N'oubliez pas que vous pouvez voter toutes les deux heures sur les cinq Topsites pour le forum !
Rappel : Chaque RP doit au minimum faire 15 lignes, soit 1400 caractères espaces non compris minimum.

Partagez
 

 Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyLun 10 Mar 2014 - 2:53

@Samui Yuki a écrit:
Kentaro Hattan & Kaguya Aojikawamanashi

Récemment, nous avons quelques soucis avec la crédibilité du nouveau Kage. Un peu partout dans le village de nombreux habitants ont retrouvés dans leurs boites aux lettres ou placardés sur des murs le document suivant :

Document choquant !:
 

Pire encore, un magazine à scandale annonce la sortie prochaine d'un numéro spécial sur la fameuse pièce secrète se trouvant sous le bureau du Mizukage.
Bien que cela reste de l'ordre du personnel, cela créait du grabuge auprès des élus locaux, des concitoyens et des personnes qui soutiennent le nouveau mizukage qui commence à changer de bord et à demander son départ rapidement.
Kiri ne peut pas se permettre cela.
Nous vous mettons donc sur cette enquête en espérant que cela soit une simple "mascarade" dont vous devez retrouver les auteurs.


Vingt bonne minutes... C'était ce qu'il m'allait fallu pour arrêter de me tordre de rire en découvrant mon courrier ce matin... Oui le temps de retrouver mon sérieux pour aller l'air de rien retrouver l'acteur principal de l'histoire qui m'avait tant fait me dépenser de bon matin, j'étais étrangement aux anges et ça se voyait... Pourtant il n'y avait pas de quoi en toute logique. Dans ma main une corde qui rapidement chatouillait le nez du concerné, j'avais un air des plus mesquins...

~ Je suis jalouse... Pourquoi moi je ne t'attache pas hein ?
De quoi elle parle ?! Difficile de garder mon sérieux, je pouffais de rire à nouveau, une folle. Quelle chance qu'il n'avait pas encore mit le nez dehors mon cher Kage...

~ Espèce d'infidèle va.
Et voilà le fameux objet de ma joie qui allait être son dépit qui se posait sous son nez, quelle mauvaise blague vraiment, jurer je n'en étais pas l'auteur ! Je crois... Nan je ne l'étais pas ! Tordue, mais pas à ce point... Quoi que quelques verres de saké... ? Me voilà sérieuse un instant pour méditer sur la question le temps qu'il découvre l'horreur, rien de bien méchant, probablement le Misuto nous taquinant un peu...

Sauf que...

En parlant de lui le voilà subitement s'invitant à l'intérieur un air paniqué sur le visage des ombres. Ouais ils pouvaient, je le voyais bien les massacrer pour ça, de nouveau je ricanais et on me lançait un regard mauvais...

~ L'heure est grave un souci...
Mon sourcil s'arquait, il venait gâcher mon réveil ces gueux... Et les voilà rouges pivoine tendant la même photo que moi... Comment était-ce possible ? Je comprenais quand ils faisaient l'état des lieux, Kiri avait été placarder cette nuit... Un seul commentaire...

~ Quelle bande d'incapables franchement...
Le Misuto contourné si simplement, heureusement que je n'en avais plus la direction, une honte pareille, je la laissais et à nouveau le rire, le mien qui raisonnait, ses relations publiques n'étaient pas prête de s'améliorer. Nos batifolages à côtés devenaient tellement minimes, j'avais mal au ventre à force de rire, je crois bien que j'étais la seule alors que le petit groupe faisait un état des lieux sur la situation qui semblait pas aussi drôle... Rien à faire, je contemplais à nouveau la photo, puis soudain un regard perçant je coupais la conversation de ce petit monde.

~ Hey, c'est qui d'ailleurs ?!

Un homme ?... Mes yeux s'écarquillaient... Hattan de ce genre là... ? Le mythe s’effondrait...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kentaro Hattan
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyLun 10 Mar 2014 - 22:40

Hattan gronda en balayant l’air de la main, le visage enfoncé dans l’oreiller.

« C’est rare, mais j’essaie de dormir ! Surtout après cette nuit… Dégage »

Il n’élabora pas davantage sur le contenu de cette fameuse nuit, qui ressemblait somme toute à la plupart des autres depuis qu’il avait plus officiellement élu domicile sur ce matelas. Oubliez le contenu 18+ , c'est secondaire. La guerre des couvertures et de l'espace de repos était plus intense encore. Les pieds froids , les positions de sommeil qui aurait fait pleurer un artiste de cirque, n'étaient que quelques examples. La princesse était presque insupportable dans la vie de tous les jours, mais il avait vécu bien pire. D’abord, pas obligé de se battre pour manger. Pour se laver. Ils économisaient l’eau de bien des manières inventives. Une caresse sur la cuisse indiqua à l’épéiste que la femme était encore en tenue de nuit. Pas levée depuis longtemps si on se fiait à sa chevelure burlesque. Elle lui agita quelque chose devant le nez en le poussant un peu comme un ours au réveil. Jalousie, hein ? Son regard bleu regarda la corde en espérant que ce n’était pas encore un de ses *désirs spéciaux*. La princesse riait toute seule, et ça n’avait rien d’extraordinaire, jusqu’au moment où elle lui déposa autre chose devant les yeux. Les yeux endormis scrutèrent le truc, il fronça les sourcils. Qu’es-ce que… ? Atta.

Il sortit une main des couvertures du lit de la princesse, prit l’image et se redressa en baillant pour mieux la regarder. Sans d’abord comprendre. Et l’autre type, c’était qui… ? Il regarda Aoji , une moue au visage.

« Qu’es-ce que… »

Bruits dans la maison et tête se pointant dans la chambre à coucher. Quelques regards sur la princesse. Hattan fit une moue des plus déplaisantes. De son côté, princesse ne contenait même pas ses rires. Hattan roula des yeux en regardant l’image.

« Vous tous. Vous êtes des genins maintenant. Dégagez. »

Quelques mâchoires qui se décrochent. Regards incertains entre eux, c’est une blague. L’océan sombre d’Hattan resta fixe et inflexible, son ton réservé à l’autorité – le même qui n’avait aucun effet sur la princesse- se révéla dans l’air.

« Allez. Sinon c’est direction l’académie. »

Plus personne aussi vite qu’ils sont apparus. Hattan soupira en s’appuyant la tête sur le ventre de la demoiselle. Quelqu’un voulait se payer sa tête. Pièce secrète sous le bureau ? Personne n’avait mentionné ça. Il se promit d’investiguer quand il aurait un peu de temps. Ce qui n’arrivait jamais.

« Je sais pas qui c’est. Mais c’est bien réalisé. J’aime bien. Je le garde. Tu ne devrais pas rire. Selon cette photo, j’arrive à te tromper toutes les nuits… Avec un mec en plus. Ça en dit long sur tes habilités. Le dossier de Tenzö ne ment peut-être pas. »

Il se leva et commença à enfiler une chemise propre. L’épéiste lui jeta ses propres vêtements.

