N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Les aléas du désert! [Taku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyJeu 2 Oct 2014 - 12:41


Les Akuzu avaient depuis toujours la réputation de nomades connaissant le désert comme le fond de leurs poches. Et cette réputation n'était pas usurpée, loin de là. Shinji n'avait passé que les premières années de sa vie dans le désert avant que le clan décide de s'installer à Suna mais ce souvenir restait impérissable. Et lorsqu'il se sentait oppressé dans le village caché, ce qui arrivait somme tout assez régulièrement, il aimait venir se ressourcer dans l'une des rares oasis de Kaze no Kuni. La plupart du temps ces dernières étaient bien cachées et difficiles à trouver pour un néophyte. Mais le jeune homme savait exactement où les chercher, comment s'y rendre et à quelle distance elles se trouvaient. Et aujourd'hui il avait opté pour un lieu qu'on appelait pompeusement Oasis de Jouvence, situé à égale distance des villages de Aketana et Tsuyu Hana. On prêtait à ses eaux des vertus miraculeuses mais Shinji ne croyait pas vraiment à ce genre d'inepties. Il se contentait d'apprécier le lieu pour ce qu'il était, à savoir un véritable écrin de verdure et de fraîcheur au centre d'un désert aussi aride que mortel...

L'akuzu avalait la distance à un rythme effréné et ses jambes extensibles lui faisaient parcourir des distances ahurissantes à chacun de ses pas. Il dépassa rapidement le temple d'Ichibi en décochant un vague regard dans sa direction et poursuivit sa route avec la conviction qu'il n'était plus très loin de sa destination. Il enjamba une large dune de sable avant de sauter sur un amas de rochers sombres. Le jeune homme s'arrêta ensuite à son sommet et marqua une courte pause, le temps de boire quelques rasades d'alcool puis le même nombre de gorgées d'eau. Il essuya ensuite d'un revers de la main la sueur qui recouvrait son visage et observa les environs, une main en visière pour se protéger de la puissante luminosité du soleil. Il trouva rapidement ce qu'il cherchait, à savoir la rivière s'écoulant du lac Kaze puis ladite oasis en suivant le trajet qu'empruntait l'eau.

- "Hé ben c'est pas trop tôt!" murmura-t-il, satisfait.

Le brun étendit ses bras et modifia sa peau de manière à créer deux grandes ailes qui lui permirent de planer sur une bonne centaine de mètres après s'être jeté de son promontoire. Quelques minutes plus tard il arrivait finalement à destination et fit une seconde pause au sommet de l'une des dunes qui surplombait l'oasis. Quelques tentes étaient dressées entre la végétation et quelques nomade semblaient s'affairer à préparer le repas du soir. Assis en cercle, ils chantaient des chants tribaux en frappant dans leur main. Shinji appréciait cette ambiance simple, sans prises de têtes. Les gens du désert étaient souvent bien plus ouverts que leurs homologues du village caché.

Le brun déforma ses pieds de manière à en faire des petits skis et glissa le long de la grande dune en poussant un cri d'allégresse. On ne se sentait jamais autant libre que dans le désert et c'était spécialement vrai pour un Akuzu. Il termina sa descente en courant et rejoignit les personnes déjà présentes.

- "Salut la compagnie!" fit-il en leur adressant un signe de la main. "Je me joints à vous j'espère que ça ne vous dérange pas?"

Non, ça ne les dérangeait pas! Il fut accueilli par des sourires et on lui libéra une place dans le petit cercle avant de lui proposer une tasse de thé chaud qu'il accepta avec reconnaissance. Il salua ensuite quelques connaissances et observa tour à tour les personnes présentes avant d'arrêter son regard marron sur une personne qui faisait sacrément tâche dans le petit cercle. Par "tâche", comprenez qu'un blond à la peau clair au milieu du désert ce n'est clairement pas courant. Ainsi donc un étranger avait réussi à trouver l'oasis et à se faire accepter à la "table" des nomades. Une preuve irréfutable de leur ouverture d'esprit et de l'ambiance sereine qui régnait en ces lieux. Curieux et méfiant à la fois, Shinji se leva pour aller se positionner à côté de l'inconnu avant de lui tendre la main.

- "Moi c'est Shinji!" commença-t-il par se présenter. "Et toi? Je ne m'avance pas trop, je suppose, en disant que tu ne viens pas du coin?"

Il lui décocha un sourire pour lui signifier que ce n'était pas un reproche et qu'il ne cherchait pas les ennuis en soulignant sa différence. Le brun tira sa bouteille de saké de son sac et en prit quelques nouvelles rasades avant de la tendre à son voisin.

- "D'habitude c'est plutôt le thé qui est servi à ces heures-là mais j'avoue que j'ai une nette préférence pour le saké. D'autant plus que ça favorise les bonnes discussions si tu veux mon avis!" ajouta-t-il en faisant un geste supplémentaire pour l'inviter à se saisir du breuvage. "Alors dis-moi, tu viens d'où? Et qu'est-ce qui t'amène ici? J'imagine que ce n'est pas le climat?"
Pour info:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyVen 3 Oct 2014 - 4:11

Aussitôt ma mission avec Goren terminé, j'ai décidé de retourner au Pays du Vent pour tenter d'y trouver Yojimbo. Je le soupçonne d'être mêlé aux problèmes que nous avons eu. Je le sens au plus profond de moi, il est le traître. Néanmoins, je ne souhaite que lui parler. Je suppose que ça a quelque chose à voir avec l'échec de notre quête avec le vieux marchand et ce fou d'Arekushi. J'aimerais comprendre et grandir. Je n'aime pas qu'on se joue de moi, mais je ne suis pas fanatique de violence pour autant.

Je n'ai pas pris le temps de me rendre jusqu'à ma maison sur les îles avant de me diriger ici; ça aurait été un détour complètement stupide, me semblait-il. Cependant, maintenant que je suis perdu au beau milieu du désert, je me rends compte que j'aurais mieux fait de me préparer au voyage convenablement au lieu de croire que trois bouteilles d'eau et quelques croûtes à manger suffiraient. C'est avec douleur que j'ai compris que l'hiver n'affecte pas le désert.

Il faut dire que la dernière fois j'avais Ken avec moi et il connaissait le chemin. Maintenant seul, je ne trouve plus du tout par où nous étions passés.

Après trois jours de rationnement, de mirages, de sueurs et de tempêtes de sables, je découvre une troupe nomade. Retissant de les rencontrer, puisque je ne connais ni les moeurs ni les coutumes de la région, je décide donc de les suivre. La logique m'indique qu'ils finiront bien par atteindre un campement ou un village pour refaire le plein de provisions.

Toutefois, c'est mon corps qui cède avant qu'ils ne s'arrêtent. À bout de force, je tombe du sommet d'une dune et glisse jusqu'à quelques pas du convoi. Un homme avec des tatouages partout sur le visage s'approche de moi.

- "Vous avez besoin d'aide?"

Sans même penser aux conséquences, mes lèvres gercées laissent glisser un petit mot de trois lettres grâce à mon dernier souffle.

- "Oui..."

Je n'ai aucun souvenir des heures qui ont suivies.

À mon réveil, je suis installé sur le dos d'un gros animal velu que je ne connais pas. Il ressemble à un étrange mélange entre un rhinocéros, un cheval et un dromadaire. Je me rends compte que j'ai été enveloppé dans des couvertures et réhydraté.

Je suis redevable à ces gens.

Lorsque la nuit tombe, nous nous arrêtons près d'une sorte de lac. En discutant avec l'homme aux tatoué, qui se nomme Yamsha, je découvre qu'il s'agit de l'Oasis de Jouvence et que son emplacement est bien connu des habitants du désert. J'en profite aussi pour demander si je peux apporter de l'aide au groupe. Yamsha me répond qu'il se penchera sur la question, mais qu'il n'est pas le moment d'en parler. Il ajoute qu'à l'intérieur d'une de leurs tentes, je trouverai des vêtements qui conviennent mieux au voyage désertique.

Je le remercie de tout coeur et je vais me vêtir.

Les vêtements sont pâles, ce que j'apprécie, mais ils sont terriblement longs et amples, ce qui me déplaît. Cependant, si c'est ce que ces nomades portent, je crois qu'il est plus sage d'accepter et de faire comme eux.

Aussitôt à l'extérieur, je sens le vent passer dans les mailles du tissu. Je découvre aussi une certaine moiteur dans mes nouveaux habits. C'est comme si le vent pouvait passer, mais pas ma sueur. Peut-être est-ce un moyen de rester hydrater! Je ne cherche pas plus loin, mais mon cerveau se prend une note d'investiguer cette matière comme il se doit dès que je trouve un librairie.

Je m'installe à quelques pas du feu et je commence à prendre soin de mes Katanas. Avec les six sabres à ma taille, les cinquante dans mes carquois et Déshonneur, c'est une tâche qui prend une bonne partie du mois. En général, je peux en faire deux par jour: une le matin et l'autre le soir. Autant que faire ce peut, je tente de ne pas manquer une seule journée. Ces sabres ont tellement d'histoires et de légendes!

Alors qu'un vieil homme que je n'ai pas rencontré auparavant m'apporte du thé, un bruit soudain me tire de ma concentration.

Sur une des butes environnantes, un jeune homme glisse. Je n'arrive pas à le distinguer complètement, mais je peux entrevoir ses cheveux qui sont bruns. Il salue les nomades et s'avance parmi eux qui l'accueillent comme un des leurs.

*Donc, il n'est pas un ennemi de ce peuple.*

Je range le sabre sur lequel je m'affairais pour éviter quelconque problème ou incompréhension. Je me lève lorsque je comprends qu'il se dirige dans ma direction. Mes doigts lancent un cure-dent vers ma bouche et j'attache mes cheveux parce qu'ils me fouettent le visage.

À son regard, je sors du lot. Ma peau est nettement plus pâle que celle des autres voyageurs, j'en conviens. Je crois que c'est surtout ma tignasse qui l'a surpris. Ça ou la cinquantaine de sabres aux côtés de la roche sur laquelle j'étais positionné.

- "Moi c'est Shinji! Et toi? Je ne m'avance pas trop, je suppose, en disant que tu ne viens pas du coin?"

Je souris.

- "Je suppose que c'est évident. Non, effectivement. Sans ces gens-ci, je serais mort."

Mes sourcils froncent pendant une fraction de second lorsqu'il déplace sa main vers son sac.

*Non! Je ne serai pas comme eux!* Me dis-je. *Je refuse de devenir comme ces Shinobis qui croient que la mort est à chaque pas!*

Je ferme les yeux un instant alors qu'il continue.

- "D'habitude c'est plutôt le thé qui est servi à ces heures-là mais j'avoue que j'ai une nette préférence pour le saké. D'autant plus que ça favorise les bonnes discussions si tu veux mon avis! Alors dis-moi, tu viens d'où? Et qu'est-ce qui t'amène ici? J'imagine que ce n'est pas le climat?"

J'attrape la bouteille avec un grand sourire.

- "Le désert est surprenant! Je pourrais m'y plaire ici! Outre le fait que j'ai rasé mourir, le peuple y est accueillant!"

Je prends une gorgée.

- "Je suis Takusanken, mais appelez-moi Taku."

J'en prends une autre avant de lui rendre le contenant. Je reprend place sur mon trône rocailleux en lui pointant un tronc au sol en guise d'invitation à prendre place.

- "Je viens directement d'Ame no Kuni. J'avais une tâche à accomplir et, disons, ça a tourné au vinaigre. Mon... En fait, mes partenaires et moi-même avons été vendus ou trahis par quelqu'un. Mon contact est quelque part dans les parages, mais je connais réellement mal ces terres. J'aimerais simplement lui parler!"

Je retire le bout de bois de ma bouche.

- "Je n'ai pas aimé la situation dans laquelle je me suis retrouvé. Je veux comprendre ce qui s'est passé pour être certain que ça n'arrive plus, vous comprenez?"
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyVen 3 Oct 2014 - 11:47


Ainsi donc le blond se prénommait Takusanken. Un prénom qui ne disait pas grand chose à Shinji puisque de mémoire c'était la première fois qu'il rencontrait quelqu'un le portant. Il approuva silencieusement lorsque l'autre lui indiqua son diminutif puis posa un instant le regard sur l'impressionnante collection de sabres de l'étranger. Là encore, il avait rarement vu une telle quantité de ces armes. D'autant plus qu'elles semblaient toutes appartenir à son vis-à-vis. Est-ce qu'il s'agissait d'un forgeron venu livrer de l'équipement ou plus simplement un guerrier spécialisé dans leur maniement. Quoi qu'il en soit ce devait être drôlement dissuasif pour d'éventuels voleurs. Shinji aurait également réfléchi à deux fois avant de s'en prendre à un homme possédant un tel arsenal...

- "Va pour Taku alors!" fit-il avec un signe positif de la tête. "Et on va passer au tutoiement si ça te va! J'ai toujours eu de la peine avec les formules de politesse et puis... nous sommes tous égaux face au désert n'est-ce pas?"

Après un regard entendu et une rasade d'alcool supplémentaire, il écouta avec toute l'attention dont il savait faire preuve - à savoir pas beaucoup - les explications du blond quant à sa présence dans ces étendues aussi sauvages qu'arides. Ce faisant il prit place sur le tronc d'arbre que lui désigna Taku et s'y installa aussi confortablement que possible. Le jeune homme venait donc d'Ame no Kuni! Shinji n'avait jamais eu l'occasion de se rendre dans ce pays et encore moins l'envie. Pour le reste, il avait donc été trahi lors d'une mission, lui et ses compagnons. Son envie de comprendre était tout à son honneur même si Shinji ne comprenait pas vraiment pourquoi il ne souhaitait pas purement et simplement se venger. Quand le blond lui demanda s'il comprenait son point de vue, l'Akuzu fut donc bien forcé de répondre par un signe de tête négatif.

- "Pas vraiment, non!" lâcha-t-il avec un léger sourire. "Je crois que si j'étais dans ta position je ne chercherais pas comprendre pourquoi j'ai été trahi. Je me contenterais d'exploser la tronche du type responsable avant de le laisser pour mort aux chacals! Mais je suppose que tu as des raisons d'agir comme tu le fais et c'est tout à ton honneur!"

Il prit une énième gorgée de saké avant de tendre une nouvelle fois la bouteille à son compagnon de boisson improvisé. D'habitude les nomades n'aimaient guère l'alcool qui avait le don de déshydrater. Et dans un désert, en consommer était sûrement l'une des choses les plus stupides qu'on puisse faire. Mais Shinji avait prévu de rentrer le lendemain et l'eau ne manquait pas dans l'oasis.

- "Mais si tu cherches un homme qui connaît bien le désert, à l'inverse de toi, je ne crois pas trop m'avancer en disant que ton entreprise est d'ors et déjà vouée à l'échec. Quand on ne veut pas être retrouvé en ces lieux, on y arrive aisément! Sans parler des autres dangers du désert et de l'absence de repères qui facilite la perte de son chemin. En fait, j'irais même jusqu'à dire que c'est carrément une mauvaise idée!"

Shinji se mit une nouvelle fois à la place de son interlocuteur et se demanda si ce genre d'avertissement suffirait à le retenir s'il cherchait des réponses. Probablement pas, non! Il hésita quelques instants avant de relever la tête vers l'un des nomades, un homme pratiquement tatoué de la tête au pied et à la peau ébène. Ce type, ça faisait maintenant quelques années qu'il le connaissait.

- "રતાળુ શિયા ? તમે આ માણસ વિશ્વસનીય છે કહે છે કે હતી?" *

L'autre le regarda un instant avant de hausser les épaules.

- "એક તે એક અજાણી વ્યક્તિ છે કે જે ધ્યાનમાં રાખે છે, તેમણે મને તેને સાવચેત પ્રયત્ન કોઈ કારણ આપી ન હતી. હું ખરેખર તમે વધુ કહી શકો છો !" **
traduction:
 
Taku ne semblait pas vraiment comprendre la sujet de la discussion et si Shinji avait usé du dialecte des nomades, c'était d'ailleurs précisément dans ce but. Il reprit un peu d'alcool et réfléchit rapidement avant de tourner son regard marron vers le blond.

- "Comme je te l'ai dis, je ne comprends pas vraiment ce qui te pousse à risquer ta vie pour obtenir de simples réponses. Le prix risque d'être trop élevé par rapport aux bénéfices que tu pourrais en tirer." reprit-il sur un ton neutre. "Mais j'ai l'impression que tu le feras quoi que je puisse te dire ou faire pour t'en empêcher, alors... Je vais t'accompagner et te servir de guide pour retrouver l'homme que tu recherches! Mes motivations? Disons que j'ai déjà été trahi par le passé et que je sais ce que ça peut faire ou les sentiments que ça procure! Et puis j'aime bien les causes perdues..."

Il lui décocha un autre sourire espiègle et accepta une seconde tasse de thé, plus par respect que réelle envie. Les traditions étant ce qu'elles étaient chez les nomades, il aurait été mal avisé de refuser ce gage d'hospitalité. Il trempa donc ses lèvres dans le liquide chaud et y versa ensuite quelques gouttes de saké pour le rehausser.

- "À supposer que tu acceptes ma proposition, j'ai besoin d'en savoir plus sur ce traître.. et sur toi! J'aimerais bien savoir dans quoi je m'engage, tout simplement! Et ensuite, nous parlerons de la façon dont tu t'acquitteras de ce service que je te rends! Ho rassures-toi, ce n'est rien de bien méchant..."

Il haussa les épaules et proposa une nouvelle fois sa bouteille au blond avec toute la nonchalance dont il était capable.

