ozai] Les voix de dieu [Ozai] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les voix de dieu [Ozai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Reste du Monde :: Reste du Monde :: Ta no Kuni-