N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Dommages & intérêts [ft. Strike]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Dommages & intérêts [ft. Strike] Empty
Message(#) Sujet: Dommages & intérêts [ft. Strike] Dommages & intérêts [ft. Strike] EmptyJeu 12 Mar 2015 - 18:55

Nous avions reçu une nouvelle convocation qui n'augurait de rien de bon... En effet, suite à l'incident de la veille qui avait été un échec cuisant : les parents indignés par l’événement, les enfants déçus et terrifiés et le personnel de l'école tout comme l'instance shinobi étaient des plus énervés à notre encontre pour notre frasque sans nom... Nous avions été engagé pour encadrer le concours et voilà que nous l'avions ruiné...

Je soupirais. Quelle idée aussi que de mettre deux Gogyou aux éléments opposés, de surcroît, ensemble... Non... C'était de la mauvaise foi que de penser ainsi : nous aurions dû être en mesure de nous adapter, peu importe la situation. Je me sentais stupide et inutile. J'avais beau retourner le problème dans tous les sens, je me rendais bien compte que nous avions tout deux notre part de responsabilité... Sauf que lui avait fini au poste de police... Heureusement j'avais pu aller lui acheter un veste et un short pour qu'il puisse se couvrir avant de plaider sa cause pour qu'il puisse sortir.

Nous devions donc nous rendre une fois de plus sur les lieux en ce jour où il n'y avait pas cours pour nettoyer les dégâts. Sauf qu'il y avait principalement de l'eau a éponger et vu l'aversion de ce stickman pour elle, j'allais sûrement me coltiner tout le boulot !

C'est donc avec la même humeur maussade que la veille que je m'en allais accomplir cette basse besogne pour rattraper nos erreurs qui, contrairement au sol, ne s'effaceront jamais de nos dossiers de shinobis... Ce n'était déjà pas chose facile que d'être Gogyou mais alors si nous nous attribuions une réputation minable de notre fait par dessus : nous étions pas sortis de l'auberge...

La grande salle était dans un état lamentable... Tables, chaises, tout le mobilier était trempé, le sol était recouvert d'eau comme un pédiluve et les dessins et autres feuilles avaient jugés bons de faire du papier mâché, collés sur le carrelage. Les feutres s'étaient éparpillés partout, déversant leurs couleurs dans l'eau diluée : ce spectacle était presque beau , un arc en ciel apaisant dans le chaos environnant... En plus de notre réputation à jamais bafouée, remplacer le matériel allait être une somme considérable à déverser... Nous étions bons pour plusieurs journées de travaux d'intérêts généraux...

J'attrapais la serpillière qu'un gardien me confiait, me surveillant depuis l'extérieur de la salle, le regard mauvais. Je soupirais une nouvelle fois : ce n'était pas comme si je n'étais pas habituée aux regards de ce genre...
Finalement, je commençais à éponger. Il y avait tellement d'eau que je ne faisais que ça d'essorer ! Je pestais intérieurement tant les trucs du genre n'était pas fait pour moi... J'utilisais dès lors mon chakra pour utiliser toute l'eau autour de moi et la faisait léviter pour la mener vers le seau : mais j'en avais pris bien trop, il allait déborder !

Alors même que l'eau tournoyait autour de moi, la porte s'ouvrait de nouveau sur Strike, médusé par ce spectacle horrifique à ses yeux... J'affichais un sourire gêné avant de conserver mon calme pour ne rien relâcher de l'eau suspendue dans les airs :

« Salut Stike... »

Il voulu sortir mais se faisait pousser à l'intérieur par le gardien qui refermait la porte derrière nous.

« Ok Ok... Garde ton calme d'accord... Tout est sous contrôle... Regarde... »

Dans des gestes très lents et calmes je relâchais l'eau dans le seau pour le remplir et déposais le reste gentiment à côté de moi. J'avais l'impression de manier une bombe...

« ça va aller t'en fais pas … Je m'occupe de l'eau... Tu peux ramasser ce qui est tombé ? »

Allait-il seulement vouloir touché à quoi que ce soit ? Tout était mouillé...
Je lui envoyais alors la serpillière dès fois qu'il soit enclin à le faire... Je n'avais toujours que peu d'estime pour lui mais je ne voulais pas encourir plus d'ennuis que nécessaire...
Je me risquais alors :

« Comment s'est passé ta garde a vue ? J'ai fais ce que j'ai pu... »

C'était vrai mais ça n'avait pas été suffisant pour le faire sortir aussitôt... Il s'était tout de même retrouvé nu dans une école après avoir joué les torches humaines et choqués toute l'assemblée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yumiyo Orion
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

