N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Il était une fois... | Tenzo |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Il était une fois... | Tenzo | Empty
Message(#) Sujet: Il était une fois... | Tenzo | Il était une fois... | Tenzo | EmptyLun 10 Mar 2014 - 15:38





Difficile de décrire ce genre de pincement dans le fond de l'âme et du cœur alors que chaque pas donnaient la sensation que le monde tournait de plus en plus vite autour de moi. Instant fatidique et le calme n'était pas au rendez-vous alors que je suivais silencieuse cette femme aux cheveux roses. Pourtant subitement, ma bulle explosait et avec elle tous les démons qui m'y enfermaient, elle s'était arrêtée, discuter de je ne sais quoi, je n'écoutais pas, tout ce que je voyais rester l'insultant de la situation. Un lieu à peine à garder, pour qui prenaient-ils Tenzö pour le traiter avec si peu de considération ? Le Kentaro n'avait donc pas menti, mon Kaguya était mort de l'intérieur ?

Une sorte de cassure alors qui ne donnait plus d'importance à rien, je n'étais ni furieuse, ni triste, ni même heureuse de le revoir, un néant de sentiment, car au final je ne savais pas lequel choisir, mais en revanche, je savais quelle attitude il aurait besoin de moi.

Je prenais sur moi, ne me mimer même pas et dans un calme presque bouddhiste, un qui n'était tellement pas moi j’obéissais aux règles des gardiens du lieu, un air absent. Je faisais abstraction des détails dérangeants, ça je savais si bien le faire quand ça servait mon but final. Ce qu'il ne me ferait pas faire cet idiot et un sourire naissait aux coins de mes lèvres alors qu'on me laissait passer la porte, une franchi avec des pas légers et francs, avec une démarche et une attitude très vite ampli de douceur. Je n'étais plus fâchée, j'avais tranché entre ce qui me ferait le plus de bien et c'était l'enlacer tendrement pour le serrer de tout mon corps malgré l'interdiction juste avant de tous contacts. Pas ma faute, je n'avais rien écouté et je continuais de toute façon, seuls lui et moi dans notre monde et très vite je réalisais ce qui clochait, pourquoi je me sentais pas son retour, de vulgaires chaînes...

Leur problème qu'ils nous aient sous-estimés, mon chakra se concentrait dans mes mains, un tranchant net et sans faille détruisait la barrière du métal, le voilà libre de ses mouvements, toujours plus grand que moi, le regard plus livide et l'air fatigué, mais le même que mes souvenirs. Pas comme si c'était la première fois que je le voyais dans cet état, à nouveau enlacer, cette fois il n'avait pas d'excuses pour ne pas me le rendre quand mes lèvres venaient rejoindre les siennes toujours aussi étiré. Mon sourire ne voulait pas se défaire, mais j'avais besoin de mes lèvres pour parler.

~ Tu fais n'importe quoi quand je suis pas là... Idiot.

Front contre front, nez contre nez... J'oubliais où j'étais, pourquoi aussi. Qu'importe je ne manquais plus d'air, juste un instant un seul, je méritais après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Il était une fois... | Tenzo | Empty
Message(#) Sujet: Re: Il était une fois... | Tenzo | Il était une fois... | Tenzo | EmptyLun 10 Mar 2014 - 16:15


