N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Informations

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptyMer 1 Avr 2015 - 18:27

Pour en savoir plus:
 

En quelques secondes j’ai refait le chemin jusqu’au village qui avait été attaqué. Il a fallu une certaine agilité et coopération des habitants pour amasser les criminels que j’avais capturés au pied de la montagne et l’Homme Masqué qui voyageait dans la forêt avec qui j’avais une brutale altercation.

Plaçant tous ces gens menottés, ligotés et assommés dans un bâtiment avec une seule sortie et ma personne comme garde, j’attends patiemment l’arrivée des hommes de Kumo à qui j’ai envoyé un message grâce à Chokushi, mon Hibou du désert. J’ai grand espoir que les Kumojins arrivent dans la journée s’ils prennent mon message au sérieux et, connaissant la Foudre, ils ne blaguent pas avec les crimes.

COPIE DU MESSAGE:
 

Toujours souriant, je pense mes blessures avec l’aide des villageois qui me sont reconnaissants. Selon leurs explications, les pertes furent minimes et l’aide des Samuraïs ne devrait tarder.

Je conserve le sourire, mais de graves questions marquent mon esprit.

*Ai-je bien agi? Aurais-je pu sauver plus de civils si ma présence n’avait pas été requise dans la forêt? Ai-je bien fait de laisser cet homme en vie? Aurais-je dû lui couper le bras? Qui est-il? Pourquoi désire-t-il autant le chaos et la violence?*

Pensif, j’avale plusieurs gorgées de Sake, le Sugegasa de ce fourbe à ma droite et toutes mes armes à ma gauche. La nuit s’approche à grands pas et j’espère honnêtement que les renforts arriveront bientôt, car si je dois défendre cette petite cité à nouveau, il est possible qu’il y ait d’autres pertes.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Iwa
Bakushô Kei
Informations
Grade : Chûnin d'Iwa
Messages : 1234
Rang : A

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptyJeu 9 Avr 2015 - 16:10


Une lettre venait d'arriver sur le bureau du Kadoria, envoyée par Takusanken, le nukenin qui avait récemment signé un pacte avec le village. Le message était fort intéressatn puisque Sho se leva immédiatement et sortit de son bureau.
- Bien convoquez moi Kisen et tout les genins sans affiliations actuellement. Transmettez cette missive au Satoru.

Dit-il en tenant le message à un de ses subordonnés avant de courir vers les portes en tenus de combat.
Là bas, une petite troupe l'attendait déjà prête à partir en direction de Tetsu no Kuni.

- Bien nous allons aider à l'arrestation et au convoi d'un troupe de brigands, restez prudents. Dispersion.

Et les ninjas prirent donc la direction du pays des samouraïs  à toute vitesse alors que le Kadoria attendait son bras droit qui allait l'aider à diriger la petite troupe ; Voilà quelques jours que le genin était devenu bras droit et son travail était toujours exemplaire.

D'ailleurs le voilà qui arrivait en compagnie d'un autre ninja, Sho le rejoignit.

- Bien Kisen, nous allons nous déplacer à Tetsu pour l'interpellation de criminels. Taku le nukenin nous attend  sur place. Maintenant allons-y.

Le marchand de sabres attendait la troupe dans la ville de Seirio alors que la troupe évoluait rapidement vers le pays montagneux.

Il avait suffit de moins d'une demie journée de course à travers le paysage pour enfin atteindre le pays de Tetsu no Kuni. Sho se retrouva alors aux cotés de Kisen et d'un autre ninja qu'il avait aperçu  plusieurs fois dans le village.

- Kisen tu vas venir avec moi à la rencontre de Taku pour intercepter le shinobi tandis que les autres s'occuperont des brigands.

Puis il se tourna vers l'homme à la musculature importante et à la coupe farfelue :

- Excusez moi quel est le nom de celui qui nous accompagnera ?

Enfin la troupe d'une quinzaine de ninjas arriva sur place, Takusanken attendait là les kumojins.
Sho avança alors vers lui, un sourire aux coins des lèvres :

- Nous voilà Taku, j'espère que tout s'est bien passé, où se trouve les brigands à interpellés et ce shinobis dont vous faites mention dans votre message ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptySam 11 Avr 2015 - 19:41

Kisen était tranquillement chez lui, il se préparait calmement pour partir s’entraîner. Mais quelques secondes avant son départ, quelqu’un toqua frénétiquement à la porte. Le jeune Bannin partit ouvrir immédiatement pour tomber sur un membre du Kazai.

- Le chef vous demande à la porte immédiatement pour partir en mission


- Très bien, merci pour le message.


Kisen comprit immédiatement que la mission était importante pour que le chef s’en charge personnellement. Il comprit surtout qu’il n’avait pas de temps à perdre et qu’il devait emmener l’équipement nécessaire pour une mission importante, même s’il ne connaissait pas la teneur de cette mission. Heureusement pour lui, il venait de se préparer pour aller s’entraîner, il prit donc uniquement son ninjato comme supplément et partit immédiatement aux portes. Il connaissait désormais le chemin le plus rapide entre chez lui et la sortie du village à force de le faire maintes fois lors des interventions de l’unité.

Lorsqu’il arriva, il se rendit compte qu’il n’était pas tout seul et que la mission comprenait bien plus d’homme que le chef et lui. Il vit alors un groupe partir, il se dirigea alors vers le chef qui semblait l’attendre. Il lui expliqua alors que la mission consistait à récupérer un groupe de criminel capturé par Katsuo Takusanken, un ninja sans village que Kisen avait déjà rencontré plusieurs mois auparavant. Il savait que ce shinobi était quelqu’un de bien et il avait confiance en lui pour cette mission.

