N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 ¤ Le coeur de la Spirale ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

¤ Le coeur de la Spirale ~ Empty
Message(#) Sujet: ¤ Le coeur de la Spirale ~ ¤ Le coeur de la Spirale ~ EmptyLun 23 Juin 2014 - 20:15

La plate-forme de cristal volait haut dans le ciel étoilé nimbé de quelques nuages, filant à toute allure au dessus du territoire de Tetsu afin de déployer les trois combattants qui y trônaient incessamment sous peu. Kagi était concentrée à l'extrême afin de mener la barque en la pilotant de main de maître, tandis que Yanosa et son alliée de circonstances fixaient leur regard dans le lointain, scrutant la moindre trace de leur objectif, le coeur du pays: une zone agricole très active et qui ne serait supposément défendue que par une poignée de samouraïs. L'honneur, la gloire, tout cela relevait de la plus pure fiction en cet instant, où seul les résultats, pragmatiques, importaient au guerrier rouge lancé en pleine croisade. Tous les astres étaient enfin alignés, tous les pouvoirs lui étaient acquis pour pouvoir enfin remodeler ce monde et l'élever au niveau qu'il méritait. Mais tout ça, toute cette puissance accumulée, toute cette expérience glanée au fil des combats et des contacts, tout cela allait bientôt s'envoler pour le jashiniste, et ce jusqu'à ses convictions mêmes.

Dans les royaumes inférieurs, loin de ce plan d'existence rempli des ressentiments et des projets de l'humanité, un conflit divin trouvait en effet un dénouement inattendu qui allait sceller le destin du guerrier en partance pour sa guerre. Sans crier gare, sans qu'il puisse intervenir ou anticiper d'un iota ce qui était sur le point de se passer, le sceau qui liait Yanosa à la Porte des Morts fut littéralement balayé, coupant net du même coup le lien qu'il avait tissé avec Kagi et détruisant tous les ponts qu'il avait pu instaurer entre les mondes. D'un seul coup, diverses conséquences découlèrent de cet événement d'outre-monde: la douleur, d'abord, qui s'empara de la poitrine de Yanosa, le brûlant de l'intérieur et le faisant mettre un genou à terre, ses yeux écarquillés, le flot d'hypothèses qui lui emplirent le cerveau ne trouvant aucune explication logique. La gravité, ensuite, entra en jeu. Kagi n'était déjà plus, envolée dans les méandres des âmes, les chaînes qui la liaient à ce monde envolées et sa chaire ressuscitée s'étiolant et s'envolant au gré du vent. C'est donc en toute logique que le cristal qui dépendait de son chakra perdit aussitôt de l'altitude avant de tout simplement se briser de lui-même, ses deux occupants encore bien vivants étant désormais voués à une chute vertigineuse vers la forêt parsemée en contrebas.

L'heure n'était plus à se soucier du sort de Monza, et toute l'attention de Yanosa fut nécessairement draguée vers sa survie. Toutefois, la douleur dans sa poitrine gagnant en intensité lui brouillait les sens et l'empêchait de se concentrer, laissant son corps tomber comme une masse vers le sol, inévitablement, inexorablement. Tout juste le colosse torse nu aux cheveux flamboyant dans la nuit eut-il le temps de déverrouiller d'une traite les deux premières Portes Célestes, bandant ses muscles au maximum et tentant d'agripper au vol la moindre branche ou tout autre chose qui pourrait ralentir sa chute. Un premier choc se fit contre le tronc du plus haut des arbres, l'épaules du guerrier se démettant sur le coup, puis un deuxième vit l'arrière de la tête de Yanosa heurter violemment une branche robuste qui ne craqua même pas sous l'impact. Enfin, le corps lourd et massif du jashiniste échoua avec fracas sur le sol humide et feuillu de la forêt, deux côtes se fendant sur le coup malgré la mollesse du plancher des vaches à cet endroit.