Dommages & intérêts [ft. Strike] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dommages & intérêts [ft. Strike] Dommages & intérêts [ft. Strike] EmptySam 14 Mar 2015 - 18:48

Le jeudi. Il fallait que cela tombe un jeudi. C'était toujours ainsi. Lorsque tous les problèmes du monde arrivaient de concert sur moi pour frapper à ma porte, ils arrivaient le jeudi. Il s'agissait d'une des lois universelles régissant ma vie (après le Play Book) et auxquelles je ne pouvais rien changer. J'avais passé la majorité de la journée en prison derrière les barreaux, totalement dévêtu. Dans mon malheur je pus m'estimer chanceux d'avoir été placé seul. En effet, les gaillards présent dans les cellules adjacentes me lorgnaient d'yeux plutôt luisants ce qui était singulièrement flippant. Heureusement j'étais en sécurité de mon côté, mais le poids de leur regard insistant qui dura tout au long de la nuit parvint malgré tout à violer mon âme. Heureusement pour moi Yell était venue m'apporter des vêtements, même si cela ne sembla pas rabrouer autre mesure les insistants visiblement très satisfait de voir de la viande fraîche arriver dans leur prison.

-Elle est mignonne ta copine, mais toi t'es pas mal non plus.

Cette phrase me fit faire un cauchemar particulièrement effrayant où, les gardes ainsi que les prisonniers me demandait de ramasser une savonnette au sol tout en me fouettant le postérieur avec une serviette humide. Puis le lendemain, dans le monde de la réalité vraie, je fus tellement à cran, qu'il s'en fallut de peu pour manquer de casser la figure à un prisonnier lambda qui, pour le coup, me demandait simplement si j'avais une clope sur moi.

Par le plus grand des bonheurs je fus libéré sous conditionnel dans la journée qui suivi pour aller réparer les dégâts que j'avais causé à l'académie en compagnie de cette fameuse Yell. Vendredi ? Oui c'était cela, après le jeudi il y avait toujours un vendredi. Généralement c'était exactement la même chose que pour le jeudi, mais en pire. Autant dire que je ne me sentais pas particulièrement rassuré à l'idée de me retrouver avec ce démon aqueux. Non, mais une Gogyou d'eau... Sérieusement, quelles étaient les probabilités qu'une telle chose arrive ? Déjà que ma vie n'était pas des plus faciles à Konoha il fallait à présent que l'on m'ajoute une Némésis empirique et pot de colle de surcroît. D'accord elle était mignonne, d'accord elle était gentille, d'accord elle avait une croupe et un derrière à en faire dresser une forêt d'arbre, cependant, grosse tâche sur le tableau, elle était probablement constituée à quatre-vingt dix-neuf pourcent d'eau. L'air de rien ce détail faisait toute la différence, surtout pour quelqu'un comme moi dont la constance se définissait à quatre-vingt dix-neuf pourcent par une réaction exothermique d'oxydation, à savoir de feu.

Non content d'être complètement demeuré, les donneurs de mission n'avaient pas hésités à en remettre une couche en nous renvoyant tous les deux à l'académie sur notre scène de crime en nous replaçant exactement dans les mêmes conditions qui avaient déclenchée l'accident. Pour le coup, toute cette partie de l'école avait été évacué et il ne restait plus que les équipes d'entretiens techniques. N'ayant d'autre choix que de faire ma peine de travail d'intérêt général au risque de retourner en prison (et d'être forcé de faire plus ample connaissance avec Darhyl, ce gros poilu à la bouche en cul de poule doté d'un tour de bras aussi large que ma tête) et cette fois-ci pour un moment. Néanmoins et comme mon intellect super développé me permettait de faire face à tous les genres de situation, j'avais pris l'initiative d'emporter avec moi mon énorme imperméable jaune totalement étanche style parachute. Avec ça, il n'y avait aucun risque que cette harpie des eaux usées ne puisse m'arroser. J'enfilai ce dernier avant de prendre mon courage à deux mains et entrai dans la salle.

En constatant ce qui était en train de se passer à l'intérieur, au moment de mon arriver, je sentis dans mon crâne ce qui devait sans doute être l'équivalent d'un claquage neuronal.

-Heu... Salut Yell....

Je me décomposai littéralement sur place, ne quittant pas un instant du regard cette épée de Damoclès qui pesaient sur moi, la mine confite puis ébahie pour finalement paraître apeuré. Je voulus m'enfuir de là où j'étais venu, mais un concierge sorti de nul part me stoppa net et claqua la porte devant moi en la fermant à clé. Je fis volte face à Yell ainsi qu'à son énorme flaque d'eau en suspensions au-dessus de ma tête. Pour être franc je n'aurais sans doute jamais imaginé mourir à l'école. Plaquant mon dos contre la porte, je l'écoutai à peine lorsqu'elle chercha à me faire comprendre que je n'avais rien à craindre, que la situation était parfaitement sous contrôle.