- "Qu'est-ce que tu en dis?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptySam 4 Oct 2014 - 19:08

Shinji m'explique qu'il ne comprend pas pourquoi je désire comprendre au lieu de chercher à me venger. La vengeance est si simple, c'est la raison pour laquelle les habitants de ce monde l'utilise continuellement. J'ai décidé, depuis l'événement avec Goren et l'autre avec Arekushi et cette comédienne sanguinaire, d'apprendre de mes erreurs. C'est quelque chose sur lequel j'ai contrôle. Chaque fois que j'aurai envie de me venger, dorénavant, sera une occasion de m'améliorer. C'est simple, si je trouve moyen de contrer la source de ce qui me pousse à la vengeance avant même qu'elle fasse sont action perfide, il n'y aura aucune raison d'avoir recours à des outils de violence.

Cependant, cette idéologie est difficile à expliquer à quelqu'un qui ne partage pas le même avis que moi. C'est très compliqué de démontrer que la rage, la violence et la haine n'apporte jamais rien de bon et constructif.

Donc, je me contente d'accepter une nouvelle gorgée d'alcool et de sourire en hochant de la tête.

Shinji et Yamsha parlent dans une langue qui m'est inconnue. Je fronce les sourcils en tentant de la comprendre, mais je n'y arrive pas. Je n'aime pas ne pas connaître quelque chose. Mon esprit se prend une note d'en apprendre plus sur cette langue nomade.

Néanmoins, le jeune nomade aux cheveux bruns s'offre comme allié dans ma quête. Je sais pertinemment qu'il trouve ma mission personnelle stupide, mais ça m'importe peu. Je préfère avoir un guide digne de confiance.

- "À supposer que tu acceptes ma proposition, j'ai besoin d'en savoir plus sur ce traître.. et sur toi! J'aimerais bien savoir dans quoi je m'engage, tout simplement! Et ensuite, nous parlerons de la façon dont tu t'acquitteras de ce service que je te rends! Ho rassures-toi, ce n'est rien de bien méchant..."

J'attrape la bouteille qu'il m'offre de nouveau.

- "Qu'est-ce que tu en dis?"

J'envoie une nouvelle fois une rasade de saké au fond de ma gorge.

- "J'ai l'impression que je peux vous faire - euh... Te faire confiance! Donc, j'accepte!"

Par la suite, dénoué grâce à l'alcool, je n'ai aucune honte à parler de mon passé. Il y a évidemment certains détails que j'omets discrètement, mais au final, je lui explique pratiquement tout.

Je lui parle de mon village de Samurais traditionnels qui a été détruit lors d'un assaut sur Kumo au début de la guerre. Je lui dis aussi que c'est ainsi que mon père et mort, que j'ai pris ces sabres de nos héros et que je me suis enfui. Je lui explique rapidement que je suis contre les lois du Bushido. Je n'aime pas les traditions lorsqu'elles empêchent un peuple d'évoluer, de changer, de s'améliorer. Je lui dis que je crois que c'est pour cette raison que mon village n'est plus.

Ensuite, je lui dis que j'ai une maison sur une île près de ce qui était Kiri avant. Je lui raconte que je suis un mercenaire et que j'accepte des missions pour vivre qui ont, en général, des objectifs que je trouve nobles comme la protection d'une cargaison ou bien voler un objet pour éviter la destruction. J'ajoute aussi que je me sens libre de vivre ainsi et que j'ai décidé de parcourir le monde pour découvrir comment vivent les autres peuples.

De plus, je lui parle de ma mission avec Azumi lorsque nous protégions un cargo d'un vieux marchand fort sympathique, mais qu'un démon de vitesse et une comédienne aux cheveux aqueux nous ont attaqué et tué le marchand. J'explique que, malgré le fait que j'ai perdu connaissance par la suite, j'ai trouvé moyen de défaire la bête qui était tellement rapidement. Je lui glisse un mot sur la provenance du contrat. C'est justement lui que je recherche, Yojimbo, un marchand qui vivait quelque part près de Suna.

J'explique à Shinji que par la suite, Yojimbo m'avait donné une mission avec un vieux vétéran musclé et un peu bête, mais surpuissant nommé Goren. Je lui dis qu'au final, quelqu'un nous avait vendu, car notre cible était protégée plus qu'elle aurait dû l'être. C'est comme s'ils savaient que nous arrivions alors qu'on avait fait sûr d'avoir les informations de manière subtile et d'avoir attaquer très rapidement. C'était impossible qu'ils aient planifiés ce type d'assaut sans avoir été préalablement avertis.

- "Donc, je recherche Yojimbo. Je veux comprendre pourquoi il m'a trahit. Si ce n'est pas lui, il est certainement au courant puisqu'il était le seul à avoir cette information."

Je termine mon thé. J'ai fait relativement vite avec mes explications. Je suppose qu'environ une quinzaine de minutes se sont envolées. C'est à ce moment que je réalise que je connais très peu sur Shinji et qu'il sera certainement utile d'en apprendre un minimum.

- "Et, vous - euh - toi? Si nous travaillons ensemble d'un commun accord, j'aimerais en connaître plus sur votre- zut! Ton! Sur ton passé et ton style. Qui es-tu?"
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyLun 6 Oct 2014 - 14:17


Shinji fut sincèrement étonné que Taku accepte si aisément sa proposition même si c'était toutefois assez prévisible vu les circonstances. S'il se mettait à la place de ce dernier, il n'aurait certainement pas accepté cette offre mais d'un autre côté pour un étranger décidant se déplacer dans le désert les options n'étaient pas non plus infinies. Le brun fit un signe de la tête positif et l'accompagna d'un léger sourire amusé.

- "À la bonne heure!"

Il s'attarda un instant sur la peine qu'avait son interlocuteur à passer au tutoiement et se dit que c'était sûrement l'expression d'une éducation poussée. Puis il écouta les explications du jeune homme tout en vidant peu à peu son thé mélangé à l'alcool avant de renverser discrètement la fin de la tasse lorsque Yamsha eut le dos tourné. Faire des efforts, oui! Mais le thé c'était quand même sacrément gavant à la fin. Estimant qu'il avait rempli son devoir d'invité en en prenant quelques gorgées, il était en revanche hors de question de terminer cette boisson de mémère.

Ce faisant, Taku commençait à se répandre en explications sur ses origines, ses motivations ou -plus simplement - sur les raisons qui le poussaient à chercher ce Yojimbo. Shinji n'avait jamais entendu parler d'une Azumi tout comme de ce Goren par ailleurs. Il faut dire qu'il n'avait jamais quitté le pays du vent qu'il considérait comme sa seule patrie. Il était curieux comme tout le monde mais n'avait jamais éprouvé le besoin de parcourir le monde et, surtout, des terres qu'il ne connaissait pas. Il avait tout ce qu'il pouvait désirer à Suna. Ou, plutôt, tout ce qu'un homme comme lui pouvait désirer. Si un jour l'alcool venait à manquer dans la région, il pourrait néanmoins envisager ce genre de voyage. Comme quoi...

- "C'est sur que ça fait pas mal de coïncidences, ouais!" approuva-t-il lorsque Taku eut terminé de lui exposer les faits. "Je ne connais pas ce Yojimbo mais je n'ai pas la prétention de connaître tout le monde à Suna. Par contre je suppose qu'il s'agit d'un nom d'emprunt. En tout cas, si je devais arnaquer des gens, je ferais en sorte qu'ils ne puissent pas me retrouver si jamais les choses prenaient une tournure imprévue. Mais s'il s'agit bien d'un marchand, le trouver ne devrait pas être trop compliqué. Les caravanes ont tendance à suivre les mêmes pistes depuis des siècles et il est peu probable qu'il prenne le risque de s'en écarter à cause des pillards et autres vauriens du genre..."

La conversation dévia ensuite sur l'Akuzu et son passé. C'était assez prévisible vu la tournure de la conversation et les décisions prises peu avant. Après tout personne n'aimait placer sa confiance en une personne inconnue au bataillon et ce désir d'information n'était que l'expression de la plus pure logique. Un sourire énigmatique se dessina sur les lèvres de Shinji alors qu'il posait une nouvelle fois ses lèvres sur la bouteille de Saké. L'alcool couplé à la chaleur commençait à produire son effet, à savoir une douce euphorie que le brun appréciait plus que tout au monde.

- "Techniquement nous ne travaillons pas ensemble; je travaille pour toi!" corrigea-t-il. "D'ailleurs il faudra toujours parler de mon paiement mais je suppose que ça peut encore attendre un peu. Alors soit, parlons de moi..."

A vrai dire le jeune homme ne savait pas vraiment par où commencer ni même ce qu'il pouvait bien dire à son sujet. Ce n'était pas qu'il était peu loquace mais surtout qu'il n'avait pas vraiment une vie digne d'intérêt. Une nouvelle gorgée plus tard et un léger toussotement provoqué par la brûlure de l'alcool se déversant dans sa gorge, il tendit sa bouteille au blond avant de reprendre la parole:

- "Bon, tu le sais déjà mais je m'appelle Shinji. Je suis issu du clan Akuzu qui a la particularité héréditaire de pouvoir déformer son corps à la manière d'un élastique. D'ailleurs tu as sûrement vu à l’œuvre cette capacité quand j'ai dévalé la dune juste avant! J'ai grandi dans le désert et j'ai passé les premières années de ma vie comme les nomades que tu vois ici! Quand mon clan a décidé de rejoindre Suna à sa fondation j'étais trop jeune pour m'y opposer et j'ai suivi comme le gamin sans cervelle que j'étais alors. Remarque, sur ce point certains te diront que ça n'a pas beaucoup changé..."

Si Oniri était là, nuls doutes qu'elle se serait fendu d'une petite pique confortant ce point. Mais heureusement, la Saibogu était sûrement à Suna en train de traumatiser ses serviteurs ou une autre joyeuseté du genre. Yami, quant à elle, se serait sûrement murée dans le silence qu'elle semblait parfois trop affectionner. Tawako aurait sûrement sauté partout en confirmant et Notsuu aurait sûrement ignoré la réplique pour boire avec lui. Mouais, finalement il avait quand même de chouettes connaissances...

- "Depuis je gagne ma croûte dans des combats clandestins. Ce qui fait de moi une personne peu recommandable selon certains et digne de confiance selon d'autres. Si tu veux mon avis je te dirais que tant que tu es réglo avec moi, je le serai avec toi! Tout bêtement... Pour le reste si tu veux savoir d'autres choses ne te gêne pas! D'ailleurs, puisque nous en sommes aux confidences..."

Il marqua une pause le temps de récupérer sa bouteille et "s'hydrater" la gorge avant de pousser un léger râle appréciateur. Il tourna ensuite son regard marron vers son employeur.

- "En échange de mes services et de l'assurance de retrouver ce Yojimbo, je veux l'un de tes sabres! Peu importe lequel, tu choisiras! Mais ce n'est pas négociable! Tu peux refuser bien entendu mais dans ce cas je te souhaite bien du plaisir pour retrouver ce traître. Tu y arriveras certainement, ne te méprends pas sur ce que je dis! Mais quant à savoir combien de temps ça te prendra..."

Cette "offre" était prononcée sur un ton tout ce qu'il y avait de plus sérieux et pourtant... Shinji avait bien vu l'intérêt que Taku semblait porter à ses armes et la manière dont il s'en occupait. Tout ceci laissait penser qu'il leur vouait respect et une grande affection. Ce qu'il restait à déterminer, en l'occurrence, c'était à quel point ce dernier souhaitait retrouver le traître. Et pour ça, il n'y avait rien de mieux que ce genre de proposition pour évaluer la détermination du blond. Il était tout simplement hors de question d'aider quelqu'un qui n'était pas prêt à tout pour atteindre l'objectif qu'il s'était fixé. Mais le blonde allait-il lire entre les lignes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyJeu 9 Oct 2014 - 4:39

Mon expression faciale change du tout au tout lorsque Shinji m'indique qu'il désire un des sabres légendaires comme paiement. En une fraction de seconde, toutes les fibres de mon corps ont vécues de nouveau l'incident qui a décimé mon village il y a de ça plus d'un an. C'est comme si les souvenirs étaient encore attachés à ces lames ayant tellement d'histoire.

- "Je..."

*Qu'est-ce que je peux répondre? Est-ce que je suis réellement prêt à me défaire d'une des lames de la Trahison? Ou de celles de la Vengeance? Ou encore des ailes du Malice? Ou... De Déshonneur?*

Les yeux complètement rond de surprise, mes pensées défilent beaucoup plus rapidement que je ne l'aurais cru. Est-ce que c'est Katanas sont si importantes?

Une lumière au plus profond de moi s'illumine pour la première fois.

Je réalise quelque chose de nouveau et de tellement pure!

Ces sabres ne sont rien.

Ce que j'ai toujours fui, ce que j'ai toujours détesté; c'est le premier moment depuis le début de mon aventure qui me demande de me prouver ma résolution! Je dois le faire! C'est mon premier vrai pas vers la liberté!

*C'est un nouveau chaos. Je dois l’embrasser! Souviens-toi, Taku: l'ordre dans le chaos. C'est ta règle principale. Ne pas avoir peur du changement!*

Mon visage s'adoucie.

Et, j'éclate de rire pendant une bonne minute, voire deux.

Une fois que je retrouve mon souffle, je regarde très sérieusement Shinji dans les yeux.

- "Oh, j'accepte! Shinji, je sais qu'on ne se connait pas vraiment, mais ce que tu m'as demandé de faire est carrément un supplice. Cependant, c'est aussi quelque chose que j'aurais dû faire il y a bien longtemps."

J'élance mon bras et attrape la bouteille encore une fois. Après une bonne rasade synonyme de victoire, j'explique:

- "Ces Katanas, elles ont de l'histoire. Elles étaient importantes pour mon peuple. Toutefois!"

Je prends une autre gorgée avant de rendre ce qu'il reste d'alcool à mon interlocuteur.

- "Toutefois, je veux devenir plus que mon peuple ne l'a jamais été. C'est mon premier pas. C'est une rude épreuve, mais je dois la franchir."

Je me lève pour enlever le sable sur mes vêtements et prendre une de mes bouteilles d'eau dans mon carquois.

- "Je crois déjà savoir avec quelle lame tu partiras! Je crois, cependant, que les sabres avec une histoire doivent avoir un maître qui avec une bonne plume pour continuer à l'écrire. Donc, avant toutes choses, dis-moi, Shinji, seras-tu t'occuper de ce Katana?"

*Je ne sais pas réellement à quoi m'attendre avec lui, mais j'espère qu'il comprendra ce que j'attends comme réponse. Évidemment, il pourrait me mentir et me dire qu'il s'en occupera bien et qu'il compte l'utiliser comme si la lame était bel et bien l'extension de son âme. Je veux simplement que ce geste soit aussi important pour lui qu'il l'est pour moi.*
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyJeu 9 Oct 2014 - 13:48


L'Akuzu observa avec attention le blond alors qu'il semblait en proie à un puissant dilemme moral. Mais il ne chercha pas à brusquer la décision de l'intéressé et se contenta d'ouvrir une seconde bouteille avant de la porter à ses lèvres. Il en vida quelques gorgées d'un mouvement devenu aussi machinal que malsain et la posa à ses pieds. Il joignit ensuite ses mains et se pencha en avant comme pour mieux saisir les explications que Taku lui servait. Il se fendit d'un regard amusé lorsque son employeur lui expliqua qu'il venait de lui faire subir un vrai supplice. C'était souvent dans l'adversité qu'on progressait et là dessus, le duo semblait être d'accord...

Le borgne suivit la réflexion du blond avec autant d'attention que son état d'ébriété de plus en plus avancé le lui permettait et haussa les épaules lorsque ce dernier lui demanda s'il était capable de prendre soin de l'arme qu'il lui donnerait en paiement. La subtilité n'avait jamais été le fort de l'Akuzu mais il appréciait les conversations directes, claires et honnêtes. Par conséquent il pivota lentement la tête de droite à gauche.

- "Absolument pas non! Je ne vais pas te mentir et te dire que j'en prendrais soin alors que j'ai le plus grand mal à m'occuper de moi-même. La boisson, les drogues, ce ne sont que des tares parmi d'autres et je ne suis certainement pas digne de porter n'importe quelle arme que tu transportes avec toi! J'imagine que leurs précédents propriétaires seraient outrés de voir un type tel que moi porter l'une d'elle à ma taille et ils auraient raison!"

Il troqua la première bouteille contre la pleine avec le blond avant de lui décocher un léger sourire:

- "Mais j'ai tout de même des qualités, parmi lesquelles la valeur de ma parole! Et si je ne peux t'assurer que l'arme que tu me confieras sera entre de bonnes mains, je peux en revanche te donner ma parole que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour donner à ce katana de quoi ajouter quelques lignes intéressantes à son histoire..." fit-il avant de reprendre une gorgée. "Maintenant vu que tu ne me connais pas, je te laisse choisir si tu décides d'accorder de la valeur à ce que je viens de te dire!"

Shinji lui laissa volontiers un délai supplémentaire pour réfléchir à la question puisqu'il se dirigea derrière une dune pour aller soulager la nature. De son côté, la décision était déjà prise: vu la réaction du blond, l'Akuzu comptait bien lui filer un coup de main. Et ce même s'il refusait de lui donner un sabre! On avait beau être un alcoolique notoire, ça ne changeait rien au fait qu'on pouvait avoir certaine valeur de l'entraide. Lorsqu'il revint vers Taku, le borgne écarta les bras pour embrasser d'un mouvement le cercle de nomades avant qu'un large sourire se dessine sur ses lèvres:

- "On aurait tort de ne pas profiter de la soirée pas vrai? Alors ce soir nous allons boire tout notre saoule et manger à notre faim quelques spécialités préparées par les femmes de Yamsha! Remettons à demain ce qui doit être remis à demain!"

