N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Dentô Shiwoon
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 252
Rang : A+

Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Empty
Message(#) Sujet: Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] EmptyVen 31 Oct 2014 - 21:56

Il réussissait enfin à émerger de sa torpeur. La fatigue le tiraillait, sans oublier la faim. La prison était véritablement l’enfer. L’envers d’un décor qu’il n’aurait jamais pu soupçonner dans la vision radieuse qu’il avait du village de Kumo. Les nuits en ce lieu étaient longues et agitées. Dormir durant ces dernières n’était pas choses aisées pour lui. À vrai dire c’est à peine s’il pouvait fermer l’œil durant ces dernières tant les geôliers appréciaient lui tenir compagnie à leur manière. Il en finit par perdre la notion du temps.

Privé de repas, enchainé comme le pire des repris de justice, avec pour seule et véritable compagnie, les douleurs hurlantes que son corps lui faisait parvenir. Tel était là, le stade où il avait été réduit. Un punching-ball vivant, une pignata qui, au lieu de s’ouvrir pour laisser sortir confiseries, commençait à nettement virer au rouge et à offrir beaucoup de sang. Voilà à quoi était désormais résolue la condition de l’étoile. Un bout d’os que se disputent les loups souterrains. Le prince était tombé de son piédestal.

Pour avoir juste demandé à quitter le village, il se retrouvait enfermé. Avait-il mal agit en voulant aviser son supérieur de son départ ? Il essayait de comprendre où cela avait été un scandale pour qu’il doive se retrouver dans cette situation. Une situation où jour et nuit son endurance était mise à mal par des ninjas qui lui reprochaient son attitude envers l’ombre dorée de la foudre. Où avait-il eu tort ? Il cherchait, et ne trouvait pas, se laissant aller à la dépression et à la colère. Au début de ces brimades, il émettait des protestations et avait même répliqué physiquement envoyant le premier candidat à l’hôpital avec une épaule en miette, ce qui lui avait valu d’être enchainé de la tête au pied, tel un danger pour la société, et d’être battu sauvagement quasiment toutes les heures pendant un temps. Temps qui lui sembla s’allonger sur une éternité, à tel point où il fut dorénavant incapable de dire s’il faisait jour ou bien s’il faisait nuit, encore moins quel jour de la semaine on était et combien de temps s’était écoulé depuis son incarcération.

À force de prendre des coups, il avait fini par ne plus broncher, se disant que ses hurlements amusaient certainement ses bourreaux. Il était devenu un théâtre silencieux. Un théâtre où se produisait sur scène un balai annonciateur de tempête. Dédain, colère, haine, dégouts…. Ce n’était point les qualificatifs qui manquaient pour décrire à quel point Kumo perdait de sa superbe à ses yeux, à mesure que le temps s’écoulait. Ayant momentanément perdu la vue à cause de la quantité de coups qu’il avait reçus, il se retrouvait privé de lumière. Un mal pour un bien en quelque sorte, car à cause de ce déficit visuel, le reste de ses sens avait évolué pour atteindre un autre niveau sensoriel. Il ressentait maintenant les choses autrement, bien plus précisément, suivant un certain schéma de données. L’unique point positif de son séjour dans ces cellules.

En cet instant, ce furent des pas se rapprochant qui attisèrent ses sens. Des pas qui se voulaient lents et affirmés, et qui en disaient long sur l’état de la personne qui produisait ce son dans les couloirs. Lorsque cette dernière pénétra dans son zone de conscience primitive, il crut rêver un moment avant des redescendre brutalement sur le sol. Alors après les gardes de la prison, c’était nul autre que son propre enseignant qu’on envoyait pour e lyncher… Une pensée qui tira un misérable rire sarcastique au genin qui ne put se refreiner de poser sa question nerveusement :

«-Alors c’est à votre tour de venir… Haha, cela n’est-il pas mignon… tchh… On vient aussi se défouler… Senseï ?»

La manière dont il avait prononcé le terme senseï laissait clairement entrevoir la rage et le mépris qui s'étaient installés en lui. Un vent semblait se lever au loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] EmptyDim 2 Nov 2014 - 16:03

Il était de retour après son départ précipité pour le temple de Hachibi quelques heures après être revenu à Kumo. La vie de ninja du Satoru n’est pas aisée. Celle de simple Jonin non plus. Compte tenu de leur nombre restreint et de la quantité de sujets à enjeux à vider, les gradés ne disposaient que de très peu de temps pour eux-mêmes. Zennosuke ne manquait pas à la règle. S’il avait déjà usé en 24h de son temps de repos suite à son retour de Hi no Kuni, à peine était-il rentré à Kumo qu’on lui avait fait savoir qu’un de ses élèves s’était retrouvé dans les geôles de Kumo. Dentô Shiwoon… Si la philosophie de l’équipe Senshi était de former des ninjas dont l’amour pour Kumo était sans commune mesure, cette troisième cohorte du Senshi ne semblait accoucher que de cas particuliers : Hokugeki Eïy, un ninja ne pensant qu’à sa poire, pas capable de bouger le moindre petit doigt pour l’intérêt de tous ; Sanae, indisciplinée à mort, aucun avenir au sein de Kumo, sauf miracle, et maintenant, Dentô Shiwoon. Ce dernier, est le plus difficile à caractériser. Son amour pour Kumo jusqu’ici semblait impossible à remettre en question. Son problème relevait de son ego bien trop grand et une propension à l’indiscipline.