Yanosa gisait là, inconscient... Et tout son être ou presque commença alors à disparaître, tout aussi sûrement que lentement, comme siphonné par sa présente faiblesse. Lui qui s'était toujours fait un point d'honneur à ne jamais dormir pour ne jamais se retrouver vulnérable, lui qui se cantonnait à la méditation et au repos mesuré du corps, celui-là se voyait à présent face au pire des scénarios possibles: il se voyait dépossédé de son identité, de ses croyances, de sa religion et de toutes les convictions qui allaient avec. Une amnésie galopante qui ruina en l'espace de quelques minutes tout ce qui était constitutif de Yanosa Oterashi, celui qui était destiné à devenir le fléau du monde pourri dans lequel il avait grandi et qui s'était à présent mué... En page blanche.


¤ Le coeur de la Spirale ~ Ren_ko13


Dernière édition par Oterashi Yanosa le Jeu 26 Juin 2014 - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

¤ Le coeur de la Spirale ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: ¤ Le coeur de la Spirale ~ ¤ Le coeur de la Spirale ~ EmptyMar 24 Juin 2014 - 10:25

Le premier de mes sens qui revint à la vie fut le goût. Puis vint l'odorat. Au fond de ma gorge asséchée, mon sang envoyait ses effluves pour me réveiller et me tirer de mon sommeil, mon visage plaqué contre l'herbe parsemée de mousse verte arrivant à peine à se décrocher du sol. Mes doigts se crispèrent autour d'une touffe végétale, j'y sentais la force, une force qui m'était devenue inconnue, mais que je détenais malgré tout. Les nerfs à travers mon corps jugèrent alors qu'il était temps de se remettre en route, eux aussi, envoyant leurs violents signaux jusqu'à mon cerveau et m'arrachant un râle de douleur. Mes côtes... Elles me faisaient atrocement souffrir, de même que l'arrière de ma tête. Je tentai alors de bouger mon bras droit, par pur réflexe, afin de me remettre d'aplomb de façon tout à fait mécanique. Quelle erreur... A peine la paume de ma main posée sur le sol que la pression exercée vint foudroyée mon épaule, vraisemblablement démise, me renvoyant face contre terre avec un rictus déformé sur le visage. Ce n'est qu'alors que je réalisai vraiment, ouvrant grand les yeux non sans peine... que j'ignorais tout.

De l'endroit où j'étais, de la cause de ces blessures qui m'affligeaient, mais plus important que tout, j'ignorais tout de moi.... Mon nom... Ma profession, mes rêves, mes ambitions. Rien. Je n'avais rien. J'étais prostré comme un nouveau né qui venait de réaliser que le sol de la Terre toute entière s'est dérobé sous ses pieds.

Non sans peine, je roulai alors sur la gauche pour me mettre sur le dos, redressant la tête afin de pouvoir déceler d'autres blessures éventuelles, plus graves, qui auraient pu échapper à mes sens ou que ceux-ci auraient pu camoufler pour m'éviter de tourner de l’œil de douleur. J'aperçus alors cette grande fresque, macabre, constituée de peau recousue, de plaies encore en train de cicatriser et de diverses entailles plus ou moins larges qui jalonnaient mon buste tout entier, comme une carte de mes actions passées. Las, je laissai aller ma tête en arrière pour la soulager. D'où pouvait provenir un si grand nombre de blessures ? M'avait-on torturé ? Quelle vie avais-je pu mener pour maltraiter mon corps à ce point ? Sans vraiment y penser, par un réflexe jailli d'outre-tombe, je pris alors un élan vif et serein sur la gauche avant de plaquer violemment mon épaule droite au sol. Je hurlai, tandis que l'os regagnait sa place légitime, me demandant ce qui avait bien pu me passer par la tête avant de réaliser que c'était probablement la meilleure chose à faire, si je voulais avoir une chance de me relever un jour.