« Allez, habille-toi. On va aller remercier l’artiste personnellement… Puis le décapiter »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyMar 11 Mar 2014 - 0:02


Abus de pouvoir, encore de quoi me donnait matière à ricaner alors que mon regard perçant le scrutait, le mieux pour eux restait qu'il n'était pas encore bien réveillé, sans quoi c'était leur tête à eux qui serait tombée... Il pouvait dire ce qu'il voulait, rien à faire, je m'amusais trop du guêpier dans lequel on l'avait mis, son image allait en prendre un coup... Pas que...

~ Hum... Tenzö lui ne m'a pas viré du Misuto pour se réserver les beaux gosses de l'unité, franchement, si c'était que ça, on aurait pu partager, je t'aurais donné les bons coups, faute de te satisfaire mon roi.

Ma langue s'étirait pour le narguer en réponse mes vêtements dans la face, petit joueur, je n'en finissais pas de rire en riant, rien que sa tête d'y avait quelques minutes valaient tous les trésors du monde, à moins que ça soit la tronche de mes anciens collègues. Difficile à dire alors que je regardais le choix des vêtements du roi pour moi avec perplexité, des lustres que je ne les avais pas mit de la couleur en prime... Sobre, mais quand même. Le blanc en continu n'était pas un hasard, pourtant je ne le contrariais pas en enfilant la tunique argentée, non pas sans rouler des yeux alors qu'il faisait le malin sur mes compétences, il avait belle mine, dans mon lit n'empêche chaque soir. L'évocation de Tenzö avait fait grincer mes dents par contre, c'était bas. Il payerait pour ça.

~ Tu veux rendre visite à qui au juste ? Perso j'ai pas trop d'idée...

Mais subitement je me taisais, un air espiègle en ouvrant la marche un sourire étiré, il comptait sortir ? J'allais l'emmener au centre ville, c'était méchant, je voyais bien d'ici comment ces rats ricaneraient à son passage, les regards et les attitudes, je connaissais bien, facile de voir. Hattan n'était pas moi, je me ravissais d'avance que l'histoire allait vite lui courir sur le haricot quand ça toucherait son petit honneur, ce n'était qu'un échantillon... Après tout en prévoyons bien un futur numéro, non ? Je n'arrivais même pas à l'imaginer ça alors que mon humeur était parfaite en le traînant vers le centre ville... Un qui était placardé, et je devais reconnaître...

~ Je ne sais pas où il a eu cette photo, mais je ne doute pas qu'elle t'attire du succès !

Avant de chasser le Misuto, il aurait dû demander des infos et puisqu'il était piquant ce matin mon cher Hattan...

~ Eh bien, moi qui croyais que la salle secrète était tombée dans l'oublie... Tu n'as pas ses goûts étranges avec moi pourtant, on fait le timide Hattan ? Suis-je bête, je suis une femme pas aussi viril que tes confrères de jeu...

Le sujet n'était pas malin à ouvrir dans cette boutique de photographe qui me regardait suspect, hautaine à souhait, je lui faisais un clin d’œil et il soupirait, juste le temps alors de lui tendre l'objet du crime. Encore quelques petites rumeurs pour en rajouter une couche, dire qu'il y a peu de temps je lui parlais de relations publiques à surveiller...

~ Le genre de travail qui vous dit quelque chose ? Non juste qu'il va vite falloir décapité tous les possibles suspects avant demain, histoire qu'il n'y ai pas un autre numéro, tu comprends papi ?

Il ravalait sa salive, pas pour autant qu'il semblait coopératif, mais au delà du côté marrant, un autre problème, à nouveau le Misuto, bah trois nouveaux genins d'ici peu...

~ Hattan-sama, vous êtes prié de rejoindre la tour Kage...

Osait le plus courageux, à la limite de l'ordre et un regard devenu sérieux pour un ancien confrère je lisais clairement que ça n'avait plus les proportions d'une petite blague, la politique s'en mêlait. Mon sourcil s'arquait...

~ Pour le fils du Daimyo, on peut pas dire que tu es très épaulé... A moins que ça soit ça le problème.

L'affaire de l'image était encore pire pour le coup. Et maintenant ? Mieux valait en rire qu'en pleurer je tapotais le dos du Kentaro, allez courage ! Difficile de ne pas sourire par contre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kentaro Hattan
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyMar 11 Mar 2014 - 1:22

« C’est joli, sur toi, l’argent… »

Il ferma les derniers boutons de sa chemise et releva les manches une par une avant de poser les mains sur ses hanches pour un rapide baiser. Question de rappeler leur accord mutuel, tiens. Hattan avait toujours aimé cette couleur à mi-chemin entre le noir et le blanc, comme un choix , une indication qu’on pouvait surfer sur cette ligne mince tout en suivant son destin du coin de l’œil. Et ça lui allait bien, à cette princesse , surtout en ce moment. Parce que Aoji suivait encore deux destins en même temps. Avec lui. Avec Tenzô. Épouse d’un Kage, éprise d’un autre Kage. Il garda ces pensées pour lui évidemment.

« Alors elle existe vraiment, cette salle ? Je suppose que c’est sensé se traduire de Kage à Kage… Tu sais ce qu’il y a à l’intérieur ? »

Question stupide. Aoji ne délivrait jamais d’information gratuitement. Après, il allait le savoir bien vite éventuellement. Mais d’abord cette photo… Il soupira en y jetant un autre œil. Bien vite, elle le trainait dehors sans même prendre le temps de déjeuner, une mauvaise habitude chez elle. L’épéiste la suivit sans rouspéter, une mauvaise habitude chez lui. Ils s’échangeaient les rôles de dominant et dominés parfois. D’accord, souvent. Des fous.

Il l’écouta parler avec le type du magasin sans photo sans vraiment intervenir avant qu’elle ne lui fasse une remarque qu’il tenu à corriger, parce que c’était un de ses points plus sensibles.

« Je ne suis pas le fils du Daimyo. »

Le Kentaro espéra ne pas avoir à le redire. C’était une question d’honneur et il ne devait rien hormis une chance de vivre de la part du suzerain du pays. Le reste, ce n’était que lui… Et elle, maintenant, à sa façon. Affaire classée, il resta doux, la moue au visage jusqu’à ce que les (anciens) Misuto viennent les interrompre à nouveau. Le ton du dialogueur semblait. Le devoir l’appelle de toute évidence. Ils s’éloignèrent en direction du palais en donnant congé aux shinobis à la compétence questionnable.

« Tu sais ce genre de chose ne pourrait pas arriver si on commençait à être plus publique dans notre relation… Et c’est peut-être---- »

« HATTAN-SAMAAAAAAAA IL EST LÀAAAAAAAAAAAAAAAAA »

Le Kentaro s’arrêta. Devant et autour la tour Kage, une foule qui s’approchait. Des adolescentes pour la plupart, brandissant la fameuse photo. Dans son hilarité, la princesse semblait avoir oublié la clientèle la plus friande de Yaoi dans la population. Très vite ils furent entourés par les gamines en délire.