-Contrôle, contrôle, c'est vite dit. T'as vu tout ce qui s'est passé à cause de toi ?

Assurément je disais bonjour aux amis de la mauvaise fois. Toujours fut-il que je ne l'a crus pas un seul instant et me contentai, en guise de réponse, de rabattre ma capuche sur ma tête pour ensuite tirer sur les ficelles de sorte à resserrer cette dernière sur moi. Ainsi entièrement camouflé, et surtout étanche, seul le bout de mon nez ainsi que mes yeux demeuraient visibles. Lorsqu'elle renvoya toute son eau dans le seau, je tentai une manœuvre d'évitement en me déplaçant en crabe tout en continuant de raser le mur. Lorsqu'elle envoya le balais dans ma direction, j'attrapai ce dernier avec méthodisme, comme si ce dernier pouvait m'exploser entre les mains à tout instant. Un peu plus assuré notamment par le fait que j'avais émit une distance de cinq mètres de sécurité entre la bombe aqueuse et moi, je commençai à donner de grand coup énergique pour commencer à renvoyer l'eau ainsi que les résidus de papiers humides dans un coin de la salle. Quant elle me questionna au sujet de ma garde à vue je ne pus m'empêcher de lui rétorquer.

-Ho, tranquille tu sais... Disons que je commence à avoir l'habitude. Et puis, je suis plutôt populaire en prison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Dommages & intérêts [ft. Strike] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dommages & intérêts [ft. Strike] Dommages & intérêts [ft. Strike] EmptyLun 16 Mar 2015 - 14:48

Alors que je tentais vainement de lui expliquer que je maîtrisais la situation et qu'il ne risquait rien, cet empoté osait dire que j'étais l'entière responsable des faits. J'exultais de rage, mes yeux auraient lancé des éclairs dans sa direction s'ils avaient pu mais très vite, je prenais un air machiavélique et faisant avancer la flaque en lévitation vers lui, au dessus de ta tête :

« En effet il serait fâcheux que je perdes le contrôle... »

Je souriais de façon machiavélique alors que je voyais son air se décomposer. Il était dommage de faire régner la paix et nous éviter plus de problèmes que nous en avions déjà, sans quoi j'aurais volontairement relâché toute cette eau sur lui mais il ne paierait rien pour attendre !

« Tu te fous de moi j'espère ?! Tu es celui qui a déclenché le système anti incendie ! C'est toi qui a semé la panique et qui a mis tout sans dessus dessous en plus de provoquer des cauchemars aux enfants qui ont pu apercevoir ton service trois pièces ! »

Et pas qu'aux enfants d'ailleurs !
Je soupirais, reprenant toutefois mon calme :

« Ok ok ! Tu sais quoi ? Nous avons tous les deux nos tords sur ce coup là et il serait stupide de prétendre le contraire. On s'est foutus dans la merde va falloir nous en sortir ! Je te raconte même pas l'impression que cette première mission va laisser sur notre dossier ! »

Peut-être finalement qu'il s'en moquait et qu'il n'avait que faire de sa carrière shinobi... Je devais avouer que cela me passait au dessus aussi mais je voulais devenir importante pour le village malgré que je sois une Gogyou et après tout ça... Cela devait être définitivement foutu !

Le visage de cet idiot disparu presque complètement sous son imperméable d'une jaune criard et si je n'avais pas été si énervée un peu plus tôt à son encontre, j'aurais sûrement explosée de rire sur sa dégaine.

« Pitoyable... »

Me contentais-je de dire.
C'était comme avoir un animal inconnu en face de soit : impossible de prévoir ce qu'il allait faire, il fallait juste miser sur la possibilité la plus idiote de toute et vous étiez presque assuré de tomber sur celle pour laquelle il allait opter.

Il tâchait de garder une distance de sécurité avec ma personne et au fond ce n'était pas plus mal. Nous étions de nous mêmes des dangers publiques alors confrontés l'un à l'autre alors que nous maîtrisions des éléments opposés ce n'était franchement pas une bonne idée.
Lorsque j'abordais la question de la prison, il ne trouvait rien de mieux à me dire qu'il commençait à en avoir l'habitude et qu'en plus il y était populaire... J'arquais un sourcil face à cette révélation.

