N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Mission D : La guerre de l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Mission D : La guerre de l'amour Empty
Message(#) Sujet: Mission D : La guerre de l'amour Mission D : La guerre de l'amour EmptyDim 25 Déc 2011 - 15:46

Une journée de plus s'offrait à Yoru. Une journée qui s'additionnait à son palmarès. Chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde, il battait son record de vie. Un record qui devenait à force banal, normal. Peu de monde saisissait l'importance de cette chance que de pouvoir vivre sans en compter le temps. Autrefois, dans une époque qui n'était pas si reculée que cela, la guerre avait empoigné le cœur des hommes. Et la vie était devenu essentielle. On profitait de la vie entre chaque bataille, célébrant la victoire ou discutant dans la défaite. Mais désormais, la paix avait changé les mentalités des hommes. On profitait certes de l'instant présent, mais en pensant à l'avenir, ou bien en se faisant du mal Dans la redondance de ses jours, il ne risquait pas s'imaginer la surprise qui l'attendait en cette journée bien particulière.

Après un léger repas dans un petit restaurant de nouilles, le shinobi fut rapidemment convoqué par un ninja supérieur. L'homme, âgé de la trentaine et un peu atteint d'hirsutisme, paraissait autoritaire et très sérieux de par sa voix grave presque caverneuse. Alors que le Genin venait de terminer son bol, il reçut une missive à accomplir. L'ordre de mission, contenu dans un parchemin rédigé d'une main pressée, habituée à la paperasse, expliquait en gros les directives d'une mission de rang D. Le rang le plus bas, le rang de base, le rang des recrues. Yoru ne fut pas vexé d'être forcé d'accomplir une telle tâche, pourtant, son léger sourire s'estompa soudainement après avoir fini son repas. Remerciant sans enthousiasme son supérieur, il se leva et fila dans les quartiers commerçants de la ville. Sa mission avait lieu là-bas. On l'avait appelé pour régler une altercation entre deux commerçants, tout deux tenant une boucherie. Le différent semblait depuis maintenant environ une semaine, et les insultes qui surgissaient de la bouche des deux hommes étaient souvent le prologue annonciateur d'une bagarre. De la joute verbale, on en venait aux poings. Raison suffisante pour faire intervenir un Genin, afin de rétablir la tranquillité des lieux et surtout le confort des civils.

Sans se presser, le shinobi arriva sur les lieux, et se guida à l'oreille pour trouver les deux commerces concernés par sa mission. Entre les bruits de la criée, il parvint à distinguer une dispute entre deux hommes. Les deux semblaient similaires d'un point de vue physique. Au niveau vestimentaire, tous deux arboraient le tablier blanc du boucher. D'une corpulence supérieure à la moyenne, l'un était chauve, et disposait d'une barbe noire. L'autre avait encore sa chevelure rousse pour lui couvrir son robuste crâne, ainsi qu'un bouc qui trônait sur son menton. Tous deux s'échangèrent un regard presque animal, pouvant effrayer certains. Les deux magasins des hommes étaient disposés de telle sorte à ce qu'ils soient situés juste en face l'un de l'autre: ce qui n'arrangeait pas Yoru dans le cas d'un conflit armé. En effet, le rouquin tentait de dissuader son homologue avec un couteau de boucherie. La lame métallique qui peinait à réfléchir dans la faible lumière de Kiri affichait quelques tâches de sang, issues de bêtes destinées à la consommation. Pourtant, malgré cette tentative de dissuasion, l'antagoniste ne recula pas. Au contraire, il continua d'insulter son voisin.
Yoru devait donc faire vite, pour éviter que la situation ne dégénère.

Sélectionnant un des deux bouchers au hasard, il se dirigea en direction du bâtiment tenu par l'homme à la barbe noire. Sans manifester ne serait-ce qu'une once de crainte à l'égard du personnage effrayant nommé selon l'enseigne Matsunaga, il le salua humblement et déclara:
« Excusez-moi, je me prénomme Yoru, du clan Ryūzoji. Je suis un Genin chargé de m'occuper de votre différent avec le boucher d'en face. Est-ce que vous pourriez m'expliquer clairement la situation ? »
« Ah parfait, tu tombes bien jeune homme ! Va expliquer à cet imbécile de Danjuro que jamais mon fils ne fricotera avec le sien ! Explique-lui que jamais je ne laisserai une relation entre deux hommes se faire, car je désire pour le bien de mon enfant qu'il rencontre une femme avec de l'argent et qu'il l'épousera ! Voilà sa destinée, qui n'est en aucun cas de fricoter avec un autre homme ! »
Poussé par le boucher, Yoru s'avança légèrement en direction de la boucherie et consultant plus précisément son ordre de mission, il se rendit à l'évidence: on l'avait envoyé pour faire accepter l'amourette de deux garçons aux yeux de leur père respectif. Une tâche plutôt difficile, au vu du caractère assez agressif des deux bouchers, prêt à faire usage de la force pour faire respecter leur point de vue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Ryūzoji Yoru
Informations
Messages : 1444
Rang : SSS