« Depuis quand, Hattan-sama ?!!? »

« C’est quoi son nom, comment il s’appelle votre amoureux ? »

« Elle c’est votre domestique ? »

« Euh… »


Le Kentaro se gratta la tête en jetant un œil à sa copine argentée, un regard qui voulait dire *je te l’avais bien dit…* tout en songeant à la suite. Manifestement, elles étaient la cause de ce désordre publique.

« REGARDEZ SON VISAGE, TROOOOOOOP MIGNON »

« Un AUTOGRAPHE HATTAN-SAMA »

« NON C’EST MON PERVERS À MOI »


On lui fourra une plume dans la main et on lui ajouta presque la main pour barbouiller les images sans trop comprendre ce qui se passait. On prenait des photos et bien vite sa chemise fut tachée de rouge à lèvres et de brillant.

« à l’aide »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyMar 11 Mar 2014 - 2:26


Un compliment, il m'avait décroché un sourire, un qui n'allait pas perdurer... Le voilà qui remettait ça un moment plus tard, rendre public quoi ? Il me fatiguait, pas comme si il y avait matière à mettre en avant et lui qui juste avant m'avait reprise concernant son « père » fils ingrat en passant, je n'allais pas me gêner pour le reprendre à mon tour. Des points sur les « i » mon cher Hattan ?

~ Tu veux quoi ? Faire un communiqué à Kiri sur notre contrat ? Genre un document officiel pour dire le fou que tu es ? Plus public en quoi ? Tu vis chez moi je te signale et tu as tout ce que tu veux, quoi de plus encore ?
Interrompu alors qu'il insistait, il m'agaçait, ce n'était pas non plus comme si je le cachais, à l'entendre sorti de sa bouche, ça avait un goût de reproche, rien à faire, il avait gâché ma bonne humeur, doué pour ouvrir les sujets qui fâchent. Jamais content celui-là ! Et voilà en prime une foule d'admiratrices en bonus... Sérieux ? Des folles. Qui en plus n'avaient pas de cerveau. Une domestique... Si au début j'étais apte à rire de sa situation très vite ça ne me convenait plus, non, mais elles m'avaient bien regardé ses morveuses ?! J'étais colérique, c'était pas le moment et son à l'aide ne m'inspirait qu'une chose... Une levée de torrent d'air conséquente en spiral autour de nous avant qu'elles nous séparent !

~ Du balais ! Je suis sa garde du corps, merdeuses...

Pour pas dire autre chose et ma main attrapait sans ménagement le col de la « star », ça commençait à bien faire, juste assez d'élan pour qu'il comprenne de se retourner le temps de réquisitionner sa main, la mienne d'ailleurs ! Et pas plus pour le traîner dans ses bureaux, la prochaine vague c'était Brook... Ou même pire.

~ Tais toi ! Non, mais vraiment !

Décidément le Misuto se révélait de plus en plus incompétent et je n’omettais pas de partager sa frustration avec la garde de la tour, comment ? Balançant déjà sur la tronche du premier garde le premier truc sous ma main à mon passage... Le tout les faisaient plus ricaner qu'autre chose, pas comme ci ils n'étaient pas habitués à me supporter, ce qui surprenait en fait restait qu'ils doivent encore le faire... Qu'importe, j'avais traîné le roi dans son bureau sans le lâcher histoire qu'il ne se fasse pas kidnapper le pauvre... Non pauvres d'elles en fait. D'ailleurs...

~ Pff, quand je pense que tu m'as coupé des doigts pour moins que ça.

Et je disparaissais sous le bureau après lui avoir fait un signe d'approcher, une tasse brisée... Hum ? Je relevais le nez en voyant un gus déguerpir non pas sans s'excuser mille fois d'être rentré, je soupirais, pas important, l'intéressant restait sous le bureau et une trappe savamment dissimulée... Une plus ouverte depuis trois ans, la dernière fois que Yuki et moi l'avions forcée en s’infiltrant dans le bureau de Yoru... Je me rappelais des archives que nous avions fouillé, subitement je lançais un regard au Kentaro.

~ Donne moi mon dossier et je te livre tous les petits mystères de cette pièce...

Et j'entendais des bruits de pas, puis la porte qui s'ouvrait, mon air était mesquin, public hein ? Voilà qui travaillerait ce dernier, mais pas de la façon dont il l'entendait. Rabattu sur sa chaise, parfois il se laissait vraiment trop faire... Tant mieux. Juste de le temps de m'installer sur le roi et dévorer ses lèvres en offrande au deuxième round de son personnel...

~ Assez public là pour satisfaire les curieux ? Explique donc ça !

~ Oui, je suis curieux, explique moi ça Ao.

Mais voilà qu'une voix familière, me suggérait d'en autant faire autant, un Kaguya, « Papa... ? » qui tendait un parchemin à son Kage pour lequel il n'avait plus aucun intérêt des yeux assassins rivés sur moi. Au pire j'agrandissais sa liste de déception, pas grave. Traître de Tenzö , il m'avait juré de l'avoir viré, pourtant c'était bien en qualité de Shinobi qu'il présentait le coup de sang des élus locaux pour cette histoire. Je n'avais pas son côté professionnel ça c'est sûr. Et nos regards nous questionnaient l'un l'autre : Qu'est-ce que tu fais encore là ? Un ans et demi quand même qui avait passé on dirait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kentaro Hattan
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyMer 12 Mar 2014 - 1:53

Évidemment, elle ne perdit pas de temps pour le sortir de là, balayant les collégiennes avant de l’attraper plutôt sèchement par la main en l’arrachant à leurs griffes vernies pour s’engouffrer dans le palais. Manifestement, la princesse n’avait pas apprécié cette séance d’autographe vu son pas rageur et sa mine déconfite. Il essaya de parler mais on lui indiqua de ce taire, pas loin des oreilles de gardes d’ailleurs. Voilà qui allait faire mal à son autorité… En même temps, ils semblaient ne pas en faire de cas, probablement trop habitués aux cirques de la femme qui avait jadis fait subir les mêmes affres au précédent Kage.

Les voilà dans son bureau, elle le poussa dans sa chaise avant de se mettre à quatre pattes sous le bureau. Un simple fonctionnaire trouva le meilleur moment d’entrer à ce moment. Tout ce qu’on voyait de son point de vue, c’était deux longues perches qui dépassaient du bureau où l’épéiste était assis. Bref, image qui porte plus qu’à confusion. Il en lâcha sa tâche et Hattan afficha un sourire contraint. Pas le temps de lui dire que ce n’est pas ce qu’il croit, la princesse choisit le moment pour sortir une phrase encore plus portée aux interprétations. Le type disparait. Soupir.

