N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Les Premiers Inquisiteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Jisetsu Gabushi
Informations
Grade : Nukenin de Rang S
Messages : 597
Rang : S

Les Premiers Inquisiteurs Empty
Message(#) Sujet: Les Premiers Inquisiteurs Les Premiers Inquisiteurs EmptyLun 2 Jan 2012 - 10:41

La neige recouvrait à present les toits du village de Kiri. Un voile plus present et charismatique que l'habituelle et diffuse brume qui reignait normalemment en maitre en ces lieux. Etrange paysage qui pouvait defiler aux yeux des passants et autres villageois du pays de l'eau qui traversait à cette heure si matinal les ruelles, calme, serein. Tranquille sous un manteau blanc d'une fine couche de poudreuse qui s'était installée pendant la nuit.
Ainsi debuta une journée qui marquera certainement l'esprit de la Nomade pendant longtemps. En effet, il était question de proteger ce grand village tranquille aujourd'hui, il était question de devoir envers les innocents du pays de l'eau. Parcourant les geoles et les diverses pièces qui comptait les locaux du Misutô, elle attendait. La base des operations de l'unité n'avait rien d'attrayant. Des murs de briques sobres et strictes, des lumières rares, diverses râteliers dispercés partout dans les pièces... Rien qui encourage les visiteurs de ces prisons à revenir.

Le village de la brume s'est eveillé voilà maintenant une année et la Nomade avait déjà arrété et executé bon nombre de renegats et autres traitres qui étaient sorti de terre avec lui. Elle n'aimait pas cela, au fond, mais ce n'était pas une question d'aimer ou non, c'était un devoir. Les relations avec le Mizukage et la Nomade avait beau être detendu, elle savait ce qu'elle devait au Samui. Son devoir était de proteger le village d'une discension total, son devoir était de souder definitivement les mailles qui retenaient les shinobis et les clans de se disloquer, son devoir était de rendre justice et de tout faire pour surveiller Kiri de l'interieur.
C'était une des rares choses que Gabushi ne prenait pas à la legere, elle qui avait pour habitude de prendre une attitude nonchalante avec le monde, ce n'était absolument pas le cas à l'encontre des Nukenins et autres menaces envers le pays de l'eau.

Voilà ce qu'était le Misutô. Mais cela ne suffisait pas, ou plus. Les choses changeaient, evoluaient, et les yeux inquisiteurs du Kinnegan n'étaient à present plus suffisant pour surveiller les autres Shinobis de Kiri. En accord avec Mahan, le Misutô allait s'aggrandir à present. Une personne ne serait pas assez pour l'avenir du village.
Les lettres étaient déjà envoyés. Le choix des membres de l'unité revenait à la Nomade, l'ombre de l'eau avait la main sur tout le pays, mais le Misutô serait à present un cas à part de la hierarchie de Kiri.
Et les noms tombèrent l'un après l'autre dans l'esprit de Gabushi, les autres membres du Misutô devaient se presenter à elle tôt ce matin, il n'était pas question de retard ou d'empechement, c'était la chance de leurs vies.

Ils deffilèrent les uns après les autres et la Nomade les accuillie en silence, ne repondant à leurs interogations et leurs demandant de prendre place. La Jisetsu les avait conduit à une sorte de bureau sombre, toujours en silence. Elle s'installa derrière celui-ci et se mit à regarder les deux individus, silencieusement. Son regard devenant oppressant jusqu'à ce que tous se soit assis d'eux même sur les chaises qui étaient là à leur disposition pour l'evenement.



- Jisetsu Sei et Samui Hiroyuki.

Sa voix ce faisait grave, ne laissant place qu'à un silence qui était voulu. Elle voulait être sur que les mots qui allaient suivre viendraient se graver dans leurs esprits. Ils n'auraient pas le droit à l'erreur, après cette matinée.

