N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 En Eden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nukenin
Asshu Kaderik
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

En Eden Empty
Message(#) Sujet: En Eden En Eden EmptyLun 31 Mar 2014 - 23:07


Un Eden dans le désert. Cela sonnait comme un paradis en enfer à mon oreille. Bien des contrées avaient foulées mes pieds. Pourtant jamais l'oasis de ce pays je n'avais entrepris de découvrir. Cela fut par hasard. Je me perdais à ce moment dans une mer de chaleur. Le sable à perte de vue, préservant en son sein la rudesse du soleil. Un parfum de chez moi pour être honnête. De mon pauvre œil, je n'y décelais en effet qu'un immense océan rouge... Non le rouge du sang. Mais plus un rouge sans couleur. Tel le soleil lorsque de jeunes yeux s'aventurent à vouloir le regarder de face. Je ne transpirais pas. Du fait d'une marche lente, mais aussi de ma grande habitudes aux chaleurs extrêmes. Puis enfin, du fait de ma tenue. Un hanten d'été, cachant l'absence de mon avant-bras gauche. Sur un hakama fermé par des guêtres noir. Shogi se voyait décoré d'un magnifique bandage. La langue branlante à la chaleur et pas encore tout à fait remis de son combat. Le pauvre supportait bien moins que moi cette écrasante chaleur. Mais me laissant guider par l'instinct. J'entrevoyais une verdure à l'horizon. Même si le soleil dorait les arbres, l'air y était sans le moindre doute plus doux. Mon oeil me permit en fait de remarquer cela bien loin de là. Peut-être l'une des chances de l'avoir. Un amas de chaleur ou d'air frais se voit bien plus facilement qu'une feuille d'arbre... Je nous y dirigeais sans attendre. Sabre au dos, aveuglant tout individu souhaitant me suivre à l'éclat du soleil.

Cette découverte me ravit à peine j'y fusse introduit. L’entremêlement subtile de toutes les odeurs qui y passait me détendait avant même que je n'atteigne un petit ruisseau. Une eau clair et pure. Parut sortit des entrailles de la terre comme un cadeau du ciel. Shogi sautait déjà sur l'occasion de se désaltérer en plongeant les pattes sans retenue. Je pris alors le temps de m'asseoir à l'ombre d'un arbre. Posant mon dernier bras sur mon genoux redressé. Je ne fermais pas les yeux pour dormir. Même l'humeur du moment y invitait fortement. Je préférais prendre le temps d'apprécier les couleurs qui s'offraient à moi. Un festival de nuance donnant l'impression de se trouver dans la toile d'un impressionniste... Portant l'oeil à l'eau je trouvais Shogi qui y retrouvait de la vigueur. Il ne parlait pourtant toujours plus. Quelque chose l'avait traumatisé à Mizu no Kuni mais j'ignorais toujours ce que c'était. Sa vie nous la devions à Aoji et Reï... Cette fois mon plus fidèle ami souffrait d'un mal que je ne saurais encore guérir peut-être. Le visage désolé je continuais d'observer.

Bien loin de là. Une silhouette animé se rapprochait. Les réflexe de l’errant. Veiller à l'écart et l'extérieur de ce qui est de soit. Ainsi je commençais déjà l'étude de la personne mémorisant par la pensée en répétant successivement ce que je découvrais. Femme, Genin, Onkyoton. Je ne me voyais pas avoir d’ennemi ici et cette personne ne m'évoquait pas la méfiance. Aussi je décidais de laisser simplement faire et de l’accueillir une fois assez proche par un ton aimable et doux.

-Tu es Sunajins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hassei Lucy
Informations
Messages : 150
Rang : C+