« Aoji, relève toi, ce n’est- »

Bruits de pas, quoi encore ? Il se redresse mais voilà la princesse qui se hisse sur ses genoux en le poussant sans ménagement pour l’embrasser plutôt fiévreusement. L’épéiste en perdit presque l’équilibre, le champ de vision bloqué par une tignasse blanchâtre. Puis cette voix et la jeune femme s’arrête. Un froid semblait dévorer l’air tout à coup, puis le fameux mot. Hattan la regarda, interloqué. Comment ça, Papa ? Ne me dis pas que… Soupir. Le futur Mizukage n’avait jamais même songé à ça. C’était devenu naturel pour lui de ne pas avoir eu de parent, alors il n’avait jamais posé de questions à Aoji’ sur les siens. De toute évidence, ils sont en vie. Plutôt excédé par cette matinée beaucoup trop mouvementée pour son tempérament calme, le Kentaro écarta la tête de la princesse pour voir son interlocuteur, sans toutefois la déplacer. Autant jouer le jeu.

« Permettez. C’est mon bureau après tout. Vous avez pas cogné en plus.»

Il prit le parchemin en faisant de son mieux pour éviter le jeu de regard entre le patriarche et sa progéniture. Le contenu de la lettre ne fit que confirmer ce qu’il pensait déjà, et il la reposa en faisant la moue.

« Donc si je me fie à ce document, on demande mon expulsion parce que je ne représente pas avec dignité Kiri… Je m’arrête là vu que ce qui concerne Princesse et vous c’est votre affaire, pas la mienne. Après tout, elle m’a dit que vous étiez mort, moi. »

Bien mérité. Il regarda la lettre.

« Bon, vous aimez peut-être vos conneries, mais je dormais très bien avant qu’on me catapulte des images manifestement truquées et que ça serve de prétexte pour demander mon départ. Les voies de Kiri sont claires : à moins de me battre au combat, je peux être zoophile si ça me chante. Faîtes la guerre civile, je vais vous regarder vous entre-tuer de la fenêtre. Moi je dis, laissons-les circuler ces images, et vendons-les. À voir la foule dehors, le village sera riche avant la fin de la semaine. Et vos élus locaux sont des reliques du temps de Tenzö. Si vous y tenez, lâchez mes baskets. »

Il se leva en tenant la princesse par la taille.

« Si vous êtes prêts à accueillir un peu de bon sens dans vos crânes, je fréquente Aoji’ depuis un moment déjà. Et personne d’autre, même si elle aime l’idée au dirait. Vous connaissez mon nom, mais pas moi le vôtre… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyMer 12 Mar 2014 - 3:25


Son azur, qui était le mien aussi me quittait enfin, juste le temps d'un bref intérêt pour un bleu plus sombre et je sentais le Kentaro mordant, fâché ? Détail que je n'étais pas la seule à remarquer du coup de l'oeil je voyais la large mâchoire carré de mon géniteur se crispait, il retenait son sourire carnassier, le même que moi aussi... Je ne savais que trop bien ce qu'il signifiait et c'était la mienne maintenant qui se crispait. Niveau défense des intérêts, l'homme était pire que moi, sa fille qu'il avait mainte fois utilisé sans ménagement, c'était avant, sa faute encore tout ça et les mots de Hattan sur les reliques de Tenzö me le rappelaient. Il fallait couper la tête de cet homme, mais déjà la tâche était compliquée pour moi et le sinistre bras refait d'os qu'il présentait en posant sa main sur ma tête me le rappelait. Un regard perçant se perdait pour moi, sa façon de me rappeler qu'il m'avait créé, pas l'inverse et avec dégoût je voyais que nous avions la même main hors norme désormais. Je le recopiais, mais ne l'égalais pas, pas encore du moins.  La différence entre lui et moi se soldait là, il ne considérait pas ceux qui n'étaient pas Kaguya, un orgueil en repenti pour ceux qu'à mon age pourtant il avait trahi. Bonne blague.

Il ne lâchait la place acquise sur mon crâne que quand le Kentaro nous relevait, sans pour autant lâcher prise lui, il était évident que ce n'était pas lui que l’aîné de la pièce voulait voir à ses places. Pourtant je le connaissais assez pour savoir, que jamais il ne mêlerait désir personnel et devoir, il me fatiguait tant avec ces histoires de principes. Je n'avais pas hérité de ça, pas du tout même. Et son air imperturbable fixé sur moi était des plus agaçants, comme toujours, il faisait le trie pour ne prendre que ce qui l’intéressait, offrant cette même sérénité à son Kage. Le pire, je le savais, il n'était même pas fâché... Pas pour si peu, pas comme si Hattan avait pu lui révéler quelque chose qu'il ne savait pas, un chien au service des élus locaux justement aujourd'hui, probablement pourquoi il était toujours en service. Le voilà qui ricanait à la dernière intervention du brun alors que mon regard s'absorbait pour le Kentaro, l'air plus que mauvais, comment avait-il pu lui dire ça.

~ Hey !

~ Ton problème pas le mien. Je ne pensais pas que tu t'intéressais au nom de tes facteurs, Onitsuke, le même nom qu'Ai', ça tu sais déjà. Mort ? Alors je ne crains plus de perdre la vie, encouragent à mon age. C'est ce message là que je dois transmettre alors pour toi aux élus  ?

~ Attend...

Mais lui aussi avait un don pour me faire taire d'un mouvement de doigt, un unique se levant, sans même prendre la peine de me regarder, un conditionnement, ce n'était pas moi qu'il était venu voir et ne semblait pas être le dernier des joueurs de la pièce...

~ Puis ce n'était pas verrouillé, une entrée libre non ? Mais j'aurais dû frapper, il me semblait que ce n'était pas le genre de la maison, de ce que j'avais cru voir du moins. Passons il y a plus important.
Une façon de dire qu'il était un mort omniprésent, c'était frustrant et il signait en m'adressant un regard taquin à premières vues...

~ Un nouveau petit frère à la maison si tu t'ennuies pour t'occuper aujourd'hui ça a remplacé mon petit fils niveau chamboulement du calme de la maison.

~ Un autre qui doit finir chez moi?

~ Non je voudrais le garder celui-là.

C'était en fait bien plus que ça, trop bas, des petits enfants il en avait déjà, c'était un fait qu'il visait là, le mien, plus là. Je ne ripostais pas qu'il passe à la suite simplement, ça se payerait de toute façon, bien que mon attention c'était ce qu'il voulait, cette fois il m'endormirait pas. A moins qu'il ripostait lui à sa pseudo mort ? Qu'importe. Son attention quant à lui revenait sur le brun, d'une pierre deux coups, il jubilais, je le sentais et ça se confirmait quand il laissait tomber sur le bureau une chemise cartonné dont une photo glissait ainsi qu'une feuille de chiffre, des comptes ?

~ Pourquoi ne pas mettre tout le monde à la même enseigne ? Sauf que la vérité a toujours un plus grand impact que le faux, pas le même effet sur celui qu'elle touche. Tes solutions me conviennent toutes jusque là.

Pourquoi sa traîtrise ne m'étonnait même pas, je me faisais distraite en sa présence, pas étonnant que j'étais contente de le voir disparaître et annoncer clairement.

~ On ne peut pas lui faire confiance.