« Oh je vois... Tu es donc de ce bord là... Tout s'explique... »

Ce n'était pas très flatteur pour moi alors qu'il avait tenté de me draguer mais qu'importe : rien n'était flatteur de la part de ce pauvre type !

« Tu as donc eu plusieurs séjour à y faire... Moi qui culpabilisait presque pour ta nuit là bas... Finalement c'est comme aller dormir chez des « amis » pour toi... »

Je lui adressais un nouveau sourire lourds de sous entendus.

Après plusieurs instants que je passais à remplir et vider le seau d'eau pendant qu'il s'occupait de remettre de l'ordre dans la pièce, nous décidâmes de prendre une pause. C'est ainsi que ne nous rendions vers la machine à café que j'avais vu en pénétrant dans les locaux. Sur le court trajet j'avais fait attention à ne pas prendre cas du gus qui m'accompagnait mais c'était peine perdue lorsque je le vis brandir une règle de tableau contre mon épaule pour maintenir une mètre au moins entre nous. Il retirait et replaçait la règle plusieurs fois de suite pour s'assurer que la distance était maintenue au fur et à mesure de nos pas et la laissait finalement en permanence. Je l'avisais d'un regard en coin agacé avant de m'adresser à lui.

« Tu es sérieux là j'imagine ? »

Je posais dès lors un doigt sur la règle, laissant apparaître un filet d'eau que je faisais remonter jusqu'à lui afin qu'il lâche cette maudite règle. Lorsque cela fut fait, je poursuivais ma marche pour aller me poser dans un coin serti de fauteuils et d'une table basse à côté de la machine a café. Bien sûr je n'avais que faire de ces breuvages chaud et je me contentais de prendre une bouteille d'eau fraîchement sortie du distributeur. Les Gogyou ne sont même pas forcés de manger alors ce n'était pas comme si nous nous en embarrassions... J'avais eu des repas réguliers toutes les années où j'avais vécu avec mes parents pour tenter de mener une existence normale mais il y avait déjà quelques temps je ne vivais plus avec eux et que je ne m'embêtais plus de cela me contenant de boire de l'eau.

Je n'avais rien à dire à cet énergumène et je savais que la moindre conversation avec lui me ferait accéder irrémédiablement à la colère : je l'avais appris à mes dépends la veille... Pourtant je m'y risquais :

« Un Gogyou de feu... Pas évident tous les jours j'imagine... »

J'avais failli lui demander si cela faisait longtemps qu'il en était sous le coup de l'embarras du silence : n'importe quoi. Heureusement que je ne l'avais pas vraiment dit sinon il se serait empressé de se foutre royalement de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yumiyo Orion
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

Dommages & intérêts [ft. Strike] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dommages & intérêts [ft. Strike] Dommages & intérêts [ft. Strike] EmptyMar 14 Avr 2015 - 9:34

Non contente d'être un bac à flotte ambulant, elle avait également la langue aussi acérée que celle d'une harpie. Elle avait beau être mignonne, elle était singulièrement flippante et je ne pensais plus qu'à terminer notre travail pour partir le plus rapidement et le plus loin d'ici. Avec un peu de chance je n'aurais plus à la revoir et par conséquent à ne plus m'exposer au danger qu'elle représentait. Aussi, équipé de mon imperméable, je conservai toujours une certaine distance, tout en continuant le nettoyage de la salle. Malgré moi, je ne pouvais m'empêcher de me retourner de temps à autre pour m'assurer qu'elle ne franchissait pas la limite de sécurité. A un moment, elle se pencha pour ramasser une feuille. Un élément attira tout de suite mon attention et je fronçais les sourcils de l'intérieur de ma capuche.

-C'est quoi ça ? 

Figes-je en pointant un élément du décor juste sous ses yeux.

-Oui là ! Regarde. 

Elle se pencha un peu plus en avant je pus profiter d'un magnifique plan sur son fessier galbé. . J'éclatai de rire avant de reprendre mon travail. Cette nana n'avait pas le mérite d'être spécialement futé. En même je ne comptais pas le nombre de celle qui tombait encore dans ce genre de panneau. A défaut de me faire peur, elle avait au moins le mérite d'apporter une certaine distraction. Suite à quoi après une bonne heure de nettoyage passé dans le plus grand des silences (sans doute qu'elle n'avait guère appréciée que je la fasse tournée en bourrique). Las de la tâche, nous décidâmes de prendre une pause bien mérité. Sur le trajet menant jusqu'à la machine a café je pris soin de conserver un bon mètre de distance entre elle et moi. Ma meilleur alliée était une règle de tableau qui j'avais piqué dans la salle de classe et qui me servait à mesurer la distance toutes les quinze seconde pour m'assurer que le danger n'approchait pas. A la fin, j'étais tellement nerveux que je finis par céder laisser la règle en permanence pour être sûr. Lorsqu'elle me demanda si j'étais sérieux je lui adressai un regard interloqué.