- Je suis derrière vous chef.

Les quelques shinobis qui étaient encore présents partirent alors en direction de Tetsu no Kuni. Le petit groupe ne mit pas longtemps avant de rattraper celui qui avait prit de l’avance. Sho et Kisen avançait en tête de groupe à un rythme assez rapide, le jeune Bannin ressentait la motivation qui émanait des membres du groupe, il trouvait l’unité particulièrement efficace ce jour-là.

Sho s’approcha alors de Kisen pour lui expliquer qu’ils allaient rencontrer Taku qui détenait un shinobi à interpeller pendant que les autres devaient s’occuper d’un groupe de criminel civil. Il se tourna alors vers quelqu’un qui courait juste derrière eux. Il s’agissait de Dentô Kongoh, un shinobi que Kisen connaissait, notamment grâce à une mission très particulière qu’ils avaient effectuée ensemble.

Ils arrivèrent alors enfin là où se trouvait Takusanken. Il lui fit un signe de la main en guise de salutation, il ne souhaitait pas prendre la parole avant Sho, la mission était prioritaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Su U
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptySam 11 Avr 2015 - 22:56

Kongoh, hé Kongo hé oh, tu m'entends ?

Ouvrant les yeux, je regarde l'homme me parlant. Le regardant je remarque que c'est un des membres de mon clan venant me prévenir d'une missive demandant à un grand nombre d'hommes de venir en mission. Me levant, je quitte donc ma position de méditation. Prenant deux secondes debout afin de réhabituer mes muscles au mouvement, j'écoute en même temps mon interlocuteur me disant le lieu du rendez-vous. D'un signe positif, il ne m'en fallut pas plus pour prendre congé de ses lieux.

Mes armes toujours posé au même endroit il me fallut peu de temps pour me préparer. Comme pour se préparer à toute éventualité, je garde bien rangé mes outils pour parer à une éventuelle alerte.

Arrivé au lieu de rencontre je peux remarquer un grand nombre de ninjas, dont certain dont je connais la tête certaine déplaisante, il faut dire que je ne fus jamais vraiment un homme me défendant quand l'on me cherche des crosses ce qui fait de moi le parfait petit martyr des rigollots. Cela n'est qu'un détail, car malgré quelques rires moqueurs il ne semble pas avoir que ça dans le groupe d'homme étendu ici. Notamment deux dont je connaissais l'identité.

Kadoria Sho, le conseillé du Hokage et Kisen Bannin un homme avec qui j'ai fait ma première mission. Je porte une certaine estime pour les deux, l'un par sa connaissance pendant une mission et l'autre pour son rang forçant un certain respect.

Un groupe partit pendant qu'un autre reste encore là à attendre les ordres. Moi je suis de ceux attendant. Après un petit discours du meneur, nous partons à un rythme plutôt soutenu. J'arrive à suivre sans trop de problèmes malgré que les efforts physiques ne soient pas ce qui fait ma véritable force. Une chose qui peut prêter à confusion au vu de mon physique cependant mes désavantages physiques ne peuvent se voir à la première approche.

Pendant le chemin, j'analysais déjà mon entourage. Je regarde déjà qui semble prendre leur tâche au sérieux et ceux étant moins sérieux. Le groupe semble plutôt en grande majorité extrêmement motivé à la tâche. Fermant pendant trois secondes les yeux je les ouvert juste après et sans m'en rendre compte j'ai accéléré le pas et me suis approché de ses deux hommes étant en tête de foule.

Arrivant dans le village je m'arrête en même temps que tous les autres, reprenant parole le chef de notre groupe se mettant à répartir les tâches ordonne à tous les Ninjas d'aller s'occuper à récupérer les brigands pendant que lui et Kisen iront voir un dénommé Taku et intercepter un Nunkenin. Je ne pus me retenir de cérer du poing d'envie de voir de moi-même le visage de ses deux hommes. Des ninjas qui l'ont aucun lien avec les grands Pays. Des hommes maniant le chakra et n'étant pas de Kumo, commençant tout de même à prendre congé pour faire la tâche qui me fut assignée. Sho me demande mon identité en précisant vouloir savoir avec qui il va travailler. Je fus en premier lieu étonné et compris ce que cela signifie puis par la suite, baissant la tête un peu intimidé, je me mets à répondre :

Dento Kongoh, voilà mon nom Kadoria Sensei.

Je vais donc tout de même voir ses deux personnes en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptySam 11 Avr 2015 - 23:51

La bouteille de Sake touche à sa fin lorsque j’entends la troupe, au loin, s’approcher dans un nuage de poussière à une vitesse affolante. Souriant, je me lève de mon banc et je fais certain d’être en condition pour accueillir mes alliés Kumojin. Malgré mon taux élevé d’alcoolémie, je suis en équilibre et mes pensées me semblent cohérentes. Selon mes calculs, les hommes ont mis moins de quatre heures pour arriver ici, ce qui n’est pas peu vu la longueur du trajet.

À leur arrivée, je reconnais aussitôt deux personnes : Sho et Kisen. Sho est le conseiller direct de sieur Zennosuke. Il est un homme de professionnalisme, courtoisie et d’attitude sobre. Ce sont des qualités que j’apprécie et respecte chez un compère. Kisen, quant à lui, est un membre d’un groupe d’élite de la Foudre. Il est observateur, poli, curieux et plutôt sympathique. Je suis heureux que ces deux Shinobis soient en charge de me venir en aide.