Non, assurément et ma tête s’abattait sur ce torse, une des mauvais jours, j'aurais bien demander à rentrer, mais avec la foule dehors... Puis je me rappelais, sous le bureau ! Me voilà quittant les bras du maître des lieux à nouveau à quatre pattes, mais cette fois pour dévoiler la trappe cachée. Un trou sombre dans un plancher.

~ LA fameuse pièce tu vois, on va voir ?
Une façon comme une autre d'éviter le sujet « papa ». Puis il n'avait pas fini d'être choqué dans cette sorte de salle d'interrogatoire... Je préférais ne pas savoir à qui elle avait appartenu à la base...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kentaro Hattan
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyJeu 13 Mar 2014 - 2:09

Hattan suivit l’échange entre père et fille sans s’insérer. D’abord parce que comme dit précédemment, ça ne le concernait pas. Il n’était même pas certain de pouvoir comprendre le lien entre un parent et sa progéniture. Respect ? Autorité ? Aoji ne suivait pas davantage les standards que lui, à sa propre façon. La deuxième raison, il ne comprenait rien de ce qui se disait. Une question de nouvel enfant. Manifestement, ça faisait de l’effet à la princesse. Une émotion que Hattan n’avait jamais vue chez elle d’ailleurs, cette semi-nervosité, la façon dont elle suivait les gestes de son paternel comme un bâton prêt à la châtier en cas de désobéissance… De la peur ? Comme un animal fier et imprévisible, qui sait pourtant reconnaître plus gros que lui. Le Kentaro su que ce lien serait toujours différent entre lui et elle. Aoji ne voyait pas le Kage en lui, seulement l’homme, et à ce titre, Hattan était une créature qui lui ressemblait trop pour la craindre. Pour se laisser dominer sans sortir les dents. Sa main osseuse, pas si éloigné de son sinistre bras d’ivoire, n’en était pourtant pas si différent à la base.


Retour à la réalité quand un dossier se pose sur le bureau. Hattan lâche la taille de sa douce épineuse pour le prendre et en feuilleter en travers de la Kaguya, une proxmité qu’il ne serait jamais prévu il y a moins d’une semaine. Derniers mots, commentaires de la princesse. Effectivement, ce père faisait un peu froid dans le dos. Et que dire de cette famille en général. Saïtan cliqueta son approbation et le Kentaro soupira.


« Voilà qui règle le problème des élus du moins. Ce n’est pas mon genre d’en venir à des coups de ce genre cela dit. »



Autrement dit, il faudrait le pousser à bout pour en venir là. Les voir s’entretuer – pour le tuer – était plus honorable que de jouer dans l’ombre pour les tenir tranquille. Il lui caressa la tête sans dire un mot de plus, elle qui s’était blotti contre lui. De toute évidence, une animosité régnait entre lui et elle. Sans même poser la question qui pourtant se pointait dans sa tête : pourquoi lui offrir des preuves, après avoir signifié sa désapprobation entre lui et Aoji ?


La voilà à quatre pattes à nouveau, dévoilant la trappe. Incroyable, tout ce temps passé à ce bureau sans la remarquer. Il haussa les épaules à sa question avant de se faufiler dans le trou en l’embrassant sur la joue. Le sol plusieurs mètres plus bas, noirceur confuse dans la lumière de son bureau qui mourait un peu plus à chaque pas.


« Que sais-tu sur cet endroit, Princesse ? »


Il n’aimait pas ça, cet endroit dégageait une mauvaise aura. Saïtan semblait l’avoir senti, un cliquement presque inaudible dans le chaos du silence. Ses doigts longèrent le mur, touchèrent un interrupteur. Lumière sur du cuir, beaucoup de cuir. Hattan fit la moue ? Mais qu’est-ce que ce foutoir ? Il avança et fit le tour de la pièce, un musée des horreurs… Il pouvait facilement comprendre le risque de scandale… Puis, cet éclat dans sa tête. Hattan s’approcha distraitement de la princesse.


« Enfin seuls, au moins… »

Il l’enlaça doucement et posa les lèvres sur les siennes longuement en la poussant un peu, gentiment, en caressant sa tignasse. Un clic puis… Voilà, elle était menottée à même le mur. Satisfait et certain qu’elle ne fut pas un clône, sensorialité oblige, il se recula pour s’asseoir sur un banc qui ne servait pas de banc au dirait…


« Donc, on est quoi au juste… Je veux dire, pour toi ? Je t’écoute. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyJeu 13 Mar 2014 - 2:40


Ce que je savais de cet endroit ? De vagues souvenirs et une certitude, la première fois que j'étais venue ici j'étais encore trop naïve et innocente pour comprendre de quoi il s'agissait. Pas sûr que mon estime pour mon Sensei et le Lutin fou soit resté aussi dominante dans le cas contraire... Et ma réponse fut le même haussement d'épaules que lui un peu avant... Je n'en savais pas grand chose et ce qui m'avait limite fait peur à l'époque, me faisait rire maintenant. Un vrai musé des horreurs effectivement, bien qu'on pouvait sauver quelque élément du décor si on oubliait le cadre. Ça Hattan l'avait bien compris... Traître.

Bernée par sa douceur, voilà un moment que j'avais baissé ma garde, il n'avait fallu attendre longtemps pour qu'il tape dedans, en inversé les rôles, c'était mon jeu ça d'ordinaire et pour le coup, avant même de m'énerver, je disais respect pour l'acte. Pourtant j'étais menotté à un mur après un tendre mouvement de recul de sa part... Franchement.

Petit joueur ou pas ? Le fait était qu'il reculait et là mon sourcil s'arquait alors qu'en forçant sur mes poignet je les découvrais bel et bien prisonnier, son genre ça ? Cela ne m'aurait pas tellement étonné tant il aimait jouer la dominance, en vain et sans succès la plus part du temps... Pas de chance.

~ Tu es sérieux ? C'était moi qui devait t'attacher pourtant il me semblait...

Et je ricanais amusée dans un premier temps, mais très vite comme toujours, il savait m'enlever cet étirement des lèvres, un long soupir agacé et mes yeux qui se levaient vers le plafond, c'était quoi encore cette question. Pourtant pas de crise de nerfs, mon dos se calait contre le mur, ma tête aussi, pas très confortable tout ça, il payerait pour sa fourberie. Et sa question que dire...

~ Hum hormis des fous tu veux dire ? Moi je suis la perfection ! Pas comme si tu pouvais comprendre ce que c'est !

Rires, bah quoi, tant qu'à faire, fallait-il bien jouer le jeu de l'exagération. D'autant que, mon humeur se prêtait à ne pas retenir mes mots, la suite bien que dit de façon tout aussi légère et plaisantine, n'en restait pas moins vrai. Bah comme si il ne connaissait pas cette façon que j'avais de m'exprimer...

~ Je dirais que tu es Kage, un qui fait son vrai beau gosse, un aussi au caractère discutable ! Obsédée par son sabre en prime et...

Le regard était perçant, il n'avait pas posé la bonne question et je jouais sur ses mots, car en prime, je n'étais pas celle des deux qui était tombé dans le pire des pièges de cette pièce... Taquine et tranchante à souhait.

