N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyMar 28 Oct 2014 - 16:41

Ta no kuni, je suis souvent venu ici mais je n’ai jamais vraiment pris le temps d’admirer le paysage. Il faut dire que c’est assez tranquille, toutes ces plaines et ces passants avec le sourire. Ici, ce n’est pas comme dans tous les autres pays où règne la peur et le danger. Les gens sortent. Les moines de Maskines doivent y être pour quelque chose, ils doivent savoir comment protéger la ville. Quelque part, j’aurai bien aimer être moine moi aussi. Une vie de méditation. Au final, surement à l’apogée de mon existence, j’aurais trouvé les réponses aux questions que je me pose en ce moment. Est-ce que la haine est vraiment contrôlable. Où nous conduit le monde d’aujourd’hui ? La vie mérite-t-elle vraiment que l’on se batte ? Beaucoup de questions et si peu de temps pour y répondre. Car au fond de moi je sens que l’horloge de ma survie s’est enclenchée et qu’il ne me reste plus autant de temps que je pourrais l’espérer.

Je rentre dans la ville. L’imposante ville de Ta no Kuni. Bien qu’il y ait des champs ici et là, c’est surtout le commerce et le tourisme qui fait prospérer ce petit pays. Le temple de Maskine trône au dessus de tous les bâtiments comme un roi sur ses sujets et permet à tous les non initiés de se repérer dans la cité rien qu’à sa vue. Mais je n’ai nullement besoin de son aide aujourd’hui, je sais où je me rends. Une taverne bien connue des gens de cette ville : « le ragnard des bois ». En faisant bien attention de bien garder ma capuche sur ma tête, je titube dans les rues et les ruelles pour me frayer un chemin dans la foule jusqu’au fameux établissement.
Vous êtes surement en train de vous demander ce que je fais dans une telle ville et pourquoi je m’apprête à rentrer dans cette fameuse taverne. La réponse est très simple. Il y a quelques jours j’ai reçu un message de la part de Booker. Il me signifiait que l’une des personnes que je lui ai demandé de garder à l’œil se trouvait en ce moment même dans la ville principale de Ta no Kuni. Lorsque je lui ai demandé d’être plus spécifique, il ne m’a répondu qu’une seule chose ; que cette fille faisait partie de l’attaque sur le Shukaï qui a causé ma seconde désertion. Je n’eus pas besoin de plus pour faire mon sac et m’échapper du QG de l’organisation. J’ai alors fait aussi vite que j’ai pu. Il est toujours intéressant de connaître les parias de ce monde.

Je pousse la porte de la taverne. A première vue, je discerne cinq tables, toutes bien éparpillées et rondes. Je balaye toute la pièce du regard, cherchant des yeux une fille correspondant à la description que m’en a faite Booker. Soudain je la vois. Elle est assise à côté d’un type à l’allure costaud sur une table. Je me rapproche et m’arrête près du bar, à quelques mètres d’eux. J’essaye d’écouter leur conversation. Je suis toujours habillé de ma tunique noire et de mon capuchon donc il serait peu probable qu’elle puisse me reconnaître, même si elle ne m’a vu que sur des avis de recherche.

Malheureusement le barman s’approche de moi et me demande ce que je compte prendre. Il me perturbe dans l’écoute de la conversation de la table adjacente et dans un mouvement d’exaspération, je lui fais comprendre qu’une bière suffira amplement. Il s’écarte un peu blessé et et je reprends l’écoute. Je tourne la tête pour mieux regarder la jeune fille mais, à mon grand désarroi, je croise son regard. Je ne l’ai pas fait exprès mais il n’y a plus rien à faire. Elle a su que je la regardais. Je maintiens le regard. Moi assis au bar et elle assis sur sa petite chaise à sa table, nous nous dévisageons quelques secondes. Ma bière arrive sur le comptoir. Sans même la regarder, je m’en saisis et me met à boire, toujours en regardant la jeune fille. Que va-t-il se passer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gekei Urumi
Informations
Grade : Nukenin de Rang B
Messages : 387
Rang : B+

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyMar 28 Oct 2014 - 17:07

- Cela fait longtemps que je ne fais plus dans ça ...

