N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.
Partagez
 

 Les derniers seront les premiers [Rang B]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Les derniers seront les premiers [Rang B] Empty
Message(#) Sujet: Les derniers seront les premiers [Rang B] Les derniers seront les premiers [Rang B] EmptySam 10 Déc 2011 - 17:00



Citation :
    Ordre de mission :

    A Tetsu no Kuni est organisé un festival d’arts martiaux. Plus important, un tournoi de Taijutsu et de Kenjutsu est organisé et nous aimerions avoir un représentant sur les lieux pour défendre l’honneur du pays de l’eau. Vous avez été naturellement choisie pour participer à ce tournoi. Une personne de rang Chûnin était exigée et le rang de la mission se justifie par l’importance de celle-ci. Un tel rendez-vous pourra donner lieu à de premiers échanges inter-nation bénéfique pour nous. Mais bien sûr on vous demande de mettre votre loose attitude de côté pour pouvoir gagné la compétition.


Aujourd'hui, c'est mission. Qui dit mission dit voyage. Et qui dit voyage dit...Bon, j'arrête. Bref ; Comme dit précédemment, j'allai voyager un peu. Cette fois-ci, j'allai me diriger vers Tetsu no Kuni en raison de mon travail. S'il y avait quelques chose que j'aimais en tant que Shinobi c'était cela. Le fait de pouvoir voyager dans tout les coins et recoins de ce vaste monde. Si je récapitulai, j'avais déjà visité : Kumo / Ame no Kuni / Yaki no Kuni et bien évidemment tout le Pays de l'eau. Prochain étape ? Le pays du fer ! Des forges, des manieurs d'épées. Une chose était certaine, avec tout ça, je n'allai pas me sentir dépaysé. Mais n'oublions pas le travail pour autant ! Je devais, d'après la missive que j'avais reçu, participer à un évènement. Une sorte de tournois regroupant les meilleurs manieur d'épée. J'étais d'ailleurs censé représenter le village de Kiri pour cette fabuleuse compétition. Une consécration pour un chûnin telle que moi ! Du moins c'était ce que je pensai. Mon enthousiasme s'évapora subitement lorsque je lis les dernières lignes de la missive : "Mais bien sûr on vous demande de mettre votre loose attitude de côté pour pouvoir gagner la compétition". Que ceux qui écrivent ces fichus ordres de missions aillent brûler en enfer. Un looser, moi ? Non.

Bon, en y réfléchissant de plus près, il était vrai que j'avais perdu contre Sei lors de l'examen chûnin, que je n'avais pas réussi à arrêter une foule de furieux écologistes, j'avais aussi perdu contre Mahan, contre Uriô et j'avais certes vaincu Hakushi Ozuka, mais seulement parce qu'elle eut la mauvaise idée d'affronter le nukenin de front. Si on y réfléchissait bien, la seule mission en solitaire que j'avais mené à bien était celle du lapin pervers...Honte à moi. J'étais devenu officiellement et indubitablement un looser. Comment avais-je pu tomber si bas ? Moi le grand Kitase Shinichi ? Moi que les gens respectaient à Mizu no Kuni. Étais-je devenu aussi insignifiant que cela ? N'étais-je donc rien de plus qu'un simple déchet incapable d'accomplir ce pour quoi il était payé ? Visiblement oui.

Je voyais déjà ce que j'allai pouvoir écrire sur mon rapport de mission. Quelques chose du genre « j'ai échoué » ou bien pour faire beaucoup plus poétique et moins direct « j'ai failli à ma tâche ». Voilà sans aucun doute ce qui allait figurer sur mon rapport. Enfin peu importe. J'aurai tout le temps de me morfondre. Pour l'heure, je devais prendre le premier bateau pour aller à Tetsu no Kuni. Kiri allait peut-être accepter un énième échec de ma part, mais il n'allait certainement pas accepter que je rate mon bateau. C'est donc, sortant de chez moi, affaires en main que j'avançai avec courage et détermination vers l'échafaud. Euh, pardon. Vers le port. Là bas m'attendait un capitaine aimable qui me montra en toute sympathie la cabine où j'allai passé tout le voyage.