Ils ne sont pas seuls! Avec eux je compte six autres dont un ayant une coupe de cheveux ressemblant à trois cornes, ce qui est particulièrement original et qui attire mon attention influencée à le Sake pendant quelques instants avant que je puisse répondre au questionnement du chef des Kadoria.

Je hoche de la tête par la suite et marche vers la prison de fortune. Je laisse, au passage, le contenant d’alcool près de la roche qui me servait de banc. Je ne prends pas possession des quatre-vingt sabres qui sont accotés de l’autre côté de mon installation pour le moins humble.

« Monsieur Sho, monsieur Kisen et les autres, je suis réellement heureux que vous ayez répondu à l’appel! Je ne savais pas vraiment quoi faire de ces brigands, » dis-je en ouvrant la porte en bois de la structure ressemblant étrangement à une étable dans lequel j’avais laissé des criminels sanglés sans une seule chance naturelle de s’enfuir.

Évidemment, j’avais pris en considération qu’il était possible pour eux d’user de pouvoirs comme des Jutsus ou d’autres techniques similaires. C’est pourquoi ils sont tous assommés présentement.

« Ces brigands ont attaqués ce village-ci, tuant quelques hommes et femmes au passage. J’étais dans les parages, donc j’ai pu aider. Des manieurs de Sabres devraient nous rejoindre et faire sûr cette cité soit protégée comme il se doit après votre départ. »

Je marque une pause durant laquelle je me retourne et observe l’Homme Masqué. Je le pointe et reprend la parole.

« Celui-là. Il n’a pas commis de crimes. Cependant, il m’a laissé croire qu’il en commettrait. Par la suite, il m’a attaqué. Il y a quelque chose de réellement étrange, violent, chez lui. Cet homme parle de sa Voie comme étant sacrée alors qu’il a choisi le chemin de la mort et de la violence. C’est lui-même qui me l’a dit. »

Je laisse la porte ouverte et marche vers mes connaissances. Je leur offre une main à serrer.

« Si je compte l’Homme Masqué, ils sont douze. Je suggèrerais de le questionner. Il mentait peut-être par rapport à son passé sans crimes vu l’aisance qu’il a eu à achever un blessé, » dis-je en me retournant et en soupirant. « Quelque chose cloche avec lui. Je crains qu’il ne soit un futur problème. »

Je me retourne. Je fais un signe de la tête à l'homme à la coiffure particulière et, ensuite, je passe mon regard sur les Kumojins en gardant le silence avant de reprendre la parole.

« Mais, je vous laisse faire votre travail! Dites-moi seulement si je peux vous être encore utile! »

Et, avec un sourire en coin, je rajoute.

« Et, je conserve son chapeau. Ce Sugegasa est à moi, maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Tenbatsu K. Kurasa
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 388
Rang : A

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptyDim 12 Avr 2015 - 16:22

Le coup était puissant et le choc terrible. Le samouraï avait dégainé son arme d'une vitesse rare, à tel point que Kurasa n'avait pas réussi à distinguer le mouvement et ce qui en suivit, un manque de lucidité dont le coupable ne pouvait être rien d'autre que la fatigue et les blessures accumulées pendant la bataille qu'il venait de faire. Il était venu frapper, sans aucune délicatesse, le menton du ninja masqué, visant à l'assommer et le plongeant désormais dans les ténèbres. Le combat avait été rude, il s'était bien défendu, il était même parvenu à le blesser plusieurs fois, mais, ce ne fut pas suffisant pour l'éliminer. La supériorité de son adversaire ne faisait aucun doute et c'est en tout logique qu'il fut défait dans cet affrontement. A présent, il voguait dans le noir le plus complet, il ne savait pas ce qui était advenu de lui puisque son opposant avait refusé de répondre à sa question. Selon le nindô de ce dernier, quelle voie avait-il choisi de prendre ? Pour un homme de paix, il pouvait y avoir deux solutions faciles à imaginer. La première étant qu'il pouvait poursuivre dans sa logique de bien-pensant et laisser le criminel supposé en vie, laissant les autorités compétentes, comme les villages ninjas, s'occuper de sa peine ou non, et pourquoi pas, lui laisser une nouvelle chance. Non seulement ça risquait d'être inefficace avec l'ancien ninja de Kiri, mais en plus, ça serait un comble pour ce dernier, qui les haïssait profondément. La deuxième solution serait plus radicale et consisterait, tout simplement, à profiter de la faiblesse du vaincu pour l'éliminer afin d'être sûr qu'il n'aura pas l'occasion de revenir dans le but de mettre ses menaces à exécution...