- Je vous ai choisi, tous les deux pour m'accompagner sur un chemin qui se veux plus dangereux, encore que celui de Shinobi. Je vous ai choisi pour m'epauler ici même, en ces lieux en temps que membre de l'organisation Misutô. Si vous acceptez, vous deviendrez les piliers qui font tenir le village dans l'adversité, les yeux qui ne peuvent être trompés, les oreilles qui sondent les mensonges et les lames qui font taire les traitres. Car oui, le Misutô a pour tâche de tenir la réunifications des clans et du pays de l'eau sous l'egide de Kiri, de ne pas laisser les Shinobi disloquer ce que Sanbi a réussis à unifier. Vous serez les juges et bourreaux, avec un droit sur les autres Shinobi de l'eau qui peut aller jusqu'à la mise à mort... Elle laissa un blanc, regardant lentement chacun des ninja devant elle. Vous aurez aussi, bien plus de responsabilités que le commun des mortels. Et vous ne repondrez qu'au Mizukage ou à moi même. Vous serez craint dans nos frontières, chaque villageois, chaque Shinobi aura entendu parlé de vous, il le faut. Vous deviendrez des figures de justice parmit les votres, unifiant par votre simple presence les esprits plus faibles et manipulables qui peuvent mettre en danger "votre" village.

Soulignant le mot "votre", elle voulait leur faire comprendre que c'était quand même un boulot ingrat. Bien des fois Gabushi eut l'idée de laisser tomber pour d'autres dessins plus joyeux et agréables. Mais les paysages comme celui de cette belle matinée au village de la brume, lui rappellait souvent pourquoi elle faisait tout cela, pourquoi elle avait autant de sang sur les mains et pourquoi son nom était celebre. Ces petits doivent bien comprendre dans quoi ils mettent les pieds, et ce dès maintenant.

- Vous avez le choix, à present. Je ne suis pas là pour vous obliger à quoi que ce soit, vous pouvez dès à present prendre la porte qui se trouve derrière vous. Ou rester, et devenir membre de l'unité special de Kiri, titre que vous perdrez dans la mort sans possibilité de faire marche arrière.
Elle tendit la main pour appuyer ses paroles, designant la porte en question.

- A present, si vous avez des questions, je suis prête à vous répondre dans la mesure du possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Hiroyuki
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 389
Rang : A

Les Premiers Inquisiteurs Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Premiers Inquisiteurs Les Premiers Inquisiteurs EmptyLun 2 Jan 2012 - 17:08

L’heure avait sonné, le Misuto recherchait des membres et c’est grâce à un appel passer dans tout l’archipel que vinrent ce présenter les candidats aux postes. Hiroyuki marchait, vers le Quartier Général afin d’être reçu par le chef du Misuto qui n’est ni plus ni moins que Gabushi Sensei. Il sait très bien qu’il n’aurait aucun traitement de faveur et il l’espérait, l’idée même de savoir qu’il a été prit parce qu’il la connaissait à l’extérieur (en tant que Sensei hein !) le répugnait. La tâche que devait être «membre du Misuto» était bien trop importante pour qu’on joue avec les pistons afin d’y être accepter. Bref, il s’avançait vers le QG devant lui il vit une tête qu’il lui était familière, ce qui lui rappela à qui il avait à faire fut la clope qu’il tenait entre les lèvres. Ce n’était ni plus ni moins que Jisetsu Sei un Kirijin aux yeux dorés avec qui il a combattu les flammes qui menaçaient le village. Il souhaitait donc être dans le Misuto lui aussi ? Bénéficiera t-il du piston grâce à ses beaux yeux ?

Il faisait froid, la neige avait envahi Kiri et tout le village était recouvert d’une pellicule blanche. La neige, quelle belle chose, si pure et douce à la fois Hiroyuki était fier de pouvoir maitriser une telle beauté et œuvre de la nature. Il se tenait devant l’entrée du QG du Misuto, au cotés de Sei, ils avaient été convoquer à la même heure mais ou était les autres candidats ?


"Yosh Sei ! ravi de voir que tu souhaite faire parti du Misuto toi aussi? Ce serai un véritable plaisir que de bosser avec toi !"

Gab’Sensei arriva et ne dit mot, elle accompagna les deux personnages avec elle dans le QG. La décoration des lieux étaient vraiment splendide, les murs étaient fait de briques sombres, des râteliers étaient disposés n’importe comment dans la pièce et les quelques lumières qui fonctionnaient n’égayer pas vraiment l’endroit, après tout c’était une prison et généralement ceux qui rentraient dedans ne revenaient jamais parce qu’ils ne les quittaient pas ou du moins pas vivant. Le rêve du Samui était de participer à cet endroit, cet endroit qui faisait régner la justice au sein de tout un pays, être Mizukage, c’est si banal que le titre ne lui convenait pas et puis la paperasse administrative il n’aimait pas vraiment ça.