    J’ai cru pouvoir briser la profondeur de l’immensité
    Par mon chagrin tout nu sans contact sans écho
    Je me suis étendu dans ma prison aux portes vierges
    Comme un mort raisonnable qui a su mourir
    Un mort non couronné sinon de son néant
    Je me suis étendu sur les vagues absurdes
    Du poison absorbé par amour de la cendre
    La solitude m’a semblé plus vive que le sang
    Je voulais désunir la vie
    Je voulais partager la mort avec la mort
    Rendre mon cœur au vide et le vide à la vie
    Tout effacer qu’il n’y ait rien ni vire ni buée
    Ni rien devant ni rien derrière rien entier
    J’avais éliminé le glaçon des mains jointes
    J’avais éliminé l’hivernale ossature
    Du voeu de vivre qui s’annule
    Tu es venue le feu s’est alors ranimé
    L’ombre a cédé le froid d’en bas s’est étoilé
    Et la terre s’est recouverte
    De ta chair claire et je me suis senti léger
    Tu es venue la solitude était vaincue
    J’avais un guide sur la terre je savais
    Me diriger je me savais démesuré
    J’avançais je gagnais de l’espace et du temps
    J’allais vers toi j’allais sans fin vers la lumière
    La vie avait un corps l’espoir tendait sa voile
    Le sommeil ruisselait de rêves et la nuit
    Promettait à l’aurore des regards confiants
    Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard
    Ta bouche était mouillée des premières rosées
    Le repos ébloui remplaçait la fatigue
    Et j’adorais l’amour comme à mes premiers jours.
    Les champs sont labourés les usines rayonnent
    Et le blé fait son nid dans une houle énorme
    La moisson la vendange ont des témoins sans nombre
    Rien n’est simple ni singulier
    La mer est dans les yeux du ciel ou de la nuit
    La forêt donne aux arbres la sécurité
    Et les murs des maisons ont une peau commune
    Et les routes toujours se croisent.
    Les hommes sont faits pour s’entendre
    Pour se comprendre pour s’aimer
    Ont des enfants qui deviendront pères des hommes
    Ont des enfants sans feu ni lieu
    Qui réinventeront les hommes
    Et la nature et leur patrie
    Celle de tous les hommes
    Celle de tous les temps.


  • Un choc sans mesure. Frappant l'âme vaincu sans condition. La vie m’embrassait avec la plus grave des révélations. On me l'avait dit morte. Avec mon enfant. On me l'avait vaincu par ma faute de l'avoir laissé en arrière. Je me trouvais monstre et terrorisé d'affronter le monde sans elle. Je me trouvais perdu et sans envie du but. L'immobilité que je m'imposais, la maladie qui me dévorait, tout ceci ne pouvait avoir raison de cet instant. Ses bras autour de mon corps et les poches sous mes yeux glacés disparaissaient presque. Ce n'était pas un rêve. Je sentais son corps et son coeur battre contre le mien. Le temps de réaliser et mes chaines tombaient. Il ne fut pas plus pour que j'en oublie mon état pour la presser contre moi silencieusement. Coinçant mon regard au creux de son épaule. Je voulais sentir son odeur, caresser ses cheveux. Un baiser n'aurait pas suffit à exprimer ce que je ressentis. Mon visage s'ouvrait enfin, effaçant avec son horreur les difficultés que j'avais pour respirer et même la toux grasse que je ne supportais plus. Je ne pris pas la peine de réfléchir au comment ou au pourquoi. Elle était là. Ce fut tout ce qui portait de l'importance en cet instant. Il n'y avait pas de Kage. Pas de politique. Pas de maladie. Il y'avait Aoji et Tenzo. Enfermés dans une bulle impénétrable que je voyais peu de personne à même de comprendre. Mon pou s'accéléraient alors. La maladie m'ayant diminué je devenais incapable de gérer autant d'émotion. Mais mains parcouraient son visage sans interruption. Mon regard fut emprisonné entre la joie et la honte. Je l'avais l'abandonné alors qu'elle était en vie... Méritais-je seulement sa présence...

    Puis je coupais finalement court. Peu importait. Je la reprenais dans mes bras si fort, force que je ne pouvais trouvé qu'en elle, et je ne m'en défaisais plus.

    -Cette fois je ne lâche plus... Plus jamais.

    Comment allait être le retour à la réalité ? Un garde vient alors observer la scène. Oeil sondeur et inquisiteur. Je pouvais sentir ce regard malsain et pervers comme une piqûre sur note bulle. Je passais la tête par dessus son épaule en hurlant ma hargne à sa voyeur.

    -FOU LE CAMPS !

