N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Prisonnières de leur impulsivité [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Hyûga Makura
Informations
Messages : 47
Rang : Pays du Feu

Prisonnières de leur impulsivité [PV] Empty
Message(#) Sujet: Prisonnières de leur impulsivité [PV] Prisonnières de leur impulsivité [PV] EmptySam 17 Déc 2011 - 20:01

    Spoiler:
     

    Pourquoi c’nous qui doivent faire le sale boulot, hun. Ces putains de prisonniers ne méritent même pas qu’on s’occupe d’eux. Tu sais quoi, je pense qu’on devrait les laisser crever. De toute façons s’ils sont là c’est parce qu’ils ont foutu la merde. Allez, on se barre Hisae.
    Tu… Tu rigoles j’espère ? Non, non, a… attends !

    Le corps des jumelles, munies de deux têtes, se dirigeait actuellement vers la sortie des geôles, malgré le mécontentement de l’une des deux sœurs. La jeune femme à la chevelure bleue possédait un certain avantage sur sa sœur siamoise, ayant, lorsque fusionnés, le contrôle quasi-total de leur enveloppe charnelle commune. Quoique désire Hisae, cette dernière n’était pas en mesure de changer de direction, elle n’était pas même capable de boucher le petit doigt. La plus dominante des deux possédait un contrôle absolu sur l’autre, ainsi en était-il. Shukô avait un caractère beaucoup plus dominant que sa jumelle, plus autoritaire et assurément plus entreprenant, ce qui faisait d’elle la plus apte à diriger à sa guise leur organisme.

    Affolée, la jeune femme au regard pamplemousse activa volontairement la dissociation anatomique, lui permettant donc d’utiliser un corps temporaire à part entière. D’un mouvement rapide, et avant que son homologue n’ait eu l’occasion de réagit, elle l’empoigna au niveau du cou à l’aide de son bras droit, la maintenant fermement contre sa poitrine. Une expression colérique s’afficha alors sur le visage de la dominatrice désormais proie. Une teinte rougeâtre anima les traits de son visage.

    GROSSE CONNE RELÂCHE MOI TOUT DE SUIIIIITE ! SI JE M’EN SORS TU VAS LE REGRETTER !

    Au même moment, des bruits de pas retentirent provenant de l’autre bout de la ruelle. Par réflexe, Hisae libéra sa semblable, par peur de se faire prendre par l’un de ses supérieurs ou quoique ce soit dans le même genre. Bouches bée, les Kunoichis fixèrent le coin de la rue, s’attendant à croiser le regard noir d’un supérieur quelconque.

    Ca y est, on est dans la merde…
    ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dento Ringo
Informations
Messages : 10

Prisonnières de leur impulsivité [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Prisonnières de leur impulsivité [PV] Prisonnières de leur impulsivité [PV] EmptyDim 18 Déc 2011 - 3:09

Plic plac ploc… Une fine pluie tombait sur le village caché des nuages, paradoxal non ? Les gouttelettes glissaient le long des toits et des charpentes dans un ruissellement mélodieux, qui rendait l’atmosphère moins triste si on y prêtait une oreille attentive. Je sautais de la petite palissade sur laquelle je m’étais assise pour profiter de la fraicheur et de l’humidité de l’air. Plic plac ploc… quelques sauts dans des flaques. Comment ça j’ai 18ans ? Oui je le sais et alors ? N’est-il plus permis de profiter de plaisir aussi simple que se rafraîchir aussi les petons ? Mes vêtements détrempés ne me gênaient pas plus que ça à vrai dire. J’étais plus ou moins quelqu’un de… simple ? Oui voilà c’est ça ! La vie est courte, à quoi bon se prendre la tête ! Mets ton temps à profit pour changer ce monde. Voilà ce que je ne cessais de répéter au premier abrutit qui faisait un peu trop d’esbroufe. Et oui, douce, belle, gentille, mais j’avais mon franc parlé tout de même !
Je vis une hirondelle dans le ciel, tout en écartant une mèche de mes cheveux. Oui… c’est journée allait être chouette !

Les passants me voyaient un peu comme une hurluberlu, à me promener sans me protéger de la pluie. Ce à quoi je répondais par un grand sourire, qui détendais généralement l’atmosphère ou provoquai la foudre de celles qui se promenaient avec les dit passant. Encore des histoires de cœur… bof j’ai tout le temps devant moi pour trouver mon bonheur ! Et plus qu’à espérer aussi qu’un jour mon frère me laissera prendre mes ailes ! Je soupirais en sautant dans une nouvelle flaque, résultat le feulement de ce pauvre chat de gouttière que je venais d’éclabousser.
Je rangeais mes lunettes, à présent embrumé de gouttelettes d’eau. Aucune importance, celles-ci ne me donnait pas une meilleure vue, elles étaient disons… esthétique ! Superficielle ? Pas tellement, mais était-ce un crime que d’aimer se faire belle ? Avant de critiquer les autres il fallait s’accepter soi-même, et pour s’accepter, il fallait se définir de la manière dont on se voyait, tout simplement. Bon, je me plaquai une main sur le front en penchant la tête en avant, histoire de voir correctement, sans ces fichus cheveux mouillés pour m’obstruer la vue. Par où aller à présent pour continuer ma ballade ? Laissons nous guider, nous verrons bien où est ce que nous atterriront.