En Eden Empty
Message(#) Sujet: Re: En Eden En Eden EmptyMer 2 Avr 2014 - 12:41

La rose des sables… Banale évaporites pour les sunajins, mais très belle pierre précieuse pour les autres. Ce présent somptueux justifiait la venue de la chanteuse dans ce désert aride, proche de l’oasis d’Eden. Du moins, c’est la raison qu’elle aimait à croire. Nul ne pouvait ignorer la présence des sublimes fleures cristallines autour de ce paysage idyllique. Leur conception même nécessitait l’évaporation d’eau. Dans une discussion pas si lointaine, Lucy avait appris également qu’un alcool, dont la rareté n’avait d’égal que dans son goût, portait également le nom de “rose des sables“. Rapide pensée de paroles qu’elle ne pouvait pas oublier. Enfin, ce faux motif, dissimulait bien plus long qu’il ne voulait y paraître. Hier, la jumelle de la jeune Hassei, la kirijin au teint aussi blanc que ses cheveux, avait fait son apparition sur le sable du village caché. Aujourd’hui, absentée pour une obligation de présence au sommet des Kages, elle laissait la genin seule, perplexe, contrainte de faire le point sur sa situation actuelle. Elle ne pouvait ignorer cette étape cruciale dans sa vie de shinobi, qu’elle se permettait souvent d’oublier et de remettre au lendemain. Même ce petit écureuil ne pourrait, quoiqu’il fasse, perturber cette réflexion qu’elle entamait sur le chemin allé. Tous deux s’étaient acclimatés l’un à l’autre. Telle deux moitiés, ils formaient une unique entité, inséparable et “habituée“.

Pour l’occasion, la demoiselle portait un chèche recouvrant une partie de son visage. Pourtant, accoutumée aux chaleurs du pays du vent, elle ne pouvait, comme quiconque sauf les Yamada, jouer aux aventurières casse-cou. Malgré sa peau bronzée, le port d’un tel foulard relevait d’une certaine obligation pour se protéger d’une insolation, de brûlures ou de simples sueurs insupportables. De l’eau, elle en avait pris un peu pour faire le voyage. Une fois à l’oasis, elle referait le plein pour le retour. Seul son regard était perceptible, laissant ses yeux gris-bleus se souvenir du trajet à emprunter. L’animal, quant à lui, ne craignait pas ces températures, ces rayons brûlants, ces déshydratations. Aussi bizarre que cela pouvait l’être, il était originaire de ces contrées. Ses ancêtres avaient soufferts pour lui, pour son pelage aux atouts de carapaces “pare-soleil“. Il n’était pas pour autant contre une friandise de temps en temps, mais ceci, uniquement par simple gourmandise.

Sur place, l’oasis se présentait encore plus grande que dans ses souvenirs. Peut-être était-ce simplement un mirage, une illusion d’optique courante sur ces terres. Ce duo aussi était un mirage ? Sûrement un nomade. Quoique, accompagné d’un chien ou bien même d’un loup, il tissait autour de lui quelques interrogations sur ses origines et surtout sa présence. Curieuse, mais néanmoins méfiante, Lucy s’en approcha, tandis que Kwizz s’était échappé sur sa gauche, poursuivant un lézard. Cet homme, au regard perdu vers l’horizon, était vêtu de l’attirail similaire en tous points à celui d’un samouraï. Curieux nomade. Le loup, pouvant sûrement sentir s’approcher la chanteuse, ne bronchait pas. Alors qu’elle s’apprêtait à entamer le dialogue, et par la même occasion attirer l’attention de cet étrange inconnu, ce fut lui qui fit le premier pas, sans détourner le regard du point qu’il fixait. Comment, d’ailleurs, savait-il avoir affaire à une sunajin ? Cette dernière ne répondit pas à cette question. Du moins pas directement, car par sa prochaine question, elle avouait en quelque sorte son appartenance au village caché.

« Et vous, qui êtes-vous ? Il est rare de voir un nomade en ce lieu, surtout en de telles compagnies… »
Affirmait-elle alors dans une manière cachée pour faire comprendre à son interlocuteur son inquiétude quant à sa présence ici même. Aux tendances plutôt sociables, elle ne l’attaquait pas de façon frontale pour le questionner sur ses origines, et continua donc sur sa lancée, d’une façon tout autant dissimulée :

« Peut-être suis-je en mesure de vous indiquer une direction, un chemin à prendre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Asshu Kaderik
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