-T'as vu ce qui s'est passé la dernière fois ? Je te rappel que c'est moi qui risque de m'éteindre et pas toi !

Je pointai la règle sur son visage, inquisiteur, comme si par ce geste j'arrivais à souligner mes paroles. Elle, dans un sourire espiègle, se contenta de laisser un couler un filet d'eau le long de l'instrument que je lâchai aussitôt.

-Nan, mais t'es complètement folle ! Tu sais, y'a des gens qui sont morts pour moins que ça.

Ne trouvant rien de mieux à dire, je gardai ensuite le silence, conservant alors en moyenne une distance de deux mètres afin de m'assurer qu'il n'y aurait vraiment aucun problème. Je n'avais pas quitté mon imperméable depuis lors, mais me risquait finalement à ôter mon capuchon alors que nous nous installions l'un en face de l'autre dans des fauteuils. J'estimai la distance qui nous séparait à environ un mètre quarante-sept ce qui ne devait pas être trop mal. Elle ne se servit pas de café ce qui m'étonna, mais une simple bouteille d'eau. En y repensant, cela me paraissait logique. Moi de mon côté j'ouvris un paquet de charbon que j'avais pris comme casse dalle pour l'après-midi. Je mangeais le tout comme s'il s'agissait de pop corne. Alors qu'un silence gênant venait de s'imposer entre nous, seulement perturber par le craquement du charbon dans ma bouche, elle se risqua à me faire une remarque concernant mon état de Gogyou de feu.

-Hooo, je te le fais pas dire...

C'était sans doute la meilleur preuve de sympathie que le ton que j'employai à cet instant pour elle. Il était vrai que, contrairement à la sienne, ma nature élémentaire avait un potentielle destructeur assez significatif.

-Généralement cela en manque pas de se manifester au mauvais endroit, au mauvais moment et surtout avec les mauvaises personnes.

J'osais un sourcil presque accusateur à son encontre, même si c'était pas spécialement contre elle, mais davantage en raison de sa nature aqueuse avec laquelle, au cas ou personne ne l'aurait encore remarqué, un sacré problème. Je venais d'entamer plus de la moitié de mon paquet et déjà je me sentais un peu revigoré. Il n'y avait rien de tel qu'une bonne fournées de combustibles pour me redonner la pêche. Même si cela ne vaudrait jamais une bonne rasade d'alcool. Que n'aurais-je pas donné en cet instant pour me servir un bon verre de whisky sans le moindre glaçon. Malheureusement nous étions dans une école primaire et à moins de fouiller dans le bureau du directeur, je n'espérai pas trouver quoique ce soit s'y rapprochant.

-Et toi t'es du coin ? Cette fois-ci c'est moi qui me risquait à ouvrir le dialogue.

Mais je n'écoutai pas vraiment sa réponse. Mon attention venait tout de suite d'être attirée par un lot de casier disposé dans le fond du couloir. Ils étaient quatre, collé successivement les uns entres les autres et scellés par une chaîne épaisse. Étrangement ces derniers m'évoquaient quelque chose de familier. Je me levais, curieux, pour aller voir ce dont il retournait réellement. Yell me suivit, et je me retournai pour lui adresser un regard qui voulait dire « si tu t'approches trop, je met le feu à l'école ». Après quoi j'examinai un peu plus en détail ce qui se trouvait devant moi.

-La vache ! C'est mon casier que j'avais lorsque j'étais à l'académie.

Cela devait bien faire une dizaine d'année que je mettais enfui après avoir accidentellement provoqué un incendie dans ma salle de classe. Je me demandai comment ce pouvait-il que mon casier soit encore là, mais surtout complètement cadenassé. Faisant jaillir de feu de chalumeau de l'extrémité de mes deux doigts, je commençai à attaquer l'acier des chaînes pour le faire fondre. La harpie des eaux ne semblaient pas approuver mon attitude et semblait me le faire comprendre.

-Mais laisse-moi, je sais ce que je fais...