Puisque la nuit était tombée et que la poursuite de ce traître pouvait bien attendre un peu, il n'y avait aucunes raisons de se torturer l'esprit avec la traque qui s'annonçait. Shinji ouvrit ses autres bouteilles et les distribua volontiers à qui en désirait tandis qu'en retour on leur servait des plats en tout genre sur des feuilles de palmier. Une viande vaguement identifiable et à l'aspect repoussant se révéla être un véritable régal tout comme la salade de scorpions qui, bien que piquante, avait l'avantage de rajouter un peu de croquant au panel proposé. Puis vint le temps des longues discussions forgées dans l'alcool et les confidences sur des sujets plus sérieux. Le tout ponctué de rires et de bonnes humeur. Les nomades partagèrent un peu de leur culture avec Taku et Shinji lui parla longuement de Suna en prenant toutefois soin de ne donner aucunes information susceptible de mettre le village en danger. La confiance ne se gagnait jamais en quelques heures... Le blond fit de même en leur racontant des anecdotes de son passé qui provoquèrent parfois l'émoi ou les rires.

La nuit était déjà avancée lorsque les échos de voix cessèrent et que le bruit régulier du vent dans le désert reprenne ses droits. Le visage caressé par cette légère brise et le goulot d'une bouteille, l'Akuzu ne tarda pas à sombrer dans un sommeil sans rêve et pratiquement pas réparateur. Puis le soleil vint à nouveau écraser cette parcelle du monde sous une véritable fournaise à peine la journée levée. Après s'être lavé, hydrater et restauré, Shinji se prépara rapidement pour le long voyage de la journée. L'idée d'accompagner Taku lui semblait incontestablement meilleure avec un verre dans le nez. Maintenant qu'il avait la tête dans un endroit que la politesse empêche de nommer, il n'était plus certain d'avoir fait le bon choix. Qu'importe: il avait donné sa parole!

- "Alors le touriste, paré pour la chasse aux réponses?" l'accueillit-il lorsqu'il vint le voir. "La journée n'est pas vraiment le meilleur moment pour voyager dans le désert mais je suppose que la température ne te fais pas peur si j'en crois Yamsha?"

Le petit clin d’œil à la façon dont le blond avait rencontré les nomades fait, Shinji l'invita le suivre d'un signe de la main. Quelques minutes de marche silencieuses plus tard en direction du nord, ce fut l'Akuzu qui brisa le silence en ralentissant l'allure pour que son employeur puisse le rejoindre:

- "En fait j'aurais du te poser la question avant, mais... Tu n'es pas un criminel recherché ou quelque chose dans le genre hein? Non parce que si je t'amène vers Suna et que c'est le cas, je vais me faire zigouiller par la Kazekage!" fit-il remarquer en se passant une main à l'arrière du crâne.

Si Taku était véritablement un homme recherché pour des crimes il n'allait certainement pas le lui dire et se contenter de mentir. Le borgne en était parfaitement conscient mais au moins il aurait plus ou moins la conscience tranquille après avoir obtenu une réponse à sa question.

- "J'ai aussi besoin d'informations précises sur ce Yojimbo! Sa couleur de cheveux, son âge approximatif, sa corpulence... Ce genre de choses quoi!"

Il invoqua ensuite une bouteille d'alcool grâce à un seau sur sa paume droite et la déboucha rapidement d'un coup de dent avant d'en prendre de longues rasades...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyLun 13 Oct 2014 - 3:08

La soirée calme avait laissée place à des festivités. J'en ai appris beaucoup sur la manière d'être de mes nouveaux amis dont quelques mots de leur vocabulaire, un peu plus sur leurs traditions et des anecdotes parfois corsées. Par la suite, nous avons bien mangé et dormi, malgré l'ébriété. Le lendemain matin, je me suis réveillé largement avant tous les autres nomades. Un léger mal de tête comme compagnon, j'ai aussitôt commencé à m'occuper d'un Katana spécial: Rage. Habituellement, je refuse de nommé mes lames par leurs noms avec Déshonneur comme seule exception, sauf que maintenant, les choses ont changées. Je veux que cette lame soit parfaite pour mon nouvel allié.

Dès que Shinji se lève, je range la lame. Après un repas rapide, nous commençons notre périple. Shinji me fait une blague pour me mettre à l'aise, ce que j'apprécie.

Peu après le début de notre aventure, il me pose une question surprenante.

- "En fait j'aurais du te poser la question avant, mais... Tu n'es pas un criminel recherché ou quelque chose dans le genre hein? Non parce que si je t'amène vers Suna et que c'est le cas, je vais me faire zigouiller par la Kazekage!"

Je lance un regard amusé vers Shinji. Je n'y avais jamais réellement songé à cette situation. Il est vrai que je sors de nulle part et qu'outre quelques bribes de mon passé personne ne sait vraiment ce dont je suis capable, mais ai-je réellement l'air d'un criminel?

- "Shinji, je pourrais répondre n'importe quoi." Répondais-je en replaçant mon foulard. "Mais, bon, je ne suis pas un criminel. En fait, malgré le fait que je sois mercenaire, je n'accepte pas les quêtes qui me semblent perfides!"

Quelques plus tard, mon partenaire me demande des explications additionnelles sur Yojimbo, mon contact du pays. Je lui décris le personnage de la façon le plus détaillée possible: plutôt petit et svelte, quarantaine avancé, cheveux poivre et sel, barbe probablement négligée, voix un peu trop aiguë pour son apparence et, outre ça, il semblait avoir du mal avec sa jambe gauche lorsqu'il marchait.

Je lui raconte aussi les deux fois que je l'ai rencontré. La première était près de ma maison dans les îles. Il m'avait trouvé sur le long de la route, affamé et déshydraté. Il m'a aidé à me remettre sur pieds en échange de protection gratuite pour son voyage de retour. Par la suite, Yojimbo m'avait contacté par oiseau-voyageur. J'ai dû lui apporter un coffret que je ne devais pas ouvrir. Une fois rendu en périphérie de Suna, il m'a rencontré pour me remettre mon paiement. C'est par la suite qu'il a commencé à m'engager pour aider d'autres personnes et, ainsi, j'ai pu développer mon réseau de relations.

- "Voilà. Je suppose que tu comprends mieux pourquoi je ne veux pas simplement lui mettre un sabre dans le torse. Je dois la vie à cet homme. C'est un peu comme Yamsha! Je garde toujours en mémoire les gens qui m'aident dans l'espoir de pouvoir leur être utile un jour ou l'autre."

Je m'arrête un instant pour prendre une longue gorgée d'eau.

- "Est-ce que ces infos peuvent être utiles?"

Je reprends la marche en offrant la bouteille à Shinji.

- "Sais-tu où nous devrions commencer les recherches?"
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyLun 13 Oct 2014 - 16:44


Shinji écouta les explications de Taku tout en poursuivant sa progression. Il allongea prudemment sa jambe au dernier moment pour éviter de marcher sur un petit scorpion de couleur brune tandis que son employeur lui donnait toutes les informations dont il disposait sur Yojimbo. La plus intéressante restant certainement le fait qu'il boite. Ça allait drastiquement réduire leur champ de recherche et leurs investigations. Après tout, s'il y avait beaucoup de petits sveltes ou d'hommes aux cheveux poivre et sel, les boiteux étaient nettement plus rares. Et puis c'était le genre de détail sur lequel les gens s'arrêtaient en général.

L'Akuzu nota donc ces informations dans un coin de son esprit avant que le duo s'accorde une petite pause au sommet d'une dune qui offrait une vue imprenable sur du sable, du sable et encore du sable. Progresser dans le désert était plutôt décourageant puisque vous n'aviez pas vraiment l'impression de progresser à cause de l'environnement toujours pareil. Sans parler de l'effort que demandait une marche sur du sable. Chaque pas demandait un effort supplémentaire pour lutter contre l'enlisement. Mais pourtant le duo progressait bien. Pour dire qu'il n'était pas natif du coin, Taku se débrouillait remarquablement bien et ne ralentissait en rien leur avancée. Ce qui était plus qu'agréable...

- "Oui je pense qu'on va pouvoir trouver ce type plutôt rapidement vu les informations que tu m'as données!" acquiesça-t-il avec conviction. "Maintenant il va simplement falloir poser les bonnes questions aux bonnes personnes. Mais j'ai ma petite idée à ce sujet!"

Ils reprirent ensuite leur marche et Shinji refusa poliment l'eau que lui offrait son employeur avant de tirer sa propre gourde d'eau. Ce précieux liquide pouvait vous sauver la vie et l'Akuzu se serait senti un peu honteux d'en prendre dans le contenant du blond puisque la moindre goutte pouvait parfois faire la différence. Ils étaient encore loin de Suna et il valait mieux économiser cette précieuse ressource même si Taku l'avait visiblement déjà compris.

- "Je pensais qu'on pourrait remonter vers le nord en empruntant une voie que les caravanes empruntent régulièrement pour rallier Aketana et Odaichi! Avec un peu de chance on trouvera des marchands susceptibles de nous renseigner! Sinon nous poursuivrons notre remontée vers Suna en s'arrêtant dans les rares oasis pour voir si quelqu'un s'y trouve et peut nous renseigner! Le désert est grand mais le passage vers les points d'eau est quasiment obligatoire donc ça réduit toujours les possibilités de recherche..."

Le duo rejoignit donc ladite piste et la remontèrent pendant deux longues heures avant de voir enfin un petit groupe de marchands qui flanquaient des dromadaires lourdement chargés. Shinji demanda à Taku de l'attendre un peu en retrait pendant qu'il allait converser avec ses compatriotes et revint rapidement, haussant les épaules. Personne n'avait vu Yojimbo dans ce petit groupe ou alors ils ne souhaitaient pas le dire. Dans le doute, le borgne n'avait guère envie de les brusquer pour voir s'ils mentaient ou non. Ils reprirent donc leur route et une nouvelle paire d'heures s'écoulèrent avant qu'une seconde caravane apparaissent à l'horizon. Le même manège se répéta mais cette fois Shinji obtint un début de réponse satisfaisant. Lorsqu'il revint vers le blond il avait enfin une information digne d'intérêt:

- "Quelqu'un qui correspond à ce signalement à quitté Suna il y a deux jours pour livrer des marchandises aux moines du temple d'Ichibi! Mais les marchands ne sont pas certains qu'il s'agisse bien de lui alors on pourrait tout aussi bien faire un retour en arrière pour rien vu que le temple se situe au Sud de notre position! Si jamais nous nous trompons, ça va nous faire perdre presque une journée de marche!"

Le borgne haussa les épaules comme pour signaler qu'il ne savait pas vraiment que faire. Il reprit une longue rasade d'eau chauffée par la fournaise du désert et glissa sa gourde à sa taille avant de s'essuyer la sueur qui perlait sur son visage.

- "Qu'est-ce que tu en penses? Tu veux prendre le risque? Sachant que de toute façon ce temple est magnifique et que tu pourrais certainement apprécier les lieux! Voir même y faire une offrande si tu es du genre croyant?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyJeu 16 Oct 2014 - 0:59

Après une longue marche sous un soleil frappant, Shinji et moi découvrons des voyageurs. Mon partenaire s'y rend alors que je reste en retrait de peur de dire ou faire quelque chose qui pourrait être inconsciemment insultant pour les traditions du peuple du désert. J'en profite pour dévorer rapidement un morceau de ce qui semble être une sorte de pain que les nomades m'ont laisser en plus de quelques gorgées d'eau.

Je réalise qu'il ne me reste qu'une bouteille et demi. Ma langue aux textures rugueuses implore d'en recevoir d'avantage, mais je garde contrôle et range ce qu'il me reste pour plus tard.

Après avoir discuter avec un second groupe, Shinji revient et m'informe qu'il serait possible que Yojimbo soit dans un temple qui se situe au Sud alors que notre duo se dirigeait au notre.

- "Qu'est-ce que tu en penses? Tu veux prendre le risque? Sachant que de toute façon ce temple est magnifique et que tu pourrais certainement apprécier les lieux! Voir même y faire une offrande si tu es du genre croyant?"

En faisant tournoyer un cure-dent entre mes doigts, je réfléchis à notre situation.

- "Honnêtement, je n'y vois pas d'inconvénients! Outre le fait que je cherche un traître, ce périple me sert aussi d'excuse pour découvrir de nouveaux horizons! Donc, je crois que se rendre à ce temple serait vraiment bien!"

Je regarde Shinji pendant un moment, glisse mon bout de bois entre mes dents, et continue:

- "Hé, Shinji. J'ai une question. Je suis encore en train de décider quel sabre t'irait le mieux. Pour ça, j'aimerais savoir, veux-tu quitter la contré? Aimerais-tu voyager et découvrir de nouvelles choses?"

*Peut-être que Rage ne lui conviendrait pas. S'il ne veut pas s'aventurer, il n'est pas passionné par la destruction comme la flamme qui désire toujours dévorer plus. Peut-être, dans ce cas, qu'il serait plus confortable avec Haine!*

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyJeu 16 Oct 2014 - 9:35


J'acquiesçai lorsque Taku opta pour un retour en arrière en direction du temple d'Ichibi. Je me doutais bien qu'il allait choisir cette option vu que la seule piste que nous avions pour l'instant nous y menait. Le temple était effectivement magnifique et était un véritable écrin au milieu du désert. Et comme le blond l'avait justement fait remarqué, il aurait eu tort de se priver de découvrir un pareil chef d’œuvre. Je lui adressa un signe positif de la tête et observe un instant la lune toujours visible dans le ciel d'un bleu immaculé. Me repérant grâce à elle, je désigne alors une direction vers le Sud pour montrer le chemin à suivre. Après quelques instants mon employeur me demande si j'ai dans l'idée de quitter un jour le pays du vent et je marque une pause pour me retourner vers lui.

- "Je dirais que je suis plutôt aventurier dans l'âme mais Kaze no Kuni est mon pays et je n'ai pas vraiment envie de le quitter. Je suis trop attaché au désert pour partir découvrir le monde. Ne te méprends pas hein? Ce n'est pas la peur de l'inconnu qui m'effraie! C'est juste que j'ai tout ce que je peux désirer ici et je m'en accommode parfaitement! J'ai pas spécialement envie de finir en glaçon si je voyage plus au nord, surtout! Il paraît qu'il y a des terres qui sont constamment recouvertes d'une sorte de sable d'un blanc. De la neige qu'ils appellent ça je crois..."

Je lui décoche un sourire pour lui montrer que je plaisante. Quoique... Pour un natif du pays du vent, la température clémente des autres nations doit sûrement s'apparenter à un véritable hiver polaire. Et puis si je connais le pays du vent comme ma poche, je ne sais pratiquement rien du monde qui l’entoure. Ho bien sûr j'ai étudié la géographie - enfin, plutôt assisté aux leçons sur ce thème - et je connais le nom des autres villages et leur position approximative. Mais je suis clairement un novice dans ce domaine. Pourquoi donc quitter une contrée que l'on chérie pour aller se jeter dans l'inconnu? Me rendant compte de mes faiblesses dans ce domaine et étant conscient de l'expérience des voyages de Taku, je ne peux m'empêcher de le questionner quelques instants plus tard. On peut être casanier et curieux, non?

- "Tu as voyagé dans beaucoup de pays en fait? Parle-moi un peu d'eux! Lequel as-tu le plus apprécié? Est-ce que les gens sont accueillants ailleurs? Est-ce que tu as vu cette fameuse neige dont j'ai parlé juste avant? Va savoir, tu pourrais bien réveiller le voyageur qui sommeille en moi après tout..."

Je reprends une gorgée d'eau et nous poursuivons notre route. J'en profite pour lui inculquer quelques notions de dialecte nomade, au cas où. Ho rien de bien compliqué, juste les bases pour arriver à se présenter ou demander son chemin. Je ne suis pas certain qu'il comprendrait la réponse mais un doigt qui indique une direction est largement suffisant après tout. Je ne sais pas non plus s'il est conscient du privilège que je lui fais en partageant ces connaissances avec lui. Mais j'ai foi en lui d'autant plus qu'il semble sincèrement intéressé par les autres cultures. Ça me semble plutôt logique de partager un peu de la mienne avec lui, au fond. Et puis je crois que ça l'intéresse vu le coeur qu'il met à l'ouvrage. Nous éclatons plusieurs fois de rire lorsqu'il prononce avec un accent bizarre les mots que je lui fais répéter et ça détend d'avantage encore l'atmosphère déjà agréable. Je crois bien que je l'apprécie, lui!

Nous passons la journée à marcher dans le sable en nous accordant des pauses régulières pour nous réhydrater. J'ai laissé tomber l'alcool pendant les heures les plus chaudes de la journée et fabriqué un taguelmoust à mon employeur pour lui couvrir la tête et lui éviter une insolation quasiment inévitable dans le désert. Nous arrivâmes finalement en vue du temple du démon à une queue en fin de soirée. Une heure de marche plus tard, nous franchîmes les deux grandes séries de colonnades pour monter les escaliers qui nous mènent au premier niveau du temple. Diverses échoppes et même un restaurant traditionnel parsèment la grande cour dallée sur laquelle nous posons le pied. Mon ventre cri famine et j'ai envie de manger un bon morceau de viande accompagné d'un bon verre d'alcool mais je n'oublie pas non plus ce qui nous a mené ici: ce fameux traître, Yojimbo.

- "Je vais nous chercher de quoi reprendre des forces! Profites-en pour faire un tour dans le coin et voir si tu arrives à retrouver cet homme! Avec ton turban il ne risque pas de te reconnaître je suppose alors tu auras l'avantage de la surprise. Mais attends-moi avant de faire quoi que ce soit. Si tu sembles menacer un marchand et que tu es un étranger, il y a de bonnes chances pour que les autres te tombent dessus. La solidarité et tout ça! Si je peux leur expliquer de quoi il en retourne ce sera bien mieux pour tout le monde... On se retrouve dans dix minutes ici d'accord?"

Je le laisse farfouiller un peu dans les environs pour aller commander deux grandes brochettes de viande de chameau et dégotter une bouteille d'alcool avec un scorpion flottant à l'intérieur. J'échange quelques mots avec le vendeur puis quelques nouvelles de Suna avant de retourner au lieu de rendez-vous pour rejoindre Taku. Je lui montrai alors ma trouvaille d'un air satisfait, levant le contenant d'un air satisfait pour qu'il puisse voir l'animal qui y flotte.