En Eden Empty
Message(#) Sujet: Re: En Eden En Eden EmptyMer 2 Avr 2014 - 15:03


Vêtu comme une Sunajin. Poétique, rugueuse, noble... Un pays qui est forcé à la lueur du soleil de trouver ses beauté dans les plus belles simplicités. Shogi redressait le regard sur la jeune femme. Sans émettre de méfiance ce qui m'invitait à penser qu'elle n'avait définitivement aucune mauvaise intention. La question fatidique néanmoins. Qui suis-je ? La plus part réponde simplement par leur nom. Mais ce sont-ils déjà vraiment posés la question ? Mon nom laissait entendre trop de fausses vérités. Et trop de drame véridique... Je me devais pourtant de l'assumer tristement et sans rechigner. Je tournais le visage sur elle. Aimable et doux. Que voyait-elle hormis un œil mort. Je ne passais jamais autant pour aveugle qu'aujourd'hui... Mais je la voyais et y ressentais une pureté difficile à trouver par les temps qui courent. Peut-être une âme qui ne fut pas encore écorchée par le deuil.... C'est le timbre doux que je fis entendre à ma réponse. Y rappelant ainsi que je n'avais aucune mauvaise pensée à son égare. Et puis, selon les espoirs de l'avenir, si Sunajin elle était, alliés nous étions... Moi qu'on surnommait le démon cendré et elle, cette fleur du désert qui se présentait à moi.

-On me donna le nom de Samidare Teichirô... Mais qu'est ce qu'un nom... Appelle-moi comme tu le souhaites.

Un guide ? Cela me serait indéniablement utile. Elle m'avait prit pour un nomade. Après réflexion cela me fit sourire. Elle n'était peut-être pas tant dans le faux que cela. Quel pays n'avais-je pas encore traversé ? Cela devenait difficile de le dire. Mais aujourd'hui un seul était en quête. Le vent et la sable. M'appuyant sur mon genoux et mon unique bras je me redressais pour venir lui faire face. Posture indolente et sans grande envergure. Je penchais la tête sur le côté. Comme font les daims soudainement aux aguets ou encore les hommes dont l'esprit à des tendances rêveuse.

-Il est vrai qu'un guide pour Suna me ferait gagner du temps. Si vous pouvez y consentir. Je me suis perdu j'ai honte de l'avouer. Je suis sensé rejoindre le village du sable pour y faire allégeance et retrouvé une femme qu'on surnomme la Nomade. Ainsi que mon élève. Une Kirijin du nom d'Aoji. Si je pouvais au passage la remercier de ce qu'il fit pour moi rapidement...

Le Ton aimable. A la frontière du murmure tant il était bas. Car de moi ne ressortit plus aucune violence. Plus aucune haine. Comme emmuré par la peine. Une barrière que peu de personne peut comprendre. Mais qui est pour l'âme une clef sans forme. Impossible à reproduire. Je concluais enfin une fois le visage redressé.

-Toute peine mérite salaire dit-on. Demande ce que tu souhaiterais de moi en échange de ce service.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hassei Lucy
Informations
Messages : 150
Rang : C+

En Eden Empty
Message(#) Sujet: Re: En Eden En Eden EmptyJeu 3 Avr 2014 - 17:03

De ses paroles, elle s’attirait les regards. Le loup d’abord. Il se désaltérait et ne paraissait pas le moins du monde agressif. Puis l’homme. Cet effort ne semblait pas d’une grande utilité, le visage meurtri, Lucy comprit vite la déficience visuelle du nomade. Mais touchée, elle ne montrait aucun signe de terreur ou de dégout. Et puis, derrière ces malheurs de la vie que trainait son corps, résidait une certaine beauté. Son timbre de voix y jouait aussi son rôle. Voix qu’il utilisa pour se présenter. Un frisson parcouru la chanteuse du bout des pieds jusqu’aux doigts. Hier, Aoji. Aujourd’hui, son mentor. Ne devrait-il pas se trouver en prison en ce moment ? Drôle de coïncidence.

« Vous faites un piètre voyageur pour quelqu’un qui se permet de juger sur les bonnes qualités ou non d’une mère… »
Reflex sentimental, bouffée de colère, folie ? D’après sa jumelle, il pourrait, d’un geste, mettre fin à la vie de la genin. Alors pourquoi cette réaction si directe ? Instinct protecteur. Elle s’en mordait déjà les lèvres, tant elle se trouvait suicidaire et non réfléchie. Ce genre de choses, ça n’était pas elle. D’un pas en arrière elle reculait alors que lui se redressait. Difficilement, il fallait le remarquer. Dans un mouvement retenu, elle leva légèrement ses mains pour proposer son aide, puis fit retour arrière, comme gênée par la situation. Se sentait-il vexé ? Injurié ? Si bien qu’il décidait de partir ? Non, puisqu’il prit de nouveau la parole, suivant la même intonation que tout à l’heure. La tête penchée, il paraissait inoffensif.