~ Un homme amoureux, ce qui le rend bête parfois au point de lâcher Saïtan.

Je tirais la langue sans jamais perdre son regard, il faisait bien d'être assis sur son banc, sa journée n'aurait pas fini de le fatiguer, qu'il s’économise. Piqué, chacun son tour.

~ Un interrogatoire privé avec le Kage, eh bien, fais moi voir comme tu es doué, d'autres questions ? Patron !

A nouveau je pouffais de rire, non pas sans que mes doigts travaillent déjà à voir comment était fait ce qui me retenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kentaro Hattan
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyJeu 13 Mar 2014 - 3:57

Il ne put s’empêcher de sourire un peu en voyant la princesse si comiquement indisposée. Cela ne l’empêchait pas de le fixer des yeux, non sans plaisir. Hattan aimait ce regard bleu , il avait appris à se perdre à l’intérieur avec le temps. Toujours fier, toujours provocant… Parfois respectueux. Hattan se leva pour aller s’appuyer contre elle, lui appuyant la tête confortablement bien qu’elle fut impuissante.

« Tu parles si souvent de Saïtan que j’aurais tendance à penser que l’obsédée de la lame ici, c’est toi. »

Pas faux. Après tout, si on vérifiait, le Kentaro parlait rarement de son épée sans que l’on ouvre le sujet. Autrement dit, Aoji avait pris plus d’affection pour Saïtan que lui-même, au final. Quelque chose qu’elle semblait aimé dans le caractère sauvage, obscur et imprévisible du Tachi denté. Il lui donna un baiser lent et paresseux, le pommeau dans son dos lui effleurant la joue.

« Bête ? Oui. Mais je profite au moins, pendant que je peux. Qui sait quelle princesse reviendra… Les choses ont changé entre nous depuis l’épisode dans la prison. Depuis ce Genjutsu… »

Il lui mordit presque la lèvre, juste presque, parce que bon, ce n’était pas vraiment son genre. C’était celui de la princesse. De cette femme invivable avec qui il avait choisi de vivre chaque nuit. Des fous.

« Je suis pas doué pour interroger. Or torturer. Je ne suis même pas habitué à…Parler. Tant de choses inutiles sur les routes. Comme s’interroger sur les possibles conséquences de ces images… Jamais je n’aurais porté attention… Et jamais je n’aurais fait l’objet de tant d’attention. »

L’épéiste replaça les mèches de la princesse en lui tournant le dos, s’appuyant contre la princesse sans l’écraser.

« Il faut quand même qu’on trouve le coupable. Et détruire cet endroit. Je te connais un peu déjà. Je doute que ça fasse partie de tes fantasmes (elle compensait avec d’autres trucs plus étranges encore, mais c’est une autre histoire)… Ou bien qu’on la remplace par autre chose. Pourquoi pas un dojo… Ou une bibliothèque… Ou bien une chambre à coucher. »

On garderait les menottes pour toi, princesse. Cette pensée le fit rire par lui-même. Il tourna la tête pour respirer contre son cou.

« À ton tour de poser les questions. Après je vais chasser l’illustrateur, avec ou sans toi. Préférablement avec toi évidemment. Mais bon, je remarque que ces menottes sont anti-chakra alors… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyJeu 13 Mar 2014 - 4:28


Ce n'était pas nouveau, je ne lui avais caché que la différence entre ce qu'aurait pu être notre relation était née de Saïtan, cette vilaine fille que j'avais prise en première en affection avant de comprendre, Saïtan au final c'était Hattan. Une vision changeait parce qu'elle m'avait offert un nouvel angle de vue, encore cette histoire de point de vue justement et cette envie irrésistible de l'enlacer... Dommage attachée.

Difficile alors de rendre de l'affection, pourtant lui qui avait imposé ce marché là entre nous et la froideur du pommeau de Saïtan était presque aussi douce que lui, le roi était mélancolique, ça se sentait. Le pourquoi venait bien vite et mon sourcil s'arquait, la question tombait avec un peu d'avance pour son aval à les poser.

~ Les choses ont changé ? Pour toi tu veux dire.

Et le voilà qui se retournait, c'était moi qu'il avait peur de voir changer ? Pourtant il faudrait bien, ça s’appelait grandir, mais je me doutais bien que c'était de mon attitude pour lui dont il parlait, en fait non, c'était plus la question du lien qui le travaillait. Faute de mieux un long souffle avant un baiser pour son cou, seule marge qu'il me laissait, trop grand et en prime j'étais coincée, sa farce le desservait quand il aurait pu rejoindre mes bras. Un long souffle, je ne savais pas trop quoi lui dire et probablement qu'il le savait puisqu'il changeait le sujet, entamant ainsi quelque chose qui me faisait ricaner alors qu'il revenait se blottir, triste un câlin quand il n'y avait pas de retour possible venant de l'autre. Une bonne illustration de nous et je trouvais ça bien cruel.

~ Raison de plus pour me les enlever ces foutues menottes Hattan, pas comme si j'allais m'échapper, pas si tu en avais besoin pour me garder.

Je lui mettais un coup de tête, mais ce n'était pas là une action violente, bien au contraire, faute de mains j'avais des pieds pour le réconforter en suivant la longueur de son mollet, ce qu'il ne me faisait pas inventer. Cette idée me faisait lever les yeux au plafond encore...

~ Je te fais confiance, tu me feras la surprise de ce que tu as fait de cet endroit quand je rentrerais et garde les menottes.

Sourire carnassier, oh oui qu'il les garde ! Je lui devais un retour à ne pas en douter et un qui tombait tout de suite puisqu'il disait commencer à me connaître. A mon tour pour les questions dérangeantes.

~ Et toi Hattan, qu'est-ce que tu crois être pour moi ?

Je n'insisterais pas, à sa guise pour preuve, je lui donnais déjà la porte de secours à cette réponse.

~ Bon fini de jouer, allons travailler un peu et décapiter une tête comme tu désirais tant, ah moins que je ne trouve un autre utilité à notre plaisantin...

Je ne m'étalais pas plus sur le sujet, surprise !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kentaro Hattan
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyVen 14 Mar 2014 - 19:51

« T'attend pas à une réponse, quand tu peux même pas en fournir toi-même! »

Sourire moqueur de l'épéiste défait les menottes une à une, le jeu était terminé. Et au contraire de la princesse, avec lui narguer ne devait jamais durer longtemps pour en garder son intérêt. Une question de respect. Une différence. Il lui caressa les poignets distraitement question de ramener la circulation du sang, question de le faire, en fait.

« Ça fera pas mal de surprises et de nouveautés entre nous quand tu reviendras de Konoha... J'espère que nerfs tiendront le coup »

Peu de risque, ils le savaient tout deux. Hattan était d'un naturel trop calme pour réagir violemment à la plupart des évènements. Kiri brûlerait et il la regarderait faire. Le résultat d'une vie trop vidée par la solitude, les voyages et la quête de l'inconnu. Des yeux bleus qui avait trop vu et qui désormais, ne voyaient plus toujours la valeur des choses à leur juste titre. Et pourtant, il avait vu Aoji. Peut-être qu'il n'était pas irrécupérable... En autant qu'on considère la princesse comme une bonne chose. Beaucoup ne serait pas d'accord... Et lui le premier, surtout la nuit.