Sans surprise, il espérait au fond de lui que l'épéiste, aux longs cheveux blonds, ait choisi la première solution. Sans avoir peur de la mort, il n'avait pas vraiment envie que son aventure s'arrête avant même qu'elle ait pu réellement commencer. Surtout qu'il ne se satisfaisait pas du tout de sa situation actuelle ! Dans son inconscience, il était conscient, se trouvant dans un espace infiniment sombre, où le sol était inexistant, hormis le fait qu'à chaque pas, il semblait marcher sur l'eau. Il n'avait nulle part où aller, aucun élément qui pouvait lui indiquer une direction, aucune donnée temporelle lui dictant combien de temps il allait devoir rester dans cette zone, où ce qui ressemblait au néant était devenu maître des lieux, alors qu'il se trimballait encore avec toutes ses blessures, qui commençaient vraiment à lui faire un mal de chien. Il n'y avait rien à faire, et c'est bien pour cela qu'il espérait être encore en vie, préférant largement continuer sur sa voie destructrice dans le monde des shinobis, prolongeant sa quête dans laquelle il aura l'occasion de voir des affrontements enragé, le sang giclé et les cadavres tombés, créant un bain de sang immense, augmentant éternellement le compteur de morts et de massacres que commet, jour après jour, l'être humain. Il préférait continuer à se battre pour amener ce qui lui semble être une once de justice, plutôt que d'être six pieds sous terre et d'errer à jamais dans ce vide qui était d'un ennui mortel. Le temps paraissait horriblement long et la situation ne semblait pas bouger d'un poil quand tout à coup, Kurasa se sentit étrangement mieux. Ses blessures ne lui faisaient plus mal, il se tenait droit comme s'il était de nouveau en pleine forme, constatant maintenant un phénomène assez incroyable. Son corps s'illuminait d'une lueur blanche aussi pure que celle des plaines de neige, qu'il put voir pendant son voyage à Yuki no Kuni. Il regardait, ses mains, ses bras, son torse, tout son corps brillaient ! Etait-ce maintenant que sa véritable fin se profilait ? Est-ce que c'est comme cela que c'est supposé se passer une fois qu'on rend son dernier souffle ? Il n'allait pas avoir la réponse tout de suite, puisqu'en réalité, il commençait à véritablement reprendre conscience. Il allait s'éveiller et savoir dans quelle situation il se trouvait maintenant, alors qu'il allait retenir qu'un tout petit épisode de cet océan de ténèbres dans lequel il avait navigué pendant plusieurs heures...

Ses paupières s'ouvraient difficilement, le retour à la lumière, après avoir passé un long moment dans le noir, n'était jamais quelque chose d'agréable, d'autant plus qu'en reprenant conscience, il sentait de nouveau la douleur de ses blessures. Sa vision était floue, il bougeait lentement, tentant d'apercevoir ce qui se tenait autour de lui. Il aurait aimé se déplacer, mais cela lui était impossible. Petit à petit, il se rendait compte dans quelle situation il était. Il vit une bonne dizaine de brigands à ses côtés, tous étaient attachés, tout comme lui d'ailleurs. Sa vue commençait à se stabiliser et à devenir plus nette, une silhouette attira son attention puisqu'elle ne lui semblait pas étrangère par rapport aux trois autres qui l'entouraient. En une fraction de seconde, il comprit qui s'était et en conséquence, son regard devint plus féroce, au fur et à mesure que sa rage commençait très légèrement à faire son apparition. C'était le Samouraï, son adversaire en tout point ! Il était entouré de quelques ninjas qui devaient logiquement appartenir à Kumo, Kurasa ne savait pas qui ils étaient, il n'avait jamais mis les pieds dans un autre village que celui de Kiri, lorsque que celui-ci n'était pas encore réduit à l'état de ruine.
Il avait donc bien choisi de suivre sa voie en tant qu'homme de paix, le mercenaire allait être livré au Pays de la Foudre où il allait probablement subir un interrogatoire. Il était envisageable qu'ils allaient chercher à savoir s'il avait eu un rôle dans cette attaque que les brigands avaient commis, et s'il n'en avait pas eu, ils auraient d'autres questions à poser selon les informations que leur aurait données l'épéiste. Le ninja masqué se disait, qu'en tant que vaincu, il se trouvait sûrement dans la solution la moins grave. Un énième élément venait l'agacer, en plus du fait d'avoir perdu, de se voir dans les mains d'un village ninja et d'être frustré de ne pas pouvoir éliminer son opposant idéologique, était que sa subite disparition allait alerter ses camarades du Youhei no Sekai. S'ils suivaient leur logique, ils allaient tout faire pour le chercher, se battant contre quiconque viendraient s'opposer à eux, mais, ils pouvaient tout aussi bien décider de l'abandonner. Certes, les deux membres-fondateurs de l'organisation avaient reconnu son potentiel cependant, il n'avait encore rien fait de marquant pour sembler indispensable. Quoi qu'il en soit, il aurait voulu leur éviter cette peine. Non pas par esprit de camaraderie, mais, juste parce que ce n'était pas une bonne chose de se mettre dans ces problèmes-là alors qu'il avait beaucoup mieux à faire, des contrats à accomplir, des entraînements, etc...
Il ne pouvait pas rester silencieux, il entendit quelques unes de ses paroles et il ne s'empêcha pas de sortir une nouvelle provocation.

« Alors comme ça, tu as décidé de me laisser en vie ? Hum... Tu préfères camoufler ce qui t'anime réellement et me remettre à des ninjas appartenant à un de ces grands villages, qui ne te sont même pas de véritables alliés, plutôt que de prouver que ma thèse est la bonne en me tuant ? À vrai dire, cela ne m'étonne pas, je connais les gens qui partagent ta vision du monde. »

Ses propos n'avaient que pour fonction d'envenimer un peu plus leur relation, ils ne s'appréciaient pas, c'était un fait, mais, de plus en plus, toutes les paroles que prononçaient le ninja masqué appelait à la guerre, au combat, à la mort d'un des deux shinobi. Cela n'allait pas être pour tout de suite, il devait d'abord se concentrer sur la suite des événements, sur sa nouvelle situation, comment allait-il s'en sortir. Sa langue de vipère était quelque chose d'avérer, il était maître dans l'art de la provocation et dans la prononciation de paroles méchantes. Son regard visait maintenant les Kumojins...