Le périple fut long. Très long. Tetsu no Kuni...Ce n'était pas la porte à coté ! A lui seul, le voyage en bateau m'avait pris quelques longues journées. Journées que je passai à dormir, à manger, à regarder les vagues et à méditer. Vous l'aurez compris, il était hors de question pour moi de m'entraîner. Dans tout les cas, si comme le disait la missive, j'étais atteint de loose-attitude, que je m'entraîne ou non n'aurai aucune conséquence. J'étais destiné à perdre alors à quoi bon s'entraîner ? A rien !

Ce fut donc après quelques jours à ne rien faire que mon bateau accostait. Mais le voyage ne fut pas terminé pour autant. Après la traversée en mer venait la traversé sur terre. D'après les indications fournis par ma carte, j'avais environ une à deux journées de marche à faire... Qui l'eut cru ? Marcher deux jours pour enfin arrivé à Tetsu no Kuni. Et une fois là-bas qu'allait-je faire ? Me faire battre à plat de couture du fait de ma malchance ainsi que de ma nullité. Enfin, qu'importe ! Ce n'était pas deux jours de marche qui allaient me tuer - tandis que le Mizukage, lui, le pouvait - .

***

Destiné à perdre, j'avançai. Jusqu'à ce qu'au bout d'un certain temps j'eus enfin le plaisir de voir les toits des forges de Tetsu no Kuni. Les légendes ne mentaientt pas. Ce village était vraiment particulier. L'architecture en témoignait. Le grand curieux que j'étais se précipita donc d'entrer dans le village afin de l'étudier de plus près. L'extérieur du village m'avait éblouit et le moins que l'on pouvait dire était que l'intérieur ne m'avait en rien déçu. Les façades des forges et des divers lieux étaient splendides. Les ruelles animées étaient fort agréables à voir. Tout le village était en fête. Les gamins couraient s'amuser. Le tournoi n'était pas la seule festivité. En réalité, à cette période de l'année, tout le monde semblait en joie. L'ambiance était telle que j'en oubliai presque ce pour quoi j'étais venu ici. C'est malheureusement un de ces chers bambin qui, en courant, m'avait cogné et dit d'un air naïf : « Faites attention vous ! Ah lala...Ces gens qui viennent pour le tournoi ne font jamais attention à eux ».

    – Ah oui...Ce fichu tournoi


Un gosse venait de me ramener à la dure réalité. J'allai devoir m'inscrire à cette maudite compétition. Demandant de temps à autre mon chemin à des passants, je me dirigeai vers l'arène ou allait avoir lieux le tournoi d'arts martiaux. Ce fut au bout d'une trentaine de minutes de marche que j'eus enfin trouvé ce que je cherchai. La grande arène n'était pas sans me rappeler celle où j'avais passé l'examen de sélection des chûnins. Espérons que cela se passe mieux cette fois-ci. Prêt à en découdre, j'entrai dans la grande arène, arrivant dans une sorte d'accueil. A ma grande surprise j'étais seul. Qu'est-ce que cela pouvait bien vouloir dire ? Ne me dites pas que le tournoi était déjà terminé ? Ou bien alors étais-je le seul à vouloir m'inscrire ? Afin de trouver ma réponse, je me dirigeai vers uns des hommes chargé d'accueillir les participants.

    – J'aimerai m'inscrire au tournoi !

    – Très bien. J'ai cependant le regret de vous dire que les inscriptions ouvrent dans trois jours monsieur. Quant-au tournoi en lui même c'est seulement dans une semaine que vous pourrez y participer.


...Sérieux ? J'allai devoir rester une semaine à attendre tout ça pour perdre ? Oui, j'aurai clairement préféré faire les choses à ma manière. C'est à dire : m'inscrire, dire bonjour, puis baston, et enfin au revoir et merci. Au lieu de cela j'allai devoir rester une semaine entière ici. Non pas que la ville ne me plaisait pas cependant j'avais un peu de mal à m'imaginer rester ici. Je voulais réellement rentrer chez moi. Enfin. A croire qu'on ne fait pas toujours ce que l'on veut dans la vie. J'allai devoir prendre une chambre dans une auberge pour la semaine.

    – Très bien. Dites monsieur, vous ne connaissez pas une bonne auberge dans le coin ?