«  Faut croire que t'es une sorte de voyage, Kaguya Aoji. Un qui se traverse sans faire un seul pas. »

Ils retournèrent dans le bureau et Hattan scella la porte cachée en attendant de savoir ce qu'il en ferait. Il avait déjà le sanctuaire de l'île australe de l'Archipel, alors aménager un autre repaire secret semblait redondant, surtout lorsqu'on considérait la valeur morale et spirituelle de l'ancien domaine des Kentaro, du moins présumé.

À leur sortie du palais, les choses empiraient. Des affiches pleine taille avait été collés sur les murs des commerces du centre-ville. Ils s'enfoncèrent dans la jungle urbaine en évitant les regards , du moins lui. Cette mission avait si peu d'intérêt, surtout maintenant que le pouvoir des élus était plus ou moins écarté par le don du papa d'Aoji. Une autre question. L'épéiste avait un aperçu des liens du sang avec cette garde un peu forcée de son frère. Composer avec un père et une mère, c'était une autre histoire. Hattan n'était pas habitué à ce qu'on puisse le juger lui et ses actes, sans qu'il ne puisse réagir en retour. Or, il faudrait tolérer ce Kaguya paternel... Pour l'instant du moins. Il s'arrêta devant une affiche.

« Fraîchement imprimé et pourtant, personne ne voit personne les poser et les imprimer. Ça sent le complot interne... T'es certaine que t'as rien à voir là-dedans, nonobstant le fait que tu mets en doute ta propre attirabilité... »

C'était réthorique. Princesse avait des limites. Ou? Ne pas répondre à cette question. Ne pas répondre. Soupir de la part du Kentaro qui porte la main à la poignée de son arme, une manie qu'il a pour réfléchir.


« Es-ce que Kiri a sa propre imprimerie, une espèce d'atelier de reproduction? Un centre de journalisme? »


Il bailla et posa les tempes sur l'épaule de la princesse. Bordel, tranchons une tête et retournons au lit.

«  Pourquoi ne pas simplement poster des vigiles et attendre le prochain acte? Pour ce qu'on en sait, ce pourrait être une de ces collégiennes en manque de Yaoi et de domestiques... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyVen 14 Mar 2014 - 23:32


Pas de réponse ? Bonne réponse, alors un sourire en guise... en guise de quoi ? Passons. Mes nerfs... Je ne pouvais répondre sans grogner et je n'avais pas envie, lui et moi le savions, ça ne serait plus comme avant sur beaucoup de plan, en bon ou mauvais, seul l'avenir le dirait. Je laissais couler en levant le yeux au plafond... D'autant que la suite non plus je ne la comprenais pas, un voyage sans faire un pas et mon air devait trahir mon incompréhension alors qu'il avait défait les menottes et soignait mes poignets avec attention, en fait non, il le faisait inconsciemment. Ça devenait étrange, l'attitude du roi avait changé et elle le faisait de plus en plus avec le temps. J'avais glissé mes bras autour de lui quand il avait fini... La mienne avait-elle fait de même ?

Pas le temps d'y penser, il me traînait vers quelque chose que je savais au moins, que j'étais obligeais de faire, travailler... J'écoutais pas pour autant que je m'intéressais, enfin, du moins tant qu'il ne posait pas de question, il avait de remarquer plus que d'habitude que les gens l'observait, il réaliserait peut-être pourquoi je lui demandais d'être moins affectueux dehors. Toujours le Kage coupable ou non attirerait les regards et Kiri communiquait vite, combien de fois m'avait-on rattaché à lui sans mettre de gant... Je soupirais face à son aveuglement... En parlant de communication, puisqu'il demandait en s'appuyant sur moi étirant le châle de Lucy qui m'étranglait maintenant un peu... Il l’abîmait un homme mort ! Façon de parler... Bref.

~ Oui effectivement il y en a un contrôlé par le Misuto lui-même... … …

Gros blanc. Puis je réalisais sa boutade et le pousser sans ménagement !

~ Tu sais ce qu'elle te dit la domestique Hattan-sama Yaoi uke sempai ! Pff.

Je soufflais mauvaise en tournant les talons, celui-là franchement ! Presque je regrettais de ne pas être l'auteur du coup... J'étais presque sûre de ne pas l'être... A moins que... Non. Ils n'auraient jamais osé... Pas vrai ? Hier au midi j'avais déjeuné avec mon ancien second, on avait bien déliré, sur ce sujet là justement... Mes pas se stoppaient. Simple hasard. Il m'a avait charrié et j'avais dit que Hattan était le « Uke » du nouveau couple qu'il composait avec mon remplaçant le seul qui ne me supportait pas, pour ça qu'il m'aurait viré même, promo canapé de mon rival... Un mec aux cheveux blancs... Hasard ? Oui hasard. Encore que, je me souvenais qu'il n'y avait pas si longtemps, nous avions bizuté ce fameux confrère, qui avait fini dans une tenue similaire... Ma main se plaquait sur mon visage... La suite de notre repas... ? Des rires, beaucoup de beaucoup de délire pour lui pas moi et le flou... ? On s'était quitté joyeux... Il savait pour Konoha, une sorte d'adieu ? Non, un bon moyen de se remonter le moral, de lâcher la pression. Je n'aurais peut-être pas dû lui dire pour le centre de communication...

J'aurais dû être inquiète, mais j'étais joyeuse. Ça serait fort quand même et j'attrapais finalement la main du brun pour l’entraîner plus vite là-bas, passage express devant l’accueil sans s'arrêtait, j'étais ici comme chez moi, dans ce labyrinthe qui nous menait à lui. Mon camarade de jeu, enfin elle plutôt, mais son caractère me faisait oublier parfois qu'elle en était une morveuse de quatorze ans qui me rappelait Yuki, à la différence près qu'elle nous massacrait facilement toutes les deux réunies... Une Gekei bélier... Ne pas se fier à son air d'ange... Pas un au Misuto qu'elle n'avait pas défoncé de ses sabots ou petites cornes, moi comprise et ça verbalement ou physiquement... Une terreur, je l'adorais.
Surprise ! OU pas...:
 

~ NAHHH pourquoi tu as amené le Kage ici comme ça sans même me prévenir !

Grognait-elle en faisant sa mignonne timide et intimidée, genre... grognasse. Pour peu on lui donnerait le bon dieu sans confession, moi je lui filais l'objet du scandale et elle s'émoustillait, un truc du genre « trop kawai ! ». Saïtan dans sa chair le serait moins... Dans la mienne aussi, la couvrir c'était me couvrir ! Je la fixais intensément en disant ça, joue le jeu idiote !