Et c’est bien à cause d'un problème d’indiscipline que le Genin avait été jeté dans les geôles. Il avait osé pénétrer dans le bureau du Raikage sans y avoir été invité. Pire, il s’était adressé au maître de Kumo comme un charretier s’adresserait à son âne. Kumo perd de ses valeurs, la formation fait défaut si les shinobis n’ont même plus la conscience élémentaire de ce qui est la hiérarchie. Zennosuke ressentait un profond dégout à cause de cette attitude qu’on lui avait rapporté. Déçu, il l’était profondément, car ce Dentô pouvait aspirer à de grandes choses au sein du village pour peu qu’il apprenne à contenir sa propension à l’exagération. Shiwoon se voyait trop beau, trop grand alors qu’il était encore qu’un petit. Et c’est cet état d'esprit qui certainement ne manquerait pas de lui brûler les ailes.

Le Seki était arrivé à la prison du village. Passé les contrôles de sécurité applicable à quiconque s’y présentait, le Jonin s’avança dans les dédales de cette prison qu’il avait arpentée plus d’une fois. Ici, le Seki était venu à maintes reprises essayer de comprendre la complexité de l’homme. Cet homme, ce pouvait être un ennemi, un déserteur rattrapé, rarement un allié mis en prison pour le sanctionner.

Le Jonin était arrivé devant la cellule de Shiwoon. Celui-ci l’avait immédiatement remarqué. Leurs regards s’étaient croisés et Zennosuke avait pu ressentir un sentiment qu’il n’avait jamais remarqué chez le Dentô. Celui-ci paraissait tel un fauve en cage. Ses yeux laissaient entrevoir toutes les frustrations accumulées par le Dentô. Son séjour carcéral n'avait pas été à son avantage. Plutôt que de lui laisser le temps de réfléchir, seul, les geôliers s'étaient emportés contre lui. Eux-aussi ne supportaient pas l'indiscipline. Pour autant, toute les méthodes ne sont pas applicable indifféremment à toutes les situations ou à tours les sujets. Maltraiter ce Dentô pouvait entraîner le contraire du résultat escompté.

*Se défouler ?* Le Jonin regarda le Genin de haut en bas. Shiwon n'avait toujours pas compris.

Zennosuke regarda avec dédain son élève. Si lui était tombé si bas au point de se faire enchaîner dans son propre village, le Seki, quant à lui ne se salirait pas les mains à battre un homme déjà à terre. Si Shiwoon pensait que Zennosuke était de ce genre là, il se trompait lourdement. Au fond, que gagnerait le Seki à agir de la sorte ?

« Tu penses sérieusement que je serai venu jusqu’ici uniquement pour te battre ? Tu es mon élève et crois moi, te voir ici n'est pas pour me réjouir. » Le regard du Seki était toujours empli de ce même dédain. Seulement, le Jonin essaya tant bien que mal d’éteindre cette lueur dans ses yeux. Il ferma ceux-ci et les rouvrit quelques secondes plus tard. Reprenant sa respiration, il poursuivit :

« On m’a raconté ce que tu avais fait. J’aimerai avoir ta version des faits, même si je ne peux te cacher que je suis déjà extrêmement déçu de te trouver dans cette situation. Toi, un de mes élèves les plus prometteurs. »

Les yeux du Jonin lançaient à présent un regard dur. Pas de place à la pitié ou à l’empathie. Certaines personnes ne comprennent que trop tard que leur destiné est écrite dans chacun de leurs actes au quotidien. Au lieu de se remettre en questions, ils préfèrent rejeter continuellement toute la faute sur l’Autre. C’est plus aisé comme démarche, seulement, dans le monde sans pitié des ninjas, toute écart se paie sévèrement. A un moment ou à un autre. Shiwoon se laissait-il aller au point d'envisager de franchir le Rubicon ? A lui seul appartenait cette décision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dentô Shiwoon
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 252
Rang : A+

Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] EmptyDim 2 Nov 2014 - 23:49

Si le mal existe dans ce monde, c’est parce qu’il provient du cœur des hommes. Un cœur qui a été meurtri ou blessé, peut très aisément se laisser aller aux pulsions nocives et sombrer à la facilité que la colère pouvait octroyer au genre humain. Quoi de plus normal de se laisser aller à une rage ardente lorsque tout ce sur quoi on a toujours établi ses principes se retrouve balayé, bafoué, roulé dans la boue et cela sans aucune raison.

Une rage silencieuse, telle était la nature de la chose qui s’était emparé du jeune garçon depuis le début de son incarcération en ces lieux. Si la colère pouvait parler, elle jubilerait très certainement à l’heure actuelle, car elle avait trouvé le partenaire parfait. Le genre de personne qui ne se retient pas une fois un certain cap atteint. Le genre à clairement le montrer quand quelque chose ne tourne pas rond, le genre de personne à qui il ne faut pas faire traverser la ligne rouge, en aucun cas. Malheureusement pour tous, Shiwoon avait traversé cette ligne depuis belle lurette déjà.