- "J'ai jamais bu de ce truc pour être honnête! Mais paraît que ça monte vite à la tête!"

J'ai l'air plutôt satisfait et ça se voit au large sourire que j'arbore. Après lui avoir tendu la nourriture que j'ai acheté pour lui, je lui adressai un regard curieux:

- "Alors? Tu as trouvé quelque chose?"
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyVen 17 Oct 2014 - 5:46

Suite à son explication sur les raisons de confinement dans Kaze no Kuni, Shinji exprime qu'il n'est pas effrayé par l'extérieur. Il est simplement attaché à ce désert. Je pense que c'est son royaume.

*Nous n'avons pas le même regard sur ce qui une contré. C'est peut-être que la mienne m'a été enlevé ou ma haine de tout ce qui empêche l'Homme de grandir, mais pour moi, le monde est ma contré. Je veux le découvrir en entier! Je veux tout savoir! Je veux tout goûter et tout voir et, peut-être un jour, pouvoir apporter un vent de nouveau sur toutes les terres.*

J’acquiesce subtilement ses paroles, restant toujours penché dans mes songes.

*Par ailleurs, il ne devrait pas avoir Rage, ni Haine. Ce ne seront pas de bons sabres pour lui. Il est plutôt sédentaire. Son ancrage dans ces plaines torrides est similaire à Hoshiro: le gagnant de la guerre civil pour le pouvoir du village. Son sabre se nommait à l'époque Étincelle, si mes souvenirs sont bons. Par haine, je l'ai renommé Déclin. Cependant, Hoshiro, notre premier dirigeant, était quelqu'un de strict et de borné. Je ne pense pas que mon partenaire le soit. Je dois continuer à le découvrir afin de trouver parmi mes Katanas laquelle sera la sienne!*

La salve de questions du jeune Shinji me sort de mes pensées. Il s'interroge sur mes voyages. Je lui répond fort gré.

- "Oh. Oui, j'ai visité un peu du continent entier. Il y a un monde où la givre ne disparaît jamais et un autre où la plage est si belle et le sable si doux qu'il est difficile de partir. Il y a des endroits où la brume ne disparaît presque jamais et un autre où l'odeur de l'océan peut réellement changé un homme."

Je lui parle aussi de mon ancien village dans lequel poussait des roses sur les arbres et où vivaient les plus beaux oiseaux. Je prends quelques minutes pour lui expliquer le style d'architecture des différentes villes que j'ai visité. Mon expression devient nettement plus joyeuse lorsque je me mets à parler des connaissances que j'ai fait: Ken, Goren et Azumi. Notre conversation se dirige même jusqu'à ma petite maison près de ce qu'il reste de la grande nation de Kiri.

Parle la suite, comprenant probablement mon amour des voyages, il m'apprend quelques mots dans sa langue natale. J'ai particulièrement de la difficulté avec la plupart des "r" puisque certains sont aspirés et d'autres roulés. Il y en a plus que je sais en faire. Il faut dire que c'est hilarant de tenter de dire quelque chose que l'on ne connait pas.

Cette marche, ce périple en fait, est aussi plaisant que mon voyage avec Kennei! Je découvre en Shinji une âme attentive, analytique et particulièrement chaleureuse. Il m'a avoué, hier, qu'il était un fervent alcoolique et drogué, mais ça m'importe peu. Je vois en lui un allié, voire même un ami potentiel.

J'aimerais qu'un jour il joigne les rangs du village que je désire faire. En fait, village c'est vite dit. C'est une idée embryonnaire, mais si je peux trouver d'autres personnes qui, tout comme moi, sont intéressés à découvrir le monde et à le faire évoluer, à s'extraire des traditions et à suivre certaines règles de conduite, nous pourrons apporter tellement de bons changements à notre monde. J'y crois fermement! Je suppose, toutefois, que ceci créera du chaos. Je dois réellement bien choisir ceux qui seront avec moi dans cette aventure.

Au loin, je pouvais déjà voir l'immense temple. J'ai aussitôt compris de quoi il s'agissait.

*C'est donc cet Ichibi-là. J'y pensais, mais je n'en étais pas certain. Maintenant, je sens comme une présence étrange. C'est imposant.*

Une fois à l'intérieur, après avoir monté une quantité impressionnante de marches, Shinji me laisse pour aller acheter des provisions. Il me demande de faire attention. En guise de réponse, je lui souris et je hoche de la tête.

*Maintenant, Yojimbo, êtes-vous ici?*

Je fais rapidement le tour de la salle des yeux et, du premier coup d'oeil, il ne semble pas être présent. Ça aurait évidemment été beaucoup trop facile. Je commence à me balader entre les stands pour voir si je ne trouvais pas quelqu'un ou quelque chose qui me donnerait une piste.

En cours de route, je vois un vendeur d'arme avec, au-dessus de sa tête, une lance immense. Je m'y rends d'un pas décidé.

- "Bonjour monsieur!"

Il me regarde, perplexe.

- "Petit blond, tu n'es pas du coin, hen!?"

Je prends une pause pour qu'il sente bien le ridicule de sa question. Ça se voulait vil, pas comme quand Shinji me l'a posé. Je toussote.

- "Oui, bon, d'accord, passons. Euhm, cette grande lance avec la lame de sabre, vous appelez ça comment?"

- "Ça? C'est un Naginata!"

Je fronce les sourcils.

- "Non. Ce n'est pas un Naginata. Habituellement, un ce type d'arme est beaucoup plus petit et la pointe est moins longue!"

- "Et, tu sais ça comment? Hen? Petit professionnel!?"

*Cet homme m'exaspère. Il n'est pas sympathique et très grossier. Je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose m'énerve en lui.*

Je sens la rage monter et, avec elle, l'envie de l'analyser. J'ai désire tellement comprendre ce qui fait de lui une si mauvaise personne. Je veux déduire tout ce que je peux de son accoutrement, de son visage, de ses cernes, de ses poils, de sa posture, de son expression, de ses ongles, de ses...

*Calme-toi, Taku. Calme.*

- "Je suis Bûshi de naissance!"

L'homme me fixe, surpris.

- "Oh. Oui. Dans ce cas, tu dois avoir raison. Euh, oui, bon, que puis-je?"

Je ferme les yeux pendant une seconde. Je souffle pendant une seconde.

- "Bref, dites-moi, monsieur, connaissez-vous un certain Yojimbo? Je sais qu'il boite."

- "Qu'il boite, hen? C'est un petit barbu maigrichon, ça ce peut?"

Mes paupières s'ouvrent aussitôt qu'il prononce ses mots et mon regard est vif.

- "Exactement."

- "Hum... Je l'ai vu, oui, il y a quelques jours, je crois. C'est bien un marchand? Il offre des contrats et trucs du genre. Des fois des trucs pas nets?"

- "C'est lui! C'est Yojimbo!"

- "Ah, parfait parfait. Écoute, petit gars, je vais aller discuter avec mes amis et voir s'ils n'en savent pas plus que moi. Reste là!"

Il marche d'un pas lourd plus loin et, moi, je me rends vers le point de rencontre. Une consommation alcoolisé dans une main et de la nourriture qui semble délicieuse dans l'autre, Shinji arrive juste après moi.

- "J'ai jamais bu de ce truc pour être honnête! Mais paraît que ça monte vite à la tête!"

Je lui souris et j'accepte la brochette. J'en prends une bonne bouchée.

- "C'est bon ça! Et, si tu veux, j'aimerais essayer ta boisson, mais plus tard! Pour l'instant, le vendeur d'arme, là-bas, dis-je en pointant l'échoppe, il a peut-être des infos! Il est parti parler avec ses confrères, je crois. Dire qu'au départ il me narguait et maintenant il pourrait être un pièce importante du puzzle."

Je marque une pause et me retourne.

- "Mais, il y a quand même quelque chose qui me chicote à son propos. Je ne sais pas quoi et, malgré le désir que j'ai de me pencher sur son cas, je ne veux pas l'insulter puisqu'on m'a souvent dit que je faisais peur lorsque j'analysais quelqu'un. Donc..."
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyVen 17 Oct 2014 - 10:22


Tout en mordant dans l'un des morceaux de viande de ma brochette j'écoutais les explications de Taku quant aux informations qu'il a obtenues. Je lève vaguement le regard en direction du stand d'arme lorsqu'il me parle du marchand parti se renseigner et je suis franchement surpris d'apprendre qu'il a quitté son échoppe - et donc de possibles bénéfices - pour aider le blond. Mais je garde le silence puisque j'ai un peu de peine à mâcher mon met qui est un peu trop cuit à mon goût. Presque caoutchouteux, même. Je déglutis avec peine un morceau que j'ai la flemme de mâcher et use de mes capacités de clan pour le faire descendre plus facilement le long de ma trachée. Puis je me fends d'un sourire amusé lorsque mon employeur raconte qu'on lui a souvent dit qu'il faisait peur lorsqu'il analysait les gens.

- "Ha ouais?!" lui dis-je en me penchant vers lui, le scrutant de mon oeil valide. "Fais voir?!"

Je plaisante, évidemment. Et Taku me connaît assez maintenant pour savoir que c'est le cas. Il n'y a pas à dire mais une longue marche dans le désert le temps d'une journée crée des liens. C'est souvent le cas d'ailleurs quand on se retrouve à deux dans un environnement si hostile qu'il nécessite la coopération. Je me recule donc rapidement avant de reprendre un morceau de viande.

- "Si tu veux mon avis ce type n'est pas parti se renseigner pour toi mais simplement faire passer le mot à ses collègues. Histoire de leur raconter qu'un étranger cherche un de leurs congénères. Je suis même prêt à parier qu'il leur donne ta description en ce moment-même tout en leur demandant de faire tourner l'information à leur tour. Je t'ai pourtant dis que les marchands sont solidaires par ici non?" je parle la bouche pleine tout en agitant ma brochette au rythme de mes mots. "Tu penses sérieusement qu'ils vont t'aider toi, un Fōrin, plutôt qu'un membre de ce qu'ils considèrent comme une famille?"

Il n'y aucun reproches dans le ton de ma voix, c'est simplement une constatation. Taku n'est pas familier des us et coutumes de ce pays et c'est normal qu'il ne puisse envisager ce genre de réaction de la part des marchands. Mais il s'en sort remarquablement bien je trouve pour un étranger. Si les rôles avaient été inversés j'aurais sans doute été dix - cent? - fois pire que lui et je suis bien heureux d'être à ma place plutôt qu'à la sienne. D'un autre côté il avait tout de même remarqué quelque chose d'étrange chez cet homme et son instinct devait être plutôt bon quand on y songeait. Déceler ce genre de duperie chez un professionnel de la vente était plutôt compliqué en général puisqu'il gagnait sa croûte en arnaquant les gens...

- "Essayons de le retrouver avant qu'il ait pu crier sur tous les toits que tu recherches Yojimbo. S'il sait qu'un blondinet le recherche il ne mettra pas longtemps à faire le lien avec toi!"

Je donne le reste de ma brochette à l'un des mendiants regroupés dans un coin de la cour sans prêter attention à ses sincères remerciements avant de nous mettre à la recherche de ce fameux vendeur. Grâce aux indications de Taku nous ne tardons pas à la retrouver dans un coin de la salle en train de discuter avec de grands gestes de la main avec quelques-un de ses collègues.

- "C'est lui t'es sûr?" je demande quand même une dernière fois pour m'en assurer. "Ok alors c'est parti!"

J'allonge mon bras droit pour saisir le col du marchand avant de le tirer brusquement en arrière sur le sol jusqu'à nous. Ouais, la subtilité et moi ça fait deux! L'autre pousse un cri de surprise et se débat tandis que ses collègues s'approchent immédiatement d'un air menaçant, certains tirant même de longues dagues recourbées avant de les pointer vers nous. Je lève alors mon t-shirt pour que le bandeau de genin que je porte à la taille - et qui me sert accessoirement de ceinture - soit visible de tous.

- "Shinobi en mission! Circulez! Je ne le répéterai pas deux fois!"

Mon air menaçant suffit à faire reculer les plus sceptiques et après un dernier regard d'avertissement dans leur direction je redresse l'homme que j'ai agrippé. Je suis plutôt satisfait de mon petit tour à vrai dire. Je ne me considère pas vraiment comme un shinobi au sens propre du terme mais ce bandeau est toutefois assez pratique pour ce genre de cas. Qui prendrait le risque d'aller contre l'autorité d'un ninja en mission? C'était le plus sûr moyen pour se mettre les plus hautes autorités de Suna à dos et la plupart des marchands tenaient trop à leur liberté pour risquer la prison ou, pire encore, la fermeture de leurs échoppes...

- "Tu sais où se trouve ce Yojimbo? Il a quitté Suna il y a deux jours et nous avons voyagé léger jusqu'ici! Ce qui n'est pas son cas! Avec toutes ses marchandises il est forcément arrivé dans la journée je sais très bien le temps qu'il faut à une caravane pour arriver jusqu'ici! Dis-nous où il est maintenant et je ne te referai peut-être pas la devanture!" Je marque une courte pause histoire de lui laisser le temps de digérer l'information. "Alors?"

- "Ok, ok! C'est bon! Lâches-moi et je vous dirai tout ce que je sais!"
- "Tu parles et je te lâches!"
- "Non, tu me lâches et je vous parles! Des clients potentiels nous observent! S'ils croient que j'ai quelque chose à me reprocher ils ne m'achèteront rien! Les affaires avant tout!"

Nous nous jaugeons un instant du regard et je soupire avant de le relâcher comme il le demande. Je vais même jusqu'à épousseter sa tunique et lui remettre en place le col comme si je cherchais à m'excuser pour une méprise.

- "On t'écoute?"
- "Il est arrivé il y a quelques heures! Il s'est restauré et reposé. Et puis il est monté au dernier étage pour demander aux grands prêtres l'autorisation d'installer sa boutique ici pour quelques jours!"
- "Pourquoi?"
- "Pourquoi? Parce que c'est la règle, c'est tout! Il faut leur autorisation avant de vendre des choses ici!"
- "Et maintenant il est où?"
- "Il n'est pas redescendu c'est tout ce que je peux vous dire! Pour le reste je ne sais rien! C'est bon maintenant oui?"

J'échange un regard avec Taku qui semble se contenter de ces informations et fais un signe nonchalant au marchand pour lui indiquer qu'il est libre de s'en aller s'il le désire. Puis nous montons au dernier étage en montant de longs escaliers de pierres qui ceinturent le temple jusqu'au dernier niveau. Nous franchissons alors une série de colonnades sculptées et recouvertes d'écritures antiques avant de voir à une vingtaine de mètres des prêtres d'Ichibi en pleine discussion avec un homme qui correspond à la description que le blond m'a fait de Yojimbo. Je marque un temps d'arrêt à l'entrée de la vaste salle et fait un signe de tête à mon employeur comme pour lui indiquer que je ne compte pas m'occuper de la discussion ou du règlement de compte qui pourrait la suivre.

- "À toi de jouer mon pote!"

Yojimbo ne semblait pas avoir remarqué leur présence ni les religieux d'ailleurs et c'était plutôt amusant. Il y en a un qui allait avoir une sacré surprise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyVen 17 Oct 2014 - 19:00

Aussitôt que nous arrivons au dernier étage, mon coeur se serre. Devant moi, il y a Yojimbo avec une nouvelle coupe de cheveux et un rasage différent entouré de six homme en tenus religieuses. L'homme qui m'a sauvé d'une mort certaine et qui m'a trahis est à quelques pas à peine. Je vais enfin avoir les réponses tant désirées!

- "À toi de jouer mon pote!"

Plus tôt, j'avais refusé de montrer inutilement mon air lugubre lorsque mon désire de comprendre devient plus grand que mon sens commun. Mais, là, c'est... intense.

- "Tu voulais voir de quoi j'avais l'air, Shinji?" Chuchotais-je.

À chaque pulsation cardiaque, les veines autour de mes yeux deviennent de plus en plus visibles. Ces mêmes pulsations deviennent évidentes au-travers de les énormes veines de mes tempes. Par la suite, mes paupières se lèvent lentement pour laisser place à mes globes oculaires qui, eux, sortent un tantinet de leurs orbites. Mes lèvres se déforment doucement en une sorte de sourire curieux. Je penche légèrement la tête. Je laisse passé de petits bruits à chaque nouvel idée traversant mon esprit.

Je suis maintenant dans mon monde, dans mon crâne, seul avec ma curiosité morbide.

*Pas la même coupe de cheveux, pas les mêmes vêtements, il s'est même rasé. Il a voulu se caché. Pourquoi? S'il était certain de ma mort, pourquoi s'est-il caché? C'est impossible qu'il ait eu vent de ma survie puisque je suis venu directement ici après que Goren et moi ayons retrouvé l'Occulteur. Je ne comprends pas, je ne comprends pas! Pousse plus loin! Plus loin!*

Mon sourire se déforme encore d'avantage.

*Oh! Oui! Oui! Si Yojimbo est le mec du milieu et non la tête que je pense! Peut-être qu'il a été obligé de me trahir. Peut-être que c'est quelqu'un qui le menaçait. Peut-être que son organisation allait tombée s'il ne faisait rien. Mais, pourquoi s'est-il caché. M'a-t-il laissé une porte de sortie? Est-ce la raison de ma survie. Est-ce que ça a quelque chose à voir avec la pierre technologique?*

Je soupire longuement.

*Attends un peu! Il est sale, il semble pauvre, on est loin de ce qu'était le vieux Yojimbo qui m'a aidé. Non, c'est lui, mais ce n'est pas lui! Est-il coincé ici? Est-ce que quelqu'un le contrôle? C'est ça! Les prêtres? Que veulent-ils? Pourquoi? Sont-ils corrompus? Oui, oui, c'est ça! Ils veulent de l'argent ou des faveurs en échange de conserver Yojimbo ici. Ce qui veut dire que ce n'était pas réellement lui qui m'a envoyé l'ordre de mission. Donc, il n'est pas un traître! Ça explique pourquoi il n'y avait pas de biens! Ça explique qu'il voyageait léger! Il devait se rendre ici le plus rapidement possible ou, sinon, quelque chose se serait passé. Quoi? Quoi?*

Je ne respire plus, je suis trop concentré dans l'analyse de la situation. Je tremble presque.