Mission D : La guerre de l'amour Empty
Message(#) Sujet: Re: Mission D : La guerre de l'amour Mission D : La guerre de l'amour EmptyLun 26 Déc 2011 - 16:12

Une situation étrange se présentait à Yoru: ce dernier, envoyé pour une mission D, devait convaincre deux parents, tous deux bouchers, d'accepter la relation amoureuse entre leurs deux fils. Pour deux personnages aussi virils que Matsunaga et Danjuro, il paraissait impossible que leurs enfants soient homosexuels. Leur éducation leur avait ôté cette éventualité de leur esprit. Mais qu'importe, car à présent, le Genin au regard azur devait leur faire comprendre que l'homosexualité n'était pas un mal. Bien que le Ryūzoji, de par sa relation avec Yūna notamment, était lui attiré par le sexe opposé, il n'était en aucun homophobe. De ce fait, il était ici le plus à même à raisonner les deux pères sur le choix de leur enfant. Alors que le boucher barbu semblait voir en Yoru un messager pour dissuader Danjuro que son fils fricote avec le sien, le shinobi préféra auparavant se lancer dans une discussion calme et posée. En premier lieu, il chercha à apaiser les tensions. Pour faire, il donna vaguement raison aux propos du boucher. Après quoi, Matsunaga devint plus docile.

Il lui expliqua alors sa situation sociale, ses origines. Il lui raconta qu'il venait d'un milieu défavorisé, et son métier de boucher l'avait sauvé de la misère. Ses parents n'avaient que de très faibles revenus, et bientôt, atteints de maladies professionnelles, il moururent tous deux, laissant à Matsunaga un maigre héritage. Grâce à son commerce, il parvint à se forger une famille, avec deux enfants, et une femme adorable. Il avait sourit en évoquant son épouse. Il semblait vouloir faire comprendre que c'était son rayon de soleil. Mais plus que de la compassion pour l'affection que le commerçant éprouvait pour sa belle, Yoru retint une chose essentielle: le manque d'argent du barbu. Raison pour laquelle il plaçait tout ses espoirs en son fils, Makoto, pour empêcher de faire sombrer à nouveau la famille dans la misère. Matsunaga ne pouvait se permettre de retourner dans ce milieu, dans lequel il avait développé diverses haines: celles de l'étranger, de l'amour entre deux hommes.

Forcé par le charcutier, le shinobi vint par la suite traverser la ruelle pour rejoindre l'autre boucherie. Là-bas, le rouquin vint l'intercepter, l'air énervé. Pour Yoru, c'était évident: il pensait que son pire ennemi l'avait envoyé pour calmer le conflit. Mais tandis que le barbu restait plus ou moins ouvert aux autres, Danjuro lui resta sur ses gardes. Son couteau restait près de lui. Certainement avait-il peur d'avoir à faire à un ninja mercenaire - en se fiant essentiellement au bandeau frontal ainsi qu'aux armes dont disposaient ci et là le Genin - envoyé par son adversaire pour lui faire quitter la ville par la force si nécessaire. Le boucher fut suffisamment anxieux au point de claquer la porte au nez au ninja de Kiri, chargé de négocier avec lui. Tandis que le commerçant lança un regard noir sur le Kirjin, son fils sortit de son dos pour observer l'inconnu qui selon son paternel lui voulait du mal. Il semblait en tout point inoffensif, et avait hérité de la crinière rousse de son père. Il devait avoir quelques années en plus que Yoru, mais paraissait plus frêle et fragile que le ninja de Kiri.