    Rien ne devait gâcher ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Il était une fois... | Tenzo | Empty
Message(#) Sujet: Re: Il était une fois... | Tenzo | Il était une fois... | Tenzo | EmptyLun 10 Mar 2014 - 22:31


Pour un mort, je le trouvais subitement bien ardant, bien vivant et son excès de colère après ce regard si perdu me confirmait qu'une chose. Nous étions retrouvé, vraiment, pas une simple illusion et c'était peut-être pourquoi j'en riais, j'étais prête à tout donner pour ce moment, je me sentais chanceuse, je ricanais joyeuse sur son torse, pourtant la situation ne s'y prêtait. Décalés et hors du temps, une unité en dehors du monde, nous et rien d'autre, ce qui m'avait tant manqué alors que du bout des doigts j'attirais à nouveau son regard et son attention en décalant son fascié.

~ Allons, allons, il ne fait que son travail. Ignore le, pas comme si il changeait grand chose de toute, il est comme ce décor, ce lieu... Un détail.

De plus il avait comme promis de ne plus lâcher non ? Quelques secondes après le voilà brisant ça pour donner de notre faible temps à un autre. Encore une bêtise impulsive capable de nous séparer, mais combien même je le sentais frêle physiquement, l'illusion était là comme au premier jour, en sécurité dans ses bras qui me serrait de la force qui leur rester... De quoi me donner une idée de l'état de sa santé, mais je refusais de m'y attarder, rien ne gâcherait la magie de ce moment, je n'avais pas de reproches à faire, pas de frustration à faire disparaître, je crois que sa simple présence m'avait permis de faire la paix avec moi même. Je me perdais dans l'océan des portes de son âme, souriais, m'imaginer alors que c'était là un conte joyeux, définitivement nous n'étions pas le genre d'enfants à jouer les drames.

L'histoire était belle, impossible que quoique se soit puisse la ternir à mes yeux, pourtant mon cœur s'accélérait tirailler, soumis à trop de pression, mes jambes n'auraient pas suffit sans sa douce assistance. Je ne saurais dire combien de temps s'écoulait alors dans ma tête des milliers de possibilités et l'adrénaline du moment qui me disait d'attraper sa main fermement courir loin d'ici, loin de tout ou y mourir ? Ça ne m'aurait pas gênée, enfant égoïste que j'étais et même si les yeux brillaient, ils ne pleuraient pas, ce n'était pas là tristesse, c'était une façon de mettre les étincelles pour couvrir la dure vue de la réalité.

Oui, je pouvais, pouvais encore corrompre, tenter de manipuler ou user de la manière forte, en somme rien de tout ça ne me gênait, rien face à quoi je ne pourrais pas me soumettre pour le sauver. Il serait si simple de disparaître finalement, juste lui et moi, le temps qui lui restait et après... ?

J'aurais dû ne pas me soucier du après.


Mais ce n'était pas mon genre, car aussi grand pouvait être mon amour pour lui, il ne valait pas tout les autres, c'était injuste, je refusais d'aimer une de mes pétales plus que l'autre, mais dans tous les cas, je devrais me défaire de leur présence, d'un côté ou d'un autre. Sauver Tenzö était condamné tous les autres, c'était quitté Kiri, les miens, quitter ma vie et ne plus la reprendre, c'était être seule au final, un cadeau qu'il méritait. Un que je ne lui ferais pas, faudrait-il qu'il me pardonne, encore que de toute façon les morts ne pardonnent pas, ils ne font plus rien jamais.

Lui était vivant, loin du cadavre sur patte qu'on m'avait décris, je refusais de me laisser frustrer par des détails, je n'étais pas venu le sauver, c'était limpide, combien même le sentir contre moi avait pu ébranlé cette conviction. Je ne voulais que sa présence, sa chaleur que ce vide qui me torturait s'efface, le décompte et je savais, les bonnes choses ont très vite une fin, je ne les laisserais pas briser ma chance. Mon regard n'avait pas quitté le sien encore une seule fois alors que mes doigts l'agrippaient de peur qu'il disparaisse.

~ Tu ne quitteras pas Konoha vivant, je ne te ramènerais pas à Kiri, je ne te sauverais même pas, mais jamais personne je n'aimerais comme toi. Je ne suis pas comme toi... Ma vie ne s'arrête pas quand tu disparais... Tu as abandonné Tenzö, tu n'avais pas le droit, j'avais confiance en toi. Notre problème, à toi et moi, c'est nous au final, notre plus grande faiblesse, pourquoi tu ne t'es pas battu.