*Lui- Lui aussi tremble! Il a peur. Donc, c'est qu'il est en danger. Les prêtres? Oui, c'est possible, mais je crois que non. Non! Ah, quelqu'un a sa famille en otage! Ou bien, ou bien, quelque chose du genre. Alors, alors, alors, donc, c'est quelqu'un qui voulait ma mort ou celle de Goren ou que notre mission soit un échec et qui était prêt à mettre la vie de Yojimbo et celle de son organisation et de sa famille pour se faire. Quelqu'un du village auquel nous avons dérobé l'Occulteur? Une attaque politique? Non, c'est trop évident pour ça et je ne crois pas qu'ils aient les ressources.*

Je souffle gravement en fermant les yeux.

- "Je comprends," chuchotais-je.

J'attrape Shinji et me glisse derrière un colonne. Je fais réellement attention à ne pas faire de bruit.

- "J'ai compris! Yojimbo n'est pas le traître. Regarde-le, il n'a pas de biens, lui qui était si riche! Quelqu'un le menace et je crois que les prêtres sont payés pour le surveiller. Ça explique qu'il se soit déplacé aussi rapidement; c'est qu'il n'avait pas de marchandise."

Je jette un oeil rapide pour m'assurer qu'il est encore à la même place.

- "Quelqu'un a réussi à le manipuler ou bien à l'arnaquer, j'en suis certain. C'est cette personne qui m'a créé autant de problèmes. Et, je ne crois pas que je serai clément pour cet individu."

Je me retourne et regarde Shinji dans les yeux.

- "Tu crois que les prêtres peuvent être achetés? Si c'est le cas et si c'est contre tes valeurs, je t'offre de m'attendre en bas. Je ne crois pas que ce qui va suivre sera très approprié."
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyDim 19 Oct 2014 - 15:46


Je suis Taku du regard et résiste à l'envie de me frotter les mains. Moi qui ne crache jamais sur un peu d'action je suis plutôt impatient de voir comment la situation va évoluer. Pourtant je sens que le blond, d'abord décidé à aller jusqu'au bout de son idée, semble de plus en plus hésitant au fur et à mesure que les secondes s'égrainent. Qu'est-ce qui lui passe par la tête? Fais-t-il parti de ces gens qui croient pouvoir faire ce qui est nécessaire mais réalisent au moment d'agir qu'ils n'ont pas le courage ou le coeur de leurs désirs? Est-ce qu'il va flancher maintenant, si prêt du but, alors que Yojimbo se tient à peine à quelques mètres de lui? Pour être honnête la curiosité me ronge même si je ne porterai pas de jugement quant à ses choix: chaque personne est différente et réagi différemment selon les circonstances. Un refus de sa part de se confronter à ce traître n'induit pas nécessairement de la lâcheté. Il faut du courage pour se confronter à quelqu'un mais davantage encore pour accorder son pardon...

Lorsqu'il murmure qu'il comprend, je ne saisis pas vraiment ce qu'il essaie de dire ou la conclusion à laquelle il semble parvenu. Et je suis plus surpris encore lorsqu'il me traîne à l'abri d'une colonne même si je me laisse faire sans le moindre geste pour tenter de bloquer son élan. Et je fais de mon mieux pour ne pas trahir notre présence même si une foule de questions me brûlent les lèvres. Je me contente donc de hausser un sourcil interrogateur en me demandant ce qui lui est passé par la tête. Je n'ai pas besoin d'attendre longtemps avant d'obtenir les informations qui me font tant défaut...

Ainsi donc il pense que Yojimbo n'est qu'un point et non l'instigateur de tout ce qui lui est arrivé. Ainsi donc ce "traître" passe du statut de coupable à celui de victime. Un changement de situation pour le moins surprenant. Surprenant et intéressant à la fois... Mais ces explications prennent une tournure qui me dérange, notamment lorsqu'il reporte ses soupçons sur les prêtres. Je n'ai jamais vraiment apprécié ces religieux qui pour moi ne sont que des charlatans. Une entité supérieure qui veille sur nous et décide de nos faits et gestes? Le concept du destin ne m'a jamais séduit tout simplement parce que je n'aime pas l'idée de ne pas être aux commandes de ma propre existence. Mais ces hommes ont de l'influence et sont respectés par une grande partie de la population, à tort ou à raison... Lorsque le blond me demande si les prêtres peuvent être achetés, je n'hésite pas une seule seconde avant de lui adresser un signe de tête affirmatif.

- "Ouais, j'irais même jusqu'à dire que c'est dans leur nature... Après tout leur but est d'obtenir le plus d'offrandes possibles de la part de la population! Et on sait tous les deux que ce n'est pas les dieux qu'ils vénèrent ou Ichibi qui en profitent!"

Je me passe une main sur le menton alors qu'il me dit que je ferais mieux de redescendre dans la cour si je ne suis pas près à voir ce qui va suivre. J'hésite un bref instant avant de refuser la proposition d'un signe de la main.

- "Je t'ai promis mon soutien et mon aide alors je ne vais certainement pas tourner les talons maintenant, même si tu m'y autorises! Toi et moi on va terminer ce qu'on a commencé, peu importe où ça nous mène! Mais il faut quand même que tu saches que s'en prendre à des prêtres risque de nous mener tout droit derrière les barreaux. Voir pire! Ils bénéficient du soutien d'une grande partie de la population. Et tu restes un étranger, même si tes motivations sont pures ou justifiées! Quant à moi, je suis plus ou moins ce que les gens bien pensants aiment appeler un déchet de la société! Si la justice doit trancher entre eux et nous, il n'y a pas la moindre chance qu'on en sort vainqueurs..."

Je ne donne pas ma parole à la légère même si je n'ai pas pu apporter de preuves tangibles sur sa valeur au blond jusqu'à maintenant. Mais nous avons un accord et je compte bien le respecter, pour le meilleur et surtout pour le pire. Je sens au fond de moi que c'est une mauvaise idée et que rien de bon ne découlera de tout ceci. Mais ma décision est prise et puis j'ai le don de me fourrer dans de sales situations. Le pire dans tout ça? C'est que j'adore ça!

- "Mais tu comptes faire quoi exactement? Les questionner pour leur faire avouer leurs torts? Ils ne sont pas assez stupides pour se laisser avoir! Les bousculer pour obtenir des aveux? On se mettrait tout le monde à dos, y compris les quelques gardes qui protègent le lieu! Et puis tu ne tires pas des conclusions un peu trop hâtives? Et si jamais tu faisais fausse route et qu'on s'en prenait à des innocents?"

Je lui laisse le temps de réfléchir à mes propos même si je me doute bien qu'il est du genre à réfléchir avant d'agir. S'il me parle de ça, c'est qu'il est certain de ce qu'il avance. Mais il vaut parfois mieux se poser trop de questions que pas assez. Quoiqu'il en soit...

- "Enfin de toute façon je vais te suivre! T'es mon employeur, un point c'est tout! Alors blondinet, on fait quoi?"

Tout ce que j'espère, c'est que je peux me fier à son instinct. Mais jusqu'à présent il ne m'a pas donné de raisons de m'en méfier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyMer 22 Oct 2014 - 4:22

Caché derrière l'énorme cylindre, Shinji m'explique déjà les failles d'un plan qui ne peut même pas se considérer comme embryonnaire. Nous chuchotons et tentons d'être le plus discret possible malgré mon équipement qui, pour la première fois, me semble superflu. Je grince des dents quand mon comparse termine sa joute verbale.

- "Oui. Tu as raison."

Un peu plus loin, mon ancien employeur discute toujours avec quelques prestigieux moines. J'arrive à dénoter un mot sur trois, environ, mais je ne suis pas complètement concentré à cette tâche.

*Comment faire? L'approche directe est trop risquée et vouée à l'échec! Si nous faisons un assaut éclair, nous pourrions probablement attraper tous leurs biens, mais il n'est pas certain qu'il y aurait une preuve incriminante et, par la suite, nous aurions tout le temple à dos. Je suppose que l'approche indirecte est le meilleur plan possible, mais quelle forme doit prendre cette stratégie?*

- "Je crois que nous pourrions faire dans le subtile, alors."

Je vois le regard de mon partenaire qui reste fixe, attendant d'en apprendre plus. Avant de continuer, je fais sûr de ne pas être repéré.

- "Peut-être que nous pourrions suivre les moines et trouver s'ils cachent un indice ou s'ils en discutent. Ou, peut-être que nous séparer et surveiller Yojimbo pourrait porter fruit aussi. Tu en penses quoi?"

Je m'approche un peu plus de Shinji.

- "Si on découvre que quoi que ce soit, on agira en conséquence. La question qui reste à répondre est si nous nous cachons dans la foule ou si nous tentons de rester invisible. Tu es du genre talentueux pour prendre en filature?"

Je regarde autour de moi rapidement. La salle est ovale et contient plusieurs colonnes sur lesquelles il y a symboles et dessins. Outre quelques décorations tels que des tapis riches et des rideaux splendides, il n'y a que quelques statues d'Ichibi, un autel, deux armoires et une sorte de gigantesque garde-robes. Vue l'immensité de la pièce, il y a beaucoup de chemin à parcourir entre deux points où se dissimuler. Cependant, il est probablement possible de rebrousser chemin jusqu'aux marches et penser à une autre tactique à cet endroit.

Mes yeux retournent vers Shinji, inquisiteurs. Le ton de la conversation à quelques pas semblent s'envenimer puisque le ton et le débit de parole augmentent. Je ne sais pas si ce que je propose est réellement la meilleure voie, mais j'ai besoin d'un nom ou d'un indice quelconque. J'ai besoin de savoir, au final, ce qui se passe réellement et qui est derrière ça. Mon existence n'est pas suffisamment importante pour qu'une personne de la haute se donne tout ce mal pour que je trépasse. Ça ne fait aucun sens.

Je dois le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyJeu 23 Oct 2014 - 3:44


J'étais satisfait et soulagé d'avoir pu rallier Taku à mon avis et à l'empêcher de se ruer sur les prêtres ou faire ce qu'il en avait un instant eu en tête. Après tout je l'appréciais et puis j'avais pas trop envie de voir sa tête se balancer au bout d'une corde ou sur une pique. Et la mienne aussi par la même occasion! D'un autre côté une approche subtile me faisait presque plus peur encore parce que la subtilité, justement, ce n'était absolument pas mon truc. Mais alors pas du tout! Mais avec les conseils du blond et sa capacité d'analyse jointe à mes connaissances des us et coutumes de la région nous pourrions certainement arriver à pondre un plan digne de ce nom. Où, à défaut, qui nous éviterait une mort prématurée...

Je l'invitai donc d'un regard à développer un peu son postulat tout en me demandant si finalement on ferait pas mieux de lancer une attaque éclaire sur ce groupes de prêtres et Yojimbo. Si on frappait vite et fort on avait toujours une chance de ne pas être dévisagés et dénoncés par la suite. Mais se baser sur cette possibilité était aussi dangereux que naïf et il y avait peu de chances qu'on arrive à masquer nos visages. D'autant plus qu'ils étaient quand même un bon petit nombre et que le marchand reconnaîtrait aisément Taku puisqu'il l'avait déjà rencontré dans le passé. À moins qu'il ne soit pas si physionomiste que ça. Mais j'en doutais un peu... Quand on envoyait quelqu'un dans un piège, en général on s'arrangeait pour se rappeler de la tronche qu'il avait. Et là encore il aurait été stupide d'espérer qu'il n'avait aucune mémoire visuelle...

Le blond me proposa donc de filer les prêtres ou alors de se séparer pour garder un œil sur Yojimbo également. Je me passai une main sur le menton tout en réfléchissant à cette idée qui ne me semblait pas si mauvaise à vrai dire. Mais je n'aimais pas vraiment la perspective de laisser Taku seul d'autant plus qu'il n'était pas coutumier des façons d'agir des gens du coin. N'avait-il pas failli se faire avoir par un marchand quelques minutes plus tôt? Et si ce dernier décidait de se venger en le voyant seul? Je ne doutais pas que mon employeur aurait de sérieux arguments dans le cadre d'un combat mais d'un autre côté je ne l'avais jamais vu à l’œuvre. Mais il fallait savoir prendre des risques de temps en temps non? Et puis ça rendait l'existence drôlement plus attrayante que de sortir des chemins battus...

- "Si je suis talentueux en ce qui concerne les filatures?" répétai-je alors qu'il me posait la question. "Hum, comment dire... Pas du tout, non! Je suis aussi discret qu'un démon à queue qui aurait décidé de faire des claquettes en plein centre d'un village si tu vois ce que je veux dire! Pareil pour la subtilité, c'est pas mon domaine! Remarque je peux toujours essayer de faire un effort mais si tu veux mon avis c'est voué à l'échec! Mais j'ai peut-être une idée!"

J'utilisai mes bras puis mes doigts pour les glisser dans un fin interstice au plafond avant de m'y hisser en silence. Je répétai ensuite le même stratagème jusqu'à rejoindre l'armoire qui se situait le long d'une paroi de la pièce ovale. Je m'arrangeai ensuite pour utiliser la disposition des colonnes pour rester caché aux yeux des prêtres et du marchand avant d'ouvrir le meuble et fouiller rapidement à l'intérieur grâce à l'élasticité. J'en retirai deux Kesa qui s'y trouvaient, comme je l'avais escompté. Puis je revins vers mon employeur avec toute la subtilité dont je pu faire preuve. Les prêtres m'y aidèrent sans le savoir puisque l'un d'eux retourna une violente claque d'un revers de la main à Yojimbo. Je n'avais pu entendre leur conversation et sa teneur mais il semblait évident que les religieux étaient agacés par le marchand. Les éclats de voix qui suivirent masquèrent mes bruits de pas et je pus donc éviter d'être repéré. Heureusement d'ailleurs car dans ma hâte j'avais trébuché sur les vêtements et avait failli m'étaler de tout mon long. Je tendis donc l'un des habits à Taku tout en enfilant le second de mon côté avant de rabattre la capuche sur mon visage de manière à masquer mon cache-oeil et ne laisser que le bas de mon visage apparaître.

- "J'ai toujours rêvé de me la jouer prêtre et tout ça!" expliquai-je avec un large sourire sur le visage. "On passera plus inaperçus comme ça et puis on ne dérange pas les prêtres pour rien donc on devrait avoir la paix avec sa tenue. En plus d'une liberté d'action plus grande en ces lieux!"

J'allongeai mon cou à mi-hauteur d'une colonne et jeta un regard au petit groupe qui continuait à s'expliquer bruyamment. Yojimbo semblait toujours passer un sale quart d'heure et j'eus presque pitié de lui. En tout cas nous ne semblions toujours pas découverts pour l'instant. Mais il fallait agir rapidement et se décider tout aussi vite sur la marche à suivre car nous n'allions pas rester éternellement cachés si jamais ils venaient à se séparer. Les colonnes offraient des refuges bienvenus contre les regards curieux mais leurs dispositions restaient trop régulières pour nous protéger bien longtemps de leur vue.

- "Bon alors on fait comme ça? Tu t'occupes de Yojimbo et je me charge de ces prêtres? J'aurai plus de chance de les berner vu mes connaissances de la religion locale et tu seras plus à même de confondre ce marchand puisque tu le connais mieux que moi! Ça te convient ou tu préfères qu'on restes groupés?"

Les deux m'allaient, je n'allais pas faire le difficile à vrai dire. Et puis nous étions ici pour que Taku puisse obtenir des informations et surtout des réponses à ses questions. Il semblait plus que naturel de le laisser décider de la marche à suivre. Et puis comme ça on ne pourrait pas dire que j'étais la cause de notre échec si jamais les choses venaient à dégénérer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyVen 24 Oct 2014 - 5:43

Shinji est un partenaire exceptionnel. Non seulement il m'a aidé à trouvé Yojimbo, mais il met sa vie en danger pour me venir en aide. Il tend vers une vision malsaine de sa personne, mais je suis certain qu'il pourrait être plus s'il le désirait. Officiellement, je ne le considère plus comme un simple allié, mais bien comme un compagnon!

M'expliquant que mon plan avait encore des failles, je n'avais guère autres options. Alors que j'étais encore une fois perdu dans mes pensées, il me regarde avec un regard sournois. En réponse, je ne fais que lever un sourcil et, soudainement, son corps se déforme. C'est terriblement loin de ce que j'avais pu voir depuis notre rencontre comme modulation physique. Ainsi, complètement bouche-bée, je le regarde s'envoler grâce à ses membres devenus élastiques avec lesquels il a pu trouver une crevasse dans laquelle pénétrer quelque part au-dessus de nous. Quelques secondes plus tard, il était disparu.

Mes dents se serrent.

*Il m'a dit qu'il avait une idée, je sais, mais je dois tout de même penser à ce qui nous attend. En plus, Shinji fait son rigolo en disparaissant de la sorte sans m'expliquer.*

Je rage pendant une seconde, car je n'aime pas perdre le contrôle, mais la discussion qui se déroule à quelques pas attire mon attention. Je sens les mouvements devenir de plus en plus véhéments et le ton se transformer carrément en agression. Je fais un demi pas vers le regroupement sans perdre ma couverture et je tends l'oreille.

- "Non, messires! Je veux qu'ouvrir un petit quelque chose! Je n'ai plus rien et je dois manger!"

Je reconnais la voix de Yojimbo, mais elle est suppliante. Il a perdu de sa superbe.

- "Monsieur Gargan," continue une voix stricte. "Nous vous nourrissons. Vous n'avez qu'à rester simplement hors de notre chemin! C'est simple pourtant!"