L’animosité qui pouvait émaner de lui ne mentait pas. Certes, son visage était assez méconnaissable et son regard vraiment livide, mais il ne manquait pas de signifier au Seki que sa présence ici n’avait pas été nécessaire. Enchainant après sa phrase avec un sourire des plus narquois et hypocrite, histoire de montrer que son esprit n’avait nullement été touché. Bien au contraire justement, cet esprit s’était éveillé et voyait dorénavant les choses comme elles étaient en réalité dans ce village, qui était loin d’être le palais de béatitudes qu’avait imaginé le jeune garçon jusque-là.

Le Seki s’exprimait à son tour, initiant à voix haute les pensées qu’il avait à cet instant, avec des mots plutôt bien choisis, s’ils avaient été émis avec pour idée d’atténuer l’empathie du garçon pour un début. Néanmoins, la suite ne fit que renforcer ce qu’il pensait au fond de lui. "Ce village c’est juste du n’importe quoi en fait !". La tension montait d’un cran maintenant, et approchait du seuil critique, la limite à partir de laquelle les mots deviennent des armes. Des armes dont serais vraisemblablement victime le Seki.

Épargnez moi vos beaux discours mielleux voudrez-vous. Nous savons tous deux ce pour quoi vous êtes là et ce n'est surement pas pour cette question là que vous avez fait tout ce chemin, alors allez directement au fait et qu'on en finisse je vous prie...Me faut profiter du petit temps de repos auquel j'ai droit là... avant que vos charmants collègues reviennent

Le ton montait au fur et à mesure qu’il parlait. Signifiant cette fois-ci très explicitement au Jônin qu’il ne faisait plus dans l’embaumement et l’habillage verbal. Fini tout ça. Désormais, seule son affaire l’intéressait. Kumo et ses petits papiers on verrait après… Une phrase qui mettrait bien mal à l’aise le pseudo senseï s’il la lui sortait… Oui, il allait se laisser aller à ça.

Et si vous êtes si déçu que cela, il ne fallait pas faire tout ce chemin pour venir me le dire. Vos bons sentiments et tout ça, vous pouvez vous les garder où je pense…. Mr je ne me reproche rien mais je l’ouvre tout grand…Depuis que vous êtes mon prof....vous avez un jour pris le temps de faire ce qu'un prof fait? Non, avec vous c'est baston, entrainement, et tout le tralala pour nous rendre fort... Quand ces Furyous sont venus...Vous étiez où pour aider, vous et votre Kage qui met en prison des gens sur des coups de tête... Vous étiez pas là... MOI SI!! Déçu... Déçu... Fourrez la profondément votre déception pendant que vous y êtes... Et puis d’abord c’est bon Zennosuke quand je sors… considère que ta team a plus que deux élèves… Incapable de Jônin !

La bombe avait été lâchée, dans un énervement des plus totaux. Il défiait à présent du regard le Seki dont il ne pouvait voir la face à cause de ses blessures, mais dont il entrevoyait clairement la position avec ses autres sens. Son excès de colère lui serait-il préjudiciable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] EmptyLun 3 Nov 2014 - 15:55

Zennosuke écoutait, silencieux, son élève. Son regard n’avait pas changé. Dur. Comme à son accoutumée, le ninja de la foudre évaluait son interlocuteur, sondant jusqu’à ses aptitudes mentales. Shiwoon semblait "dérangé" en cet instant précis. Il racontait tout un tas d’inepties, de propos incohérents sans aucun fond. Un tas d'allégations de reproches sans avancer la moindre preuve pouvant soutenir ses propos décousus. . Il reprochait des choses au Jonin. Oui, le petit culotté ! Sans perdre le temps d’une introspection qui de toutes façons le mènerait nulle part, le Seki préféra poursuivre son analyse portant sur les réactions de son interlocuteur. Son regard se porta tour à tour sur celui du Dentô. Un regard enflammé, une haine indescriptible prenant une regrettable ampleur… Le Jonin regarda les blessures du corps du Dentô, son état enchaîné. Shiwoon faisait pitié à voir dans cette posture.

Zennosuke l’avait regardé dans les yeux à nouveaux lorsqu’il entendit le ton monter d’un cran. Mettre tout cela sous silence lui traversa l’esprit un moment. Mais il n’en fit rien. Shiwoon à l’heure actuelle était semblable à un fauve blessé. Blessé, il l’était dans son amour propre, mais il l’était surtout physiquement. Dans cette situation, il était normal que le Dentô perçoive toute présence comme un danger. Prêt à mordre, à se défendre, il n’y avait rien d’étonnant, au fond, à ce qu’il raconte toutes ces conneries. Action, réaction. Les gardes avaient fauté en levant la main sur lui. Ils avaient brisé de ce fait la confiance entre cet homme et son village. Restait à espérer que cette confiance n'était pas irrémédiablement détruite. Restait à espérer que le temps permette au Dentô de comprendre pourquoi il en était arrivé là et pourquoi il était autant fautif que les gardes, que le Raikage, que son senseï qu’il accablait de toutes les insultes imaginables.