Je me grattais la tête, songeuse. Face à moi se trouvait un de mes contacts habituels au sein des Pays Mineurs, Kal. Il appartenait à une organisation mafieuse quelconque agissant en toute impunité dans cette région du monde. Quant à savoir de quelle organisation il s'agissait, ça ... C'était une toute autre question. Pas que je m'y sois penchée, et pas que ça m'intéresse réellement. Tant qu'on me payait mes formidables services à leur juste valeur, je n'étais pas regardante sur mes employeurs. C'était un peu une relation donnant-donnant, je ne m'intéresse pas à leurs activités, et eux ne s'intéressent pas aux miennes, tant que l'un ou l'autre n'agissons pas à leur encontre.

N'empêche, jouer les espionnes, ça faisait longtemps que je ne l'avais pas fait. Pour le compte de quelqu'un d'autre que moi. Et en tant que prostituée de luxe, encore moins.

- Il y a une belle prime à la clé, pourtant.

Il savait définitivement comment me parler. J'allais sûrement accepter le travail, mais si je le faisais bien trop vite, ça ne serait pas à mon avantage. Je me contente de prendre un air las, alors que je joue avec une boucle de mes cheveux.

- J'y réfléchirai, n'ayez crainte. C'est toujours Sozura que je dois contacter pour vous faire part de ma décision ?

Il n'était pas stupide, Kal. Il avait lu la lueur de cupidité qui s'était allumée l'espace d'un instant dans mes prunelles, et il avait affiché un sourire entendu.

- Aye, vous n'oubliez pas.

Haussement d'épaule, négligeant.

- Me souvenir est une de mes raisons d'être ...

J'avais tourné le visage du coté du bar, pour trouver de l'inspiration pour la suite de ma réplique. Mais voilà que je croisais le regard un peu trop insistant d'une silhouette avec capuche. Il me regarde. Je le regarde. Je comprends, trop vite, qu'il m'épie. Oh. Quelqu'un qui me veut du mal, ou qui souhaite juste faire affaire avec moi ? Aucune idée.

- ... Mais oublier n'est pas difficile si on me donne de bonnes raisons pour se faire. Si vous voulez m'excuser, j'ai des affaires qui me ... pressent.

Kal n'était pas stupide, loin de là. Et il avait compris au regard que je lui lançais que je souhaitais être seule.

- Aye, aye, vous êtes quelqu'un de très occupé. Contactez moi au plus vite.

- Je n'y manquerai pas. Rentrez bien, et passez mes amitiés à vos supérieurs.

Il affiche un sourire sinistre, alors qu'il se redresse, imposante carrure, et quitte l'établissement avec la discrétion avec laquelle il y était rentré. Plus que moi et mon inconnu tout de noir vêtu. Je faisais genre que j'étais absorbée par ma boisson, dont je buvais une longue gorgée, avant de finalement reposer mon regard sur lui. Comme si je me rendais compte de sa présence, et de l'insistance qu'il me portait.

Laissons-le venir, ça pourrait être ... intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyMar 28 Oct 2014 - 18:48

Je prends une profonde inspiration. Le fait que son interlocuteur se soit levé, qu’il soit parti, qu’elle soit revenue à sa boisson, je comprends ce que cela signifie. Il n’y a pas besoin d’être un génie pour savoir que cette jeune fille, qui a surement compris que je l’espionnais, accepte au final un bon vieil entretien comme on en fait plus. Une nouvelle gorgée de ma bière et je me lève de mon tabouret. Je m’approche de sa table, le verre à la main et je me saisis de la chaise en face d’elle. Je la pousse en arrière et m’assieds. Une fois confortablement installé, je replonge mon regard dans le sien tout en baissant ma capuche, libérant ainsi ma crinière d’or.

« Je suis heureux que vous consentiez à vous entretenir avec moi. »

Un ton pas particulièrement chaleureux mais c’est bien suffisant pour ce genre d’entretien. Je n’ai pas besoin de me montrer trop amicale comme je n’ai pas besoin de me montrer trop distant. Je sais trouver le juste milieu et c’est celui-ci. Mais comme toute bonne conversation débute avec les présentations d’usage, il vaut mieux que je me jette à l’eau.

« Je suis Yusuke Katano. »

Je m’arrête quelques secondes. J’aimerais aborder le sujet directement mais je ne sais pas si c’est le genre de fille qui apprécie cette méthode. Autant le dire directement, je ne sais pas quel genre de fille cette gente demoiselle est. Je pourrais bien me retrouver devant une coincée comme devant une prostituée sauvage. Il va me falloir me montrer prudent dans ma négociation.