A mesure que mon corps s'éveillait, je semblais pris dans une routine qui n'était pas la mienne, ou plutôt qui l'avait été mais qui m'était à présent tout à fait étrangère. Les douleurs, omniprésentes, occupaient bel et bien la plus grande partie de mes pensées, mais ne sapait pas ma volonté, aussi faible qu'elle ait pu être à cet instant précis. Je recevais les signaux sans pour autant y être asservi. Peut-être des mois de torture supposés m'avaient-ils permis de me constituer une carapace contre la douleur... ? Je ne pouvais que me risquer à quelques hypothèses, et ce ne fut que lorsque j'eus assez de force pour me redresser qu'enfin je dénichai un indice qui pourrait me mettre sur la voie. Là, à mes pieds, gisait un ceinturon. Très certainement le miens. Bardé de parchemins et de fioles diverses, j'aurais bien été damné si rien sur ce maudit ceinturon n'avait pu éclairer ma lanterne, mais la façon qu'il eut de le faire me prit pour le moins de court...

Alors que j'ouvrais délicatement l'un des parchemins soustrait à son encoche, une énergie sembla circuler de mes doigts jusque dans le bout de papier, où étaient inscrits des runes étrangement familières. Sans que je puisse savoir pourquoi ni comment, quelque chose sortit alors dudit parchemin... Quelque chose de mort et d'affreusement odorant. Je trébuchai en arrière sous l'effet de la surprise, le corps en putréfaction d'un soldat pointant ses orbites vides dans ma direction se dressant devant moi. Pris de panique, je me relevai aussi vite que je le pus, me défendant aussi instinctivement que possible face à ce qui ne pouvait représenter qu'une menace. Ma jambe se déploya d'elle-même dans un mouvement rotatif ample qui me surprit moi-même, frappant le haut du buste en décrépitude du monstre malgré la douleur dans mes côtes... Et le pulvérisant presque sur le coup en envoyant ses ossements valser aux quatre vents. Je titubai alors légèrement en arrière, les yeux écarquillés, abasourdi, comprenant de moins en moins ce qui avait pu se passer et comment j'avais pu finir dans cet état.

Les premières lueurs de l'aube me permettaient de distinguer plus clairement la forêt dans laquelle j'avais repris conscience, et m'indiquaient par la même occasion les directions qui s'offraient à moi. Kaminari... Il fallait que je retourne à Kaminari ! J'ignorais pourquoi, mais seule cette attache au Pays de la Foudre me revint sur le moment, comme une réminiscence d'un lointain passé. Tel un zombie, je me mis alors à marcher vers l'est, exsangue, assoiffé, afin de trouver quelqu'un, n'importe qui, qui puisse m'aider à retrouver les miens... Ou plutôt ce que je pensais être les miens à cet instant.


¤ Le coeur de la Spirale ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

¤ Le coeur de la Spirale ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: ¤ Le coeur de la Spirale ~ ¤ Le coeur de la Spirale ~ EmptyMer 25 Juin 2014 - 16:58

La douce chaleur du soleil printanier perçait à travers les feuillages, les rayons du soleil s'épanchant sur ma peau nue et balafrée. Chaque fois que mon regard se posait sur l'une de ces nombreuses cicatrices, un étrange frisson m'envahissait et me glaçait le sang, comme si elles étaient toutes synonymes de mort et de souffrances infligées à autrui plus qu'à moi-même. Je me hâtai, autant que possible, afin de rejoindre ce que je pensais être ma patrie, reconstituant tant bien que mal des bribes d'histoire et de géographie pour tenter d'y voir plus clair. Seuls le nom des pays me revinrent malgré tous mes efforts : il y avait donc bien sûr Kaminari, où j'étais presque sûr d'être né, puis venaient le Pays du Fer, celui du Feu, Tsuchi, Ame, le Pays du Vent, Taki, Yû, et enfin Mizu. Tous trouvaient peu ou prou leur place sur la carte mentale que je tentais d'élaborer, mais rien de plus ne venait. Aucun prénom, aucun titre, aucune allégeance ni obédience, rien.

La douleur était supportable, mais elle me ralentissait considérablement. Les côtes fêlées étaient une chose : elles me contraignaient à marcher de biais en me tenant le flanc, mais n'engageaient pas ma survie. La douleur qui partait de l’arrière de ma tête et se frayait un chemin tout le long de mon cortex à chaque pulsation de mon sang, elle, m'inquiétait. J'avais beau n'avoir aucune idée sur la personne que j'étais, ou que je fus autrefois, force était de constater que j'étais suffisamment instruit pour reconnaître une mauvaise blessure et la craindre comme il se devait. Mon crâne était en feu, je n'avais aucune certitude quant à ma destination et aucun vivres pour pouvoir m'assurer d'y arriver en un seul morceau. Un bref mais intense soulagement m'envahit cependant lorsque, au loin, je perçus le son caractéristique d'un cours d'eau galopant entre les rochers. Je m'approchai alors aussi vite que je pus, me contre-fichant de la qualité du breuvage qui m'attendait et plongeant ma tête endolorie dans le courant.