    – Une auberge ? Si vous voulez participer au grand tournoi, je vous conseille de vous entraîner très dur ! De plus, comme il aura lieu dans une semaine, ça serait idiot que vous restiez tout ce temps à vous tourner les pouces dans une auberge. Je me permet donc de vous conseiller d'aller vous entraîner dans un des nombreux dojos que comptent notre magnifique village. Là-bas vous pourrez vous reposer et dormir comme s'il s'agissait d'une auberge ET vous entraîner d' arrache-pied ! En tant que fin admirateur d'arts martial je vous conseil le Dojo Chikara. Pour le trouver ? Il suffit d'aller à gauche, puis à droite, puis tout droit, puis de nouveau à gauche et enfin tout droit ! Vous verrez, ils sont vraiment géniaux ! Cela fait trois ans que le meilleur disciple du maître du dojo gagne le tournoi ! Si maître Isane accepte de vous entraîner pendant une semaine vous serez certain d'avoir vos chances ! On raconte que leur entraînement est le plus dur qui n'ai jamais existé. Leurs force est telle que même le disciple plus faible de la grande Isane peut d'un simple coup de sabre détruire une roche de deux mètres ! Quant-au champion, Kaïo, il peut ,avec aisance, détruire une roche de dix mètres ! En outre, les légendes racontent que...


Et blablabla et blablabla. Il ne s'arrêtera jamais de parler celui-là ? Je lui demande un renseignement et c'est parti. Il devait vraiment être admirateur de ce Dojo pour être si bien informé. Enfin, dans tout les cas, je venais de trouver le lieux où j'allai passé ma semaine. Direction le Dojo Chikara !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Konoha
Kurasaki Shinichi
Informations
Grade : Genin
Messages : 2738
Rang : S

Les derniers seront les premiers [Rang B] Empty
Message(#) Sujet: Re: Les derniers seront les premiers [Rang B] Les derniers seront les premiers [Rang B] EmptyVen 16 Déc 2011 - 23:35

Il avait dit quoi déjà ? A droite, puis à gauche ? Puis ...Euh ? C'était pas l'inverse en réalité ? Récapitulons : Je devais aller à gauche, puis à droite, puis tout droit, puis de nouveau à droite...Non. Ou alors ? A gauche, puis ?... Ça suffit. J'abandonne. Il y avait trop d'indications. Je ne me souvenais plus de rien. J'allai donc faire, comme à chaque fois qu'il y avait un choix à faire, trou trou. A droite ? A gauche ? Au centre ? Trou trou trou ça sera dans cette direction là ! Mon doigt montrait la direction de droite – Sachant que la bonne direction dès le départ était la gauche je vous laisse deviner ce qui m'arriva – . Puis à chaque fois qu'il y eut une direction à choisir je fis trou trou. C'est au bout d'une vingtaine de minutes que je m'arrêtai enfin pour me poser une question d'une grande intelligence : « Je ne venais pas de me perdre par hasard ? ». Visiblement oui. J'avais, par je ne savais trop quel moyen, réussi à arriver là où je m'étais malencontreusement cogné sur le jeune garçon. En somme, nous pouvions dire que je tournai en rond. Peut-être serait-il plus intelligent de tout simplement demander, comme je le faisais tout à l'heure, le chemin à des passants ? Si le Dojo Chikara était si réputé que ça, nul doute que les gens sachent où il se trouvait.

Confiant, je m'apprêtai à demander mon chemin. Mais à qui ? Il y avait tellement de monde ici que je ne savais pas à qui m'adresser. Finalement, je jetai mon dévolu sur la personne le plus proche de moi. Il s'agissait d'un homme de taille moyenne, au teint pâle et aux cheveux blonds relativement long qu'il attachait soigneusement d'une queux de cheval. Ces yeux étaient d'une couleurs dorées assez particulière qui s'alliaient parfaitement à la couleur de ses cheveux. Pour ce qui était de son âge, a première vue, le garçon devait avoir, tout comme moi, la vingtaine. Je m'avançai délicatement pour l'interpeller.

Spoiler:
 

    – Bonjour. Je cherche un endroit bien précis mais je ne suis pas du coin. Je ne sais donc pas vraiment par quelle direction aller. Mais peut-être que vous pourriez m'aider ? Je souhaite trouver le Dojo Chikara.