« J’aimerais parler affaire avec vous. Mais avant que nous n’entamions le sujet de ma venue, j’aimerais savoir quelque chose en particulier. Je me trouvais au Shukai lorsque vous êtes venu faire votre petite vendetta. Vos actions ont d’ailleurs fortement influencés ma position au sein de cette organisation. [Pause] Pourquoi y avez vous pris part ? »

Voilà, la première question qui donnera certainement le ton à tout le reste de la conversation. C’est le moins que l’on puisse faire. Si je ne posais pas de question, alors je ne servirais à rien. Je me mets à dévisager la jeune fille en face de moi. A la décrire du regard. Elle est bien différente des autres jeunes filles se trouvant dans la taverne. Une chevelure émeraude et des pupilles jaunes. Elle est bien maquillée mais semble cacher quelque chose. Cette fille est dangereuse d’une certaine manière, je le sens, le perçois à travers son aura. Elle a quelque chose qui m’attire. Quelque chose qui m’inspire un profond malaise. J’en ai les poils qui s’irisent. J’ai connu quelques jolies filles au cours de mes voyages mais jamais elles ne m’avaient fait cet effet là. Je dois rester sur mes gardes avec cette fille là.

Et voilà… je recommence à ressasser le passer comme s’il était possible de revenir en arrière. Il faut que je me l’imprime dans la tête : J’ai foutu en l’air mon histoire avec Yuki et celle avec Oni n’avait pas d’issus. D’ailleurs ça n’a pas d’importance. Mais pourquoi est-ce que je pense à ça maintenant. Décidément cette fille me met vraiment mal à l’aise. J’espère qu’elle va vite se mettre à parler. Le silence me sied parfaitement d’ordinaire mais là… Heureusement, sur le plan physique j’arbore toujours ce ton d’abominable neutralité qui a fait ma renommée. Je ne dois rien laisser transparaitre de ce qui se passe sous le masque que je laisse gravé sur mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gekei Urumi
Informations
Grade : Nukenin de Rang B
Messages : 387
Rang : B+

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyMar 28 Oct 2014 - 22:10

Il ne s'est pas fait prier, voilà qu'il s'installait à ma table sans tarder. Mon sourire s'élargissait, agréable, alors qu'il dévoilait son visage. Traits durs et cheveux d'or, je le dévisage longuement en attendant qu'il m'adresse la parole. Après tout, il était plus intéressant de les laisser parler, les clients. Ils aiment s'entendre dire des conneries, en général. Et il ne me décevait pas, engageant la conversation. Nous commencions avec les banalités d'usage, et il se présentait. Hmm ... Son nom ne me disait rien. Mais bon, je n'avais pas vraiment besoin de le connaître, tant qu'il payait bien. Si bien que je me contente de lui adresser un magnifique sourire, alors que je réponds en minaudant.

- Oh, mais le plaisir est partagé. Je suis enchantée de faire votre connaissance.

Pas vraiment, je ne le serai que si il ne me faisait pas perdre mon temps. Après tout, vous savez ce qu'on dit sur le temps et l'argent ... Je déteste, vraiment, qu'on me fasse perdre mon temps. On ne veut pas voir le Dragon s'éveiller, n'est-ce pas petit homme ? Alors je le laisse continuer. Et, voilà un sourcil qui se hausse. Oh, il était là, lors de ma balade au Shûkai ? Ah. Définitivement, il devait être de mon coté, ou un truc de ce genre là. Même si je n'ai pas dû l'apercevoir, hmm hmm ... Si il était du Shûkai, je ne pense pas qu'on serait en train de discuter si calmement. D'un autre coté, j'sais pas ... J'ai l'impression qu'il a un temps d'avance sur moi. Que me veut-il, hmm ? Juste discuter ? Nan, les gens ne veulent jamais que discuter. Restons sibylline dans la réponse que je vais lui adresser.

Haussement d'épaule, alors que je prenais une voix de petite fille.

- Vous savez, je ne suis qu'une jeune femme seule dans un monde si hostile ... Et qui a conscience de la protection qu'un peu d'or peut lui apporter.

Je croisais les bras sous ma poitrine, alors que je me penchais en arrière sur ma chaise, observant ses traits avec une innocence feinte.

- Ma réponse vous satisfait ?

Je posais mon index sur mes lèvres, mes iris dorés dardés sur les siens. Puis après quelques secondes, voilà que je joignais mes mains et répondais avec plus d'entrain.

- Bon ! Et si nous parlions maintenant de choses plus ... joyeuses ?

Tête penchée sur le coté, je lui adressais mon sourire le plus radieux.