« Gardes ! » avait dit Zennosuke dans le tumulte que causait Shiwoon. Le son de sa voix, il le fit parvenir aux concernés via les nouvelles capacités qu’il avait développé : sa maîtrise de l'onkyonton. Les gardes l’avaient entendu et aux bruits de pas que l’on percevait, il était clair qu’ils allaient se pointer dans une seconde ou deux. Patiemment, le Seki attendait. Son regard dur, sondait les profondeurs de celui de Shiwoon, tant que ce dernier continuait de maintenir le contact visuel. Une fois les deux gardes à proximité, le Seki leur dit calmement :

« Détachez-le. Et ne vous avisez plus de le toucher quoi qu’il dise ou fasse. Fut-il une insulte envers le Daimyo. Contentez-vous d’un rapport au Raikage. Ce sera amplement suffisant. » Un ordre.

_ Zennosuke San, le Capitaine de la prison est le seul…

« Je me porte garant de tout ce qui pourrait arriver. » avait rétorqué le Seki sur le même ton que précédemment. Toute discussion serait inutile.

_ Si vous le dites…

Les gardes s’exécutèrent. La posture de membre du Satoru, unité spéciale du village dont les membres sont cooptés par le Raikage en personne, offre du crédit supplémentaire à toute personne occupant un grade élevé au sein du village. Zennosuke étant déjà respecté dans le village, peut être craint, il était donc raisonnable que ces gardes s’exécutent.

Le tout prit quelques minutes, puis, les deux gardes se retirèrent refermant la porte derrière Shiwoon, toujours enfermé. Un regard prolongé, des yeux n’exprimant aucune émotion particulière. Puis, peu à peu les mots vinrent progressivement à la bouche du Seki. Ils sortaient naturellement, telle des balles tirées d'une mitrailleuse.

« Shiwoon ! Penses-tu que le seul fait d’avoir approché des furyous fait de toi un kumojin supérieur à un autre ? Étais-tu là pendant la bataille de Tsuchi no Kuni ? Ce qui s’est passé ici à Kumo n’est rien comparé à ce que les kumojins ont vécu à Tsuchi. Pour autant aucun de ceux qui étaient au pays de la terre, ne s’est cru arrivé ! Aucun ! Pas même ceux qui ont vu leurs camarades s’entre-tuer les uns les autres ! Aucun n’a eu le culot de vouloir prendre de haut le Raikage comme tu l’as fait. Kadoria Koüga, lui qui a ramené le corps d’un furyou, a-t ’il réagit tel que tu l’as fait ? Non ! La différence entre tous ces gens et toi, c’est ton PUTAIN DE MANQUE D’HUMILITE ! »

Le Seki regardait son élève avec dureté. Il n’était pas énervé, non. Il était harassé par ce comportement indigne d’un membre du Senshi, indigne d’un shinobi qui se respecte.

« Entraînes-toi, deviens plus fort, et défend la nation pour laquelle tu t’es engagé. Voilà la voie d’un shinobi. Etre une lame au service de la main qui nous manie, voilà ce que nous sommes. Tu es une lame et le Raikage est la main qui te tiens. Quand l’heure du sacrifice arrive, sacrifie-toi, fais ton devoir pour le bien de tous, mais sans chercher ce qu’untel ou untel a pu faire pour toi… Voilà comment doit penser et agir un shinobi. » Une pause, une courte. Très courte. « J’étais à Hi no Kuni quand le village se faisait attaquer. Et même si j’ai combattu au pays du feu, j’aurai mille fois préféré être là quand les furyous ont attaqué le village. Mille fois… » Une pointe d'amertume dans la voix. Ce n'était ni pour les beaux yeux de Shiwoon, ni pour lui faire plaisir.

Les yeux du Seki brillaient d’une lueur particulière à cet instant précis. La même lueur qui luit dans les yeux des assassins dévoilant au grand jour leurs sanglants projets. C’est avec ce regard qu’il observait Shiwoon. Calme, sans avoir bougé depuis que les gardes avaient refermé la porte de la cellule derrière le Dentô, Zennosuke poursuivait :

« Tout ce que j’aurais aimé t’enseigner, c’est la discipline et l’humilité. La meilleure élève que j’ai eu disposait de ces deux qualités. Et elle était le modèle parfait du Senshi... Du shinobi... Au fond, tu as la même qualité que moi : la détermination. Elle peut te porter au sommet du monde, seulement, si tu sais en faire bon usage. Médites sur ton sort, réfléchis, puis si jamais le Raikage t’acquitte, fais-moi savoir la décision que tu as auras prise vis-à-vis du Senshi. Je ne retiens pas un élève qui m’estime indigne d’être son senseï. »

Il était temps de partir. Pour autant, le Jonin n’avait pas bougé. Shiwoon lui faisait pitié car il était à deux doigts de faire la plus grosse erreur de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dentô Shiwoon
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 252
Rang : A+

Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] EmptyLun 3 Nov 2014 - 19:32

«Gardes !»