Ils arrivèrent devant une porte et entrèrent, un bureau se tenait là dans la pièce sombre et froide, il y avait assez de chaise pour eux, pas un de plus. La chef du Misuto les regarda alors, un regard angoissant et étouffant, le Samui ne l’avait jamais vu ainsi, les deux Chûnin prirent place et ainsi elle commença son discours. Elle énonça d’abord les noms des deux membres du village qui se tenait devant elle, puis elle laissa place à un lourd silence avant de reprendre, elle leurs annonça qu’elle les avait choisi afin de devenir membre du Misuto, elle énonça alors leurs devoirs en tant que membre d’une telle organisation, ils seront les cinq sens du village, un pilier qui ne devra feindre sous aucun prétexte si ce n’est celui de mourir pour Kiri. Les membres du Misuto ne répondront que de deux personnes, la Chef du Misuto, et Mizukage-sama, savoir que son nom sera connu dans tout Mizu no Kuni attirerai tout les affamés de gloire, être craint par tous tel un Kage c’est très tentant.

Tout ce qu’énonça Gab’Sensei était le travail d’un Shinobi mais en beaucoup plus accentué, les responsabilités énorme qu’allait endurer le Samui le placeront bien au dessus des autres si il acceptait cette lourde tâche. La Chef montra la porte du doigt et proposa aux deux Chûnin de faire un choix maintenant, accepter de rejoindre le Misuto et d’avoir gloire et puissance ou alors rester un ninja lambda, drôle de choix non ?
Hiroyuki se leva, invoqua son sabre (qui ne possède aucun pouvoir) et répondit à la proposition du chef du Misuto :


"Je serais les yeux du village afin que personne ne le trompe, je serais ses oreilles qui discerneront les mensonges et ma lame ici présente, Kazumichi, fera taire les traitres du Grand Village caché de la Brume. Je ferais tout ce qu’il y a en mon pouvoir pour garder l’unité que le Dieu Sanbi à créer sur notre territoire, et je sauverai les esprits les plus faibles et manipulables qui peuvent mettre en danger notre village. Moi, Samui Hiroyuki, en fait le serment !"

Il disait cela d’un ton solennelle, il tenait à son petit discours et il y croyait. Il reprit un ton plus calme et posa deux ultimes questions :

"Chef, nos équipes avec les autres shinobi de Kiri seront-elles dissoutes ? et recevront nous des missions du Misuto ou devrons nous simplement appliquer notre serment dans la vie de tout les jours ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les Premiers Inquisiteurs Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Premiers Inquisiteurs Les Premiers Inquisiteurs EmptyMar 3 Jan 2012 - 13:08

Saloperie de neige. A croire que chaque fois que Gabushi et Sei se réunissaient, c'était un noël à la con. La nuit tardait encore à se substituer au jour, en ce matin sombre et frais. Les allées habituellement insondables de Kiri étaient devenues des carrefours immaculés, animés par quelques enseignes lumineuses qui bordaient ces quartiers embrumés. Les villageois n'avaient pas attendus le soleil pour émerger, et au milieu de ces meutes d’artisans et d'épiciers qui se hâtaient à leurs occupations, Sei errait, traînassant, retardant l'échéance, avant que la grande aiguille ne le rattrape. La fumée de son mégot épousaient la brise coupante de ce matin hivernal, tandis qu'il grelottait au rythme de ce baiser gelé. De temps à autre, le Jisetsu s'arrêtait pour accorder un regard à une vitrine, mais aussitôt, le froid le sommait de reprendre la route, et au pas de course.

Pourquoi un pas si peu pressé ? Le Jisetsu ne se l'expliquait pas. Il n'était pas du genre stressé, mais aujourd'hui - et même depuis qu'il avait reçut une missive marquée du blason du Misutô a vrai dire - un sentiment de nostalgie l'avait gagné. Des murmures belliqueux filtraient entre les murs du village, porteurs d'un présage de guerre. Une convocation au sein du corps spécial des troupes kiriennes pouvait-elle être anodine en pareille circonstance ? Il y avait de quoi douter. Sei ne parlait que rarement de ses motivations, de ses idéaux. La plupart du temps, on le croyait trop bête pour en avoir. La vérité, c'est qu'il n'était pas dupe : tant que des hommes vivraient au-dessus des autres, que ce soit à l'aide d'argent ou de ninjutsu, des conflits éclateraient. L'Homme est si vaniteux.