Qui pouvait très bien se transformer en rictus si, définitivement, tu venais juste pour me faire chier au sujet de banalités de ce genre, blondinet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyMar 28 Oct 2014 - 22:45

Le mensonge… Que du mensonge et de l’obscurité dans ses réponses. Je fais preuve de patience et de politesse et au final c’est tout ce que je récolte. La jeune fille en face de moi me faisait quelque chose, un effet particulier mais là, plus rien. Le mensonge et la furtivité diplomatique ont tout balayé. Son sourire… même son sourire sonne faux. Néanmoins elle a l’air aussi frappée que je le suis et c’est peut-être un avantage pour moi quelque part. Au moins je n’aurai pas à me montrer plus gentil que je ne le suis et je pourrais directement passer aux choses sérieuses. C’est vrai qu’après tout, rien ne me retient plus longtemps ici que la proposition que je m’apprête à lui faire. Autant le faire d’un coup et en finir une bonne fois pour toute.

Cette jeune fille avec qui je discute a, d’après ce que Booker m’en a dit, une réputation de croqueuse de diamant. Elle aime l’argent, il paraitrait même qu’elle vendrait père et mère. Accoutumé à ce genre de personne, je crois savoir comment discuter avec eux : pour certains vous leur mettez une lame sous la gorge, pour d’autre vous leur donnez ce qu’ils désirent. C’est aussi simple que cela. Malheureusement, les lois de ce monde ne changent pas pour les racailles et les ninjas mercenaires.

Je plonge mon regard dans celui de cette jolie jeune fille en face de moi dont les pupilles jaunes sont plus étincelantes qu’un beau mensonge. Je cherche en même temps dans ma poche et en sors une grosse bourse de billets. Je la pose sur la table et continue de soutenir le regard de la jeune fille.

« Je veux que tu bosses pour moi, je suis à la tête d’une organisation de ninjas errants. J’ai besoin d’hommes. Je sais que ce que tu recherches avant tout, c’est l’argent. J’en ai plein. Je suis à la tête de plusieurs réseaux mafieux sur différentes îles et les revenus de mon organisation sont énormes. Je te paierai rubis sur l’ongle. En plus tu auras la chance de graver ton nom dans l’histoire. »

Je m’arrête un instant, je sens qu’elle me suit mais que quelque part, elle attend quelque chose d’autre de mon discours. Elle doit se dire qu’elle peut se rapporter de l’argent de bien d’autres manières, pourquoi s’allierait-elle à moi. Quelque part je n’ai pas de réponses. Mais j’ai le curieux sentiment qu’elle ne se rend pas compte de l’écart qu’il y a entre nous.

« Pour que ce soit bien clair. Mon objectif est de mettre une partie de ce monde à feux à sang. Je vais rendre à ce dernier son aspect primaire où les hommes peuvent se battre uniquement parce qu’ils aiment ça et où les villages cessent leurs conneries d’hypocrisie politique. Quelque part, je vais faire un monde de vérité. Maintenant je ne te demande pas d’adhérer à mon idéologie. Je te demande juste d’être fidèle à ton seul principe : ton salaire. Rejoins moi et tu n’auras jamais besoin de chercher un autre contrat. »

Je finis ma bière. Elle est bonne et bien faite en plus. Mais mon regard n’a pas quitté les pupilles de la jeune fille qui change son expression faciale. Va-t-elle refuser catégoriquement, va-t-elle au contraire accepter. J’ai le mauvais pressentiment qu’elle va me mettre en colère. Bien que je ne sois as quelqu’un de très colérique, il m’arrive de me mettre en rogne. Mais lorsqu’une mèche de ses cheveux, envolée par un courant d’air lui arrive entre les lèvres, toute forme de colère s’estompe et il ne reste que de l’indifférence. Je suis prêt à continuer les négociations… mais la balle est dans son camp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gekei Urumi
Informations
Grade : Nukenin de Rang B
Messages : 387
Rang : B+

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyMar 28 Oct 2014 - 23:31

Avoir le don de tout dire, de ne rien dire. Ca m'avait bien souvent sauvé la face, aux moments où j'en avais le plus besoin. Le mensonge était tout ce que j'avais, tout ce que j'étais. Et une avait vécu assez longtemps dans ce monde ô combien hostile pour savoir qu'accorder sa confiance à qui que ce soit, c'était la chose la plus stupide qu'une pouvait se permettre. Certes, c'était humain. Mais je m'étais toujours dit que c'était cette vaine humanité qui nous conduisait à notre perte. Compassion, bonté, pitié, clémence, honneur ... Tout ces trucs que les bardes aiment tant mettre dans leurs chansons. Et plus vous aviez de ces qualités, plus votre espérance de vie se raccourcissait.