J'avais besoin de comprendre, égoïste jusqu'au bout, moi qui ne voulais pas de reproche, voilà que je laissais sortir mon amertume, mais j'en avais besoin, car j'étais en train de faillir, incapable encore une fois d'aller jusqu'au bout du chemin toute seule. Pourquoi cela avait dû finir comme ça, je le blâmais, mais au fond, j'étais pire que lui, cette citée de malheur nous prendrait tout, jusqu'au bout. Maudite Kiri, elle ne laissait pas de place aux douces illusions, le rêve elle le contrôler jusqu'au bout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Il était une fois... | Tenzo | Empty
Message(#) Sujet: Re: Il était une fois... | Tenzo | Il était une fois... | Tenzo | EmptyLun 10 Mar 2014 - 23:23

Je défaisais mon étreinte. Baissant tristement le regard. Nos moments étaient toujours aussi intense que court (moment d'émotion précisons). Ma tendre me rappelait ainsi rapidement à la réalité. Mes propres erreurs. L'homme amoureux aime toujours plus que sa femme. C'est une autre vérité qu'on exprime bien moins souvent. Si elle pouvait vivre sans moi je m'en trouvais heureux. C'est ce que je voulais. Mais je ne pouvais pas. La quête de la vie c'est la quête du bonheur, Aoji m'avait sortit de ma torpeur, de mes malheurs, et même de ma crétineries. Que me restait-il si elle n'était pas là ? Une femme ne peut comprendre ce genre de chose. Quand un homme fait le choix de se lié à une femme. Son honneur et son instinct lui dicte qu'il est maintenant partis intégrante de la femme qu'il a choisit. Si elle souffre il doit être fort pour l'aider, si elle est heureuse il doit l'être avec elle pour le partager. Si elle n'est plus là. Alors il n'a plus à être là non plus.

Elle voulait comprendre pourquoi j'avais abandonné. Mais je n'avais abandonné qu'il y'a peu de temps. A peine avant l'arrivée du Kirijin que je nommais successeur. Trop de difficulté à gérer et sans elle pour m'épauler... Je ne me sentais pas le coeur de mener un tel combat en supportant la perte de la seule femme avec qui je me voyais vieillir et mourir. Pouvait-elle comprendre cela ? Je sentais cette pointe d'amertume dans son timbre et dans son regard. Un brin de reproche jumelé à ce sentiment d'incompréhension. Et le pire, c'est que je me savais mourant un peu plus chaque jour. Alors que je l'avais accepté. Maintenant je maudissais le ciel. Elle allait partir et moi j'allais rester ici... Je n'avais décidément rien réussis de ma vie.

Je me tournais alors un peu sur moi-même lui présentant une partie de mon dos. Je ne pouvais pas affronter ses yeux en répondant à ses questions. Une part de moi se trouvait trop honteuse et la savait dans le vrai. Mais aussi je redoutais déjà son départ. Forcé d'y penser. Je pouvais hurlais, m'enrager. Mais je savais que c'était ce qu'il fallait pour elle... Un meilleur homme. Un bon souvenir de moi était ce que je pouvais laisser à la femme que j'aimais...

-Yuki est venu m'annoncer dans ma cellule que tu étais morte avec notre enfant. C'est là que j'ai finalement abandonné. Sans toi Ao je ne pouvais pas. Je ne pouvais plus... Tu m'avais sortis de ma connerie et de ma folie. J'y sombrerais à nouveau sans la lumière qui me permettait d'en sortir. Quand je suis tomber amoureux de toi je me suis juré de te protéger quoi qu'il arrive. D'oublier mon bonheur pour le tiens si il le fallait. Même cette maladie qui me dévore je ne pouvais pas l'affronter sans toi... C'est faible... Mais ma seule faiblesse c'était toi. J'ai dû la vivre et la supporter comme je pouvais. J’espère que tu me pardonneras ma lâcheté.