Mes sourcils sont froncés à un point tel que j'ai mal au front. Ma main droite tremble tellement j'ai envie d'user de mes sabres. Je n'aime pas qu'on maltraite ceux qui m'aident.

- "Mais- Mais- Mais, écoutez, bon sang! Vous me donner pratiquement rien! Laissez-moi seulement-"

Et, un bruit ferme de soufflet résonne. Mes yeux sont grands ouverts. Des veinures apparaissent des coins jusqu'à mes iris. Oui, je suis, pour une fois, réellement hors de moi. Je dois prendre toute ma patience et mon contrôle pour me calmer et ne pas simplement sortir et les anéantir. Je me répète de prendre sur moi, de me calmer, de ne pas devenir ce que je déteste.

*Il faut des preuves avant l'action, Taku. Tu auras le droit de venger ton ami si, et seulement si, tu es certain, et à cent pourcent certain, qu'il s'agit bien d'une sorte de conspiration.*

Je retourne à ma position de départ: appuyé sur la colonne, tenant mes carquois à l'opposé du chemin qui donne vers le centre de la pièce. Je me chuchote des mots apaisants.

*Est-ce que c'est réellement où j'en suis? Est-ce réellement qui je suis? Simplement un ancien Bushi maintenant renégat? J'ai l'impression de ne pas avoir de personnalité tellement je désire faire plaisir aux autres et tellement je veux être loin de mes traditions sans, toutefois, être capable de vraiment m'en défaire. Je suis une farce. Je devrais sortir et-*

Je réalise aussitôt que je suis égocentrique.

*Rien ne prouve que c'est réellement autour de moi que tout tourne. Rien ne prouve que Yojimbo est réellement une victime. Rien n'incrimine les prêtres ou le Pays du Vent ou quoi que ce soit! Je- Est-ce que je serais simplement quelqu'un de qui on se débarrasse sans avoir à y penser deux fois? Est-ce que ma gentillesse et mon intérêt envers ce qui est, selon moi, bien a fait de moi une cible facile. Azumi avait peut-être raison, je-*

Mon partenaire surgit de nulle part me faisant presque sursautant. Je sors aussitôt de mes remises en question. Il a, avec lui, deux habits de prêtre. Je lui lance un regard incrédule.

- "J'ai toujours rêvé de me la jouer prêtre et tout ça! On passera plus inaperçus comme ça et puis on ne dérange pas les prêtres pour rien donc on devrait avoir la paix avec sa tenue. En plus d'une liberté d'action plus grande en ces lieux!"

Je lui fais signe de la tête en approbation.

- "Bon alors on fait comme ça? Tu t'occupes de Yojimbo et je me charge de ces prêtres? J'aurai plus de chance de les berner vu mes connaissances de la religion locale et tu seras plus à même de confondre ce marchand puisque tu le connais mieux que moi! Ça te convient ou tu préfères qu'on restes groupés?"

Je ne prends qu'une fraction de seconde pour y réfléchir.

- "Non, c'est bon. Charges-toi des religieux et je suivrai Yojimbo. Juste au cas où il faille cacher nos visages, j'invente un mot de passe à l'instant: Yamsha est vraiment un homme bien. Ça peut se placer dans une conversation et, sinon, nous saurons si c'est le bonne personne sous la capuche!"

Ma main attrape Déshonneur et la retire silencieusement de son fourreau. J'enlève mon ceinturon sur lequel j'ai sept étuis au total et l'utilise pour attacher en vitesse mes deux carquois. Le tout semble solide. J'enroule le nœud au manche de mon sabre spécial.

- "Je vais devoir cacher mes Katanas en hauteur pour ensuite pouvoir me déplacer convenablement. Euhm, tu vas peut-être vouloir prendre quelques mètres de distance au cas où ça fait du bruit. Bonne chance!"

J'enfile en vitesse l'étrange tunique aux couleurs des moines d'Ichibi et attrape mon arme. D'un bond, je parcours la moitié de la distance entre le sol et le plafond et j'utilise mon pied droit pour frapper la colonne dans l'optique de bondir encore plus haut. Lorsque j'atteins mon apex, je plante profondément ma lame dans le pilier avec simplement un bruit de roche qui casse.

Je tombe, roule, et saute hors de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyVen 24 Oct 2014 - 8:35


C'était pas bête le coup du mot de passe en y repensant. Il fallait dire qu'avec ces capuches abaissées sur nos visages il était plutôt de difficile de deviner quels visages se cachaient en dessous. Et puis je me voyais mal relever chaque bouts de tissus de chaque foutus moines pour retrouver Taku. Du coup on allait gagner un temps précieux. L'idée était si bonne à vrai dire que je fus un bref instant irrité de ne pas y avoir songé moi-même. Comme quoi on était toujours plus efficace à deux que tout seul. En théorie en tout cas... Bref! Je regardai le blond attacher ses étuis ensembles en me demandant ce qu'il désirait faire de cet attirail mais la réponse vint bien assez vite lorsqu'il m'expliqua qu'il allait les cacher un instant pour éviter d'être repéré. Il est vrai qu'avoir autant de sabres sous sa bure n'aurait pas été des plus discret. Il me demande ensuite si je veux prendre mes distances car il risque de faire du bruit. Ce que je ne fais pas...

- "Ha mais si tu veux je peux te les planquer quelque part en hauteur hein? Je n'ai qu'à allonger mes bras et..." fis-je avant de me taire puisqu'il était déjà en train d'escalader l'une des colonnes. "Non bah c'est très bien aussi comme ça!"

Je le regarde ensuite se réceptionner en souplesse sur le sol et résiste à l'envie de l'applaudir. Faut dire qu'avec toutes ces armes ça ne doit pas être évident de se mouvoir de la sorte.

- "Si jamais on a besoin d'aide on a qu'à imiter le cri du chameau en rut ok? Tu connais le bruit du chameau en ru...?"

Là encore je n'ai pas le temps de terminer ma phrase qu'il est déjà hors de vue ou de portée de voix. Je ne sais pas vraiment quel démon la piqué mais il me semble un brin sur les nerfs depuis quelques instants. Je hausse donc les épaules dans le vide avant de me pencher discrètement sur le côté de la colonne qui me sert d'abris pour observer les prêtres. Ces derniers en ont visiblement fini avec Yojimbo et prennent la direction d'une petite salle arrière. Je vérifie donc que ma capuche est correctement baissée et je sors de mon abris pour les filer discrètement. Je croise un autre religieux au passage qui s'incline poliment devant moi pour me saluer selon un rite qui m'est étranger.

- "Ichibi à toi mon frère!" fis-je avec un grand sérieux en m'inclinant à mon tour. "Que ta soirée te soit aussi bénéfique que l'eau malheureusement trop rare en ce désert!"

Je le sens se retourner sur mon passage mais je l'ignore. Des bruits de pas m'indiquent qu'il reprend ensuite sa route. Le tout en pensant certainement que je suis un original ou quelque chose du genre. Pour le coup il n'a pas vraiment tort et cette pensée m'arrache un bref sourire. Je me faufile ensuite vers la porte qui barre l'accès à la pièce arrière dans laquelle les religieux corrompus - ou en tout cas qui le semblaient - ont disparu, le tout en prenant au passage un fruit déposé dans un panier à offrandes. Mordant goulûment dans la chaire de ce met particulièrement sucré, je colle mon oreille contre la porte dans l'espoir d'entendre la discussion qui se déroule à l'intérieur. J'entends quelques éclats de voix mais le ton est trop bas pour que je puisse en saisir les nuances. Après un essai infructueux pour allonger mon oreille et la glisser sous ladite porte- hé ouais l'espace était trop restreint pour que même moi je puisse y parvenir - je pousse un long soupire agacé.

Bon ben il n'y avait pas trente-six-mille solutions non plus! J'étais sensé suivre ces moines pour les prendre en flagrant délit mais d'un autre côté je n'ai pas spécialement envie de passer ma soirée à attendre que ces types veuillent bien montrer à nouveau le bout de leurs vilains nez. C'est donc d'un mouvement assuré que je pousse la porte pour pénétrer à mon tour dans la salle avant de la refermer délicatement derrière-moi. J'avais bien espéré un instant me montrer discret mais je compris rapidement que j'avais complètement foiré mon coup lorsque le trio de religieux se retourna pour me dévisager. Ou plutôt observer la capuche qui recouvre mon visage...

- "Qu'est-ce que tu fais là mon frère?" questionna le premier.
- "Cet endroit est réservé aux moines supérieurs!" renchérit le second.
- "Tu n'as rien à faire ici! Sors immédiatement!" termina le troisième.
- "Ha!" fis-je simplement sur un ton j'm'enfoutiste.

Un silence pesant s'installa tandis que je n'esquissai pas le moindre mouvement pour m'en aller. Maintenant que j'étais dans la bergerie je comptais bien y rester. Et puis comme nous étions enfermés dans cette pièce et qu'elle était réservée aux plus hautes instances de ce temple je ne prenais pas vraiment le risque d'être dérangé. Mieux encore: la massive porte en bois pouvait étouffer les éventuels cris qui pourraient suivre. Mais nous n'en étions pas encore là pas vrai?

Je posai le regard sur un tas de pièces d'or et divers bouts de papiers qui s'empilaient sur l'autel au centre de la pièce. Le trio se trouvait hauteur et était visiblement en train de faire les comptes. Rien d'étonnant pour des moines finalement quand on songeait qu'ils vivaient des offrandes des fidèles. Offrandes par ailleurs plutôt généreuses à en juger par la quantité de ryos que je pouvais voir. Et j'avais comme dans l'idée que les papiers pouvaient m'éclairer sur les supposées affaires illégales que ces religieux menaient en toute impunité. Mon manque de réaction sembla agacer le moins patient d'entre eux - le troisième qui m'avait sèchement demandé de partir - qui s'approcha de moi d'une démarche agressive.

- "Tu es sourd ou quoi mon frère? On t'a demandé de foutre le camp d'ici! Tu veux peut-être que je..."

Il ne put terminer sa phrase puisque je le saisis à la gorge en allongeant mon bras avant de le repousser violemment contre le mur sur ma gauche. Le choc le calma dans ses ardeurs et il lâcha un râle étouffé.

- "Qu'est-ce que!?"
- "Tu oses t'en prendre à un moine supérieur?"
- "Inspection des autorités religieuses!" clamai-je alors pour couper court à tout polémique.

Les deux moines restés en retrait échangèrent des regards sceptiques avant de reporter leur attention sur moi.

- "Mais ça existe pas, ça!"
- "C'est quoi cette plaisanterie?!"
- "Ha bon? Ça existe pas? Mais heu... Vous êtes sûrs?" fis-je sur un ton ennuyé.
- "Évidemment qu'on en est sûrs! Tu débarques d'où toi?!"

Bon ben mon esquisse de plan était tombée à l'eau visiblement. Et dire que j'avais demandé à Taku quelques minutes plus tôt de faire preuve de retenue lorsque l'on "traitait" avec des religieux. S'il me voyait faire ce que je m'apprêtais à faire il me jetterait sûrement l'un de ses fameux regards surpris. Mais je n'avais plus vraiment le choix vu les circonstances: soit je m'en allais après avoir plaqué un religieux contre un mur et je me faisais poursuivre, soit j'allais jusqu'au bout de ma démarche en continuant d'improviser. D'ailleurs l'intéressé que j'avais saisi à la gorge était en train de reprendre ses esprits et se mettait à gigoter tout en portant ses mains à mon poignet.

- "Tu vas me lâcher oui? Si tu ne me reposes pas immédiatement je vais faire un rapport et tu finiras dans un petit monastère à l'autre bout du pays ça je peux te le gar..." reprit-il avant de se taire car je venais de lui enfoncer le fruit prélevé quelques instants plus tôt dans le panier à offrandes dans la bouche. "Mmmhm mhmmh gmbmme!"
- "Voila c'est mieux comme ça! Économise ta salive maintenant je parle pas couramment le... heu... fruit!"

Les deux autres religieux tentèrent de prendre la fuite et je relâchai ma prise sur ma victime pour rétracter puis allonger une nouvelle fois mon bras pour bloquer la sortie. Ces types étaient peut-être de fabuleux orateurs mais ils n'avaient rien de guerriers. Aussi ne fus-je pas vraiment surpris lorsqu'ils reculèrent en levant des mains en signe d'apaisement devant eux dans le but évident de réfréner mes ardeurs. J'aimais bien l'idée de leur faire peur à vrai dire!

- "Bon et bien maintenant que j'ai votre attention on va peut-être pouvoir discuter un peu au sujet de ce marchand qui vous a quittés quelques instants plus tôt?!" fis-je avec un large sourire carnassier. "Ho et allez aider votre collègue il va s'étouffer si ça continue!"

En effet l'autre était devenu tout rouge et sa teinte commençait à virer lentement au violet. Peut-être que j'avais enfoncé le fruit un peu trop profondément dans sa gorge en fait... Là encore, si Taku me voyait... J'attendis donc qu'ils s'exécutent et me préparai mentalement à la discussion qui allait suivre. Le tout en me demandant comment mon employeur s'en sortait de son côté et si la filature de Yojimbo portait ses fruits. Faut dire que ça ne pouvait pas être pire que ce que j'étais en train de faire...
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyMar 28 Oct 2014 - 17:39

- "Si jamais on a besoin d'aide on a qu'à imiter le cri du chameau en rut ok? Tu connais le bruit du chameau en ru...?"

Les derniers mots de mon partenaire disparaissent dans un souffle alors que je me faufile entre les colonnes discrètement. Je me sens différent qu'habituellement. Je suis plus vif, moins songeur. J'ai peur de faire une erreur en choisissant d'agir au lieu de penser. Toutefois, la situation ne me permet pas d'être l'analyste que je suis à l'accoutumé. C'est sûrement pourquoi je n'ai pas accordé plus ample importance à la dernière phrase de Shinji.

À quelques colonnes de distance de celle dans laquelle est profondément planté un sabre supportant un nombre impressionnant d'armes, j'attache mes cheveux avec une mèche pour éviter qu'ils ne soient visibles, je remonte mon capuchon et je prends quelques secondes pour reprendre mon calme. Je sais que d'ici quelques secondes, voire minutes, Yojimbo passera. C'est certain puisqu'il n'y a pas d'autres sorties outre la grande porte au fond de la salle et, j'espère, le jeune homme élastique devrait surveiller celle-là.

*Qu'est-ce que tu vas faire, Taku? Comment vas-tu approcher Yojimbo? Ce n'est pas si simple, n'est-ce pas? Ton plan, quel est-il?*

Lorsque l'homme en question passe devant moi, l'air désespéré, je le prends en filature. Je marche silencieusement, mais sans prendre de précautions additionnelles. Je ne veux pas éveiller les soupçons avec ma démarche. Je calque ma vitesse de déplacement à celle de ma cible et je ne le quitte pas des yeux tout en conservant la tête un peu plus basse que normalement pour être certain de cacher mon visage dans l'ombre du couvre-chef du Kesa.

Yojimbo suit le trajet des marches jusqu'à un étage plus bas qui se trouve à être encore au-dessus du marché du hall d'entrée. Il pénètre dans la pièce sur la droite. Entrant à mon tour, je découvre un long couloir aux murs rouges et bruns orné de tableaux de personnes que je ne connais pas. Au centre, un long tapis fait le long du chemin. Il montre une sorte de fresque représentant une histoire que je ne connais pas. Je tente de ne pas y attarder d'attention, mais je suis curieux de comprendre la signification. Mon cerveau s'oblige à trouver une explication en toute vitesse et, donc, je me dis que c'est sûrement le conte d'Ichibi et des guerriers qui ont combattus contre cet entité.

Sur chaque côté du corridor, il y a une dizaine de portes. Cependant, mon ancien contacteur se rend jusqu'à la fin, là où deux chemins s'offrent à lui, et tourne à sa gauche. Ne voulant pas le perdre de vue, je hâte le pied au seuil de la course.

En tournant le coin, je tombe face-à-face à deux prêtres qui marchent en ma direction ayant exactement le même accoutrement que le mien. Je fais un signe de la tête et ils m'imitent. Je pousse un soupir de soulagement aussitôt qu'ils m'ont dépassé et je recommence ma marche rapide jusqu'à la salle au fond.

Une fois à l'intérieur de la nouvelle salle aux même couleurs que le couloir, je découvre quatre religieux autour d'une table. La pièce est rectangulaire et, outre quelques autres chaises et tables, il n'y a que des escaliers qui montent et descendent. Du premier regard, je ne vois pas celui que je poursuivais. Je me maudits d'avoir été aussi lent.

Les moines ne me prêtent absolument pas attention. Ils semblent concentrés dans la lecture ou l'écriture d'un livre quelconque. Je me remets en marche et décide de monter. Lors de mon ascension, je regarde deux fois par-dessus mon épaule dans l'espoir de voir la silhouette de Yojimbo vers le bas et d'être certain de la direction à prendre.

Une fois en haut, je me réjouis d’apercevoir pendant une fraction de seconde l'habit de mon objectif et sa jambe qui boite avant de disparaître dans une autre pièce, je suppose, plus loin dans cette nouvelle section du Temble d'Ichibi. Cette zone-ci est d'un goût un peu moins relevé: les murs sont en simple roches grises, le plancher est en bois maltraité et une odeur douteuse règne. Devant moi, il y a trois autres personnes. Une d'entre elles est assise sur le sol et les deux autres discutent ensemble dans une langue que je ne comprends pas. Je crois qu'il s'agit de la langue du désert que Shinji m'apprenait plus tôt dans notre voyage.

Je termine l'escalade des marches et me dirige directement où Yojimbo s'est évaporé. Au cours de mon déplacement, je vois qu'il y a plusieurs portes en bois sur lesquels il y a des numéros. Aussi, je remarque sur la nuque d'un des hommes qui parle un symbole. Intrigué, je tente de vérifier sur celui au sol, mais sa nuque est cachée. Cependant, quant à lui, il a le même symbole sur la cheville droite qui sort de son pantalon.