La fraîcheur me fit du bien, beaucoup de bien, mais pas autant que l'eau emplissant mon estomac, réhydratant mon corps telle une cataracte bienfaitrice que je n'osais plus espérer. Je ne disposais d'aucun récipient qui aurait pu accueillir une petite réserve d'eau, aussi me hâtai-je de boire le plus possible avant de reprendre ma route vers l'est, mais un bruit attira mon attention, en direction du nord. Curieux et conscient que le moindre faux pas pouvait me faire tuer dans ce monde que je ne connaissais plus, je me dirigeai alors vers la source de ce bruit... Un feuillage remua à une dizaine de mètres devant moi et l'agitation dans les fourrés ne fit que croître à mesure que j'avançais, péniblement.

« Non ! Pitié, ne me faites pas de mal ! Je- Je ne voulais pas vous embêter, je- je... ! »

L'homme, bien mal vêtu, un bâton à la main, avait jaillit de sa dernière cachette, un tronc d'arbre qui aurait pu en camoufler dix comme lui. Il avait vraisemblablement la peur au ventre, et je ne compris pourquoi qu'en rejetant une nouvelle fois un œil vers mon torse balafré en tout sens. Je m'empressai alors de le rassurer.

« Non, non, ne vous inquiétez pas, je ne suis pas... » Je ne suis pas quoi, en fait ?

« Je ne vous ferai aucun mal, vous avez ma parole. Mais pour tout vous dire... Je ne serais pas contre un peu d'aide si vous êtes en mesure de m'en fournir. Je dois rejoindre Kaminari, mais je ne suis pas en grande forme et je n'ai aucun vivre...

- Je... Je vous crois, d'accord, je vous crois. Je... Je peux vous conduire chez moi pour le souper et puis... Il y a assez de foin dans la grange pour vous faire un lit, enfin je suppose.

- Je suis encore loin du Pays de la Foudre ? Excusez-moi, mes repères ont été quelque peu... chamboulés, dernièrement. »

Sans plus de préambule, le fermier d'abord terrifié me fit signe de le suivre, nous faisant entamer la route qui nous mènerait chez lui, vers un peu de repos que je prendrais volontiers. Sa réponse, cependant, allait réveiller en moi une nouvelle série de souvenirs.

« Non, vous n'êtes plus très loin, non... A vrai dire il ne vous reste que Shimo à traverser pour y parvenir. En longeant la côte, ça se fait tout seul. Les samouraïs soient bénis, la région est sûre grâce à eux. Mais... Sans vouloir vous offenser, ou quoi... Ce n'est pas plutôt le Village caché des Nuages que vous recherchez ?

- Le village... caché...

- Vous avez plutôt l'air, vous savez... d'un combattant, quoi. Ce serait plutôt là-bas que vous pourriez obtenir de l'aide. Les hôpitaux du pays sont plutôt corrects, mais tout le monde sait que rien ne vaut la médecine militaire de vos shinobis.

- ... Sans doute, oui. Vous devez avoir raison. »

A la vérité, qu'aurais-je pu lui répondre à ce moment-là ? Ce fermier entre deux âges, qui vivait sans doute de son bétail, venait de me rappeler l'air de rien l'existence de tout ceci... Les villages cachés, oui, chaque pays majeur en possédait un. Et à l'intérieur... Des shinobis, des guerriers surentraînés aptes à remplir des missions de tout ordre, tantôt assassins tantôt protecteurs... Et j'en étais probablement un.