Que dire de plus ? Cela résumait tout. Ne restait que la finalité de ceci... Le hasard qui me condamnait avant que je ne lui donne mes pouvoirs.

-Quand cet envoyé du Daïmyo est arrivé. Je savais d'avance qu'il visait le titre de Kage et que ma sauvegarde lui était égale. Je me sentais abandonné par mon pays. Je voyais dans son regard du respect mais aussi l'oeil d'un prédateur sur sa proie. Entre lui et le Hokage, à genoux aux mains enchaînées. Que pouvais-je faire si ce ne fut de laisser tomber... Tout ce que Kiri m'avait donné de bon c'était toi et on venait me l'annoncer que cette Kiri venait de te prendre à moi. Quand j'ai vu cet imbécile ambitieux j'ai pensé qu'il ruinerait Kiri tot ou tard en détruisant le peu de paix que j'ai tenté d'y apporter. C'était ma vengeance pour ta mort... Je vais mourir Ao. Je ne sais pas encore quand. Aucun médecin ne me traite pour la maladie ici. Ils attendent sagement que je m’éteigne c'est tout.. Peut-être que, même si cela me brise le coeur, tu as raison de me traiter si durement... Tu as raison oui... Quel con je suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Il était une fois... | Tenzo | Empty
Message(#) Sujet: Re: Il était une fois... | Tenzo | Il était une fois... | Tenzo | EmptyMar 11 Mar 2014 - 1:04


Qu'il me tourne le dos, je ne supportais pas... N'étais-je pas là moi à lui faire face ?! Pourtant je n'avais pas de quoi être fière, bien des choses, bien des actes qui auraient dû me faire baisser les yeux, cacher ma honte. En étions-nous encore là... ? Nous étions-nous perdu au final ? Je refusais et ma tête s'agitait en mimant le non, hors de question, pas après tout ça, jamais.

~ Regarde moi.

Nan il ne le ferait pas, car au final, comment en me regardant dans les yeux en disant une vérité aussi cruelle face à un cœur amoureux il le pourrait. On s'aimait au point de s'abandonner l'un l'autre pour le bien de l'autre. Qui pouvait prétendre avoir ça ? C'était la dernière plus belle preuve de ce que l'on était l'un pour l'autre, toujours un qui serait plus méritant que l'autre aussi... Lui.

Il me disait de suivre mon chemin, c'était parce qu'il ne savait quelle tournure il avait pris, le prédateur, rien que son évocation perlait mon visage, bien que je savais tout ça, ça n'en faisait que plus mal encore. Je me serrais contre lui, vidée, les mots plus que les actes savaient briser quand ils appuyaient justement ces derniers. Une lassitude, progressivement la déconnexion, un bourdonnement dans mes oreilles, une adrénaline que je ne connaissais que trop bien...

~ J'ai ruinée ta volonté de destruction dans ce cas...

Mais il n'était pas trop tard pour. C'était ce que je voulais ? Je l'avais voulu si souvent en tout cas, en cette seconde plus que jamais alors un liquide chaud chatouillait ma main, moi qui l'avait sur son torse à lui. Jamais, non jamais je ne l'abandonnerais ici, à son sort, à eux, à sa maladie, à notre déchirure. Traîtresse. Non, jamais de la vie.

~ Je t'aime.

Murmurait de façon sincère avec douceur en retrouvant ses lèvres alors que je venais d'accélérer sa mort, trahir mon âme sœur, mon époux, la confiance de l'Hokage la volonté de ma sœur de le sauver...

Non jamais elle ne saurait, jamais personne ne saurait de toute façon jamais mieux que qui était la coupable de cette fin.

Et j'aurais voulu le traîner avec moi et tout faire tomber pour lui, mais je ne pouvais pas, déjà faute de moyen, mais en prime, à cause des conséquences que cela aurait pour eux, nous ? Bientôt il n'en restera que l'ombre errante d'un souvenir, un qu'ils oublieront, sauf que moi je ne pouvais pas disparaître en même temps que lui à mon plus grand malheur, des choses à finir avant. Si le pieu dans son cœur était matériel, la douleur du mien transpercé le valait... Donnant/donnant finalement, il m'avait rendu mon incompétence, j'avais eu en plus le culot de le blâmer. Tellement plus facile d'accuser les autres. Mon regard se perdait de le sien, finalement nous serions deux à mourir ce soir.