Contrairement à nombre des camarades qu'il avait put rencontrer depuis le début de sa vie de ninja au sein du village, le chûnin ne prenait pas goût à tuer, à combattre. Cependant, s'il n'avait pas le sens de la justice d'un Samui,il possédait en son for intérieur, une utopie toute construite, faite de paix. Et lentement, il lui avait fallut apprendre, bien souvent dans la douleur, qu'il n'y a de paix qu'en prenant les armes. Cherchait-il à se donner bonne conscience en justifiant son gagne paix par un idéal tout à fait respectable ? Et l'ennemi, lui, ne luttait-il pas aussi pour une certaine paix ? La sienne ? Sans doute. Mais pour que certains goûtent à un avenir tranquille, et loin du fracas des lames, il fallait que d'autres en pâtissent. C'est cela, la plus grande leçon qu'il avait retenu de ses péripéties.

Voilà, il y était. Le seuil de la place forte du Misutô. Un instant, le Jisetsu se figea, levant les yeux jusqu'au sommet du bâtiment. Un immense silence régnait, et malgré cela, Sei pouvait presque entendre les cris de ceux qui subirait le courroux de Kiri dans cette geôle. De la bouffée de fumée qu'il recracha, il vit surgir les âmes qui hantaient ce lieux.

Un voix s'éleva alors derrière lui, avant qu'un visage familier n'arrive à ses côtés.

    ▬ Yo Hiro'. J'suis pas fan de la déco, mais mon notaire apprécierait pas qu'je joue la fine bouche niveau prime et promotion...

Mensonge. Sei n'était certes pas très spirituel, mais l'argent n'aurait sut motiver son saut dans un précipice de danger. Les couleurs qui teintaient les joues d'Hiroyuki et son ton enjoué semblaient révéler une certaine excitation. Après tout, le Misutô, c'était, pour certains, un rêve. D'autant que le clan Samui était réputé pour son patriotisme et sa ferveur. Il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'on les retrouves dans les hautes sphères du Gakure, à la place de kage ou de membre des forces spéciales. En parlant des grosses têtes, la seconde personne la plus importante de Kiri arriva en la personne de Gabushi. Son mutisme témoigna de l'intensité du moment, et jusqu'à quel point il était solennel. Sei réprima un "Yo Gab' !" qui lui aurait sans doute coûter le peu de crédibilité qu'il lui restait. Dans un silence toujours aussi mortel, les deux moyennes classes emboîtèrent le pas de la Nomade, pour la suivre dans ces couloirs macabres.

La couleur était annoncé : ceux qui voulait faire joujou avec leur kunai pouvait rebrousser chemin. Peu après avoir pris place dans le bureau tout aussi accueillant de Gabushi, celle-ci confirma le sérieux et la gravité de l'instant. Sa longue tirade sembla traverser chaque membre de Hiroyuki, qui comme on pouvait s'y attendre, n'était pas insensible à tant de responsabilité et de promesses romanesques. Pour Sei, la neutralité restait de mise, même s'il serait biaisé de dire qu'il n'avait pas prêté attention à ces paroles. La kunoichi n'était pas coutumières de fausses manières, et son franc parler devenait ici une sincérité de premier choix. Entre les lignes de son discours, le revers de la médaille se dessinait. Le destin qu'elle offrait, nulle ne pouvait le dénigrer, même un jemenfoutiste comme Sei. Faire figure de crainte et de justice, par-delà les mers, c'était un rôle dans lequel beaucoup avaient dut se perdre.

Hiroyuki se para de son glaive pour prêter allégeance avec ardeur. Un peu de nationalisme, une once de religion et saupoudrez le tout d'un zeste de zèle, et la fanatisme prenait forme. On ne pouvait l'en blâmer. Si la guerre frappait, ce serait eux ou nous. Pourtant, Sei, bien qu'alléché, gardait en cette journée frisquette, la tête froide. Le chûnin s'enfonça un peu plus dans sa chaise, posant son bras le long du dossier qui dépassait son épaule. Un faux air décontracté trahi par une sévérité habituellement étrangère à son visage.

    ▬ Ouais, tout ça c'est fantastique. Je veux bien signer pour l'honneur, la gloire, la réputation - et la prime... Mais dans tout cela... on abandonne notre libre arbitre. N'est-ce pas Gabushi ?