¤ Le coeur de la Spirale ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwa
Samui Ryûga
Informations
Grade : Shodaime Tsuchikage
Messages : 2118
Rang : SSS

¤ Le coeur de la Spirale ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: ¤ Le coeur de la Spirale ~ ¤ Le coeur de la Spirale ~ EmptyJeu 26 Juin 2014 - 11:47

A mesure que nous avancions vers la côte, vers le logis de ce fermier à fleur de peau, l'évidence me frappait chaque fois davantage : chaque pas que je faisais me faisait avancer vers cette certitude, ce fait établi selon lequel je devait être un combattant. Pour appuyer cette théorie, il n'y avait pas à chercher bien loin de surcroît : il n'y avait qu'à voir avec quelle force j'avais été en mesure de repousser ce mort-vivant qui m'avait attaqué, tout droit sorti de cet étrange parchemin.

J'étais donc un guerrier, certes, mais quel genre de guerrier ? A qui allait mon obédience avant que je ne me réveille en pleine forêt, meurtri et sans aucun souvenir de ma vie passée ? Tout mon être semblait attiré par Kaminari, vers Kumo, et il m'était impossible de ressentir la moindre attirance ou la moindre affinité avec un quelconque autre pays. Les chances que je me trompe étaient donc minimes... Mais jusqu'où pourrait me mener la plus petite des erreurs ? Je n'avais plus de repère, plus de notions sur lesquelles m'appuyer, mon sens moral et ma vertu ne savaient plus à quoi se fier... En attendant de recouvrer la mémoire -si cela devait arriver un jour-, je devrais donc progresser à tâtons et ne pas me risquer à prendre des décisions trop extrêmes... Sans quoi, je pourrais très bien commettre l'irréparable sans même m'en rendre compte.

Pour l'heure, je n'avais toutefois pas trop à m'en faire. La confiance semblait en effet de mise avec cet homme de bétail, qui ne tarda pas à me mener sur les côtes, sur le surplomb où trônait presque sa petite maisonnette entourée de chèvres et d'enclos divers. Les embruns de la mer me furent d'abord agréable, avant de susciter en moi une répulsion latente, passive mais bien présente, qui témoigna d'une certaine aversion pour l'eau. Il allait falloir que je m'habitue à expérimenter ce genre de sensation... C'était comme découvrir quelque chose qui était resté ancré en vous durant toute votre vie mais dont vous aviez soudainement oublié jusqu'à l'existence. Le soleil n'allait pas tarder à se coucher au loin, aussi mon hôte m'invita promptement à entrer. Mes côtes me faisaient toujours atrocement mal, mais c'était toujours cette douleur lancinante dans la tête qui m'inquiétait. Il faudrait attendre demain avant de pouvoir espérer avoir de l'aide médicale, et celle-ci n'allait pas venir à moi : c'était à moi d'aller la chercher, à Kumo et nulle part ailleurs.

Le dîner se passa sans qu'aucun événement impromptu ou inhabituel ne vienne déranger la quiétude de la côte. Je m'empressai d'engloutir le ragoût préparé par ce brave fermier prêt à me rendre service, le braillement des bêtes en arrière-plan sonore, le remerciai plusieurs fois en louant son bon geste, puis allai me vautrer dans le foin de la petite grange indiquée auparavant. Je tentai tant bien que mal de trouver une position confortable pour pouvoir rapidement sombrer dans l'inconscience, mais il fallait croire que mon corps n'était pas très friand de sommeil. Cette nuit-là, tout juste avais-je pu reposer mes muscles et apaiser mon esprit : pour une bonne nuit de sommeil, il allait vraisemblablement encore falloir attendre. Au matin, sitôt les premiers rayons du soleil perçant à travers les planches de bois, je me levai donc sans attendre, me promettant que je paierai ma dette à cet homme tôt ou tard, et me remis en route vers l'est afin d'aller à la rencontre de ceux qui seraient, je l'espérais, mes alliés.


¤ Le coeur de la Spirale ~ Ren_ko13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

¤ Le coeur de la Spirale ~ Empty
Message(#) Sujet: Re: ¤ Le coeur de la Spirale ~ ¤ Le coeur de la Spirale ~ Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

¤ Le coeur de la Spirale ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de la Foudre :: Tetsu no Kuni-