Je tenais à vivre une longue et prospère vie. Et à profiter de mon prochain. C'était amusant, de le faire.

Pourquoi une ne profiterait pas de ces petits plaisirs que le destin vous offre ?

Mais revenons-en à notre sujet : Le blondinet. J'avais répondu de façon évasive à ces questions, et attendais désormais de voir quelle offre il avait à me proposer. Et quand je vis la bourse remplie à craquer de billets, je me contentais de hausser un sourcil parfaitement droit. Croyait-il m'impressionner avec cette maigre somme ? J'avais l'habitude de faire des transactions avec bien plus. Je prenais donc un air ennuyé.

- La somme que vous me présentez blesse mon orgueil. Je ne savais pas que ma valeur était si basse.

J'affichais une petite moue désapprobatrice, alors que je dardais mes pupilles dorées sur les siennes. Lui faisant clairement comprendre que si il tentait de m'impressionner, c'était bien raté. Et que son truc de marquer l'histoire, j'en avais strictement rien à faire. Nan, moi je voulais des diamants. De l'or. Pas une misérable notification dans un vieux bouquin pourri disant que j'ai servi de faire valoir. Quitte à marquer l'histoire, autant faire en sorte que ce soit MOI l'actrice principale de l'évènement. Je ne relevais même pas son histoire de réseaux et tout ce qui allait avec. Je trouvais ça un peu prétentieux, et bon ... Vous savez, moi, partisane de la discrétion (même si j'aimais bien le blingbling, que voulez-vous, je reste une femme malgré tout ...), je n'arrivais pas à concevoir d'impressionner qui ou quoi que ce soit en lui exposant une artificielle richesse. Qu'importe, tant qu'il peut payer, et payer bien, je n'irai pas remettre en cause sa parole. Après tout, les hommes aiment bien s'entendre parler.

Mais voilà qu'il continuait, alors que je pensais la phase de négociations venue. Et ce qu'il me disait me laissait un air perplexe sur le visage, que je n'arrivais pas à cacher. Ses propos m'inquiétaient, on va pas se le cacher. Je me mordais la lèvre, tentant de ne rien laisser transparaître. Etait-il un idéaliste, ou juste un mec très con ? La question flottait dans mon esprit. Les mecs très cons n'étaient généralement pas aussi riches que le blondinet essayait de le prétendre. Et si c'était un idéaliste, ça restait un gros con, donc ça revenait au même. Je veux dire ... Sérieusement. Quel est l'intérêt d'un désordre généralisé et durable ? Personne n'a rien à y gagner là dedans ! Et quel intérêt d'avoir de l'argent si il n'y a plus d'économie ?!

Nan, sérieux, il est con ou con ce Yusuke ?

Je le regarde longuement. J'ai envie de lui dire d'aller se faire foutre avec sa misérable bourse. Mais quelque chose me dit que quelqu'un qui se présente avec de tels objectifs à moi doit être du genre à pas s'embarrasser de moralité ou autre connerie, et qu'une personne comme moi au courant de ses agissements n'a pas beaucoup d'intérêt vivante. Oh. Situation complexe. Enfin, pas vraiment. Je ne pouvais pas me permettre de refuser. Mais je ne pouvais pas non plus me permettre de me ranger trop de temps à ses cotés.

Ca ferait du mal à mon image de marque, même si je pense pas trop en avoir.

- Ne vous inquiétez pas, je sais très bien à qui va ma loyauté ...

A moi, et à moi seule.

- ... Je suis prête à vous l'offrir, mais, comprenez-vous ... Même si je ne suis qu'une jeune femme ignorante des réalités de ce monde, je me sens quelque peu ... Blessée. J'ai quelques principes, et ceci ne peuvent être ignorés en échange d'une somme aussi faible ...

Ma voix s'était fait un ronronnement, alors que j'appuyais mon menton sur mes deux mains.

- Puis, une souhaiterait quelques garanties. Après tout, même si je suis une ignorante jeune femme, je sais que vous pouvez user de mes services et après vous débarrasser de moi, ce qui serait très, très fâcheux. Pour moi tout du moins.