Tout était là. Si demain, un enfant innocent portait en lui le pouvoir de mettre en péril la sécurité de Kiri... plus aucune pitié n'avait sa place. Si dans un mois, la guerre éclatait, le bougre qui vendrait son équipier pour sauver sa famille, serait traqué, sans remord ni relâche. Une seule question : où se trouvait leur limite ? Sei n'était pas particulièrement attaché à son image de glandeur dont il se délesterait volontiers si l'occasion d'accomplir de grandes choses se présentaient. Mais devenir une machine de guerre sans âme ni conscience, qui troquerait la mémoire de sa mère pour un peu de reconnaissance de son pays : ça jamais.

Il laissa échapper une nouvelle gerbe de fumée, avant de passer sa main dans ses cheveux tout en baissant les yeux, peu coutumier de ces prises dep aroles censées.

    ▬ Sinon, Hiro' touche un point sensible. Lilith et Nai vont tirer la tronche si je leur annonce que je doit les quitter.

A moins qu'au contraire, ils ne fassent la fête à l'idée d'être débarrassé de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Jisetsu Gabushi
Informations
Grade : Nukenin de Rang S
Messages : 597
Rang : S

Les Premiers Inquisiteurs Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Premiers Inquisiteurs Les Premiers Inquisiteurs EmptyMar 3 Jan 2012 - 20:17

Ils avaient été tous les deux attentifs aux mots de la nomade. Conscient que beaucoup de choses se jouaient en se moment même dans la pièce sombre qu'ils avaient rejoint plus tôt. La kunoichi abaissa sa main qui rejoignit l'autre devant elle, observant ainsi le Samui qui avait prit la parole.
Fougueux et temeraire, il partie de suite dans un serment qui était tout à son honneur, reprenant les mots qu'avait employé Gabushi pour mettre l'accent sur ses paroles, c'était donc fait. Samui Hiroyuki était bien decidé à rejoindre les rangs des inquisiteurs du village de la brume et de bon coeur, qui plus est.
Les yeux de la Jisetsu se tourna vers son cousin, qui n'était il semblerait pas aussi emballé que le sculteur de glace. Il était un peu comme ça, nonchalant, tout comme elle. Mais il posa une question à la suite de celle de Hiro' qui soulevait un point important, qui, il semblerait, se voulait innevitable.


- Bien, alors en premier lieu. Non Hiroyuki, vous n'avez pas à quitter vos equipes respectives. Cela n'a rien à voir avec vos demarches d'educations, vous faites partie d'un groupuscule special qui, même si il est important, ne prime pas sur votre vie de Shinobi.

Elle tourna son regard de Hiroyuki pour observer Sei. La question plus difficile allait venir, et Gabushi sembla embarassé un moment. Elle même avait eu du mal à se faire à l'idée de devenir la lame de la justice du pays de l'eau... Elle ne serait pas forcement la mieux placé pour convaincre quelqu'un du sacrifice necessaire à faire pour ça. Quoiqu'elle n'avait pas de doute à ce sujet, mais il faut l'avouer: Ce n'était pas le job le plus facile.

- Tu as entièrement raison, Sei. En acceptant d'être membre du Misutô vous devez abandonner toute idée de libre arbitre, vous êtes les porte-parole de la justice de ce pays. Ce qui doit être fait, doit être fait. Il en est de même en temps que Shinobi, mais vous avez plus de pouvoir et vous avez plus de controle, vous perdez votre libre arbitre parce que vous devez vous servir de ce controle, de ce titre, de ce grade, pour accomplir votre devoir. Kiri ne doit pas se disloquer sous aucun pretexte, même ceux qui se veulent nobles.

Elle lacha un regard compatissant à Sei sans réellement le vouloir. Un type à dit qu'un grand pouvoir est aussi une grande responsabilité. Ben il avait que trop raison.

Elle passa une de ses mains dans un des tiroirs de son bureau pour mettre sur la table une amulette en or où le kanji "Misutô" était gravé à la surface, une nouvelle fois elle voulait les mettres dos au mur.


- Maintenant vous allez repartir d'ici, de deux façons possible. Vous pouvez le faire comme vous êtes venu, en Shinobi de Kiri. Ou vous pouvez le faire avec cet objet sur vous en temps que membre du Misutô. Ceci sera votre insigne, votre marque de reconaissance, votre preuve d'appartenance et votre preuve d'autorité de l'organisation.