« Ninjas de Kumo. J'imagine bien votre satisfaction à devoir gérer un groupe de brigands déjà vaincu, ça doit être agréable de ne pas avoir à faire le sale boulot. Dîtes-moi, qu'est-ce qu'on me réserve pour la suite ? J'ai hâte de voir comment va agir le Pays de la Foudre avec un homme qui n'a commis aucun crime... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Bakushô Kei
Informations
Grade : Chûnin d'Iwa
Messages : 1234
Rang : A

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptyVen 17 Avr 2015 - 22:58


Takusanten répondit aux questions du Kadoria au sujet de la situation et de ce qui s'était passé en ces lieux.

- Bien Taku, tu as bien fait de nous prévenir. Nous laissons les onze aux manieurs de sabres. Je pense qu'ils sauront quoi en faire.  Le  Sasoriza cherche aussi des hommes.

Sho s'approcha du groupe de brigands et les regarda tous un par un avant de prendre la parole.

- Vous allez avoir deux options, la justice des samouraïs ou le Sasoriza. Faites le bon choix mais faites le vite.

Enfin le chef des manipulateurs de la gravité se plaça devant le douzième homme, l'homme au visage dissimulé et lui prit son chapeau.

- Il est à toi Taku.

Et c'est alors que le prisonnier prit la parole pour une énième provocation, Sho sortit un kunai et approcha sa bouche près de l'oreille de l'individu alors que sa lame grignotait sa joue dans une longue balafre.

*Ne fais pas trop le malin, je suis quelqu'un de clément mais les geôliers ne le sont pas.*

Les prisonniers de Dee Saigo pourraient sans aucun doute confirmer cela. Sho espérait que ses façons de gros dur le prisonnier ne pleurait pas à la première humiliation.

- Kongoh, va dire aux autres de prendre en compte la décision des brigands et emmener ceux qui le souhaitent au Sasoriza. Quant aux autres les samouraïs s'en chargeront.

Ensuite, Sho regarda son bras droit et reprit la parole :

- Kisen, occupes toi de celui là, il pointa l'homme qu'il venait de blesser, assures toi qu'il ne parle plus.

Enfin le jeune conseiller de Kumogakure tendit la main vers Taku :

- Merci de ton aide, nous nous chargeons du reste. Kumo et son kage te remercie.

Tandis qu'une partie de la troupe allait pouvoir se rendre vers la base du Scorpion, l'autre allait pouvoir rentrer en compagnie du nukenin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptyDim 19 Avr 2015 - 23:28

Kisen se rendit compte alors qu’il n’était pas là pour une mission difficile, sa place n’était due qu’à celle qu’il avait dans l’unité. Ils n’avaient véritablement qu’un seul individu à récupérer et il était déjà solidement attaché. Takusanken les attendait, ayant enfermé tous les individus dangereux dans une structure en bois. Il discuta ensuite avec Sho sur les raisons de la détentions des individus. Cela n’intéressait pas vraiment le jeune Bannin, qui savait que leur présence ici suffisait pour prouver qu’ils faisaient confiance à l’avis de Taku en ce qui concernait l’arrestation de ces criminels. Toutes les autres informations n’étaient utiles à Kisen qui s’il était chargé d’interroger le détenu ultérieurement.

Pendant la conversation des deux hommes, Kisen observait l’environnement pour vérifier que rien n’allait perturber cette opération. Il n’y avait absolument rien ni personne qui semblait être dans les alentours. C’était une bonne et une mauvaise chose, car cela permettait de faire la mission tranquillement. Mais si des alliés des criminels avaient décidé d’interrompre l’arrestation, le groupe de Kumojins était assez fort pour résoudre ce genre de problème et arrêter par la même occasion un plus grand groupe de personne.

Kisen entendit alors le prisonnier vociférer des provocations à l’égard de celui qui l’avait arrêté ainsi qu’à l’égard des Kumojins. Le Bannin était totalement hermétique aux insultes mais il ne supportait pas un manque de respect comme celui-là pour le village. Kadoria Sho sembla ne pas apprécier également la provocation et réagit plus violemment que Kisen en découpant légèrement la joue du captif avec un kunaï pour lui faire comprendre que le silence était préférable. Il s’éloigna alors de lui et demanda à son bras-droit de bien vouloir s’occuper du prisonnier pour l’empêcher de parler. Kisen s’approcha alors du prisonnier et fit quelques mundras avec ses mains. Des plaques de métal sortirent alors du sol pour former lentement un cocon autour du criminel.

- Essayez de ne pas vous débattre ou de parler, cela pourrait diminuer votre oxygène et vos chances de survie par la même occasion. Et puis vous aurez l’occasion de parler quand nous serons arrivés.


Alors que le cocon se propageait autour de sa cible, Kisen se retourna vers son supérieur.

- Il ne risque pas de parler avec cela, et ce sera plus simple pour le transporter.

Il admirait ensuite sa technique, qui grâce au manque de rapidité de son exécution, prenait une allure beaucoup plus dramatique, recouvrant petit à petit le corps de la cible. Kisen lui avait menti d’ailleurs, il ne risquait pas de manquer d’oxygène à cause de la technique, mais s’il pouvait ne pas parler du trajet, c’était mieux pour tout le monde.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Su U
Informations
Grade : Nukenin de rang B
Messages : 1147
Rang : B

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptyMar 21 Avr 2015 - 15:27

Ce dernier a donc à lui seul arrêter tant d'hommes, il est sans aucun doute fort, très fort. Dire qu'en combat je ne vaux même pas un homme de mon rang. Cela n'est pas une raison. Quelle que soit ma force si elle est encline à une faiblesse je me dois de compenser d'une détermination débordante et d'un entraînement acharné. D'où la raison de ma musculature. Cherchant à compenser le manque sévère que me procure mon handicape me gênant dans toutes mais entreprise physique j'ai entrainé mon corps à palier toutes ses contraintes. Bon ce n'est pas une franche réussite car malgré mon impressionnante carrure plutôt fortement dessinée, je reste assez médiocre en Tai ou du moins par rapport à d'autre ce n'est pas terrible.