Mes lèvres s'étiraient en un large sourire, alors que j'attendais de voir ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyMer 29 Oct 2014 - 8:26

Encore une fois la colère retombe. Je me rends soudain compte que j’ai peut-être parler trop vite et établi une relation de demandeur à producteur un peu trop rapidement. Je ne suis pas un as en diplomatie et c’est bien cela mon point faible. Je sais négocier avec les hommes qui partagent ma manière de voir les choses mais c’est uniquement cela. Je ne suis pas meilleur qu’un autre lorsqu’il s’agit de convaincre. Aussi, alors que la jeune fille en face de moi me fait bien comprendre que la bourse sur la table n’est pas suffisante, je ne réagis pas. J’avais mis cette bourse comme pour louer son temps et non comme un avant-goût de quelconques services demandés. Aussi je continue de l’observer, de la dévisager. Mes pensées suivent alors un fil bien particulier qui se veut une réflexion sur la manière de vivre des gens comme elles.

Comment vivent-ils ? Ils ne sont attirés que par l’argent, ne cherche qu’à s’enrichir par tous les moyens. Ils ne font rien d’autre que sucer la moelle du monde et peuvent bien profiter de son désarroi si cela serre leurs intérêts. Pour être honnête, je n’ai pour ces chercheurs d’or que du mépris et du dégoût. Rien qui s’assimile de près ou de loin à du respect. Malheureusement c’est aussi chez ces chercheurs d’or que l’on trouve les soldats talentueux et qui sortent du lot aussi je ne peux les ignorer.

J’écoute la jeune fille jusqu’à la fin de son discours. Elle me parle de loyauté –ce qui en soit me fait bien rire- et de garantie. Toujours assis sur ma chaise, mes lèvres se tirent mutuellement vers leurs extrémités et mes yeux se ferment quelques secondes. En respirant profondément, je reprends mon calme. Je sens que je peux à présent parler avec un timbre de voix plus indifférent et plus professionnel. Je ne pensais pas que le recrutement serait aussi difficile et contraignant. Non décidément, je suis plus prompt à tuer les gens qu’à les recruter. Je rouvre les yeux et regarde ma bière. Elle est vide. Je ne la quitte pas des yeux.

« Cette bourse sur la table n’est que la location de votre temps. Il n’y a pas matière à se blesser. Pour ce qui est des garanties de votre survie, vous n’en avez aucune. Mais dans votre métier je pense que c’est assez commun… Aussi, vous ne semblez pas aussi encline que je l’aurai pensé à rejoindre mon groupe. Je ne peux pas vous y forcer, au mieux je pourrais prendre votre tête et la mettre sur un piquet à côté de mon repaire. Mais comme vous l’avez dit, ce serait fâcheux. Je vous propose donc comme nombres de vos clients, un boulot de mercenaire. Vous ne ferez pas partie à proprement parler des membres mais plutôt de son réseau de gros bras à vendre. »

Peut-être qu’en prenant du recul, je fais plus de sens qu’en attaquant de front la personne en face de moi. Après tout, s’il n’y a que l’argent qui l’intéresse, je ne vois pas pourquoi elle s’évertuerait à refuser ma proposition. Elle est commerciale et nous n’aurons qu’à en discuter les termes. L’argent pour moi n’a pas d’importance, il ne sert qu’à régler les faits que mon organisation occasionne avec la création de repères et le règlement de ma petite armée. La jeune fille en face sourit comme une catin sachant qu’elle va être payée… je ne l’apprécie pas mais je ne la déteste pas. Au moins, elle est fidèle à son seul principe qu’est l’enrichissement.

« Ma bière est vide… êtes vous avec nous, ou nous ne sommes jamais vu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gekei Urumi
Informations
Grade : Nukenin de Rang B
Messages : 387
Rang : B+

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyJeu 30 Oct 2014 - 15:52

Je demande toujours des garanties, en sachant très bien qu'on ne me le donnerait pas.

C'était une sorte de crash-test, si vous voulez tout savoir. Vouloir des garanties dans ce métier c'est comme exiger de gagner à la loterie en achetant un unique billet et en ne jouant qu'une fois. C'est ... risible, au mieux. Complétement stupide, dans le pire des cas. Mais, voyez-vous, ça permet de mieux comprendre ses interlocuteurs. Si celui-ci m'assure des garanties, alors, soit il est très vicieux, soit il me prend pour une grosse cruche. Dans les deux cas, c'est une raison suffisante pour que je l'envoie chier. De façon très agréable et professionnelle, naturellement. Mais je l'enverrai quand même chier parce que je déteste être prise pour une conne.