    – Le Dojo Chikara hein ? Je suppose que tu veux intégrer l'école comme grand nombre de personnes maniant le sabre. Rien qu'à te voir je suis persuadé que tu n'as absolument rien à faire là-bas. Cependant je veux bien t'y emmener.


J'avais une certaine envie de lui coller mon poing à la figure rien qu'à l'entendre parler cependant je me retins. D'après ces dires, il allait m'emmener. Je m'occuperai donc de son cas une fois que je serai sur place. Pour l'heure j'avais besoin de lui. Je me tus donc et j'avançai derrière lui comme si de rien était mais croyez-moi, il ne payait rien pour attendre celui-là. J'allai lui faire ravaler son air hautain et son sourire narquois à ce blondinet. C'est au bout de quelques minutes à traverser les rues toutes plus bruyantes et déchainées les unes que les autres que nous arrivâmes enfin dans un lieu beaucoup plus calme et serein. Une sorte de grande cour où trônait au milieu une vieille bâtisse. De plus, de l'extérieur, on pouvait voir ci et là quelques fontaines, ainsi que quelques zones d'entraînements où les plus jeunes s'entraînaient avec des bâtons de bois à frapper le plus fort possible sur des mannequins de paille. Ce n'était certainement pas avec ce genre d'entraînement que j'allai devenir plus fort ou même que j'allai gagner ce fichu tournois. Non, je devais trouver le maître de ce dojo. Cette fameuse Isane afin qu'elle m'entraîne. Elle seule pouvait éventuellement m'aider à devenir plus fort. Je devais donc la rencontrer.

Cela tombait bien, car le blondinet m'emmena à l'intérieur du dojo pour « allez voir le maître » d'après ses dires. Plus nous traversions de pièces, plus les personnes qui s'entraînaient étaient âgée et douées. Au bout de quelques salles nous arrivâmes enfin dans une grande salle ou plusieurs personnes d'un certains âges et d'un certain niveaux s'entraînaient. Au centre de la salle, sur un petit siège, était assis le fameux maître : Isane. A ma grande surprise, il ne agissait absolument pas d'une vieille femme décrépit ou autre comme on pouvait en voir dans les romans. Non il s'agissait bel et bien d'un maître jeune et qui plus est relativement belle ! Sa longue chevelure noire dépassait allègrement ses épaules. Son teint légèrement pâle ainsi que ses yeux noir faisait d'elle une véritable beauté. - Ne vous méprenez pas, elle était toutefois trop vieille pour moi. Au dessus d'elle se trouvait un parchemin qui servait d'écriteaux. Était inscrit dessus, à l'encre de Chine, la phrase suivante : « Les derniers seront les premiers »

Ça serait cool ça, tient. Moi j'étais un looser d'après mes dirigeants ! Si je pouvais être le premier dans quelques chose ça m'arrangerait bien. Enfin peu importe. Je n'allai faire aucun commentaire déplacé sur ce qui semblait être son « nindo » en sa présence. Après tout, j'allai probablement avoir besoin d'elle et de son fameux entraînement dont on m'avait tant vanté les mérites. Je m'inclinai donc face à elle comme le fit le jeune blondinet avant moi. Après nous être redressé, le maître entama la discussion.

    – Qui est donc cet étranger Kaio ? Et que vient-il faire ici ?

    – Encore une personne qui veut devenir un de vos élèves... Cela fait le quatrième en une semaine. Voulez-vous que je m'en charge ?


Qu'est-ce qu'il était prétentieux ce blondinet ! J'allai vraiment lui mettre mon poing dans la figure s'il continuai. Comment Isane l'avait-elle appelé ? Kaio ? Ce nom ne m'était pas inconnu. C'est après quelques secondes de blanc total que je me souvins. L'hystérique de l'accueil m'en avait parlé. Ce blondinet était donc le fameux champions Kaio qui, d'après les racontars, pouvait, avec un simple sabre, détruire une roche d'une dizaine de mètres. C'était donc lui ? A première vue il ne semblait pas si fort que ça. Oui, nous pouvions dire qu'il n'avait en rien le profil du combattant aguerris. Si c'est ça le meilleur combattant du championnat je ne devrai pas avoir de mal à gagner ce tournoi pensai-je. Bref, de quoi parlait-il quand il disait « voulez-vous que je m'en charge ? » ? Voulait-il me faire passer un test ? Si oui, j'étais mal barré. Frêle ou non, le jeune homme était tout de même le champion du tournoi. Autant dire que j'avais de faible chances de gagner.