Mais bon cela compense déjà mon point faible. Puis visuellement cela donne un avantage qui n'est pas des moindre. Je regarde donc le Nunkenin qui semble plutôt bien remonter sur toute chose vivante à proximité de lui. Un petit regarde de quelque seconde avant de le quitter des yeux. Un coq peu bien brailler, tant qu'il ne mord pas cela m'importe peu, ignorer est une chose dont je sais très bien faire surtout quand je n'ai aucun réel intérêt envers cette personne. Mes yeux revenant vers Taku, je ne regarde même pas la scène entre Sho et le Nunkenin du moins pas en le fixant des yeux, ma vue me permet bien sûr de voir ces hommes sans pour autant les fixer montrant aucun intérêt sur cette petite passe. Cependant la technique de Bannin m'intéressait bien plus. Un kinton faisant une sorte de prison métallique. Très intéressant.

Qu'importe, ma tête se baisse timidement, regardant le sol je veux parler, j'hésite puis regardant le sol, cela me ronge, un mélange de savoir et d'un passé me mordant les lèvres, sans compter que cela est aussi une envie viscérale d'évoluer. Cependant je me vois mal dire cela d'un trait, une demande, un service. Je ne suis pas du genre à déléguer, mais pour ce genre de chose je ne pouvais me permettre de le faire moi-même. Commençant à vouloir prendre parole mon ordre était donné. Je dois poser la question à ses brigands, quelle prison ils veulent pour leur avenir, quel avenir ils souhaitent. Leurs réponses vont être surement facile à deviner. La majorité vont éviter de passer dans les geôles des villages ninjas. Les réputations de ses prisons sont ceux des plus rudes dans le monde et les trois villages ninjas n'ont rien à envie aux autres.

D'un signe de tête je montre que j'ai bien compris la tâche, et quelle tache. Demander à un grand nombre d'hommes où ils veulent aller. Dans le lot des taches données pour moi cela est la plus rude, communiqué avec un grand nombre d'hommes. J'y arriverais tout de même, il le faut bien, puis cela me donne une opportunité :

Je...... Eux oui je m'exécute.

Levant la tête ver Taku, je n'ai pas réussi à faire ma demande. Me retournant serrant les dents, je me mets à aller vers les brigands un noueux dans l'âme. Après beaucoup d'hésitation, et de menace de ses derniers, j'arrive à faire le tri. 80% des gens veulent la prison des sabreurs. Revenant au point de départ je me mets à tendre un papier à mon supérieur. En connaissant déjà le résultat. Le temps qu'il y passe un bref regarde je me mets à dire :

S'il vous plaît....

Je n'ai pas encore, mais j'ai commencé une phrase et là ceci m'a interpelé les gens. Je ne peux faire autrement que de continuer. Devenant rouge je me mets à dire :

Les brigands sont nombreux à décider de prendre la loi des sabreurs. Ce ne serais pas judicieux qu'un de nous lui prêter main forte pour.......... Lui montrer ne serrasse notre gratitude. Puis......

Regardant fixement le chasseur de primes, je me mets à dire, d'une voie hésitante.

J'aimerais tester mes compétences contre vous..... Je... Je ne vous cache pas que le combat n'est pas ... Ma tasse de thè, mais........ Je n'aurais que rarement la possibilité d'affronter un shinobi extérieur de Kumo.

Palier mes défauts, apprendre à évaluer, regarder ce qui se passe. Il me faut dépasser cela trouver un moyen de palier mes défauts et le combat est un de mes défauts. Contre un Shinobi de Kumo c'est une chose mais apprendre en affrontant une manière bien extérieure à nos traditions habituelles est bien plus enrichissant. D'après ce que je peux voir, je n'ai aucune chance, une raison de plus d'avoir un intérêt supplémentaire car le combat n'est pas la seule chose qui me motive. Il y a bien autre chose, une chose bien plus embarrassante dont le combat pourrait permettre de m'approcher de manière plus simple, car le combat permet aussi de connaitre l'autre. Mes deux requêtes demandées l'une pour aider au transport de ses hommes me mettant à regarder en direction de Sho s'il est d'accord avec moi. Quand ce dernier me donne sa réponse je me mets de nouveau à fixer le Nunkenin.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptyMar 21 Avr 2015 - 18:18

Je me passe une main gênée sur la nuque après avoir parlé. L’Homme Masqué, une nouvelle fois, s’enrage et crache son venin. Je me retourne, souriant. Je délaisse mon cou et laisse ma main glisser le long de mon corps et, finalement, s’appuyer sur ma hanche avant de lui répondre simplement, sans artifice.

« Monsieur, vous êtes réellement dramatique et théâtral, » lui lance-je. « Je chasse les criminels, vous avez agi comme l’un d’entre eux. Je ne juge pas du sort des criminels, les autorités le font. Ici, l’autorité est Kumo pour les Ninja et Tetsu no Kuni pour les autres. Voilà, c’est tout. »

Je souris alors que les Kumojins s’activent aussitôt mes mots prononcés. Sho se rend directement dans la prison de fortune que j’ai dû surveiller pendant une demi-journée tout en prenant soin de mes plaies. Il prend un long moment. Du coin de l’œil, je vois ses troupes, silencieuses et ordonnées. Seul celui aux cheveux formant trois cornes semble agité.