Donc, quand le Katano me fait remarquer que des garanties, j'en aurai autant avec lui qu'avec un autre employeur, un fin sourire se dessine sur mes lèvres, alors que je me contente de hocher la tête. Au moins, il était assez honnête pour ça. 'fin, je dis ça, mais il a été assez honnête pour m'exposer son projet tout dégueulasse donc bon ... Je pouvais déduire que c'était quelqu'un de raisonnablement bien. Raisonnablement, parce qu'il appartient tout comme moi à la lie de la société, mais que dans celle-ci, on pourrait le mettre dans une strate supérieure. Ça ne le rendait pas moins dangereux, ne vous méprenez pas. Mais on n'avait pas à craindre les coups de dague dans le dos. En général.

Ce qui en fait des gens plus fréquentables que moi. Sigh.

Puis il passait à la menace. Ma tête sur une pique ? Fâcheux, comme je l'ai dit. Je n'y tenais pas plus que ça. Mais de ce que je comprends, ce serait uniquement si j'avais souhaité rejoindre son groupe en tant que membre permanent. Il ferait l'impasse si je me contentais de faire quelques petites affaires de mon coté en son nom. M'ouais. Donc quand il me demande si je suis avec lui, ou si on se quitte comme si de rien n'était, je prends le temps de la réflexion. Tapote de l'index mes lèvres, étirées en un fin sourire. Lève les yeux en l'air, faisant mine de réfléchir. Alors que la décision était toute prise.

- Il me serait difficile d'oublier un si charmant jeune homme.

Du chantage ? Pas du tout, j'étais juste d'humeur joueuse.

- Nan, je n'ai pas envie de vous oublier. Puis, votre bourse est très jolie, et bon ... Si vous pouviez en aligner plusieurs, des comme ça ... Je suis une collectionneuse, vous savez ?

Je penchais la tête sur le coté, mon ton se faisant malicieux.

- Après, quant à savoir combien de ces bourses il faudrait aligner ... Je pense que nous pouvons en discuter. Mais n'oubliez pas que je suis une demoiselle de qualité, et que celle-ci vaut ... son pesant d'or.

Ou comment insinuer que j'étais avec lui, mais qu'il faudrait négocier.

C'était là où j'étais la meilleure, bien plus que dans le meurtre et autre broutille insignifiante de ce genre. Je fouillais alors dans mon sac, en sortais un boulier aux billes d'ivoire et d'onyx, et commençais à aligner les unités d'une façon qui, d'après mon sourire qui ne cessait de s'élargir, ne pouvait que dire qu'elles étaient à mon goût. Et je lui présentais finalement, une fois satisfaite.

- Voici mon prix, très raisonnable compte tenue de la valeur de mes services. Une moitié sera versée en gemmes, l'autre en devises. Cela vous convient ..?

Non, ça ne lui conviendrait pas. Le prix était absurde, même selon mes propres standards. Mais c'était ça, la négociation. Demander plus, uniquement pour pouvoir se satisfaire de ce qu'on veut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Katano Raion
Informations
Grade : Jônin
Messages : 964
Rang : S

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyJeu 30 Oct 2014 - 18:29

La négociation n’est pas la plus grande de mes qualités. En fait, je ne suis pas bon en négociation, je ne l’ai jamais été. J’ai bien au contraire toujours cherché à régler mes problèmes par la force et le combat. C’est une voie bien plus simple, plus aisée à comprendre. Dans l’art de l’éloquence et du marchandage, il y a tant de variables, tant de choses à prendre en comte que cela en devient presque impossible de prévoir ce qui va se passer. En plus de ça, il y a le facteur caractère. Un facteur non négligeable et bien que n’ayant pas sa place dans bien des domaines, s’avère la fine base de tout ce qui repose sur la négociation.

La jeune fille en face de moi continue de réfléchir. C’est bien… au moins elle est consciente qu’il ne faut pas traiter cette affaire à la légère. Que je ne suis pas là pour plaisanter ou pour perdre mon temps. Si je me déplace, c’est que l’affaire m’intéresse. Après ; elle m’a traité avec –et c’est peu dire- beaucoup de dédain social depuis le début de notre entrevue. Je suis heureux d’être enfin le meneur de cette conversation. J’aime autant diriger sur le champ de bataille que dans une conversation, ça on ne pourra pas me l’enlever. Et puis… il y a dans le regard de cette jeune fille, en dehors de la douceur et du mensonge déjà évoqué, une certaine sagesse. Peut-être que la distance qu’elle prend par rapport aux choses de ce monde, par rapport aux valeurs et aux principes qui régissent nos vie lui permet de prendre du recul sur une vision trop manichéenne du monde.