    – Non, pas de combat. Cette fois-ci on fera autrement. Tu peux disposer.


Super ! Ce n'était pas lui que j'allai affronter. C'était une bonne nouvelle pour moi. Le jeune homme ne discuta point et partis je ne savais trop où, me laissant seul avec le maître du dojo... Tout compte-fait j'aurai préféré qu'il reste. Être seul avec elle n'était en rien rassurant. De plus, le « on fera autrement » me laissai présager le pire. Quel genre de test allais-je bien devoir passer ? Une chose était sûr, ce n'était pas un combat face à l'élève le plus puissant du dojo. Peut-être était-ce un combat contre le maître en personne ? Pitié, faites que ça ne soit pas ça.

    – Suis - moi. On va dehors.


Qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir dehors ? Pour la savoir, je suivis la jeune femme. Ensemble, nous traversâmes deux petites pièces jusqu'à ce que nous arrivâmes dans une sorte de petit jardin loin des regards curieux. Dans ce jardin se trouvait quatre personnes – Dont le fameux Kaio -. Je compris vite que c'était dans ce lieux que les élèves les plus performants du maître s'entrainaient. Cependant, pourquoi m'avoir emmener ici ? Je n'étais pas censé affronté l'un d'eux d'après les précédentes déclaration de la jeune femme. Alors qu'allais-je bien pouvoir faire ? La question était posée.

    – Tu dois sûrement te demander pourquoi je t'ai fais venir ici ? Comme tu as dû t'en douté, ici s'entraînent mes lèves les plus talentueux. Ceux que j'entraîne personnellement. J'ai cru comprendre que toi aussi tu voulais faire parti de mes élèves pour un certain temps. D'habitude, je fais en sorte qu'un de mes élèves affronte le prétendant afin de voir si oui ou non il est digne d'être un de mes disciples. Hors, aujourd'hui je suis d'humeur généreuse. Je vais donc te faire passer un autre test. Celui du rocher.


...Je ne savais pas pourquoi, je sentais qu'il y' allait avoir un rocher de deux mètres que j'allai devoir péter... L'homme de l'accueil m'en avait parlé. Ces gens de Tetsu no Kuni devait vraiment avoir des problèmes avec les rochers pour avoir l'insatiable envie de les trancher. La jeune femme, continuai d'avancer tout en regardant dans temps à autre si je la suivais toujours.
Bingo ! J'avais vu juste. Au bout de quelques minutes de marche seulement, un imposant rocher de deux mètres me faisait face. Isane me laissa passer devant elle. Je jetai succinctement un rapide coup d'œil au diverses personnes qui me scrutaient comme si j'étais une bête de foire. Ils devaient probablement tous attendre que j'échoue. La propriétaire du dojo Chikara me regardait elle aussi avec attention.

    – Tu as le droit à un coup. Il faut que la roche s'écroule. Un conseil, ne tente pas de coup puissant ou autre. Il faut, pour que tu réussisses, que tu t'aides du poids de la roche. Si tu le fais, tu arriveras à le faire s'écrouler sans même forcer. Un coup vif, précis et rapide comme l'éclair qui fend la roche. Attaque-toi au point qui te semble le plus lourd afin de le faire tomber. Voilà ton test.


Un coup ? Ça sera largement suffisant pensai-je optimiste. Je n'avais en réalité rien écouté de ce que m'avait dit le maître. Son histoire de coup vif tout ça, c'est du pipo ! Je sortis délicatement mes deux sabres. C'était parti. Un coup, une chance, une opportunité. Je n'avais pas le droit à l'erreur. Espérons que ma loose-attitude ne refasse pas surface dans un moment aussi critique. Je fis un soudain bond afin d'essayer de trancher le rocher verticalement. Mes sabres traversèrent la roche. Mais celle-ci ne tomba pas. Je regardai à nouveau les disciples du maître qui semblaient amusé de mon échec. Puis ce fut au tour d'Isane de prendre la parole

    – Tu n'as rien écouté à mes conseils. Cependant je dois avouer que la roche a bien été tranché, mais elle ne s'est pas...