Rappelant être le sensei d’Aoji’, il finit par s’attirer une certaine confiance. Après tout, si la Kaguya jugeait que c’était un homme bon, alors Lucy ne devait pas s’en méfier. Du moins pas trop. “La nomade” ? « Gabushi… », murmura-t-elle cette supposition en repensant à ce que lui avait confié sa correspondante kirijin. Une guide ? Pourquoi s’était-elle aventurée dans ce genre de questions, proposer ses services et ce, sans réfléchir aux conséquences. Il s’agissait déjà de la deuxième personne sur qui elle tombait qui voulait entrer dans Suna. Mais cela, ce n’était pas de son ressort.

« Je peux vous emmener jusqu’aux portes du village. Mais pour le reste, il vous faudra voir avec la Kazekage… Enfin, si vous m’assurez ne pas vouloir transformer mon beau château de sable en tas de cendres… Après tout, si Aoji’ vous fait confiance, je pense que je le peux également. »

Puis, dans un mouvement quelconque, le Samidare se décalait, laissant entrevoir l’objet du voyage de la demoiselle. Elle ne rentrerait au moins pas bredouille. Quittant le regard de son interlocuteur, elle se faufila délicatement jusque derrière lui. La rose des sables, si grosse était-elle, scintillait et attendait justement d’être dérobée à son emplacement. S’en saisissant, Lucy vit Kwizz faire son retour, la queue d’un lézard dans sa mâchoire. C’est qu’elle l’aurait presque oublié celui-là. Fier de lui, il ne mesurait pas non plus sa folie, s’approchant nonchalamment du groupe mais surtout du loup.

« Votre loup n’est pas friand des écureuils, rassurez-moi ? »

Venait-elle de demander en attrapant l’animal par la peau du cou, pour finalement le porter à sa poitrine et lui dérober ce bout de reptile avant de le jeter non loin. Un chacal en ferait sans doute son affaire.

« Vous ne m’êtes pas redevable, ne vous en faites pas. Maintenant, s’il vous venait l’envie d’insister alors je vous demanderais d’apporter plus d’affection à ma jumelle qui a beaucoup d’estime pour vous… », dit-elle avant de marquer un court temps de pause.
« Hum.. Aoji’, pardon. »
Après tout, elle était venue ici de son propre chef et il lui fallait rentrer chez elle. Un peu de compagnie ne pouvait pas lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin
Asshu Kaderik
Informations
Grade : Nukenin de rang S
Messages : 1607
Rang : S

En Eden Empty
Message(#) Sujet: Re: En Eden En Eden EmptyJeu 3 Avr 2014 - 18:39

Je demeurais impassible face à l'ardeur dont elle fit preuve. Sans colère ou ressentiment quant à ses objections concernant l'idée de l'éducation que je me faisais. Amie d'Aoji ? Jumelle ? Bien hasardeuse coïncidence de trouver quelqu'un d'aussi proche de mon élève en pays étranger. Je sentis dès cet instant, alors que je ne dévoilais pas la moindre menace, qu'elle se reprit en reculant. Je levais la main en lâchant un rapide "n'aie crainte". Il n'y avait plus à craindre quoi que ce soit de moi aujourd'hui. Une ombre d'une légende ne reste qu'une ombre. Si jumelle elle employait comme terme c'était certainement un rapport d'affection mutuelle et non sanguin. Car du physique ou du chakra je ne retrouvais rien d'Aoji en elle. A moins que la nature profonde du chakra cache des mystères bien plus pure que je ne savais encore déceler... Baissant la main je lui octroyais un sourire léger. Ne perdant rien de mon indolence et de ma tempérance.