~ Ce document ne sort pas d'ici n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Kentaro Hattan
Informations
Grade : Godaime Mizukage
Messages : 229
Rang : E

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptySam 22 Mar 2014 - 23:25

Il regarda la Gekei, puis Aoji. Puis la Gekei. Encore la princesse. Soupir. Cette femme savait faire bien des choses mais certainement pas cacher un secret. Puis cette autre fille, elle semblait gênée. Hattan ne comprenait rien, vraiment, de toute cette histoire. Toutefois la vérité commençait à se révéler elle-même. Normal que le Misuto n’avait rien vu des fautifs… C’était eux, les fautifs. Et ce type aux cheveux blancs… Il existait pour de vrai, c’est ça. Sa tête lui disait quelque chose, maintenant, à bien y penser. Nouveau soupir.

« Aoji, tu crains. Et toi… »

Réfléchir, mais aucune envie. Regard entre les deux femmes.

« Je l’ai déjà vu dans les dossiers. Tu travaillais avec elle. Quand je t’ai remis au rang de genin, t’as été remplacé par… Hum. »

Il bouscula la Gekei. Forte ou pas, des cornes ne valaient pas grand-chose contre une lame. Entrée dans la salle d’impression, vrombissement des machines. Une pile de boites fraichement scellée. Saïtan rouvrit le tout, fouille à la pointe du fourreau. Une image devant les yeux.

Spoiler:
 

Grondement. Alors voilà donc la source de cette pagaille. Ces propres forces spéciales. Masaru Sora allait perdre la tête littéralement, voilà qui réglait l’affaire. Une autre qu’il ouvrit par dépit.

Spoiler:
 

Mais bordel, où prenaient-ils leurs artistes. C’était à s’y méprendre. Des déserteurs Hyô sans doute. Peu d’importance. Il retourna aux deux femmes.

« Vous allez détruire ces affiches, jusqu’à la dernière. Si je reviens ici, Vous allez tous y passer. Quelle perte de temps, vraiment. »


Rien à dire de plus. Hattan n’avait pas de temps à perdre avec de telles idioties, et la Gekei le déshabillait des yeux malgré son apparente gêne de s’être fait prendre. Grâce à la princesse, fallait-il préciser. Ils marchèrent dans la rue et le Kentaro mit les mains dans ses poches.

« Bonne idée, cet endroit. »

Il croisa les bras en réfléchissant, songeant qu’il n’avait pas revu le fameux Masaru Sora depuis sa rencontre à son bureau. Pourtant, pas de mission en vue. Était-il arrivé quelque chose au chef intérimaire du Misuto ? Misuto qui manquait franchement de professionnalisme. Hattan attendait beaucoup plus de sérieux de leur part. Quitte à devoir les dissoudre pour recruter les membres un par un jusqu’à ce que ce soit suffisant. N’empêche, quelle matinée… À ne pas répéter trop souvent. Et maintenant ? L’épéiste entoura la taille de la princesse d’un bras.

« Plutôt sinistre ton père. Son chakra n’est pas très élevé et pourtant il semble assez puissant. Je me demande ce qu’il a à tirer de m’aider. Un retour d’ascenseur un jour ou l’autre j’imagine… »

Peine perdue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau
Xia Chao Seng
Informations
Messages : 1554

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D EmptyMar 25 Mar 2014 - 16:06


Grillée... Je soupirais, par chance ma complice de toujours dosais, juger et bientôt se rendait compte qu'elle ne perdrait pas sa tête, probablement pas sa place non plus, aussi, elle ne me vendait pas. A quel prix j'allais payer ça... ? Trop cher, ça c'est sûr. Mais passons, le tyran ouvrait la bouche, en voilà une autre de bonne idée que j'avais à lui soumettre...

~ Va vraiment falloir que tu penses à sérieusement recruter et redonner des rôles là-dedans, n'oublie surtout pas de m'y exclure, de la direction je veux dire, après l'unité me plaît, on s'y amuse !

La preuve... Un peu trop même peut-être, c'était sûrement là le souci...Enfin celui d'Hattan pas le mien, je ne voulais pas que ça change moi, fut un temps où ça marchait plus ou moins bien, un temps où il y avait encore des anciens de Kiri. Spécimens rares ces derniers temps, comme si le destin comme aimait citer le Kentaro, avait passé un coup de balai là-dedans. Ce qui me faisait penser d'ailleurs...

~ Tu as déjà consulté le dossier de Samui Kakeshuou ? Un homme juste, avec la tête sur les épaules, un sale viocre au caractère laissant à désirer aussi, mais on peut pas tout avoir ! Sans lui, je doute que la paix Samui/Kaguya soit devenu quelque chose d'aussi stable, tu devrais le rencontrer à l'occasion.

Bien sûr, ce nom là c'était glissé avec toute innocence, mais bordel, qui refile vite cette foutue épine à un autre oui ! Et le vieux Samui ne m'inspirait pas des envies de sang, ça lui éviterait de finir comme Sora, empalé en pleine mission, oublié quelque part dans des terres ennemies, la faute à pas de chance... Ou à son manque de perspicacité, qu'importe, mon remplaçant provisoire n'avait pas fait l'affaire et même si je pouvais deviner qu'Hattan aurait aimé lui faire sa fête, je savais mieux que personne qu'il n'en aurait pas l'occasion. Pas besoin d'insister plus que ça, puisque après le quart d'heure du brun, c'était le mien, le voilà qui revenait encore, avec un sujet qui fâche... Je m'amusais bien jusqu'ici pourtant. Pourquoi parlait de lui ? Pourquoi il l'aidait, mais il ne l'aidait, il en fallait pas croire... Il rappelait juste qu'il était là malheureusement.

~ Une bonne occasion de me faire chier encore, c'est tout.

Voilà qui résumerait assez vite et bien la conversation autour du géniteur, le Kentaro l'apprendrait bien assez tôt, il était un sujet qui n'en était pas un à débattre, cet homme était mort depuis longtemps, qu'il reste là où il était, dans mes placards ! Ne fallait-il s'étonner que le bras du Kentaro soit chassé, avant que l'homme ne soit lui-même laissé en plan, car...

~ J'ai des trucs à faire ! Fini de jouer ! Bonne journée, va faire ta paperasse toi ! Travaille bien ~

Sourire de carnassier, moi je retournais me coucher, pas de mission aujourd'hui, enfin si une, mais je venais de la finir, mon côta journalier était atteint ! Puis en prime, je sortais de ma poche le nouvau cadre de mon salon, quel format encore? Je ne savais pas, mais ce fascié alors ! Sûr, je ne m'en lasserais pas, d'autant, que cette photo là ne semblait pas truquer, faudrait qu'il m'explique d'ailleurs... Il s'est pas ennuyé le Kage pendant que j'étais pas là!
Merci Hattan ~

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Informations

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty
Message(#) Sujet: Re: Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Batifolages du Mizukage... | Hattan | Mission D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Hattan :: Archives :: SnH Legacy :: Pays de l'Eau :: Kirigakure no Satô :: Centre Ville-