Soudainement, miracle ! Le vent souffla fortement. La roche brisé en deux qui ne tenait presque plus s'écroula alors sous la force du courant d'air. Les quatre sabreurs n'en croyaient pas leurs en yeux – Et moi aussi d'ailleurs –. Ahuri, le maître reprit la phrase qu'elle avait laissé en suspend

    – ...Écroulé. Tu peux dire merci à ta bonne étoile. En tant qu'un de mes élèves tu peux rester t'entraîner ici et vivre à l'internat le temps que tu le souhaiteras.


Youpi ! Je venais de gagner ma place. Ce fut juste, mais je l'avais fait ! Vivement l'entraînement. Dans une semaine jour pour jour, je devais participer au tournoi. Je n'avais donc pas de temps à perdre.

***

Trois jours étaient passés. J'avais énormément appris en leur compagnie. Qui plus est, j'avais réussi à me faire accepter de tout les disciples d'Isane. Tous, sauf un : Kaio. Il avait, je ne savais trop pourquoi, vraiment du mal à accepter le fait que j'eus intégrer le dojo au rang d'élève du maître. Par exemple, lorsque je venais sur le terrain pour m'entraîner, il partait ailleurs... Jalousie ? Ou bien, peut-être qu'il pouvait tout simplement pas me sentir ? Peu importe, moi aussi je ne l'aimais pas de toute façon. C'était de bonne guerre. En outre, il allait certainement être mon plus grand rival lors du tournoi. Je n'allai donc pas sympathiser avec l'ennemie.

Au bout de quelques heures d'entraînement, notre maître arriva en compagnie de Kaio afin de nous dire de nous préparer. Nous allions tous y aller afin de nous y inscrire...Enfin tous, Kaio et moi allions nous inscrire seulement. Un représentant par dojo ou par unité. Kaio était l'unique représentant du dojo Chikara tandis que moi – Même si je faisais à présent parti du Dojo – J'allais représenter mon village : Kiri. Les autres allaient venir tout simplement car c'était la tradition.

Une fois arrivé, je revis l'homme de l'accueil qui m'avait conseillé d'aller au Dojo Chikara.

    – Dites, simple curiosité de ma part, avez-vous suivis mon conseil ?

    – Oui. J'y est passé trois jours formidable. Je compte bien m'entraîner encore pendant les quatre jours restant. Normalement, Kaio mis à part, personne ne devrait m'opposer de resistance.

    – Personne ? Que nenni ! Kaio est certes très puissant mais croyez-en mon œil expert, il y a de nombreux talents dans ce tournoi ! Regardez, vous voyez ce grand gaillard au long cheveux bleu au fond de la salle ? Il s'agit de Taiko représentant d'un dojo de Ta no Kuni. Le finaliste de l'an dernier. Autant dire que son niveau est presque équivalent à celui de Kaio. De plus, regardez par dessus mon épaule. Vous le voyez certainement ? L'homme basané avec les cheveux blanc. Lui aussi fais parti des outsider. Il se nomme Muroi. Demi finaliste l'année dernière et représentant d'un dojo peu connu. Il n'a pas la force de Taiko ni même la technique de Kaio mais vous pouvez être sûr qu'il sera difficile à battre !


...Et il repartit dans une longue tirade si peu intéressante que je ne vous en ferai pas part. Cependant, dans tout les cas, j'avais appris, grâce à lui, quelques chose d'important. Kaio n'allait pas être le seul obstacle à la victoire final. Taiko et éventuellement Muroi pourrait être de la partie. Autant dire qu'avec autant d'outsider cette année, le tournoi allait être ouvert. Je regardai les deux jeunes hommes signer les dossiers d'inscriptions. Je fis donc de même déterminé à gagner. C'était fait, j'étais officiellement inscrit en tant que représentant de Kiri. Je sortis donc de l'établissement.
Kaio sortit quelques minutes après moi. Les autres disciple du maître nous regardèrent fier. Isane pour célébrer notre inscription décida d'organiser une petite fête en notre honneur. C'est donc en toute logique qu'a notre retour du dojo. Tout le monde s'activa afin que tout soit prêt pour ce soir.