Non absolument pas. Je n'avais aucune idée de ce que je faisais et si j'allais vraiment réussir sans provoquer une nouvelle catastrophe, mais comme toujours, ma curiosité naturelle l'emportait sur ma raison. Mine de rien je parvins à faire céder le tout pour finalement dévoiler le contenu de mon casier. Yel parvint à glisser un bout de sa tête derrière moi pour également voir ce qui se trouvait à l'intérieur. Moi j'écarquillai les yeux de stupeur, parvenant à peine à réaliser ce qui était en train de se passer sous mes yeux. Une ville. Il y avait une ville miniature dans mon casier. Ou plutôt dans le mien et dans ceux adjacents. Et qui y résidait ? Et bien les conséquence d'une technique de clonage raté dix-ans plutôt que j'avais nommé les Mini-Moi. Alors, ils avaient survécu tout ce temps à l'intérieur. La mini-troupe vint s'amasser au bord du casier pour nous regarder avec de grands yeux admirateur.

-C'est le Créateur !
Venu d’ailleurs...

HOOOOOOOOO !!


Le vendredi était toujours une journée pleine de surprise, bonne comme mauvaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Dommages & intérêts [ft. Strike] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dommages & intérêts [ft. Strike] Dommages & intérêts [ft. Strike] EmptyVen 24 Avr 2015 - 11:43

Il était en train de manger du charbon... Oui oui, du charbon ! Certains ouvrent et mangent un paquet de chips, lui c'était du combustible... Ce type était vraiment déglingué...
Je savais d'avance que ma question sur son état de Gogyou de feu, qui ne devait pas être évident, allait obtenir des réponses qui n'allaient pas me plaire et ce fut bel et bien le cas. A vrai dire ce mec était une véritable plaie mais il semblait si débilement prévisible que je parvenais à anticiper son comportement avant même qu'il ne l'exécute et alors même que nous ne nous connaissions que depuis la veille... Avoir l'impression de connaître quelqu'un depuis toujours cela arrivait, mais ce n'était pas des plus glorieux lorsque cela s'apparentait à ce genre d'individu.

J'arquais finalement un sourcil lorsqu'il ouvrit le dialogue à son tour sans ne rien dire de stupide... c'était... surprenant.

« Je ne suis pas originaire de Konoha si c'est ce que tu veux dire mais comme tout le monde quasiment... Le village est encore jeune. J'ai grandi à Kawa no Kuni mais ma nature à forcer mes parents à déménager très souvent pour finalement s'installer à Konoha. »

C'était la première fois que j'employais un ton sérieux avec lui, abordant un pan de ma vie dont il ne devait avoir que faire mais que je dévoilais tout de même. Les Gogyou n'étaient pas très bien acceptés : nous effrayons. C'est notre différence qui effraie : nous ne sommes pas vraiment humains, plus élémentaire que chair en tout cas.

Finalement, il se relevait sans un mot pour se diriger vers plusieurs casiers, d'un air interloqué comme si cela lui évoquait quelque chose. A voir l'état des casiers et vu comment ils étaient scellés, cela ne m'étonnerait même pas qu'il y en avait un qui lui appartenait dans le lot.... Bingo !

Le voilà qu'il tentait de faire fondre le métal pour regarder le contenu de cette boîte de Pandore ! J'étais presque certaine que s'il l'ouvrait, une malédiction s’abattrait sur nous, avec notre chance.

« Je ne pense pas que ce soit une bonne idée ! Nous avons assez fait de grabuge ici. »

Bien sûr il n'en faisait qu'à sa tête et ne m'écoutait pas mais ça, je m'en doutais bien. J'étais également curieuse de savoir ce qu'il avait pu conserver là dedans... Peut-être qu'il s'y trouvait des objets ou preuves compromettantes dont je pourrais me servir pour le charrier !

Lorsque la chaîne sauta, je me pencha sur le côté pour y voir quelque chose et... ce que je vis n'était peut être pas une malédiction mais... c'était vraiment étrange. J'écarquillais les yeux de stupeur en voyant pleins de petits êtres qui ressemblaient à Strike mais en miniature... Mon dieu... l'attaque des clones... Un seul suffisait largement ! Une armée de cet imbécile... c'est la fin du monde ! Nous sommes perdus ! Bon, fort heureusement ils paraissaient assez inoffensifs et aussi stupides que l'original. Toutefois, le plus étonnant n'était pas leur présence mais cette sorte de ville qu'ils avaient bâtis dans ce casier ! Il y avait des mini néons pour faire de la lumière, des boites a chaussures et autres matériaux qui formaient des bâtiments...

« Une vraie fourmilière là dedans... »

Me contentais-je de murmurer, stupéfaite. Je n'en croyais pas mes yeux et je crus un instant défaillir face à ce spectacle saugrenue tandis qu'ils s'exprimaient de leurs petites voix pour acclamer leur créateur...

« Tu en as encore beaucoup des comme ça ?! »

Lui demandais-je, agacée par sa bêtise.