~ Pardonne moi, je n'ai pas eu les épaules dont tu avais besoin. Mais toi tu as toujours été les parfaites miennes, j'ai manqué de temps et plus il filera, plus je manquerais de courage... La lâche c'est moi. En fait, je me suis trompée, on ne repartira peut-être jamais d'ici tous les deux, jamais on rentrera ensemble, jamais on ne comprendra tout... Mais quelle importance ? Je veux juste être avec toi, ça peut-être aussi simple que ça tu vois.

Une preuve de lâcheté encore une fois quand je posais sa paume sur un cœur qui battait à la chamade, un message qui ne pouvait pas être plus clair, un choix que j'étais incapable de faire, pourtant une certitude, que lui et moi dans ma bulle d'air, le reste se balayait. L'émotion trop dense du moment peut-être. Perdue dans ses yeux, eux ils ne mentaient jamais. Une dernière chose sur le coeur... Une vérité.

~ Elle aura eu raison de nous, respectons sa victoire. Maudite Kiri...

Un sourire, la fin de l'histoire... Le il était une fois... qui se fini pas de façon ordinaire, néanmoins... Le mot heureux on pouvait le garder? Assurément.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kawaguchi Van
Informations
Grade : Genin
Messages : 1029
Rang : S

Il était une fois... | Tenzo | Empty
Message(#) Sujet: Re: Il était une fois... | Tenzo | Il était une fois... | Tenzo | EmptyMer 12 Mar 2014 - 13:39

Elle ne l'avait jamais dis de cette façon... Jamais. Ce mot bête que l'on laisse entendre souvent par bien des moyens... Cela me fit me retourner. Elle savait que cela le ferait. Je ne sais plus où j'avais lu que c'était face à la mort que nous nous révélions réellement. Vous savez si je reviens en arrière. A ces tout débuts. Nous n'étions que Genin. Rencontré dans un bar... J'étais ivre et j'ai les conduite à payer ma note. Les entrainements sauvages ou nous y laissions de la peau... Les disputes qui étaient si fréquentes qu'elles passaient pour de la complicité. La première nuit, les fiançailles... Et même quand j'étais Mizukage. Je dois dire que je ne regrettais rien de tout ceci. Impossible. Et même maintenant, alors que mon sang tache sa main et que ma paume embrasse les battements de son cœur. Telle une macabre invitation. Je ne regrette rien même pas ce dernier moment. Il est ce que nous avons été. Unis, libre, sauvage. Et je préférais tellement que cela soit par elle...

Que n'avais-je prié le ciel, pour la revoir une dernière fois. Pour vivre avec elle dans le rêve. Pour ne pas trop tarder à la rejoindre. Beaucoup doivent se demander si, alors que mon regard ne se perdit plus du sien. Je pressais sur son cœur pour l'emporter avec moi. Le doute m'aurait-il fut permis ? Que je l'ai sentis. L'emmener avec moi. Ou ne pas le faire. Tandis que je la regardais je me demandais égoïstement si je supporterais qu'un autre homme la touche. Ma confiance en elle me fit entendre que oui. Mort de toute façon que pouvais-je faire. Sinon garder l'espoir que je pourrais veiller sur elle d'où je serais...

Ma respiration se fit alors haletante. Je sentais le souffle de la vie me quitter. Je lâchais alors vivement son cœur pour porter la main à sa joue. Elle m'avait donné un ultime baiser ? Un autre en son temps fut trahit lui aussi par un baiser. Je la caressais une seconde. Du bout des doigts. Mon visage ne montra ni animosité ni joie durant tout cet instant. Puis le sourire léger, porté à la commissure accompagnait une seule réflexion. Surement qu'elle pourrait la comprendre...

-Le petit démon va me manquer...