Telles étaient les premières paroles qu’il émit. Un appel puissant à destination des gardiens. Un acte qui éleva une pensée bien simple dans l’esprit du Dentô, qui maintenant le duel de regard avec le Seki, attendant tranquillement l’arrivée de ses bourreaux. "Alors on ne supporte pas la vérité en face Zennosuke ?… C’est cela ! Appelle-les pour qu’ils ouvrent, je savais que tu es venu te défouler sur moi… Minable" Une pensée à la suite de laquelle il ferma les yeux, pour se préparer mentalement, afin d’encaisser les futurs coups sans broncher alors qu’il sentait la présence des deux gardes se rapprocher. Une séance musclée en avance aujourd’hui ? Apparemment, il n’en serait rien, tout au contraire, il ordonna qu’on libère le jeune garçon stipulant également que les sévices physiques devaient cesser… Croyait-il vraiment que Shiwoon allait l’adorer pour sa pitié ? C’était mal le connaitre…

À l’instant où le premier garde inséra la clé dans la serrure de la cellule, le Dentô lança son exercice de respiration pour rassembler ses forces. Pourquoi ? Vous ne le savez que trop bien… Terrasser ceux qui s’étaient si bien occupé de lui jusqu’à lors. Baissant la tête alors que les deux gardes commençaient par détacher les entraves de ses pieds, son visage se voulait sombre. Il commença à réunir du chakra au niveau de son estomac, avant de l’envoyer vers ses bras, afin d’en faire deux armes mortelles à pleine puissance dès que les chaines seraient ôtées. Tuer ces deux-là ne le répugnait pas du tout, bien au contraire, ce serait une joie inouïe pour lui… Si son corps lui en avait donné l’occasion.

À peine essaya-t-il de remuer les doigts de la main droite que la douleur se réveilla. S’il forçait il pourrait y laisser sa main pour un bon moment avec ce mouvement. La frustration pouvait se lire sur son visage alors que les gardes détendaient les chaines qui lui étiraient les bras, jusqu’à ce que ces derniers lui retombent le long du corps. Il les gratifia néanmoins d’un regard à en glacer le sang avant de leur chuchoter lorsqu’ils lui retirèrent les entraves :
"Vous deux, considérez-vous comme morts !

Il se laissa aller à s’adosser au mur pour ne pas perdre l’équilibre et le laissa glisser lentement jusqu’à même le sol, regardant lentement les gardes disparaitre après avoir refermé la cellule.

N’espère même pas un seul instant que je te remercie !

Son regard se voulait bien moins violent, mais bien plus expressif encore. Il n’avait rien demandé au Seki, donc il ne lui devait rien. Un léger silence puis Zennosuke reprit la parole, lançant à tout va ce qui lui trottait dans la tête. Dès les premières paroles prononcées, le Dentô fut comme électrisé. Il ne réagit cependant pas, laissant le Jônin continué pour bien savoir comment ce Seki le voyait lui. La rage remontait à nouveau, à mesure que le shinobi aux cheveux bleus étoffait ses idées. C’était donc comme cela qu’il voyait Shiwoon… C’était tout ce qu’il avait pu trouver à dire cet instant… Jouant encore au chevalier qu’on voulait qu’il soit, ignorant qu’il venait de plonger Shiwoon dans le noir.

Encore assis, se tenant la tête à deux mains, il fit l’immense effort de se contenir jusqu’à la fin de la tirade du Seki. Une tirade qui se terminait par une note qui lui montrait qu’il n’avait aucune valeur aux yeux du Seki qui n’essayait même pas de le retenir. De quoi mettre ainsi un point final à leur relation de maitre et élève.

«C’est bon vous avez fini ?» lançait-il alors qu’un vent semblait se lever dans la cellule. Ses tremblements s’estompaient à cet instant, ce moment où tout se repassait rapidement dans sa tête, au rythme des battements de son cœur. Rien à faire, le cœur meurtri criait vengeance. Et il se relevait, lentement, la tête baissée alors qu’à présent la poussière du sol se faisait balayer par le vent se voulant plus pressant. Une fois debout, il tituba, lentement, se rapprochant des barreaux de la cellule, alors que l’étincelle des Dentô commençait à parler de son hégémonie lumineuse.

Tu es vraiment encore plus nul que ce à quoi je m’attendais... Je le vois maintenant, oui c’est très clair… Tout s’explique ! C’est donc ainsi que toi tu me vois… Bravo… C’est le mot… Toutes mes félicitations donc!

Il accompagna ces paroles d’applaudissements. Lentement, ses mains rentraient en contact l’une avec l’autre, produisant ce son qui gagnait en intensité, tout comme le halo lumineux que sa rage lui faisait manifester.

Toi et tes belles paroles…Tu peux aller te faire voir !…. Tu m’entends ? VA TE FAIRE VOIR ZENNO !!!

Il disait Zenno, non Zennosuke, ni même senseï, signifiant par la même qu’à ses yeux, l’homme en face ne lui était en rien supérieur, alors qu’il s’arrêtait d’applaudir et laissait retomber ses mains. Ses poings se serraient à présent comme jamais alors que sa voix se mettait à résonner :

Tu te permets de me faire une leçon de morale en vertu de quoi ? À oui… j’avais oublié… J’ai en face de moi le Grand Zennosuke, le noble et magnifique bras droit du Raikage…

La fureur à cet instant atteint son summum. Il releva la tête d’un geste rapide et cracha le sang dans sa bouche au visage du Seki, qui se logea sur sa joue droite. Il enchaina dans la foulée montrant une expression faciale des plus bestiales.