« Plus important encore... Tu comptes en faire quoi de... ces choses ? »

Il ne comptait quand même pas les laisser dans ces casiers ?! Il fallait qu'il les dégage de là dedans.
Là dessus je soupirais.

« Bon il nous faut terminer de nettoyer et ranger la salle ! Plus vite nous aurons fini et plus vite nous pourrons nous en aller d'ici ! »

Je n'avais aucune envie de m'éterniser : surtout alors que cela signifiait passer du temps avec lui.
Je repartais donc dans la salle et poursuivait le travail restant tandis qu'il s’affairait un instant avec... lui même... en multiple... Un vrai dialogue de sourds... Heureux sont les simples d'esprits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Yumiyo Orion
Informations
Grade : Heishi
Messages : 155
Rang : B+

Dommages & intérêts [ft. Strike] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dommages & intérêts [ft. Strike] Dommages & intérêts [ft. Strike] EmptyLun 27 Avr 2015 - 21:50

Cette cruche, d'eau, ne semblait pas si étonnée de découvrir des mini répliques de moi-même au fin fond d'un casier depuis longtemps scellé au sein même de l'académie de Konoha. En fait, elle donnait l'impression d'être davantage consternée comme si plus rien ne pouvait l'étonner venant de ma part. Si tel était le cas, la pauvre risquait d'être surprise. Des conneries du genre, j'en avais à revendre, même si je devais avouer que ce calibre était assez rare. Tandis qu'elle me demandait si j'en possédai d'autres, je restai de marbre, captivité dans la contemplation de ces mini-êtres qui m’idolâtraient. Qu'est-ce que cela pouvait être bon de se sentir aimé parfois.

-J'en ai plein dans ma chambre.

C'était un peu le problème avec ce genre de bestiole. On en fabriquait, puis on en fabriquait encore alors qu'eux continuaient de vadrouiller, puis on perdait le compte et ces derniers se retrouvaient à grouiller un peu partout à notre insu. Encore une chance qu'ils n'étaient pas en mesure de se reproduire par eux-même, sinon on aurait rapidement eut le droit à une véritable invasion. Au moins, actuellement, ils se contentaient de rester confinés dans ce casier ou dans ses alentours. Je n'allais donc pas m'encombrer avec un problème de plus. J'avais assez donné de la prison pour la semaine.

-Ce que je vais en faire...

D'un geste vif de la main je refermai le casier sur les petits qui scandaient à présent mon prénom en cœur puis adressait un sourire espiègle à Yell. Ni vu, ni connu. Personne n'irait nous punir pour quelque chose que nous n'avions pas fait. La miss parut cependant assez dépitée et retourna vaquer à son occupation principal en tant que femme, à savoir, faire le ménage. Je la suivais, glissant mes mains dans mes poches sous mon imperméable, l'air de rien. Alors que je m'éloignai progressivement du casier j'eus un bref éclair de génie et décidai de rebrousser chemin pour le rouvrir.

-Gloire à strike, gloire à strike ! How can youu seee....

Qu'ils répétaient tous en cœur. Moi je plongeai ma main à l'intérieur, fouillant maladroitement entre les boîtes à chaussures pour finalement récupérer ce que je cherchai au bout de quelques minutes. Je venais de retrouver une montre Mickey qui m'avait valut vachement cher à l'époque. Aujourd'hui, j'étais sûr de pouvoir la revendre à un bon prix. Suite à quoi je refermai définitivement le tout en ressoudant les chaînes à coup de chalumeau. Lorsque je traversai le couloir, une odeur de brûlée planait encore dans l'air et le concierge, surgissant de nul part, m'envoya un regard plus noir que le fond de ma tasse de café un lendemain de cuite. Je lui renvoyai un sourire peu rassuré accompagné d'un geste amical de la main. Lorsqu’il eut le dos tourné, je lui adressai un nouveau geste, cette fois-ci beaucoup moins amical. De retour dans la salle de classe je rabattais l'imperméable de ma capuche sur la tête.

-Bon... Passons aux choses sérieuses.

Cette petite pause charbon m'avait requinquée, autant physiquement que moralement. Désormais je me sentais de taille à faire face à toute l'eau du monde, ou presque. J'allais me commencer par me contenter de celle présente dans le seau de la serpillière, ce qui serait un bon début. Sur ces mots, je fis craquer mes phalanges et me préparait pour un super numéro de haute volée. En partant comme une fusée, je pris assez d'élan pour renverser l'eau puis attrapais la serpillière dans les airs.