Elle acceptait alors de me conduire au moins aux portes du village. Ajoutant la prévention à cette tirade. Réduire un village en cendre ? Je lâchais un rictus dans la seconde qu'elle terminait. Non moqueur. Mais plutôt qu'elle me sur-estimait un peu. Mais je ne fis rien d'autre que ce petit rire. Pourquoi relever ? J'entendais tellement de chose incroyable à mon encontre que je n'étais même plus étonné. Je préférais lui montrer par le regard que la douceur était plus dans mes espérance que le chaos. Je relevais cependant la confiance d'Aoji. Une nouvelle qui sortit mon visage de la tristesse un bref instant. Avoir la confiance de mon élève me ravissait à n'en pas douter. Et savoir que de ce fait cette Shinobi me faisait confiance aussi me séduisait. Je ne répondis pourtant toujours pas. L'entrée en scène d'un écureuil... Qui sans crainte s'approchait de Shogi. J'en conclus que l'animal n'était pas farouche. Mais Shogi ne s'y intéressa pas. Préférant profiter de la verdure qui semblait tant lui manquer.

-Dans son monde peut-être les mange t-il. Mais l'animal d'une amie surement pas.

Il restait en effet un loup. Mais heureusement un loup intelligent. Sans bouger je l'observais dans le dos cueillir une plante. Elle était venu pour une fleur ? Les fleurs... J'avais espoir de me voir un jour responsable d'un jardin. Si je ne voyais pas les couleurs, j'en appréciais d'autant plus les odeurs. Il fallait bien le dire, moi qui aspirait depuis la guerre des Samidare a plus de douceur, cette femme m'en apporta un quota en quelques minutes que je ne pouvais qu'apprécier. Cependant, ne voyant pas la couleur et uniquement la forme de la fleur. Je n'allais pas me permettre de commenter le pourquoi du comment. En quoi cela me regardait-il après tout qui plus est... Elle se saisissait enfin de l'animal pour le porter contre elle. Instinct protecteur ? Ou maternelle plutôt... Décidément l'entrée dans ce pays me plaisait. Y régnant parfum de volupté capable de réparer les âmes écorchée profondément. Bien que ce ne fut qu'une rencontre... Sans doute beaucoup de Sunajin n'apprécierait pas ma présence et se montrerait bien moins reposant qu'elle...

Jumelle d'Aoji. Montrer de l'affection à mon élève ? Comment avait-elle su tout cela je l'ignorais et je n'allais pas user de Genjutsu pour lire dans ses pensées. Je baissais la tête vers le sol quand elle terminait. Sa demande n'était donc pas pour elle pour une personne précieuse à son coeur. Preuve de noblesse si il en est. De l'affection. J'en avais oublié le sens... Peut-être que cette fois-ci c'était cette inconnu qui me donnait une leçon de vie. Ma pensée hiérarchique et militaire me faisait donc perdre de vue le rapprochement qu'il incombe à un maître et son élève ? Un père et sa fille ? A... Bref... Froissant les arcades je me montrais déjà désolé de ma réponse.

-L'éducation exige parfois que nous nous montrions strict. Mais ce n'est jamais de gaité de cœur. J'ai oublié comment il était possible d'apporter un semblant d'affection à quelqu'un qu'on aime... Cela fait si longtemps... Je rattraperais ma rudesse si tel est ton souhait jeune femme. Pourvu que je ne montre pas d'erreur dans la voie que je préconise pour ma protégée. Mais maintenant que la paix se profile. Peut-être vais-je enfin pouvoir faire parler la caresse plutôt que le sabre...

Souvenir que je désirais dès lors laisser bien enfoui quelque part dans ma mémoire. L'effacement. je terminais enfin sur quelque chose de plus simple. De plus concis. Car si nous devions aller aux portes ensemble. Il y' avait un détail qui manquait désormais à l'appel.

-Tu ne m'as toujours pas dit ton nom ? Crains-tu qu'en mes lèvres cela sonne comme insulte ? A moins que mon nom t'évoque bien des malheurs possible, comme à tout ceux qui pensent me connaitre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Hassei Lucy
Informations
Messages : 150
Rang : C+