Elle se leva lentement de sa chaise pour se tourner vers une etagére pleine de bouteille de toutes sortes et de toutes les formes, faisant comme-ci les deux ninja avait déjà quitté la pièce. C'etait à present leur choix, elle esperait que quand elle se retournerait, il n'y aurait aucune amulette dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Samui Hiroyuki
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 389
Rang : A

Les Premiers Inquisiteurs Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Premiers Inquisiteurs Les Premiers Inquisiteurs EmptyVen 13 Jan 2012 - 9:36

Après avoir prononcer son serment, le Samui regarda Gabushi Sensei et posa la question de savoir si il devait quitter son équipe, à savoir Encho-san et Gabushi-sama, qui est rappelons le chef du Misuto. Après qu’il eut posé cette question, Sei s’est dit prêt à endosser les responsabilités et tout ce qui va avec et cela en contredisant ses sentiments, sa tenue laissait suggérer qu’il était plutôt décontract’ mais son visage était plutôt intransigeant. Puis, dans la foulée il demanda si les membres du Misuto devait perdre leurs libre arbitre, enfin ce n’était pas une question mais plutôt une précision, puisqu’il s’en doutait visiblement.

La Chef du Misuto répondit à la question d’Hiroyuki d’en un premier temps, lui disant qu’ils n’avaient pas besoin de quitter leurs équipes respectives, ils seraient en plus de leurs équipes ninja, d’un petit groupe spécial qui passera avant les équipe de Shinobi à but éducatif comme elle disait. Puis elle s’adressa à Sei, en affirmant qu’ils ne posséderaient plus le libre arbitre et qu’ils devaient à présent lutter pour la justice. Il ajouta qu’ils auraient en acceptant ses responsabilités, plus de pouvoirs et plus de contrôle afin de garder l’unification du pays même si les actes, aussi nobles soient-ils veulent le contraire.

Gabushi Sensei ouvrit un tiroir d’où elle en ressorti deux amulettes en or sur lesquelles le Kanji « Misuto » était inscrit avant de leurs expliquer ce qu’ils allaient devoir faire. Aucunes épreuves n’était à accomplir, visiblement l’épreuve c’était elle l’épreuve c’était de paraître assez bien à ses yeux afin qu’elle nous convoque histoire de nous proposer un des jobs les plus dur en soi. Car c’était ça faire parti du Misuto, c’est un travail psychologique ou chaque chose doit être minutieusement analysée et judicieusement effectuée parce que tout un pays pouvait en subir les conséquences. Elle leurs expliqua en quelques mots qu’à présent seuls deux choix se présentaient à eux, prendre les amulettes et appartenir au Misuto avec toutes ses responsabilités ou bien repartir d’ici et rester dans l’anonymat, comme ils étaient venu en somme.

Elle se leva, se retourna vers une étagère sur laquelle était entreposé des bouteilles d’alcools en tout genre. Hiroyuki regarda les amulettes pendant quelques temps. Il tendit le bras mais repensait à tout ce qu’avait dit la Chef du Misuto, tant de responsabilités plus de libre arbitre, était-il prêt ? son but étant de sortir de l’ombre du Mizukage les mot «gloire» et «terreur» faisait écho dans sa tête, ainsi son clan ne serait plus rattacher au nom de Mahan, mais Hiroyuki serait lui aussi quelqu’un d’important. Il n’était pas fou, mais seulement ambitieux cela lui ferait défaut un jour, du moins devant Mizukage Sama si il devait le rencontrer.


Il attrapa finalement l’amulette la passa autour du cou et d’un léger sourire il passa à une expression autoritaire. Il parti subitement, peu avant que Gab’Sensei ne se retourne. Avait-il grandit en faisant cela ? une simple amulette pouvait-elle changer un homme ? En tout cas il prenait ça très à cœur et il ferait tout son possible pour faire son devoir, quitte à se mettre de nombreuses personnes à dos…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les Premiers Inquisiteurs Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Premiers Inquisiteurs Les Premiers Inquisiteurs EmptyVen 13 Jan 2012 - 11:13