Et, le chef des Kadoria s’attaque directement à ce prisonnier, au seul qui parle. Il lui coupe une partie de la joue et m’apporte son couvre-chef. Par la même occasion, Kongoh, l’homme à la coiffure excentrique, et Kisen acceptent les ordres. L’un se rend à l’intérieur et interroge les bandits alors que l’autre forme lentement une prison métallique, un cocon formidable, autour de l’Homme Masqué.

Je serre la main du conseiller de Kumo lorsqu’il me remercie. Kongoh nous rejoint alors que j’utilise un bout de ficelle pour m’assurer que le Sugegasa soit bien en place, accroché à mon cou. Il s’approche, explique que les hommes préfèrent se rendre aux prisons des Samuraï. Je hoche de la tête, comprenant son point de vue, décidant par le fait même de suivre cette expédition qui se déroulera plus tard, lorsque les Maîtres des Sabres arriveront.

Au lieu de repartir pour aider ses comparses, ce citoyen de Kumo reste et balbutie pendant une seconde avant de dire le fond de sa pensée. Tout comme moi, il explique que la présence d’un membre de l’armée de la Foudre pourrait être positive pour aider le transport des bandits. Ensuite, il ajoute une chose surprenante. Il désire combattre contre moi! J’affiche évidemment une expression de surprise.

Je ne reste bouche-bée qu’une seconde avant de jeter un œil à Sho et de revenir à Kongoh. Ce type est d’une masse impressionnante et, pourtant, il avoue humblement qu’il n’est pas un grand combattant au corps-à-corps.

« Que dire, monsieur!? Kongoh, c’est ça? J’accepte volontiers votre duel! Ce sera un honneur, pour moi, de pouvoir vous montrer ce que je peux faire. »

Je me retourne vers le chef des Kadoria.

« Je sais que c’est peu orthodoxe, Sho, mais il a raison. Envoyer un ou quelques Shinobis pour être certain que le voyage des brigands se passe bien. Vous croyez qu’il serait possible que Kongoh me suive si je fais le voyage moi-même? S’il tente de fuir hors du Pays du Fer, je fais avec lui ce que j’ai fait avec l’Homme Masqué. »

Je prends quelques secondes pour observer le grand Shinobi musclé. Un sourire différent apparaît, espiègle.

« Évidemment, pour que j’accepte de son aide… »

Je me retourne et je fais un clin d’œil joueur à son attention.

« …Il faudra qu’il m’impressionne! »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nukenin
Tenbatsu K. Kurasa
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 388
Rang : A

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptyMer 22 Avr 2015 - 15:04

Ses provocations n'étaient pas tombées dans l'oreille de sourds. Le samouraï avait adopté cette même attitude détestable en restant calme et en répondant de manière très simple, une main posée sur la hanche. Il affichait du haut de sa position un sourire vainqueur qui ne faisait qu'alimenter, un peu plus, l'animosité que le ninja masqué avait envers lui. Voir un adversaire triompher à ses dépens n'est jamais une chose facile a accepter pour un shinobi, dont l'ego en matière de combat était toujours bien développé, mais, lorsque la personne attise en nous une haine sans pareil, cette fois-ci à cause de son idéologie, cela provoque un sentiment encore pire. À chaque fois que le Nukenin le fixait du regard, il se promettait qu'il allait s'échapper de l'endroit où il allait être emmené, quel qu'il soit, et avec ses camarades, il allait entamer une traque pour retrouver ce défenseur de la paix et lui faire mordre la poussière. Cet affrontement, si effectivement, il a lieu dans le futur, serait très important pour l'ancien ninja de Kiri, qui, si la victoire est sienne à ce moment-là, verra son idéologie s'imposer sur celle du ninja blond et elle symbolisera un premier succès, attendant d'en voir d'autres lui succéder pour mener son projet à bien. Cependant, à l'heure actuelle, ce n'était que des prédictions et des espérances. Il allait d'abord avoir affaire aux services de défenses et de renseignements de Kumo, avant de finir dans le cœur d'une falaise, situé en bordure du village caché du Pays de la Foudre, se révélant en réalité être leur prison.

Et ce passage dans le village de Kumo n'allait pas être de tout repos, loin de là, d'ailleurs Kurasa ne s'était encore jamais fait capturer pour être fait prisonnier, contrairement à ses deux camarades du Youhei no Sekai, Hiro et Ozaï. De plus, ses paroles venimeuses n'avaient pas l'air d'avoir plu à un des ninjas de Kumo, qui semblait d'ailleurs être le chef de cette petite troupe étant donné qu'il fut la première personne a qui s'était adressé le samouraï et que c'était vraisemblablement lui qui donnait les ordres. Ce dernier adopta une attitude menaçante alors qu'il s'approcha de lui, un kunai à la main, et alors qu'il lui murmurait des paroles dont le rôle était probablement de l'intimider, il entailla légèrement sa joue. Cette personne se présenta comme quelqu'un de clément avant de lui indiquer que les geôliers du village des Nuages étaient loin d'avoir cette qualité. Après-tout, ses paroles n'étaient pas surprenantes, il était coutume d'essayer de faire redouter au prisonnier la suite des événements. L'objectif principal de ce genre de pratique était de le faire se tenir à carreau, qu'il puisse plus facilement parler au moment voulu et pour que les services armés se servent de lui, par la suite, afin de, pourquoi pas, l'utiliser comme une taupe par exemple. Cependant, ce n'était pas ce genre de choses qui allait faire peur au mercenaire qui connaissait les procédures, il avait, lui aussi, fait partie d'un village, il y a de cela plusieurs années déjà...