Je fronce les sourcils, car je n'aime pas ce que ça implique.

*Est-ce que ça serait du Fūinjutsu? Le truc avec des symboles que certains Shinobis peuvent utiliser pour tendre des pièges ou faire certaines guérisons? J'espère que ce ne sont que des tatouages.*

J'arrive à l'endroit où Yojimbo se trouve et cogne à sa porte. Il l'ouvre et prend une attention frustrée.

- "Ah, non! Je vous l'ai déjà dit! Je ne peux pas payer de taxes de nourriture si je ne peux pas ouvrir une 'choppe! Écoutez, tout ce que-..."

Je le pousse brutalement à l'intérieur. Je vois la peur dans son regard. Je n'ai pas l'intention de lui faire mal, mais ça, il ne le sait pas.

- "Arrêtez! Je n'ai pas d'argent!"

- "Silence!" Ordonnais-je avec une voix légèrement différente.

J'entre et ferme la porte derrière moi. Yojimbo se recroqueville sur lui-même. Je sens que ce n'est pas la première fois qu'il se retrouve dans cette situation ici. L'idée de revanche germe en moi. Je veux détruire cette corruption. Tuer la source des plaies.

Je mets un genou au sol et, hésitant, je retire mon capuchon.

- "C'est moi, Yoj. Je sais que ce n'est pas de ta faute. Je comprends et je ne veux pas te faire mal. Je suis ici pour t'aider."

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyMer 29 Oct 2014 - 6:40


Aussi confortablement installé que possible sur l'une des chaises en bois qui entourent la table de la petite salle dans laquelle je me trouve avec les trois moines, je parcours du regards les divers parchemins que je tiens dans la main tout en jetant sur le sol ceux qui me semblent indignes d'intérêt. De temps à autre je lève mon oeil valide vers le trio comme pour m'assurer qu'il restait bien à sa place, c'est à dire assis contre le mur du fond. Ils n'en mènent pas large mais ils ont visiblement compris que leurs remarques glissent sur moi même si pour leur faire entendre raison j'ai dû distribuer quelques claques. Le plus réfractaire, celui à qui j'avais enfoncé quelques instants plus tôt un fruit dans la bouche, avait d'ailleurs les joues rougies par les coups. Il avait perdu de sa superbe même s'il me lançait régulièrement des regards noirs. S'il avait eu une arme dans la main à cet instant j'étais pratiquement certain qu'il me l'aurait enfoncée en plein coeur. Ou qu'il aurait essayé en tout cas...

- "Donc si j'ai bien compris Yojimbo tentait de vous escroquer de l'argent c'est bien ça?"

Je posai les parchemins pour me rouler une cigarette que j'allumai rapidement après avoir étiré mon bras pour me saisir d'une bougie avant de la remettre à sa place. Après avoir craché un nuage de fumée dans leur direction je levai les yeux au ciel. Ils obéissaient un peu au-delà de mes espérances à vrai dire en gardant ainsi le silence.

- "J'apprécie votre silence mais quand je pose une question je préfère qu'on me réponde vous savez?"
- "Tout ceci n'est qu'une odieuse mascarade! On ne vous dira plus rien vous n'avez pas l'autorité pour nous poser ce genre de questions! Et encore moins pour exiger des réponses!"
- "Peut-être pas mais je me l'octroie! Alors? Qui veut répondre?"
- "Tout est dit!"
- "Sérieux les gars... Me forcez pas à vous tabasser! J'ai du respect pour les Kesas que vous portez même si, je vous l'accorde, ça ne saute pas aux yeux... Et si vous en aviez aussi vous ne tremperiez pas dans des affaires louches!"

Le trio rejetait toute la faute sur Yojimbo ce qui était un brin prévisible. Leur parole individuelle valait déjà plus que celle du marchand, du moins aux yeux d'une éventuelle personne chargée de rendre la justice. Alors ils devaient sûrement estimer qu'en donnant la même version ils allaient pouvoir sauver leur peau. Et ils avaient raison par ailleurs...

- "On vous a déjà dit tout ce que vous vouliez savoir!" fit le plus conciliant. "Ce marchand voulait nous extorquer de l'argent mais nous avons pu le dissuader de poursuivre dans sa débauche, grâce à Ichibi!"
- "Ichibi se fout pas mal de nous si vous voulez mon avis!" répliquai-je sur un ton condescendant.
- "Pauvre ignorant!"
- "Stupides profiteurs!"

Je me levai et vint m'agenouiller face à eux. Je notai d'ailleurs avec un certain amusement que les moines eurent un mouvement de recul et que l'un d'eux leva même les mains pour se protéger d'un coup qui ne vint évidemment pas. Je n'avais pas pour habitude de frapper des gens désarmés ou inaptes à se battre mais s'ils le croyaient c'était plutôt bénéfique pour moi. Je crachai ma fumée à la tête de l'un d'eux avant de les toiser d'un regard perçant.

- "Le truc vous voyez, c'est que j'ai pu entendre votre conversation avec Yojimbo dans la salle de culte tout à l'heure! Et il n'avait pas l'air d'un type qui tentait de vous escroquer! C'était même carrément l'inverse... Alors si vous voulez continuer à nier c'est votre droit mais gardez bien à l'esprit que vous perdez votre temps!"
- "Foutaises!" rétorqua l'un d'eux.
- "Tu crois?" fis-je d'une voix assurée en tournant le regard vers lui. "Alors pourquoi est-ce qu'il avait l'air d'avoir si peur hein?"
- "Cet homme est dérangé, c'est tout! Ni plus ni moins..."
- "Ça, vous voyez, j'en doute! S'il y a bien un dérangé ici, c'est moi! Et certainement pas ce pauvre type qui ne demandait rien de plus que de quoi se nourrir! Alors l'un de vous vas-t-il se décider à avouer? Histoire d'alléger sa peine? Parce que vous n'allez pas échapper à la justice maintenant, c'est trop tard! Et votre statut de moines ne vous sauvera pas mes cocos!"

En partageant avec eux une partie de la conversation j'espérais les convaincre que j'en avais entendu la totalité ce qui n'était malheureusement pas le cas. Mais les interrogatoires se limitaient souvent aux non-dits et à la manipulation du sujet duquel on espérait obtenir des informations. C'était une sorte de jeu du chat et de la souris dans lequel la souris n'avait pas la moindre chance, évidemment. Tout l'art consistait à lui faire croire qu'il pouvait s'en sortir en jouant sur son amour de la vie et la peur de la perdre.

- "Très bien..." soupirai-je en me redressant

J'étirai à nouveau mon bras pour saisir un ouverte-lettres sur la table avant d'agiter cette petite lame devant eux un instant et l'utiliser pour couper quelques morceaux d'un fruit récupéré peu avant. J'en mangeai un morceau sans les quitter du regard puis m'assurai qu'il pose le regard sur cette arme improvisée en la mettant bien en évidence devant eux.

- "Vous savez quel effet ça fait de perdre un oeil?" demandai-je avec un sourire malsain au coin des lèvres. "Non? Et bien moi oui! C'est pas agréable je peux vous le garantir! Voyez-vous quand j'ai perdu le mien je me suis un peu renseigné sur le sujet, par pur intérêt! Par exemple, est-ce que vous saviez qu'il y a trois pairs de nerfs dans les yeux?"

Je marquai une courte pause le temps de reprendre un morceau de fruit et le glisser entre mes lèvres. J'observai alors attentivement leurs réactions pour déceler celui qui semblait le plus réceptif à mes propos. Et également le plus craintif...

- "Nerfs qui transmettent évidemment fort bien la douleur, vous vous en doutez! Crever un oeil c'est un peu comme percer un grain de raisin vous voyez: le jus s'en écoule et il se vide lentement comme si une main invisible appuyait dessus pour en extraire la pulpe. C'est une partie extrêmement sensible du corps comme vous avez certainement pu déjà vous en rendre compte si vous avez fait la désagréable expérience d'avoir une poussière à sa surface. Paradoxalement c'est aussi l'une des parties du corps les plus simples à extraire. Avec une cuillère ou un ouvre-lettre comme celui-ci par exemple. Il suffit juste de glisser la lame derrière l'oeil et de faire pression pour l'extraire comme un bouchon de champagne de l'orbite!"

Une seconde pause et un troisième morceau de fruit savoureux plus tard, je repris la parole:

- "Mais toutes les explications du monde ne valent pas un bon exemple n'est-ce pas? Aussi on va passer à la partie pratique! La plus amusante d'ailleurs à mon humble avis..."

Je me rapprochai d'eux et les pointai tour à tour de la lame avant de porter mon choix sur le moine le moins réfractaire et le plus apeuré. Ceci fait je lui saisis les cheveux et tirai sa tête en arrière avant de coller la lame au coin de son oeil tandis qu'il tentait de se débattre.

- "ARRÊTEZ!!!" supplia-t-il tandis que des larmes faisaient son apparition. "Je vous en pris ne faites pas ça!"
- "Il ne tient qu'à toi que tout s'arrête tu sais? Il suffit de me dire ce que je veux savoir et tu pourras garder une vision en trois dimension! Et crois-moi c'est plutôt pratique! Les premiers temps après ma perte de mon oeil je me prenais régulièrement des murs. Bon je reconnais que l'alcool m'aidait pas vraiment..."
- "Non, je... Non!"
- "Alors tant pis pour toi! J'espère que tu seras meilleur que moi pour éviter les cadres des portes! Regardez bien vous autres parce qu'après ce sera votre tour!"
- "C'est bon, c'est bon! Je vais tout vous dire mais arrêtez ça!"

Je tournai le regard vers le moine qui venait de parler, surpris que ce soit lui qui cède en premier. Je m'étais trompé finalement en m'attaquant à celui que j'estimais être le plus faible moralement. Je lui décochai un regard pour l'inviter à se montrer plus explicite et il me désigna d'une main tremblante une dalle un peu plus loin sur le sol. Après un instant d'hésitation volontaire je retira ma lame du coin de l'oeil du moine que je menaçais avant de lui décocher quelques petites claques sur la joue.

- "Tu peux remercier ton pote, mon gars!" fis-je avec un sourire éclatant. "Allez c'est fini, làààà, on se calme maintenant! Pas la peine de te mettre dans des états pareils!"

L'autre faisait peine à voir et sanglotait à chaudes larmes comme un petit enfant à qui on aurait retiré son jouet. Pitoyable... Je me dirigeai vers la dalle indiquée et la soulevai en m'aidant de mes doigt que je glissai dessous pour la retirer. J'y trouvai un garde-document en cuir qui contenait différentes lettres envoyées à mon trio de profiteurs, parmi lesquelles certaines de Yojimbo. Je n'avais pas les lettres envoyées par les moines évidemment mais les réponses suffisaient à les incriminer pour un bon moment. La plupart faisaient mention d'ordres reçus pour évincer telle ou telle personnes, de versement de pot-de-vins et même d'assassinats. D'autres parlaient de montants versés aux moines pour éviter d'être dénoncés pour des actes qu'ils n'avaient pas commis et d'autres encore parlaient de menaces faites aux membres de leurs familles si on ne leur versait pas des montant importants.

- "Hé bien les cocos..." fis-je en poussant un petit sifflement teintée d'un soupçon d'admiration et de surprise. "Vous n'avez pas perdu votre temps hein? On dirait bien que votre compte est bon!"

Je glissai le tout dans l'une de poches de mon manteau sous ma kesa que je retirai par ailleurs puisqu'elle ne m'était plus utile. J'hésitai ensuite un instant à emmener les moines avec moi pour les ramener à Suna mais je n'avais guère envie de me les trimballer dans le désert et subir leurs jérémiades. J'optai donc pour une option un brin plus simple et les attachai solidement à une colonne à l'aide de petites cordelettes prélevés sur les grandes draperie qui ceinturaient la pièce. Après m'être assuré que les liens étaient solides et qu'ils n'avaient rien sur eux pour les aider à se libérer, je pris la direction de la sortie.

- "Vous en faites pas quelqu'un va venir vous prendre rapidement en charge!" fis-je avec un petit sourire avant de fermer la porte derrière moi puis la rouvrir pour ajouter un vague "Peut-être..."

Puis je verrouillai la massive porte derrière-moi et écrivit rapidement ne pas déranger sur un bout de papier que je collai dessus. Ceci fait, je parti à la recherche de Taku en me demandant ce qu'il avait bien pu faire de son côté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyMer 29 Oct 2014 - 17:34

Je vois le visage du vieux Yojimbo s'adoucir. Il pousse un soupir de soulagement et se relève. Il fait un pas et une grimace avant de se laisser tomber sur son lit, si on peut réellement appeler ça ainsi. En fait, sa chambre est ridiculement dégoûtante. Le bois du meuble en question semble mouillé et moisi. Maintenant que j'y porte attention, la pièce entière est dégradante: la commode est brisée et si veille qu'elle tombe en morceau, l'unique chaise dans le coin est en métal complètement rouillé et je ne veux pas savoir à quoi sert réellement le seau dans le coin, mais j'en ai une vague idée et ça me répugne.

- "Il faut que je vous sorte d'ici, Yojimbo. C'est horrible."

Il sourit. Il se gratte le menton de la même façon que le fait Shinji lorsqu'il pense pendant une seconde et fait de même avec son crâne par la suite.

- "C'est compliqué Takusanken. Mais, premièrement, pourquoi suis-je encore vivant? Je t'ai envoyé à ton exécution."

Je fais signe négativement de la tête.

- "Yoj, j'ai entendu une partie de la conversation avec les moines. J'ai déduis que ce n'est pas de votre faute. Sinon, pourquoi seriez-vous obliger de vivre ici?"

Il sourit de nouveau.

- "Je vois. Comme j'ai dit, c'est compliqué. Pose-moi les questions que tu désires, Taku."

Il me rend jusqu'au banc hideux et le ramène à un pas du lit. Prenant place sur cette chose inconfortable, je demande à mon vieil ami qu'est-ce qui s'est passé.

- "Bon, je ne sais pas tout. En gros, un mec à engagé un autre mec, Sirou, en me demandant de t'envoyer sur une mission. Au départ, lorsque tu as reçu le contrat, je ne savais pas que c'était une mission suicide, mais j'avais trouvé étrange que quelqu'un me demande de te contacter particulièrement spécialement après la mission raté dans le coin du Pays de la Givre."

Il marque une pause et replace sa jambe qui semble dans un état encore plus lamentable qu'avant.

- "Au final, j'ai investigué et j'ai découvert que Sirou avait fait des efforts pour te mettre dans le pétrin. Donc, j'ai envoyé un contrat à un ami à moi pour qu'il contacte un de ses meilleurs gars. Je ne savais pas qui ce serait, mais je savais qu'avec un costaud, tu pourrais t'en sortir. Je ne pouvais pas te communiquer directement de ne pas aller à la mission parce que je soupçonnait mes courriers d'être observés."

Il sort de sa poche une image et me la montre. Il s'agit de sa famille: sa femme et ses deux enfants.

- "J'avais peur que tu te retrouves mort, Taku! Mais, j'avais aussi peur pour ma famille. J'ai donc envoyé discrètement ma femme et mes gosses ailleurs par l'entreprise d'un Shinobi spécialiste de la discrétion. Ça m'a coûté un bon paquet."

Il range son précieux objet.

- "J'ai ensuite fait quelques recherches et un non est apparu. Je te le donne, mais tu n'aimeras pas ça."

J'avance un peu sur la chaise comme si je voulais assimiler l'information avec plus de précision.

- "C'est... Takumaru!"

Mon regard change du tout au tout! Mes yeux s'agrandissent jusqu'à laisser que de petits, minuscules, iris. J'ai un choc! Je sens mes membres devenir mous et des sueurs froides.

- "Takumaru...!?"

*Mon frère? Il est en vie? Pourquoi tente-il de me tuer? Est-ce réellement lui? Est-ce que quelqu'un fait semblant d'être mon frangin? Pourquoi? Qu'est-ce qui se passe?*

Je vacille légèrement sur le banc. Yojimbo s'en rend compte et s'étire pour me redresser.

- "Ça va aller, Takusanken?"

- "C'est mon frère, Yoj!" Dis-je réellement plus fort que je ne le devrais.

Il surveille la porte lorsque je termine ma phrase et, après une seconde, il revient sur moi.

- "Ouais, je m'en doutais sans en être sûr. Bon. Tu veux entendre le reste?"

Je me redresse sur la chaise et je me concentre. Derrière, mon cerveau produit des centaines de questions sans être capable de répondre à une seule d'entre elles. Je dois faire preuve d'un focus incroyable pour comprendre et assimiler les mots que prononce l'homme qui m'a jadis sauvé d'une morte certaine.

- "Bref, quand j'ai découvert le nom, j'ai voulu me cacher dans l'espoir que tu reviennes. Donc, j'ai engagé les prêtres d'Ichibi pour m'offrir une cachette. Ce n'est pas tout le monde qui ose se rendre ici, là où tu es, et il y en a encore moins qui savent que les moines offrent ce service. C'est un secret de marchands bien gardé! Cependant..."

Il lâche sa poigne de mon épaule remarquant que je suis capable de me tenir maintenant. Il jette un autre coup d'oeil à la porte avant de continuer.

- "Cependant, je me suis fait avoir! Les moines vendent plusieurs services. L'un d'entre eux est l'emprisonnement de personnalités problématiques en l’occurrence, moi. Je ne sais pas qui les a engagé, je suppose que ton frère m'a retrouvé, mais un jour les sales prêtres m'ont approché avec un mec que je ne connaissais pas et il m'a fait ses symboles sur les chevilles, les poignets et la nuque. Si les sceaux sur mes poignets touchent à ma nuque, ils explosent emportant mes mains avec. Si je descends les escaliers pour aller au hall, ceux sur mes chevilles éclates. Si, par la suite, je trouve moyen de ramper jusqu'à la sortie, celui sur ma nuque..."

