N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 La maîtrise d'un nouvel art (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Sensoo Kiru
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 759
Rang : S

La maîtrise d'un nouvel art (solo) Empty
Message(#) Sujet: La maîtrise d'un nouvel art (solo) La maîtrise d'un nouvel art (solo) EmptyVen 6 Jan 2012 - 11:49

    Être sabreur, forgeron, jônin, maître d'invocation, sensei... Sensoo Kiru était déjà toutes ces choses là à la fois en plus de maîtriser trois affinités élémentaires. Et pourtant, sa soif de puissance ne tarissait pas. Chaque moment passé hors de sa forge était soit dédié aux missions, soit à l'éducation de ses trois élèves ou encore, le plus souvent, à la recherche d'un pouvoir encore inconnu. Depuis qu'il avait acquit le pacte d'invocation des crocodiles, plus rien ne lui semblaient impossible et c'était avec un fol espoir qu'il effectuait des recherches. Ces dernières se faisaient surtout sur les terrains d'entrainement du village caché de la Brume. Le jeune homme essayait différentes choses à l'abri des regards, il avait déjà tenté de mélanger les trois natures de son chakra ou de concentrer toute son énergie dans un fragment de son corps mais ces entrainement furent vain. Bien qu'il ait acquis une certaine expérience, jamais Kiru ne se douta du moindre pouvoir spécial en lui. A vrai dire, il ne savait pas non plus à quoi s'attendre ni quel effet cela ferait d'en posséder un. En sa logique, il pensait que cela devait être inné, quelque chose enfoui en lui, d'où son travail sur lui-même pendant de nombreux jours. La recherche d'une chose inconnue est frustrante en soi mais aussi irrémédiablement motivante.
    On dit toujours que chaque chose à sa limite. Kiru restait sceptique si on appliqua cela à un homme car pour lui, il y avait toujours une possibilité d'évoluer quelle que soit la situation de vie dans laquelle on pouvait se trouvait. Cependant, il était tout à fait d'accord pour les autres choses. En effet, l'arrivée de l'hiver au Pays de l'Eau l'avait littéralement refroidi à l'idée de se pavaner dehors pour tenter de trouver quelque chose d'introuvable. L'entrainement se faisait à la maison près du feu mais ce n'était pas non plus l'idéal. Il prit donc la décision d'arrêter cette recherche incessante du pouvoir pour se consacrer plutôt au perfectionnement de ses acquis. Et pour un ninja tel que lui, acquis était souvent synonyme de tout ce qui touchait de près ou de loin à la forge de armes. Tout le monde savait que les meilleurs forgeron du monde se trouvait au Pays du Fer et le jeune Kiru avait très envie d'étudier de nouvelles façons de travailler le métal. Malgré les tensions existantes et l'éventualité très probable de l'éclatement d'une guerre entre l'Eau et le Feu, il n'eut pas trop de mal à obtenir une permission de sortie de trois semaines avec pour motif simple: l'amélioration de la fabrication des armes du village caché de Kiri, chose primordiale pour une guerre, non?

    Quoiqu'il en fut, le jeune homme était heureux de pouvoir partir pour un pays qu'il connaissait déjà assez bien. Il était étrange de voir comment la vie pouvez ramener un individu à la même place pour des choses fondamentalement différentes.
    Le même voyage se fit donc et la différence majeure était bien sûr le climat bien plus frais qu'à la dernière escapade. Il put arriver au pays du Fer en l'espace de cinq jours en puisant dans ses ressources pour y arriver le plus vite possible, étant donné qu'il avait une limite de temps pour revenir cette fois. Par deux occasions, le jeune Kiru se trouva au centre d'une querelle guerrière et put s'en dégager à temps pour trouver des horizons bien plus calme. Fatigué, le ninja avait hâte de trouver une auberge, un refuge, voire même une grotte pour dormir quelques heures et ce fut alors qu'il vit de nombreuses fumées au loin. Une nouvelle bataille pour un morceau de terre? Non... Enfin sauf si cela se faisait par des cheminées de dizaines d'habitations. Kiru venait de trouver le premier village tranquille du Pays du Fer et son arrivée fut remarquée comme dans la plupart des autres villages un tant soit peu éloignée des courants mondiaux. Étrangement, il avait comme l'impression que ce n'était pas le fait qu'il soit là qui attisait la curiosité de la population locale mais bien sa lame. Après tout, pourquoi pas, il se trouvait bien dans le pays des experts en la matière techniquement. Le jeune ninja avait pour signe distinctif une spallière liée à son manteau sur laquelle était gravée les quatre vagues de Kiri, il savait qu'on l'avait reconnu et ne s'en cachait pas, il se situait sur un territoire neutre après, bien que pas très éloigné du Pays du Feu. Le forgeron alla donc dans un bar plus ou moins fréquenté pour se désaltérer et trouver quelques informations croustillantes. Sa fatigue s'était envolée et il avait hâte de trouver un autre forgeron digne de ce nom. Assis au bar, une conversation démarra rapidement avec le barman alors qu'il prenait une gorgée de saké.