Puis je m'écroulais au creux de son épaule... Les bras tombant à côté des siens. C'était finit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Il était une fois... | Tenzo | Empty
Message(#) Sujet: Re: Il était une fois... | Tenzo | Il était une fois... | Tenzo | EmptyMer 12 Mar 2014 - 21:31


~ Tu lui manques déjà aussi...

Et les yeux larmoyant ne me laissaient pas lui offrir la dernière image que j'aurais voulu, celle d'un sourire carnassier qu'il avait rendu joyeux et sociable à qui il avait appris à aimer, un qui à la base n'aspirait qu'au sang en s'invitant sur mes lèvres. Je voulais la fin de l'histoire, mais il avait décidé qu'elle n'existerait pas encore, sa main sur ma joue j'espérais encore qu'un dernier effort arrêtera le carnage de cette destiné, mais rien, il s'écroulait dans des bras amoureux qui l'enlaçaient bien plus tendrement qu'aux premiers jours.

Et comme j'avais eu raison de céder à l'impulsion, je regrettais déjà en appuyant cette plaie contre moi comme pour réparer en vain, tout avait été si vite, à notre image, pressé pour tout. Le liquide chaud comme la vie était elle aussi hâtée de quitter ce corps que je n'avais pas su plus sauver que protéger, que définitivement j'avais détruit. Sa chaleur ne me quittait pas, moi qui avait eu si froid, mais la différence était là que c'était son sang qui recouvrait mon corps glissant au goutte à goutte sur le sang mêlé bientôt au déluge des larmes. Je n'avais jamais été aussi forte que je l'aurais voulu...

Vouloir n'était pas pouvoir...

Au moins ça je l'avais compris. Plus même consciente de ce qu'il se passait autour, je n'en avais que faire, première fois à ne plus penser à mes arrières à sauver ma peau, ma prise je ne la lâchais pas et aucune des personnes de ce lieu n'aurait pu m'y convaincre. Une certaine panique néanmoins, je pouvais la sentir et si j'avais été lucide la comprendre, cette fois plus jamais, il fallait que je réalise et l'ardente colère dans mon cœur ne se calmait qu'en même temps que le sien refroidissait.

Reconnaissante et fâchée à la fois, encore une fois il m’abandonnait à mon sort, mais je savais combien il était encore celui à avoir raison de le faire, me protéger encore, comme il l'avait toujours fait. Cette pensée cassait ce visage meurtri qui s'illuminait d'un sourire, nous étions toujours dans notre bulle, bien que la vérité fut que désormais j'y étais seule, en partie du moins. « Jamais contente », combien de fois avait-il dit ça, autant de fois qu'il avait raison, je n'avais jamais su ce que je voulais, pourtant avec lui j'avais toujours su, simplement sa présence à mes côtés, le manteau de son aura pour me protéger. Qu'on soit liés à jamais, une prière que l'on avait fait à notre mère la lune, une que je savais comment conserver et honorer alors que ma main glissait dans ses cheveux en une douce caresse. Une nouvelle lueur qui revenait dans le bleu de mon âme qui s'était ternie, je n'avais jamais été du genre à abandonner, jamais à nouveau le sourire carnassier dans le lien que faisait mon esprit, un murmure pour lui demander de patienter, on se retrouverait tôt ou tard.

~ A bientôt...

Car n'était là ni adieu, ni au revoir, c'était là la parenthèse, comme une absence pendant un voyage. Parlant de ça, le mien ici finissait bientôt. Concentration de chakra dans mes mains, je bénissais les cieux que Konoha ait traité Tenzö avec si peu d’égard. Sans ça je n'aurais pas pu le faire disparaître dans ma main sous l'effet d'un fuinjutsu, le tout fit grogner un garde, un à qui j'adressais enfin regard et attention.

~ Il est mien, normal que je conserve ce qui m'appartient.

L'air était perçant et le ton glacial, je n'en avais rien à faire, on ne nous séparait plus, il ne lâcherait plus jamais et moi non plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Il était une fois... | Tenzo | Empty
Message(#) Sujet: Re: Il était une fois... | Tenzo | Il était une fois... | Tenzo | Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Il était une fois... | Tenzo |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays du Feu :: Konohagakure no Satô :: Prison-