Au bout d’un certain temps, la pluie s’était calmée, les rayons du soleil de nouveau visible dans le ciel. Je me délectais des rayons qui réchauffaient mon corps et séchaient mes vêtements après le froid et l’humidité de la pluie. Cependant, bien que mon corps et mon esprit me guidaient là où dieu le voulait, j’entendis comme une dispute non loin. Des voix féminines, jeune… Autant aller vois ce qu’il se passe ! Et si conflit il y a, de le résoudre je me dois !
Le bout de ruelle qui me séparait de l’embranchement franchi, je tournais pour faire face à ces deux protagonistes. Deux jeunes demoiselles de mon âge, voir un peu plus jeune. Des jumelles ? Oui ça me paraissait plutôt évident malgré la différence de couleur capillaire. Je sortais mes lunettes d’une des poches de mon kimono avant de les essuyer et les placer de nouveau sur mon nez. Mais maintenant que je les regardais de plus près et en silence, je remarquais qu’elles n’arrêtaient pas de me dévisager. Au moment où j’ai franchi cet embranchement de rue, leur dispute avait cessé… Etrange n’est-ce pas ? Avaient-elles quelque chose à se reprocher ?


- Bonjour mesdemoiselles… Est je fais quelques choses, pour vous réduire ainsi au silence si soudainement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hyûga Makura
Informations
Messages : 47
Rang : Pays du Feu

Prisonnières de leur impulsivité [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Prisonnières de leur impulsivité [PV] Prisonnières de leur impulsivité [PV] EmptyLun 19 Déc 2011 - 2:20

    Spoiler:
     
    Une ravissante jeune femme déambulait dans la ruelle, dans leur direction. Son visage n’évoquait en elles aucun souvenir, pas même une évocation floue. La femme, dont la chevelure rappelait le fuchsia de certaines espèces de visoflora, les observaient de son regard azuré. Silencieuses telles des tombes, Hisae et sa sœur jumelle Shukô se regardèrent tour à tour, puis fixèrent leurs pupilles sombres sur l’inconnue. La crainte et l’angoisse qu’elles avaient auparavant ressenties s’était dissipée à la vue de l’individu qui venait tout juste de tourner le coin de rue. Il ne s’agissait pas d’un supérieur quelconque, ni d’un camarade, encore moins d’une connaissance. Le soupir long et profond qui s’extirpa d’entre les lèvres légèrement rosées de la Kunoichi à la chevelure bleuté retentit, et son homologue ne se priva pas de donner un bon coup de coude à sa sœur, comme pour lui rappeler qu’elles avaient failli se faire prendre lamentablement par sa faute.

    La jeune femme qui se présentait devant les jumelles semblait plutôt jeune, du moins un peu plus qu’elles. Cette dernière portait des vêtements détrempés, décidément la faute de Dame Nature, et s’en était de même pour ses longs cheveux rougeâtres qui retombaient sur ses épaules frêles. Ce fut d’ailleurs cette même inconnue qui engagea la discussion, devançant de peu les deux Kunoichis encore sous le choc concernant les évènements précédents. Elles étaient tellement captivées qu’elles en oublièrent même les bonnes manières. C’est Hisae qui se rendit compte du tout et pris les devants sur son homologue.

    Excuse-nous, nous ne voulions en aucun cas t’offenser en t’observant ainsi. Disons plutôt que nous nous attendions à croiser quelqu’un d’autre… Légèrement confuse, la femme aux cheveux de neige se retourna vers sa jumelle, comme le ferait un enfant hésitant qui se retourne vers ses parents après avoir fait une bêtise.
    Oui, voilà, on était justement entrain de s’occuper des prisonniers, tâche nous ayant été attribuée, quand l’un d’eux nous a demandé de lui rendre service, nous obligeant donc à sortir. Ha-ha-ha. Silence. Shukô se gratta l’arrière de la tête, un peu embêtée. Tu cherches quelque chose en particulier ? C’est bizarre de se promener au cœur du village par un temps pareil ! T’en dis quoi, Hisa’.
    O… Oui, c’est vrai ! Faudrait penser à prendre un parapluie la prochaine fois. Sinon, elle c’est Shukô et moi Hisae. Ravie de faire ta connaissance… euh… et ton nom à toi c’est quoi ?