Mon visage montre une expression pleine de rage et de dédain. J'avais vu les signes plus tôt, mais j'espérais que ça soit quelque chose d'autre.

*Qui peut bien faire ça au pauvre Yoj!? Je dois le retrouver!*

- "Comment je vous sors d'ici?"

- "J'en ai aucune idée, fiston! Je crois que la meilleure chose à faire si ton objectif est de me sortir d'ici est de trouver celui qui a fait les sceaux. Par contre, je crois que la meilleure chose à faire pour toi est de trouver Sirou et d'en découvrir plus sur Takumaru. Mais, je ne cracherai pas sur sortir d'ici! Selon mes calculs, le Ninja que j'ai engagé pour sortir ma famille du Pays du Vent et la protéger est encore payé pour quelques jours à rester complètement invisible. Si je ne sors pas d'ici, peux-tu prendre soin de ma famille?"

Je fais hoche légèrement la tête.

- "Pour un homme brillant, vous êtes complètement imbécile, Yoj. C'est certain que je vais vous sortir d'ici. Bon, j'ai un allié, je dois lui parler. Essayez de conserver le profile bas entre temps."

Je me lève et remonte mon capuchon.

- "Je reviens, Yojimbo. Ce n'est pas terminé, nous réglerons ça ensemble, comme avant!"

En sortant de la pièce, je remarque que les autres prisonniers me regardent étrangement, mais je tente de ne pas y apporter d'intérêt. Mes pieds prennent la décision de se rendre directement jusqu'à la grande salle où j'avais quitter Shinji pour ma filature. En fait, c'était une bonne stratégie! Disons que ça a plutôt bien payé.

*Takumaru... Que ce passe-t-il!? Est-il réellement en vie? Quelles sont les chances? Je suis retourné au village, après le gros de la guerre, et il n'y avais absolument rien qui pouvait prouver la vie d'un seul habitant. Et, qui plus est, c'est contre les traditions des Samuraïs de fuir et de ne pas se tuer comme un imbécile s'il y a défaite.*

J'arrive dans l'énorme salle aux colonnes alors que je suis toujours dans mes songes. Je monte le regard et remarque mon partenaire qui se dirige dans ma direction sans ses habits religieux. Fronçant les sourcils, j'enlève le mien.

- "Shinji... J'ai des trucs à te dire! Je crois que c'est plus gros que je ne le pensais."
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyJeu 30 Oct 2014 - 9:37


Je n'eus pas besoin de farfouiller longtemps avant de tomber nez à nez avec Taku. Ce dernier enleva également ses vêtements de moine et prit la parole en premier pour m'indiquer qu'il avait des choses à me dire. L'air sérieux et les sourcils froncés qu'il arborait alors me firent immédiatement comprendre qu'il avait quelque chose de grave à m'annoncer et qu'il n'avait pas l'esprit tranquille. Je l'invitai donc d'un signe de la tête à m'exposer ses trouvailles non sans allonger mon bras pour aller récupérer ses sabres et les lui tendre. Ce faisant nous prîmes place sur l'un des bancs de la salle de culte tandis qu'il me parlait de ce qu'il s'était passé de son côté.

Cette histoire de sceaux apposés sur Yojimbo était sacrément ennuyante dans le mesure où ce dernier semblait condamné à rester dans le temple tant qu'on arrivait pas à les lui retirer. En tout cas s'il tenait à garder ses chevilles, ses poignets ou sa tête. Autrement dit, sa vie... Et si on ne trouvait pas un moyen de lui ôter ces pièges particulièrement sadiques il faudrait s'assurer que sa famille soit protégée. Je me massai le menton comme j'avais pris l'habitude de le faire lorsque quelque chose me contrariait et que cherchais une solution à un problème. Je n'étais de loin pas un spécialiste du Fuinjutsu et mes capacités dans ce domaine se limitaient à l'invocation de bouteilles d'alcool ou d'un nécessaire à fumer. À voir l'air ennuyé du blond, il y avait fort à parier que ce n'était également pas sa discipline de prédilection. Restait donc à trouver le type qui avait apposé ces sceaux et le forcer à les retirer du corps du marchand...

- "Il ne t'a pas donné plus de précision sur ce type qui l'a marqué?" demandai-je avec un embarras évident. "Je peux toujours envoyer des messages à des gens que je connais à Suna en espérant qu'ils puissent l'aider mais ça va prendre quelques jours avant qu'ils puissent nous rejoindre. Et encore c'est sans garanties, ça dépend de la complexité de ces sceaux..."

Le temps c'était toutefois ce qu'il nous manquait en l'occurrence si Yojimbo souhaite que Taku prenne soin de sa famille en attendant. En revanche il devrait se charger seul de tout ceci car, comme je le lui avais dis quelques heures plus tôt, je ne souhaitais pas quitter le pays du vent. Et encore moins pour un marchand dont je ne connaissais rien, fusse-t-il une victime. Mon altruisme avait ses limites...

- "Et pour ton frère, ce.. Takumaru? Qu'est-ce que tu comptes faire alors? J'imagine que tu vas se lancer à sa poursuite maintenant que tu sais qu'il en voulait à ta vie? Si tu as besoin de matériel ou quoi que ce soit pour cette entreprise dis-le moi et j'essaierai de te dégoter ça. Pareil si tu as besoin de venir à Suna quelques temps pour prendre du repos et te ressourcer un peu avant de te lancer dans cette traque! Mais sur ce coup je vais devoir te laisser t'en occuper seul! Et je crois d'ailleurs que c'est mieux ainsi! Le linge sale ne se lave qu'en famille non?"

Je lui montrai ensuite les documents cachés que j'avais découverts en compagnie des moines corrompus et le laissai les parcourir du regard tout en gardant le silence pour qu'il se rende compte de l'étendue de leurs méfaits. Et puis peut-être qu'il trouverait dans ces comptes-rendus quelque chose susceptible de l'aiguiller sur la trace de son frère.

- "Bon je peux te proposer quelque chose à supposer que ça te convienne: lance-toi à la recherche de ton frangin et je m'occupe du reste. Je ferai tout ce que je peux pour libérer Yojimbo de ses sceaux pour peu qu'il m'accorde sa confiance. Je m'arrangerai également pour trouver des informations sur ce Sirou et éventuellement Takumaru et si jamais j'entends quelque chose à leur sujet je me ferai un plaisir de te communiquer tout ça même si j'ai peu d'espoir, je le reconnais! Et puis je vais faire en sorte que ces moines sont condamnés ce qui ne devrait pas poser trop de problèmes avec les preuves que nous avons pu récolter..."

Mais j'étais un adepte du dicton qui stipulait qu'à chaque jour suffisait sa peine et j'espérais le mettre un peu en avant. Notamment parce que je sentais que la séparation avec mon camarade employeur n'allait pas tarder et parce que j'avais envie de profiter de ces derniers instants en compagnie d'un type que je pensais pouvoir appeler ami, ou peu s'en faut. Je ressortis donc la bouteille dans laquelle flottait un scorpion et la brandit entre nous:

- "Mais je suppose que tout ceci peut bien attendre demain n'est-ce pas? Qu'est-ce que tu dirais de passer la soirée en compagnie de Yojimbo et de déguster cette bouteille pour oublier un peu les questions qui te rongent? Et après nous prendront un peu de repos comme ça demain on sera en forme pour reprendre la route. On a pas mal marché aujourd'hui mine de rien et si nos esprits n'ont pas de limites nos corps, eux, en ont! Je t'accompagnerai jusqu'aux frontière de Kaze no Kuni comme ça tu éviteras de te perdre dans le désert!" fis-je avec un sourire amusé qui montrait bien que je plaisantais. "Alors, t'en dis quoi?"

Je lui décocha un regard de mon oeil valide en attendant sa réponse. Je supposais que ces révélations sur son frère l'avaient perturbé et il avait besoin de se changer un peu les idées. En tout cas c'est ainsi que je voyais les choses et j'espérais que Taku partageait mon opinion. Car après tout la vie ne valait pas grand chose si on ne savait pas l'apprécier pas vrai?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyVen 31 Oct 2014 - 17:40

Je n'avais pas plus d'information sur l'utilisateur de Fuinjutsu qui avait emprisonné mon vieil ami Yojimbo et cela m'agaçait. Habituellement, le vieux marchand qui m'a enseigné à déduire est un maître de l'analyse et explique bien les détails. Je suppose donc que l'individu devait être masqué ou quelque chose du genre.

Ayant expliqué la situation à mon camarade, il me donne quelques papiers prouvant la culpabilité des moines. Je prends quelques minutes pour tout assimiler et une seule chose sort du lot: la grande majorité de ses missives est provient du Pays du Feu.

*Une piste!*

J'en touche deux mots à Shinji, mais il m'a déjà dit qu'il préférait rester ici, dans sa contré qu'il aime tant ce que je peux parfaitement comprendre. Il m'explique ensuite qu'il fera tout pour libérer mon autre partenaire de sa situation et pour faire enfermer les prêtres corrompus. Je me dis qu'il est fort possible que ces gens-là puissent enlever les sceaux. J'en profite pour dire à Shinji de penser à contacter ce genre de personne.

Finalement, Shinji m'invite à me rendre au local de Yojimbo pour déguster sa nouvelle acquisition d'alcool. Je pense pendant deux secondes seulement et je réponds positivement avec un grand sourire.

- "Shinji, tu sais, si jamais tu as besoin d'aide pour quoi que ce soit, tu peux me contacter! Tu es maintenant plus qu'un allié ou qu'un partenaire, tu es mon ami! Et, pendant que j'y pense, j'ai trouvé ta récompense."

Je me lève et sort un sabre et son fourreau de ma ceinture.

- "Je te présente Malaise. C'est un sabre qui était anciennement nommé Vérité. Il appartenait à un maître de Battojutsu de mon village qui m'a blessé gravement à l’ego lors d'entraînements. Maintenant que je le regarde de plus près, je comprends que ça a fait de moi un meilleur combattant, mais à l'époque, ça avait été difficile. Ce que je ressentais, c'était le malaise et la déception en mes propres capacités. Ce Katana est important, pour moi, comme tous les autres, évidemment, mais je te l'offre pour une seule raison."

Je marque un pause durant laquelle je mets un genou au sol et je positionne la lame à plat sur mes deux paumes que je dirige vers Shinji.

- "Tu as su me mettre à l'aise dans une contré qui m'aurait probablement tué. Tu as trouvé moyen de passer par-dessus ma façade et de bien voir que je n'aime pas la violence et de t'allier à ma vision pour tenter de me comprendre. Bref, tu m'as fait découvrir la flamme du peuple du désert et, pour ça, je te suis reconnaissant! Voilà pour toi!"

Lorsque Shinji prend le sabre, j'efface l'émotion de mon visage et je souris de nouveau en disant:

- "Sur cette note, on en boit de ta bouteille ou non?"

Et je me mets à rigoler comme je ne le faisais qu'avec Kennei.

*Cet homme fait maintenant parti de ma famille.*
Revenir en haut Aller en bas
Nouveau
Suchiru Saori
Informations
Grade : Membre du Kyomu
Messages : 1238
Rang : A

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] EmptyLun 3 Nov 2014 - 11:19


Bon et bien nous avions pu mettre les choses au point en ce qui concernait ce Yojimbo. Tout n'était de loin pas rose et il restait de nombreuses zones d'ombre à éclaircir. Surtout pour Taku qui avait non seulement éclairci le mystère de la trahison du marchand mais également trouvé d'autres questions auxquelles répondre. J'imaginais avec peine ce qu'il devait ressentir puisque je n'avais pas de frère. Mais je ne pensais pas trop me tromper en disant qu'apprendre qu'un membre de votre famille souhaite votre mort n'est pas la chose la plus agréable qu'il soit. Le mot trahison est sûrement encore trop faible pour ce genre de cas. Je lui exprimai néanmoins ma sympathie via des regards compatissants même si je me doutais bien que rien de ce que je pourrais dire ou faire suffirait à lui remonter le moral. Et si ma proposition de passé une soirée tranquille fut bien acceptée, je savais que l'alcool avait ses limites et que la souffrance de certaines blessures ne pouvaient guère être atténuées.

Je fus subitement mal à l'aise lorsque le blond me dit que je pouvais compter sur lui quoi qu'il arrive et que j'étais à présent son ami. J'étais heureux d'entendre ces mots car c'était également ainsi que je le percevais. Nous ne nous connaissions pas depuis longtemps mais l'amitié ne s'embarrasse pas du temps passé ensemble pour se déclarer. Ces moments, bien que courts, avaient été agréables et je redoutais presque la séparation avec Taku tant j'avais trouvé en lui une personne digne d'intérêt et de confiance. Mais je n'étais pas doué pour exprimer ce genre de choses en général et je me contentais souvent du silence ou de remarques détournées pour faire comprendre qu'il comptait pour moi. J'arborai dès lors un petit sourire en coin et détournai furtivement le regard comme si je redoutais qu'il puisse lire de la gêne dans mon oeil valide.

- "Tu vas me mettre mal à l'aise!" fis-je en me passant une main à l'arrière du crâne. "Mais tu peux également compter sur moi si tu as besoin d'aide un jour! Peut-être même que je ferai l'effort de quitter Kaze no Kuni un jour pour venir te rendre visite, va savoir!"

Il était donc maintenant temps de parler ma récompense. Je n'avais pas osé le relancer sur le sujet tout simplement car je me serais contenté de sa reconnaissance je crois bien. S'il avait d'abord été un simple employeur, l'amitié qui nous unissait maintenant n'appelait pas de paiements pour le service que je lui avais rendu. Et puis je l'avais fait avec plaisir... Mais si ma gêne était déjà prononcée suite à sa déclaration, elle atteignit son paroxysme lorsque le blond se mit à genoux devant moi pour me présenter l'une de ses lames.

- "Je t'en prie arrête ça!" fis-je d'une voix presque suppliante en jetant des regards autours de moi. "Ça devient vraiment gênant là!"

Je l'écoutai néanmoins me parle de l'arme avec attention avant d'effleurer son fourreau du bout des doigt, visiblement hésitant à l'idée de m'en saisir. Ce que je fis néanmoins quelques instants plus tard avant d'en extirper le katana pour le brandir devant moi. J'observai un instant la lame à la lumière des braseros, l'oeil pétillant d'intérêt. Puis je la glissai avec précaution dans son étui avant de la passer à mon dos et l'attacher avec un bout de corde que je tirai de ma poche. Je répétai alors le mouvement pour extirper le katana du fourreau comme pour m'assurer que le mouvement était fluide avant de l'y glisser une nouvelle fois.

- "Comme promis je ferai de mon mieux pour la garder aussi étincelante que maintenant!" fis-je en m'inclinant respectueusement. "Tu as ma parole qu'elle gardera son âme et que lorsque je la manierai ce sera en repensant à toi et à ta vision des choses. Car si j'ai réussi à te montrer la valeur des habitants du désert, tu m'as apporté une vision des choses et une sagesse qui me faisait jusqu'à présent cruellement défaut. Tu m'as fais gagner en maturité Taku et tu m'as montré que les étrangers pouvaient être des alliés précieux et dignes de confiance. Merci mon ami!"

Heureusement Taku me relança au sujet de la bouteille et je ne me fis pas prier pour l'inviter à me montrer où se trouvait Yojimbo. Je leur laissai un instant l'alcool avant d'aller chercher de quoi manger pour la soirée. Le repas fut frugal mais varié et les discussions se révélèrent également instructives bien qu'un peu désordonnées au fur et à mesure que la nuit avançait. Le blond me montra comment entretenir son cadeau et j'écoutai attentivement ses explications avant de répéter ses gestes devant lui pour m'assurer que je m'y prenais bien. Nous discutâmes de longues heures et je crois que même Yojimbo trouva un peu de réconfort dans cette échange. Il était déjà tard lorsque nous décidâmes enfin de prendre un peu de repos non sans avoir préalablement vidé une seconde bouteille offerte de bon coeur par mes soins...

Le lendemain le réveil fut un peu difficile, je l'avoue. Mais au final nous pûmes prendre la route peu de temps après les premières lueurs de l'aube après un petit déjeuner rapide. Après avoir assuré le marchand que je reviendrai m'occuper de lui avec des spécialistes susceptibles de lui ôter les sceaux piégés qu'il portait, Taku et moi prîmes la direction des frontières de Kaze no Kuni. Après quelques heures de marches émaillées de discussions en tout genre, il fut enfin temps de nous séparer. Le sable fut peu à peu remplacé par un sol pierreux tandis qu'à l'horizon de la végétation était plus ou moins visible. Je n'avais jamais dépassé cette limite et je fus presque tenté de faire quelques pas supplémentaires pour voir ce qu'il y avait au delà de ces terres connues.

- "Prends bien soin de toi Taku!" fis-je en lui donnant l'accolade avant de lui tendre un morceau de papier chiffonné. "Voici mon adresse à Suna si jamais tu avais besoin de me contacter! N'hésite pas non plus à passer directement me voir si le coeur t'en dis! Et puis essaie de me donner des nouvelles par courrier d'accord? Je ne suis pas un grand fan des correspondantes écrites mais je veux bien faire un effort pour toi!"

Je lui décochai un sourire qui se voulait détendu même si j'étais triste de cette séparation. Je n'avais pas vraiment d'amis je crois avant aujourd'hui et maintenant que j'en avais trouvé un j'étais réticent à l'idée de le laisser s'en aller. Mais il devait suivre son destin et trouver les réponses qu'il désirait. J'espérais simplement qu'il y parviendrait et qu'il ne trouverait pas la mort dans cette entreprise. La vie était tellement fragile même si c'était ce qui lui conférait toute sa beauté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Les aléas du désert! [Taku] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les aléas du désert! [Taku] Les aléas du désert! [Taku] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les aléas du désert! [Taku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Oasis d'Eden-