Tu crois vraiment que j’ai parlé des Furyous pour me VANTER ?? Tu me fais pitié !… Non je n’ai pas vécu la bataille de Tsuchi No Kuni, Non je n’ai pas vu les Kumojins tomber au combat comme Monsieur, Non je n’ai pas vu l’enfer que c’était, parce que je n’étais pas assez fort pour ce combat…. JE NE SUIS PAS HUMBLE, et JE LE RECONNAIS !! Parce que l’humilité, c’est l’orgueil des faibles et je n’en suis pas un !!

La lumière se condensait de manière nette maintenant dans un tourbillonnement qui annonçait la couleur :

Soldats, soldats vous n’avez que ce mot là à la bouchee… Nous sommes des NINJAS !!! PAS DES PUTAINS DE SOLDATS !!

Le Geste suivit les paroles. Dans un élan de rage il détruisit les os de sa main droite dans un coup de poing qui écarta suffisamment les barreaux pour que son poing puisse passer. Un poing d’où sortaient par endroit les os et qui s’était estompé à quelques dizaines de centimètres du visage de l’homme. La Lueur perdait en intensité alors que Shiwoon montrait à présent un visage tout autre.

Une lame dont le Raikage se sert…Rien que ça.... JE VOUS INTERDIS DE NOUS PRENDRE POUR DE VULGAIRES PIONS !! Nous ne sommes pas des objets dont on se sert… encore moins lorsque celui qui se veut meistre n’est rien de plus qu’un soldat. Nous sommes des gardiens pas vos petits jouets !!!...Sacrifie-toi… Sacrifie-toi… Nous ne sommes pas du bétail qu’on élève pour envoyer à l’abattoir... Nous avons choisi d’être ninjas pour être les gardiens du bienêtre de nos familles, non pas pour être les précurseurs de leur tristesse. Mourir pour sauver le village… LA BELLE BLAGUE !!! Le village vous a dit qu’il voulait compter des morts ?? Si c’est ça la manière de penser que tu veux m’inculquer, disparais de ma vue petit chien de chasse ! Parce que tu es en haut de la hiérarchie tu parles de morts… Que sais-tu de la mort ?? RIEN !! Après elle, il n’y a rien… On meurt pour le village et ? C’est le village qui s’occupera du cœur meurtri des tiens ? C’est le village qui pansera cette plaie ouverte ? NON… Tes beaux discours… C’est que de la foutaise ! C’est facile de mourir… bien plus difficile de vivre !

Il eut à cet instant comme une illumination… Un instant de détresse qu’il préféra taire dans un déluge de rage.

En Fait Kumogakure no Sâto est un village faible. Je ne m’en rends compte que maintenant…Vous êtes faibles…Et moi aussi… Mais maintenant que je sais que je le suis, c’est certain que je deviendrais fort à l’avenir. Un village qui élève ses jeunes pour les sacrifier pour subsister… C’est ça la politique du Kage ?? Vous êtes minables… Je ne mourrais pas pour vous note le très bien ! Mon indiscipline est à l’heure actuelle ce qui me rend le plus fier…. Fier de ne pas être comme vous… De vulgaires rouages de guerre ! Ton élève parfaite où est-elle aujourd’hui ?? HEIN ??? Ce n’est qu’une relique du passé qui tend à s’éteindre… parce qu’elle aura suivi bêtement la voie qui mène à bucher. TU dis que tu aurais mille plus aimé être là quand les Furyous ont attaqué… Et alors ?? L’histoire retiendra que tu n’étais pas là !! Que de belles paroles, peu d’actes… Pfft Bande de politiciens… Ma détermination ? Que sais-tu d’elle ? Rien !!! Je n’ai pas besoin de tes enseignements de kamikazes, encore moins de ta reconnaissance pour devenir fort. Tout ce dont j’ai besoin c’est un entrainement strict et rigoureux ! Rien de plus rien de moins !

Sa colère s’apaisant après avoir tant crié, il finit par retrouver un soupçon de calme. Un calme avec lequel il retira sa main en face du visage du Seki pour retourner au fond de sa cellule. S’installant à même le sol comme pour méditer avant de lancer probablement les dernières paroles qu’il aurait à dire au Seki pour ce soir.

Tu me demandes ma décision ? Elle se résume à un simple serment, sur ce sang qui coule de mon poing, d’écraser tous ceux qui se mettront entre moi et mes objectifs, et ce quel que soit les moyens employés ! Voilà ma réponse pour toi…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Wazao no Tetsuya
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1806
Rang : S

Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] EmptyMer 5 Nov 2014 - 22:11

Zennosuke à présent calme, ressentait les battements de son cœur dans sa poitrine. Il les entendait tout autant qu’il entendait cet élève indigne lui cracher à la figure toute une frustration dont il ne comprenait pas l’origine. A quel moment avait-il failli ? A quel moment le village avait-il échoué dans la formation et l’éducation de ce Genin ? Quand ? La question méritait réflexion tout autant que ces propos sans têtes ni queues qui emplissait cet endroit de souffrances. Tout semblait pourtant si limpide… Un monde de militaire, de soldats ou de shinobis, c’est pareil. Une idéologie militaire donc, basée sur la hiérarchie, le respect de celle-ci, le respect du devoir, de l’ordre, le sens du sacrifice... Que diable pouvait donc avoir pris tous ces ninjas pour ne pas comprendre et intégrer cette chose si simple que des générations avant eux avaient pourtant parfaitement comprises. Shiwoon parlait d’être le gardien du bien être des civils habitant le pays de la Foudre. Et pourtant, il ne comprenait pas tous les enjeux qu’impliquent d’être un gardien. Si le gardien n’a pas le sens du devoir, sens du devoir pouvant aller jusqu’à son sacrifice pour qu’à travers son acte, d’autres vivent à sa place, quelle est sa valeur ? Quelle est la valeur d'un gardien qui place ses objectifs crypto-personnels au dessus de l'intérêt de tous ?