    La dénommée Shukô fusilla sa sœur du regard, qui se contenta de détourner les yeux, gênée. Cette première ronchonna, déçue de l’attitude de sa sœur envers cette inconnue. Et si elle allait refiler leurs noms aux gradés après avoir constaté ou compris qu’elles n’allaient pas réellement rendre un service à l’un des prisonniers ? Quelle idiote…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Dento Ringo
Informations
Messages : 10

Prisonnières de leur impulsivité [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Prisonnières de leur impulsivité [PV] Prisonnières de leur impulsivité [PV] EmptyMer 21 Déc 2011 - 3:21

Etrange… C’était la première fois que je voyais des jumelles au sein même de Kumo. Pourtant cela faisait plusieurs années que je me baladais dans les rues comme aujourd’hui. A me laisser guider par le vent et le sol sous mes pieds, me dirigeant et me faisant rencontrer ou voir des choses parfois peu ordinaire. Je me souviens de cette fois où j’ai vu ce type courir tout nu dans la rue et… oh et puis ce n’est pas important ! Pour l’instant, deux paires d’agates rosé et ambre ne me lâchaient pas du regard. Cela aurait pu être gênant, voir très perturbant de se faire toiser ainsi par des femmes identiques, telle deux félines dont on ne sait ce qui pouvait leur passer par la tête. Celle à la chevelure bleutée se détendit pourtant, avant de lâcher un soupir, chassant toute la tension qu’elle avait accumulé en si peu de temps. Mais jugeant le geste peut être un peu trop dégagé, sa consœur lui dégotta un coup de coude équivoque. Je plissai un œil, un peu interrogatrice, elles n’étaient pas spécialement nettes… Remarques, qui était le plus à plaindre ? Les deux jumelles qui agissent étrangement ou moi qui me balade sous la pluie toute habillée ? Bref…

La jeune femme aux cheveux immaculés fût la première à prendre la parole, histoire de nous sortir un peu de ce dialogue de sourd (ou de muet ?). Alors ainsi, je n’étais pas celles qu’elles attendaient ? Ah alors je veux bien comprendre une telle réaction. Sa voix était calme et douce, et son timbre laissait penser qu’elle devait être de nature plutôt gentille et aimante. Bref, une voix qui amenait tout de suite à la sympathie. Je souriais en hochant la tête, signe que je comprenais ce qu’elle voulait dire, lorsque sa jumelle aux yeux ambré prit à son tour la parole. D’une voix un peu plus neutre et beaucoup plus différente de la première, je me voyais donner quelques justifications. Garder la prison ? Je levais les yeux légèrement au-dessus d’elles pour lire l’enceigne du bâtiment à leur côté. Ah oui c’est bien une prison ! Etrange, je ne pensais pas arriver jusqu’ici… J’ai dû faire du chemin depuis ma maison pour en arriver là. Hein ? Comment ? Bizarre de me balader comme ça sous la pluie ? Ha ha oui un petit peu il faut l’avouer. La première reprit la parole d’une manière un peu plus fébrile que sa sœur. Intimidée par elle ? On dirait.


- Enchanté mesdemoiselles. Je m’appelle Ringo ! Et pour la pluie… Disons que j’aime bien me balader par ce temps. C’est bizarre oui, mais comme on dit, il faut savoir profiter des petits plaisirs que nous offre la vie ! Mais dites-moi… C’est étrange que vous rendiez service à un prisonnier en pleine mission non ? Vous n’aurez pas de problème à faire ça ?

Je passais une main derrière mes cheveux humide en souriant d’une manière un peu comique lorsque je me justifiai quant à ma présence ici par un temps pareil. Une main placée sur ma joue, prenant appui sur mon coude, voilà que je changeais d’expression de visage pour atterrir sur quelque chose qui mélangeait curiosité et innocence. J’avais peut être mis le doigt sur quelque chose qu’il ne fallait pas. Mais je n’étais vraiment pas du genre à aller cafter pour un oui ou pour un non ! J’aimais régler les conflits certes, mais pas en créer !
Jugeant qu’une dizaine de mètre devait être un peu trop pour me séparer de mes homologues, je fis quelques pas dans leur direction, d’un air tout guilleret. Je me penchais en avant, ma main gauche posé sur ma hanche et un clin d’œil dans leur direction.


- Je peux peut être vous aider alors ! Ça restera entre nous bien sûr…

Gentille certes, mais malicieuse sur les bords.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Prisonnières de leur impulsivité [PV] Empty
Message(#) Sujet: Re: Prisonnières de leur impulsivité [PV] Prisonnières de leur impulsivité [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Prisonnières de leur impulsivité [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Kumogakure no Satô :: Prison-