Après plusieurs tentatives de discussion avec le boucher, ce dernier lui donna raison et le fit rentrer. Si auparavant, le premier établissement semblait plutôt médiocre, la boutique de Danjuro apparaissait elle comme plus grande, spacieuse, accueillante. Pour cause, au cours d'un entretien avec le propriétaire des lieux, qui n'était autre que le boucher roux, ce dernier lui expliqua qu'il avait réussi à développer un bon commerce avec Kiri. Il s'était installé dans le coin il y a de là une année, après avoir quitté le pays des neiges, avec son fils. Sa mère les avait laissé, ce qui n'avait pas l'air de perturber le personnage. Quoiqu'il en soit, après son arrivée sur le village, il parvint à se constituer une petite fortune grâce à son magasin. Seul soucis, la concurrence qu'occasionnait l'établissement d'en face. Comme si cela ne suffisait pas, il fallait que leurs deux enfants viennent à sortir ensemble.
« Voyez-vous, je ne peux me permettre que mon fils fricote avec celui de mon principal concurrent. Si cela devait continuer, déjà que cet imbécile commence à voler de la clientèle, je risque bientôt de perdre ma fortune ! »
« Je comprend monsieur Akizuki, je comprend. »
Yoru quitta par la suite la boucherie et se plaça dans un coin tranquille du quartier, proche des deux magasins pour réfléchir plus amplement à la situation, et surtout trouver un plan pour la résoudre. D'un côté, il y avait Matsunaga qui ne pouvait se résoudre à laisser son enfant sombrer dans l'homosexualité. Il avait trop besoin de lui pour sauver sa famille de la misère, en se servant de la dot d'un mariage avec une riche demoiselle. En face, de l'autre côté, il y avait cet Akizuki Danjuro qui pour des raisons financières ne pouvait se permettre de laisser son fils avec celui de la concurrence. Mais l'aspirant ninja à la crinière blonde n'eut pas réellement l'occasion de trouver le bon moyen de finir sa mission D qu'il vint entendre quelques cris. L'agitation de la foule le guidant, il revint vite sur ses pas et constata le spectacle: les deux bouchers venaient de s'insulter en public au beau milieu de la ruelle. Cette fois-ci, même Matsunaga était armé d'un hachoir, et il comptait bien s'en servir. Entre deux échanges de regards plus violents les uns que les autres, un coup ne tarda pas à partir. Et alors que l'arme blanche se dirigea sur le fils rouquin, Yoru apparut dans un nuage de fumée, subtilisant la place de l'innocent ciblé, ninjatō en main. Le petit sabre du Genin vint croiser le fer avec le hachoir du boucher, et le stopper dans sa course folle.

La surprise gagna toute l'assemblée, les deux antagonistes y compris, tandis que Yoru cria de quoi calmer tout le monde. Certains reculèrent, d'autres se turent, voire partirent, et même firent plusieurs choses à la fois. Pour les deux bouchers, le silence vint les calmer rapidemment. Désormais, c'était le shinobi au regard froid qui menait la danse. D'un ton clair et net, il s'exprima:
« Vous ne voyez pas que tout ce que vous faîtes ne sert à rien ? Si vous en venez à la violence, aussi bien verbale que physique, pour parvenir à vos fins, vous n'en valez pas mieux l'un que l'autre ! Réfléchissez un peu bon sang ! Ne voyez vous pas que vos fils s'aiment ? Tous ce qu'ils désirent, c'est vivre heureux, tout comme vous. Et puis regardez, n'y trouvez-vous pas du bon dans cette relation ? Si vous aussi veniez à vous entendre, vous pourriez faire affaires ensemble, et vivre dans la prospérité. Je ne vous incite pas bien entendu à adopter la même passion du même sexe qu'eux, simplement à être plus ouvert. Matsunaga-san, Akizuki-san, pensez aux bienfaits de cette alliance, qui pourrait arranger vos soucis respectifs. C'est tout ce que j'ai à vous dire. Le choix vous appartient. »
De là il s'écarta de la scène. La foule elle commença à son tour à se disperser. Les bouchers baissèrent la tête, l'air un peu honteux de leurs actes. Yoru en avait dit assez. Sa dernière phrase pourtant cachait une certaine autorité, un message qu'il désirait faire passer aux deux hommes. Le choix auquel il pensait ne pouvait être qu'unique, et il ne pouvait s'agir que de celui qui pourrait réconcilier tout le monde, et surtout faire finir la mission D du Ryūzoji. Alors qu'il avait le dos tourné, le shinobi en question tourna la tête - se dirigeant vers la boucherie du barbu pour l'attendre, il vit les deux commerçants discuter calmement. Il s'arrêta de ce fait, et au bout de cette discussion, vit apparaître une poignée de main amicale. Son discours était un succès, tout comme sa mission. Sur ce, il se retira, et se dirigea vers le palais du Mizukage afin de déposer son rapport.

A la fin de cette journée plutôt épuisante en fin de compte, Yoru rentra chez lui. Sa chérie l'attendait, et il fut heureux de voir le sourire de sa belle se dessiner à l'entente de la bonne nouvelle. En effet, le ninja du village caché de la brume ne rentrait pas les mains vides: en plus de l'argent de la mission, les deux bouchers en gage de remerciement lui avaient offert quelques morceaux de viande, suffisamment assez pour avoir de quoi tenir la semaine environ. Comme quoi, tous les efforts payent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Mission D : La guerre de l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-