    Kiru: « Dîtes-moi l'ami... Vous ne connaîtriez pas un forgeron qui accepterez de partager son savoir? »

    L'ambiance du bar plongea dans un silence de mort et tout le monde fixait Kiru d'un air plus ou moins apeuré. Le Kirijin ne comprenait ce qu'il avait dit de mal jusqu'à ce qu'un homme entre dans le bar d'un pas lourd. Malgré le froid ambiant, il portait un simple débardeur et on pouvait admirer ses bras qui devait faire au moins la taille des cuisses de Kiru. Il était chauve et portait une moustache. Il avait également des traces de suie un peu partout et possédait un marteau colossale qu'il maintenait sur son épaule. Il observait Kiru d'un air coléreux, différent des autres quoi.

    Homme costaud: « Es-tu venu en tant que déclencheur de guerre, jeune homme? Parce que si c'est le cas, laisse-moi te dire que ce village est en paix plus de trois ans et que personne n'admettra un nouveau foutoir! »
    Kiru, se levant de sa chaise: « On se calme... Je suis un étranger venu de loin et je ne connais pas vos coutumes ni vos habitudes alors si parler d'apprentissage vous dérange... »
    Homme costaud: « Apprentissage?!? Hahaha... Ici l'apprentissage se traduit par le vol. C'est récurrent dans le pays, une guerre éclate souvent pour une technique de fabrication unique ou pour un morceau de terre contenant des mines de fer intéressantes. »

    Kiru, désolé: « Je ne savais pas... »
    Homme costaud: « Bien sûr que tu ne savais pas mais à l'avenir, ne parle plus sans savoir... - se retournant vers les autres villageois devenus muet – C'est bon les gars, il est inoffensif. »

    Le bar reprit soudainement son ambiance joyeuse et l'homme qui venait de parler s'en alla en laissant Kiru bouche-bée. Ce dernier se ressaisit et paya sa note rapidement avant de partir à la poursuite de l'homme chauve. Il entama la conversation lorsqu'il fut arrivé à son niveau.

    Kiru: « Des guerres éclatent pour si peu de choses de nos jours que je ne sais même pas si le Pays du Fer a tort de se battre contre lui-même. »

    Homme costaud, souriant à la remarque de Kiru: « Je ne te le fais pas dire mon garçon. Au fait, saches que je n'ai rien contre toi mais je me devais d'intervenir au cas où il y aurait vraiment eu des voleurs dans ce bar... Alors comme ça tu es là pour... apprendre, hein. »

    Kiru tourna la tête vers l'homme et sourit en le voyant également esquisser une moue agréable. Les deux individus continuèrent leur chemin ensemble et le jeune sabreur put en apprendre plus sur la situation actuelle du Pays du Fer. Ils s’arrêtèrent quelques instants plus tard devant ce qui semblait être une forge mais en quatre fois plus grande que celle de Kiru, un rêve éveillé pour le passionné d'armes. A l'intérieur de l'illustre endroit se trouvait pas moins de trois autres forgeron en train de travailler dur et Kiru se rendit compte seulement à cet instant que l'homme chauve était le responsable des lieux. Il parlait à ses hommes en présentant Kiru entre deux coups de marteau et demanda ensuite à ce que tout le monde le rejoigne dans une pièce qui semblait faire office de salle de conférence. Le sabreur fut également invité.

    Homme costaud: « Voici un ninja venu de Kiri. Je vais peut-être lui enseigner des petites choses mais je m'occupe d'abord de vous. »

    Il demanda alors à Kiru de présenter son arme. Ce dernier fut surpris mais s'exécuta et fut alors en proie à l’admiration des autres forgerons. Ne comprenant pas vraiment ce qu'il se passait, il tourna la tête vers le dirigeant de la forge qui semblait également intéresser par l'arme. Il parla de nouveau sans trop attendre.


    Homme costaud: « Voyez la perfection de cette arme. Ses courbures fines, son caractère puissant et sa coupe royale. Ce sera l'exercice du jour, refaites moi ça avec du fer. »

    L'étonnement de Kiru ne s'arrêta pas là puisqu'il vit l'homme chauve effectuer quelques signes incantatoires avant de faire apparaître tout simplement une lame semblable à celle de Kiru si l'on ne regardait ni la couleur ni la décoration. Elle était entièrement en fer et le sabreur ne tarda pas à comprendre que l'homme qu'il côtoyait depuis quelques instants étaient en fait possesseur de l'affinité Kinton. Ébahi, il ne se rendit même pas compte qu'il était de nouveau seul avec le forgeron en chef. Ce ne fut que la voix de ce dernier qui le sortit de ses rêveries.

    Homme costaud: « Tu l'as peut-être compris... Mais tu n'as déjà plus rien à apprendre. »
    Kiru, légèrement dans le vague: « Si... Je crois que j'ai trouvé quelque chose à apprendre, enfin, si c'est possible... »