« Je vois. Il en faudra un peu plus pour que j'exprime de la crainte, j'ai vécu et vue des choses si horribles dans mon pays que je doute des compétences de vos geôliers pour atteindre un pareil niveau. »

Ses yeux rouges fixaient du coin le ninja de Kumo, se mariant à la perfection avec le sang qui coulait le long de sa joue, glissant doucement jusqu'à se fondre dans le tissu de son masque. Ses paroles pouvaient une nouvelle fois être considérées comme une provocation. Certes, Kurasa commençait à jouer avec le feu et il risquait de s'y brûler à force de répondre de manière insolente, mais, il refusait clairement de rester dans cette position de dominer et restait fidèle à lui-même en montrant toute sa confiance face à l'adversité, même lorsque celle-ci lui était clairement supérieure.
Heureusement pour lui, son interlocuteur d'un instant ne fit pas attention à ces propos et se concentra à donner son prochain ordre, qui consistait tout simplement à faire en sorte que le ninja masqué ne parle plus, une nouvelle fois...

C'est un de ses jeunes camarades qui se dirigea vers Kurasa et qui se chargea de la demande. Après avoir exécuté une petite série de mûdra, plusieurs plaques métalliques commençait à sortir autour de la cible et commençait lentement à former un cocon. Il lui fut conseillé de ne pas parler pendant le reste du voyage, sous peine de manquer d'oxygène. Au moins, cette fois-ci, il n'allait pas se faire assommer ! D'ailleurs, il allait même saisir cette opportunité pour prendre la parole une dernière fois et s'adresser au samouraï, alors que les plaques le recouvraient de toute part, l'invitant de nouveau dans les ténèbres, seul un de ses yeux couleur sang pouvait être aperçu alors qu'il éleva la voix.

« Samouraï. Quel est ton nom ? Nous serons certainement amenés à nous rencontrer de nouveau et je peux te garantir que notre prochain affrontement n'aura pas la même conclusion alors retiens bien le mien, Tenbatsu Kurasa ! »

Malgré la tournure des événements qui allaient clairement en sa défaveur, le membre du Youhei no Sekai n'oublia pas pour autant certains principes de base d'un ninja. En dehors de ces provocations, il avait observé chacun des protagonistes de cette scène, réussissant, au passage, à recueillir quelques informations qui pourraient lui être utile dans le futur...
Sho, Kisen, Kongoh et Taku. Trois de ces prénoms appartenaient à des ninjas du village des Nuages alors que le quatrième appartenait à l'épéiste, l'homme dont l'idéologie s'opposait totalement à la sienne, l'homme qu'il considérait dès maintenant comme son rival !

Puis le cocon se ferma complètement, plongeant l'ancien ninja de Kiri dans l'obscurité la plus totale, attendant, avec une certaine impatience, la suite de ses aventures qui se dérouleront à Kumo...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Sabakyô Fujisawa
Informations
Grade : Nukenin de rang A
Messages : 950
Rang : A

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] EmptyDim 3 Mai 2015 - 18:21

La technique mit de longues secondes à s’effectuer, recouvrant le prisonnier petit à petit de métal. Une fois à l’intérieur, il ne pouvait plus bouger et la force brute d’un individu dans cet état ne pouvait suffire à transpercer plusieurs centimètres de métal. Lorsque se fut terminé, Kisen souleva le cocon pour le préparer au transport. Il savait que faire la route jusqu’au village allait nécessitait de sa part un effort particulier pour le porter, puisque le métal qui le composait était aussi lourd que résistant.

La mission était donc presque terminée, Kongoh s’autorisa à défier Takusanken en duel et ce dernier accepta. Personne n’y voyait d’inconvénient, plus grand chose pouvant perturber la réussite de la capture ne pouvait arriver désormais. Malgré cela Kisen trouvait que ce duel allait à l’encontre du protocole, mais ce n’était pas à lui d’en juger et cela ne semblait pas déranger Sho qui accepta. Kisen se tourna ensuite vers Taku.

- Je vous remercie à nouveau au nom du village, et si vous pouviez ne pas trop blesser Kongoh, cela nous arrangerait !


Kisen souri après avoir prononcé ces mots, lui qui était si sérieux se permettait de plus en plus un peu d’humour. Il savait néanmoins que son humour n’était pas forcément compris par les autres. Il se tourna ensuite vers Kongoh.

- Bonne chance pour votre duel, et n’oubliez pas de revenir au village lorsque vous aurez fini !

Le supérieur de Kisen semblait assez pressé de rentrer, il s’éclipsa rapidement pour prendre le chemin de retour. Soulevant le cocon de métal sans se préoccuper de la présence du prisonnier, il le rejoignit aussitôt. Une longue route les attendait, surtout pour le Bannin, car son supérieur n’avait pas à porter un poids de 300Kg sur ses épaules. Mais Kisen n’avait pas vraiment de difficulté à le soulever, c’était désagréable, mais il avait l’habitude de soulever des charges lourdes et lorsqu’il s’agissait de son propre métal, il trouvait cela plus facile. Et c’est ainsi que les trois individus, ou plutôt deux et un cocon, se mirent en route vers le village caché des nuages.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty
Message(#) Sujet: Re: Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Ta liberté, comme ton bras, est brisée! [Sho, Kisen, Kongoh, Kurasa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Tetsu no Kuni-