J'accélérai alors ma vitesse pour atteindre une allure phénoménal. Les bureaux et les chaises se décrochèrent du sol, tandis que dans la fraction de seconde qui suivait, je nettoyai le sol en prenant évidemment soin de ne pas trop me mouiller les pieds. Lorsque le mobilier retomba à sa place de façon parfaitement symétrique, il ne restait plus aucune trace de notre précédent carnage et je me retrouvai adossé dans un coin de la salle à fumer ma clope.

-Si tu veux tout savoir, ce n'est pas ce que je sais faire de mieux.

Frimais-je, en lui adressant un sourire couplé à mon plus beau regard de tombeur ultra badass. Par nature, j'étais assez doué pour effectuer des trucs insensés. Le soucis avec cette méthode étant qu'elle ne marchait qu'une fois sur trois. Les deux autres cas échéants, cela explosait, tout simplement, mais cela, l'autre méduse de service n'avait pas besoin de le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Hayashi Yell
Informations
Grade : Chûnin
Messages : 514
Rang : A+

Dommages & intérêts [ft. Strike] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dommages & intérêts [ft. Strike] Dommages & intérêts [ft. Strike] EmptyMar 28 Avr 2015 - 12:19

Décidément, plus rien ne semblait surprenant de la part de cet idiot. Je ne sourcillais même pas lorsqu'il m'appris qu'il avait encore bon nombre de ces petits êtres chez lui. Je ne parvenais pas à savoir qui je plaignais le plus... Lui qui était un aimant à connerie ou bien ces clones qui devaient le supporter chaque jour... Je plaignais les petits êtres.

Étaient-ils seulement « vivants » ou du moins dotés d'une conscience ?! Ils avaient quand même réussi à bâtir une sorte de ville dans des casiers d'Académiciens... Puisqu'il les avait créer n'avait-il pas la solution pour les renvoyer d'où il venait plutôt que de voir chaque jour la preuve de ses frasques et de son inexpérience en art shinobi ? J'imaginais que même cela il ne savait pas le faire.

Finalement, il les enfermait de nouveau mais cela n'était pas mon problème : j'en avais déjà bien assez comme ça ! A lui de se débrouiller avec les siens ! Il nous fallait déjà nettoyer la salle de fond en comble.

Je devais dire qu'il me surprenait sur ce coup là. Bien sûr c'était avant qu'il y aille de son petit commentaire concernant « ses prouesses insoupçonnées » alors même qu'il jouait les loubards en fumant dans la salle de classe. Je levais discrètement les yeux au ciel fasse aux siens qui se montraient insistants dans sa tentative de drague désespérée avant de m'approcher de lui en entrant dans son jeu. Le regard aguicheur je m'avançais d'un pas lent tandis que je dévoilais l'une de mes épaules en abaissant le tissu qui la recouvrait et me collais à lui en posant une main sur son torse, ne le lâchant pas du regard tout en me penchant contre lui, un sourire enjôleur aux lèvres.
Ma main libre vint alors attraper sa cigarette à l'extrémité pour l'éteindre entre mes doigts, adoptant désormais un ton réprobateur :

« Nous n'avons aucune envie que les détecteurs de fumée inonde une nouvelle fois la pièce n'est-ce pas ?! ... Non mais ça t'arrive de réfléchir parfois ! »

Je soupirais et lui tournais le dos, agacée depuis le début par ses manières, tandis que je recouvrais mon épaule.

Il nous fallait encore aérer la pièce et la faire sécher – de manière conventionnelle et non grâce à une torche humaine – puis remettre un peu d'ordre. Lorsque cela fut fait, le gardien joua les inspecteurs des travaux finis et prenait un malin plaisir à souligner ce que nous n'avions pas forcément bien fait ou oublier. J'adressais un regard en coin à Strike : pour une fois nous étions d'accord, ce chaperon nous saoulait. Force était de constater que nous prenions sur nous – enfin je tâchais surtout de prendre sur moi pour nous deux car visiblement la patience et Strike ne faisait pas bon ménage – et exécutais ce qu'il me demandait de rectifier. Après presque une heure supplémentaire et un ras le bol que j'avais de la peine a dissimuler, le gardien nous adressait finalement un sourire goguenard en nous autorisant à disposer.

C'était ainsi que s'achevait cette horrible journée qui m'avait rappelé à quel point faire équipe avec lui ne devait plus se produire sans quoi c'était l'échec assuré en plus de nous créer son lot de problème. Je m'en allais donc sans demander mon reste alors qu'il faisait de même, espérant ne plus avoir à croiser cette allumette ambulante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Dommages & intérêts [ft. Strike] Empty
Message(#) Sujet: Re: Dommages & intérêts [ft. Strike] Dommages & intérêts [ft. Strike] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Dommages & intérêts [ft. Strike]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Académie-