De la poudre yeux. Ces histoires de renom et de gloire, au nom de la "justice", n'étaient recevables que d'un certains point de vue. Sei le savait,il avait parfaitement lut entre les mots de Gabushi. Il savait qu'elle, autant que lui, connaissait la faille de ce système, et quelque part, la désapprouvait, malheureusement plus dans les pensées que les actes. Pouvait-on la blâmer ? En aucun cas, et le chûnin encore moins. Car après tout, si ce n'est ni Kiri, ni le Misutô qui se salissait les mains, sans doute serait-ce Konoha ou Kumo, et alors, qui en pâtirait ? Le Pays de l'Eau, évidemment. Il fallait choisir entre sa conscience sauvegardée, ou le sacrifice d'une âme. Sei avait-il la force et la maturité pour terrasser son intégrité sur l'autel de ses ambitions ? Un choix pas facile, mais hélas, ainsi allait la vie des shinobis : une succession de choix cornéliens.

Hiroyuki s'était levé après un temps d'appréhension, puis s'était saisit de l'amulette pour la pendre à son cou. Son geste dégageait confiance et certitude, avec un zeste de remise en question. Juste assez pour être un humain, et non pas un monstre. Le Samui s'en retourna, signant ainsi sa dévotion assumée pour le Gakure, et un courage à n'en plus douter - ou bien était-ce de la folie ? Le Jisetsu lui, demeurait dans son siège, habité par l'ombre de ces lieux qui s'étaient emparés de son visage, excepté son regard brillant qui s'en extirpait. Pas une œillade pour le badge, il fixait inlassablement devant lui. Malgré ce drap de ténèbres, il n'était pas effrayant, pas plus que rassurant. Fidèle à lui-même, il paraissait absent tout en étant présent, comme un élément du décor.

Soudain, il se leva, lentement, mais sans hésiter. Gabushi, elle, ne s'était toujours pas retournée, préférant sans doute attendre que les deux shinobis aient quitté la pièce pour découvrir leur "réponse". Sei continua d'ignorer la plaque du Misutô qui lui tendait les bras, mains dans les poches, il appréciait sa cigarette. Ses yeux étaient posés sur sa cousine, et il était difficile de deviner s'il était déçu, admiratif, en colère, ou satisfait. L'alchimie dansant dans ses pupilles étaient parfaites, comme lorsqu'on mélange le jaune et le bleu, et qu'on obtient un vert qui n'est ni trop bleu, ni trop jaune. Puis, le mutisme fut brisé.

    ▬ Y a pas à dire, c't'un sale boulot. Vicelard et hypocrite...

Puis il se tourna à son tour. Les deux Jisetsu étaient désormais dos à dos, le bijoux du même or que le kinnegan reposant entre eux, prêt à retourner au fond de son tiroir.

    ▬ ... mais un peu utopiste aussi. La "justice", c'est un peu du foutage de gueule si tu veut mon avis, mais je ne l'ai pas dit devant Hiroyuki, je sais que pour les Samui, ce mot est important. Mais quelque part, la justice implique une sorte de paix. Ou en tout cas, on en préserve les apparences.

Pour la première fois, Sei regarda l'amulette par-dessus son épaule. Puis il se retourna, pour s'en saisir, la regardant sous toutes les coutures.

    ▬ Ouais, c'pas du toc. J'la prends. Je veux bien me salir les mains, pas pour quelques fous qui croient avoir le monopole de la bonne cause, mais juste pour les quelques mômes que ce putain de boulot ingrat sauvera.

Alors, il tourna a nouveau les talons, levant la main en salut à Gabushi, même si elle ne pouvait le voir. Puis, sur le pas de la porte, il offrit un dernier regard à sa nouvelle patronne, avec un sourire d'enfant.

    ▬ Et puis, tu m'as choisit. Je veut pas décevoir les rares personnes qui me tendent une perche. Quelque part, ça veut dire que t'as confiance en moi, non ?

Mais, comme s'il avait peur qu'elle le contredise, l'inquisiteur flambant neuf de Kiri s’éclipsa aussitôt son dernier mot prononcé. Plutôt que d'apprendre tristement qu'il avait été tiré au sort, ou qu'il s'agissait d'un complot pour qu'il crève dans les jours à venir, il préféra... préserver les apparences ?

Ouais. Préserver les apparences.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Informations

Les Premiers Inquisiteurs Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Premiers Inquisiteurs Les Premiers Inquisiteurs Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Premiers Inquisiteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: QG du Misuto-