Elle ouvre la bouche, prononce ses paroles. Celles-ci doivent avoir été choisie avec soin. Je ne réagis tout d’abord pas, je n’en ressens pas le besoin. Elle continue, fait tout un tas de mouvements faciaux superflus. Là encore je reconnais la manière de faire des roublards. Elle sort cependant un boulier de son sac, le pose sur la table et se met à compter. Elle finit et me présente une somme qui selon moi, est bien trop faramineuse pour être réellement ce qu’elle attend. Moi-même, pouvant procurer des services surement d’une autre qualité que la jeune fille en face de moi, je ne prendrais pas la moitié de ce qu’il y a d’afficher sur ce boulier. Je ne laisse rien transparaitre sur mon visage. Ni énervement ni exaspération. D’ailleurs je suis plus d’une humeur comique. Je tend ma main vers le boulier et me met à retirer les unités. Une par une, j’admire le visage de la jeune fille se décomposer à mesure que je retire les boules. Je l’arrête enfin au prix que je trouve convenable, c’est à dire à peine au-dessus de ce qu’on a pu me dire de la valeur de la personne en face de moi. Je plonge ensuite mon regard dans le sien et prend une voix clair et concise, bien que dénuée de tonalité.

« Votre salaire commence à partir de cette somme. Ensuite, selon la difficulté de la tâche, il augmentera. Je ne vous cache pas que ce que je m’en vais vous proposer de faire fera très rapidement s’aligner les boules de ce boulier. Je ne fais pas un métier facile et vous ne gagnerez rien en ne donnant pas un peu de votre personne. »

Je marque un temps. Il faut laisser le temps à mon interlocutrice de se rendre compte de ce que je lui impose. Je me lève doucement de ma chaise et tend ma main vers elle, signe que notre heure de négociation est maintenant terminée. Il n’y a rien d’autre à dire. Pour le lui faire bien comprendre, avec ma main libre, je caresse le pommeau du manche de mon sabre.

Et oui, si elle peut me mettre mal à l’aise, moi je peux montrer que je suis tout autant fort en persuasion. J’ai juste d’autres outils…

« Alors ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Gekei Urumi
Informations
Grade : Nukenin de Rang B
Messages : 387
Rang : B+

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] EmptyLun 3 Nov 2014 - 18:16

J'avais pris un air déçu, en voyant le Katano exposer le nouveau montant. Bah ça, c'était vraiment, vraiment pas prévu ... Il s'était mieux renseigné sur mes prestations que je ne l'aurai souhaité. Je veux dire, vraiment, ça ne pouvait pas être le fruit du hasard. Mais vraiment quoi, j'y crois pas au hasard, y'a que des malheureuses fatalités. Donc j'affiche une petite moue. Ça reste une somme honorable, je n'avais pas à m'en plaindre. Néanmoins, ce qui me plait moins, c'est son petit discours ponctué d'une petite tape sur sa lame. Sérieux, il pense quoi ? Qu'il peut me faire faire ce qu'il veut juste à l'aide de menaces ? Certes, il avait de grandes chances d'y arriver, mais c'était pas le sujet ! On est censés collaborer, nan ? Alors si dès le départ on joue à ce petit jeu, ça risque pas de passer bien. Remarque, depuis le début, j'avais pas eu la moindre intention de rendre notre collaboration agréable.

Sauf que là j'avais une justification pour se faire, ce qui moralement parlant est bien pratique.

Je le fixe longuement, impassible. Et je me contente de dire, alors que je glisse mon boulier dans ma manche.

- Vous avez appris l'art de la diplomatie à la Business School of Echec ?

Ca, c'était pour exprimer mon mécontentement. Si il était malin, et je commençais à en douter, il comprendrait que le petit geste qu'il avait fait, il pouvait se le garder si il souhaitait me garder à ses cotés.

- Si vous avez besoin de moi, demandez Arashi. Il saura où me trouver ...

Je me redressais, lentement, l'air froissé. Mais au moment où je quittais la table, je me retournais vers lui, et lui adressais un sourire en coin.

- Je suis sûre que notre collaboration nous apportera de grandes choses.

Un gloussement émergeait de mes lèvres, et voilà que je quittais le bâtiment comme si de rien n'était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty
Message(#) Sujet: Re: L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'argent ne fait pas le bonheur [Hikari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Passé & Lettres :: Flashbacks-