Tout un flot de parole, tout aussi vide de sens, tout aussi emplies d’orgueil mal placé dont pouvait faire montre ce membre du clan Dentô. Zen, le Seki laissait passer l’orage sans bouger d’un pouce. Il écoutait depuis plus d’une minute le flot de paroles incessant, tout droit sortis de la bouche de cet élève qu’il respectait pourtant. Un élève qu’il appréciait énormément au fond, pour ne pas en dire plus. Jamais en vérité Zennosuke ne s’était intéressé jusqu’ici aux sentiments qu’il pouvait ressentir envers ses élèves si ce n’est de les analyser sous l’angle de la confiance qu’il pouvait placer en eux, du respect qu’il éprouvait à leur égard. Jamais il ne s’était intéressé à savoir s’il ressentait quelque chose au-delà de ces deux sentiments. Il avait échoué. A nouveau. Face à ce Genin déchaîné, la chose lui semblait claire. Que cet échec soit partagé ou non, la relation de confiance et de respect avec Shiwoon, ciment de la philosophie du Senshi, était brisée. En mille morceaux.

L'approche du Seki, depuis le début de cette entrevue, était mauvaise. Quand bien même Shiwoon semblait déjà lui en vouloir au préalable, inexplicablement. Shiwoon s’était choisi des adversaires, peut-être même des ennemis fictifs, depuis le début. Il ne voyait dans le geste du Raikage face à sa propre erreur, qu’une volonté de le brimer, de lui faire du mal gratuitement. Un Dentô a-t-il le droit d’être aussi aveugle en ce qui le concerne ? La lumière jaillit des ténèbres, seulement, les ténèbres dans lesquelles Shiwoon était plongé, semblaient être d’une profonde noirceur. Le pire était à crainte. Surtout maintenant qu’il insultait même l’institution qui avait fait de lui ce qu’il était aujourd’hui.

Zennosuke continuait de regarder son ancien élève. Ce dernier avait fini de parler depuis déjà trente secondes et c’est comme s’il ne s’était jamais tu. Les murs raisonnaient encore de ses propos et les gardes non loin du Seki tremblaient de rage envers lui. Eux-aussi étaient outrés par le comportement du Dentô. Eux-aussi ne s’expliquaient pas ce comportement désinvolte même s’ils avaient été quelque part une des raisons de cette explosion de rage, justifiée ou non.

Le Seki aurait voulu s'en aller. Que dire de plus après cet échange avec un mur ? Seulement, une chose devait être rectifiée, un mauvais jugement du Dentô que le Seki ne pouvait laisser passer.

« Okita Soah… » Doucement, Zennosuke avait prononcé ces mots avec une certaine révérence, un profond respect. Ses yeux lançaient un regard dur proportionnellement à la douleur qu’il ressentait. Shiwoon se perdait et cela, au fond, le touchait bien plus qu’il ne l’aurait cru.

« Elle s’appelait Okita Soah… Elle est réserviste en ce moment, probablement en train de goûter à un mariage bien mérité, auprès d’un époux attentionné et de magnifiques enfants quelque part à Tetsu no Kuni… »

Le Jonin tenait à faire cette précision. Quoi que pense Shiwoon de Kumo, de la philosophie du Senshi, du sens du sacrifice pour le bien commun dont venait de lui parler son ex senseï, il allait comprendre que le village des nuages offrait les libertés que lui demandaient ses shinobis, ses soldats, pour peu qu’ils le lui réclament convenablement. Il y avait d’autres issues, d’autres voies que celle qu’il envisageait. Il fallait qu’il le sache. Si Kumo échouait avec lui, ce serait bien parce qu’au fond, il l'avait voulu.

Zennosuke n’avait toujours pas bougé. Son regard plongé dans celui du Dentô. Dans son esprit, il voyait déjà comment tout ceci risquait de se terminer. Des cas du style, combien de fois en avait-il était témoin ? Toujours des cas hors du senshi, des cas que des collègues avaient à gérer. Jamais un élève du Senshi n’en était arrivé à ce point. Shiwoon serait le premier élève auto-exlu peut-être y tirerait-il quelques avantages. Il fallait espérer que oui. Peut être cela lui permettrait de grandir, d'évoluer dans le bon sens. Pourquoi pas. Pour sa part, Zennosuke tirerait tous les enseignements de cette situation. Quoi qu’il arrive, quoi qu’il lui en coûte, il ne laisserait pas son élève sombrer corps et âme dans l’erreur. Ça, il n’était nullement nécessaire de le lui faire savoir.