En Eden Empty
Message(#) Sujet: Re: En Eden En Eden EmptyMar 8 Avr 2014 - 16:25

« Lucy. De la famille Hassei, mais ne cherchez pas, ni moi ni mes ancêtres semblent être connus… »
Un coup bas ? Non, sûrement pas. Il s’agissait là d’une légère tristesse, ou déception reçue lors d’une escapade il y a bien longtemps dans les contrées du pays de la cascade. Là, elle pensait y trouver un passé, une histoire, des ancêtres même. Mais rien, elle n’avait eu que des hochements de têtes horizontaux, et de temps en temps des moqueries. Mis à part son père et sa mère, elle n’était pas en mesure de dessiner ni même raconter son arbre généalogique. Peu peuvent se vanter renier son passé, ou ne pas en être curieux. En tout état de cause, elle ne lui avait pas donné son nom auparavant, tout simplement parce qu’il ne lui avait pas été demandé. Et puis, sans savoir à qui elle avait affaire, elle estimait ne pas avoir de compte à rendre à sujet.

« Craindre la prononciation de mon nom ? En quel honneur ? Votre passé, je ne le connais guère. Quant à votre nom, il m’évoque quelque chose puisque mes yeux l’ont lu sur les lettres par lesquelles nous correspondions, Aoji’ et moi. Mais rien de plus. Devrais-je me méfier de vous ? »
Était-ce le message qu’il cherchait à faire passer derrière ses airs de Calimero ? Son corps montrait les apparences d’un certain vécu. Difficile peut-être, mais pas excusable quant à son comportement envers ceux qu’il disait protéger et non aimer. Décidemment, ce mot semblait être difficile à avouer, voir prononcer dans certains cas. Elle avait un jugement dur envers lui, lui qui pourtant n’avait rien demandé à personne. Au départ, ce fut la chanteuse, dirigée par sa curiosité maladive, qui était venue à lui.

Voyant la gêne occasionnée, elle décida de changer de sujet, plus par simple précaution. Le canidé attirait désormais toutes les attentions. Beau comme il était, le poil fin et lisse, il est vrai qu’il ne dégageait pas un sentiment de crainte. Pourtant, il gardait son instinct animal, chasseur de proies avant tout. Une remarque fut faite à son égard. Il n’était pas de ce monde ? D’où pouvait-il bien être alors. Une invocation peut-être ?

« Est-ce un Kuchiyose ? … C’est la première fois que j’en vois un. »

Seuls des récits lui avaient indiqué leur existence. Mais quelle coïncidence cela pouvait être tandis que la Kaguya, elle aussi, possédait un loup.

« Connaissez-vous Nectus ? »

Ainsi s’appelait-il. Et comment celui-ci se nommait, bonne question, mais Lucy ne devait pas devenir trop indiscrète, sous peine d’être redevable. Visiblement, il fonctionnait de la sorte : “donnant-donnant“. Elle enclencha ensuite le pas. Rester dans le coin n’était pas chose conseillée. Le temps change rapidement, des bandits rôdent. Même si sur ce dernier point, elle ne se faisait pas trop de soucis. Si mentor de sa jumelle il était, alors il était sans nul doute quelqu’un de fort également.

Malgré la confiance que la demoiselle lui accordait, elle préférait restée à sa hauteur. En fait, il s’agissait d’une mesure de sécurité quand aux risques que pouvait réserver le désert, tels que les zones de sables mouvants. Il était préférable qu’un seul des eux en soit victime. Et puis au moins, l’un pouvait fixer son rythme de marche sur l’autre, et réciproquement. La route jusqu’au village n’était pas longue, mais les deux voyageurs, pour ne pas dire touristes, seraient-ils au moins capable d’y arriver. Ceci n’était pas du ressort de n’importe qui. Même Lucy pouvait se faire avoir… surtout elle-même !

« Attendez-moi ici, je reviens vite ! »
Heureusement qu’ils n’avaient que très peu avancé. Cela lui faisait moins de chemin à rebrousser. Ce revirement soudain n’avait lieu que suite à un oublie, quasiment vital pouvant lui porter préjudice : remplir sa gourde. Elle ne mit pas longtemps à faire l’aller-retour, si bien qu’à peine une minute s’était écoulée. Le temps d’en revenir à un point commun pour animer cette marche.

« Comment avez-vous connu Aoji ? Elle me dit que vous êtes un homme de savoir, qui plus est désireux à partager. La raison de votre rencontre vient-elle de là ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

En Eden Empty
Message(#) Sujet: Re: En Eden En Eden Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

En Eden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Vent :: Kaze no Kuni :: Oasis d'Eden-