« J’aurais aimé que tu reviennes à la raison. Mais… C’est une pure perte de temps que de tenter de raisonner quelqu’un qui ne veut rien comprendre… Soit ! Qu’il en soit comme tu le désires Shiwoon ! »

Était-ce nécessaire de rajouter à tes risques et périls ? Pas le moins du monde. Les destins de ces deux hommes venaient d'être liés à tout jamais. Autant Shiwoon avait prêté serment à voix haute, autant Zennosuke, dans son cœur, venait, lui aussi de se faire une difficile promesse. Il suivrait cet indiscipliné dès sa sortie de ces geôles.

Sur ce, Zennosuke se détourna de celui qui avait été l’un de ses élèves les plus prometteurs pour s’en aller comme il était venu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dentô Shiwoon
Informations
Grade : Nukenin de Rang A
Messages : 252
Rang : A+

Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] EmptyVen 7 Nov 2014 - 20:21

Le regard plus sombre que jamais, il attendait la conclusion. Les choses s’étaient quelques peu envenimées mais maintenant, tout était sorti. Le Dentô savait désormais que Zenno ne serait pas de ceux à qui il s’ouvrirait dans l’avenir. Au contraire, rester loin de lui était une de ses futures prérogatives, à en juger par les propos que ce dernier avait tenu. Les mots échangés étaient on ne pourrait plus clair. Ses élèves n’étaient rien de plus que des pions qui devraient mourir si le besoin se faisait ressentir. Juste ce qu’il fallait pour mettre le jeune shinobi dans tous ses états.

Ses mots avaient dépassé ses pensées mais il ne reviendrait pas dessus pour sa part, surtout en face d’un homme qui voyait ainsi ses compagnons d’armes. Des poupées sans cœur, des machines de guerre… Un discours froid sur le sens du Senshi lorsque l’on attend des paroles réconfortantes…Quel beau jônin on avait là. Aucun ressenti sur ce que traversait son élève à priori, et il faisait la morale… Shiwoon fermait les yeux et baissait la tête, une manière de signifier au Jônin que la discussion était définitivement close. Était-il nécessaire de rajouter qu’il ne voulait plus jamais le revoir ?? Non, Zennosuke l’aurait surement compris, qu’aux yeux de ce garçon dans cette cellule, qu’il n’était plus désormais qu’une ombre à ses yeux, une relique d’un passé qu’il ne voulait plus voir, bien que cela lui pèse sur le cœur.

"Une meilleure entame… Il aurait suffi d’une meilleure entame… ça l’aurait tué de simplement dire… Shiwoon, ça va ? Tu tiens le coup ? Je vais te faire sortir de là ? Juste signifier un tant soit peu qu’il était là pour lui... De telles paroles l’aurait tué ?" furent les pensées auxquelles le garçon se laissait aller alors que le Seki en face reprenait parole, prononçant le nom de cette fameuse élève modèle qu’il avait eu. L’on pouvait supposer que ce dernier se doutait bien que le Dentô s’en foutait de ce qu’il pouvait en ce moment… Néanmoins il continua à parler d’elle, au grand déplaisir de Shiwoon qui finit par relever la tête et rouvrir péniblement ses yeux à cause de l’ennui.

Epargnez –moi vos jérémiades je vous prie, je n’en ai que faire à cet instant… Elle a été le parfait pion que vous vouliez et alors ? Les jours passent mais ne se ressemblent pas ! Il en est de même pour les jeunes du village. Elle fut elle, et je suis moi, le vilain petit canard de Zennosuke… Mais n’espérez pas la fameuse fin heureuse comme dans les romans…

Le ton de Shiwoon se voulut plus amer que jamais lors de ces paroles. Une séparation bien abrupte entre deux personnes qui avaient à peine commencé à marcher sur le même sentier. Un au revoir des plus violents qui venait maintenant raffermir encore plus les engagements que le Dentô s’était fait à lui-même, cette promesse de découvrir la vérité sur sa mémoire défectueuse et cette fameuse part d’ombre que cela cachait. Le Seki reprit parole, dans une forme conclusion qui exprimait du regret, à laquelle Shiwoon ne répondit que par le silence. Un silence au bout duquel il se retourna. Faisant maintenant face au mur, Le Seki pouvait maintenant voir son dos. Un dos couvert par une chemise bleu ciel où le sang avait séché. Un sang qui dessinait les caractères qui forment le mot respect. Laissant clairement voir au Seki, ce qu’avait reçu le Genin en échange de sa loyauté à ce village. Shiwoon pencha légèrement la tête sur la gauche à cet instant, regardant une dernière fois l’homme d’un regard vide, avant de faire de nouveau face au mur dans un silence des plus purs.

Les souvenirs des moments passés dans le Senshi remontaient peu à peu. Les durs entrainements, les petits moments de détente, les moments où il se retrouvait avec Sho, à rien faire, juste parce qu’il aimait être avec lui, des instants de disputes avec la terrible Sanae. Des souvenirs d’une famille dont il avait choisi de s’éloigner, des réminiscences de bons moments qui tordaient son visage, faisant pleuvoir des larmes chez le garçon. Un râle silencieux dont seuls de légers tremblements dus aux poings se resserrant à l’extrême se laissaient percevoir. Tourner le dos est donc si difficile...

Vous devriez partir maintenant, mes sens m'indiquent que la pluie arrive... Finissait-il par lâcher lentement en essayant de se contenir pour ne pas se trahir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Empty
Message(#) Sujet: Re: Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un Cri égaré! [Ft Seki Zennosuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Prison-